Partagez | 
 

 L'adoption imprévue [Sukie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zuko Hatsuno
Dresseur au coeur tendre
avatar

Féminin Cancer Coq
Messages : 257
Date de naissance : 10/07/1993
Date d'inscription : 19/11/2011
Âge réel : 24
Localisation : Québec

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 17 250 $

MessageSujet: L'adoption imprévue [Sukie]   Dim 17 Juin - 1:12

Aujourd'hui c'était une journée comme toutes les autres. Les cours venaient de se terminer et j'étais retourné dans ma chambre pour aller porter mes livres. Mes pokémons, que j'avais laissé libre dans ma chambre pendant ce temps-là, furent tous contents de me revoir. Kurai plus particulièrement, il semblait s'ennuyer énormément lorsque je n'étais pas là. Le pauvre, j'allais devoir faire quelque chose pour qu'il puisse se changer les idées. Je ne pouvais pas toujours être auprès de lui, je devais étudier et me concentrer sur mes cours. Cependant, cela ne m'empêchait pas de passer du temps avec lui. Une fois mon sac à dos déposé sur le sol, je me souviens que j'avais une soirée de prévue avec Sukie. Je ne savais pas encore ce que nous allons faire, mais j'avais très hâte de la revoir. Nous avions pris l'habitude d'aller marcher, probablement qu'on allait faire ça encore une fois, à moins qu'elle est eu une meilleure idée. Je n'étais pas bien difficile, tout ce que je voulais, c'était passer le plus de temps possible avec elle.

Perdu dans mes pensées, je ne cessai de penser à Sukie. Kurai me rappela sur terre en me poussant à l'aide de son museau. Ne comprenant pas ce qu'il voulait, je tournai la tête vers mon pokémon. Constatant qu'il avait réussit à attirer mon attention, le Démolosse se détourna pour s'approcher de mon bureau. Il prit dans sa gueule une lettre qui était posée sur le meuble et il me l'apporta, insistant pour que je l'ouvre. Tiens, j'avais reçu du courrier aujourd'hui. Sans savoir de quoi il s'agissait, je pris le temps de m'asseoir sur mon lit pour ouvrir l'enveloppe. Je fus surpris de voir que c'était un message du directeur. Avais-je fait quelque chose de mal ? Était-ce une demande de mission ? Intrigué, je me dépêchai d'ouvrir la lettre pour la lire.

"Chers élèves,
Ce message n'est que pour vous faire prendre conscience du problème qu'on rencontre au centre d'adoption. En fait, en ce moment, nous avons beaucoup trop de pokémon en pension et j'apprécirai, tout autant que les infirmières du centre, si la plupart d'entre vous se sentent prêts ou bien capables d'accueillir un de ces petits pokémons. C'est un service que je vous demande, car plusieurs d'entre eux attendent un maître depuis longtemps déjà. Vous n'êtes pas obliger de le faire cependant, mais ce geste sera grandement apprécié.

Merci d'avoir porter attention à ce message,

Coordialement,
Nathan Yoshi, Directeur et Professeur"


Wow... le directeur nous demandait d'aller adopter. J'y étais déjà aller lors de ma rencontre avec Kazu et Okino et j'avais bien apprécier le centre. Ses pauves bébés pokémons... j'avais encore un peu de place dans mon équipe. Un pokémon de plus n'allait pas me faire de mal et j'allais aider ce pauvre petit du mieux possible. Décidé, je me relevai vivement et m'empressai de prendre mes affaires. Je jetai un coup d'oeil à l'heure et constatai que j'avais suffisament le temps d'aller au centre avant mon rendez-vous avec Sukie. Si cela en lui dérangeait pas, j'allais probablement y aller avec mon nouveau pokémon. En compagnie de Kurai et de Doreiku, je me dépêchai de sortir de ma chambre, sans oublier l'oeuf que je gardais précieusement dans mon sac, bien au chaud. Une fois sortit, je vérouillai la porte et me dirigeai vers le centre d'adoption.

En entrant dans la pièce, je fus surpris de voir que le message du directeur avait attiré une grosse foule ; plein d'éleve se trouvaient collés aux vitres et observaient les nombreux bébés pokémons. Avec tout ça, comment allais-je pouvoir choisir celui que je voulais ? Je ne pouvais même pas les voir, tellement il y avait de monde. Je décidai donc de patienter un peu pour que la masse diminue. Je voyais des élèves partir avec des Caninos dans les bras, d'autres des Dynavolts, des Laporeilles et plusieurs autres pokémons. L'un d'entre eux avait adopté un Coupenotte, que Doreiku observait avec intérêt. Jusqu'à présent, aucun pokémon de ceux que j'avais vu partir m'intéressait. Je ne savais pas encore quel type de pokémon je voulais, mais je voulais un type que je ne possédais pas encore. C'est alors que la voix d'une infirmière attira mon attention. Celle-ci venait de sortir d'une pièce, à l'écart de toute l'agitation qu'il y avait part ici. Elle s'approcha d'une autre infirmière pour lui parler.

- Voilà, j'ai terminé. Le bandage est bien posé autour de sa patte, il ne risque pas de se briser. Je crois que cela va l'encombrer un petit moment, mais elle devra s'habituer.

Leur conversation piqua ma curiosité. Un pokémon était blessé ? S'agissait-il d'un des bébés du centre d'adoption ? Si c'était le cas, je me demandais ce qu'il avait pu se passer. Hésitant, je finis par m'approcher des deux infirmières pour pouvoir avoir quelques informations.

- Excusez-moi... le pokémon dont vous parlez, il est blessé ? Est-ce que c'est un pokémon du centre ?

Surprises, mais contentes de voir que je m'intéressais au pokémon, les deux infirmières répondirent à mes questions en souriant. Il s'agissait d'une jeune Evoli qui avait été abandonné par l'un des professeurs de l'Académie. Cette dernière avait été blessée par son maître, puisqu'il souhaitait la faire évoluer en Mentali depuis qu'il l'avait capturée, à l'état sauvage. La petite Evoli, qui était fascinée par la lune depuis sa naissance, ne cessait de sortir à chaque nuit pour pouvoir l'observer. Celle-ci étant destinée à évoluer en Noctali un jour, il était donc impossible qu'il puisse avoir son Mentali. Fou de rage, il lui a cassé la pattre en la battant et il l'a abandonné le jour suivant au centre d'adoption. Enfin... c'est ce que me racontèrent les deux infirmières. Jamais je n'avais entendu une histoire aussi horrible. Pauvre petite Evoli. Mon coeur se serrait douloureusement, comment pouvait-on faire ça à un pokémon ?

- Est-ce que je peux la voir ? demandai-je, tout en me disant que cela devait être impossible.

À ma plus grande surprise, les deux infirmières acceptèrent avec joie et m'ammenèrent dans la pièce où se trouvait la blessée. Celle-ci, couchée sur une table, ouvrit les yeux et redressa les oreilles en me voyant entrer. Au début, elle semblait un peu méfiante. Cependant, avant que je n'ai eu le temps de faire quoique se soit, mon Coupenotte sauta sur la table pour la saluer, alors que mon Démolosse s'assisait près de la porte, pour ne pas effrayer l'Evoli. Cette dernière ne réagit pas trop mal à Doreiku et elle se contenta de le saluer. Elle ne semblait pas traumatisée par ce qu'elle avait véçu, c'était une bonne chose. Sa patte antérieur gauche était recouvert par un bandage, comme l'avait signalé les deux infirmières un peu plus tôt. Voulant la réconforter du mieux que je le pouvais, je m'approchai donc d'elle et tendit ma main dans sa direciton pour pouvoir la caresser. La petite Evoli renifla doucement mes doigts et accepta de se faire caresser, se collant contre la paume de ma main.

- Evoli evo evo. Evoli. Evo evoli ? Voli voli evo evoli...
Je sens que tu es quelqu'un de bon. Tu es gentil aussi. Est-ce que je peux venir avec toi ? Je n'ai pas envie de rester dans ce centre...

N'ayant pas compris parfaitement ce qu'elle venait de me dire, Kurai me fit alors la traduction. Mes yeux s'agrandirent de surprise. La petite Evoli voulait m'accompagner, alors que je venais à peine de la rencontrer ? Bah pourquoi pas... Elle allait probablement évoluer en Noctali et je n'allais rien faire pour l'en empêcher. J'avais déjà un type ténèbre, Kurai, mais j'utilisai davantage ses attaques de type feu. Et puis, je ne voulais pas l'abandonner, elle m'avait choisi. Je ne voulais pas non plus la priver de ce qu'elle aimait le plus ; sortir en pleine nuit.

- Ah bon ? Tu veux vraiment venir avec moi ? Je n'y vois pas d'inconvénient, je venais justement chercher un nouveau pokémon. Attend un peu... les infirmières m'ont dit que tu aimais bien la lune. Est-ce que je peux te surnommer Tsuki ? Ça signifie lune en japonais.

La petite Evoli lança un cri de joie, heureuse de son nouveau surnom. Son ancien maître ne lui en avait jamais donné. Heureux à mon tour, je souris à ma nouvelle amie et la prit doucement dans mes bras, faisant bien attention à sa patte blessée. Une fois dans mes bras, elle se mit à se coller contre moi comme le ferait un chat. Elle semblait bien affectueuse cette petite. En sortant de la pièce, j'annonçai la nouvelle aux infirmières qui paraissaient ravies de cette décision, puisque la petite Evoli ne voulait plus me quitter. Suivit par Doreiku et Kurai, je pris alors le chemin de la sortie du centre pour aller à mon rendez-vous avec Sukie.

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sukie Aida
À moi Zuko ! Pas touche !
avatar

Féminin Vierge Dragon
Messages : 153
Date de naissance : 05/09/1988
Date d'inscription : 20/11/2011
Âge réel : 29

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 14 850 $

MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   Jeu 26 Juil - 5:01

Il y a des journées où l'on se dit qu'on aurait mieux fait de rester coucher. En fait, aujourd'hui c'était l'une d'elles. Je m'étais éveillé la tête lourde, le nez congestionné et la gorge en feu. Alors, ça commençait très mal ma journée. Je peinais à ouvrir les yeux, lorsque je réalisai que j'étais en retard. Malgré l'urgence de ma situation, j'eus toutes les misères du monde à sortir du lit. Je pris une éternité pour me préparer. Je mangeai à peine puisque j'avais perdu l'appétit à cause de mon rhume. Habituellement, je faisais un minimum attention à mon apparence, cette fois ce ne fut pas du tout le cas. J'avais enfilé un pantalon de jogging bien confortable et un vieux T-shirt. Armée de ma boite à mouchoir, mes pastilles et mes notes de cours, je me rendis à mon local. J'avais tellement les jambes endolories que je trainai le pas derrière mon pokémon qui semblait presque me trainer jusqu'à la salle de cours.

Comble de malchance, mon professeur avait refusé de me laisser entrer dans la classe à cause de mon retard. J'étais donc retournée à ma chambre en pestant contre les enseignants pointilleux. Je m'étais levée péniblement de mon lit pour rien. Arrivée à ma chambre, je remarquai qu'il y avait un message à l'entrée. J'allais me pencher pour le ramasser, lorsque Höyö le fit à ma place et me le tendit. Je la remerciai d'un sourire de m'avoir évité un étourdissement. J'ouvris la lettre sans me presser, malgré la curiosité qui me tenaillait. Je me demandais qui pouvait bien m'écrire. Je ne reconnaissais pas l'écriture de mes parents.

"Chers élèves,
Ce message n'est que pour vous faire prendre conscience du problème qu'on rencontre au centre d'adoption. En fait, en ce moment, nous avons beaucoup trop de pokémon en pension et j’apprécierais, tout autant que les infirmières du centre, si la plupart d'entre vous se sentent prêts ou bien capables d'accueillir un de ces petits pokémons. C'est un service que je vous demande, car plusieurs d'entre eux attendent un maître depuis longtemps déjà. Vous n'êtes pas obligé de le faire cependant, mais ce geste sera grandement apprécié.

Merci d'avoir porté attention à ce message,

Cordialement,
Nathan Yoshi, Directeur et Professeur"


Je découvris avec surprise que le message provenait du directeur. Il nous demandait de nous rendre au centre d'adoption si nous étions prêts à adopter des pokémons. Apparemment, le centre était bondé de pokémon. Je me souvenais que la première fois que j'y étais allée, j'avais adopté mon négapi et ma posipi. Je me disais que ce serait une bonne occasion de réitérer l'expérience. Quant à m'être levé pour rien, aussi bien utiliser ce temps pour faire quelque chose d'utile. Cela me permettait d'égayer cette journée qui avait commencé en véritable catastrophe. C'est donc avec cette idée que je me rendis au centre d'adoption.

En chemin, je me souvins que j'avais un rendez-vous avec Zuko. Compte tenu de mon état proche du zombi, je me demandais s'il n'était pas mieux que je lui demande de reporter notre rendez-vous. Après tout, ce ne serait plaisant pour ni l'un, ni l'autre si j'arrivais à peine à garder les yeux ouverts. J'espérais seulement qu'il ne serra pas trop déçu. C'était bien la dernière chose que je voulais. Je songeais à me forcer à y aller, malgré mon était s'il se montrait trop désappointé. Indécise, je décidai de garder cela pour quand j'irai voir mon copain.

Presque trainée par Höyö jusqu'au centre d'adoption, j'entrai en saluant vaguement l'infirmière qui me jeta un regard compatissant. Mon état devait être vraiment lamentable. Je regrettais encore d'être sortie de ma chambre. J'allais peut-être y faire un petit saut avant de rendre visite à mon petit ami. Malgré mon état, j'avais encore un peu de fierté. Je ne voulais pas qu'il me voie comme ça. Je m'avançai vers la deuxième salle du centre d'adoption. Lorsque j'arrivai à l'intérieur, je restais bouche bée face au nombre de pokémons que je trouvai dans cette pièce. Effectivement, le centre d'adoption était surchargé. Mon regard parcourut la pièce à la recherche d'un pokémon à adopter. Je pourrais peut-être en prendre deux pour faire ma part pour le centre.

Mon regard se posa sur une paire de pokémon plutôt farfelue. Dans la cacophonie qui régnait dans la pièce, ils attirèrent mon attention. Je m'approchai légèrement pour mieux comprendre leur manège. En fait, un Evoli et une Minidraco se tenaient à l'écart. Dès que la femelle esquissait un geste, le mâle grognait de mécontentement ce qui la faisait s'immobiliser. Je ne sentais pas de peur de la part du pokémon dragon. C'était comme si l'Evoli lui ordonnait de se ménager. Ils me faisaient penser à un vieux couple. Je ne pus m'empêcher de rire en les voyant faire. Je me tournai vers ma Tarsal qui me fixait, interloquée par mon éclat de rire. Il faut dire que depuis mon réveil, je dégageais une énergie faible.

-Gue pense-tu de ces pogémons, lui demandais-je en pointant le duo incongru. Gue dirais-tu s'ils rejoignaient notre éguipe ?

Höyö pencha la tête sur le côté. Je soupirai en songeant que je parlais vraiment du nez. Je maudis le fait d'être tombé malade à un bien mauvais moment.

-Tarsal sal taaaarrrrsal tar sal sal tarsal, me répondit-elle.
-Ils sont bizarre, mais n'ont pas l'air méchant.


J'eus un petit sourire à sa réponse. Depuis le temps que je connaissais le pokémon psy, j'arrivais à décoder ses paroles avec l'habitude.

-Dans ce gas, c'est eux gue je bais prendle, dis-je avant d'entrer dans l'enclot. Tu be suis ?

La Tarsal regarda avec circonspection l'endroit. Certains pokémons se montraient particulièrement énergiques, ce qui contribuait à déstabiliser Höyö. Celle-ci appréciait grandement le calme. Elle avait déjà Yasa qui se montrait particulièrement surexcité, elle ne voulait en avoir d'autres. Ainsi, elle décida de rester en retrait le temps que j'aille chercher les deux pokémons. Je m'approchai doucement d'eux, ne voulant pas les brusquer. L'Evoli fut le premier à me voir. Il se plaça aussitôt devant la Minidraco, me considérant avec méfiance. Je ne le sentais pas agressif, mais je savais qu'il me sondait. Je m'assis devant lui et aussitôt il se détendit. Il s'approcha de moi hésitant, vite suivie de son amie. Je tendis mes mains vers eux. L'Evoli renifla ma main, alors que la Minidraco s'enroula autour de mon bras. Je sentais qu'elle m'avait déjà adoptée. Le pokémon normal vit l'agitation de la dragonne d'un mauvais œil. Il fit son petit grognement. Je ne pus m'empêcher de sourire, avant de caresser doucement la tête du pokémon. Je sortis la première pokéball que je voulus tendre vers lui. Il la pousse du museau pour que je la pointe vers la dragonne avant lui. Je secouai la tête avant de faire entrer la minidraco dans la balle rouge et blanche. Elle y entra sans problème. Je sortis ma dernière pokéball et l'Evoli s'y engouffra avec enthousiasme.

Heureuse de mes nouveaux pokémons, je me relevai brusquement ce qui me fit voir quelques points noirs. J'avais l'impression que le sol bougeait sous mes pieds. Je fermai les yeux, le temps que mon malaise passe. Puis, je sortis de la pièce vite suivie par ma fidèle Höyö. Lorsque je passai la porte, quelle ne fut pas ma surprise lorsque je croisai Zuko qui sortait de l'autre salle. Il était accompagné de Doreiku et Kurai. C'était vraiment une drôle de coïncidence que l'on se rencontre ici, alors que je pensais à lui il y a à peine quelques minutes. Je m'approchai de lui, regrettant d'être malade puisque je ne pouvais l'embrasser. Höyö s'empressa de rejoindre les pokémons du jeune homme, heureuse de revoir ses amis. Je tapotai l'épaule de Zuko pour attirer son attention. J'eus un pâle sourire. Je regrattai vraiment le fais de ne pas pouvoir poser mes lèvres sur les siennes. Maintenant que j'en avais le droit, je ne pouvais même pas en profiter. La vie était parfois injuste.

-Zugo, cobbent bas-tu, le saluai-je de ma voix de nez. Je suis désolé si je te zerre bas dans mes brar, c'est gue je me suis rébeillé abec un gros rhube. Je grois bas gue je bais pouboir aller à notre rendez-bous ce soir. C'est braiment bénible.

_______________________________________________


Dernière édition par Sukie Aida le Ven 21 Sep - 5:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zuko Hatsuno
Dresseur au coeur tendre
avatar

Féminin Cancer Coq
Messages : 257
Date de naissance : 10/07/1993
Date d'inscription : 19/11/2011
Âge réel : 24
Localisation : Québec

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 17 250 $

MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   Ven 27 Juil - 5:34

Perdu dans mes pensées, j'essayai de me souvenir de l'endroit où nous avions pris rendez-vous, Sukie et moi. À moins que j'aille l'attendre devant sa chambre, comme ça je serais certain de ne pas la manquer et de ne pas me perdre non plus. Probablement qu'elle n'aimerait pas cela... La meilleure chose que je pouvais faire était de l'attendre tout juste à la sortie de la tour des élèves. Comme ça, je ne pouvais pas être plus certain, elle n'avait pas le choix de passer par là pour sortir. À moins qu'elle passe par ma chambre avant... Constatant que j'étais angoissé seulement par ses pensées, je secouai la tête pour les chasser, alors que Kurai tirait doucement sur mon pantalon pour que je réalise tout cela. Par chance qu'il était là, car si je n'avais rien remarqué, il l'aurait fait à ma place. Pour le remercier, j'aurai bien voulu le caresser sur la tête, mais étant donné que je tenais la petite Evoli dans mes bras, ce n'était pas possible. Je me contentai donc de sourir au Démolosse, qui agita la queue comme réponse.

C'est alors que, devant moi, apparu une petite Tarsal. Aussitôt, je reconnu Höyö, le starter de Sukie. Mais que faisait-elle ici ? Était-elle ici avec sa maîtresse pour adopter aussi ? Probablement, elle devait avoir reçu le même message que moi de la part du directeur. En la voyant, Kurai laissa échapper un aboiement de joie et sa queue s'agita davantage. Doreiku s'approcha, tout content de revoir son amie. Curieuse, Tsuki se pencha au-dessus de mes bras pour observer la nouvelle arrivante. Même si elle ne la connaissait pas, elle avait vraiment envie de descendre de mes bras pour faire connaissance. Cependant, je devais m'assurer de la garder dans mes bras, puisqu'elle était blessée à une patte.

Je sentis ensuite quelque chose me tapoter l'épaule. Sur le coup, je me retournai vivement pour voir de qui il s'agissait, quoique je me doutais bien que cela devait être Sukie. Mon coeur fit un bond lorsque je la reconnu et je ne pu m'empêcher de sourire. Cependant, ce sourire disparu assez rapidement lorsque je l'entendis parler. Mes yeux s'agrandirent alors de surprise, depuis quand est-ce qu'elle parlait comme ça ? Je n'avais pratiquement rien compris à sa phrase, mais je n'osais pas l'avouer. Toutefois, je cru comprendre qu'elle semblait elle aussi contente de me voir. Ne pouvant résister, je m'approchai d'elle pour la serrer dans mes bras avec mon seul bras valide, l'autre tenant la petite Evoli contre moi. Je posai ensuite mes lèvres sur les siennes pour l'embrasser, n'écoutant pas du tout ses avertissements.

- Je suis content de te voir, Sukie. Je ne m'attendais pas du tout à cela, répondis-je finalement. Si j'ai bien compris... tu as attrapé un rhume, c'est ça ? Tu n'as vraiment pas de chance. Si tu veux, on peut laisser faire notre rendez-vous, comme ça tu pourras te reposer suffisament et tu guériras plus vite. Qu'en pense-tu ?

À mes pieds, Doreiku eut alors l'idée de jouer, maintenant qu'ils étaient plus nombreux. Le petit dragon se mit alors à chercher un objet avec lequel ils pourraient jouer, comme une balle par exemple. Ses yeux se posèrent sur l'une de mes pokéballs et un déclic se fit dans sa tête. Le Coupenotte s'exclama joyeusement et se mit à sauter dans l'espoir d'agripper l'une des pokéballs accrochée à ma ceinture. Après quelques essaies, il finit par y parvenir. Tout content, il joua avec la pokéball un moment et il la lança vers Kurai, dans l'attente que celui-ci la renvoit vers lui ensuite. Contrairement à ce qu'il pensait, la pokéball évita le Démolosse d'une bonne distance et s'écrasa au sol, tout en continuant de rouler sur elle-même. La pokéball, qui était verte et brune, c'est-à-dire une faibloball, se dirigea vers un petit bassin, où un Magicarpe dormait tranquillement. Le poisson, n'ayant pas vu l'objet s'approcher de lui, se fit aspirer par le rayon de la pokéball et resta à l'intérieur.

C'est à cet instant que j'entendis un déclic habituel. Pour l'avoir si souvent entendu, je savais de quoi il s'agissait. En me retournant, je vis Doreiku prendre ma faibloball dans sa patte. Qu'avait-il fait encore ? Pourquoi avait-il prit ma pokéball pour jouer avec elle ?

- Doreiku, qu'est-ce que tu as fait ? demandai-je en me séparant à regret de Sukie pour m'approcher du petit dragon. Combien de fois t'ais-je répéter qu'une pokéball n'était pas un jouet ? Aller, redonne-moi ça.

Penaud, le petit dragon me tendit l'objet, mais je me doutais bien qu'un pokémon y avait été capturé par accident. Quel espèce se trouvait-il à l'intérieur. Observant la ball, je n'osais même pas l'ouvrir, de peur de tomber sur un pokémon feu ou un autre pokémon que je ne me sentirais pas à l'aise. Puisque je ne l'avais pas choisi, il y avait de bonne chance que je ne l'apprécie par totalement, et lui non plus d'ailleurs. Hésitant, je me retournai vers Sukie, attendant sa réaction.

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sukie Aida
À moi Zuko ! Pas touche !
avatar

Féminin Vierge Dragon
Messages : 153
Date de naissance : 05/09/1988
Date d'inscription : 20/11/2011
Âge réel : 29

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 14 850 $

MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   Ven 21 Sep - 6:00

Dès qu'il me reconnut, le visage de Zuko s'éclaira d'un sourire qui s'affaissa vite en m'entendant parler. Les yeux écarquillés, il tentait visiblement de déchiffrer ce que j'avais dit. Ce ne devait pas être vraiment évident. Après que je lui eus avoué que j'étais heureuse de le voir, il me serra dans ses bras. Je voulus protester pour ne pas lui transmettre mon rhume, mais il m'embrassa. Malgré mes résolutions, je me laissai aller et répondit à son baiser. Cet instant me sembla durer trop peu de temps. J'en aurais encore demandé lorsque la voix de mon petit ami me ramena à la réalité. Il me confia qu'il était vraiment content de me voir et qu'il ne s'attendait pas du tout à cela. Ensuite, il me demanda si j'avais bien attrapé le rhume puisqu'il n'était pas sûr d'avoir bien compris. Je pouvais comprendre qu'avec mon nez congestionné ce devait être difficile de comprendre mes paroles. Pour rendre la chose encore plus difficile, ma gorge me faisait un mal de chien. Parler devenait donc une vraie torture et pour manger c'était encore pire. Mon nez congestionné rendait les aliments sans saveur et mastiquer m'essoufflait autant que courir un marathon. Dès que j'avalais, ma gorge brûlait comme s'il y avait un incendie à l'intérieur.

Zuko renchérit en ajoutant que je n'avais vraiment pas de chance. Puis, il me proposa d'annuler notre rendez-vous pour que je puisse me reposer et guérir plus vite. Je faillis éclater de rire en entendant sa proposition, mais ma gorge en feu me coupa dans mon élan. Il n'avait décidément rien compris de ce que j'avais dit. Je venais à peine de lui dire que je ne pourrai pas me présenter à notre rendez-vous. Il était tellement distrait parfois, mais cela me le rendait encore plus attachant. Ça faisait ce qu'il était et pour rien au monde je n’aurais voulu le changer.

-Zugo je t'ai dis gue je ne biendrai bas au rendez-bous, lui dis-je en souriant. Bais en bêbe temps, je veux basser du temps abec toi...

Je me retrouvais tiraillée entre deux envies, soit me reposer et être avec mon petit ami.

Höyö regarda le Coupenotte de Zuko jouer avec la pokéball qu'il avait dérobée à son dresseur. On aurait cru qu'il venait de trouver la huitième merveille du monde. Il la lança vers Kurai, mais la pokéball passa outre le pokémon ténèbres et feu. La Tarsal ne put retenir un ricanement lorsque la faibloball se dirigeait lentement, mais surement vers le bassin où se prélassait un Magicarpe. Le pokémon psy pencha la tête sur le côté lorsque la pokéball entra en contact avec le poisson. La lumière rouge qui en sortit aspira le pokémon et un déclic suivit. Höyö applaudit Doreiku lorsque le bruit se fit entendre.

-Tarrr tarsal sal tar ssssal tarsaaaal, dit-elle en riant.
Félicitation Doreiku pour ta première capture !


J'arquai les sourcils en entendant le déclic. Je n'arrivais pas à en croire mes oreilles et mes yeux, le Coupenotte de Zuko venait de capturer un pokémon. C'était l'évidence même puisqu'il tenait la faiblo ball dans sa main. Le jeune homme se sépara de moi, ce que je regrettai aussitôt. Alors que mon copain était occupé à disputer son pokémon, je sentis quelque chose bouger dans mon sac. Je fouillai dedans pour prendre mon oeuf turquoise qui s'animait tout d'un coup. J'écarquillai les yeux en voyant la coquille se craqueler dans mes mains. L'un de mes rêves était en train de se réaliser. J'allais enfin voir la naissance d'un pokémon. Bientôt, les fissurent s'agrandirent sans me laisser voir ce qu'il contenait. Puis, d'un coup l'oeuf se brisa en mille morceaux pour laisser apparaître une magnifique Azurill shiney. Aussitôt, je tombai sous le charme de ses yeux remplis d'amour pour la première personne qu'elle voyait, c'est-à-dire moi-même. Elle se serra affectueusement contre moi, alors que je sentais des larmes perlées sur le coin de mes yeux, émue. Höyö me rejoignit aussitôt lorsqu'elle ressentit mon émotion. Elle se serra contre ma jambe pour me consoler, je tapotai doucement sa tête pour la rassurer. Le bébé pokémon s'endormit presque aussitôt dans mes bras, épuisée par l'effort qu'elle avait fourni pour sortir de son oeuf.

Une fois que j'eus retrouvé la maîtrise de mes émotions, je me retournai vers Zuko. Celui-ci semblait terrorisé de découvrir quel pokémon se trouvait à l'intérieur. Je me demandais ce qu'il attendait de moi à me fixer ainsi. Je jetai un coup d'oeil à sa pokéball et me rappelai que c'était une faiblo ball. Cette pokéball était reconnue pour être particulièrement efficace avec les pokémons de faibles niveaux. Je rassurai Zuko d'un sourire.

-Tu n'as bas à t'inguiété, il ne doit bas y aboir un Bogémon très buissant à l'intérieur, le rassurai-je.

Cette fois, j'espérais qu'il m'avait bien comprise.

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zuko Hatsuno
Dresseur au coeur tendre
avatar

Féminin Cancer Coq
Messages : 257
Date de naissance : 10/07/1993
Date d'inscription : 19/11/2011
Âge réel : 24
Localisation : Québec

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 17 250 $

MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   Dim 14 Oct - 21:59

Déjà que Sukie me faisait la surprise de se retrouver au même endroit que moi, au même moment, la voir dans cet été m'inquiétais. Je savais aussi qu'il ne s'agissait que d'un petit rhume, que ce n'était pas une maladie grave et qu'on en guérissait facilement, mais bon… C'était ma copine, je devais prendre soin d'elle et la voir malade me faisait douter à propos du rôle que j'avais à joué dans notre couple. Si j'avais pu, j'aurai pris toute sa souffrance pour la faire mienne. La dernière fois que j'avais attrapé un rhume, je me souvenais que ma gorge me faisait très mal, que mon nez coulait comme un robinet et que je cessai de me moucher et d'éternuer. Bref, c'était un véritable cauchemar… mais par chance que cela avait duré seulement quelques jours. Si je voulais que Sukie se rétablisse rapidement, elle devait se reposer. Et ce n'était pas avec moi qu'elle allait réussir à se reposer…

Ensuite, la jeune femme parla de nouveau. Encore une fois, j'écarquillai les yeux en essayant de comprendre ce qu'elle disait. Je ne voulais pas qu'elle soit fâchée à cause de moi, mais absolument pas. Je cru entendre le mot "rendez-vous", mais encore… que disait-elle exactement ? Je lui avais proposé de l'annuler, puisqu'elle ne semblait pas vraiment en état, mais voulait-elle vraiment ce rendez-vous ? Non, ce n'était pas une bonne idée. Ces dernières paroles furent un peu plus compréhensibles et un petit sourire apparu sur mon visage.

- Désolé si j'ai mal interprété tes paroles, ce n'était pas du tout mon intention, lui répondis-je. Tu voudrais passer du temps avec moi, mais tu dois te reposer aussi, si tu veux guérir. Va falloir choisir entre les deux… même si moi, je te conseille fortement de te reposer.

Pendant ce temps, Doreiku avait fait l'erreur de capturer un pokémon sans ma permission. Fâché, je saisis la faibloball qu'il tenait dans ses pattes, tout en me demandant ce qui pouvait bien y avoir à l'intérieur. Pas mal tous les pokémons pouvaient y entrer sans problème… J'allais devoir punir mon pokémon pour ce geste, mais pas ici, pas en public. J'allais passé pour le méchant de l'histoire et l'infirmière de l'adoption, ainsi que les autres élèves qui venaient adopter, n'avaient pas à voir ça. Ça allait se passer entre Doreiku et moi. Avec un peu de chance, le pokémon qu'il avait capturé par erreur valait peut-être le coup. Si cela pouvait être un type psy, combat ou encore acier, cela me serait très utile. Mais bon… j'allais le découvrir un peu plus tard. Et plus, tout cela semblait bien amuser la Tarsal de Sukie, qui ne cessait de rire.

Alors que je m'apprêtai à me détourner, j'entendis un léger craquement, un bruit que je n'avais encore jamais entendu, mais je me doutais bien de ce qu'il s'agissait. Je vis ensuite Sukie sortir un oeuf vert. Ce dernier bougeait pas mal et sa coquille était fendillé à plusieurs endroits. Nous allons tous les deux, Sukie et moi, assister à l'éclosion d'un pokémon. Pour moi, c'était la première moi, mais je ne savais pas si c'était aussi le cas pour elle. D'un côté, elle était éleveuse, alors elle avait peut-être déjà vu l'éclosion d'un pokémon. Peu de temps après, une petite boule verte est apparue dans les bras de la jeune femme. C'était une petit Azurill chromatique, enfin… c'était ce que je croyais. Je pouvais facilement me tromper, après tout ce n'était pas mon propre pokémon. Le bébé s'endormit rapidement dans les bras de Sukie et celle-ci se retourna dans ma direction.

Je devais maintenant décider de ce que nous allions faire. Sukie avait besoin de repos, tout comme l'Azurill qui venait tout juste d'éclore. Pour ma part, je devais examiner le pokémon qui se trouvait à l'intérieur de la faibloball. Elle voulait aussi passer du temps avec moi, alors que je voyais qu'une seule solution ; qu'ont se rendent dans l'une de nos chambres pour se reposer un peu. Rien ne m'empêchait de m'allonger avec Sukie et de discuter un peu. Avec un peu de chance, peut-être arriverait-elle à s'endormir…

- Aller vient, on va aller dans ta chambre. Tu pourras te reposer un peu.

Puis, je saluai l'infirmière avant de sortir de la pièce, Doreiku et Kurai sur les talons. Je commençai à me demander quand mon propre oeuf allait éclore aussi. Peut-être que le sien avait été conçu bien avant ou peut-être s'en était-elle mieux occuper que moi ? Mon oeuf allait-il finir par éclore ? Si cela ne se produisait pas, cela prouverait alors que j'étais un mauvais dresseur. Je fus assaillis par pleins de questions de ce genre jusqu'à la porte de la chambre à Sukie. Ne pouvant pas l'ouvrir, je me tournai vers elle et attendit.

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sukie Aida
À moi Zuko ! Pas touche !
avatar

Féminin Vierge Dragon
Messages : 153
Date de naissance : 05/09/1988
Date d'inscription : 20/11/2011
Âge réel : 29

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 14 850 $

MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   Sam 20 Oct - 18:26

Maintenant, Zuko semblait fortement contrarié par l'erreur de son Coupenotte. Pour ma part, j'aurais été bien plus curieuse de savoir quel pokémon contenait la balle que d'être contrarié. Je reconnaissais bien l'attitude des dresseurs dans cette facette de la personnalité de Zuko. Pour avoir passé ma vie avec des dresseurs, je comprenais parfaitement leur façon de penser. Ne sachant quel pokémon il y avait à l'intérieur, il devait souhaiter qu'il y ait un pokémon bien puissant. Je supposai qu'à l'intérieur de cette faiblo ball, il devait y avoir tout le contraire de ce que souhaitais Zuko. Cette balle devait contenir soit un pokémon insecte ou l'un des poissons, comme un magicarpe ou un barpaud. Ce qui ne serait pas pour faire plaisir au dresseur. Par contre, en évoluant ils pouvaient devenir des pokémon fort utiles. Pour moi peu importait la force du pokémon, ce qui comptait c'était la relation que je pouvais développer avec celui-ci.

Après était venue l'éclosion de mon oeuf, songeai-je en fixant le pokémon endormi dans mes bras. Je me souvenais de l'expression de Zuko à ce moment. Il était évident que, comme moi, c'était la première fois qu'il voyait la naissance d'un pokémon. J'étais vraiment heureuse de la tournure des événements. J'étais peut-être malade, mais je passais tout de même une belle journée malgré la douleur qui me tambourinait le crâne. Je fus tirée de mes pensées par Zuko qui décidait qu'on allait dans ma chambre pour que je puisse me reposer. J'étais surprise qu'il se montre aussi autoritaire avec moi. Pas que ça me dérange qu'il veuille prendre soin de moi, le problème venait du fait qu'il prenait des décisions à ma place. Je restai immobile, le regardant saluer l'infirmière et sortir du centre. Ce n'était pas vrai que j'allais le laisser me gérer sans que j'aille mon mot à dire. Je sortis à la suite de Zuko du centre, Höyö sur mes talons qui ne cessait de ricaner. Elle s'amusait grandement de ma contrariété. Elle trouvait bien cocasse de nous voir agir l'un envers l'autre. Je n'oubliai pas de saluer l'infirmière, j'étais bien élevée et ce n'était la contrariété qui allait m'enlever mes bonnes manières. Je rattrapai Zuko près de ma chambre, celui-ci m'attendait patiemment pour que je lui ouvre la porte.

-Zugo debuis guand tu décides à ma blace, lui demandais-je calmement. J'ai bas bon bot à dire dans tout ça ? Si je reste dans ba chambre, je veux gue tu restes avec boi et gu'on regarde guel est le bogémon dans ta ball. Je suis beut-être balade, bais je ne suis bas infirme.

Sur cette petite mise au point, dont j'espérais qu'il avait bien compris le sens de ma tirade. Je sortis la clé de ma poche et ouvrit la porte de ma chambre. J'invitai Zuko à entrer dans ma chambre. Hormis, la masse de mouchoirs trônait sur ma table de chevet, puisque ma poubelle était déjà pleine, ma chambre était relativement en ordre. Aussitôt, je me rendis près de mon placard pour prendre une grande couverture et je me couchai sur mon lit déjà fait. Je plaçai mes oreillers contre le mur, de façon ce que je puisse m'asseoir. Je plaçai l'Azurill somnolente sous les couvertures et je pris place près d'elle. Je commençai à penser au surnom que je lui donnerais. Höyö se plaça près de l'autre côté, alors que je me plaçais plus confortablement.

-Tu beux t'asseoir si tu veux, on bourra regarder guel bogémon a gabturé Doreigu, proposai-je. Je suis vrabent gurieuse de voir c'est guoi, bas toi ?

_______________________________________________


Dernière édition par Sukie Aida le Lun 5 Nov - 0:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zuko Hatsuno
Dresseur au coeur tendre
avatar

Féminin Cancer Coq
Messages : 257
Date de naissance : 10/07/1993
Date d'inscription : 19/11/2011
Âge réel : 24
Localisation : Québec

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 17 250 $

MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   Ven 26 Oct - 2:48

Encore une fois, je ne compris pas vraiment les paroles de Sukie. Elle devait arrêter d'essayer, puisque cela servait strictement à rien. Si elle avait eu une feuille et un crayon, elle aurait pu m'écrire. Quoique... non, ce n'était peut-être pas une bonne idée. À force d'écrire autant, elle risquait de se fouler le poignet, voir même de se le casser. Son état n'avait pas besoin d'empirer, il était déjà assez mauvais comme ça. En plus, si cela arrivait, ça serait probablement de ma faute, puisque c'est moi qui ne la comprend pas. De toute façon, une fois arrivé dans sa chambre, j'avais l'intention de me reposer avec elle. Ça allait probablement me faire du bien aussi, je passais mon temps à être nerveux. Peut-être allais-je aussi regarder le pokémon qui était entré à l'intérieur de la ball, mais d'un autre côté, s'il était imposant, je ne voulais pas qu'il détruise la chambre de Sukie. Plus j'y songeai, et plus j'avais envie de le sortir uniquement dans ma chambre, comme ça, s'il arrivait quelque chose, seulement mes affaires seront détruites et pas ceux de ma petite amie.

Étant un homme, je n'avais pas du tout remarqué sa contrariété. De plus, pourquoi l'était-elle ? J'avais seulement pris une décision sans trop lui en parler, mais c'était pour son bien. De toute façon, si j'avais abordé le sujet, elle aurait sûrement désapprouvé cela. Une fois dans la chambre, je laissai Sukie passer en premier, après tout, c'était sa chambre, pas la mienne. Je refermai ensuite la porte derrière, en oubliant pas de laisser aussi entrer Kurai et Doreiku. Toujours dans mes bras, la petite Tsuki se mit à se débattre subitement, agitant ses trois pattes valides pour me faire clairement comprendre qu'elle voulait descendre. Que devais-je faire ? Avec sa patte blessée, je n'osai pas la poser au sol, puisqu'elle allait probablement s'appuyer dessus et cela allait la faire souffrir davantage. Mais bon, puisqu'elle le voulait... Je déposai alors doucement la petite Evoli sur le lit, ayant demandé la permission à Sukie avant. Toute contente, celle-ci tourna sur elle-même un moment, tout en gardant sa patte blessée bien levée pour être sûre de ne pas marcher dessus, puis elle se coucha en boule, au pied du lit.

- Bon. Tsuki, tu restes couchée là, d'accord ? Que je ne te vois pas te relever, sinon... sinon... et bien tu auras une conséquence.

Avec cette phrase, j'avais tellement l'air autoritaire. La petite Evoli se contenta de baisser les oreilles, puis elle s'allongea complètement sur le lit pour dormir. Elle fut bien vite rejointe par Doreiku qui, étrangement, avait envie de dormir aussi. Ça ne lui ressemblait absolument pas, mais après tout ce qu'il avait vécu aujourd'hui, c'était probablement normal. Seul Kurai resta près de moi et je le caressai doucement sur la tête en souriant. Mon cher Kurai, décidément il ne me lâchait jamais. Alors qu'elle s'était installée sur son lit, à mon plus grand soulagement, Sukie me parla à nouveau. Je fis de gros efforts pour essayer de comprendre ce qu'elle disait, mais c'était peine perdu. Je compris cependant qu'elle me proposa de m'asseoir, ce que je fis. Mais contrairement à ce qu'elle pensait, je ne m'asseyais pas sur le lit, ni même sur une chaise, mais bien sur le sol, tout près de la porte. Mon Démolosse vint ensuite s'installer près de moi, posant sa tête sur mes genoux, comme à son habitude.

- J'aurai envie d'ouvrir la faibloball, mais je n'ose pas... du coup que c'est un pokémon très grand ? S'il défonce le plafond, je n'aimerai pas ça. ajoutai-je. Et puis après... que peut-on faire d'autre ? C'est peut-être le meilleur moment.

Arquant un sourcil, je levai le regard en direction de la jeune femme pour voir sa réaction.

- Si ça te dérange tu me le dit, d'accord ? Je ne veux pas t'y obliger, renchéris-je en prenant la faibloball dans mes mains. Bon... quel pokémon se trouve à l'intérieur...

Puis, j'ouvris vivement la balle verte, m'attendais à tout, sauf à ce qui se trouvait vraiment à l'intérieur. En voyant le pokémon apparaître près de moi, mes yeux s'ouvrirent brusquement et fixèrent mon nouveau pokémon. Non, c'était impossible... tout sauf ça...

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sukie Aida
À moi Zuko ! Pas touche !
avatar

Féminin Vierge Dragon
Messages : 153
Date de naissance : 05/09/1988
Date d'inscription : 20/11/2011
Âge réel : 29

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 14 850 $

MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   Mer 7 Nov - 18:59

J'eus un petit sourire lorsque Zuko posa sa evoli sur le lit. Il l'avait eu dans ses bras tout le long du trajet, alors je n'avais pas remarqué qu'elle était blessée à la patte. Toutefois, elle ne semblait pas trop souffrir. Son dresseur lui ordonna de rester couché. Il l'avertit que s'il la prenait à se lever qu'elle allait avoir une conséquence. Cette menace de la part de Zuko, me surprit au plus haut point. Je ne le percevais pas comme quelqu'un qui était menaçant. L'evoli se contenta de baisser les oreilles et se coucha près de moi. Doreiku grimpa à son tour sur mon lit et se coucha à son tour. Seul Kurai demeura auprès de lui. À mesure que je parlais, je voyais bien que Zuko ne comprenait pas un traître mot de ce que je disais. Il ne disait rien, mais son regard parlait pour lui. Je soupirai en cherchant un moyen de bien me faire comprendre. Mon regard se porta sur mon cahier et mes crayons. Voilà, je l'avais ma solution.

Je remarquai que Zuko s'était installé sur le sol. Je ne comprenais pas pourquoi il ne s'était pas assis sur le lit près de moi ou sur une chaise. J'aurais de loin préféré cela à le voir assis sur le plancher de ma chambre. Je gribouillai sur ma feuille et lui montrai mon cahier.

- Pourquoi tu ne prends pas ma chaise qui est juste derrière toi ?

C'est alors que mon petit ami m'avoua qu'il avait très envie d'ouvrir cette balle, mais il n'osait pas. Je roulai des yeux, il n'avait strictement rien compris de ce que j'avais dit tout à l'heure. Je lui avais justement dit de faire sortir son pokémon. Il craignait que le pokémon à l'intérieur soit trop grand et que s'il le faisait sortir il allait défoncer le plafond. Il se faisait des peurs pour rien, c'était une faibloball, les chances qu'il y ait un pokémon immense étaient très minces. Je gribouillai sur ma feuille pour le lui dire.

- Tu t'inquiètes pour rien, les chances que cette faibloball contienne un pokémon puissant sont minimes. Peu de pokémon de grande taille sont des pokémon qui entrent dans cette ball. Tu as raison c'est le moment idéal pour l'ouvrir, ajoutai-je sur ma feuille en réponse à sa dernière phrase.

Tournant son regard vers moi, il répéta que si ça me dérangeait je devais lui dire. Je roulai à nouveau des yeux, je ne cessais d'insister pour qu'il me montre le pokémon capturé par Doreiku.

- Zuko, je te dis depuis tout à l'heure que tu peux sortir ton pokémon, seulement tu ne comprenais pas ce que je disais, lui écrivis-je rapidement.

Le jeune homme prit la faibloball dans sa main et l'ouvrit. Le visage de Zuko se métamorphosa en quelques secondes. Les yeux ronds comme des soucoupes, il ne s'attendait manifestement pas au pokémon qu'il avait sous les yeux. Extrêmement curieuse, je me redressai pour voir de quel pokémon il s'agissait. Un sourire étira mes lèvres en reconnaissant un magicarpe qui s'agitait sur le plancher de ma chambre. Pour le dresseur ce devait être toute une débandade. Il avait évoqué les pires scénarios sans penser que le pokémon capturé pouvait être l'un des plus faibles pokémon qu'il existait. Personnellement, me retrouver avec ce pokémon ne m'aurait pas dérangée puisqu'en évoluant il allait devenir un atout de taille. Je retournai mes prunelles vers Zuko et je ne pus m'empêcher d'éclater de rire en voyant son expression médusée.

-Tu ne t'attendais manifestement pas à ça, lui écrivis-je narquoise.

Spoiler:
 

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zuko Hatsuno
Dresseur au coeur tendre
avatar

Féminin Cancer Coq
Messages : 257
Date de naissance : 10/07/1993
Date d'inscription : 19/11/2011
Âge réel : 24
Localisation : Québec

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 17 250 $

MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   Ven 23 Nov - 3:35

Désormais bien installée sur le lit, la petite Evoli avait l'intention de dormir un peu. Bah dormir... peut-être plus somnoler. Elle attendit que son dresseur ait le dos tourné pour se relever, tout doucement, et sautilla maladroitement jusqu'à Sukie. Elle se recoucha rapidement, ayant peur que son maitre l'est vu se relever et elle se pelotonna contre la jeune femme. Elle savait qu'elle était malade, mais elle se fichait d'attraper son rhume. Cela allait obliger Zuko à s'occuper plus d'elle... déjà qu'il s'inquiétait énormément à cause de sa patte blessée. Aussi, il ne pourrait pas s'inquiéter à ce que Sukie n'ait pas froid, la petite Evoli lui donnait en même temps sa chaleur. Cette dernière se colla plus étroitement contre la cuisse de la jeune éleveuse, quémandant des caresses. Elle alla même jusqu'à se rouler sur le dos, exposant son ventre à l'éleveuse, qui était probablement son point faible. Ainsi, elle lui faisait totalement confiance. Pendant ce temps, le petit Coupenotte avait aussi grimpé sur le lit et s'était rapproché d'eux pour se coucher aussi. Sauf que la petite Evoli ne le voyait pas de la même façon. Voyant une possibilité de jouer se présenter à elle, elle se redressa vivement, faisant face au dragon. Elle avait bien l'intention de jouer avec lui, malgré l'interdiction de son maître.

Lorsque Doreiku vit le regard joueur de l'Evoli, il s'arrêta, complétment figé. Il savait qu'elle n'avait pas le droit de bouger et maintenant... elle semblait vouloir jouer. Que devait-il faire ? Il ne pouvait pas accepter, même si cette idée lui plaisait énormément. Son amie devait se reposer et si Zuko les voyaient à jouer entre eux... il ne serait pas content. Mais pas content du tout. Le dragon ne put rien faire de plus que la petite Evoli lui sauta dessus, faisant plus ou moins attention à sa patte. Les deux pokémons roulèrent un court moment sur le lit, s'arrêtant sur le bord de ce dernier. Lorsque leur maître se retourna pour s'asseoir sur le sol, les deux pokémons s'immobilisèrent et firent comme si rien ne c'était passé. La petite Evoli ne pouvait pas s'en empêcher, c'était plus qu'elle de jouer.

Une fois bien assis au sol en compagnie de mon starter, je relevai le regard et que ne fut pas ma surprise de voir ma copine saisir un cahier et un crayon. Non. Elle allait tout de même pas écrire ? Certes, j'allais davantage comprendre ce qu'elle me disait, mais cela n'allait pas aider l'état de son poignet. Non, elle n'avait pas le droit de faire ça. Elle allait bien s'allonger sur le lit et elle allait prendre ce temps pour relaxer. Dommage que Kurai ait posé sa tête sur mes genoux, sinon je me serais relevé pour prendre son cahier et ainsi l'empêcher d'écrire. Je ne pouvais rien faire pour l'arrêter. Je me contentai donc d'afficher une expression exaspérée et laissai échapper un soupir.

- Sukie... n'écrit pas, s'il te plait. Je sais que tu parles beaucoup et si tu écris toutes ses paroles, tu risques de te blesser. Tu pourrais te fouler le poignet, voir même te le fracturer. Et je n'aimerai pas amener ma petite amie jusqu'à l'infirmerie. Déjà que je m'inquiète énormément pour toi, ça ne m'aiderait absolument pas.

Je me résolu tout de même à lire ce qu'elle avait prit la peine de m'écrire.

- Je n'ai pas pris la chaise car je suis bien installé au sol. Je préfère qu'un pokémon la prenne.

Puis, je finis par ouvrir la faibloball malgré moi. Sukie semblait tout aussi intriguée que moi de voir ce qui se trouvait à l'intérieur. Elle tenta de me consoler en disant qu'il y avait très peu de chance qu'il y aille un pokémon puissant à l'intérieur, mais c'était justement ça qui me dégoûtait... En tant que dresseur, c'était primordial d'avoir une bonne équipe. C'est lorsque je vis mon nouveau pokémon que je compris l'erreur commise par mon Coupenotte. Un... un Magicarpe !? Non, non, c'était pas sérieux !? Il se moquait de moi ? Il n'était pas question que je m'occupe d'un pokémon aussi inutile. J'observais le pokémon avait de gros yeux qui, en dehors de son élément, frétillait sur le plancher de la chambre. Il avait attiré l'attention de tous mes pokémons et ceux-ci avaient tous tournés la tête vers le poisson rouge.

- Non, c'est pas vrai... Je refuse de m'occuper de lui !

Le pokémon, qui cherchait inévitablement un peu d'eau, se fraya un chemin jusque sous le lit de la jeune femme où il disparu. Intrigué, le Démolosse se releva et se rapprocha, la tête baissée pour la passer sous le lit. Aucun pokémon ne méritait cette réaction de la part de son maître, mais Kurai ne pouvait rien faire pour changer la situation. Il tenta donc d'agripper le poisson à l'aide de l'une de ses pattes antérieures pour le ramener vers lui et le sortir de sa cachette.

- Il est hors de question que je garde un Magicarpe dans mon équipe. Et non je ne m'attendais pas manifestement à ça, ajoutai-je, à l'intention de la question à Sukie. Je vais le ramener au centre d'adoption et m'excuser auprès de l'infirmière. Ce pokémon sera mieux avec un maître qui le veut vraiment.

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sukie Aida
À moi Zuko ! Pas touche !
avatar

Féminin Vierge Dragon
Messages : 153
Date de naissance : 05/09/1988
Date d'inscription : 20/11/2011
Âge réel : 29

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 14 850 $

MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   Dim 9 Déc - 3:47

Je sentis la petite Evoli sautiller joyeusement auprès de moi, je ne pus m'empêcher de sourire. Elle se serra contre moi, se recouchant rapidement pour que Zuko ne la voie pas lui désobéir. On se ressemblait sur cet aspect, sauf que moi je ne me cachais pas lorsque je désobéissais au jeune homme. Par contre, je comprenais parfaitement qu'elle ne voulait pas s'attirer ses foudres. Je caressai doucement la tête de l'evoli rebelle. Malgré sa patte blessée, elle semblait survoltée. D'ailleurs, dès que le coupenotte nous rejoignit, elle lui jeta un regard joueur. Décidément, elle était incapable de tenir en place puisqu'elle se jeta sur Doreiku à l'insu de son dresseur. Ils s'immobilisèrent dès qu'ils entrèrent dans le champ de vision de Zuko.

Je détournai mon attention d'eux, lorsque j'écrivis à Zuko. Sa réaction en me voyant écrire me fit tiquer. Il semblait fortement contrarié par mon initiative, ce que je ne comprenais pas vraiment sur le coup. Je ne tardai pas à le savoir lorsqu'il me demanda de ne pas écrire. Si je n'avais pas été assise, j'en serais sûrement tombée. C'était la seule façon que j'avais pour qu'il me comprenne, alors que voulait-il que je fasse d'autre ? Il m'expliqua que comme je parlais beaucoup, je risquais de me blesser en écrivant toutes les paroles. Je levai les yeux au ciel devant son inquiétude injustifiée, surtout lorsqu'il évoqua la possibilité que je me foule le poignet ou même me le casser. Il ne voulait pas m'emmener à l'infirmerie, puisqu'il s'inquiétait déjà beaucoup pour moi et ce serait sûrement pire. Je trouvais incroyablement mignon qu'il s'inquiète, mais il exagérait complètement, comme si je ne savais pas écrire. Je savais écrire depuis la petite enfance, c'était pour moi un exercice naturel, alors je ne voyais pas pourquoi je me blesserais puisque je n'avais aucune faiblesse à cet endroit. Je ne comprenais pas pourquoi il pensait une telle chose. C'était soit ça ou on ne cessait de dire la même chose. Je commençais à me demander s'il me prenait pour une incapable.

Zuko finit par répondre à ce que je lui avais écrit à propos de la chaise. Il affirma qu'il était bien assis au sol et qu'il préférait laisser la place à un pokémon. Je le considérai d'un oeil sceptique, sans rien ajouter à l'écrit. Sinon il allait dire que je parle trop et capoter parce que j'allais sûrement me «casser» le poignet. Je préférais éviter le scandale qu'allait à coup sûr faire Zuko. Je n'aurais jamais pensé qu'il pourrait se montrer aussi protecteur, s'en devenait du sport extrême. J'allais lui en toucher un mot lorsque j'irais mieux. Pour l'instant, je guettai la réaction au dresseur face à la découverte du Magicarpe. Les yeux écarquillés, il semblait horrifié par sa découverte. Il ne tarda pas à manifester son mécontentement en refusant de s'occuper de lui. Sa réaction me mit hors de moi. Comment pouvait-il traiter un pokémon comme ça ? Le Magicarpe avait beau être l'un des pokémons les plus faibles, il n'en demeurait pas moins qu'il avait droit d'avoir autant d'attention que n'importe quel autre. D'ailleurs, il pouvait évoluer en Léviator qui était un pokémon très puissant. Le poisson se fraya un chemin sous le lit. Kurai tenta de l'attraper avec ses pattes antérieures pour le ramener vers lui. Höyö se pencha au dessus du lit pour regarder Kurai faire, s'il avait besoin d'aide, elle était prête à l'aider.

Le jeune homme continua sur lancée en affirmant qu'il n'était pas question qu'il le garde dans son équipe. Il allait le ramener au centre d'adoption, tout en s'excusant du désagrément. Il affirma qu'il serait mieux avec un autre maître. J'étais scandalisée par une telle attitude. C'était l'une des raisons, pourquoi je n'étais pas dresseuse, je ne me reconnaissais dans cette volonté de vouloir les meilleurs pokémons possible. Pour moi, tous les pokémons avaient leurs forces et leurs faiblesses, il n'y en avait pas de moins dignes que d'autres. Ça me mettait hors de moi que Zuko considère que le magicarpe n'était pas digne de lui, c'était particulièrement offensant pour le pokémon. Je ne me retins pas d'écrire ce que je pensais de son attitude.

- Comment peux-tu dire une chose pareille, écrivis-je à toute vitesse. Il ne mérite pas que tu le rejettes comme ça, il a autant droit à ton affection que Kurai ! Je ne comprends pas pourquoi tu le traites avec mépris, il pourrait t'apprendre bien plus que n'importe quel pokémon. Tu ne peux pas le rendre simplement et récupérer ta ball, elle est maintenant inutilisable pour un autre pokémon et il ne pourra plus être capturé. Vous êtes liés maintenant, que tu le veuilles ou non. Tu veux vraiment lui infliger la peine d'être abandonné lâchement ?

Je n'étais pas tendre avec Zuko, mais son attitude me mettait en colère. Pour être sûre qu'il lisait ce que j'allais écrire, je tapotai son épaule pour attirer son attention. Il s'était toujours montré si gentil avec moi, que j'en avais oublié son côté compétitif. Je tombais d'autant plus de hauts puisque je n'y étais pas habituée.

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zuko Hatsuno
Dresseur au coeur tendre
avatar

Féminin Cancer Coq
Messages : 257
Date de naissance : 10/07/1993
Date d'inscription : 19/11/2011
Âge réel : 24
Localisation : Québec

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 17 250 $

MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   Mar 18 Déc - 16:23

Magicarpe n'était pas bête. Il sentait bien tout le mépris que son maître avait envers lui. Puisque Zuko n'était pas le premier à le faire, le pokémon aquatique préférait se cacher, ce qu'il n'avait pas fait avec son précédent dresseur. Ce dernier en avait profité pour le battre un peu, l'insultant et le rabaissant. Il n'avait pas choisit son pokémon, étant donné qu'il était partit pêché un bon matin et qu'un Magicarpe avait mordu à sa ligne. Il l'avait ensuite apporté au centre d'adoption, affirmant qu'il n'avait pas besoin d'un pokémon aussi minable. Au centre d'adoption, le Magicarpe avait appris à faire de nouveau confiance aux humains, puisque l'infirmière qui s'occupait de lui était très gentille. Les autres pokémons s'étaient intéressés à jouer avec lui, malgré le fait qu'il soit très lent. Le poisson y avait passé des mois dans l'attente d'un dresseur convenable. Un dresseur qui n'allait pas l'insulter, qui n'allait pas le battre, mais qui allait être gentil avec lui. Zuko était loin du maître auquel il s'attendait. Voilà pourquoi il s'était caché sous le lit et ne voulait plus en sortir.

Cependant, Kurai ne voyait pas cela de la même façon. Il était même très intéressé à en apprendre davantage sur le Magicarpe, contrairement à son maître. Une fois qu'il eut rentré sa tête sous le lit, il tenta de convaincre le pokémon à sortir, ce qui était une cause perdue d'avance. Le Démolosse avait peut-être l'air imposant avec ses pattes griffues qui tentaient d'attraper le pauvre pokémon eau, il n'avait pas du tout l'intention d'être méchant. Même en étirant ses pattes à son maximum, le pokémon feu n'arrivait pas à atteindre le nouveau pokémon de son maître. À croire qu'il ne voulait absolument pas sortir de là. Autant le laisser tranquille, puisque cela ne servait à rien. Kurai essaya alors de se reculer pour sortir sa tête de cet endroit étroit, mais il n'y parvint pas. Il fit encore quelques essais, sans résultat. Les cornes sur sa tête s'étaient coincés sous le lit, ne permettant pas au pokémon de se délivrer de là. Tout en essayant de ne pas détruire le lit de Sukie, il continua de tirer et de réessayer. Voyant que cela ne fonctionnait vraiment pas, il se mit à lancer des longs râles et des longs gémissements, demandant l'aide des deux humains.

Sukie ne semblait pas avoir compris mon point de vu à propos de l'écriture, à moins qu'elle aille décider d'en faire à ça tête. Ça ne m'aurait pas surpris, puisque c'était tout à fait son genre. J'avais l'impression qu'elle jouait avec mes sentiments quelques fois. Je lui faisais part de ce que je ressentais en lui disant que je m'inquiétais pour telle ou telle raison et elle ne m'écoutait pas. Elle me prenait pour un incapable ? Quelqu'un de trop nerveux peut-être ? Je ne savais pas vraiment, mais je n'avais pas l'intention de lui demander. Cette dernière termina d'écrire sur son cahier et me tapota l'épaule pour que je me retourne vers elle. J'avais déjà une bonne idée de ce qu'elle allait me dire, je me fis tout de même un effort pour lire ses écrits. Comme je le pensais, elle était fâchée par mon attitude. Ne sachant quoi répondre sur le coup, je me retournai, réfléchissant à tout ce qui venait d'arriver.

Comment pouvait-elle comprendre mon point de vu ? Elle était éleveuse. C'était leur travail de s'occuper de tous les pokémons. Elle ne voyait pas la faiblesse que je voyais chez ce pokémon, puisque pour elle ils étaient tous égaux. En tant que dresseur, je ne pouvais pas me permettre de perdre une place importante dans mon équipe pour garder un Magicarpe. Je savais qu'il possédait une puissante évolution, mais pour cela, soit je devais bien m'occuper de lui, soit je devais l'énerver suffisamment pour qu'il veuille se venger. Les deux cas ne m'intéressaient pas trop. Certes, je n'aimais pas ce pokémon eau, je ne me gênais pas pour le laisser paraître, mais je savais aussi qu'il ressentait tout comme mes autres pokémons. Même s'il semblait être doté d'un petit cerveau, ce n'était pas le cas.

- Je sais que nous sommes liés, Sukie, finis-je par répondre. Je ne sais plus quoi faire. Léviator serait intéressant, mais les conditions d'évolutions ne me plaisent pas vraiment. Je dois être à l'extrème avec lui, soit trop gentil, soit trop méchant. Tu vas sûrement me dire d'être gentil avec lui, que ce n'est pas difficile, mais ce l'est pour moi, puisque ce n'est pas un pokémon que j'avais l'intention de capturé. Je crois que tu peux comprendre cela, non ?

Je me tus ensuite, ne voulant pas envenimer la situation. Tout en restant assis au sol, je continuai d'observer le Magicarpe qui s'était caché sous le lit, rampant presque au mur du fond. Il me faisait pitié, c'était vrai, mais je devais entraîner régulièrement mon équipe si je voulais progresser et pouvoir parvenir à vaincre des champions. Si je passais mes journées à le bichonner, à vanter ses qualités et à m'occuper de lui comme s'il s'agissait d'un enfant, je n'allais pas y arriver.

- Par contre, c'est vrai que je pourrais apprendre à le connaître davantage, ajoutai-je. Ça ne me coûtera rien, sauf du temps et ça je crois que j'en ai suffisamment. Et il ne doit pas être aussi hyperactif que certains pokémons de mon équipe, c'est déjà ça de moins. Il faudra que je lui trouve un surnom pour commencer. T'aurais pas une idée, Sukie ?

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sukie Aida
À moi Zuko ! Pas touche !
avatar

Féminin Vierge Dragon
Messages : 153
Date de naissance : 05/09/1988
Date d'inscription : 20/11/2011
Âge réel : 29

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 14 850 $

MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   Mer 2 Jan - 3:07

Höyö descendit du lit en constatant que Kurai était coincé sous le lit. La kirlia se pencha pour ce faire une idée de la situation. Son regard se portait sur le magicarpe sous le lit. Le pokémon hypersensible pouvait percevoir la déception du poisson face à l'attitude de son nouveau dresseur. Höyö se tourna vers le démolosse coincé en raison de ses grandes cornes. Le pokémon psychique tenta de l'aider à se déprendre, mais n'y arriva pas malgré ses efforts. Il lui fallait soulever le lit, mais avec sa télékinésie récemment acquise, elle ne pouvait soulever qu'un poids limité. La kirlia tapota doucement la tête du chien ténébreux pour le calmer, lui signifiant qu'elle prenait les choses en main.

Mon texte sembla plonger Zuko dans une profonde réflexion. J'aurais beaucoup donné pour savoir ce qu'il pensait en ce moment. J'aurais tellement voulu savoir comment il voyait les choses après mon intervention. Je me doutais qu'il n'avait pas vraiment changé d'idée, c'était un dresseur après tout. Bien que j'aime Zuko à la folie, je ne pouvais m'empêcher d'être agacée par cette partie de lui. Lui non plus ne devait pas vraiment comprendre ma philosophie. J'avais grandi dans une famille de dresseurs, alors je savais à quel point nous étions différents. Mes parents étaient toujours déconcerté par mes choix de pokémons, tout comme je l'étais face à leurs choix. J'avais toujours respectés leurs différences, comme ils avaient respecté les miennes. Par contre, avec Zuko j'éprouvais certaines difficultés à les accepter. Après tout, c'était avec lui que je voulais faire ma vie, c'était plus compliqué pour moi de comprendre cette façon de voir les choses. Je n'avais aucun doute concernant mes sentiments pour lui et ma volonté de vivre avec lui, pour le restant de mes jours si c'était possible. Par contre, j'étais déçue de voir qu'il était comme tous les autres dresseurs. Ma tendance à mettre Zuko sur un piédestal m'avait fait oublier la possibilité qu'il puisse être comme tous les autres.

Ce fut Zuko qui me tira de ma déception en répondant soudainement à mon paragraphe. Il me dit qu'il savait parfaitement qu'ils étaient désormais liés et me confia qu'il ne savait plus du tout quoi faire. Il avoua que Léviator était un pokémon intéressant pour lui. C'était au moins un point sur lequel nous étions parfaitement d'accord, mais je ne me fis pas de faux espoirs. J'attendais patiemment qu'il me dise le hic, car je savais qu'il y avait un hic. Je ne tardai pas à le savoir alors qu'il déplorait les conditions d'évolution qui étaient problématiques selon lui. Il m'expliqua que le fait qu'il doive aller dans les extrêmes, soit être trop gentil ou trop méchant. Je voyais mal Zuko être cruel envers un pokémon, même s'il ne l'aimait pas. Ça ne cadrait pas du tout avec sa personnalité, il pouvait être exigeant, sans être un tortionnaire. Par contre, son rejet pouvait être perçu comme de la méchanceté. J'eus un petit sourire lorsqu'il ajouta que j'allais sûrement lui dire d'être gentil avec le magicarpe. Malgré son rejet que je percevais très mal, je n'avais même pas pensé qu'il puisse être méchant. Il ajouta que se montrer gentil avec le poisson serait difficile pour lui, puisqu'il ne voulait pas de ce pokémon à l'origine. Il souligna le fait que je pouvais parfaitement le comprendre. Il avait raison sur ce point, mais ça ne m'empêchait d'être très critique vis-à-vis de sa réaction face à cet imprévu. Je ne comprenais pas en quoi c'était si compliqué de s'adapter à cette nouvelle capture, cela ne lui était pas arrivé pour rien. Il pourrait voir en cela une occasion d'apprendre quelque chose, plutôt que de voir cela comme une nuisance.

Zuko prit une pause, semblant réfléchir à quelque chose. Il fixa un point sous mon lit que je devinai être le magicarpe. Je crus voir dans son regard de la pitié. Sans être l'idéal, c'était tout de même un bon début. C'est ce qui sembla décider le jeune homme à apprendre à le connaitre. Il ajouta que ça ne lui coûterait rien sauf du temps. Je ne pouvais m'empêcher d'être soulagée par sa décision, mais je ne m'en réjouissais pas. Je sentais que ça n'était pas de gaieté de coeur qu'il le faisait. Je décidai que j'allais l'aider à bien s'occuper de ce pokémon. Le dresseur se réjouit en songeant que ce pokémon n'était pas autant hyperactif que certains autres de son équipe. Je n'avais qu'à regarder Doreiku et Tsuki qui étaient des pokémons assez énergiques. Le Coupenotte avait même capturé le pokémon qui se cachait sous mon lit. Zuko ajouta qu'il devait lui trouver un surnom, de ce fait il me demanda mon aide. Je le fixai quelques instants surprise, c'était tout de même tout un revirement de situation en quelques minutes seulement. Enfin, je ne savais pas trop à quoi m'attendre de la part du dresseur ambitieux qui me servait de petit copain. Je réfléchis tout de même à un surnom qui pourrait aller à un magicarpe. Et puis je devais aussi trouver une réponse adéquate à son monologue sur le fait qu'il ne voulait pas de ce pokémon.

-Je peux comprendre que tu ne voulais pas de ce pokémon puisque cette capture a été purement accidentelle, concédais-je. Par contre, il ne faut pas s'apitoyer sur ton sort et traiter ce pokémon comme un moins que rien. D'ailleurs, il n'a apparemment pas besoin de cela, puisqu'il est allé se cacher sous mon lit. Tu dois tirer le meilleur parti de cette situation, c'est de le faire évoluer en leviator. Le chemin n'est peut-être pas facile, mais qui a dit qu'être un dresseur de pokémon était facile. Le fait d'avoir des pokémons puissants à la base n'est pas ce qui va te rendre meilleur. C'est justement une situation comme celle-ci qui va faire de toi un excellent dresseur, puisque tu apprendras bien plus de cette expérience que d'entraîner un pokémon déjà fort. Ça va justement renforcer votre lien si tu le traites bien.

Je pris une petite pause pour laisser Zuko lire et reposer mon poignet légèrement endolori parce que j'écrivais bien trop vite. Si seulement j'avais pu parler de façon compréhensible, je pourrais plus facilement lui transmettre mon point de vue. À l'oral c'était bien plus fluide qu'à l'écrit et cette dernière méthode rendait Zuko nerveux. Je repensai à des surnoms que j'écrivis au fur et à mesure sur ma feuille.

-Vite comme ça, je n'ai pas beaucoup d'idées de surnom, écrivis-je rapidement. Voici ceux que j'ai pour l'instant : Akio, Aiki, Ikari, Kido, Geki, Zanko, Rashi, Ragon. S'il n'y en a aucun qui te plaise dans ceux là ce n'est pas bien grave.

Je tendis le cahier vers mon copain, pour qu'il puisse lire mes premières suggestions. C'est alors que ma Kirlia attira mon attention. Je remarquai le derrière de Kurai, dont la tête était coincée sous mon lit. Je m'empressai de me lever, comprenant ce que voulait faire mon pokémon. Je me levai si brusquement, que la tête me tourna et je vis des points noirs danser devant mes yeux. J'avais l'impression que ma tête avait triplée de volume à cause de la pression de mes sinus congestionnés. Je tentai de faire mon possible pour ne rien laisser paraitre devant Zuko. Je ne voulais pas l'inquiéter plus qu'il ne l'était déjà. Höyö utilisa sa télékinésie pour soulever le lit de quelques centimètres pour permettre au démolosse de sortir. Je remarquai la présence du Magicarpe collé contre le mur. Je me penchai pour me faufiler sous mon lit et l'enlever de sous le lit. Je le pris contre moi et m'empressai de me retirer. Le lit vacillait signe que le pokémon psy était déjà au bout de ses forces psychiques. Je caressai doucement les écailles du pokémon aquatique, voulant le rassurer par mes gestes puisque je ne pouvais pas vraiment parler.

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zuko Hatsuno
Dresseur au coeur tendre
avatar

Féminin Cancer Coq
Messages : 257
Date de naissance : 10/07/1993
Date d'inscription : 19/11/2011
Âge réel : 24
Localisation : Québec

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 17 250 $

MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   Lun 21 Jan - 3:43

Par chance que le Démolosse n'avait pas tendance à paniquer, sinon cela ferait bien longtemps qu'il n'aurait pas supporté cette situation. Si cela n'avait été que de lui, il se serait débattu beaucoup plus, en ayant l'intention de soulever le lit. Mais puisque ce dernier appartenait à Sukie et que celle-ci était allongé sur ce lit, il ne voulait pas agir de la sorte. S'il le faisait, il risquait de blesser la jeune fille et de reçevoir une sévère correction de la part de son maître, ce qu'il ne voulait absolument pas. Le pokémon feu se contenta donc de rester couché au sol, battant l'air de sa queue de façon vive, témoignant de son irritation. Ne pouvant rien faire de plus, il fixa son regard sur le Magicarpe qui se trouvait devant lui et le poisson tenta de reculer davantage en voyant le geste du chien de feu, apparement intimidé par ce dernier. Le Démolosse aurait bien voulu le rassurer, mais peu importe ce qu'il allait faire, il allait encore plus effrayer le pokémon aquatique. Kurai commençait à avoir vraiment hâte de sortir de là lorsqu'il sentit une main se poser sur sa tête. Intrigué, le regard du Démolosse se tourna vers celui ou celle qui se trouvait près de lui. Il fut grandement soulagé de reconnaître Höyö, qui lui fit signe de patienter pendant un petit moment encore, puisqu'elle avait visiblement un plan derrière la tête.

Pendant ce temps, j'avais complètement oublié le petit problème de mon pokémon. En attendant la réponse de la jeune femme, mon regard s'était fixé sur le Magicarpe, qui faisait tout en son pouvoir pour éviter mon regard. Notre relation ne débutait du bon pied, après toutes les paroles méchantes que j'avais dis à son sujet. Mais c'était du passé maintenant, je voulais que notre rencontre reparte à zéro, qu'on recommence tout du début. À en juger par son comportement, ce pokémon ne cherchait qu'un bon maître pour s'occuper de lui. J'étais apte à le faire et j'allais probablement m'occuper de lui lorsque je serais en compagnie de Sukie ou bien seul dans ma chambre. En tant que dresseur, je ne voulais pas que les autres élèves de l'Académie me voit avec un tel pokémon. Et puis, peut-être avait-il un caractère semblable au mien. J'allais peut-être mieux m'entendre avec lui qu'avec certains autres pokémons de mon équipe. S'il voulait bien sortir de sous le lit, je pourrais enfin en avoir le coeur net.

Mon regard se détourna lorsque la jeune femme me montra son cahier. Mais... elle devait arrêter d'écrire des gros paragraphes ainsi, elle allait vraiment se casser le poignet ! Voulant à tout prix qu'elle voit et comprenne mon énervement, je lui adressa un regard assez significatif pour qu'elle cesse d'écrire de la sorte. Je pris ensuite le temps de lire tout ce qu'elle avait écrit et je fus surpris d'admettre qu'elle avait raison. Le métier de dresseur était loin d'être facile, il était même difficile car notre tâche principale était d'entraîner et de faire évoluer nos pokémons. Bien sur, la relation entre l'humain et les pokémons est aussi très importante. La transformation du Magicarpe n'avait rien de facile, voilà pourquoi j'étais probablement bien placé pour m'occuper de lui. Je n'avais rien à perdre pour tenter une relation avec lui et cela me rassurait un peu de savoir que Sukie allait être présente pour m'aider.

- Tu as raison Sukie, comme toujours d'ailleurs. Cela va faire partit de mon entraînement et j'espère que je m'entendrais bien avec ce Magicarpe. Pas vrai, mon vieux ? ajoutai-je en m'adressant au pokémon aquatique, me penchant légèrement dans sa direction. Tu n'as aucune raison d'avoir peur de moi. Je regrette ce que j'ai dis à propos de toi tout à l'heure. Tu me pardonne ? Aller, sort de là.

Mais le Magicarpe ne bougea pas, semblant douter des paroles du dresseur. En voyant cela, je fus un peu blessé de voir que le poisson ne semblait pas me pardonner. Pourtant, j'avais fais ce que j'avais à faire, je m'étais excusé. S'il ne tournait pas la page, c'était lui le pire. Attristé, je détournais donc le regard, pendant que Sukie cherchait des surnoms de son côté. Pour ma part, je fis de même, mais rien de bien me vint à l'esprit. Un Léviator pouvait-il vraiment avoir un surnom ? Ils sont censé être méchants, cruels, terrifiants et extrèmement puissants. Quel surnom pourrait aller avec tout ça ? Je pris ensuite le cahier à Sukie pour lire les surnoms qu'elle avait trouvé. Aucun d'entre eux ne me paraissait bien, mais je remerciai tout de même ma copine d'avoir cherché pour m'aider. Par contre, un surnom attira mon attention. Zanko... il n'y avait pas une signification en japonais ?

- Attend une minute, Zanko... ça veut dire "cruel" en japonais. Ça serait bien, tu ne trouve pas ? Et toi, petit Magicarpe, tu trouves ça comment ? Tu aimes ce surnom ?

Comme précédement, ce dernier ne bougea pas d'un poil. À nouveau frappé par ce manque de réaction, je baissai le regard. Au même moment, Sukie se leva pour permettre à la Kirlia de soulever le lit grâce à sa télékinésie. Kurai fut grandement soulagé d'être enfin délivré et il vérifia ses deux cornes, pour s'assurer qu'aucune d'entre elles ne s'étaient brisées. Tout content, le chien de feu s'ébroua de partout, savourant sa liberté. Pour ma part, je vis clairement que quelque chose clochait avec Sukie. Cette dernière devait sûrement essayer de me le cacher, mais c'était loin de fonctionner. Cela ne me prit que quelques secondes pour me rendre compte de ce qui se passait. Elle s'était levée vivement du lit et elle devait sans doute être étourdie désormais. De plus, elle s'était penchée pour prendre le Magicarpe dans ses bras et ce dernier se collait le plus possible contre elle, ne voulant plus qu'elle le relâche. Ne pouvant supporter cette situation, je me relevai pour m'approcher de ma copine.

- Ça va Sukie ? Tu ne semble pas être en pleine forme. Aller, recouche-toi maintenant.

Alors que je forcais doucement la jeune femme à se recoucher, je perdis soudainement l'équilibre et tombai sur le lit de Sukie, entraînant celle-ci dans ma chute. Comment pouvais-je être aussi maladroit ? Comment mes pieds s'étaient-ils enfargés entre eux ? Je voulais recoucher tout doucement la jeune femme sur le lit et maintenant, je me retrouvais couché sous elle. Pas que cela ne me déplaisait, au contraire, mais je voulais qu'elle puisse s'étendre sur son lit pour elle seule. Mais bon... maintenant que je me retrouvais couché avec elle, ce n'était plus trop possible. Sans rien ajouter, je relevai un regard désolé vers Sukie.

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sukie Aida
À moi Zuko ! Pas touche !
avatar

Féminin Vierge Dragon
Messages : 153
Date de naissance : 05/09/1988
Date d'inscription : 20/11/2011
Âge réel : 29

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 14 850 $

MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   Dim 7 Avr - 22:02

Zuko ne sembla pas apprécié que j'écrive un long paragraphe dans mon cahier. J'imaginais déjà ce qu'il allait me dire d'arrêter d'écrire. Je me préparai à écouter un sermon qui ne vint jamais. Au contraire, lorsque mon petit-ami prit la parole se fut pour me concéder que j'avais raison. Je ne pus m'empêcher de sourire, heureuse qu'il prenne en compte mon avis. Il souhaitais vraiment s'entendre avec le Magicarpe et je voyais qu'il était sincère. Il tenta de rassurer le pokémon aquatique et s'Excusa pour ses commentaires désobligeants à son égard. Toutefois, le poisson ne bougea pas d'une semelle. Mon coeur se serra en remarquant à quel point cela avait affecté le jeune homme. Je griffonnai un petit texte sur une feuille pendant qu'il regardait la liste de surnoms que je lui avais écrite. Son choix se porta finalement sur Zanko qui signifiait cruel en japonais. Il évoqua le faire que ça irait bien à un Léviator. Il n'avait pas tort après tout, ces pokémons n'étaient pas reconnus pour leur gentillesse. Zuko s'adressa à nouveau au pokémon en quête de son approbation, mais il n'obtenu aucune réponse. J'eus encore le coeur serré en remarquant sa déception.

Puis tout se bouscula, alors que je me relevai pour permettre à Höyö de délivrer le Démolosse de sous mon lit. Il avait semblé être grandement soulagé de sortir de cet endroit. Il vérifia par la même occasion l'état de ses cornes qui étaient intact, puis s'ébroua. Ça ne devait pas être plaisant de rester coincé ains, le pauvre. Je me demandais pendant combien de temps il était resté ainsi. Ça avait du être interminable. Höyö s'approcha du démolosse pour tapoter ses cornes, lui signifiant qu'elles étaient indemnes.

Dès lors que je pris le magicarpe dans mes bras, celui-ci se serra plus étroitement dans mes bras. Je resserrai légèrement mon étreinte, alors que le malaise qui m'assaillait s'amplifiait. Il devenait de plus en plus dur de le cacher à mon petit-ami, quoique je ne semblais avoir réussi. Il s'empressa de se relever pour s'approcher de moi et s'enquit de mon état. Je tentai d'hocher la tête ce qui accentua mes étourdissements. Ce ne fut pas plus convaincant puisqu'il renchérit en disant que je ne semblait pas du tout en forme. De ce fait, il m'exhorta de me coucher. Il voulu doucement m'amener à me coucher, a vrai dire je n'avais pas vraiment l'intention de lui opposer une quelconque résistance. C'est alors que je me retrouvai brusquement sur le lit, Zuko en-dessous de moi. Aussitôt que je fus couché, je me sentis mieux. Je ne pus m'empêcher de rire en réalisant la situation, ce qui provoqua une quinte de toux. Je savourai de sentir son corps ferme sous le miens, nous avions rarement été si près l'un de l'autre. Ça me faisait tout drôle. Si je n'avais pas eu peur de transmettre mon rhume à Zuko, je me serais sûrement avancée pour l'embrasser. Déçue de devoir me priver d'une belle occasion de me rapprocher plus amplement de mon petit-ami. Je me contentai donc de lui caresser doucement doucement le visage, glissant mes doigts dans ses cheveux de jais. Je poussai même l'audace jusqu'à effleurer sa cicatrice. Me coeur se serra en pensant à la douleur qu'il devait avoir ressentit à ce moment-là. Dans un élan de compassion, je posai mes lèvres sur la vieille brûlure de Zuko.

Je savais à quel point mon petit-ami avait honte de sa cicatrice, alors je m'empressai de détourner son attention. Je me souvenais que je lui avait écrit un petit mot pour le rassurer concernant son nouveau pokémon. Par la même occasion, le charme fut rompu. Je tapotai doucement son épaule pour attirer son attention dessus.

- Ne t'en fais pas avec le magicarpe, il va te pardonner, il vous faut seulement du temps, avais-je écris. C'est avec le temps que l'on peut guérir nos blessures, comme c'est avec le temps que nous développons nos relations avec nos pokémons et nos amis. Parfois, certains cas sont plus laborieux que d'autres, mais ce n'est pas pour autant que leur amitié est moins solide. Si tu traites bien Zanko, car je crois que c'est comme ça que tu as choisit de l'appeler, il te pardonnera et il t'aimeras. Car Zuko Hatsuno c'est impossible de ne pas tomber sous ton charme.

Alors que je le laissai lire ce que j'avais écrit, j'avais posé ma tête dans le creux de son épaule. Sous mon oreille, j'entendais son coeur battre. Je me sentis envahi par une soudaine lassitude, alors que je reposais paisiblement sur mon copain. Je glissai tranquillement dans les bras de Morphée, un sourire tendre sur mes lèvres. Le magicarpe toujours dans mes bras.

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zuko Hatsuno
Dresseur au coeur tendre
avatar

Féminin Cancer Coq
Messages : 257
Date de naissance : 10/07/1993
Date d'inscription : 19/11/2011
Âge réel : 24
Localisation : Québec

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 17 250 $

MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   Ven 12 Avr - 17:18

Pourquoi ça n'arrivait qu'à moi ce genre de truc. À chaque fois que j'essayais de faire quelque chose, compliqué ou non, ça ne tournait jamais comme je le voulais. Cette fois-ci, j'avais seulement voulu prendre tout doucement ma copine par les épaules pour la coucher à nouveau sur le lit pour qu'elle y soit plus à l'aise. Et bien non, je devais absolument perdre l'équilibre et tomber, comme d'habitude quoi... Toutes les petites choses simples devenaient de grandes péripéties avec moi. Je me souvenais bien d'un peu plus tôt cette semaine, j'avais voulu apporter ma tasse de café sur mon bureau pour poursuivre mes études et à mi-chemin, je me l'étais renversée sur moi. Le liquide chaud m'avait brulé le bas du corps, mais heureusement je n'avais pas eu d'autres cicatrices. Celle sur mon visage était suffisante, déjà qu'elle n'était pas très discrète et j'étais assez complexé à cause d'elle. Et encore, cette petite maladresse pouvait arriver à tout le monde, mais moi je n'étais pas capable d'y échapper. Si je réussisais à déposer la tasse sur le bureau sans l'échapper, il y allait forcément autre chose qui allait me tomber dessus.

Je décidai d'écarter rapidement ses pensées, ce n'était pas le bon moment. Sukie était désormais allongée sur moi et je ne savais pas trop comment réagir. C'était sûrement la première fois qu'une femme se retrouvait si près de moi, à l'exception de ma mère. Je tentai de ne pas trop bouger pour le moment, puisque j'avais constaté que je pouvais sentir toutes les formes de Sukie contre moi, ou presque. Je ne voulais pas non loin l'épuiser en bougeant un peu trop, c'était donc l'idéal pour moi de rester immobile. Baissant le regard vers ma copine, je plongeai mon regard dans le sien alors qu'elle avait commencé à caresser mes cheveux. Profitant de ce moment au maximum, j'avais fermé les yeux pour savourer ses caresses. Les doigts de la jeune femme avaient rapidement descendu pour atteindre la cicatrice entourant mon oeil gauche et mon corps se raidit par réflexe, même si je ne voulais pas du tout avoir cette réaction. Rouvrant les yeux, je vis Sukie approcher son visage du mien pour déposer un tendre baiser au niveau de mon ancienne brûlure, ce qui eu pour effet de me détendre. Rares étaient les personnes qui avaient pu la toucher, sauf moi-même et peut-être les médecins lorsqu'ils m'avaient examiné juste après l'incident.

- Ça va Sukie, ne t'inquiète pas. Je n'ai plus mal depuis un bon moment.

La jeune femme me tendit rapidement le cahier sur lequel elle écrivait depuis tout à l'heure. Je le pris pour lire le nouveau gros paragraphe qu'elle avait écrite. Elle voulait vraiment se faire mal ou quoi... comment faisait-elle pour écrire autant sans avoir mal à la main ? Tout en lisant ce qu'elle m'avait écrit, elle se laissa retomber sur moi. Pour être certain qu'elle n'allait pas bouger à nouveau, je passais mon bras valide autour d'elle et la serrait tout doucement contre moi, me donnant une allure possessive. Impossible de tomber sous mon charme ? Je n'étais pas forcément d'accord avec cette phrase, mais lorsque je me retournai pour lui répondre, je vis qu'elle avait fermé les yeux et qu'elle s'apprêtait sûrement à dormir un peu. Elle devait se reposer, surtout avec ce rhume. Je déposai donc le cahier sur le lit, près de nous. Mes pokémons firent comme nous et s'installèrent à des endroits confortables de la chambre pour dormir un peu, sauf Zanko qui était encore dans les bras à Sukie.

Le pokémon et la jeune femme ne devaient pas êtres confortables comme ça. Le pokémon pouvait à peine respirer et Sukie avait une masse entre elle et moi. Tout doucement, je glissais mes mains entre les deux pour prendre délicatement le Magicarpe, essayant de ne pas réveiller Sukie. Je déposai ensuite le poisson sur le lit, près de nous et il y resta, probablement pour faire la sieste aussi. Je repassai mes bras autour de ma copine pour la serrer à nouveau contre moi, ne voulant plus la lâcher. Dans cette position, je pouvais sentir la douce odeur de ses cheveux, que je n'avais pas eu la chance de sentir avant aujourd'hui. Je fermai ensuite les yeux, décidant de me reposer un peu, mais je savais bien que je n'allais pas dormir, puisqu'on était en plein jour et que je ne m'endormais pas du tout. Je pouvais bien rester un peu plus longtemps avec Sukie.

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'adoption imprévue [Sukie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'adoption imprévue [Sukie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'adoption imprévue [Sukie]
» [REQUETE] Google Maps "Ma position" imprécis
» A propos d'adoption et de la Corée
» [RESOLU] GPS très imprécis
» Sortie de l'imprévu pour ce week end ? : LES PHOTOS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: L'Académie :: Centre d'Adoption-
Sauter vers: