anipassion.com
Partagez | 
 

 Et hop, on rattrape tout l'entraînement qu'on a perdu ! [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mégami Hells
Petit Canaillou
avatar

Masculin Vierge Cochon
Messages : 508
Date de naissance : 24/08/1995
Date d'inscription : 29/06/2011
Âge réel : 21
Localisation : Sur une chaise.

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 17 700 $

MessageSujet: Et hop, on rattrape tout l'entraînement qu'on a perdu ! [solo]   Jeu 12 Avr - 14:24

[Pitié les gens, me frappez pas, OK j’ai fait 13 pages Word en Times New Roman taille 12, OK j’ai fait 7387 mots pour un total de 45 038 caractères, mais comprenez-moi, Mégami s’était pas entraîné depuis un bail pig . Bon, et pour que ça soit plus agréable à lire, si quelqu’un a le courage de lire ça dans ce monde de tarés, j’ai rajouté des couleurs dans la première partie de l’OS du RP.
Je peux dire quoi à part Bon courage ?]


Eh bien voilààààààààààààààààà, enfin !

Ca faisait bien longtemps que Mégami n’avait pas eu l’occasion de s’entraîner. Encore ces foutus devoirs qui lui prenaient tout son temps. La théorie c’est bien, mais Bon Dieu, si on peut jamais l’appliquer en pratique faute de temps, ça sert à quoi ?
Et encore, si ça n’était que ça. Mais non ! Il y a aussi les moutons qui venaient le... saouler, pour parler poliment. Ils avaient pas autre chose à foutre de leur temps ? Même pas capables d’être responsables et ça se prétend dresseur...
Mais malheureusement, ce n’était pas tout. Entre les devoirs et les moutons, il y avait Tortipouss et Farfuret qui faisaient les 400 coups ensemble. Et si une réprimande suffisait à calmer le Pokémon Glace, l’autre indiscipliné ne savait pas s’arrêter. Mais sérieusement !
Et Mégami qui pensait qu’il allait s’assagir en grandissant. La bonne blague, tiens ! Ce qui avait progressé chez lui, c’était seulement ce qu’il savait faire. Il avait appris des nouvelles attaques, depuis le temps... et s’en servait pour donner du fil à retordre à son dresseur. Mais il est vraiment pas possible, lui. Pourquoi ? Pourquoi Mégami avait-il remporté ce concours ? Etait-ce une malédiction ?

En bref, il avait bien stagné ces derniers temps. Pour dire, des nouveaux étaient sur le point de le rattraper ! Ca, il n’en était pas question, aussi le dresseur avait-il profité de sa journée libre pour aller dans la forêt.

La forêt. Il n’y avait pas été depuis la mission. Cette mission qui le perturbait, non pas par son dénouement, mais pas les effets qu’elle avait sur lui.
Elle commençait à vraiment dater. Et pourtant, il se sentait instable intérieurement depuis qu’il l’avait effectuée. Pas une seule fois il n’avait été en pleine forme depuis ce jour. Pas une. Plus sérieusement, ce ressentiment étrange lui avait prit quand il avait tenté d’analyser Hana Watanabe pour la première fois, et il était sûr que cela avait un lien. Mais comment l’expliquer ? C’est ce qui le travaillait depuis déjà plusieurs semaines. Pour l’instant, il devait tenter de ne pas s’occuper de ça.

Ainsi, alors que l’aurore n’avait pas encore pointé le bout de son nez, le dresseur s’enfonça dans les bois. Il n’aperçut pas énormément de Pokémon sauvage pendant le trajet, ils se cachaient certainement lorsqu’ils l’entendaient ou le sentaient arriver. De toute façon, il n’était pas venu pour en capturer un nouveau.
Tranquillement, en réfléchissant au programme d’entraînement du jour, il progressait vers sa destination. Il avait emporté un sac avec lui, car il n’avait pas l’intention de rentrer manger à l’académie, il voulait profiter de cette journée et la consacrer entièrement à l’entraînement.
Le matin, c'est-à-dire environ de 8h00 à 12h00, il s’intéresserait à chacun de ses Pokémon, dans leur individualité. Il les ferait sortir un par un -et oui, même Tortipouss- et verrait avec eux une répétition de leur capacité, ainsi qu’un moyen d’apprendre d’autres attaques. Enfin bref, il se comprenait de toute façon. Cela donnait environ trente minutes par Pokémon, temps qui pourrait être rallongé ou raccourci selon l’évolution des choses, là n’était pas l’important.
Parce que oui, aussi, aujourd’hui était un jour spécial, et il avait donc décidé d’emmener absolument tous ses Pokémon, et pas seulement six comme il se l’imposait d’habitude. Hors de question de faire des allers-et-retours intempestifs vers l’académie pour récupérer les autres.
A midi, il ne perdrait pas de temps et ferait une pause jusqu’à 13h00. Puis l’entraînement recommencerait jusqu’à 18h00. Certes c’était l’hiver, il faisait nuit tôt et ce n’était pas vraiment conseillé de se promener dans la forêt la nuit, mais cela ne pourrait qu’enrichir encore plus l’entraînement. De cette manière, les Pokémon devront se servir plus de leurs autres sens que de celui de la vue. Et durant cette partie de l’entraînement, eh bien tout simplement, Mégami les ferait s’affronter mutuellement, en leur donnant des ordres à chacun et chacune. Voilà, il s’agissait d’un programme classique mais pas moins efficace.

Le ciel s’éclaircissait lorsqu’il arriva dans une petite clairière à l’intérieur de la forêt, à huit heures moins cinq. Il révisa son plan une dernière fois, posa son sac, s’installa correctement, et après avoir vaporisé un peu de Repousse tout autour de la zone histoire de s’assurer qu’aucun Pokémon sauvage ne viendrait perturber l’entraînement, il débuta.

Et autant dire que cela lui fit du bien, à lui mais aussi à ses Pokémon.
Onix avait, comme à son habitude, fait des miracles. Mégami avait cherché en premier lieu à lui faire prendre conscience de la moindre pierre qui constituait son corps, et qu’il pouvait se servir de toutes. Ainsi, il arrivait à infliger des coups moins raides qu’avant et avait même réussi à apprendre l’attaque Souplesse, qui avait l’effet d’un coup de fouet de plusieurs centaines de kilos sur l’ennemi.
Mais ce n’était pas tout. Mégami avait aussi enfin réussi à mettre au point ce qu’il voulait, une botte secrète qu’il n’utiliserait qu’en cas extrême : Explosion.
Il en avait déjà parlé à son Pokémon, des risques que cette attaque encourait, etc... Onix avait été avide de l’apprendre. C’était désormais chose faite. Le dresseur s’était renseigné sur la façon de lancer cette attaque. Il fallait que le lanceur concentre toute son énergie, physique comme psychique, à la surface de son corps tout entier, puis libère d’un seul coup toute cette énergie accumulée, brutalement.
En vérité, cette attaque différait selon les Pokémon, mais pour Onix, c’était ça.
Et il y était arrivé. Juste avant qu’il soit l’heure de tourner pour le deuxième Pokémon, Onix parvint à concentrer cette énergie. C’en était assez pour Mégami, qui lui ordonna d’arrêter avant qu’il ne termine son attaque. La journée était loin d’être finie, et Onix devait être en état de combattre pour la suite. C’est avec déception que le Pokémon Roche stoppa son attaque, et retourna dans sa pokéball.


Le deuxième fut Tortipouss. Avant de le faire sortir, Mégami prit soin de ramasse du bois et de l’empiler de façon à former un petit enclot au milieu de la petite clairière, dans lequel il libéra le phénomène. Impossible pour lui de courir partout, il tenta de foncer dans les branches, sans grand succès, son poids n’était pas à son avantage.
Après dix minutes passées adossé à un arbre, le temps que son petit Pokémon se calme, le dresseur revint vers lui et lui expliqua la situation, il ne pourrait pas sortir de cet enclot s’il ne l’écoutait pas.
Ca ne lui plaisait pas vraiment de dire les choses comme ça, mais la discipline, ça se gagnait. A ces paroles, Tortipouss lui lança un regard qui semblait dire « Alors toi, mon petit, je te retiens, tu t’en sortiras pas comme ça ! », mais Mégami avait l’habitude maintenant.
Enfin bref, c’est contraint et forcé que Tortipouss accepta d’écouter (peut-être pour la première fois de sa vie) le jeune Hells. Aussi dût-il se concentrer comme celui-ci le lui demandait pour augmenter son attaque et sa défense, au détriment de la vitesse, capacité nommée Malédiction. Se concentrer ? Pour le petit Pokémon vert, c’était juste la pire chose qu’il pouvait faire, mais visiblement il n’avait pas le choix et se résolu bien vite à faire ce qu’il lui était demandé. Comme quoi, c’était bien la preuve qu’il en était capable.
L’entraînement porta ses fruits. Une fois que Mégami, qui n’avait pas lâché des yeux son numéro, estima qu’il avait passé suffisamment de temps immobile, il lui ordonna d’utiliser l’attaque Charge. La tortue prit son élan, fonça, et les solides branches empilées volèrent dans tous les sens.
Mais le blond aux yeux bleus n’eut même pas le temps de féliciter son Pokémon, parce que ce dernier était déjà en train de courir partout comme pour rattraper tout ce temps privé de sa mobilité, puis, alors qu’il était en train de s’abreuver pour récupérer des forces, Mégami décida de le faire rentrer. Cinq minutes plus tôt, de toute façon faire les trente minutes n’aurait servi à rien.


Ce qui lui permit d’être largement en avance pour Tentacruel. Tant mieux, car il devait se rendre au lac qui n’était certes pas à plus de deux minutes de son « campement », mais le chemin était à faire tout de même.
Tout comme Onix, le Pokémon Poison apprenait convenablement, quand il était tout seul du moins, il avait un peu plus de mal lorsque des autres que son maître le regardait c’est vrai. Ce qui n’était pas le cas ici.
Pour Tentacruel, la travail consistais à lui apprendre à bien gérer les différents poisons qui circulaient à l’intérieur de son corps. Il savait que le venin employé certaines attaques de type Poison n’était pas le même que pour des autres, et justement, il devait arriver à le maîtriser, afin d’apprendre une attaque semblant particulièrement utile, Choc Venin.
Pendant presque toute la durée de l’entraînement de Tentacruel, celui-ci s’appliqua à tirer des petites tâches de poisons différents, aussi différents qu’il le pouvait, puis ils les analysèrent les uns après les autres.
Une fois l’analyse terminée, Mégami cassa la branche pleine de sève d’un arbre, s’empressa de la lâcher devant son Pokémon et lui donna pour instruction d’utiliser son poison classique directement dans la branche. Ceci fait, le dresseur attendit que le poison se diffuse un peu partout, puis il ordonna au mollusque d’utiliser un deuxième poison, d’une couleur plus indigo que violette qui, d’après ce qu’ils avaient conclus, était d’un efficacité classique s’il était injecté seul, mais devenais dévastateur s’il circulait en compagnie du poison utilisé dans les attaques classiques comme Dard-Venin, Direct Toxic, et bien d’autres.
L’attaque Choc Venin était apprise, il ne restait plus qu’à la tester dans un véritable combat, qui se ferait l’après-midi même.
Pendant les cinq minutes qui suivirent, gagnées grâce au temps de Tortipouss, Tentacruel maîtrisa aussi l’attaque Grincement. Cela n’avait pas été très compliqué, il s’agissait simplement d’une version différente de ses ultrasons.


Ponyta fut la quatrième. Son entraînement à elle consistait à l’apprentissage d’une attaque de base pour tous les types Feu quels qu’ils soient : Lance-Flamme. Bizarrement, pour cette espèce de Pokémon, cette capacité n’était pas maîtrisée uniquement grâce à l’expérience, il fallait suivre au Ponyta un entraînement particulier.
Il consista donc à canaliser toute la chaleur et les flammes de Ponyta en un seul rayon homogène, émit par la bouche. En vérité, cela lui prit plus longtemps de savoir ce que son dresseur entendait par là plutôt que de l’appliquer, car d’habitude, elle se servait des flammes qui se trouvaient de parts et d’autres de son corps pour lancer ses offensives. Elle ne comprenait tout simplement pas pourquoi son maître voulait changer.
Cela lui prit une dizaine de minutes, pendant lesquelles Mégami lui expliqua patiemment et de différents façons les avantages et pourquoi elle ne pouvait pas le faire avec la même technique que d’habitude. Quand elle eu comprit, elle réussit du premier coup à lancer un jet de flamme, en direction du lac (pour ne pas prendre le risque d’un incendie), et quelques petites minutes après, elle maîtrisait ce mouvement à la perfection – façon de parler, bien sûr.
Ce qui laissa le temps au jeune homme de lui enseigner une autre technique. Il lui demandait à présent de rendre les flammes sur son dos aussi brûlantes que possibles, pendant quelques secondes. Cette fois, la jument ne comprenait pas comment faire, et son dresseur ne pouvait pas l’aider plus que « Concentre-toi, utilise la chaleur du soleil. ». C’était facile à dire, mais étant donné la saison actuelle, c’est-à-dire l’hiver, pas facile d’utiliser le soleil.
Ponyta tenta de faire le vide dans son esprit, ne pensant qu’à une seule chose : la chaleur. Les flammes. Le feu.
Elle resta, tout comme Tortipouss auparavant, plusieurs minutes immobiles, puis Mégami aperçut un changement. Les flammes dorsales viraient au bleu, tout comme celle de ses pattes, antérieures comme postérieures, et sa crinière. Lorsqu’elles prirent un belle couleur bleutée, Mégami ordonna, à mi-voix pour ne pas effrayer son Pokémon alors que le silence l’entourait depuis un certain temps :


-Ponyta, Flammèche.

La jument reçut bien l’ordre et projeta immédiatement quelques étincelles devant elle, exactement comme une attaque Flammèche classique, avant d’ouvrir les yeux.
Elle s’étonna elle-même de ne pas voir l’habituel couleur orange du feu qui était projeté vers le lac. Et surtout, quelque chose d’autre la surprit. Au lieu de disparaître instantanément, les petites chandelles bleues restèrent à évaporer l’eau pendant une bonne poignée de secondes.
Ponyta venait de maîtriser Feu Follet.
Le temps fut écoulé, et la jument de retour dans sa ball.


Bon. Les trois « atouts » de Mégami étaient passés. Onix, Tentacruel et Ponyta, ainsi que ce phénomène de Tortipouss. Il semblerait que le plus dur ait été fait. Encore que...
Car le prochain Pokémon n’était autre que... Wynn.
L’entraînement ne fut pas aussi désastreux que Mégami le pensait. En fait, elle semblait tout à fait normale, comme n’importe quel autre Pokémon, lorsqu’il n’y en avait pas autour. Bon... il faut dire que, question difficulté, l’entraînement n’avait pas été très éprouvant, la vie est belle...
Mégami avait simplement tenu compte du caractère du Pokémon envoyé par sa sœur. Ainsi, il avait décidé de lui enseigner Attraction... cela l’exaspérait au plus au point d’entraîner son Pokémon à faire des beaux sourires, à prendre des poses ridicules, dans une séance comme celle-ci, mais il fallait en passer par là.
Oh, bien sûr, le dresseur ne pouvait pas évaluer si Wynn réussissait bien ou pas, alors il avait établit une petite technique. Après quelques minutes de « Je fais la pose, des petits clins d’œil et des sourires en coin », il fit sortir Tortipouss, et aussitôt après, dit à Wynn d’utiliser Attraction.
Ah, ben ça pour marcher, ça a marché.
La Fouinette appela d’abord Tortipouss, puis utilisa ensuite cette capacité, essaya, du moins. L’effet fut instantané. Tortipouss resta debout, hypnotisé, et surtout, immobile. Eh bien, euh, technique maîtrisée il faut croire.
Qu’est-ce que c’est con l’amour. Artificiel en plus.
Bref.
Mégami lui apprit également le principe de l’attaque Coup d’Main. Etant donné qu’elle refusait souvent d’attaquer pendant les combats, autant que ça soit au profit d’un autre membre de l’équipe.
Il passa ensuite une bonne dizaine de minutes à tenter d’expliquer à Wynn que combattre dans des maths amicaux, comme ça, ça ne risquait pas de faire du mal à son adversaire, qu’il se remettrait de toute façon. Chose qu’elle comprit. Plus ou moins.


Bon. Il la fit rentrer avec dix minutes d’avance, et le prochain était Roucool. Ca tombait bien, cela ne lui déplairait certainement pas d’avoir quarante minutes pour lui tout seul, étant donné qu’il voulait sans cesse progresser toujours plus.
Lorsqu’il arriva sur le terrain, il observa les alentours un instant, puis se tint devant son dresseur, prêt à apprendre.
Mégami l’aimait bien, celui-là. Jamais il ne se plaignait, il écouta tous les conseils qu’il lui prodiguait sans broncher une seule fois, et s’améliorait à chaque fois.


-Prêt ?
-Roucool.

Ce qui voulait sans doute signifier un « Oui ».
La première étape consistait à muscler ses ailes. Mégami lui demanda de battre les ailes de plus en plus vite, sans toutefois s’envoler. Pendant une quinzaine de minutes, il répéta cet exercice sans relâche, sans montrer quelconque signe d’épuisement.
Malgré sa protestation, le dresseur lui obligea deux minutes et demie de pause. Ensuite, ils reprirent, par un exercice tout aussi simple, mais efficace.
Mégami sortit de son sac quelques poids, et les accrocha au dos de Roucool, sans serrer trop fort évidemment, de sorte qu’il pèse plus lourd mais que cela ne le gêne pas dans ses mouvements. Maintenant, le Pokémon oiseau devait tenter de s’envoler avec les poids. Sa bonne volonté ne lui permit cependant pas de dépasser le premier kilo, au début, tant cela représentait un changement. Mais une fois encore, sous les encouragements de son dresseur, il ne perdit pas espoir et progressa peu à peu, avec des intervalles de quelques secondes pour reprendre son souffle, pour arriver à la trentième minute à s’envoler à quelques mètres du sol.
En dernier lieu, il s’agissait d’apprendre une capacité. Voici ce à quoi les petits exercices exécutés auparavant allaient servir.
Le garçon de seize ans lui ordonna de battre les ailes, en l’air, le plus rapidement et le plus puissamment qu’il pouvait le faire. Non comme une attaque Tornade, qui elle était censée faire « tournoyer » plus ou moins l’ennemi dans les airs, ou le projeter. Là, il ne s’agissait ni de faire tournoyer, ni de projeter, mais bel et bien de le souffler purement et simplement, tel était le principe de l’attaque Cyclone. De sorte que son adversaire soit obligé de rappeler son Pokémon s’il ne veut pas aller le chercher à des kilomètres de là.
Contrairement aux autres Pokémon, la tâche fut ardue. Non seulement le fait d’être d’un petit Roucool ne l’arrangeait pas du tout, mais en plus il lui fallut cinq minutes supplémentaires, soit en tout quarante-cinq minutes, pour réussir à maîtriser le principe -et uniquement le principe- de cette attaque. Le vent était bien horizontal, parfait pour souffler l’ennemi, il était assez violent pour un Pokémon léger, disons de cinq kilos au maximum, mais pas plus. C’était déjà très bien cependant, qui plus est cette chaîne d’exercices lui avait permit de se déplacer dans les airs avec bien plus de facilité qu’avant. Et même s’il fut mécontent de devoir rentrer de sa ball en pensant qu’il n’avait rien fait, au fond de lui il était soulagé de pouvoir prendre un peu de repos.


Il restait deux Pokémon. L’avant-dernier était très prometteur. Farfuret.
Mégami le fit sortir de sa ball lui aussi. Tout comme son dernier Pokémon, Chenipan, pas une seule fois il n’avait eu l’occasion de l’entraîner. Et encore ! Si Chenipan avait au moins pu bénéficier d’une partie de la mission avec... enfin voilà, quoi, Farfuret, lui, avait été livré dans un paquet cadeau pour Noël. Qui sait ce qu’il réservait ? Tout ce que Mégami savait, c’est qu’il faisait les 400 coups avec Tortipouss mais qu’il savait s’arrêter lorsque son maître le réprimandait. Et, bien entendu, qu’il était extrêmement rusé – comme tous les Farfuret normalement constitués.
L’entraînement pour lui commença alors. Il sortit de sa pokéball debout, en croisant les bras, et cet éternel sourire malicieux aux lèvres. Qu’est-ce qu’il manigançait, encore ? Peut-être rien, après tout. Il avait toujours ce sourire au visage, toujours, toujours. Mégami ne le connaissait pas sans.
Malheureusement, il se trompait. L’entraînement avait été l’anarchie complète. Lorsque le dresseur conseillait son Pokémon, celui-ci trouvait des solutions d’apprentissage nettement plus rapides que Mégami ne comprenait pas le moins du monde. Toujours est-il que, comme le voulait son dresseur, Farfuret posséda deux nouvelles capacités : Reflet et Abri. Et cela en moins de dix minutes.
Le blond commençait à se demander si son Farfuret n’aurait pas dû être le dresseur et lui, le Pokémon quand il se rendit compte que si le Pokémon Glace était doué pour apprendre de façon autonome des attaques basées sur la surprise et la ruse, il en était tout autre pour les offensives. Voyant qu’il ne trouvait pas de solutions lui-même plus rapides, cette fois, le Pokémon se résigna à écouter son dresseur pour lancer l’attaque Combo-Griffe.
C’est avec dextérité et rapidité qu’il donna un nombre incroyable de coups de griffes sur des arbres, plus précisément le tronc. Certes, la Griffe en était moins puissante mais associée à plusieurs touches d’affilées, le résultat final devenait plus que satisfaisant.
Les dernières minutes s’écoulèrent donc tandis que le Pokémon rusé augmentait sa vitesse de déplacement et de frappe et sa précision.


Enfin, le dernier, et la première partie de l’entraînement du jour serait terminé.
Farfuret fut rappelé, Chenipan fut expulsée de sa Copain ball – dans laquelle elle se plaisait bien, d’ailleurs. A l’inverse des deux derniers, elle ne se tint pas droite, non, elle regardait dans le vague, en direction du ciel. On aurait dit qu’elle était obnubilée par une pensée, mais laquelle ? De toute façon, les Chenipan ne mettaient vraiment pas longtemps à se transformer en leur dernière forme évoluée, tout comme les Aspicot et bon nombre de Pokémon insectes rampants.
Pour elle, Mégami fit dans le simple, et ne fut pas aussi exigeant qu’avec les autres, sachant dès le départ que cela ne servirait à rien. Cette Chenipan était presque la totale opposée de Roucool, pourtant ils s’entendaient à merveille. Comme Mégami et sa sœur, tiens, mais ça n’était pas important.
En vérité, Mégami avait vraiment eu du mal à établir un plan d’entraînement pour elle. Ses craintes étaient justifiés, car à la moindre attaque Charge qu’il lui ordonnait d’exécuter, elle hésitait, avant de foncer d’un air peu assuré et de manquer sa cible une fois sur deux.
Conclusion : vingt minutes de son entraînement durent dédiés, comme pour Wynn, à un discours, qu’elle écouta attentivement. Mais pas sur les combats, plutôt sur la confiance en elle, qu’elle ne possédait pas.
La très longue tirade du dresseur s’acheva, et, pendant les cinq minutes restantes, les attaques Charge lancées étaient un peu plus violentes, et les Sécrétion plus précises. Rien de bien exceptionnel en somme, mais c’était mieux que rien.


N’ayant pourtant habituellement jamais vraiment faim, la pause midi se fit ressentir chez le dresseur. Il ne fallait pas croire que donner des instructions était de tout repos, oh que non. Il était certainement le plus fatigué parmi toute l’équipe, les autres n’ayant travaillés qu’en moyenne une demi-heure chacun.
Durant cette pause déjeuner, Onix, Tentacruel, Ponyta et Wynn restèrent ensemble. Roucool voulait continuer à s’entraîner en faisant fi des recommandations de Mégami, mais il se ravisa bien vite, après plusieurs tentatives ratées, voyant bien qu’il n’arrivait à rien sans avoir mangé.
Malheureusement pour lui, Tortipouss et Farfuret ne voyaient pas ça du même œil, et passèrent une bonne partie de l’heure à se moquer de lui et à l’énerver, ce qui tourna bien vite en bagarre, que le dresseur ne réussit à interrompre qu’en calmant Farfuret.
Chenipan n’avait cessée de manger les feuilles des arbres se trouvant à proximité et, lorsqu’elle en eut assez, s’endormit profondément au pied d’un arbre.
Le premier geste de Mégami fut d’aller la réveiller, car la deuxième partie n’allait pas tarder à commencer, mais lui aussi, il se ravisa, se rappelant soudain. L’évolution était proche, tous les Chenipan se comportaient de cette manière lorsqu’il en était ainsi.
C’était assez ennuyeux. Mégami avait prévu de faire deux poules de quatre et de les faire s’affronter chacun à leur tour, suivant leur niveau, sous la forme d’un petit tournoi à élimination directe. S’il en manquait un à l’appel, cela risquait d’être compliqué, mais il ne pouvait pas se permettre de troubler le sommeil de Chenipan.
Bon, tant pis. Il commencerait par la poule contenant les meilleurs, chose qu’il pensait faire après plutôt, pour qu’ils combattent dans la nuit, mais visiblement il n’avait pas le choix.
Ainsi, la première poule contiendrait Onix, Tentacruel, Ponyta et Farfuret. Et donc, la deuxième, Tortipouss, Wynn, Roucool et... Chenipan, si possible.
Tout ça en cinq heures.

C’est parti.

Le dresseur avait apporté ce qu’il fallait. Il tira au sort, et, finalement, le premier combat se vit opposer Onix à Farfuret. Mégami avait presque de la peine pour ce dernier. Mais comme on dit, rira bien qui rira le dernier...
Si Farfuret fut incapable de gagner le combat, il dépassa très largement les attentes de son dresseur en donnant du fil à retordre à son Pokémon fétiche. Le type Glace esquivait habilement les attaques du colosse de pierre, jusqu’à ce que celui-ci commence un enchaînement d’attaques Souplesse.
Les deux Pokémon étaient plus ou moins sous la directive de Mégami. En fait, il leur avait demandé d’appliquer au maximum les attaques apprises le matin même, et leur donnait des conseils, mais ne leur ordonnait pas d’attaquer avec telle capacité à tel moment.
C’est également cela qui permettait à Farfuret, plutôt solitaire, de bien résister. Onix avait l’habitude d’exécuter les ordres de son dresseur et, s’il n’était pas bête, loin de là, cela représentait un gros changement pour lui.
Oh, bien sûr, cela ne l’empêcha pas de remporter le duel. Il possédait un niveau nettement supérieur à Farfuret, et les attaques que le Pokémon Ténèbres lui infligeaient demeuraient pratiquement sans effet. Même si Farfuret se battit vaillamment, l’imprévisible attaque Souplesse eut raison de lui. C’est en le voyant sonné un court instant que le jeune homme arrêta le combat et déclara Onix vainqueur. C’était incroyable, même dans lorsque Farfuret alla s’asseoir parmi les spectateurs, la baie que Mégami lui avait donné entre les griffes pour récupérer ses forces, ce sourire qui faisait sa fierté ne s’effaça pas de son visage. A croire presque qu’il avait fait exprès de perdre même si, bien entendu, ça n’était pas le cas. Wynn se précipita vers Farfuret pour voir s’il allait bien, celui-ci semblait d’en foutre complètement d’ailleurs puisqu’il partit voir son ami Tortipouss, occupé à foncer dans un arbre. Mine de rien, Tortipouss aimait apprendre.

Le deuxième combat opposait donc Tentacruel à Ponyta, et cette fois-ci, les craintes de Mégami furent justifiées. Le combat était en total déséquilibre et Ponyta, malgré son attitude motivée, excitée à l’idée d’un tournoi –car elle aimait beaucoup relever toutes sortes de défis- ne fit pas le poids face à cet adversaire qu’était Tentacruel. Alternant les Vibraqua, les Bulles d’O, et autres Bombes Acides en tous genres, il ne laissait que peu de moments de répits à Ponyta, pendant lesquels la jument tentait de porter un coup à son adversaire, en vain. Seul un Feu Follet parvint à toucher le Pokémon Eau, mais le blond aux yeux bleus préféra arrêter le combat lorsqu’il vit Ponyta à bout de souffle tandis que son opposant était presque en pleine possession de ses moyens.
Encore une fois il donna à manger une baie, à Ponyta puis à Tentacruel pour qu’il guérisse de sa brûlure persistante.
Une bonne heure s’était alors passée, aussi Mégami prit une demi-heure après la fin des quatre combats pour expliquer à ses compagnons ce qui était allé comme ce qui n’était pas allé. Tous prirent note, même le petit Ténèbres, puis ils revinrent parmi les spectateurs. Le dresseur n’avait vraiment pas envie de faire combattre Onix et Tentacruel tout de suite, il se rabattit donc sur Ponyta et Farfuret.
Une fois de plus le match s’annonçait avec un désavantage vers un des côtés. La ruse de Farfuret aurait certainement pu l’emporter si la combativité de Ponyta n’était pas aussi forte. Le fait est qu’elle réussit d’elle-même à apprendre une autre technique, Bélier. Ponyta avait fini par surpasser Farfuret en terme de vitesse –chose qui n’est pas aisée- grâce à la capacité Nitrocharge, et avait même réussit à le surprendre avec cette nouvelle attaque Bélier, assez puissante pour le faire voler loin. Un Lance-Flamme avait terminé le travail. Et encore une fois, cette défaite n’empêcha pas le Pokémon Ténèbres de garder son sourire.

Mégami passa alors à l’autre poule, préférant tout de même garder le combat Onix contre Tentacruel pour plus tard. A nouveau il tira au sort, et il appela Roucool et Tortipouss. Eh bien ! Ce dernier ne vit même pas le coup arriver ! Du moins, s’il était arrivé...
Roucool, aveuglé par la vengeance de la pause déjeuner, avait prit son envol dès le début et avait chargé en direction du Pokémon Plante sans vraiment prendre attention au reste. Tortipouss n’eut qu’à faire un petit pas sur le côté pour que Roucool charge l’arbre juste derrière. Tortipouss se foutu littéralement de sa gueule, encore plus quand le visage de Roucool racla l’arbre pour qu’il vienne s’écraser à son pied.
Rira bien qui rira le dernier, disait-on ? Encore une fois, ce proverbe allait se vérifier.
Plus en colère que jamais, Roucool s’éleva dans les airs et déclencha une puissante Tornade, qui fit voleter le petit hargneux dans tous les sens. Aussi Mégami jugea préférable d’arrêter Roucool avant qu’il ne lance son attaque Cyclone. Il avait très largement mené ce combat, même si bon, si Tortipouss n’en avait pas fait qu’à sa tête, il aurait peut-être pu gagner.

Le dresseur commençait à s’inquiéter quand, d’un coup, tous virent Chenipan se diriger tranquillement vers eux, comme une fleur, regardant encore dans le vague. Cela tombait à pic, il allait pouvoir lancer l’autre combat.
Rapidement, il expliqua la situation à Chenipan, qui se contenta d’acquiescer.
Wynn contre Chenipan... le combat allait être véritablement palpitant, tiens...
Au grand étonnement du dresseur, son discours semblait avoir fait de l’effet, car Wynn chargea. Un espoir naquit alors en lui, qui fut estompé bien vite. Si la Fouinette avait bel et bien utilisé son attaque Charge, elle s’était arrêtée juste avant de toucher la Chenipan, qui restait immobile.
Mégami fut exaspéré.

-Wynn, rappelle-toi, tu ne blesseras Chenipan, tu peux y aller, ne t’inqui...

Il s’interrompit, surprit. Chenipan, de marbre depuis le début du match, projeta d’un coup une Sécrétion sur la petite Fouinette qui, engluée dans ce matière, ne put que gémir et se débattre du mieux qu’elle le pouvait.
Alors là, c’était bizarre. Si Mégami était un féru de combats, il n’en demeurait pas moins que les coups en traître comme celui-ci ne lui plaisait pas, il combattait toujours à la loyale. Et c’est exactement ce qu’il enseignait à ses Pokémon. TOUS. Même à Tortipouss et Farfuret.
Il s’apprêtait à réprimander le Pokémon Insecte, mais ravala sa salive quand il vit que le jet de Sécrétion, bien que toujours actif, avait rétréci à quelques centimètres seulement de longueur, et qu’il était projeté vers le haut, tel une fontaine. Cette fois-ci, c’était le moment. Ceci était en quelque sorte le « rituel d’évolution » des Chenipan.
Le flot de lumière blanche se déversa en elle. Sa forme entière, ses contours, changèrent. Et là où, quelques secondes auparavant, se tenait un ver à première vue inoffensif, on pouvait maintenant distinguer une solide chrysalide verte. Mégami n’avait, comme pour l’évolution de Tentacool, pas été surprit le moins du monde, ce qui ne fut pas le cas de l’équipe qui poussa des cris d’étonnement. Mais qu’importait ?
Chrysacier avait franchi la première étape du chemin qui menait à son rêve.

Le combat n’était pas terminé pour autant.
Wynn avait réussi à se défaire de ses liens. Elle choisit, à contrecœur, de lancer son attaque Griffe sur Chrysacier ; trop tard. Le cocon étincela une fois, une deuxième le temps que la Fouinette parvienne jusqu’à lui, l’attaque Armure avait fonctionné. Wynn percuta la carapace verte et eut un mouvement de recul plus important que sa cible. Chrysacier n’attendit pas plus longtemps, voyant là l’occasion à ne pas rater : elle chargea elle aussi, au départ en effectuant de petits bonds, ensuite plus amples et plus percutants grâce à l’effet de balancement.
Désormais motivée, le Pokémon normal esquiva sans trop de difficulté ce coup en sautant, mais la retombée fut plus brutale. En effet, elle se retrouva encore prise dans cette même substance gluante sécrétée par l’une des extrémités pointues de la chrysalide. Elle se débattit. Elle n’esquiva pas le coup d’après.

Le dresseur arrêta le combat lorsque l’attaque Charge du Pokémon Insecte atteint son but. Comme pour le premier groupe, il fit le point avec le deuxième, même si Tortipouss faisait mine de ne rien écouter. Quelle racaille celui-là.
Une pause ensuite, pour leur laisser le temps de se reposer un peu. Puis les duels reprirent.

Tortipouss devait maintenant affronter Wynn. Et cette fois, celle-ci put s’en donner à cœur joie.
Malgré tout, elle était futée la petite. Sous ses apparents airs de naïveté se cachait un Pokémon qui possédait plus d’un tour dans son sac. La maline se souvint de l’effet de sa capacité Attraction et ne se priva pas.
Prenant une succession de poses que Mégami trouvaient déconcertantes, la Pokémon Plante tomba sous son charme. Seulement voilà, attirance et vengeance ne font pas bon ménage ensemble. Tortipouss avait véritablement envie de tout défoncer depuis qu’il avait essuyé son cuisant échec face à Roucool. Ces deux émotions l’empêchèrent de mener à bien sa technique Malédiction.
Mégami établit ses statistiques pendant que le Pokémon Plante combattait rageusement et passionément Wynn. Environ une fois sur deux, il n’arrivait même pas à lancer sa Charge, certainement de peur de blesser la Fouinette. Bon sang, si même Tortipouss commençait à devenir un Pokémon tout mignon tout rose et tout gentil, il n’imaginait même pas pour les autres. Du moins, il n’osait pas l’imaginer.
Le Pokémon Normal esquivait joyeusement les attaques que lui portait Tortipouss, un peu trop joyeusement d’ailleurs. Persuadée qu’elle ne craignait plus rien –et voulant par la même occasion donner une petite leçon à ce Pokémon qu’elle trouvait particulièrement borné et d’une mauvaise foi écœurante-, elle finit par ne pas le voir arriver, les yeux débordants de colère. Il lui fonça dessus, firent plusieurs roulés-boulés ensemble qui auraient pu bien se terminer s’ils n’avaient pas finis leur course contre un arbre. Peut-être ceci fût-il une bonne chose, puis ce coup sur la tête de Tortipouss lui avait fait recouvrer ses esprits et, alors que Wynn se remettait en position de combat –vision exceptionnelle, au passage-, lui prépara sa Malédiction. Il ne lui suffit que quelques secondes pour y parvenir, puis il chargea de nouveau. Wynn esquiva, contre-attaqua avec Combo-Griffe ; peine perdue, la statistique de Défense de Tortipouss s’étant déjà vu augmenter grâce à la Malédiction, elle fut impénétrable lorsque celui-ci utilisa Repli en plus. Il attendit que les chocs passent et, dans un élan d’intelligence, il utilisa sa capacité Vol-Vie directement après être ressorti de sous sa carapace. Il sembla aspirer de l’air jusqu’à ce que des petites boules de lumière vertes sortirent du corps de Wynn et se retrouvèrent dans sa bouche.
Wynn vacilla, Tortipouss regagna de l’énergie, Mégami stoppa le combat. Tortipouss avait vaincu Wynn.
Il était surprit lui-même de l’ingéniosité que pouvait déployer Tortipouss à certains moments. Etait-ce l’influence de Farfuret ? Sans doute en partie, oui. En vérité, le dresseur était certain que cela remontait à plus loin, bien plus loin... lors de sa naissance et de ce regard si inquisiteur envers le jeune Miku Yama.
Cela n’avait de toute manière aucune importance maintenant. Il fallait trouver une solution pour l’avenir et non ressasser le passé.

Le crépuscule.
Mégami avait remarqué une chose sur cette période de la journée. Si on voyait le beau soleil couchant, alors on devenait plus émotionnel. Ca peut paraître étrange dit comme ça, mais son esprit d’analyste le lui avait montré. En général, c’est le matin que nous sommes motivés, que nous prenons des décisions parfois insensées. Enfin, cette partie de la journée restait assez obscure pour Mégami, tout ce qu’il savait c’était une chose : ne pas faire de promesses un matin, sous peine de le regretter.
L’après-midi, c’est le moment où nous sommes le plus énergique, le plus logique, le plus raisonné, bref, il s’agit du moment où nous réfléchissons, avec logique, le plus. On pourrait dire qu’il s’agit de la période où nous sommes parfaitement maître de nous-mêmes et de ce que nous faisons.
Le soir, en plus particulier lors du coucher de soleil, eh bien, c’est déjà dit. Quoique pour que cela rende les gens plus émotionnels, il faut bel et bien quelques petits nuages seulement, ainsi qu’un soleil bien visible.
Mais ce n’était pas tout. En effet, comme si ça ce suffisait pas, l’analyste avait également remarqué que suivant ce à quoi ressemblait le crépuscule, une personne était plus ou moins émotive. Le maximum restait un soleil couchant dans un ciel où se trouvaient quelques nuages –non blancs, mais roses ou rouges-, avec une prairie qui baignait dans une lumière orangée, tout cela accompagné d’un souffle d’air doux et chaud. Et général, toutes ces conditions se trouvaient réunies au printemps, et bien entendu, Mégami se doutait qu’à part lui, personne n’irait faire d’analyses aussi profondes pour que dalle. En tout cas, une chose est sûre, le cas cité est le « summum », comme on dit, pour rendre une personne plus émotionnelle.
Enfin, la nuit, c’est le moment où nous avons le plus de facilités à avouer ses diverses pensées. Mégami, lui, mettait ça sur le compte du fait que la nuit, nous ne sommes jamais très rassurés : le sens dont nous nous servons le plus, la vue, est inutilisable. Alors parler avec quelqu’un de sympathique nous rassure. On se dit qu’on peut lui faire confiance rapidement, étant donné que l’un « protège » mutuellement l’autre, dans l’obscurité. On se met à raconter notre vie plus facilement...
... et bien souvent, c’est au petit matin qu’on s’en mord les doigts.
Enfin ! Après tout, il ne s’agissait là que de cas généraux. Le dresseur n’aurait jamais la prétention de pouvoir deviner chaque cas spécifique, et tant mieux d’ailleurs, il n’était pas télépathe. Mais revenons-en à nos affaires.

-Chrysacier contre Roucool. Avancez-vous sur le terrain.

Sous les regards de tous les autres, les deux Pokémon se positionnèrent. Roucool était impressionné par tous les observateurs, mais cela ne le motivait qu’encore davantage pour prouver sa valeur.
Chrysacier, elle, restait de marbre encore une fois. Chose à priori évidente pour un Pokémon en constante transformation, après tout.
D’une parole, le garçon lança le combat. Chrysacier, se préparant à un choc, relança une Armure, puis deux, puis une troisième juste avant que Roucool ne la percute avec une Vive-Attaque. Vive-Attaque qui ne fit donc pas reculer Chrysacier d’un pouce, tandis que Roucool se trouvait désormais derrière elle. Inutile de se retourner, Chrysacier se bascula légèrement et lança une Sécrétion sur Roucool, qui esquiva de justesse avant d’utiliser sa Tornade.
C’était sans compter l’idée originale de Chrysacier qui, une fois soulevé par la puissance de l’attaque de type Vol, utilisa Charge en s’orientant dans l’air pour finir sur un Roucool qui s’était déjà reposé sur le sol.
L’attaque Armure l’ayant rendu un peu plus lourd, la Chrysacier tomba rapidement et brutalement en plein sur le Pokémon Vol, la Charge rendue plus puissante avec toute la chute dont elle avait disposée.
Roucool fut violemment touché, mais avant que le dresseur ait pu signaler la fin du combat, il n’abandonna pas et utilisa Jet de Sable, pour projeter une grande quantité de poussière sur son adversaire. Cette capacité fut amplifiée grâce à l’attaque Cyclone qui la suivit, créant une Tempêtesable artificielle.
Comme l’avait prévu l’oiseau, Chrysacier fut rapidement aveuglé, ce qui lui permit de recommencer la Tornade. Une fois de plus la chrysalide fut élevée dans les airs, mais sa technique ne fonctionna pas deux fois : Roucool l’attaquait déjà à coup de Vive-Attaque. La Tornade s’arrêta en même temps, le Cyclone aussi, Chrysacier se ramassa sur le sol, et la victoire revint à Roucool.
Fier de lui au possible, il se pavana devant Tortipouss, puis Farfuret, mais finit dans l’eau puisque ce dernier, son sourire narquois aux lèvres, lui avait fait un croche-patte. Heureusement, Tentacruel le repêcha rapidement.
Et en parlant de Tentacruel...

La nuit était tombée maintenant. Il était 17h30 quand le dernier match se mit en place. Face à face, l’un dans l’eau et l’autre sur la terre ferme, Onix et Tentacruel se jaugeaient du regard. Tous les autres les observaient avidement. Même Tortipouss, pour l’occasion, s’était calmé. Il faut dire que, dans l’équipe, tous reconnaissaient que ces deux-là étaient les meilleurs, et les voir s’affronter, cela promettait d’être palpitant. Les seuls bruits qu’on entendait étaient ceux du bruissement des arbres, ou du souffle du vent froid.

-Commencez.

Onix débuta les hostilités en lançant Poliroche, question d’augmenter grandement sa vitesse, tandis que Tentacruel fit apparaître une très mince paroi argentée devant lui, qui disparut presque aussitôt, la technique Bouclier, qui permettait d’améliorer beaucoup la défense. L’assaut prit place ensuite.
Tandis que l’un des deux se servait de Tomberoche pour faire apparaître des monticules de pierres devant lui, puis les projeter ensuite sur son ennemi grâce à Jet-Pierres, le deuxième usait de Vibraqua, ces boules d’eau à haute pression, pour ne pas laisser de répit au géant de pierres.
Remarquant que ces enchaînements ne menaient à rien, Tentacruel rompit la chaîne. Il s’engouffra sous l’eau pour esquiver les dernières attaques Roche du colosse, puis revint à la surface et usa de ses incroyables ultrasons. Ses deux globes rouges dans leur entièreté se mirent à émettre des ondes sonores. Les Pokémon spectateurs se bouchèrent les oreilles du plus fort qu’ils le pouvaient, ceux qui en étaient incapables s’éloignèrent.
Onix ne partit pas, il utilisa la Tempêtesable, une véritable Tempêtesable cette fois-ci. Il tourbillonna sur lui-même si rapidement qu’un nombre improbable de particules de poussières voletèrent autour de lui. Cette mini-tornade dévia toutes les ondes sonores aigues du mollusque, et lui permirent de reprendre l’avantage. Aveuglé, le Pokémon Eau ne parvenait pas à repérer son adversaire. Il était en pleine recherche lorsqu’il se reçut un violent coup vertical, qui fut pour lui l’effet d’un coup de fouet d’au moins une tonne, et le bouclier qui avait réussi à diminuer l’effet cinglant n’arrangea pas grand chose. L’attaque Souplesse d’Onix l’avait projeté jusqu’au fond du lac de par sa puissance Au début sonné, il remonta à la surface avec un plan en tête. La tête à peine sorti, il replongea, pour réapparaître à un autre endroit, puis encore une fois, et ainsi de suite, pareil aux Taupiqueur qui narguaient les passants en permutant d’un trou à un autre. Après avoir effectué cette action une dizaine de fois, il resta plus longtemps, deux secondes ou trois, pas plus, à la surface, et redescendit dans les profondeurs du lac aussitôt. La queue d’Onix venait de frapper de toute sa puissance la surface du lac et s’enfonçait, alors qu’il poussait un rugissement de douleur. Le Pokémon aux 80 tentacules profita de cet instant pour viser, toujours dans l’eau, la partie du corps du Pokémon Roche qui se trempait à cet instant même, puis envoya directement une Vibraqua accompagnée d’une attaque Bulles d’O.
La partie basse du géant fut projeté, il fut prit de convulsion et se releva avec difficulté tandis que le Tentacruel se montra.
Les spectateurs retenaient leur souffle, pensant que c’en était fini pour Onix. Mégami, lui, savait que son premier Pokémon ne se contenterait pas de ça. Il feint de tomber au sol et de ne plus se relever, jusqu’à temps que Tentacruel prennent de l’élan dans l’eau, s’élève dans les airs en préparant un de ses tentacules à un Direct Toxic, l’autre à un Choc Venin. A quelques mètres d’Onix, il fut stoppé, car le corps du Pokémon Roche le serrait, fortement et correctement, si bien qu’aucun de ses tentacules ne devenait utilisables, avec l’attaque Etreinte. Il se résolu à lancer une autre attaque Eau, dont il n’avait donc besoin d’aucun de ses tentacules pour la lancer, mais il était trop tard, car Onix, sachant qu’il ne pouvait pas continuer le match comme ça, avait déjà commencé à rassembler toute son énergie à la surface de chacune des pierres qui le constituaient. Bien enserré comme il le fallait, Tentacruel n’eut aucun échappatoire, l’Explosion les emporta tous les deux.
Le match se finit, à la déception des spectateurs, par une égalité totale, et cette fois les deux adversaires étaient bel et bien K.O.
Il était 18h52.
A 19h00 pile, ils reprirent à demi-conscience, le dresseur les fit rentrer dans leur ball, leur affirmant qu’ils verraient ce qui allaient ou pas le lendemain, que pour l’instant ils devaient se reposer, les félicita également, comme tous les autres, puis au final il ne resta plus que lui dans la petite clairière. Lui et... Wynn, qui n’avait cette fois pas envie de rentrer dans sa ball.

Eh bien !
La journée avait été très longue, dites-donc. Mais également très enrichissante, même si au grand dam de Mégami, il se doutait qu’il ne pourrait pas recommencer une journée comme celle-ci de sitôt. Cependant, il était plutôt fier de lui, sans fausse modestie.
Il avait réussi à superviser tout ça, tout de même, ça n’était pas rien. Tous ses Pokémon avaient énormément appris au cours de cette journée, et lui aussi d’ailleurs.
Il jeta un dernier regard vers la forêt en atteignant la lisière, puis pressa le pas en direction de l’académie, l’ancien Pokémon de sa sœur à ses côtés.
C’était pas tout ça, mais le dîner l’attendait.
Et, pour une fois, il avait faim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asrenaissance.forumactif.com/forum
 
Et hop, on rattrape tout l'entraînement qu'on a perdu ! [solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» blood bowl le jeu vidéo : un bon entraînement
» Quel est le meilleur entraînement des rocky ??
» Vêtements d'entraînement
» Sylvester Stallone arrête l'entraînement
» [SOFT] FOOTCOACH 0.5 : Listing d'exercices d'entraînement de football [Gratuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: Extérieur :: Forêt-
Sauter vers: