Partagez | 
 

 J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Ven 9 Déc - 19:10

Début rp, Part Ihttp://gakuenpokemon.forumactif.org/t1550-j-avais-pas-vraiment-le-choix-arian
...................................................................................................................................

Arian attendait « patiemment » cette réponse qu'il savait qu'il allait entendre. Il était amusé et allez savoir ce qu'il pouvait bien manigancer, ce que son esprit tordu et calculateur avait pu égrener durant ce court laps de temps... C'était plus que suffisant pour lui. Quelques secondes lui suffisaient pour élaborer un plan quasi, même si cela ne venait pas à compte, à ce moment là. Il regarda le sabelette manger son pokébloc, ensuite, ses pokémons vinrent se placer près de ses pieds. Evangeline grimpa nonchalamment avec grand mal par les habits tu professeur pour monter sur lui, elle se faufila sous sa chemise pour être bien au chaud un moment. Elle adorait l'odeur de son maître, tout comme les autres pokémons, c'était comme être avec un autre pokémon, ayant une forme humaine. Pour les humains, il pouvait être déstabilisant mais pour ces magnifiques créatures que l'on appelait pokémon, il était plus que réconfortant et agréable.

Son sourire s’élargit quand il vit que la jeune fille entre-ouvrait les lèvres, anticipant qu'elle allait parler. Il était toujours extrêmement observateur, rien ne lui échappait quand il s'agissait d'analyser quelqu'un ou quelque chose. Il sentit que la jeune fille commençait à avoir faim, elle aussi.


Oui, pourquoi pas... Je ne connais encore rien de cette ville.  lui répondit-elle d'une petite voix tremblante. Il sentit une certaine forme de soulagement chez elle et aussi cette grande curiosité qui ne cessait de faire tourner dans son esprit la même question -et sûrement dans sa tête, aussi- qu'elle lui avait posée peu avant « Qui êtes vous ? ». D'une façon ou d'une autre, c'était pourtant évident : était loin d'être un simple humain, quelqu'un de normal, un simple misanthrope. Mais l’évidence n'est pas toujours présente dans tous les esprits. Cela dépend de l'intuition de chacun, nan ? Spike semblait vouloir la réconforter vu qu'elle semblait se méfier pas mal du professeur. Il restait collé à elle, soupirant de plaisir. Il était resté auprès d'elle durant le court instant où Arian l'avait un peu trop approchée. Et non, je ne mettrais pas de barrettes... Je préfère de loin lire avec un bandeau.

Arian la regarda un instant, cessant de sourire, puis approcha une main de sa bouche, il gloussa, puis rit légèrement, restant toujours aussi élégant. Cette façon aussi naturelle qu'elle avait de lui adresser la parole, lui plaisait, cela lui prouvait qu'elle avait une personnalité propre, qu'elle était spéciale et non pas une simple brebis de plus dans le troupeau. Il ne s'attendait pas vraiment qu'elle lui répondre comme ça, pour conclure sa phrase. Cela l'amusa. À ce moment même, il fut convaincu de la détermination de la jeune fille : elle ne comptait vraiment pas le laisser filer avant qu'elle ait eu ses réponses.

Le jeune éleveur caressa sa petite chinchidou à travers sa chemise, regardant l'adolescente puis son pokémon avant de sourire à nouveau. S'il voulait aller en ville, il fallait qu'il se prépare cette fois, au cas où il devait « travailler » puis, il savait que la jeune fille ne connaissait pas sa région ni son histoire, elle n'allait pas poser trop de questions au sujet de sa tenue. Après tout, c'était une tenue traditionnelle de Flocombe (un peu customisée) qu'il allait enfiler.


_ Très bien, j'ai compris. Alors, on se retrouve ici dans une demie heure ? Je dois aller me changer et prendre une douche ainsi que prendre deux ou trois affaires dans ma chambre. Allez y aussi, au cas ou vous avez besoin de quelque chose. Il n'attendit pas à ce qu'elle lui réponde, il posa sa main libre sur la joue de la jeune fille, effleurant ses lèvres avec son pouce puis il la retira en s'éloignant d'elle avec ses pokémon. Être sérieuse ne vous vas point, vous êtes bien plus charmante avec un sourire aux lèvres, Mlle. McGarden.

Dès qu'il lui tourna le dos, un sourire en coin se dessina sur ses lèvres. Fier et satisfait par ce qu'il avait ressentit, il monta les escaliers du hall, sortant du couloir et s'engageant dans un autre, se dirigeant aux dortoirs du personnel et des professeurs. Il se dirigea à sa chambre, ouvrit la porte et laissa passer Sion avant tout. Après être rentré, il déposa Gabriel et Evangeline sur le lit le temps de prendre une douche. Gabriel suivit Arian jusqu'à la salle de bain et sourit, il voulait se rafraîchir aussi. Une fois que les deux sortirent de la salle de bain, le jeune chef de la Team Plasma sécha son pokémon délicatement puis prépara le repas de ses pokémon et les nourrit pendant qu'il s'habillait et se préparait pour sortir.

Quand ses pokémons finirent de manger, il reprit Evangeline sur son épaule, Gabriel autour du cou et, comme Sion voulait aussi des « câlins », il la cajola, elle aussi. Il poussa la porte de la chambre et laissa que Sion ferme à clé et la range dans sa poche. Il avait tout fait et prit : il avait enfilé son « uniforme », il avait ses chaînes, sa trousse, l'argent, tous ses objets, sa carnet d'identité, etc. Il n'avait rien oublié. Il avait même prit une bandoulière en ante noir et cuir, pour le reste des objets qui ne rentraient pas dans sa trousse. Il avait même quelques minutes d'avance donc il prit tout son temps pour se rendre de nouveau au hall, pour attendre la jeune fille qui n'était toujours pas là. Il s'assit sur un rebord de fenêtre -en tailleur, laissant une jambe pendre à l’extérieur- avec ses trois pokémon sur lui, à savoir que sa petite stalgamin était entre ses jambes. Il était très calme et détendu -vu qu'il n'y avait personne dans les couloirs ni dans le hall- donc ses yeux reprirent sa couleur naturelle ; tout le monde était soit en cours soit en train de manger.


_ Chiiin chinchi dou... doudou... chin !!* Elle va vraiment venir ? Et spike ? Il est très gentil, il viendra, n’est-ce pas ? A-chan !* fit la chinchidou en regardant Arian dans les yeux. Les yeux de la pokémon étaient un bleus. Elle était triste car elle ne savait pas si la jeune fille allait vraiment revenir et si elle allait vraiment revoir le pokémon de la dresseur ou pas.

Arian lui sourit et posa une main sur sa tête, la caressant doucement, la descendant jusqu'à sa petite joue puis jusqu'à son ventre, caressant ma petite touffe de poils qui lui servait de collier. Il n'eut pas besoin de parler pour qu'elle en soit rassurée alors, les yeux d'Eve redevinrent rouges. Elle secoua sa queue comme un plumeau. Sion leva les yeux vers eux, et regarda Evangeline.


_ stall, staalgamin... gamin... staaaaalga... gamin !*Il me semble que, depuis le temps que je suis avec vous, il a toujours eu raison, donc, je lui fais entièrement confiance. Moi aussi j'ai envie de revoir Spike, il est adorable, je trouve.* commenta Sion en fermant les yeux un bref instant.

_ mini...minidraco...draaaa draco draco minii ! * je ne sais pas pourquoi, mais moi aussi je lui fais confiance... A-chan est différent des autres humains que j'ai pu croiser jusqu'à présent... On ne m'avait jamais traité aussi bien qu'il l'a fait aujourd'hui et que je sens qu'il fera toujours !* intervint Gabriel en devenant un peu sérieux, par première fois, il ne ressemblait pas à un bébé pokémon.

Arian regarda à l’extérieur avant de capter qu'il était regardait et qu'il était assit sur la fenêtre par laquelle Levy regardait il y avait près d'une demie-heure. Il regarda le paysage que l'on pouvait voir à travers de cette fenêtre. Une légère brise soufflait, fraîche, montrant que l'hiver était arrivé, emportant avec ce vent toutes les petites traces que l'été avait pu laisser. Il ne restaient arbres décidus dont les feuilles tapissaient de rouge, ocre et marron les sols et la pelouse par endroits.


Dernière édition par Arian Cadell Philgard le Sam 10 Mar - 21:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Ven 9 Déc - 23:07

Pensivement, Levy effleura sa joue, tandis que ses pas retentissaient dans le hall d'entrée. Il y a une demi-heure, Arian l'avaient effleurée également du bout des doigts, avant de passer ceux-ci sur les lèvres de la jeune fille, lui avouant qu'elle était bien plus jolie un sourire aux lèvres. Cet homme est bien lunatique, pensait-elle. Durant un instant, il était passé d'une personnalité manipulatrice à un caractère élégant, et foutrement charmeur. Il s'agissait sans doute d'une hypocrisie de sa part, mais Levy ne pouvait s'empêcher d'en douter.
Un sourire sarcastique s'installa sur ses lèvres. Faire douter, manipuler... Voilà une chose que son professeur aimait faire, visiblement.

Avant de retourner à leur point de rendez-vous, l'orpheline s'était dirigée d'un pas troublé vers sa chambre, au deuxième étage. Spike la suivait en couinant, comme à son habitude. Une fois la porte de la pièce qui lui appartenait franchie, Levy était allée directement vers la salle de bain, indiquant à son pokémon d'un signe du doigt de ne pas entrer dans la salle de bain. La dernière fois que c'était arrivé, il s'était cogné contre la paroi de la douche, et l'adolescente avait malencontreusement lâché le pommeau de surprise, qui était venu éparpiller de l'eau partout. L'énergie incroyable du pokémon sol n'était pas toujours positive, car il était aussi très maladroit. Comprenant le sens de cette interdiction, Spike resta assis devant la porte, attendant docilement que sa dresseuse ressorte.

Même dans la douche, Levy oubliait de retirer son bandeau. C'était presque devenu une partie d'elle-même, tellement elle était habituée à l'avoir sur la tête. Le seul moyen de la voir sans était sans doute de le déchirer, et si cela arrivait, la jeune fille aux cheveux bleus serait sans doute un peu paniquée. Ce bout de tissu, elle l'a depuis très jeune. Offert par ses parents pour l'encourager à continuer à lire, ce qui était une occupation très rare pour les enfants de son âge, elle y tenait beaucoup, comme si l'essence de ses géniteurs y résidait.

Après être sortie de la douche, une serviette enroulée autour de son corps, Levy se dirigea vers son armoire, et en sortit une petite robe bleue, un ruban orange sur le devant. Les manches commençaient un peu en dessous des épaules, et la robe se terminait au milieu des cuisses de l'adolescente. Levy était bien consciente que, vêtue ainsi, les risques d'attraper froids étaient plus que présents. Tant pis. L'orpheline n'a jamais changé ses habitudes pour de malheureuses températures glaciales.
En guise de chaussures, elle prit des bottines assez larges de couleurs bleues marines, comme sa robe, et plaça en dessous de longues chaussettes oranges, qui lui tiendrait au moins chaud jusqu'aux cuisses. Son éternel bandeau resterait la ou il est, Levy ne voyait aucune raison de l'enlever.
Après une courte hésitation, la dresseuse prit quand même une veste blanche pour lui tenir chaud, cela lui serait toujours utile. En guise de sac, elle prit une petite sacoche à bandoulière, qui regroupait toutes les couleurs qu'elle avait sur elle ; le bleu marine, l'orange et le blanc.

Après avoir choisi ses vêtements, Levy donna quelques friandises a son pokémon Spike, qu'elle comptait emporter avec elle, et se dirigea vers le hall d'entrée, prenant soin de bien fermer la porte derrière elle. Au bout d'un petit moment, elle s'engouffra de nouveau dans sa chambre, et prit la paire de lunette qu'elle porte pour lire, ainsi qu'un gros livre, volume d'une série avec pour objet les pokémons. Quoi, elle n'avait pas fini de le lire. C'est plus fort qu'elle.

Après être sortie pour de bon, accompagnée de son pokémon couinant à ses pieds, Levy marcha d'un pas lent, assuré cette fois, vers le hall d'entrée. Sans pouvoir s'en empêcher, elle mit ses lunettes rouges et continua sa lecture en marche, sans se cogner ni trébucher nulle part. (C'est l'habitude).

Dehors, par la fenêtre, Des arbres dénudés de toutes feuilles s'étendaient a l'horizon. L'hiver approchait. L'adolescente commençait à se demander si une petite robe était vraiment appropriée à ce temps. Enfin, de toute manière, ce n'est pas le froid qui la tuera, n'est-ce pas ?

Tandis que ses pas résonnaient sur le sol, Levy se demandait comment allait se passer cette après-midi. En fait, elle se posait des questions sur ce qui allait se passer. Arian tiendrait sa promesse, il n'y a aucun doute dessus. Mais il pouvait toujours tourner les choses à son avantage, car cet homme devait être bien conscient que quoi qu'il arrive, la dresseuse n'était pas du genre à fuir, mais plutôt à essayer de comprendre. Elle se laisserait faire, pour mettre des informations en plus dans ses archives. Mais qu'importe, autant faire confiance à sa bonne étoile pour le reste de la journée.

Tout en repensant a l'invitation que lui avait faite le professeur de la guider en ville, l'orpheline repensa au rire, discret mais bien présent, qu'avait eu le jeune homme lorsqu'elle lui avait dit ne pas vouloir porter de barrettes. Une remarque si enfantine avait dû sans doute le surprendre. Cependant, il ne savait pas l'importance que ce bout de tissu avait pour la dresseuse. Il le saurait un jour, cela ne fait aucun doute.

Au bout du couloir, Levy aperçut enfin, son interlocuteur, assis sur le rebord d'une fenêtre. Affichant un sourire sur ses lèvres, la jeune fille ferma bruyamment son livre, pour signaler sa présence, tandis que Spike se dirigeait en riant vers ses nouveaux amis. Sans penser à retirer ses lunettes, l'adolescente vint rejoindre le professeur, tandis que le couloir se vidait de toute personne ; tous étaient maintenant à leur tour sortis en ville, ou partis manger, pour profiter de leur temps libre. Levy rangea son gros volume dans sa sacoche, et songea enfin a retirer ses lunettes rouges vif, les rangeant avec attention dans une poche, avant d'attendre une réaction d'Arian.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Dim 11 Déc - 15:39

Arian regardait toujours dehors, attendant plus ou moins patiemment la jeune fille et son pokémon. Il était pensif et répondait à ses pokémon machinalement, dans leur langage. Au bout de quelques minutes, ce furent des pas qui le tirèrent de ses pensés, il ne tourna pas la tête jusqu'à ce que la personne qu'il attendait apparaisse dans son champ visuel -assez vaste-. Quand les pas furent assez proches, il sut que c'était une fille par le son que produisaient les talon des chaussures quand elles touchaient le sol. Il tourna brièvement le regard pour voir de qui il s'agissait : c'était la personne qu'il attendait. Il esquissa un léger sourire à nouveau quand le sabelette de la jeune fille vint à la rencontre de ses pokémon.

Arian la détailla discrètement du regard : elle portait des lunettes et rangeait un livre dans sa sac. Comparée à lui, elle était un petit rayon de soleil dans cette « triste » journée d'hiver ; les couleurs qu'elle portait étaient vives mais s'accordaient bien avec celles de la saison. Elle retira ses lunettes une fois qu'elle fut assez près du professeur puis le regarda, attendant une quelconque réaction de sa part. Il déposa Sion par terre, pour qu'elle puisse jouer avec le sabelette tandis qu'Evangeline restait lovée dans sa capuche. Car oui, le temps que Levy revienne, Eve s'était endormie. Le jeune professeur se redressa, avec son sourire aux lèvres. Ses yeux étaient devenus d'une couleur bleue saphir, limpide et transparente comme l'eau de source.

D'un façon ou d'une autre, il s'attendait à ce qu'elle ait besoin de lunettes pour lire. Il tira doucement de son haut pour le mettre bien en place, fermant la grande trousse en cuir qu'il avait au niveau de la ceinture pour que les pokéballs qu'il avait volé ce matin ne tombent pas, à risque de les perdre. Il détestait devoir les laisser dans la pokéball alors, il décida d'envoyer un message au docteur pokémon qui se chargeait de la réserve pour qu'il vienne les chercher. Il sortit son pokématos qui était noir et étrangement moderne, voire futuriste, et pianota sur l’écran tactile un message codé. Ce n'était que des chiffres et il les pianota rapidement puis l'envoya. Son cerveau traduisait les mots au code binaire quasi instantanément étant donné qu'il était habitué à force de regarder les chercheurs et les généticiens de son organisation depuis petit. Il rangea cette petite machine noire dans sa bandoulière avec le Vieil ambre puis reposa son regard sur la jeune fille, souriant naturellement d'un air charmeur.


_ Si je puisse me le permettre, vous êtes ravissante dans cette tenue. Lui dit-il sincèrement. Comme d'habitude, il disait toujours ce qu'il pensait, c'était la seule chose qu'il ne détournait pas.

_ Draaa....mini draco..draco... *Selon les etourmis et les etourvol, il ne fera pas plus froid que ça* fit Gabriel en restant bien couvert par les cheveux du jeune professeur.

_ C'est vrais, tu es de sang froid, n'est-ce pas, Gabriel ? Demanda Arian dans le langage humain à son pokémon. Le pokémon frotta sa joue contre celle du professeur, le confirmant. Ensuite il regarda dehors, par la fenêtre et ajouta dans le langage des pokémon, souriant : Tu as sûrement raison...

Arian avança de quelques pas, regardant droit devant lui puis se tourna vers la jeune fille aux cheveux bleus, lui tendant une main, pour lui dire qu'on y allait. Il lui adressa un de ses plus beaux sourires.

_ On y va, Mlle McGarden ? Si cela ne vous dérange pas, il y a quelqu'un qui va se joindre à nous quelques minutes, le temps que je lui donne quelque chose que j'ai pour lui. Fit-il en marchant doucement, il ne se précipitait pas ni se hâtait. Il restait calme et relativement détendu. Sion laissa un moment le sabelette de la jeune fille pour aller rejoindre son maître, marchant à son pas, près de lui.

Arian savait très bien que le docteur n'était pas du genre à traîner de la patte, qu'il était plus que ponctuel, voire, qu'il était toujours en avance. Comme la réserve n'était pas très loin, en voiture, le trajet ne durait que quelques minutes, cinq ou sept au plus. Une fois qu'ils arrivèrent au hall, il ouvrit la porte à la jeune fille et sortit après elle. Toujours courtois, notre cher Arian ! Devant le grand portail de l’académie, une grande voiture noire était garée. Un homme aux cheveux noirs mi-longs ( enfin, relativement, étant donné qu'on pouvait à peine les attacher), le teint légèrement halé (mais toujours très clair) et des yeux verts lagon attendait, les bras croisés, appuyé contre le capot de son automobile. Il était accompagné d'un Skitty bleu, qui ronronnait, roulé en boule sur le capot de la voiture, bien au chaud.

Le jeune homme qui semblait être à peine plus âgé que le professeur tourna la tête dans notre direction. Sérieux, l'air plus distant que Arian, il semblait être bien froid.


_ Arian. Combien ? Demanda-t-il d'un ton neutre.

Le jeune professeur aux cheveux argentés ouvrit sa trousse du bout des doigts avant de sortir quatre pokéballs simples qu'il tenait dans la main puis les tendit au jeune inconnu. Ensuite, il sortit une sacoche d'argent de la même trousse puis la referma. Il devait y avoir au moins vingt ou trente-cinq mille pokédollars dedans.


_ Quatre dont une draco et un carchacrok, les autres deux, je ne sais pas. Ceci est pour toi et pour la réserve, à toi de voir que faire de cela. Lui répondit-il souriant. Il regarda le docteur qui rangea directement l'argent et les pokéball dans sa blouse. Ça faisait longtemps que je ne te voyais pas avec ta tenue de travail, Nagumo. N'étais tu pas occupé ?

_ Non... je donnais à manger aux pokémon et je soignais un vivaldeim qui est arrivé. Répondit-il un peu plus froid qu'avant. Il te regarda avec ses grands yeux verts, puis fit un signe de tête par politesse, juste pour te saluer. Ne sachant pas vraiment comment s'y prendre, mais le cache, s'en fiche pas mal aussi. Il regardait discrètement par dessous ses mèches d’ébène, cherchant du regard quelqu'un ou quelque chose puis soupira et se redressa, prenant son Skitty, le faisant monter dans la voiture avant de s'installer, lui aussi.

_ Qu'est-ce qu'il y a ? tu cherches toujours cette ranger qui vit avec toi ? Elle t’évite toujours, à ce que je vois. C'est une de mes élèves, si tu veux, je peux lui faire passer un message de ta part. Ajouta Arian avec un sourire en coin, un peu taquin.

Le docteur ferma la portière de sa voiture, semblant encore plus blasé que toute à l'heure. Il baissa la vitre et s'accouda dessus, sortant la tête pour fixer Arian pas très gentiment. Il prit un étui et l'ouvrit puis enfila ses lunettes, les remontant à l'aide de son index.


_ Elle reviendra un jour, puis, tu sais très bien que si je veux quelque chose, je l'obtiens par n'importe quel moyen. Je sais où elle est, je dois lui donner ses affaires et elle doit venir me voir, j'ai un message de son père. Sur ce, je te remercie pour ce que tu fais pour les pokémon et la réserve. A bientôt. Termina le brun avant de démarrer la voiture et partir.

Arian le regarda partir, puis pouffa avant de se retourner à nouveau vers la jeune fille qui l'accompagnait.

_ Voila, on peut aller en ville maintenant. Je vous laisse le choix, en voiture, en pokémon ou à pied, comme vous désirez. Le plus rapide, je pense que ce serait sur une monture, la voiture je dois la demander et je ne sais pas s'il y aura quelqu'un près d'ici. Termina-t-il à son tour, souriant. Il mit une main sur ses cheveux, semblant un peu embêté. Il attendait la réponse de la jeune fille, qu'il pensait encore plus intriguée. Il préféra ne pas faire de commentaires sur son coopérateur et changea de sujet, revenant à ce qu'ils disaient toute à l'heure. [justify]


Dernière édition par Arian Cadell Philgard le Sam 10 Mar - 21:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Dim 11 Déc - 18:13

Lorsque Arian se retourna, Levy ne put qu'admirer son étrange accoutrement. Bien que très sombre, il dégageait une certaine beauté à ses yeux, aussi original soit-il. Mais elle ne s'attarda pas sur ce « détail ». Le professeur avait sorti un pokématos à l'apparence insolite, que la jeune fille n'avait jamais vu avant. Sa curiosité piquée au vif, la (vilaine) dresseuse se mit sur la pointe des pieds pour (espionner) tenter de regarder le message qu'envoyait son interlucuteur. Peine perdue. L'écran était empli de chiffres, de langage binaire. Levy en avait entendu parler, avait essayé d'apprendre, mais était bien vite retournée à sa lecture.

Alors qu'Arian rangeait sa machine, l'adolescente retourna rapidement à sa place, et sourit comme si (elle n'avait rien regardé du tout) rien ne s'était passé. Comme à son habitude, son interlocuteur afficha son habituel sourire. Est-ce une manie chez lui ? Enfin, l'orpheline n'y prêtait plus attention, ayant appris à enregistrer ces petites habitudes dans son cerveau.

« Si je puisse me le permettre, vous êtes ravissante dans cette tenue. »

Levy rougit très légèrement, avant de remercier l'originaire d'Unys. Le pokémon de la jeune fille semblait s'amuser, courant dans les couloirs, comme à son arrivée dans l'académie. Seulement, cette fois-ci, il ne jouait pas seul. Spike est une créature très sociable, qui n'aime pas la solitude. Des amis étaient donc la meilleure chose qu'il puisse rêver dans cet instant.
Après avoir complimenté Levy, Arian écouta Gabriel, son mini-draco, dire quelques mots.

« C'est vrai, tu es de sang froid, n'est-ce pas, Gabriel ? »

La dresseuse aux cheveux bleus fixa les deux compagnons, cherchant à comprendre le sens de cette phrase. Elle eut à peine le temps d'émettre une hypothèse que le professeur se remit à parler dans sa « deuxième langue ». Levy leva les yeux au ciel. Il lui faudra une grande volonté pour ignorer ce petit manège à chaque fois que son interlocuteur le fera.
Enfin, le professeur Philgard se décida à partir, adressant à Levy un sourire radieux.

« On y va, Mlle McGarden ? Si cela ne vous dérange pas, il y a quelqu'un qui va se joindre à nous quelques minutes, le temps que je lui donne quelque chose que j'ai pour lui. »

L'orpheline acquiesça, se demandant intérieurement quel genre de personnes pouvait fréquenter un être aussi étrange que Arian. Sûrement des gens encore plus étranges. A cette pensée ridicule, Levy pouffa discrétement. Une fois à l'aise dans son environnement, elle ne pouvait s'empêcher d'avoir des pensées farfelues. Mais passons.
Spike sur les talons, l'originaire de Johto suivit le professeur aux cheveux argentés, accordant son pas à ceux de celui-ci. Arrivés à la grande porte qui séprait la Gakuen académie du monde extérieur, galant, Arian l'ouvrit et laissa tout d'abord passer Levy, ce qu'elle fit avec plaisir. Une fois tous deux sortis, la jeune fille eut un sursaut, pour le moins surprise. Une grande voiture noire était garée devant le grand bâtiment, un jeune homme appuyé sur son capot, et accompagné d'un skitty... Bleu. Ah, d'accord. Donc Levy n'a pas de pensées farfelues, Arian fréquente bien des gens encore plus étranges que lui. D'une voix glaciale, le jeune homme aux cheveux de jais discuta avec Arian, discussion dont Levy ne garda en tête que queles sujets, et phrases ; Une histoire de travail, de réserve, de pokémon, et cela parlait même d'une élève du professeur aux yeux maintenant bleus clairs.

A la fin de la discussion, le dénommé Nagumo fit démarrer la grande voiture noire sous les yeux ahuris de Levy, et partit sans un mot. C'est à ce moment précis que Arian se retourna vers la jeune fille, l'air visiblement un peu gêné. Elle sourit, apercevant pour la première fois un Arian Cadell Philgard affichant une expression embêtée. Elle avait vu aussi pour la première fois quelqu'un le fixer d'un air hostile. La, c'était une première.

« Voila, on peut aller en ville maintenant. Je vous laisse le choix, en voiture, en pokémon ou à pied, comme vous désirez. Le plus rapide, je pense que ce serait sur une monture, la voiture je dois la demander et je ne sais pas s'il y aura quelqu'un près d'ici. »

Après s'être assurée que son sabelette était toujours la, Levy fixa longuement son interlocuteur, en songeant au moyen de transport qu'elle souhaitait emprunter. Les voitures n'étaient pas très appréciées de Spike, et faire marcher son pokémon par un temps aussi frisquet -enfin, pour un pokémon vivant normalement dans le désert- ne lui plaisait pas trop. L'orpheline décida donc de se ranger du côté de son professeur, et lui répondit, toujours en fixant ses yeux, mais cette fois ci en affichant un grand sourire.

« Merci de me laisser le choix... Je pense comme vous. Une monture serait préférable, autant pour la rapidité que pour l'aise de Spike. Cela ne vous dérange pas d'en prendre ? »

Bien sûr que non, cela ne le dérangerait sûrement pas, puisque c'est Arian qui l'a proposé. Mais un peu de prudence ne tue personne.
L'air, tout de même assez frais, commençais à embêter Levy au niveau de ses jambes, qui n'étaient recouvertes de rien au niveau des cuisses. Avec pour but de relever ses chaussettes, la jeune fille se pencha, et aperçut du coin de l'oeil son précieux livre, rangé dans sa sacoche. Elle pouffa un peu, avant d'interpeller son interlocuteur.

« Ar... Professeur Philgard ? »

Oups. Levy était sur le point de tutoyer son professeur, ce qu'elle comptait éviter. Elle toussa, comme pour faire passer cette petite erreur, avant de continuer sa phrase.

« Vous savez, par moments, votre façon de faire, et de réagir, ainsi que vos connaissances, me donnent parfois l'impression de me retrouver dans les univers des livres que je lis. Sans vouloir vous offenser -je ne dis pas ça méchamment – vous êtes quelqu'un de... D'assez étrange. »

Cette remarque fut accompagnée d'un sourire, non pas moqueur, mais plutôt doux, qui avait pour mission d'indiquer à Arian que cette remarque devait être tout sauf méchante, ou moqueuse à ses yeux. En espérant qu'il le comprendrait.
Levy se releva lentement, et caressa Spike du bout des doigts, tandis que celui-ci regardait Eve dormir, hésitant à la réveiller.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Lun 12 Déc - 22:10

Arian regardait la jeune fille (qui le fixait ) et son pokémon qui n'avait pas l'air trop à l'aise juste en entendant le mot « voiture ». Il devait les détester autant que Arian détestait. Il avait toujours préférer se déplacer en moto ou par ses propres moyens, ou encore, à l'aide d'un de ses compagnons pokémon. Quand il devait se rendre aux réunions de son organisation ou aux grands évents -auxquels il détestait assister mais il se devait de le faire-, rares étaient les fois où il s'était laissé conduire en limousine ou en voiture. L'adolescente leva le regard et le posa dans celui du professeur, avec un large sourire aux lèvres. Arian avait encore vu juste, par rapport à la monture, mais, maintenant qu'il s'attendait à la réponse de la jeune fille, il réfléchissait à quel pokémon il pouvait faire appel, il n'avait pas non plus envie de les déranger. C'est alors qu'il se souvint d'un en particulier qui voulait le remercier pour l'aide qu'il lui avait porté durant son séjour à Hoenn quelques mois auparavant.

_ Merci de me laisser le choix... Je pense comme vous. Une monture serait préférable, autant pour la rapidité que pour l'aise de Spike. Cela ne vous dérange pas d'en prendre ? Répondit la jeune fille, comme prévu.

Arian lui rendit son sourire avant de fourrer discrètement une main dans sa trousse, évitant de faire tomber ses armes et ou ses affaires puis il prit dans sa main quelque chose... La question de la jeune fille l'avait amusé, mais il savait très bien qu'elle avait demandé plus par politesse que pour autre chose, vu qu'il lui avait proposé lui-même, donc, cela ne le dérangeait absolument pas.

Comme il commençait à souffler un léger vent du nord, Arian senti que la jeune fille commençait à avoir un peu froid. Lui qui était habitué à se promener en calbut dans la neige et à se baigner dans l'eau de Flocombe en plein mois de Décembre, il ne ressentait pas vraiment de différence. Il pensa alors, que s'ils allaient se déplacer en monture volante, la jeune fille allait attraper froid à coup sur. Il la regarda un instant, pendant qu'elle se penchait légèrement pour remonter ses bas avant de pouffer. Elle venait de faire quoi-là ? Arian haussa un sourcil et cessa de la regarder. Il fourra l'une de ses mains dans sa poche.


_ Ar... Professeur Philgard ? L'interpella-t-elle Arian. Il avait parfaitement capté qu'elle avait faillit le tutoyer, il ressentit pendant une ou deux secondes, une certaine familiarité chez elle. Cela le fit sourire, moqueur ou pas, il souriait en coin, avant qu'elle le regarde, et finisse de remettre comme il fallait ses chaussettes, il passa une main sur son visage puis sur ses cheveux, se décoiffant légèrement. Il prit sa deuxième lanière en cuir et s'attacha les cheveux derrière la tête en une petite queue de cheval. Vous savez, par moments, votre façon de faire, et de réagir, ainsi que vos connaissances, me donnent parfois l'impression de me retrouver dans les univers des livres que je lis. Sans vouloir vous offenser -je ne dis pas ça méchamment – vous êtes quelqu'un de... D'assez étrange. Commenta-t-elle en souriant doucement.

Ce sourire semblait vouloir dire qu'elle ne tenait pas à se moquer de lui. Elle n'avait pas besoin de le préciser, Arian l'avait compris. Puis, il n'allait pas s’énerver seulement parce qu'on lui avait dit qu'il était étrange, il ne le savait que très bien qu'il n'était pas normal. La jeune fille caressa doucement son pokémon peu après s'être redressée. Arian cessa de sourire un instant puis pouffa, ne pouvant pas s'en empêcher.


_ Vous n'êtes pas obligée de vous justifier ou d'en dire plus, Mlle. McGarden. Je sais que vous ne le dites point pour m'offenser, puis, si je m’énervais à chaque fois qu'on m'a dit que j'étais étrange, bizarre ou pas normal, voire que j'étais un démon ou la réincarnation soit de Giratina soit de Darkrai, sincèrement, il y aurait eu plus d'un millier de personnes cloués au lit. Fit-il en riant. Il ne semblait pas du tout sérieux en le disant, pourtant, il l'était. Il n'avait pas du tout de self-control, donc, dès qu'il s’énervait bien, le pauvre misérable qui se trouvait devant lui en prenait très cher.

Amusé par ce qu'elle lui avait dit, il tira sa main de sa poche et l'approcha de ses lèvres, dégainant une sorte de petite corne noire puis soufflant par celle-ci. Aucun bruit ne se produisait ou du moins, aucun qu'un humain et certains puissent entendre... Evangeline gigota un peu dans la capuche mais ne se réveilla pas pour autant. Elle se roula en boule mettant sa queue sur son visage, lui couvrant les yeux pour cacher la lumière qui la dérangeait. Gabriel regarda la petite corne noire, en penchant légèrement la tête sur le côté, il avait entendu le bruit mais ne savait pas que cela provenait vraiment de la corne.

_ Bon, notre monture ne tardera pas à arriver... si vous me le permettez~. ajouta-t-il avant de se précipitée aussi vite qu'il le pouvait vers la jeune fille, l'attirant contre lui. Sion tira de Spike, et se colla contre leurs jambes.

Un cris étrange retentit dans les cieux. Des grands nuages gris que commençaient à couvrir le ciel à cause du vent qui les apportait, descendit un énorme mais majestueux pokémon vert. Plus il s'approchait plus il était grand. Il s'agissait de Rayquaza en personne (enfin, en pokémon). Il atterrit juste devant eux, dégageant toutes les feuilles qui se trouvaient sur le sol dans un rayon d'une vingtaine de mètres, tellement l'air qu'il avait déplacé était fort. C'était aussi la raison pour laquelle Arian avait gardé la jeune fille contre lui, pour qu'elle ne fasse pas un vol plané quand le pokémon légendaire atterrisse.

L’énorme pokémon regarda Arian et semblait parler avec des sortes de grognements draconiens. Arian rangea la petite conne dans sa trousse avant de bien la fermer. Il desserra Levy un peu, la prenant par la main et s’approchant du géant avant de poser une main sur le pokémon légendaire. Qui se laissa faire, et baissa sa tête jusqu'à la mettre à la hauteur des deux humains. Arian posa une main sur son museau, entre les narines, le caressant doucement, lui, cet énorme pokémon que, selon les légendes était plus que hostile à l'approche et que rares étaient ceux qui l'avaient pu voir ne serait-ce qu'à une centaine de mètres.


_ Merci d'être venu, Rayquaza. Je ne voulais pas te déranger mais tu es le seul à qui je pouvais recouvrir à cet instant même. Lui dit-il dans le langage des pokémon. Le légendaire semblait souffler doucement par les narines, silencieux, alors qu'il s'adressait au professeur.

_ « Ça faisait plus de sept lunes, humain. Que nécessites tu, donc ? » Lui demanda le pokémon en posant son regard dans sur Levy et sur Arian puis sur les pokémon avant de re-regarder Arian.

_ Je pense que c'est quelque peu indiscret ce que je vais te demander et sûrement, je manqueras de politesse envers toi, mais, est-ce que tu pourrais nous amener en ville, si cela ne t'ennuie pas? C'est assez loin pour mes accompagnants et j'avais envie de te revoir. Je me suis souvenu de ce que tu m'avais dit il y a quelques mois de cela. Quémanda le chef de la Team Plasma en souriant. Il ne sentit aucune haine ni colère de la part du pokémon à l'apparence assez féroce et froide.

Gabriel regardait l’énorme dragon avec des grands yeux pétillants, admiratif et super content d'avoir pu le rencontrer. Il le salua timidement, tout comme Sion, par politesse, elle était intimidée, mais voyant son maître se tenir droit face au pokémon géant, elle reprit de la confiance en elle-même et s'approcha plus, tirant Spike avec elle.


_ « Tu sais que si c'est toi, ça ne me dérange pas du tout. Cela ne me pose aucun problème. Passer la journée dans les cieux est souvent ennuyant. Je dois veilleur sur la terre et les cieux, mais mis à part soulager certains conflits entre humains et pokémons ou entre anciens, je ne peux rien faire. » Commenta le légendaire en pouffant. Il se redressa, touchant un peu le sol pour que les humains et les pokémons puissent monter sur lui.« Cela me fait plaisir de te voir, en plus. Je te remercie encore pour ton aide de la dernière fois. Allez-y, montez. »

Arian le remercia dans le langage des pokémon accompagné d'un signe de tête, un remercient formel et poli. Il prit les pokémon un par un, lâchant un instant la jeune fille et les faisant monter sur le magnat draconien. Il n'avait aucun mal à porter le sabelette et la stalgamin en même temps, ensuite. Il prit la jeune fille et sauta sur l'animale, doucement, s'assit et assit comme la jeune fille de façon à avoir son dos contre son torse. Il ouvrit sa veste et entoura le jeune fille avec, pour lui tenir chaud. Il la ferma vu qu'elle était assez grande pour lui, même si cela n'en avait pas l'air. La veste était douce mais épaisse. Ensuite, il prit l'une de ses chaînes et la tendit aux pokémon, laissant l'un des bouts attachés à sa ceinture et à son autre chaîne.

_ Tenez bien la chaîne parce que ça va être assez mouvementé, vous deux. Fit-il avec un large sourire aux lèvres. S'approchant plus du cou du grand pokémon qui attendait à qu'ils soient prêts. Il serra un peu le cordon de sa capuche pour qu'Eve ne tombe pas et Gabriel resta bien autour de son cou. On est prêts, Rayquaza. Fit-il en serrant Levy contre lui. L’énorme pokémon décolla rapidement et brusquement. Arian ressemblait à un dragonnier. Sur de lui, il gardait une main sur le dos du pokémon et l'autre bras autour de la taille de la jeune fille qui l'accompagnait.

Une fois montés assez hauts, au delà des nuages grisâtres qui annonçaient un orage sec et qui alourdissaient l'air sans le réchauffer, le grand dragon vert se stabilisa et traversa le ciel en volant, lentement, comme s'il les promenait et s'il prenait du plaisir à le faire. Au delà des nuages il faisait froid mais le manteau d'Arian coupait le vent et gardait bien la température corporelle, puis, lui, il était toujours chaud. Sa température corporelle devait être plus élevée que la moyenne, c'est pourquoi il n'avait jamais eu froid. Il sentit tout un tas de sensations et de sentiments provenant de la jeune fille, allant depuis la surprise, jusqu'à la curiosité, une vilaine curiosité. Un rictus se dessina au coin des lèvres d'Arian. Il approcha ses lèvres d'un des oreilles de la jeune fille.


_ Alors, je suppose que cela n'en rajoute qu'une couche à mon mystère, je me trompe, Mlle. McGarden ? Tout à l'heure... vous avez faillit m'appeler par mon prénom... Sachez que vous pouvez le faire, tout comme me tutoyer... Je vous donne la permission, puis, cela m'arrangerait... Je me sens vieux, sinon, alors qu'on n'a que quelques années d'écart...Lui murmura-t-il d'une voix douce et un peu plus grave. Sa voix, bien que c'était la même que d'habitude, semblait plus que sensuelle et charmante. Il ne dit plus rien, et attendit voir sa réaction, gardant le sourire aux lèvres, finissant par mettre bien le bandeau de la jeune fille, qui glissait et risquait de s'envoler, cachant ses oreilles pour qu'elle n'ait pas froid. Il le traita délicatement, et fut doux avec elle, sachant parfaitement que ce bout de tissu lui était plus que précieux.


Dernière édition par Arian Cadell Philgard le Sam 10 Mar - 21:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Mar 13 Déc - 19:10

C'est en riant qu'Arian répondit à Levy.

« Vous n'êtes pas obligée de vous justifier ou d'en dire plus, Mlle. McGarden. Je sais que vous ne le dites point pour m'offenser, puis, si je m’énervais à chaque fois qu'on m'a dit que j'étais étrange, bizarre ou pas normal, voire que j'étais un démon ou la réincarnation soit de Giratina soit de Darkrai, sincèrement, il y aurait eu plus d'un millier de personnes cloués au lit. »

Sans se douter un instant de la vérité de ces propos, la jeune fille rit à son tour, satisfaite que sa remarque n'ait pas blessé le professeur. L'air amusé, ce dernier sortit une sorte de... De pic, de corne noire de jais, et souffla dedans. Levy fut tellement surprise par l'effet que le souffle du jeune homme produisit qu'elle ouvrit de grands yeux ronds.
Quel effet cela avait-il produit ? Aucun. Justement. C'était louche. Le petit minidraco que le professeur Philgard avait enroulé autour de son cou gigota légèrement, cherchant à savoir de quoi cet objet était fait, tandis qu'Eve bougea un peu, comme gênée par un bruit quelconque. Spike, lui, s'agita dans tous les sens.

« Bon, notre monture ne tardera pas à arriver... si vous me le permettez~. »

Tout d'un coup, Arian se précipita vers Levy et la plaqua -bon, l'attira- contre lui, d'un geste précipité. Sion, quand à elle, sasit Spike par sa patte et se colla contre les jambes des deux humains. Avant que Levy n'eut le temps de se poser des questions inutiles, un cri étrange, et majestueux à la fois, retentit dans le ciel, comme provenant de la voûte céleste elle-même. Peu à peu, cette dernière fut recouverte d'épais nuages gris, annonçant un orage imminent, comme poussés par un vent terriblement puissant.

Puis, enfin, Rayquaza descendit paisiblement du ciel, ne provoquant qu'un tout petit vent d’atterrissage qui provoqua un nettoyage du sol à dix mètres à la ronde.
Cet atterrissement si banal d'apparence, mais qui apportait la une légende vivante laissa Levy sans voix. Tétanisée, ses yeux ronds comme des billes, elle regardait le pokémon légendaire sans oser bouger le petit doigt. Ce fut Arian qui la fit bouger, en lui saisissant la main, menant l'adolescente plus près encore du grand Rayquaza. Sans aucune peur, ni gêne, l'originaire de Flocombe posa une main sur le museau du géant vert, et lui parla dans son langage étrange, qui ne sembla même plus déranger Levy, tellement celle-ci en avait l'habitude. Spike se laissa mener par Sion, éberlué. Etait-ce vraiment Rayquaza, le vrai, qui se tenait devant lui ?

En poussant un petit cri -semblable à celui d'un petit rat-, Levy écouta le grand dragon grogner, comme pour répondre à Arian. Il sembla même éprouver de l'amusement. En fait, tout cela renforçait les convictions de la dresseuse : Arian était tout sauf quelqu'un de normal.
Ensuite, le pokémon légendaire pencha la tête, comme pour permettre à Arian, Levy et leurs pokémons de monter -qui fut accompagné d'une sorte de couinement aigu de la part de Levy, remercions la gracieusement pour cette scène désopilante- ce que le professeur ne tarda pas à faire, faisant d'abord monter les pokémons, lâchant un instant Levy. Cette dernière crut qu'elle allait vaciller, lorsque le jeune homme lâcha sa main. Elle resta sans bouger, comme une idiote, à regarder Rayquaza se transformer en un agneau docile et charmant. Oui, Arian est effrayant. Très, effrayant.

Ce dernier saisit ensuite Levy, provoquant chez cette dernière un petit hoquet, surprise, pour la déposer à sont tour sur le pokémon. En s'agrippant aux écailles, Spike vint se caller dans le creux du ventre de sa dresseuse, avant de se décider à retrouver Sion, qu'il ne voulait pas laisser seule. Arian tendit aux deux créature une petite chaîne, sortie de sa ceinture, que Spike saisit comme une denrée rare, tétanisé.

Après avoir visiblement annoncé à Rayquaza qu'ils étaient prêts -je peux pas juger, Levy était trop secouée pour écouter ce qu'il se passait autour d'elle...-, le professeur serra cette dernière contre lui, la saisissant par la taille, et le voyage commença brusquement. Se réveillant enfin de sa torpeur, Levy tourna la tête brusquement, afin de s'assurer que Spike ne glissait pas, et une fois rassurée, commença à assembler les pièces du puzzle dans son esprit.

Bon. Levy McGarden, 17 ans, chevauchait un pokémon légendaire devenu doux comme un agneau, grâce à un professeur rencontré le matin-même, qui lui serrait maintenant la taille, sans piper mot. De plus, le dénommé Arian Cadell Philgard semblait posséder des facultés que la jeune fille ne possédait pas, ce qui la faisait particulièrement enrager intérieurement. Sans parler des fréquentations du jeune homme, comme ce mystérieux personnage au skitty bleu. Oui, le skitty bleu était le seul détail que la dresseuse avait retenu. Mais, enfin, un skitty bleu !

Toute cette réflexion ne mena Levy nulle part. De toute manière, rien ne pouvait la faire retourner en arrière, maintenant. En levant les yeux, un air émerveillé sur le visage, l'adolescente aux cheveux bleus balaya les alentours du regard. Les nuages sombres et orageux avaient disparu, laissant place à un ciel calme et bleu. Rayquaza, paisible, traversait le ciel lentement. C'était presque comme si les nuages s'écartaient sur son passage, craignant la sentence de l'un des seigneurs du ciel.

Cependant, de multiples sensations venaient déranger Levy dans sa contemplation. Des sentiments, tous très différents les uns des autres, l'avaient secouée depuis cette matinée ou la dresseuse avait fait son entrée à l'académie. En commençant, par la timidité, la curiosité, ensuite la panique, la peur, et maintenant l’émerveillement, la béatitude, la surprise, mais aussi toujours cette curiosité tenace qui refusait de partir. Une question lui trottait dans la tête, toujours la même. Celle à laquelle Levy demandait furieusement une réponse. « Qui êtes vous ? »
Et pourtant, elle n'osait pas la reposer une nouvelle fois, de peur qu'Arian recommence à jouer avec son esprit, sans doute.

De toute manière, le professeur parla avant que la jeune fille n'ai pu prononcer un mot. Cette dernière faillit sursauter, sentant le souffle de son interlocuteur caresser ses oreilles.

« Alors, je suppose que cela n'en rajoute qu'une couche à mon mystère, je me trompe, Mlle. McGarden ? Tout à l'heure... vous avez faillit m'appeler par mon prénom... Sachez que vous pouvez le faire, tout comme me tutoyer... Je vous donne la permission, puis, cela m'arrangerait... Je me sens vieux, sinon, alors qu'on n'a que quelques années d'écart... »

Tutoyer un professeur ? Oui, pourquoi pas. Levy allait peut-être avoir du mal à s'y faire, mais puisque c'est proposé de si bonne grâce. Quelques années d'écart ? Oui, juste sept. Quelques années, seulement. Mais il est vrai que Arian avait l'air très jeune, pour un professeur, et pourtant bien sérieux. Son métier, il devait l'exercer parfaitement, sans fautes, sans petites erreurs maladroites.
Cependant, autre chose avait tilté chez Levy. La voix de Arian semblait beaucoup plus sensuelle. Et, bien sûr, restant tout de même un être du sexe féminin, la dresseuse aux cheveux bleus n'y était pas insensible. Et alors qu'elle s'apprêtait à répondre au jeune homme, elle sentit une pression sur son crâne, au niveau de son bandeau. Se rendant compte que c'était le professeur Philgard qui lui remettait son bout de tissu en place, elle ne put s'empêcher de prendre une légère teinte rouge, à la fois gênée et agréablement surprise que l'enseignant ait remarqué l'importance de ce bandeau pour elle.

Après un petit moment de silence entre les deux personnages, Levy répondit enfin à la remarque d'Arian, qu'elle s'efforça de tutoyer sans hésitation.

« Très bien... Tutoie-moi aussi, alors. Je suis bien plus jeune que toi, après tout. Sinon, en effet, Arian Cadell Philgard demeure pour moi un mystère à lui même. Tu me caches bien des secrets, je m'en rend compte aisément... »

Levy ne put continuer sa phrase, des dizaines de mots souhaitant sortir de sa bouche au même moment. Tout ce que la jeune fille fit pour clôturer sa phrase, ce fut de regarder une nouvelle fois en arrière, apercevant le visage souriant d'Arian, ainsi que Spike, bien accroché aux chaînes de celui-ci. L'adolescente était toujours d'une teinte virant au rouge, pensant à ce qui l'avait amenée à monter Rayquaza en ce moment. C'était tout de même un événement, dans sa vie. L'existence même de ce pokémon lui était incertaine, et voilà qu'en quelques dizaines de minutes, elle pouvait le caresser sans que le légendaire ne bronche. Tout était parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Ven 16 Déc - 0:30

Arian resta silencieux un bon moment, depuis qu'il avait réajusté le bandeau de l'adolescente aux cheveux bleus. Il avait ressenti la gêne de la jeune fille et son soulagement vis à vis de son geste : il savait parfaitement que ce bandeau lui était très précieux. Il surveilla Sion pour voir si elle allait bien, tout comme Spike. Rayquaza grogna quelque chose en montant un peu plus haut : il voulait éviter avec toute discrétion le regard des avions qui pouvaient passer ou des zeppelins.

_  Très bien... Tutoie-moi aussi, alors. Je suis bien plus jeune que toi, après tout. Sinon, en effet, Arian Cadell Philgard demeure pour moi un mystère à lui même. Tu me caches bien des secrets, je m'en rend compte aisément...  Lui répondit-elle avant de s'interrompre.

Elle semblait vouloir demander tant de choses, tant de mots affublaient son esprit, tant de questions... Elle voulait savoir mais elle hésitait à demander, elle savait qu'elle n'aurait pas ses réponses même si elle s'adressait directement à celui qui les détenait. Elle ne fit que fermer ses lèvres, tournant légèrement la tête pour s'assurer de que son petit sabelette allait bien. Au passage, elle rougit en apercevant le sourire du jeune professeur. Arian senti qu'elle se croyait dans un rêve, tellement les choses qui lui arrivaient lui semblaient parfaites, et incroyables voire, inimaginables ; pourtant, c'était bel et bien la réalité. Arian pouffa légèrement avant de s'adresser à Rayquaza, effleurant les écailles de son dos, doucement, puis le caressant. La réaction de la jeune fille le flattait et l'amusait aussi. Il comptait bien en profiter encore un peu, il ne comptait pas lui dévoiler son secret, du moins, pas pour l'instant. Tout dépendrait de ce qu'il déciderait au moment venu...


_ Rayquaza, est-ce que cela te dérangerait de nous déposer à Celestia ? C'est un endroit où l'on ne te verra pas, à cause de la brume. Lui demanda-t-il au dragon géant. Les seuls mots transparents qu'il prononça, furent le nom du pokémon et le nom de la ville où ils devraient atterrir. Le dragon changea de direction et survola le Mont Couronné après lui avoir répondu qu'il n'y avait pas de problèmes, qu'il pourrait rester un peu plus de temps avec eux. Levy, on va aller un peu plus loin, si cela ne te dérange pas, il y a un endroit où on sert une très bonne nourriture et c'est bien plus calme qu'à Vestigion ou à Frimapic ou encore, dans la ville près de l’académie. On arrivera très bientôt, ne t'en fais pas.

Après avoir dit cela, Rayquaza accéléra et vola un peu plus vite, s'approchant des montagnes et suivant le fleuve jusqu'à arriver à cet village de montagne appelé Celestia. Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent à destination. Rayquaza descendit silencieusement et atterrit près d'un grand autel qu'il y avait devant la grotte de Celestia, au centre du village. Il faisait un peu plus doux là-bas, les températures ressemblaient plus à celles de l'automne. Arian remit bien sa veste, puis descendit Sion et Spike. Gabriel souriait à Rayquaza, il n'osait pas lui adresser la parole, par respect et, Evangeline, ben, elle dormait, elle était fatiguée. Une fois que le jeune professeur réajusta sa tenue, il remercia le titan avec une caresse, un de ses plus beaux sourires et un petit « merci pour tout, Rayquaza », dans le langage des pokémon.

Une légère brume flottait sur le village mais commençait à se dissiper, étant donné qu'il était près de treize heures. Quand le titan décolla, il retourna dans les cieux de la même façon qu'il était descendu pour prendre les humains. Quelques mètres plus loin, à l'entrée de la grotte, se trouvaient deux grandes gravures avec deux pokémon légendaires de la région : Dialga et Palkia, les fils d'Arceus. Ces ceux pokémon semblaient être le symbole de la protection, du savoir, les gardiens de la grotte et de ces montagnes. Cette grotte dégageait une aura mystérieuse qui ressemblait fortement à celle du jeune professeur mais en moins oppressante, moins intimidante. S’éloignant de la jeune fille, Arian alla effleurer les gravures sur les parois près de l'entrée avant de sourire en pouffant légèrement puis s'adressa à nouveau à la dresseuse qui l'accompagnait.


_ Nous sommes arrivés à destination. Commenta-t-il en souriant, s'approchant de Levy. Je vais te montrer l'endroit où on va prendre notre repas. Lui dit-il en lui faisant un clin d’œil, charmeur. Il saisit l'une des mains de la jeune fille, comme Sion fit avec Spike, et l’entraîna avec lui en direction des escaliers qui montaient vers la ville, avant de l'amener sans se presser, devant un restaurant-auberge qu'il y avait pas loin.

Quand il ouvrit la porte du restaurant, une petite clochette retentit annonçant l'arrivée de notre petit groupe ( le professeur, l’élève et les pokémons). Il attendit que son accompagnante passe avant lui, tout comme ses pokémon, ensuite, il referma la porte. Malgré les apparences, c'était un endroit assez réputé dans la région : Un endroit traditionnel avec des meubles en bois et des murs en pierre noire, avec des photos de pokémon, des photos anciennes du village en noir et blanc et de l'entrée de la grotte, des grandes fenêtres avec des rideaux fins en dentelle blanche qui allaient à merveille avec la décoration. Il y avait même une cheminée en pierre grise qu'on utilisait avant pour cuisiner, où ils faisaient toujours les grands repas comme les aliments rôtis. Une vieille femme, dans la cinquantaine, possédant des cheveux mi-longs attachés en chignon et portant un tablier, sortit de la cuisine et vint les rejoindre aussi vite que ses jambes le lui permettaient.


_ Oh, bonjour, soyez les bienvenus. Table pour deux ? Demanda-t-elle avec un grand sourire. Sa voix, comme ses mains, étaient usées par le temps. Elle regarda Arian attentivement, comme si elle le connaissait mais qu'elle tentait de se souvenir de qui il était et s'il était vraiment celui qu'elle pensait. Jeune homme, vous êtes le fils d'Eira Philgard, n'est-ce pas ?

Arian tarda un moment à répondre, il regarda la grande mère puis se décida à sourire puis lui répondre ; Il n'avait pas trop envie de parler de sa mère, lui qui avait décidé de couper les ponts pour son travail et pour qu'elle ne fourre pas son nez où ça ne la concernait pas.

_C'est exacte. Je suis Arian Cadell Philgard.[ Répondit-il d'un ton neutre, mais poli.

La grande mère s'approcha davantage saisissant l'une des mains d'Arian, posant l'autre au dessus. Elle semblait être heureuse et tapotait la main du jeune professeur, en riant un peu. Le chef de la Team Plasma haussa un sourcil légèrement, il savait qu'elle devait connaître sa mers mais n'avait pas envie de lui demander de quoi, pourquoi et depuis quand. Il s'en foutait pas mal. Il voulait juste qu'on lui foute la paix pour qu'on ne le reconnaisse pas dans cette région.


_ Oh hohoho, d'habitude je suis en cuisine toujours, mais mon petit fils ne m'aide plus depuis des années. Vous savez , Hélio est quelqu'un de très occupé... De plus on est en manque de personnel. Le serveur est parti faire une course alors, je ne suis qu'avec une jeune stagiaire en cuisine. Enfin, je m’égare, excusez moi. ajouta-elle en riant un peu, visiblement gênée. Elle fit un geste pour inviter la jeune fille et le professeur à rentrer.En tous cas, cela me fait plaisir de vous voir. La dernière fois que j'ai vu Eira-chan, elle venait de commencer son voyage pour devenir éleveuse. J'ai beaucoup entendu parler d'elle, elle se débrouille très bien dans votre région, on dirait. Vous lui ressemblez enormement! Comment va-t-elle ?

Après avoir mâché très discrètement ses mots, le jeune chef de la Team Plasma regarda la vieille femme, avec un large sourire aux lèvres. Ses yeux avaient prit une couleur rosée, presque magenta avec du violet autour de la pupille. Il retira doucement la main de la grande mère et lui fit un baise main, s'inclinant légèrement.

_ Veuillez accepter mes plus humbles excuses, cela fait longtemps que je ne visite plus ma mère, je ne sais point si elle va bien ou si, dans le cas contraire, elle va mal. Le travail ne me laisse pas beaucoup de temps libre puis, je ne l'ai pas revue depuis plus de huit ans, maintenant. S'expliqua-t-il en se redressant ensuite.

La vieille femme afficha un air un peu désolé, ne sachant pas comment réagir face à ce que le professeur venait de lui dire. Arian avait dit en quelques sortes la vérité, mais il n'avait pas tout raconté ; Il n'avait pas envie de parler à une inconnue de sa vie, ou simplement, il n'en avait pas du tout envie d'en parler. La grande mère sourit et leur fit un signe, les invitant à s'asseoir à une table près d'une fenêtre avec des vues sur l'autel du centre ville.


_ Venez, asseyez vous, Shin-ichi ne tardera pas à revenir. En attendant, je vous prie de vous installer, et de réfléchir à ce que vous désirez commander. Fit la vieille femme en changeant de sujet.

Arian déposa son sac bandoulière par terre avant de tirer une chaîne à sa jeune accompagnante, suivi d'une petite courbette, l'invitant à s'asseoir. Ensuite, une fois que la jeune fille se décida à s'asseoir, il prit place face à elle et sortit sa chinchidou de la capuche avant de la poser sur ses cuisses. Sur la table, il y avait la carte des vins, la carte des plats et le menu du jour. Il y avait un peu de tout, allant de repas ou des formules à prix plus qu'abordables puis des repas et des vins aux prix exorbitants pour quelqu'un de normal. (Traduction ? Si on ne faisait pas attention, on verre de vin pouvait nous coûter facilement 1200p$, alors, faut s'imaginer le prix de cette satanée bouteille...)

Sion resta avec Spike, près de lui, elle avait l'air de vraiment l’apprécier, elle souriait, même si au fond on pouvait voir qu'elle était très timide, malgré sa curiosité. Le sac-bandoulière d'Arian était ouvert quand il l'avait posé par terre. On pouvait parfaitement voir plusieurs objets brillants à l’intérieur mais, comme il avait tout en vrac, on ne pouvait pas tout discerner. La seule chose qu'on pouvait bien voir, c'était un vieil ambre, entier et en très bon état qui était sur tout, près de son pokématos, d'un calepin et de sa boite à poffins. Il sorti son pokématos et le posa sur la table, près de lui, puis ferma son sac. Pour un instant, il ne prêta pas trop attention à ce que la jeune fille faisait car il entendit un bruit, des pas derrière lui. Il n'eut qu'à peine le temps de poser Evangeline sur la chaise d'à côté et de se lever pour intercepter un solochi qui lui avait foncé dessus. En bloquant le pokémon qui ne voyait pas où il allait, qui l'avait juste senti et entendu rentrer, ( de toute façon, avec ses cheveux à l'emo il ne pouvait pas voir grande chose...) il recula à cause de la force du pokémon, mais il ne tomba pas. Allez savoir la force que cet homme devait avoir... Il y avait de quoi le traiter de démon... Le dragon bleu et noir grognait, il avait des pansements autour du cou et ouvrait la bouche comme pour mordre mais il semblait surtout content. Il sautillait sur ses quatre pattes.


_ Soloooooooo~ Solochiii chiii soloo grauuuu ! * Gamin~ ça fait longtemps ! Tu me manquais tu sais ? Tu as grandi, dis moi !* Fit le pokémon ironiquement, en bougeant sa petite queue.

_ Tu parles... ça ne fait que trois ans, Shyvaan... Lui dit Arian en s'asseyant de nouveau, caressant la tête du nouvel arrivant. Il regarda la jeune fille du coin de l’œil car, soudainement, il sentit que la curiosité lui piquait à nouveau. Il sourit. Voici Shyvaan ; quand je l'ai trouvé il y a trois ans au sud de Sinnoh, il n'était qu'un œuf. J'ai du le prendre à des criminels qui tentaient de l'emmener, pour le vendre sûrement. C'est un pokémon de ma région. S'expliqua-t-il en se tournant à nouveau vers Levy. Le pokémon s'assit près de lui, sans écraser son sac.

_ *Tu ne me la présentes pas ?! Et tu ne me donnes plus de friandises ?* grommela le pokémon étranger en claquant deux fois les dents.

_ Elle s'appelle Levy McGarden. Répondit-il au pokémon, se penchant légèrement pour sortir sa boite à pokéblocs de son sac. Les yeux mi-clos, d'un air pensif, il ouvrit la boite puis introduit la douceur dans la gueule du dragon d'Unys. Comment va le professeur ?

_ Solo... soloooochiiii.... solo lochii... loo...*elle est partie en voyage, tu dois le savoir... Elle m'a laissée ici, je pense qu'elle savait que tu allais venir... Puis, je préférais être avec toi...* répondit le pokémon en haussant un peu ses épaules.

Arian soupira longuement avant de passer une main sur son visage, ébouriffant un peu ses cheveux au passage. Ensuite, il rangea la boite à poffins et posa son index entre les narines du pokémon bleu.


_ Toi, tu peux venir avec nous, tu ne passerais pas ton temps dans ce village, tu pourrais voir le reste du monde ou voir ta région d'origine. Puis, je pense que ce serait bien plus amusant de pouvoir détruire des choses que rester enfermé dans le laboratoire, n'est-ce pas, Shyvaan ? Evangeline, Gabriel et Sion seraient ravis d'avoir un nouvel ami parmi eux. ajouta-t-il en gloussant. Le pokémon le fixa, même si on ne le voyait pas, ses yeux devaient d'être pétillants, et pleins d'envie. Il ne fit que hocher la tête vigoureusement pour affirmer qu'il préférait venir avec lui. .. Ensuite, il commenta dans le langage des humains, avec un large sourire aux lèvres : Bien, Shyvaan viendra avec nous à la Gakuen. Au fait, ne te gênes pas, demande ce qu'il fasse le plus envie, Levy. Si Spike veut quelque chose, on peut le lui commander, aussi. Termina-t-il. Il n'y a personne de plus persuasif que le chef de la Team Plasma. Et s'il y a quelqu'un, soit il est mort, soit il se cache très bien. Pour l'instant, personne n'a réussi à convaincre Arian de faire quelque chose ou de garder une idée en tête, il a toujours été le plus manipulateur parmi les manipulateurs. Les années d’expérience payent !

Gabriel regardait le nouvel arrivant, interrogatif, Sion l'observait silencieusement, restant auprès du sabelette de la dresseuse et Evangeline... ben... pour la réveiller il fallait qu'elle ait vraiment faim et là, ce n'était pas le cas... Un pokémon qui hiberne, normalement, mais captif il ne fait que dormir beaucoup. Maintenant, Arian attendait voir la ou les réactions de la jeune fille, restant attentif afin de saisir le moindre changement dans son comportement ou dans son esprit.
[justify]


Dernière édition par Arian Cadell Philgard le Sam 10 Mar - 21:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Sam 17 Déc - 12:53

Arian ne répondit pas à Levy. Il se contenta de « parler » à Rayquaza, laissant transparaître le nom de la ville de Celestia. Quoi, aussi loin ? Comment, même un légendaire, pourrait se rendre à l'autre bout de la région aussi rapidement ? En baissant les yeux, la dresseuse aperçut, de sa hauteur vertigineuse, le sommet d'une haute montagne, qui lui rappelait des photos, vues dans un livre. Le mont courroné ! Déjà ?

« Levy, on va aller un peu plus loin, si cela ne te dérange pas, il y a un endroit où on sert une très bonne nourriture et c'est bien plus calme qu'à Vestigion ou à Frimapic ou encore, dans la ville près de l’académie. On arrivera très bientôt, ne t'en fais pas. »

Elle sursauta, surprise. Bientôt ? Bon. Après tout, ce qu'il se passait était tellement surréaliste que Levy préférait se fier aux paroles de son interlocuteur, qui s'était mis, lui aussi, à la tutoyer. La dresseuse aux cheveux bleus en profita pour caresser, elle aussi, les rugueuses écailles de Rayquaza, qui allait à présent un peu plus vite. Si elle le voulait, Levy aurait pu effleurer les nuages du bout de ses doigts, ou appeler les pokémons volants qui voyageaient plus bas. Elle se contenta de profiter du paysage, ne cherchant pas à bousculer la nature, ou à la déranger dans sa lente transformation d'hiver.
Le temps se réchauffait. Maintenant, une douceur automnale caressa le corps de Levy, tandis que l'odeur d'une pluie récente, et celle des feuilles tombantes envahit ses narines. La jeune fille sentit qu'on atterrissait. Doucement, le pokémon légendaire se posa devant un autel. Et voilà que, à peine arrivée à l'académie, Levy découvrait de nouveaux horizons. Déjà, elle voyait parfois quelques pokémons passer paisiblement, des pokémons qu'elle n'avait jamais vu auparavant. Distraitement, elle sortit son pokédex, pour emmagasiner des informations sur eux. Le brouillard se levait, tandis que le grand dragon décollait aussi silencieusement qu'il était venu, laissant la Levy et Arian. Ce dernier se dirigea vers les gravures de la grotte de Celestia. Levy en fit de même, une fois son pokédex bien rempli. Elle aussi effleura doucement les dessins, représentant sans doute les trois légendaires de la région. Spike, lui, s'amusa à visiter l'intérieur de la grotte.

Sombre, l'endroit dégageait une force très étrange, comme une aura mystique. Le sabelette, pas effrayé pour le moins du monde, fit le tour du petit endroit, des pierres tombant parfois des murs. L'endroit semblait être une ruine. Sur le seul mur encore intact, trois, non, quatres dessins étaient représentés, dans l'obscurité : trois elfes, ou trois lutins, avec au milieu un gros point rouge. Spike se dressa sur ses deux pattes, sur le bout de ses griffes, et tenta de toucher les dessins, sans y parvenir.
Alors, il courut jusqu'au milieu de la grotte, et s'amusa un peu avec de petits cailloux. Entendant un bruit brusque retentir, il sortit rapidement, effrayé, avant de se faire tirer la patte par Sion qui l'entraînait à la suite de sa dresseuse et le professeur.

Levy se fit saisir la main par le professeur, qui l'entraîna lentement vers un restaurant à l'air sympathique, et traditionnel, ne servant que des plats cuisinés avec amour. L'aspect traditionnel se confirma lorsque Arian ouvrit la porte de l'auberge ; une cloche tinta, pour signaler leur présence. Spike entra à la suite de la dresseuse, en même temps que le professeur Philgard, toujours patte dans la patte avec Sion. Content de bien s'entendre avec elle, il ne protestait pas, étant une petite créature très sociable.

Se sentant à l'aise dans cet endroit, Levy laissa ses yeux parcourir les vieilles photos dispersées un peu partout dans le restaurant, retraçant ainsi l'histoire de Celestia, tandis qu'une dame à l'apparence assez âgée -dans la cinquantaine, sans doute-, se pressa pour venir à l'encontre des deux personnes, souriante à la vue de Arian. La jeune fille n'eut pas le temps de se poser des questions, puisqu'elle eut une réponse approximative par le biais de la vieille femme.

« Oh, bonjour, soyez les bienvenus. Table pour deux ? Jeune homme, vous êtes le fils d'Eira Philgard, n'est-ce pas ? »

Elle avait dit cette dernière phrase en regardant Arian, comme contente de le voir. Levy fronça les sourcils, attendant avec impatience la réponse de son interlocuteur, qui ne semblait pas vraiment très pressé de répondre, lui. Cependant, au bout d'un moment, affichant son éternel sourire, il répliqua.

« C'est exact. Je suis Arian Cadell Philgard. »

Oui, ça, Levy le savait très bien. Mais qui est Arian Cadell Philgard ? Pourquoi le connait-on dans cette région ? Il semblait ne pas vouloir le dire. Sûrement un sujet « tabou », comme un dit.
Par contre, la vieille femme ne l'avait pas compris. S'approchant, elle saisit la main d'Arian -tiens, il le permettait ? C'est étonnant. En même temps, Levy n'avait pas envie de tester, cet homme lui fait peur, tout de même.- et la tapota en riant, avant de commencer un petit monologue, pendant lequel Arian resta silencieux.

« Oh hohoho, d'habitude je suis en cuisine toujours, mais mon petit fils ne m'aide plus depuis des années. Vous savez , Hélio est quelqu'un de très occupé... De plus on est en manque de personnel. Le serveur est parti faire une course alors, je ne suis qu'avec une jeune stagiaire en cuisine. Enfin, je m’égare, excusez moi. En tous cas, cela me fait plaisir de vous voir. La dernière fois que j'ai vu Eira-chan, elle venait de commencer son voyage pour devenir éleveuse. J'ai beaucoup entendu parler d'elle, elle se débrouille très bien dans votre région, on dirait. Vous lui ressemblez enormement! Comment va-t-elle ? »

Hum. Pourquoi racontait-elle si nonchalamment sa vie, tout d'un coup ? Sûrement une habitude que l'on prend, avec l'âge. Cependant, cette femme parlait de la mère d'Arian comme d'une amie très chère, ou une bonne connaissance. Comment ça, elle se débrouille très bien ? Décidément, Levy en apprend un peu plus à chaque instant sur le professeur aux cheveux argentés. Ce dernier s'en tira avec sa courtoisie.

Une nouvelle fois, il usa de son baise-main en s'inclinant.

« Veuillez accepter mes plus humbles excuses, cela fait longtemps que je ne visite plus ma mère, je ne sais point si elle va bien ou si, dans le cas contraire, elle va mal. Le travail ne me laisse pas beaucoup de temps libre puis, je ne l'ai pas revue depuis plus de huit ans, maintenant. »

Depuis plus de huit ans ? Wouaw, ça fait un paquet d'années, ça. Levy regardait Arian, un air interrogateur affiché sur son visage, tout comme Spike d'ailleurs, qui lui essayait de demander à Sion ce qu'il voulait dire par la.
Le vieille femme parut désolée, presque déçue, en ayant pour seule réaction celle d'inviter les deux jeunes gens à s'asseoir, le sourire aux lèvres, près d'une fenêtre.

«  Venez, asseyez vous, Shin-ichi ne tardera pas à revenir. En attendant, je vous prie de vous installer, et de réfléchir à ce que vous désirez commander. »

Encore avec une grande politesse, Arian tira la chaise de Levy et l'invita à s'asseoir avec courtoisie. La jeune fille ne fit pas de commentaires et s'assit en remerciant le professeur d'un geste de la tête. A son tour, le jeune homme s'assit, posant Eve, encore endromie, sur ses cuisses. Levy saisit un menu, observant les plats et leurs prix, très variés, allant des prix vraiment abordables aux boissons aux prix exorbitants, hors de prix.

Tandis que Spike jouait doucement avec le petit « capuchon » de Sion, Levy, curieuse, essaya de discerner des objets, dans le sac à bandoulière de Arian, qui était ouvert. Elle ne put voir qu'une sorte de fossile, mais cela lui suffit pour que son estime envers le professeur grandisse, aimant beaucoup l'histoire des pokémons. Il sortit son pokématos, le posant à côté de lui, avant de fermer le petit sac, ce qui fit penser à Levy que le sien était toujours sur elle. Imitant son interlocuteur, elle posa son sac orange à proximité, avant de le céder à son sabelette, qui voulait « le protéger de tous les dangers », couinant pour l'avoir. C'était une sorte de devoir qu'elle donnait à son pokémon étant petite, lui demandant de protéger ses affaires. Spike, qui avait encore un esprit enfantin, aimait toujours jouer à ça, et il garda avec attention le livre de sa dresseuse. Lorsqu'il aperçut un Solochi foncer à toute allure vers la table, Spike tira Sion vers lui et se décala brusquement, le sac entre ses pattes, tandis que Arian interceptait le pokémon, qui parvint tout de même à faire reculer le professeur. Levy couina à la manière de son compagnon. Tel pokémon tel maître.

Le pokémon, bien qu'agressif, semblait apprécier Arian, en sautillant, il lui parla dans son langage, commençant un dialogue avec le professeur. Levy avait sa curiositée piquée au vif. Heureusement, le jeune homme l'éclaira.

« Voici Shyvaan ; quand je l'ai trouvé il y a trois ans au sud de Sinnoh, il n'était qu'un œuf. J'ai du le prendre à des criminels qui tentaient de l'emmener, pour le vendre sûrement. C'est un pokémon de ma région. »

C'est joli comme nom, Shyvaan.
Alors, ce pokémon avait été sauvé par Arian, il y a trois ans ? Levy sourit doucement en hochant la tête, contente de savoir que son interlocuteur sauvait des créatures, bien qu'elle s'y attendait un peu.
Arian donna un petit pokébloc à son ami, avant de continuer sa discussion. Mis en confiance, Spike reprit Sion avec sa patte et s'approcha du Solochi, en tirant le sac de Levy derrière lui. Un sourire franc sur les lèvres, Arian finit par annoncer une nouvelle à son interlocutrice.

« Bien, Shyvaan viendra avec nous à la Gakuen. Au fait, ne te gênes pas, demande ce qu'il fasse le plus envie, Levy. Si Spike veut quelque chose, on peut le lui commander, aussi. »

Comme si il avait compris les paroles du professeur, Spike couina en sautillant, les yeux pétillants. Il semblait avoir faim, lui aussi. Mais, faisant confiance à sa dresseuse pour le nourrir, il tira Sion par la patte et l'entraîna plus près encore du Solochi, voulant lui parler.

« Saaaaab, sabelette ! Sablette ! »
C'est beau comme nom, Shyvaan !


Ensuite, en souriant, il le regarda dans.... Euh... Il regarda ce qui était censé être la place de ses yeux et se présenta.

« Sabelette, Sablette ! »
Moi c'est Spike !


Ne sachant pas si Sion voulait parler elle même de son identité, il se tut, attendant la réaction du dragon, pendant que Levy regardait attentivement la carte. Tout lui plaisait dans les menus, le choix allait être difficile. Choisissant une solution de facilité, elle décida de prendre la même chose qu'Arian, sachant que de toute manière, le repas allait être bon.

« Je pense que je vais prendre la même chose que toi. Tout paraît si bon... »

Affichant un sourire, elle regarda ensuite les pokémons.

« Eve hiberne ? Cela fait longtemps qu'elle dort, maintenant. Oh, j'ai l'impression que Sion aime bien mon pokémon. Ils sont adorables. »

La jeune fille ne pouvait s'empêcher de faire des remarques sur les pokémons, c'était plus fort qu'elle. Elle observa encore un peu le menu, avant de remarquer que Spike fixait un pokémon qui mangeait un plat dans une petite coupelle. Les yeux pétillants, il semblait presque hypnotisé par l'odeur exquise des aliments.

« Et euh... Si ça ne te dérange pas, je pense que Spike aimerait bien le plat que ce pokémon, -juste derrière toi- mange. Il a les yeux brillants rien qu'a le regarder. »

A l'aise dans le restaurant, Levy regarda Arian, attendant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Lun 19 Déc - 18:19

Le pokémon de la jeune fille aux cheveux bleu sautillait en couinant, ses yeux pétillants quand Arian lui avait dit qu'il pouvait demander ce qu'il voulait. Il saisit la patte de Sion et l’entraîna lui, cette fois. Il voulait voir de plus près le pokémon d'Unys. Il était curieux et ça se voyait que c'était la première fois qu'il voyait un pokémon comme lui, tout comme pour Levy.

_ Saaaaab, sabelette ! Sablette !  *C'est beau comme nom, Shyvaan ! * fit-il en se pressentant. Il lui fit un grand sourire en tentant de le regarder dans les yeux, mais sa touffe de poils les couvrait. Sabelette, Sablette !  *Moi c'est Spike !* termina-t-il en attendant la réaction du nouvel arrivant.

Le petit pokémon sol se tut, il semblait hésiter un peu, comme si un doute se serait présentée dans son esprit. Il semblait regarder la stalgamin du coin de l’œil, comme s'il hésitait à la présenter aussi. Le solochi pencha la tête sur le côté en claquant des dents avec de lui grogner un peu pour lui dire qu'il était enchanté, avant de sourire sadiquement. Sion gonfla un peu les joues et resta derrière Spike.


_ sttaaaaaaaal gamin...stalgamin miiiiin... *tu fais peur à voir, Shyvaan... Bienvenu parmi nous, en tout cas. Je suis Sion...* se présenta-t-elle en serrant un peu plus la patte de Spike. Le dragon l'intimidait un peu.

Arian regardait la jeune fille de temps à autres, saisissant la carte des menus et la lisant rapidement. Il la voyait hésiter, sans savoir quoi prendre, souriant en regardant tous ces plats qui lui semblaient bons. Cela le fit sourire et glousser intérieurement. Il tapota la tête du dragon bleu foncé pour lui dire de ne pas faire peur à Sion.


_ *Rooooh....je rigolais ! On ne peut même plus rire...* soupira le dragon. Pas tout le monde entendit son commentaire, les autres avaient du entendre une sorte de grognement puis un soupir.

_ Je pense que je vais prendre la même chose que toi. Tout paraît si bon... dit-elle à Arian en souriant. Comme prévu, elle n'avait pas choisi. Eve hiberne ? Cela fait longtemps qu'elle dort, maintenant. Oh, j'ai l'impression que Sion aime bien mon pokémon. Ils sont adorables. Continua-t-elle en essayant de suivre la conversation des pokémon. Elle était en train de regarder le menu quand elle se rendit compte que son petit sabelette faisait une fixation pour un dessert qu'un zigzaton mangeait dans une coupelle. Arian se rendit compte de cela aussi, il regarda très discrètement pour voir ce que ledit pokémon mangeait, puis sourit. Et euh... Si ça ne te dérange pas, je pense que Spike aimerait bien le plat que ce pokémon, -juste derrière toi- mange. Il a les yeux brillants rien qu'a le regarder. Termina-t-elle en regardant Arian.

Elle semblait attendre sa réponse ou sa réaction. Il ne fit qu’élargir son sourire et lâcher la carte des menus. Une jeune homme, aux cheveux noirs avec une mèche rouge sur le côté, en pétard vers l’arrière, s'approcha rapidement de la table avec un calepin à la main. Il avait la peau légèrement halée, il devait avoir dix-huit voire dix-neuf ans, seulement, ne mesurant pas plus d'un mètre quatre-vingt.


_ Veuillez m'excuser pour le retard, Ella-san m'avait dit qu'on avait d'autres clients. Je ne m'attarderais donc pas... s'expliqua-t-il en souriant puis prenant son stylo et son carnet en main. Enfin, soyez les bienvenus à notre auberge, que avez vous choisi?

_ Shin-ichi, est-cela ? Nous avons choisi. S'adressa-t-il au serveur avec un sourire charmeur. Le jeune homme rougit légèrement, même s'il n'avait pas l'air d'être de ce bord là, il était gêné, comme une fille. Alors, j'aimerais deux menus 12 MystDays, avec deux cocktails sans alcool de sitrus et pecha, un mountain dust aux baies lichii, qualot et nanab pour lui puis... continua-t-il en désignant Spike puis en faisant une courte pause avant de s'adresser à ses autres pokémon, sauf à Evangeline, il avait déjà quelque chose pour elle.Vous voulez quelque chose, vous ? Gabriel, Sion, Shyvaan ?

_ * Moi j'ai déjà mangé, mais merci, gamin* fit le solochi en ricanant.

_ Miniiiii, minidraco... dracoooo minidraco ! *Moi je veux quelque chose d'amer et de sucré en même temps, mais chaud... Je peux ? * Demanda Gabriel en regardant Arian.

_ Staaaal....Stalgamin !! *Moi, je veux une glace sucrée et épicée ! Une stekpa nanone ou quelque chose comme ça...* répondit Sion en sautillant, lâchant un moment Spike pour essayer d'expliquer ce qu'elle voulait au serveur, mais, celui-ci ne comprenait rien et riait légèrement, lui tapotait le chaperon. Elle fit la moue, un peu déçue de que l'autre humain ne la comprenne pas comme son maître.

_ Il est beau et gentil votre petit stalgamin, il s'appelle comment ?Demanda le serveur au jeune professeur.

_ C'est une femelle, elle s'appelle Sion et elle ne tentait pas d'être gentille envers vous, elle voulait vous demander un sorbet stekpa-chocco-nanone. Répondit Arian poliment mais corrigeant le serveur, qui , lui, rougit fortement en grattant doucement sa joue à l'aide de son index. Le jeune chef de la Team Plasma tendit une main au serveur et la posa sur son avant bras, souriant. Détendez vous, voyons. Ne vous en faites pas, cela arrive souvent qu'on pense qu'elle est un mâle. Pas tout le monde sait discerner le genre des pokémon à vu d’œil. Ajouta-t-il, toujours souriant. Ses yeux changèrent de couleur, mais, allez savoir pourquoi, l'un de ses yeux devint bleu cyan et l'autre violet. Pour ne pas mettre mal à l'aise le jeune homme, il retira directement la main. Pour finir, j'aimerais aussi un velouté de baies sédra et fraigo flambé, s'il vous plaît.

_ C-ce sera tout ? Bégaya ledit Shin-ichi en notant la commande, souriant. Il était plus que gêné. Alors, je vous apporte les boissons et le repas des pokémon au plus vite, votre repas ne tardera pas à venir, je vous prie de patienter un instant. Ajouta-t-il avant de s'incliner légèrement et de partir aussi vite qu'il était venu.

Arian avait eu une telle facilité à mettre quelqu'un de sérieux et de professionnel dans l'embarras et dans la gêné... Il caressa Sion pour qu'elle cesse de faire la tête et elle ne tarda pas à se détendre. Gabriel avait l'air tout content d'un coup, ce que Arian avait demandé était l'un de ses repas préférés. Puis, concernant le repas des deux humains, le jeune professeur avait opté pour un menu qu'il avait jugé plus appétissant que les autres pour une fois, même si son prix... ben... c'était plus qu’élevé pour quelqu'un de normal qui ne soit qu'un professeur ou un étudiant. Il avait prit deux menus avec : du poisson -sans arrêtes- à la béchamel avec des pommes de terre violettes marinées et persillées avec des champignons, pour premier plat ; une salade de baies avec du fromage blanc et du coulis pécha et chocolat puis un cocktail maison pour la boisson. C'était un repas complet, simple mais qui était bien vu.


_ Levy, dès qu'on aura fini de manger, est-ce que cela te dérange si on va un moment aux grottes ? J'ai quelque chose à faire là bas. Termina-t-il en souriant.

Il avait une affaire entre les mains, oui et il savait qu'elle n'allait pas penser que c'était quelque chose de gros. Enfin, qu'elle n'allait pas se douter de l'importance que cela avait, du moins pas jusqu'au moment où il dévoilerait ses découvertes sur les lieux. Quelques secondes plus tard, le serveur revint avec le repas des pokémon et les cocktails pour les deux humains. Sion mangea toute contente son sorbet, Arian posa Gabriel sur la chaise libre qu'il y avait à côté d'Evangeline et il mangea silencieusement mais souriant. Shin-ichi posa doucement les cocktails devant des deux individus puis repartit avec le sourire, Arian l'intimidait et semblait le rendre nerveux. C'était presque comme une réaction amoureuse, ce que le professeur trouvait amusant. Il gloussa en levant légèrement sa coupe en direction de son élève avant de l'approcher de ses lèvres et siroter la boisson doucement.



Dernière édition par Arian Cadell Philgard le Sam 10 Mar - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Ven 23 Déc - 13:31

Tandis qu'Arian choisissait ce que Levy et lui allaient prendre, un serveur arriva. Les cheveux noirs, une petite mèche rouge se détachant sur le côté, il semblait jeune, à peine plus âgé que la jeune fille. D'ailleurs, comme si c'était l'un de ses passe temps favoris, Arian s'amusa à déstabiliser le jeune homme, usant de son charme. Comment Levy l'avait-elle remarqué ? Eh bien, elle commençait peu à peu à cerner son interlocuteur, après tout.
Un jeune homme, professeur éleveur, aux cheveux argentés et aux yeux d'une couleur assez changeante. Il est courtois, possède un côté charmeur et est également un peu misanthrope. Un peu ? Pas si sûr.

Le professeur demanda à ses pokémons ce qu'ils voulaient, après avoir commandé pour Spike. Celui ci se pourlécha la bouche, hâtif de manger, tout en essayant de ramener Sion devant Shyvaan, en lui expliquant tant bien que mal qu'il ne fallait pas avoir peur du dragon, qu'il rigolait sûrement.

C'est Sion qui lâcha le sabelette pour faire des gestes en criant, comme pour commander. Tandis que Spike souriait, le serveur tapotait le stalgamin en riant. Sion fit la moue, apparement déçue. L'homme à la mèche rouge demanda le nom de Sion, la trouvant adorable, sûrement avec en tête l'idée que le pokémon l'appréciait. Arian brisa ses r^ves si brusquement que Levy ne put retenir un petit rire.

La main sur l'avant-bras du jeune homme, l'éleveur commanda les plats des pokémons, retirant peu après sa main du bras du serveur. Celui-ci, rouge pivoine, nota la commande, en balbutiant, tandis que Levy faisait semblant de tousser pour étouffer son rire, et il partit rapidement.

« Levy, dès qu'on aura fini de manger, est-ce que cela te dérange si on va un moment aux grottes ? J'ai quelque chose à faire là bas. »

En souriant, Levy allait donner sa réponse -affirmative-, mais le serveur revint avec les plats des pokémons, et les deux cocktails commandés par Arian. La jeune fille observa un moment Spike manger avec délice sa nourriture, puis -après avoir levé son verre-, but tranquillement l'exquis cocktail, avant, enfin de répondre.

« Non, ça ne me dérange pas du tout. Prend ton temps, la-bas. »

Elle ne savait pas ce que le professeur comptait faire lz-bas, mais elle s'en fichait, consciente qu'il ne lui ferait pas de mal -du moins physiquement, on est sûrs de rien, psychologiquement-.
Spike couina en direction de Levy, qui se demanda ce qu'il voulait. Le sabelette se leva et tendit le sac à sa dresseuse, qui rit un peu et le prit, comprenant qu'il ne voulait pas tâcher la petite sacoche. C'est adorable.

Levy se demandait parfois ce que pensait ses parents de ce qu'elle faisait, en ce moment. Etait-ils fiers de leur fille ? Veillaient-ils sur elle, et sur son pokémon ? Tant de questions qui n'auront jamais de réponse, cela la déstabilisait vraiment. Puis, Spike était-il content de sa situation ? Voulait-il retourner dans son habitat ? Non, enfin, c'est dur à savoir. Le pokémon ne saurait pas le dire non plus. Il est vraiment heureux avec sa dresseuse, mais Johto lui manque. Il faudrait retourner la-bas, un jour...

En secouant sa tête, comme pour chasser ces obscures questions, Levy refoula soudain un sourire mesquin. Le regard fixé sur une fenêtre, elle observait le paysage, d'un air satisfait. Elle avait trouvé une nouvelle question.
Tandis que les nuages défilaient lentement, la brume s'évaporait, encore, peu à peu, laissant apparaître un ciel d'un bleu légèrement grisé. Près de la grotte, on pouvait encore voir les traces de roches fracassées, causées par l'atterrissage du grand Rayquaza peu auparavant. Déviant son regard vers son interlocuteur, Levy refléchit encore un peu à sa formulation.
Elle aurait peut-être des réponses, cette fois-ci...

En reposant son cocktail, la jeune fille regarda Arian de nouveau, et lui posa, une nouvelle fois, une question.

« D’où te vient cette courtoisie, Arian ? »

Oui, en effet, c'était une autre formulation de « qui êtes vous », en plus... Diplomate ? Surtout qu'en ce moment, Levy n'était ni effrayée, ni sous pression. Non, sa curiosité la rongeait horriblement, voilà tout. Mais l'originaire de Johto savait qu'Arian ne lui répondrait pas comme elle le voulait. Il lui donnerait encore une réponse sans aucun sens, faisant semblant d'ignorer le sens de sa phrase. Comme d'habitude. Mais un jour, Levy gagnera sa réponse, et elle en saura plus sur le professeur. C'est une promesse faite à elle-même, la petite fille intriguée par son environnement.
En reprenant son cocktail, Levy fixait toujours Arian dans ses yeux de couleur changeante, sans broncher, avec pour but de ne jamais baisser les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Ven 23 Déc - 16:13

Arian soutenait toujours le regard de Levy, levant sa coupe, l'observant. Elle semblait pensive, puis elle secoua la tête. Arian du retenir un sourire narquois. Les réactions de son élève l'amusaient au plus haut point. Elle venait d'avoir une nouvelle idée en tête ? Arian attendit voire ce qu'elle allait dire, trouvant cela plus amusant que de prédire ce que son interlocuteur voulait dire. La jeune fille aux cheveux bleus leva enfin sa coupe aussi et s'adressa à son professeur.

_ D’où te vient cette courtoisie, Arian ? Demanda la jeune fille poliment. Elle tentait de cacher ce qu'elle ressentait, le camoufler mais elle ne semblait pas comprendre que Arian était empathe. Elle était des plus curieuses qui soient ; elle voulait absolument savoir plus sur son professeur. Pourtant, parfois il vaut mieux ignorer certaines choses ou sujets à l’égard de quelqu'un ou de quelque chose. Elle regardait son professeur dans les yeux, décidée à en savoir plus, donc.

Le jeune chef de la Team Plasma n'eut pas à réfléchir pour répondre. Il ne mentait pas, il ne détournait pas la réalité vu que c'était vrai ce qu'il allait dire, mais il gardait son identité secrète, en plus. Il trouvait bien plus amusant de lui donner des tous petits indices que, pour elle n'avaient aucun sens mais, si on les assemblait tous, additionnant son caractère, ses disparitions pour ses soit disant « affaires urgentes » et le fait qu'il soit si peu... « humain », on tomberait dans le mile. M'enfin, pas tout le monde connaît la Team Plasma, personne ne sait qu'ils ont changé de chef, donc, même au sein des organisations, ils pensent toujours N et Ghetis au pouvoir alors que c'est lui qui tire les ficelles depuis plus de six ans.


_ Cette courtoisie me vient de famille, c'est tout. Disons, que, pour éclaircir un peu le sujet, je suis fils unique, depuis quelques années une je gère grande entreprise internationale que j'aimerais amener aussi dans cette région. C'est tout. Je préfère passer inaperçu ou ne pas en parler du tout. Répondit-il sans donner plus de détails. Si ce que tu te demandes c'est quel genre d'entreprise je gère, c'est assez difficile d'expliquer car on touche à plusieurs domaines : archéologie, histoire, sciences, psychologie humaine et pokémon, relations et entendement commun, commerce, etc. Ajouta-t-il en souriant.

Le jeune professeur déposa son verre doucement quand on leur apporta les grandes assiettes parfaitement présentées avec leur premier plat. Il regarda le jeune fille et attendit à ce qu'elle veuille bien commencer à manger. Même s'il était misanthrope il aimait avoir de la compagnie parfois, quelqu'un de différent à qui montrer le monde à travers de ses yeux ; mais, souvent on méprisait ses gestes, ses propos, bien qu'ils soient le plus persuasifs ou convaincants qui soient. Il avait beau comprendre les autres, il ne se comprenait pas lui même, il ne savait pas pourquoi est-ce qu'il pouvait parler avec les pokémon, si c'était une bénédiction ou une malédiction qui lui avait été lancée lors de sa naissance. Il trouvait que c'était une bonne chose pour lui, vu que les pokémon étaient ce qu'il aimait le plus et ceux qu'il désirait aider. Enfin, quand la jeune fille se mit à déguster son repas, il se mit à manger aussi, gardant ses manières à table, sa politesse et tout. Il restait droit même s'il ne se rendait pas vraiment compte.

Il sait parfaitement qu'il ne se trompera jamais au sujet de quelqu'un, qu'il aura toujours raison vu qu'il n'aborde jamais ce qu'il ignore ou ce qu'il ne connaît pas, mais, il y a bien quelque chose sur qui il n'aura jamais raison jusqu'à ce qu'il la comprenne : ses propres sentiments. Il savait parfaitement manipuler les autres, il était une éponge à sentiments, mais il ne comprenait pas les siens, il ne ressentait que de l'ennui ou de l’amusement, si quelque chose lui plaisait c'était parce que ça lui plaisait et, dans le cas contraire, il ne cherchait pas à comprendre. Tout le monde a bien son talon d’Achille.


_ Oh, j'avais oublié, excusez moi : Bon appétit. Fit-il en s'adressant tantôt à Levy comme à leurs pokémons. Il venait de tilter qu'il n'avait pas souhaité un bon repas à ses accompagnants. Il sourit légèrement et continua de manger, en silence. Une fois qu'ils finirent le premier plat, le serveur apporta le second puis les desserts. Arian avait demandé en plus un café et quelques pâtisseries traditionnelles à emporter. Excuse moi un instant, je reviens, je vais aller payer, prends ton temps pour manger. Continua-t-il ; Il se leva prenant son portefeuilles et alla à l'accueil-comptoir pour payer.

Quand il revint, il prit Gabriel autour du cou et remit Evangeline dans sa capuche vu qu'elle dormait toujours. Sion restait avec Spike et semblait s'entendre -enfin- plus ou moins bien avec Shyvaan qui souriait de toutes ses dents. Voyant que la jeune fille avait fini, il prit ses affaires et sourit à nouveau. Il ne voulait pas la presser donc il attendit qu'elle veuille bien se lever et, quand ils furent devant la porte, il la lui ouvrit et attendit qu'elle sorte ainsi que ses pokémons. Ensuite, il sorti et referma la porte puis se dirigea vers la grotte, pensif. Il ne s'était pas rendu compte mais il avait perdu son sourire.

Une fois à l’intérieur, il demanda à Shyvaan de ne pas utiliser flash, vu que cela leur abîmerait les yeux. Il s'approcha du mur où il y avait le dessin des trois crés ainsi que la gravure de la pierre rouge. Il l'effleura du bout des doigts, d'un air nostalgique, puis posa son front contre le mur, fermant les yeux un bref instant. Il resta en silence sans attendre aucune réponse ni réaction de son élève, les gravures captaient toute son attention.


Dernière édition par Arian Cadell Philgard le Sam 10 Mar - 21:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Ven 23 Déc - 23:41

Arian ne prit pas beaucoup de temps pour répondre. Il semblait confiant, comme si son secret ne serait pas découvert avant bien longtemps. Car pour Levy, c'était sûr, le jeune professeur lui cachait quelque chose, mais elle ne parvenait pas à savoir... Quoi.

« Cette courtoisie me vient de famille, c'est tout. Disons, que, pour éclaircir un peu le sujet, je suis fils unique, depuis quelques années une je gère grande entreprise internationale que j'aimerais amener aussi dans cette région. C'est tout. Je préfère passer inaperçu ou ne pas en parler du tout. »

Il ne mentait pas. C'était la pure vérité... Comme d'habitude. La jeune fille avait vite comprit que le jeune homme ne mentait jamais. Soit il détournait sa vérité à sa guise, soit il ne disait rien... voilà tout. Pourquoi ? Pourquoi cacher tant de choses à Levy ? De toute manière, celle-ci découvrirait un jour l'identité exacte de son interlocuteur, comme il découvrira un jour la mort de ses parents, soit en fouillant dans des dossiers d'élève, soit en lui parlant directement... Ou même en demandant à Spike, qui sait.

Arian gère une entreprise internationale. Ah bon ? Quel genre d'entreprise cela pouvait-il être, puisqu'il pouvait également être professeur à plein temps dans une académie réputée de Sinnoh ?

« Si ce que tu te demandes c'est quel genre d'entreprise je gère, c'est assez difficile d'expliquer car on touche à plusieurs domaines : archéologie, histoire, sciences, psychologie humaine et pokémon, relations et entendement commun, commerce, etc. »

Si Levy n'était pas aussi vive d'esprit, elle aurait immédiatement demandé « quelle est cette entreprise ? Quel est son nom ? »...
Mais ce n'est pas amusant. Pourquoi ne pas nourrir sa curiosité petit à petit ? L'adolescente commençait à se prendre au jeu du jeune homme. Lui même était sûrement conscient que même si cela devait lui prendre des mois, voir des années, Levy n'abandonnerait pas. Elle le trouvait bien trop étrange, pour laisser cet homme partir sans demander son reste.

Puis une entreprise traitant autant de domaines différents, ce n'est forcément pas une entreprise comme les autres. C'est quelque chose d'insolite, d'unique, peut-être. De plus, si cette fameuse « entreprise » devait être internationale, Levy aurait dû la connaître, non ? Finalement, cette réponse n'apportait que plus de questions...

Encore une fois, Arian afficha son éternel sourire, apportant pile les réponses que Levy demandait, sans aller chercher plus loin dans ses questions, comme si cela l'amusait. Eh bien, ce petit jeu, la jeune fille le gagnera, dusse-t-elle fouiller dans les archives d'une bibliothèque pour découvrir plus d'indices. Parce que, bien sûr que oui Levy allait se renseigner à la bibliothèque. Pourquoi ne le ferait-elle pas, après tout ?

Peu après avoir clôturé ses réflexions, Levy s'aperçut qu'on apportait le repas à Arian et elle.
Celle-ci commença à manger doucement, complètement à l'opposition de Spike qui dévorait goulûment son plat. Tandis que la jeune fille s'efforçait de ramener ses cheveux indomptables vers l'arrière pendant qu'elle mangeait, ses pensées étaient dirigées ailleures, vers la façon de penser de l'homme en face d'elle. Il était misanthrope, oui, sans aucun doute. Oui, mais alors, pourquoi rester avec une humaine comme Levy ? C'était vraiment incompréhensible. Du moins, pour l’intéressée.
Comment pensait Arian ? Qu'avait-il dans la tête, à propos de Levy et de son caractère ? Qui était-il vraiment ? Toutes ces questions se mêlaient dans un puits d'obscurité, destinées à ne jamais avoir de réponses. A part si l'adolescente insistait, si elle s'efforçait de poser ces questions. Exercice bien difficile, face à une personne telle que le professeur aux yeux changeants...

Ce dernier souhaita -bien qu'en retard-, un bon appétit à la dresseuse aux cheveux bleus. Celle-ci lui rendit sa politesse, et continua de manger, tandis que le jeune homme partait payer.
Levy pensa soudain à quelque chose. Si Arian pouvait réellement comprendre Spike, elle devait prévenir son pokémon que le jeune homme ne devait pas découvrir la mort des parents de Levy par le sabelette. La jeune fille ne voulait aucune courtoisie à propos de son arrivée à Gakuen. Elle voulait juste qu'on la traite comme une adolescente possédant ses deux parents, c'est à dire sans aucune pitié, si il ne devait pas en avoir. Elle voulait grandir en connaissance et en maturité comme les autres, sans aide, et combattre aux côtés de ses pokémons, toujours.

Une fois le repas fini, Levy reprit sa sacoche et mit sa veste autour de son dos, avant de suivre Arian, Spike sur les talons. Le professeur se dirigea vers la grotte qu'il voulait explorer, et y entra. Après une légère hésitation, le sabelette y entra à son tour, effrayé par le cri qu'il avait entendu en venant avant de manger.
Dans l'obscurité, le pokémon s'accrocha à sa dresseuse, cette aura énigmatique l'enveloppant de nouveau. Il craignait que le bruit ne se reproduise. De plus, Shyvaan n'avait pas le droit d'éclairer la pièce.

Arian se dirigea immédiatement vers les gravures, avant de les effleurer des doigts, et de poser son front contre le mur, les yeux fermés. Levy ne chercha pas à comprendre, et resta totalement silencieuse.
Lorsque Spike couina, toujours aussi méfiant, elle lui demanda, en chuchotant, de se taire, ne voulant pas déranger le professeur.
Ses talons étrangements silencieux, l'adolescente fit le tour de la grotte, Spike toujours accroché à elle. Cet endroit était digne de ses meilleurs livres fantastiques. Une aura mystérieuse, d'anciens dessins, une obscurité persistante.

Malgré tous ces arguments qui auraient dû au moins provoquer un sentiment de méfiance chez Levy, celle ci restait calme. Que cachait Arian derrière son sourire ? Un trouble, des sentiments ? Ou peut-être même cherchait-il à camoufler ses pensées les plus persistantes, derrière cet éternel sourire. Pourtant, Levy savait comprendre les gens. Au lieu de tant de mystère, elle aurait pu peut-être aider Arian à se comprendre lui-même, si il n'y parvenait pas seul. Mais lui voulait jouer à la devinette, aux énigmes. Très bien, c'est bien l’aîné qui choisit, d'habitude.
Silencieusement, Levy s'assit, le regard fixé sur le professeur, dans l'obscurité, alors que même Spike voulait enfin se taire. Elle avait tout son temps, savait boucler ses sentiments en elle-même. Elle pouvait rester silencieuse et immobile très longtemps. Elle espérait que Arian, lui, pourrait terminer ce qu'il avait à faire. Et dans ce but, Levy resta assise sur le sol rocheux, avec pour seuls gestes ceux nécessaires pour que son bandeau reste bien en place.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Sam 24 Déc - 0:54

Quelques secondes après que le jeune professeur pose son front contre le mur, la jeune fille aux cheveux bleus et son pokémon firent un petit tour à la grotte, silencieusement. Shyvaan restait près de l'entrée, en silence, assit. Arian resta un bon moment contre le mur, comme s'il tentait de se concentrer, attendant quelque chose. Quand il se redressa à nouveau, le cris que le sabelette de la jeune fille avait entendu toute à l'heure, retentit à nouveau dans la grotte. Arian et le solochi semblaient tranquilles, seulement Sion et Gabriel étaient inquiets. Arian s’éloigna un peu du mur, rouvrant les yeux. Ses yeux étaient d'un rouge brillant, étrange, ils brillaient légèrement.

_ Être de savoir, Être d’émotion, Être de volonté. Créhelf, Créfollet, Créfadet. Que de ces lieux menant à la lumière du savoir soient votre tombeau, celui de la porte aux ténèbres. Vous, les trois frères, fils de la Création, enfants d'Arceus. Votre sanctuaire sera protégé, désormais. Je ne viens que pour passer un message : le fil du destin fut récupéré des mains souillées, maintenant, il est en sécurité. Fit-il comme s'il cachait un vrai message dans ses paroles. Il parlait de la chaîne rouge que les unissait et qui était sûrement destinés à capturer les autres deux titans de la région, les autres gardiens de l'autel et de ce qui cache la grotte : Palkia et Dialga. Le cri cessa, mais l'entrée de la grotte se ferma, comme si la salle était condamnée. Sol, plafond et parois tremblaient jusqu'à ce qu'au centre de la salle s'ouvre un passage au sol avec des escaliers en pierre noire. Quand tout cessa de trembler. Arian demanda à ses pokémon de fermer les yeux, il s'approcha rapidement de Levy, la gardant contre lui et faisant que Sion cache les yeux de Spike puis il dit : Shyvaan, utilise flash !

_ Soloooooochii~ !! *ok, l'gamin* s'exclama-t-il en éclairant la chambre obscure. Des centaines d'autres gravures plus anciennes et presque effacées comme des messages ou des mots, l'histoire écrite dans un langage aussi vieux que la grotte étaient inscrits sur les murs et sur les escaliers qui descendaient vers une nouvelle salle.

Arian se sépara de Levy et Sion de son pokémon. Une fois que tous les tremblements cessèrent, Arian regarda la gravure des trois crés avec ses grands yeux vermeilles, toujours aussi brillants. Il s'approcha des escaliers puis regarda Levy.


_ Ce qui se passe ici, dans entre ces murs, restera entre nous. Si tu veux descendre avec moi, vas y, mais ne touche rien, suis moi et fais un sorte que Spike ne panique pas quand on descendra. Dit Arian à la jeune fille, descendant les escaliers. Mais, sache que On n'est pas toujours ce que le miroir réfléchit, ce n'est qu'un reflet... D'ailleurs, il ne réfléchit que les apparences, une façade et tout dépend de l'œil qui regarde...

Arian savait que la curiosité de la jeune fille la poussait à descendre, ne serait-ce que pour savoir où comptait aller son professeur d'une façon aussi étrange et assurée, c'est pourquoi il lui dit cela avec un large sourire aux levres.

Une fois en bas des escaliers, il y avait un grand temple sous-terrain que les anciens avaient du construire à l'époque où ils vénéraient toujours les pokémons. En bas, pas loin, il y avait une sorte de gros rocher rouge et noir, en plein chemin, il bouchait le passage vers un grand bassin naturel à l'eau limpide. Quand Arian s'approcha de trop, le rocher ou plutôt, la colline bougea, se dressant sur deux pattes: Groudon. Son cris retentit dans tout le temple.


_ Créhelf, nous ne venons pas voler, je viens vous rendre l'un des fruits des convoitises humaines Dit Arian d'un ton neutre, regardant le pokémon. Celui-ci fit deux pas vers lui, tout tremblait à son pas mais le titan s’arrêta voyant que Arian ne bougeait pas d'un poil.

Quelques secondes après, il semblait avoir comme des interférences sur le pokémon, comme quand une image ou une vidéo était brouillée. Groudon disparut et Créhelf sortit des ombres, prenant la place du pokémon illusion. Silencieux, Arian mit une main dans la trousse de sa ceinture et sortit quelque chose, enveloppé dans des feuilles de baie lichii puis le tendit à l'être du savoir. Celui-ci sembla reconnaître l'objet et s'approcha. À ce moment même, Créfadet et Créfollet apparurent auprès de leur frère et récupérèrent l'objet, le sortant de l'enveloppe. C'était une pierre rouge. Elle brilla fortement pendant une ou deux minutes, quand les trois pokémon la touchèrent; ensuite, celle-ci disparut en même temps qu'eux. Ce ne fut qu'une dizaine de minutes plus tard, que Arian soupira et referma sa trousse en passant une main sur ses cheveux, les ébouriffant légèrement. Il rompu enfin le silence.


_ Un en moins. Souffle-t-il en sortant son pokématos, avançant vers une sorte d'autel qui ressemble énormément à celui de la surface. Avec l'agilité d'un pokémon, saute sur le rebord de l'autel à environ un mètre du sol et se tourne vers le temple, tend son pokématos, fait une photo et descend. Pianote quelque chose sur son pokématos puis sauvegarde la photo avant de le ranger. Posant son regard écarlate sur la jeune fille, il s'adressa à elle avant de retrouver le silence de tantôt : bon, on peut y aller. J'ai fini ce que j'avais à faire.

Il retourna aux escaliers, en silence donc, avec ses pokémon autour de lui sauf le solochi qui attendait son retour en haut. Il remonta les escaliers, sérieux. Décidément, il était tout sauf normal. Toujours aussi peu orthodoxe avec ses manières...


Dernière édition par Arian Cadell Philgard le Sam 10 Mar - 21:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Sam 24 Déc - 1:47

Quand Arian s'écarta du mur, ses yeux étaient devenus rouges. Levy réprima un cri, tandis que son pokémon la serrait toujours plus fort. Le professeur se mit à murmurer une étrange « incantation » ; ses yeux brillaient légèrement. Il avait réellement l'air d'un démon. En se levant, préparée au pire, Levy écouta les paroles de l'étrange homme malgré elle.

« Être de savoir, Être d’émotion, Être de volonté. Créhelf, Créfollet, Créfadet. Que de ces lieux menant à la lumière du savoir soient votre tombeau, celui de la porte aux ténèbres. Vous, les trois frères, fils de la Création, enfants d'Arceus. Votre sanctuaire sera protégé, désormais. Je ne viens que pour passer un message : le fil du destin fut récupéré des mains souillées, maintenant, il est en sécurité. »

D'un coup, la salle se mit à trembler, et la grotte fut condamnée, soudainement, sans raison apparente. Le sol, et les murs étaient en proie à un violent remue-ménage, tel que certaines roches tombaient par endroits.
Soudain, un passage caché s'ouvrit au centre même de la grotte ; des escaliers en pierre noir de jais avaient fait leur apparition. Arian se dirigea rapidement vers Levy, et la serra contre lui de telle sorte à ce qu'elle ai les yeux cachés, bientôt suivi de Sion qui couvrit les yeux de Spike, quand Shyvaan utilisa sa compétence Flash.

Une fois la pièce éclairée, Arian et Sion se détachèrent de Levy et son sabelette, encore muets de stupeur.

« Ce qui se passe ici, dans entre ces murs, restera entre nous. Si tu veux descendre avec moi, vas y, mais ne touche rien, suis moi et fais un sorte que Spike ne panique pas quand on descendra. »

Il commença à descendre les escaliers, conscient que malgré sa peur, Levy le suivrait, sans aucun doute, à cause de sa maudite curiosité. Spike, comme ayant comprit les paroles du professeur, descendit silencieusement, ne faisant que trembler, ses petites griffes claquant sur le sol.

« Mais, sache que On n'est pas toujours ce que le miroir réfléchit, ce n'est qu'un reflet... D'ailleurs, il ne réfléchit que les apparences, une façade et tout dépend de l'œil qui regarde... »

Tiens, Arian est également fort en métaphores, et en phrases énigmatiques ? Encore quelque chose qui lui ajoutait une couche de mystère... Finalement, la jeune fille parviendra t-elle un jour à le cerner complétement ?
Puis le jeune homme souriait, encore. Un très large sourire, qui, combiné à ses yeux d'un vermeil brillant, ne faisait qu'effrayer un peu plus l'adolescente.

Pourquoi le rouge fait-il si peur ? Couleur du sang, le sang qui se déverse lors des grandes batailles. Le sang qui peut ôter la vie d'un être, si il coule en trop grande quantité. Et pourtant.
Le sang sauve, aussi. Le sang peut insuffler la vie. Alors pourquoi le rouge est une couleur désignée comme la couleur des démons, avec le noir ? C'est un grand mystère, qui n'a sûrement encore jamais été résolu...

Au pied des escaliers, Levy réprima un cri d'extase ; devant ses yeux se trouvait un grand temple souterrain, sûrement jamais découvert par qui que ce soit. Il n'y avait pas âme qui vive, seulement un énorme rocher bicolore, teinté de rouge et de noir.

Soudain, la roche se dressa sur ses pattes arrières, laissant apparaître un visage géométrique entièrement rouge, et fissuré de noir, semblable à un volcan. Levy avait déjà vu cette chose dans ses livres ; le pokémon légendaire devant elle s'appelait Groudon.

Tentée de fuir, elle n'en fit rien. Si Arian ne paniquait pas, c'est que tout se passait selon ses plans. Arian n'est pas suicidaire, donc tout va bien.

« Créhelf, nous ne venons pas voler, je viens vous rendre l'un des fruits des convoitises humaines »

Créhelf ?! C'est Groudon qui se tient devant le professeur ! Pourtant, Levy, elle, comprit. Le pokémon mythique n'était qu'une illusion. Pourtant, ses pas résonnaient bruyamment dans la grotte, faisaient trembler les murs, de nouveau. Mais l'idée de la jeune fille se confirma lorsque l'image de brouilla, se « raya », avant de disparaître, laissant place au fameux Créhelf, l'un des lutins de Sinnoh.

Arian fouilla un moment dans sa trousse, pas troublé le moins du monde, avant de tendre un objet soigneusement enveloppé au pokémon légendaire devant lui. Levy était si surprise que sans Spike pour lui tenir les jambes, elle aurait sûrement vacillé.

Juste après arrivèrent les deux frères de Créhelf ; Créfadet et Créfollet. Les deux lutins récuperèrent l'objet, qui se révéla être une pierre aussi rouge que les yeux d'Arian.
Soudain, les trois pokémons disparurent aussi vite qu'ils étaient venus.

Pendant un petit moment, il n'y eut rien que du silence entre les deux humains. Tout était silencieux. Aucune roche de crissait, aucun pokémon ne criait.
D'un coup, le professeur rompit ce moment de silence, en lançant un petit « un en moins » bien mystérieux, puis il sortit son pokématos pour sauter avec l'agilité d'un chat sur l'autel, et prit une photo du temple, pour ensuite la sauvegarder, après être descendu.
Le jeune homme finit par regarder Levy de son regard rouge écarlate, en lui disant qu'il avait fini ce qu'il avait à faire.

L'adolescente regarda un moment son interlocuteur sans rien dire, avant de le suivre dans les escaliers.
Une fois ressortis, elle recouvra enfin la parole, ce moment de frayeur passé. Elle savait que son air culotté allait peut-être lui valoir quelques questions, ou paroles désagréables, mais Levy ne pouvait se retenir d'être franche avec les gens qu'elle connaît. Même avec ceux qu'elle ne connaît pas, d'ailleurs.

« Arian... Tu es vraiment effrayant, parfois. Par exemple, tes yeux ne m'inspirent pas confiance, la. »

Elle disait ça sérieusement, sans même faire la moue. Seul un sentiment de frayeur et aussi une petite sensation de stupeur l'envahissait, tandis que la curiosité la rongeait toujours plus. Quel étrange personnage...

Soudainement, Levy se dit qu'elle n'avait qu'a être franche, et dire ses pensées directement à son interlocuteur. De toute manière, il est tellement étrange qu'il pouvait sûrement deviner ce qu'elle pensait. Autant l'assumer.

« Je vais t'avouer quelque chose. J'arrête pas d'essayer de te soutirer des informations importantes, mais même avec toutes les formulations du monde, je n'y parviens pas. Je ne dois pas être douée en énigmes... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Sam 24 Déc - 18:06

Une fois que le jeune professeur et la jeune fille sortirent du sous-sol, celle-ci semblait avoir peur de lui, tout comme elle avait des choses à dire. Ayant recouvré la parole perdue quelques minutes auparavant, elle s'adressa à son professeur d'un ton sérieux et plus que franc :

_ Arian... Tu es vraiment effrayant, parfois. Par exemple, tes yeux ne m'inspirent pas confiance, la. Fit-elle. Arian ne fit qu'avancer un peu plus jusqu'au mur où se trouvaient les gravures qu'il avait touché tantôt. Il sentait parfaitement qu'elle était aussi curieuse qu'effrayée par ce qu'il venait de se passer. Il ne savait pas que ses yeux étaient devenus rouges, il n'en avait pas conscience. Il savait qu'ils changeaient de couleur mais pas qu'il pouvaient être effrayants. Il ne dit rien, se contentant de réajuster sa tenue et d’épousseter ses habits. Je vais t'avouer quelque chose. J'arrête pas d'essayer de te soutirer des informations importantes, mais même avec toutes les formulations du monde, je n'y parviens pas. Je ne dois pas être douée en énigmes... ajouta-t-elle en disant ce qu'elle pensait, le plus sincèrement possible. Arian ne lissait pas dans les pensées, il avait assez avec son empathie. Il fut soulagé pour une raison qui lui était inconnue quand elle lui révéla ses plus profondes pensées.

Le jeune professeur se tourna vers elle, la regardant puis il sourit d'une façon qu'il ne l'avait jamais fait auparavant : il lui sourit sincèrement et quasi tendrement, ce fut spontané et naturel. Ensuite, il ferma un instant les paupières, ses traits s'adoucirent révélant une partie de lui qu'il ne montrait jamais aux autres humains. Il allait dire quelque chose mais il préféra se taire et de reformuler l'incantation qu'il avait prononcée il y a plus d'une demie heure pour que la grotte redevienne comme avant. La salle revint à sa place, l'entrée s'ouvrit et Arian se contenta s'approcher Levy, caresser la tête doucement et te se diriger vers la sortie en silence.

_ On n'a pas besoin d'être doués en énigmes pour en formuler des centaines. Il ne faut qu'avoir une question à laquelle on pense qu'il n'y a pas de réponse ou que seule l'existence peut y répondre pour avoir un énigme. La vie en elle même est un énigme... tout être vivant, tout être existant, matériel ou immatériel a son propre énigme : sa raison d'être. Ce que la plus part ignorent, car c'est cela qui les fait vivre. Fit-il d'un voix assez douce mais sérieuse. Il était presque triste dans sa façon de parler. Ce qu'il disait, il ne le savait que très bien. Lui qui avait toujours trouvé les réponses qu'ils voulaient, ce qu'il cherchait et ce qu'il voudrait trouver n'avait pas grande chose à faire et rien ne l’intéressait pour cette raison. Mais, s'il s’intéressait à ce qui lui était inconnu, tôt ou tard, ceci lui serait connu et il s'en lasserait. S'ils trouvaient des réponses à leurs questions, ils n'auraient plus aucun intérêt, non ? Ajouta-t-il. Il parlait tantôt pour la jeune fille comme pour lui. Il n'aimait pas ignorer quelque chose, il n'avais pas envie de connaître sa raison d'être car une fois qu'il l'aurait découverte, il n'aurait plus une raison pour vivre.

Une fois qu'il sorti de la grotte, le soleil était bien haut dans le ciel. Il devait être plus de seize heures. Ses yeux devinrent aussitôt bleus-gris glacés, reprenant leur couleur naturelle. Il était calme, à présent. Il leva les yeux au ciel, utilisant une main de visière, car la lumière le dérangeait énormément. Le solochi sortit après la jeune fille pour s'assurer de qu'elle sortait, tout comme son pokémon et Sion. Ensuite, il marcha vers les escaliers qui montaient vers la ville et regarda Levy par dessus son épaule.


_ Tu viens ? On va devoir marcher un peu avant d'appeler notre monture, ici, c'est trop voyant. Sur ce, Arian continua d'avancer pour sortir du petit village et aller dans la route la plus proche de la montagne, le Mont Couronné. Il se tournait de temps en temps pour s'assurer que la jeune fille aux cheveux bleus était toujours derrière lui. Sion et Shyvaan marchaient à côté de la jeune fille et de Spike, comme s'ils les escortaient.

_ Staaal... Staalgamin min miiin Stalgamin. * je suis désolée pour ce qu'il s'est passé, A-chan est toujours comme ça. Il travaille pour aider les autres pokémon sans vouloir rien en échange. Les rencontrer lui suffit.* fit Sion en tenant la patte du sabelette, marchant à son pas, souriante.

_ Soloooo...solochiii chiii solo ! * Nan, mais, vous deux, vous en faites pas. Depuis que j'l'connais, il a toujours été un cas. Il est différent et c'est c'que j'aime chez lui. Même si parfois il peut être un peu glauque...* pouffa le solochi en ricanant.

Gabriel préféra ne pas faire de commentaires, il regarda son nouveau maître puis frotta sa tête doucement contre sa joue, comme s'il voulait le réconforter. Il était fatigué car la digestion avait commencé alors, il ferma les yeux et ne tarda pas à s'endormir. Arian s'arrêta une centaine de mètres plus loin du village, dans la route. Il s’arrêta en plein milieu et, une fois s'être assuré de qu'il n'y avait personne il saisit son sifflet en forme de petite corne de dragon.


_ Shyvaan, n'oublie pas que je ne suis pas sourd. Fit-il dans le langage des humains, d'une voix monocorde. Le pokémon s’arrêta d'un coup aussi, pouffant nerveusement avant de soupirer et de venir se frotter contre le jeune professeur, comme s'il voulait s'excuser. Je pense qu'ici, c'est bon.

Il amena la corne à sa bouche et, comme au début, elle n’émit aucun son que l’ouïe humaine et celle de certains pokémons puissent entendre. Le titan vert redescendit des cieux et regarda longuement Arian, préférant ne pas poser des questions.


_* De retour à ce que tu appelles « l’académie » ?* demanda Rayquaza au professeur avec des sortes de grognements.

_ Oui, s'il te plaît. Répondit-il en répétant son geste de toute à l'heure, faisant que Sion et Spike montent en premier, Shyvaan monta tout seul saluant le grand dragon très poliment. Ensuite, Arian posa son regard sur le jeune fille, la prenant dans ses bras puis la portant et la déposant sur le dragon, comme toute à l'heure, ensuite il monta sur ce dernier et ressortit ses chaînes pour assurer ses pokémons. Rayquaza décolla à nouveau et refit le trajet jusqu'à l’académie Gakuen, volant un peu plus rapidement que quand il les avait amenés à Celestia car il savait, d'une façon ou d'une autre, que Arian avait besoin de se reposer, d'un peu de temps pour réfléchir, sûrement.


Dernière édition par Arian Cadell Philgard le Sam 10 Mar - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   Sam 24 Déc - 19:30

Oui, c'est vrai... Levy avait eu peur qu'Arian ne réagisse d'une manière déplaisante avec elle. Pourtant, la jeune fille ne s'attendait pas du tout à ce que le jeune homme s'adoucisse. Elle pensait qu'il ne dirait rien, qu'il deviendrait peut-être encore plus glacial que d'habitude.
Au lieu de ça, le professeur s'était tourné vers l'adolescente, et il lui avait offert un sourire franc, naturel, et même tendre. Levy ne l'avait jamais vu comme ça. Oui, bon, ça ne lui déplaisait pas non plus. Pour une fois, l'homme aux yeux changeants ne souriait pas de cette façon polie, voir terne. C'était vraiment un sourire rayonnant. Levy devina facilement que cela ne lui arrivait pas souvent.
Arian recommença son étrange incantation, et la salle revint en place. Le centre de la grotte fut bouché, les escaliers enfouis au dessous du sol, tandis que la porte s'ouvrait de nouveau. Comme un rêve, tout était parti soudainement, sans laisser aucune trace.

Levy regardait la grotte, comme pour profiter une dernière fois de cet endroit magique, tandis qu'Arian s'approchait d'elle, ses traits devenus doux, et naturels. Il n'y avait presque plus de froideur dans son expression. Il lui caressa la tête doucement, avant de lui adresser la parole, s'avançant vers la sortie.

« On n'a pas besoin d'être doués en énigmes pour en formuler des centaines. Il ne faut qu'avoir une question à laquelle on pense qu'il n'y a pas de réponse ou que seule l'existence peut y répondre pour avoir un énigme. La vie en elle même est un énigme... tout être vivant, tout être existant, matériel ou immatériel a son propre énigme : sa raison d'être. Ce que la plus part ignorent, car c'est cela qui les fait vivre. »

La raison de vivre, hein ? Levy ne connaissait pas la sienne. Elle n'avait jamais cherché à la connaître. C'était celle des autres, d'habitude, qui l'intéressait. Le jeune professeur parlait d'une voix un peu mélancolique, tandis que Levy songeait à ses paroles. En effet, la vie n'aurait aucun sens si rien n'était mystérieux, si les énigmes n'étaient plus. Le monde va ainsi. Mais pour la jeune fille, il était nécessaire de connaître les gens, de pouvoir en savoir plus sur eux. C'est dans son naturel d'aider les autres, de se mêler de ce qui ne la regarde pas. C'est ce qu'on appelle la « curiosité », d'une certaine manière.

« S'ils trouvaient des réponses à leurs questions, ils n'auraient plus aucun intérêt, non ? »

Oui, elle voyait ce que le jeune homme voulait dire. Un monde ou ses habitants n'auraient plus de questions est inutile. Mais il y a certaines choses qu'il faut savoir résoudre. Et Arian, étant une énigme à lui tout seul, devra un jour révéler ses secrets à Levy. De toute manière, la jeune fille le ferait elle-même, sinon.

Arian sortit, tandis que Levy et Spike le suivait, suivis eux-même de près par Shyvaan. Le soleil était bien haut dans le ciel ; on était au beau milieu de l'après-midi. Même après avoir vécu une journée aussi mouvementée, Levy ne pouvait s'empêcher de se dire que si c'était à refaire, elle le ferait volontiers. L'action la change beaucoup de ses journées monotones à l'académie. Lire, c'est vraiment très bien, mais lorsqu'on relit les même ouvrages pour la sixième fois, cela devient déjà plus ennuyeux.

Le professeur se dirigea vers les escaliers qui menaient à la ville, avant de regarder par dessus son épaule, adressant la parole à l'adolescente aux cheveux bleus.

« Tu viens ? On va devoir marcher un peu avant d'appeler notre monture, ici, c'est trop voyant. »

C'est un peu comme elle le pensait. Levy hocha la tête, et suivit Arian, avant de replonger dans ses pensées.
L'éleveur aux cheveux argentés avait une façade dure, glaciale, qu'il réservait pour les gens qui lui étaient inconnus ; les humains, en général. Mais lorsqu'on savait être franc, « briser la coquille » entre ce que l'on pense de lui et le jeune homme, il se révélait vraiment sympathique, voir attentionné, si cela était possible avec lui.
En souriant face à cette déduction, Levy continua son chemin derrière son accompagnant.

Pendant ce temps-la, Sion et Shyvaan discutaient tranquillement, avec Spike. Tandis que le stalgamin expliquait au sabelette la charité de son ami, en lui tenant la main, souriante, Shyvaan se moquait légèrement d'Arian, le disant « glauque », avant de rigoler. Spike l'accompagna dans son rire. Il avait raison, le jeune homme pouvait être vraiment étrange, c'est un fait.
Le pokémon sol appréciait beaucoup le petit stalgamin, et ne bronchait même plus lorsqu'elle lui prenait la patte. L'académie lui plaisait, il voulait y rester le plus longtemps possible, maintenant.

Une fois éloignés de Celestia, Arian s'assura que personne n'était présent, et sortit la petite corne qui lui servait de sifflet. Levy retint son souffle, s'apprêtant à voir une nouvelle fois le grand Rayquaza descendre des cieux, comme dans la matinée. Plus rien ne pouvait la surprendre, maintenant. Arceus en personne aurait pu faire un e danse hawaïenne sur le bord de la route qu'elle n'aurait pas bronché, commençant à s'habituer aux bizarreries qui arrivaient lorsqu'Arian était sur place. Comme elle s'y attendait, après avoir réprimandé gentiment son solochi, Arian annonça que l'endroit était parfait pour accueillir le légendaire. Il porta son sifflet à ses lèvres, et bien sûr, aucun son n'en sortit.
D'une patte, Spike se boucha les oreilles, tandis que le titan descendit lentement et gracieusement des cieux, ondulant aisément dans le ciel d'azur.

Après avoir fixé le professeur un long moment, Rayquaza laissa tout le monde monter, poussant des grognements signifiants sûrement quelque chose.
Alors que Shyvaan montait seul, Arian fit monter les petits pokémons à bord, pour ensuite faire comme à l'aller -c'est à dire prendre Levy dans ses bras et la poser sur le légendaire-, pour s'asseoir lui-même.

Enfin, Rayquaza décolla, et traversa le ciel rapidement, bien plus rapidement qu'à l'aller.

La curiosité. Qualité ou vilain défaut ? Selon les humains, c'est plutôt un défaut. Se mêler de ce qui ne nous regarde pas, chercher des puces à tout le monde, poser des questions inutiles. Levy le sait, mais personne n'a jamais pu lui ôter cette manière d'être, elle est née comme ça, avec cette vilaine curiosité qui la ronge en permanence depuis ses entrailles. Les questions indiscrètes, elle en a posé beaucoup. Personne ne lui a jamais -ou presque- répondu. Alors elle est allée dans une bibliothèque, et est partie chercher ses réponses, dans de vieux livres, et s'est passionnée pour la lecture, voilà tout.

Pourtant, même avec ça, les réponses dont elle avait besoin ne venaient pas, elle les attendait, les cherchait, les espérait. Et cela ne faisait qu'attiser sa curiosité, qui grandissait de jour en jour.

Maintenant, tout le monde connaît son caractère en têté. Ils savent que si l'on se frotte à Levy, on doit raconter sa vie. Cela vient toujours un jour ou l'autre.

Enfin, Rayquaza commença à perdre de l'altitude. Sa sortie se finissait la. Sa première journée à Gakuen aussi, sans doute.
Une fois que le pokémon fut au sol, la jeune fille descendit, et remercia le légendaire doucement. Ensuite, elle marcha, le froid engourdissant ses membres à nouveau, vers Arian, pour lui dire au revoir, arrêtant la cette sortie.
Et enfin, pour finir, Levy partit, sans un mot, chercher les réponses qu'elle attendait, accompagnée de son meilleur ami, son pokémon.

Avec pour seule pensée qu'un jour, Arian lui dévoilerait ses secrets.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'avais pas vraiment le choix... [ Levy Mc Garden] Part II: Fini
» Bella : végétarienne par amour ou par respect de la vie humaine?
» Promenons nous, dans les bois ♫ [PV : Levy Mc Garden ]
» Edward/Jacob : y-a-t-il vraiment une hésitation de la part de Bella?
» Choix : D90 ou D5000

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: Hors Rpg :: Rps Terminés-
Sauter vers: