Partagez | 
 

 Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]   Sam 14 Juil - 20:22

ent soufflait tendrement et faisait élégamment danser les feuilles aux magnifiques couleurs, avant qu’elle ne retombe tout doucement sur le sol. La lumière douce et claire du soleil donnait naissance, par les grands feuillages des arbres, à un incroyable jeu de lumières. Certains rayons filtraient gracieusement à travers les murs de feuilles. Le ciel était d’un bleu clair et reposant, les nuages de coton flottaient légèrement dans le vide. Il s’agissait d’une bien belle journée qui s’annonçait, dépourvu de pluie et de brouillard.

Lentement, je marchai sur un chemin désert, parsemés de quelques touches de rouge chaleureux et d’orange intense. Chacun de mes pas faisait craqueler ce tapis coloré, le faisait se plisser. J’aimais ce bruit, j’aimais cette mélodie grave que seul l’automne pouvait jouer. Ce bruit me rassurait, m’apaisait comme une berceuse calmerait un enfant en proie aux cauchemars. Je respirais cet air frais, je respirais cet air pur. A mes yeux, l’automne était la plus belle des saisons, de par ses couleurs, sa tranquillité et sa douceur, en ces trois mois, tout était parfait. A mes côtés, ma petite Sognatore volait tranquillement, avançant au même rythme que moi. Je me sentais bien avec elle, je lui faisais pleinement confiance. Au plus profond de moi, je sentais comme un lien nous unissant, nous rapprochant. La Feuforêve que j’avais rencontrée il y a de cela une semaine et une partenaire fidèle et aimante mais également maline et câline. Elle aimait taquiner Coraggioso car il ne pouvait pas voler, mais elle appréciait tout autant sa présence à ses côtés, elle était malicieuse et en jouait. Protettivo l’appréciait également, la considérait même comme une personne intelligente et logique. J’étais fière d’elle et je tenais à elle et au fond de moi, j’osais espérer que ce sentiment était réciproque. Nous nous rendions aux Arènes. En effet, je souhaitais vivement combattre, afin d’habituer Sognatore au travail d’équipe, que ce soit avec moi ou un autre Pokémon car pour moi, il s’agissait de quelque chose de primordiale dans la relation qu’entretient un dresseur ainsi que son Pokémon qui au fond, est un ami. Nous continuons notre route paisible jusqu’à notre destination, bien que nous n’étions pas pressées. Nous prenions notre temps, savourant notre complicité.

« J’ai hâte de combattre, je veux ressentir à nouveau cette connexion que l’on ne ressent que lors de ces moments intenses. J’ai envie de connaître cela avec eux, comme lors du passé. Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire »

Nous arrivâmes devant un grand bâtiment aux murs de pierres imposantes, élégantes. Mon cœur se mit à battre, je ressentais ce que, par le passé, je nommais l’Adrénaline du Combat. Je m’en délectais et à chaque instant, cela grandissait. Je poussai la porte et me dirigeai vers un splendide comptoir de marbre. Je fus stupéfié par la beauté de ce lieu, tous semblaient extrêmement soignés et les matériaux semblaient incroyablement nobles. Marbres et tapisseries se mêlaient avec goût et beauté. J’engageai alors une conversation avec la jeune hôtesse se trouvant de l’autre côté du grand meuble de marbre étincelant.

-Bonjour, je viens ici pour combattre. Je suis Alix Nova.

-Bonjour. Très bien, mademoiselle Nova. Je vais publier une annonce mais pour cela, je vais avoir besoin de précision, avez-vous des préférences concernant le combat ? me demanda-t-elle gentiment.

Je réfléchis et regardai alors Sognatore, qui de ses yeux rubis me disait de faire ce que je souhaitais. Mais honnêtement, je n’avais pas vraiment d’idée. Je me triturai l’esprit pendant quelques secondes puis soudainement, une idée me vint! Un combat en duo ! Voilà qui avait le mérite d’être intéressant et attractif. De cette façon, je pourrai voir les points de vue sur le travail en duo de mes partenaires.7 S’était déterminée que j’annonçais mon choix à l’hôtesse.
-Oui, j’aimerai combattre dans un match double, s’il-vous-plaît.

-Très bien, dit-elle en inscrivant cela sur un document informatique, et concernant l’arène, une préférence ? En effet, nous possédons plusieurs salles de combat : une salle aquatique, une salle rocheuse, une salle standard et en fin, une arène en extérieure, bâtie sur deux étages et plutôt grande.
-Alors allons-y pour l’arène d’extérieur, mademoiselle.

J’étais vraiment de bonne humeur, j’étais impatiente et j’en étais certaine, cela se lisait sur mon visage et ma façon d’être Sognatore se posa rapidement dans mes bras, comme elle en avait rapidement pris l’habitude. J’appréciai énormément ces contacts avec elle. Je caressai ses cheveux pendant que notre aimable hôtesse terminait son annonce, l’imprimait et l’affichait sur un panneau d’affichage. Ensuite, elle nous convia alors à la suivre à l’extérieur, afin de voir l’arène et de nous préparer. Nous la suivîmes tranquillement. Qu’elle ne fut pas ma surprise lorsque nous arrivâmes. L’air de combat était incroyable, bâtie sur deux étages et comprenant une plateforme plus éloignée, l’arène prenait des dimensions plus qu’honorables. Peintes en orange-abricot, elle était très moderne. Des escaliers menaient les dresseurs vers leur emplacement, situés en hauteur par rapport au premier niveau du terrain. Un grand écran capable de diffuser le combat se trouvait là. Le deuxième étage, lui servait également de toi et de deuxième surface de combat. Il était également relié à une toute dernière partie, légèrement plus basse que le deuxième étage mais aux mêmes dimensions. J’étais émerveillées et Sognatore aussi.

-Apparemment, l’arène à l’air de vous plaire. Je vous invite donc à vous placer aux emplacements prévus à cet effet. En tant que dresseuse, vous devez rester en haut de l’escalier, afin d’éviter qu’un Pokémon ne vous blesse. Quant à vos Pokémon, ils doivent se préparer en bas, sur le rectangle surélevé. D’ailleurs, je vous prie déjà de choisir les deux Pokémon qui combattront.
A ces mots, je me mis à réfléchir. Je savais d’ores et déjà que Sognatore participerait mais je n’avais pas encore pensé à son partenaire. Protettivo et Coraggioso semblaient tous les deux aptes au combat… Je pris une Pokéball et en libérai le Pokémon contenu au hasard. Une lumière blanche sortie et se mit à prendre peu à peu la forme imposante d’un Pokémon Empereur. Il s’agissait donc de Protettivo. Bien.

-Protettivo, nous allons combattre. Tu vas affronter deux adversaires encore inconnus en duo avec Sognatore, j’espère que cela ne te dérange pas.

Il me fit signe de la tête que non, puis finalement me sourit. Cela me rassura grandement. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas combattu et j’étais certaine qu’il en avait envie. J’indiquai donc à mes deux Pokémon leur emplacement puis remerciai l’hôtesse ayant pris ma demande. Elle était vraiment serviable. Tout ce qu’il me restait à faire, c’était donc d’attendre un adversaire. En attendant, je me mis à réfléchir é plusieurs combinaisons possibles. Je voulais vraiment gagner, pour mettre en confiance Sognatore. En parlant d’elle, elle s’était posée doucement sur la tête de Protettivo et lui chantait quelques notes comme elle savait le faire. Je me mis à plonger dans mes songes. Je me demandais qui allais-je affronter, un élève ou un professeur ? Et quel genre de Pokémon appréciait-il ? Je voulais absolument le savoir mais je devais attendre que mon adversaire arrive. Je savais que Protettivo était sans aucun doute un Pokémon robuste mais Sognatore n’avait que peu d’expérience dans les combats, mais sa faculté à planer lui permettait sans aucun doute de pouvoir esquiver des attaques trop directes, tels que le sont des capacités comme Poing-Eclair, par exemple. Nous pouvions également nous servir des deux étages, afin de séparer les deux ennemis. Je fus tiré de mes penser par la vision de quelqu’un arrivant sur la plateforme des dresseurs.

-Parfait ! Nous allons pouvoir combattre. Je suis Alix Nova et voici Protettivo, mon Pingoléon et Sognatore, ma Feuforêve. Et toi, qui es-tu ?


Représentation de l'arène :
Spoiler:
 


Dernière édition par Alix Nova le Sam 11 Aoû - 21:28, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]   Dim 15 Juil - 17:02

« - Hum... Je pense qu'il est temps de faire un peu d'exercice. Je trouve qu'on devient de vrais fainéants, vous ne trouvez pas ? »

Levy regarda avec espoir sa petite équipe de rebelles, qui rechignaient toujours à partir au combat. Aucune autorité. Les Pokémons lui jetèrent un regard assassin, avant de replonger la tête dans de petits oreillers dispersés çà et là dans la chambre de la dresseuse. Cette dernière soupira, et se demanda si elle ne ferait pas mieux de prendre les choses en main. Levy n'avait pas beaucoup combattu. Presque jamais. Et pourtant, elle adorait cette sensation de crainte et d'excitation à la fois, cette adrénaline qui parcourait son corps, lui donnait des frissons à chaque combat. C'était vraiment sa voie, celle du dressage.
Avec ses habits aux couleurs chatoyantes, on aurait cru la jeune fille coordinatrice, alliant des attaques multicolores, créant des feux d'artifices, au devant de la scène, sous le feu des projecteurs.
En parlant avec la Levy sérieuse, on la croirait observatrice. Faisant des réflexions sur le caractère de son interlocuteur plus justes les une que les autres, elle ne se démonte jamais et possède un tempérament très patient, la panique prenant rarement le dessus.
Mais c'est seulement en connaissant Levy, la vraie -l'originale!-, qu'on devine, derrière ses airs de pauvre gourde idiote et sans caractère, que l'excitation du combat la fait frémir, elle tout comme ses Pokémons, qui, au bout d'une minute, contractent le tempérament de feu de leur dresseuse en plein match. Pourvue de sentiments humains, Levy n'aime pas voir souffrir ses Pokémons ; mais un match est un match, et les deux adversaires n'en sortent jamais indemnes. C'est œil pour œil, dent pour dent, et chacun choisit son style de combat.
Il y a les fins stratèges, qui réussissent à trouver les enchaînements parfaits pour vaincre sans imprévu, ceux qui réfléchissent avant d'entrer sur le champ de bataille. Ceux qui savent toujours à quoi s'attendre.
Il y a les gros bourrins, qui ne prévoient rien et improvisent complètement, usant d'attaques puissantes et spectaculaires, quitte à blesser leur propre Pokémon pour en achever des autres. Ceux-là ne gagnent que grâce à la puissance de leurs compagnons ; il suffit d'un adversaire de plus haut niveau ou bien plus réfléchi, et ils s'effondrent, bien que leur violence paie parfois.
Il y a ceux, dont Levy, qui font entre la stratégie et la brutalité. Arrivant sur place sans connaître son adversaire, elle cogne sans vergogne, sans se soucier de l'état du Pokémon adverse, sans connaître de pitié, devenant froide comme la glace. Fin stratège, elle ordonne à ses Pokémons de paraître plus faibles qu'ils ne le sont en réalité, pour attendrir leur adversaire, d'évoluer entre fausse souffrance et dévastation. C'est le point fort de l'équipe de Levy ; la comédie.
Mais un Pokémon, un seul, ne suit pas ce principe, au grand dam de sa propriétaire...
Allez, n'importe qui a déjà rencontré Levy sait de quoi il s'agit. Petit. Rieur. Hautain. Méchant ? Farceur ?... Télépathique ?
Bien sûr, je parle de Ryuga. Ce Tarsal est une véritable calamité. En combat, il n'en fait qu'à sa tête, et en vient même à ordonner à sa dresseuse de lui donner des ordres, ce qui est, avouons-le, tordu et désagréable pour Levy. C'est pour cette raison que l'adolescente décida de sortir ses Pokémons de leur lit d'une façon brusque ; sans prévenir, elle sortit deux pokéballs, et enferma deux créatures à l'intérieur, invitant ensuite Shôkei à la suivre pour laisser les autres se reposer en paix.


~ * ~

« - Quel bel endroit... »

Une fois à l'Arène, Levy ne put s'empêcher d'admirer toutes les finitions de l'endroit ; bien que moderne, des statues de Pokémons y avaient leur place ; c'était spacieux, et superbement décoré. Se dirigeant vers une femme très... Chiante, utilisons les justes termes, la dresseuse à la chevelure bleue passa une bonne vingtaine de minutes à faire le procédé habituel, demandant un combat en duo dans une arène déjà choisie par ses soins. Tel un androïde, son interlocutrice s'obstinait à lui proposer des arènes plus performantes, faisant sa pub, et la fixant avec un regard aussi brun que idiot. Pour conclure ce dialogue déjà encombrant, Levy demanda la direction de l'arène qu'elle quémandait, prétextant le choix de l'une des autres proposées, non loin. La secrétaire lui indiqua le chemin à prendre, se levant pour la guider. Sans prendre le temps d'écouter une seconde de plus la voix fluette de cette fichue femme, Levy la laissa en plan et se dirigea sans attendre vers l'arène qu'elle attendait, allant voir auparavant une autre personne pour régler les dernières formalités du combat. L'autorisation d'entrer obtenue, l'humaine ne perdit pas de longues minutes à contempler l'endroit, se contentant de gravir avec extase les marches de ce fantastique terrain de combat.

« - Parfait ! Nous allons pouvoir combattre. Je suis Alix Nova et voici Protettivo, mon Pingoléon et Sognatore, ma Feuforêve. Et toi, qui es-tu ? »

C'était son adversaire. Alix Nova... Ce nom évoquait quelque chose à Levy. Une jeune femme, aux longs cheveux roses, aux traits délicats, au regard d'un bleu pur et limpide, gracieuse, et rayonnante de jovialité et de gentillesse. Le nouveau professeur !
Surprise de la découverte de son adversaire, la dresseuse se calma, retrouvant un sérieux sans égal. Un combat contre un professeur. Elle devait assurer, comme on dit. En tout cas, c'était très gentil à la jeune femme de donner le nom des Pokémons de son équipe. Parce que le type de ses compagnons, Levy le gardait secret jusqu'à les avoir lancés. Cependant...
Un Pingoléon ? Voilà qui allait être ardu, comme combat. Un joli versus. Mais il est temps de se présenter.

« - Enchantée. Je m'appelle Levy McGarden, et je suis dresseuse dans cette Académie. Comme à chaque combat, je tiens à ce que mes Pokémons restent secrets, si ce n'est mon Marcacrain présent à mes côtés, qui assistera juste au combat, et qui se nomme Shôkei. Je vous laisse l'honneur de commencer, Professeur, et bonne chance. »

C'était ainsi. En combat, Levy ne perdait jamais ses moyens, et faisait parfois preuve d'un peu d'audace. Professeur ou pas, cette femme était une adversaire.
Et notre combattante aux cheveux bleus comptait la considérer comme telle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]   Dim 15 Juil - 19:33


Spoiler:
 
Enchantée. Je m'appelle Levy McGarden, et je suis dresseuse dans cette Académie. Comme à chaque combat, je tiens à ce que mes Pokémons restent secrets, si ce n'est mon Marcacrain présent à mes côtés, qui assistera juste au combat, et qui se nomme Shôkei. Je vous laisse l'honneur de commencer, Professeur, et bonne chance.


Elle semblait jeune et ses beaux cheveux bleus retombaient avec grâce en cascade sur sa nuque. Ainsi, mon adversaire serait Levy McGarden, une élève aux vêtements bien colorés et au Pokémon, Shokei, bien mignon. Elle semblait être une dresseuse aimante, tout du moins à ma première impression. Elle ne semblait cependant pas libérer ses compagnons tout de suite, sans doute afin de garder la surprise. Cette méthode me plaisait, m’excitait, faisait grimper l’adrénaline en moi. Elle me lassait donc commencer. J’avais l’avantage du premier mouvement, mais en contrepartie, elle pouvait connaître ou au moins découvrir mon style de combat avant que je ne comprenne le sien. M’enfin, chacune avait un avantage, chacune avait un revers de la médaille. Cela me convenait parfaitement, je lui souris. Je regardais alors Protettivo et Sognatore qui me confirmèrent que tout se passerait bien. Cela me rassura. Je pris une grande inspiration, fermai les yeux. Je me mis à réfléchir, comment débuter le match ? Je ne pouvais pas me permettre d’ouvrir le jeu avec une capacité offensive trop puissante, sans quoi, elle pourrait me contrer grâce à une attaque semblable à Riposte. Il fallait que j’y aille en finesse. Protettivo connaissait principalement des attaques de combat, aussi bien rapproché qu’éloigné mais, en revanche ne maîtrisait que peu de techniques de soutient. Mais une m’intéressait particulièrement pour handicaper mes ennemis dès le point de départ : Brume. Ainsi, nous pourrions réduire le champ de vision de nos deux adversaires et réduire leur précision. J’avais une première action mais il me fallait la suite. Certes, un Pokémon perd une partie de sa vue dans la brume mais dès qu’il aperçoit une silhouette, il est évident qu’il s’agit d’un ennemi. De plus, la Brume ne serait pas éternelle, l’attaque finirait bien par se dissiper et je le savais. Il nous fallait une illusion, un effet d’optique. Reflet ! J’avais à présent une façon de les tremper. En combinant ces deux attaques, je parvenais donc à réduire la visibilité adversaire et à créer plusieurs cibles. Ainsi, en voyant une forme dans le brouillard, ils étaient incertains concernant la nature de cette ombre. Réalité ou illusion ? La confusion allait sans aucun doute prendre place dans leurs esprits. Cette combinaison me semblait donc parfaite, puisqu’elle ne pouvait me causer de dégâts. Je me décidai donc à enclencher cette combinaison.

-Bonne chance Levy! Que les meilleurs gagnent ! Protettivo, Brume s’il-te-plaît !

-Pingo!(D’accord)

Pingoléon inspira alors énormément. Il retint son souffle pendant une poignée de secondes, puis libéra alors une épaisse brume blanche comme la neige. Peu à peu, elle se mit à envahir l’arène, aussi bien au premier niveau qu’au second. Les formes disparurent petit à petit, laissant leur place à une étendue dépourvu de couleurs et de textures. Néanmoins, malgré le brouillard, je vis l’écran géant s’allumer. Je parvins également à distinguer mes deux partenaires pour qui, tout semblait bien aller. Sognatore ne semblait pas inquiète, au contraire. Elle me sembla sereine et apaisée alors qu’au fond de moi, je bouillais au fond de moi. Je me sentais aventurière, passionnée par la situation pourtant encore si calme. Dieu que j’aimais cela. Je voulais que cela continue, jusqu’au bout et intensément.

-Sognatore, Protettivo, reflets !

Ils acceptèrent et se mirent au travail. Je les vis se dédoubler puis leurs clones firent pareil, encore et encore. J’aimais ça, j’aimais tant voir mes compagnons à l’œuvre. A chaque instant, une copie apparaissait. Tout allait vite. Finalement, je me retrouvai avec vingt Empereurs des Glaces et tout autant de Fantômes. Ils restaient immobiles, à contempler le mur blanc et opaque qui nuisait à leur sens le plus important. Bien que la majeur partie était mise en place, ma stratégie n’était pas tout à fait terminée. En effet, les reflets et les originaux, ainsi regroupés, formaient un grand amas, bien facilement visible. Dès lors, il me fallait séparer efficacement mes troupes.
-Séparés-vous maintenant ! Sognatore, monte au premier niveau avec tes clones. Protettivo, répartis tes clones en cercle sur toute le premier niveau, leur demandais-je gentiment.
Malgré le voile de blancheur, je les vis partir. Tandis que les petits spectres s’envolaient, les empereurs se mirent à se déplacer furtivement et bientôt, je ne les vis plus.

-Levy, c’est à toi maintenant ! Montre-nous de quoi vous êtes capables !

Je me sentais euphorique et j’attendais impatiemment d’entendre le son de la voix de mon adversaire d’un jour. Mon sang chauffait, je ne tenais plus en place et je ne souhaitais qu’une chose, que dans le brouillard épais, le combat démarre et brise le silence lourd et pesant de ce début de match.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]   Dim 15 Juil - 21:45

Un Pingoléon, et un Feuforêve. Intéressant. Levy toisa un instant ses adversaires en réfléchissant ; ses Pokémons, sa stratégie, tout était déjà prêt. Mais est-ce que cela suffirait ? Car un problème de taille montrait le bout de son nez.
La dresseuse allait utiliser deux Pokémons qu'elle ne parvenait pas à maîtriser. C'était un match risqué, car l'une des créatures pouvait dégénérer à tout moment, et risquait de ne pas lésiner sur les dégâts. Avec précaution, Levy saisit la première Poké-Ball, prenant garde à ne pas l'ouvrir sur sa plate-forme, sous peine d'être immédiatement éjectée en bas des escaliers.
Après son arrivée dans l'équipe, Ganshã subit un entraînement rigoureux, qui aurait dû lui apprendre le respect envers sa dresseuse. Il n'en fut rien. Mis à part quelques attaques de plus, ces combats ne lui auront rien apporté. Seulement, Levy espérait que, plongée dans la brume, la bête se déciderait à écouter ses directives.
Le deuxième avait un tempérament très spécial. Lorsque l'envie lui prenait d'être docile, il écoutait et exécutait avec gentillesse les ordres qu'on lui donnait. Lorsque son esprit hautement machiavélique reprenait le dessus, il faisait tout à sa guise, même si ses stratégies personnelles portaient généralement leurs fruits.
Entre un Pokémon plus intelligent qu'il ne le faudrait et un autre bien trop agressif à son goût, Levy ne saurait plus où donner de la tête. Mais c'est une expérience à tenter. Voilà ce que la jeune fille s'était dit le matin, dans sa chambre, en enfermant ces deux Pokémons dans leurs balles bicolores.

« - Ganshã, Ryuga ! Montrez-leur la force de notre équipe ! »

Dans une lumière éclatante, un duo très original se forma. La première, Ganshã, mesurait deux bons mètres, et était dotée d'ailes végétales. A peine arrivée sur le sol de l'arène, le Tropius poussa un long cri aux allures féroces, en se précipitant sur ses adversaires. Apparaissant devant elle, Ryuga éclata de son rire cristallin et inquiétant, en la fixant des yeux -car son espèce en possède bien. Le Tarsal fit reculer docilement sa compagne de combat, qui se tint immédiatement à carreau. Sans ciller, Levy observait la scène, en souriant d'un air satisfait.
Ganshã est incontrôlable. C'est vrai. Cependant, Ryuga effraie quiconque voit son regard rougeoyant, et son expression morbide. Cette équipe se complétait. La puissance à l'état brut, et le fin stratège. L’incontrôlable guerrière et le mage manipulateur. Le combat promettait d'être intéressant.
Le sourire de Levy disparut d'un coup, à la vue du sourire mesquin qu'esquissait son Tarsal. Le Pokémon avait de mauvais plans en tête. Intéressants, mais sans doute mauvais pour les Pokémons adverses. Aucun être ne méritait d'être effrayé pas des hordes d'enfants machiavéliques puis maltraités par un géant végétal. Mais, cependant, aucune pitié pour l'adversaire. Cela dit... Il fallait garder Ryuga à l'oeil.

« - Bonne chance Levy! Que les meilleurs gagnent ! Protettivo, Brume s’il-te-plaît ! »

Aïe. Une grimace embêtée parcourut un instant le visage de Levy. C'était une mauvaise idée. Maintenant, Ryuga avait la pleine liberté de faire ce qu'il souhaitait, sans être pour autant dérangé par sa dresseuse. Un voile blanchâtre s'éleva dans l'arène, enveloppant les deux combattantes, ainsi que leurs créatures.
On entendit alors un bruit sourd, tandis que l'escalier de l'originaire de Johto se mettait à trembler. Ganshã perdait déjà ses moyens, fonçant au hasard sur le terrain.

« - Ganshã ! Va sur la plate-forme en hauteur, et reste dans les airs, hors de portée du brouillard ! »

Pendant un court moment, le Tropius fixa sa dresseuse d'un air insolent. Levy crut que son Pokémon allait tenter de l'attaquer, mais, finalement, la créature s'envola, tandis que l'écran géant s'allumait. Des caméras montraient en alternance la plate-forme en hauteur, et ce qui se déroulait dans la brume. Ganshã n'attaquait pas. Elle se contentait de choisir le lieu où le combat débuterait, pour elle. Le Tropius traçait d'élégants cercles dans le ciel, mais ne voyait rien à ce qui se passait dans la brume. Ryuga, lui, s'était évanoui dans le brouillard, introuvable, inaudible, invisible.

« - Sognatore, Protettivo, reflets ! »

Les Pokémons se dédoublèrent sans attendre. Levy ne voyait plus son adversaire, ne voyait pas sa mine enchantée. La jeune fille à la chevelure bleue était, il faut l'avouer, complètement perdue. Des dizaines de Pokémons évoluaient dans la brume, indiscernables de leurs originaux.
Tandis que le Professeur Nova lançait l'annonce de sa fin de tour, le silence retomba. Lourd, pesant. Assourdissant. Les Pokémons attendaient les directives de leur dresseuse, qui savait ce qu'elle devait faire pour l'un, mais n'en avait aucune idée pour l'autre.
Mais, pourtant, c'est évident ! Se dit l'adolescente. Le brouillard empêchait des attaques précises. Après avoir renforcé son effet, Levy pourrait lancer une attaque imprécise, qui couvre une grande surface... Et aurait l'avantage d'éliminer des clones.

« - Ryuga, Reflet toi aussi ! Disperse tes clones sur les deux étages, grâce à leur compétence de téléportation ! »

Le silence se fit entendre. Une seconde. Deux secondes. Trois, puis quatre, puis dix, et rien ne se passait.
Et soudain, un rire retentit dans toute l'arène, brisant ce calme inquiétant. Un rire glauque, qui ne présageait rien de bon. Sur les écrans, les silhouettes enfantines se multipliaient, et venaient rejoindre les autres, se dispersant à nombre égal sur les deux étages.
L'attaque Reflet est le point fort de Ryuga.
Les clones se mouvaient en permanence, se téléportant d'un point à l'autre, pour se fixer dans un endroit qu'ils jugeaient adéquat. Les rires inquiétants se multipliaient, comme autant de fantômes de minuit. Levy espéra que Ryuga était parti à l'endroit où elle le souhaitait. Pour être en sécurité.

« - Ganshã, reste là où tu es, et balaie la plate-forme d'une belle Tornade ! »

Levy espérait que sa voix était audible. Pour une fois, la dresseuse était tout à fait certaine d'être écoutée. Car jamais, jamais le Tropius ne viendrait foncer en lieu inconnu, préférant garder sa vision claire, contrairement à Ryuga qui ne l'utilise guère, et se fie à ses autres sens.
Le plafond trembla alors, tandis que les images de la plate-forme grésillaient sur les écrans. On pouvait facilement voir une tornade, de taille moyenne, ravager le terrain en hauteur. Certains clones risquaient de disparaître. Mais est-ce que le vrai Feuforêve serait sur la trajectoire ? Rien n'est moins sûr.
Tout d'un coup, des bruits retentirent. Levy baissa la tête vers le terrain du bas, quittant les écrans du regard. Chaque clone de Ryuga émettait un rire à un endroit différent, comme pour déstabiliser son adversaire.
Un fin stratège... Dur à contrôler. C'était la propre initiative du Tarsal. Ganshã, elle, tournait autour de la plate-forme plongée dans la brume tel un vautour, attendant que le brouillard se dissipe pour foncer sans prévenir sur sa proie.
Car oui, en effet. Dès que la brume se dissiperait, le Tropius deviendrait incontrôlable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]   Lun 16 Juil - 13:56

-Gansha, Ryuga ! Montrez-leur la force de notre équipe !
Ainsi, une lumière me parvint. Ce rayonnement était si puissant qu’il avant réussi à traverser la brume et m’atteindre. Machinalement, je me retournai alors vers l’écran, espérant donc pouvoir discerner mes adversaires. Lorsque mon regard arriva vers l’écran, je pus discerner la grande et imposante silhouette d’un Tropius, ainsi que celle d’un Tarsal, aux allures enfantines. Le duo formé était intéressant et semblait pouvoir couvrir de nombreux types. Levy semblait donc intelligente. D’ailleurs, en parlant de la jeune dresseuse, je la vis regarder son équipe. Elle semblait déterminée, prête à montrer ce qu’ils valaient ensemble bien qu’un certain détail semblait la tracasser, mais j’étais certaine qu’ils n’étaient pas des adversaires à prendre à la légère, au contraire. Je regardai attentivement ce duo. Je cherchais le moindre signe d’action, le moindre mouvement indiquant le début des hostilités. J’aimais cette sensation de danger, sentir l’adrénaline couler dans mes veines, l’excitation me gagner. Elle savait que Sognatore et ses clones se trouvaient au deuxième étage et dès lors, il me paraissait évident qu’elle enverrait l’un de ses Pokémon l’y retrouver. Mais lequel ? Son Tropius pouvait logiquement voler et les Tarsal sont réputés pour leur attaque Téléport. Ainsi, tous deux pouvaient rejoindre Sognatore et la combattre. Cependant, si Tropius restait afin de combattre Protettivo, le Pokémon Plante serait handicaper, notamment dû aux capacités de type Glace de mon premier Pokémon. L’élève devait sans doute se douter des capacités de mon Empereur. A mon avis, elle allait sans doute demander à son compagnon aérien de se diriger vers mon petit spectre et ses illusions. Bien. Dès lors, je pouvais considérer le Pokémon Psy comme l’adversaire du Pingoléon.

-Ryuga, Reflet toi aussi ! Disperse tes clones sur les deux étages, grâce à leur compétence de téléportation !

Tiens, elle aussi comptait se servir de la brume. Espérait-elle retourner mon propre stratagème contre notre équipe ? Je ne savais pas, mais elle pensait tout du moins en profiter. Cependant, la grande différence se situait dans l’utilisation des reflets. La dresseuse aux cheveux bleus comptait donc s’en servir sur les deux étages ? Il m’était donc impossible de savoir dans quel étage le véritable petit être vert et blanc pouvait se trouver. Voilà qui me compromettait légèrement. Néanmoins, il ne faisait aucun doute que nous pouvions encore remporter la victoire, nous n’avions que débuter ce match, après tout. J’attendais encore l’action de son Tropius, avant d’agir à mon tour. Qu’allait donc faire le géant végétal ?

-Ganshã, reste là où tu es, et balaie la plate-forme d'une belle Tornade !

Très bien. Comme je l’avais pensé, Tropius allait rejoindre Sognatore. Ma petite poupée se retrouva donc seule, face à un Pokémon géant et sans doute de nombreux clones de tailles raisonnables. Cela se révéla plutôt complexe, mais pas moins intéressant. J’avais une idée et mais je devais attendre. Je vis alors une tornade se former et tournoyer intensément dans les airs. Il ne faisait dès lors nul doute que plusieurs clones voir même la véritable Sognatore soit blessée. Je regardais l’écran, comme hypnotisée. Le vent soufflait et tua peu à peu la moitié des reflets. Cette tornade, synonyme de force et de puissance s’abattait et ravageait le deuxième étage. Je sentis mon cœur se pincer, à l’idée que Sognatore soit gravement blessée. A chaque fois qu’un clone disparaissait, j’étais soulagée. Puis, la tornade la frappa, elle la véritable Sognatore. Je la vis retomber contre la plateforme et glisser sur trois mètres. A l’écran, je pus la voir se relever rapidement, elle semblait pouvoir continuer ainsi. Alors que tout s’apaisa, un rire inquiétant se mit à raisonner dans l’arène. Malsain, voilà comment définir ce rire. Il était empli de douleur et de haine, et mit fit frissonner. Je savais bien que ce n’était qu’un stratagème. Je devais faire face.

-Protettivo, utilise Grêle !

-Pingoléon ! Pingo !

A cet instant, je sentis la température baisser légèrement. Une aura blanchâtre entoura Protettivo. Peu à peu, de la buée l’entoura. Je le regardai à l’écran. Bien qu’il n’était que peu visible, je distinguai alors cette énergie blanche se répartir dans l’air. L’attaque semblait fonctionner. Cela fut confirmé par le bruit, le bruit des grêlons s’écraser violemment contre le deuxième étage, le premier étant protégé. Je savais bien que Sognatore allait subir des dégâts et que ses clones restants disparaîtraient dès lors qu’ils seraient touchés, mais j’espérais que cela ne durera pas trop longtemps. La caméra changea de cible et m’indiqua alors que les illusions spectrales disparaissaient, éliminées par la météo.

-Sognatore, utilises Cage-Eclair !

Des grésillements se firent entendre, ils s’intensifièrent. Sognatore générait peu à peu de l’électricité. Cette dernière éclairait le deuxième niveau, encore plongé dans le blanc le plus épais qui soit. L’attaque tornade avait cependant rapproché Sognatore de sa cible. La tension électrique grandissait, à chaque instant. Puis, un son lourd m’informa que l’attaque avait atteint son point final et se dirigeai vers le Tropius. Je ne savais pas si l’attaque allait atteindre notre ennemi, mais je l’espérais fortement. Il fallait que cela fonctionne, afin que la prochaine attaque soit plus puissante. Il le fallait, c’était nécessaire. Maintenant Cage-Eclair lancée, je devais faire vite. Déterminée et excitée, douteuse, j’ordonnai une nouvelle attaque.

-Sognatore, Châtiment ! Maintenant ma belle !

J’entendis une douce voix calme, elle acceptait. Mais alors que je regardai l’écran, il changea de vue, pour en revenir au premier niveau. Merde ! Il me restait à espérer qu’elle réussisse, car si Tropius était paralysé, Châtiment doublera de force de frappe. J’espérais vraiment que tout fonctionne. A présent, je devais me débarrassé des clones de Tarsal, du moins ceux se trouvant à mon niveau. En théorie, la première partie devait avoir été terrassée par la grêle et en logique, l’original devait rester au premier étage, afin de combattre Protettivo et ses reflets. Il me fallait donc une attaque large et puissante, couvrant une grande partie du terrain. Blizzard, ou Surf. Surf donnerait un avantage, créant de l’eau pouvant plus tard être gelé. Blizzard, quand à lui, serait plus puissant et dissiperait la brume au premier niveau mais épuiserait plus Protettivo. Je pris mon choix !

-Protettivo, utilises Blizzard !

En temps normal imprécise, Blizzard est une attaque redoutable sous la grêle, puisque sa précision augmente grandement. Un vent glacé ce leva et tournoya alors, emportant la brume pure et innocente crée plutôt, gelant peu à peu le sol. Le froid grandissait violemment et s’abattait sur nous tous, restés au rez-de-chaussée. Peu à peu, ma vision grandissait, dépourvue du brouillard. Je la vis, Levy. Je luis souris, je me demandais à quoi elle pensait. La grêle tombait dans le brouillard supérieur et ici, le vent frappait ardemment tout ce qui se trouvait ici, sauf Protettivo et ses reflets inoffensifs.

-Levy, toi et ton équipe allez nous du fil à retordre !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]   Lun 30 Juil - 13:49

Spoiler:
 

C'est alors que le visage pur et gracieux du Professeur Nova apparut à Levy. Le cadre était des plus uniques, pour un simple match de routine. Un vent digne des hivers les plus rudes balayait l'arène avec rage et acharnement, et décimait tout sur son passage.
Tout. Sauf son lanceur et ses fichus clones.
Sur le deuxième étage, Ganshã gisait au sol, sonnée par ces deux attaques lancées à la suite, souffrante, paralysée. Peu à peu, le Tropius semblait se reprendre, braquant ses yeux dorés, emplis de furie, sur l'insolent petit spectre qui était à présent seul face à elle.
Les clones de Ryuga disparaissaient un par un, leurs rires malfaisants s'éteignaient avec eux ; une multitude d'ombres enfantines se faisaient balayer par la tempête qui ravageait le rez-de-chaussée. Le véritable Tarsal, lui, seul, bravait avec courage ce vent hivernal qui engourdissait ses membres et venait le plaquer contre les murs de l'arène. Durant un moment, ses yeux rougeoyants furent visibles ; ils trahissaient un sentiment encore jamais vu chez le petit télépathe ; la crainte. La peur de perdre, perdre la confiance que sa dresseuse lui octroyait.
Levy détailla son adversaire. Un sourire bienveillant, sur de fines lèvres teintées d'un rose printanier, une longue chevelure aux couleurs douces et rassurantes, des yeux bleus perçants, hypnotisants. Une peau claire et pâle, une arcade sourcilière bien tracée, une silhouette mince et élancée. Le Professeur Nova ressemblait plus à une coordinatrice qu'à une dresseuse, de plus, Levy avait l'impression de l'avoir déjà vue autre part. Prenant son combat trop au sérieux pour lancer des sourires niais, la jeune fille garda son expression sérieuse, plongée dans une intense réflexion ; elle devait agir vite, sinon, comment prévoir la réaction de Ganshã ? En agissant seule, la féroce créature risquait de se blesser ; quant à Ryuga, il avait la totale confiance de sa dresseuse, libre à lui de faire ce qu'il veut, tant qu'il écoute les ordres de l'adolescente aux cheveux bleus.
La grêle martelait le crâne fragile de Ganshã. Le Pokémon chromatique commençait à s'énerver sérieusement ; sans réfléchir, elle décida de faire fis des conseils avisés donnés par sa dresseuse, et de stopper ses souffrances, à sa manière ; c'est à dire, éliminer la source.
En poussant un cri tonitruant, le Tropius se précipita sur son adversaire en chargeant avec rage, lançant en même temps une attaque Tranch'Herbe ; la paralysie faisait souffrir ses muscles, mais là n'était pas la question. Battant des ailes avec peine, Ganshã se donna de l'élan, tandis que des grandes lames luminescentes traversaient l'étage, en direction de son adversaire.
Au rez-de-chaussée, des bruits lourds se firent entendre, comme venant de l'étage. Prenant peur, Levy tourna immédiatement la tête vers les écrans. Ganshã avait perdu patience, et n'en faisait à présent qu'à sa tête.
Tentant de garder son calme, la jeune fille se tourna rapidement vers Ryuga, qui avait affronté le blizzard avec bravoure ; cependant, bien qu'il tenta de léviter, le mystérieux enfant dérapait sur la surface glacée.

« - Ryuga ! FeuilleMagik ! Je te fais confiance, Ganshã va avoir besoin de quelqu'un pour la calmer ! »

En criant à son tour, Ryuga créa une armée de petites feuilles tranchantes comme des rasoirs, qui parcoururent l'arène, pour suivre avec acharnement leur adversaire. Cette attaque ne pouvait normamelement pas rater, ou bien que très rarement.

« - Ganshã ! Écoute, calme-toi ! Ce n'est pas la peine de t'énerver ! »

Le son sortit des hauts-parleurs dispersés à l'étage. En furie, l'intéressée se précipita vers l'un des émetteurs de son et le piétina sans vouloir s'arrêter, avant de se diriger vers le Feuforêve en face d'elle, se sentant libre de ses gestes.
Soudain, le Tropius vacilla, comme prise d'un déséquilibre. Ses yeux se vidèrent de toute expression, tandis qu'elle essayait de retrouver ses moyens. La paralysie s'emparant de cet état de faiblesse, le corps du Pokémon se figea, tandis qu'elle retrouvait l'esprit avec brutalité, hurlant à qui voulait l'entendre des plaintes déchirantes. Le géant végétal était très impressionnant à voir dans un tel état de faiblesse mentale ; c'est presque comme si sa volonté avait été déchirée en deux.
A la vue de ce spectacle inattendu, Levy baissa les yeux, et aperçut un halo de lumière entourer Ryuga.

« - Ryuga, je ne pense pas que ce soit nécessaire d'être aussi agressif. »
Moi, je crains bien que si, misérable humaine. Si tu n'es même pas capable de tenir un Tropius en laisse, qui le fera à ta place ? Au moins, elle t'écoute.

Effrayée par le propre comportement de son Pokémon -qui maîtrisait mieux la télépathie, à présent-, Levy ne pipa mot et se contenta de regarder la suite des événements, une lueur inquiète dans le regard. Bien que Ganshã soit insolente, la pire des vermines mérite-t-elle vraiment un tel traitement ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]   Mer 1 Aoû - 16:12

La bataille continuait encore, apportant avec elle sa pluie de coups et de douleurs, d’offensives et de peines. Les choses semblaient s’accélérer rapidement, puisque chaque camp semblait se montrer de plus en plus apte à se battre intensément, de toutes leurs forces. Peut-être était-ce dû à la disparition de la brume et le regain de visibilité, ou alors à la prise de confiance, l’adaptation au climat compétitif. Quoi qu’il en fût, mon cœur battait intensément et je me sentais bien, heureuse d’être là. Chaque clan avait déjà subi blessures et avait déjà infligé des dégâts à l’ennemi mais deux combattants avaient bien plus éprouvé de souffrances que les autres, Sognatore et Gansha, la Tropius ennemie. Les attaques Tornade, Cage-Eclair et Châtiment avait résonné dans l’air, suivies rapidement par le lourd son de chaque chute, de chaque coup. Le magnifique Pokémon Plante ainsi que le doux Spectre avait bel et bien rapidement entamé un dur combat et ils en subissaient les conséquences. Protettivo et Ryuga, jeune Tarsal, était quant à eux profitaient, si l’on peut utiliser ce mot, d’une situation pour l’instant plus calme, mais non moins intense. Le silence régnait au premier niveau, contrairement à la plateforme supérieur où le martèlement du géant tropical se faisait entendre. L’infernal et glacial vent froid créé par mon partenaire disparu, emportant avec lui la brume, laissant place à un spectacle épique, la disparition des multiples clones du Pokémon Télépathiques. A chaque instant, plusieurs d’entre eux mourraient, se désintégraient tandis que l’unique, l’original semblait pétrifier par l’air glacial tourbillonnant dans l’arène. Puis, il fut emporté et s’écroula, glissa sur la surface à présent gelée mais se relava rapidement, sans doute animé par sa fierté. Je regardai Levy, elle semblait comme préoccupée par la situation, sûrement réfléchissait-elle à la suite des évènements, à sa stratégie. Elle paraissait sérieuse, studieuse, elle me fixait. Je plongeais alors mon regard dans le sien, avant d’attendre sa réaction, ses choix. Puis, en détournant mes yeux bleus vers l’écran géant, je vis la belle Tropius ainsi que mon alliée subir encore la tombée de la grêle, rapide et froide. Puis, un son déchira la mélodie de la glace s’écroulant au sol, un cri violent et puissant fendit l’air, comme le tonnerre lors de l’orage. Elle se leva alors, même si ses muscles subissaient encore les décharges électriques nées de l’attaque Cage-Eclair. Difficilement, elle se donna de l’élan grâce à ses ailes fortes et libéra une nouvelle capacité offensive : Tranch’Herbe. Elle courait, s’élançaient parmi les lames vertes qu’elle venait de déployer dans un seul but, éliminer Sognatore. Chaque mouvement de l’imposant Pokémon faisait trembler son étage. Je ne savais que trop bien que Sognatore ne pourrait en aucun cas esquiver totalement l’offensive adverse et lui donnai un ordre me paraissant évident :
-Sognatore, essaie d’esquiver du mieux que tu le puisses l’offensive de l’ennemi et prends sur toi, essaie de rester consciente, d’accord ma belle ?

Rapidement, une autre voix s’ajouta alors à la mienne, celle de la jeune dresseuse aux cheveux bleus. Elle allait donner un ordre à l’un de ses Pokémons, mais lequel ? Sa Tropius semblait folle de rage et son Tarsal restait immobile, d’une allure menaçante, en face de Protettivo et de ses illusions passagères. A mes yeux, elle allait ordonner à son Pokémon Psy, soit de passer à l’attaque une bonne fois pour toutes, soit d’aider sa partenaire à se calmer.

- Ryuga ! FeuilleMagik ! Je te fais confiance, Ganshã va avoir besoin de quelqu'un pour la calmer !

Les deux ! Elle lui ordonnait donc d’assumer les deux possibilités, voilà qui était intéressant. Elle semblait donc accorder une grande confiance à ce Tarsal, répondant au nom de Ryuga. Rapidement, il s’attela au travail et invoqua de magnifiques feuilles, entourées d’auras multicolores splendides. Un, il les projeta. Deux, elles volèrent. Trois, elles atteignirent leurs cibles. Les reflets de mon Empereur furent tués, l’originel souffrit, percuté, coupé, effleuré par cette bourrasque élégante. Cette attaque est si particulière, réputée pour ne jamais rater et j’en eus l’occasion de confirmer cette légende. L’assaut ennemi dura encore quelques secondes puis, un grand bruit percuta mes tympans, nos tympans à tous. Je regardai alors l’écran. Gansha semblait encore plus déchaînée et tourmentée qu’auparavant, nous offrant alors un bien triste spectacle. Je ne comprenais pas cette rage si amère qu’elle nourrissait. Sa dresseuse intervint, tant bien que mal.

- Ganshã ! Écoute, calme-toi ! Ce n'est pas la peine de t'énerver !

En réponse, elle eut droit à voir son Pokémon détruire un haut-parleur, celui qui retransmettait sa voix qui pourtant se voulait calme et apaisante. Levy se voulait aimante, cela ne faisait nul doute, il s’agissait d’une certitude. Mais elle rejetait son amour, cependant je devais rester plus concentrée, attentive au combat. L’écran m’indiqua alors que la furie végétale courrait vers mon Fantôme, encore sous le choc de la puissante attaque Plante reçue sous peu mais elle tenait encore le coup bien qu’elle me semblait bien blessée. Le premier acte du combat allait sans aucun doute prendre fin très prochainement, au péril d’un des acteurs, voilà ce à quoi je pensais, réfléchissant à un moyen de contrer la bête enragée mais je n’eus nullement besoin de poursuivre mon interrogation. Elle s’écroula au sol, comme terrassée par la peur, les doutes. Je ne comprenais nullement pourquoi mais en regardant notre deuxième ennemi, je compris. Une aura entourait Ryuga, il brillait, il usait de ses pouvoirs afin de contrôler sa « partenaire », car au fond, jamais on ne devrait traiter un compagnon de cette façon. Ce Pokémon semblait machiavélique, mais je ne m’en doutais pas à ce point, au non. Cela m’attristait, cette mélancolie que je pouvais imaginer en Levy, de voir ses Pokémon ne pas la respecter, ne pas l’aimer comme elle les aime.

-Gansha, ne comprends-tu pas que ta dresseuse t’aime et s’inquiète pour toi ? Si jamais vous en venez à perdre, cela ne sera nullement de la faute de Levy, mais de la tienne. Elle semble tout faire pour toi, et tu te moques d’elle et n’en fais qu’à ta tête.

Mes mots claquèrent dans l’air. J’avais exprimé mon ressenti le plus fort et le plus sincère. J’étais certaine d’avoir été entendue par cet être furieux et cruel, ne faisant rien pour sa dresseuse. Mais je devais également penser au match, Sognatore ne pouvait encore tenir longtemps et Protettivo avait subi de plein fouet la force de Feuillemagik. Je devais en venir à bout, en finir rapidement. Je devais frapper fort, peu importe les risques de telles attaques.

-Sognatore utilise tes dernières forces pour une remarquable attaque Ball’Ombre, je t’en prie ! Protettivo, fais de ton mieux et libère un ravageur Hydrocanon, s’il-te-plaît !

Et ils s’exécutèrent alors. A l’écran géant, les pixels s’agitèrent, formant une sphère maléfique et ténébreuse, grandissant peu à peu, naissant des ultimes et douloureux efforts de ma belle poupée. Son regard me montrait toute sa persévérance et sa douleur, je savais que cette attaque l’épuisait mais nous n’avions plus le choix, je devais rapidement achever Gansha, car sa rage allait sans aucun doute réapparaître, plus tard. Je contemplai l’orbe spectrale naître et, en quelques secondes, je la vis partir en direction de l’ennemie redoutable. J’eus des regrets. Mes yeux épièrent la chute de Sognatore, elle était K.O., elle avait terminé son combat et j’étais fière d’elle.

-Merci Sognatore, merci infiniment.

Mais il restait encore une dernière attaque pour ce tour, le puissant Hydrocanon. Cette capacité n’est certes pas des plus précises mais elle n’en est pas moins redoutable si elle fonctionne. Nous devions tenter notre chance, nous devions essayer d’en finir tant que nous étions encore trois. Un portail d’eau se forma autour du pec de mon premier Pokémon, puis une lumière azurée apparue, enveloppa le bec d’or de mon Pingoléon. Il ouvrit la gueule, et il chargea le maximum d’énergie. Des bulles d’eau s’échappait parfois de lui, il tremblait d’excitation, il aimait ressentir cette force intense. Puis l’attaque parti, et une trombe d’eau fulgurante, impressionnante, partie en direction du Tarsal. Il fallait que ça marche, il le fallait.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]   Lun 6 Aoû - 11:12

Levy regardait la scène avec intérêt. D'un côté, son Pokémon rebelle, peut-être calmé à présent, affrontait une balle spectrale des plus grandioses ; de l'autre, son chétif Tarsal devait faire face à un extraordinaire jet d'eau émanant du bec de son adversaire.
Et c'était ce moment précis que la dresseuse attendait, qu'elle attendait pour faire remarquer à ses Pokémons que oui, en effet, sans ses ordres, le combat était perdu d'avance.
Néanmoins, les mots de la douce Alix résonnaient encore dans ses oreilles ; elle espérait, secrètement, qu'il en était de même pour son Tropius. Avoir un Pokémon particulièrement insolent ne l'embêtait pas -de toute façon, vu la diversité des caractères de ses Pokémons, un de plus ou un de moins, hein, ça ne fait pas une très grande différence. Non, ce qui embêtait Levy, c'était bien le fait que Ganshã, en voulant assumer ses propres choix, se blessait elle-même. Encore jeune, la créature ne savait pas ce qu'elle faisait, et enchaînait bêtise sur bêtise, ces dernières ponctuées par des crises de rages incontrôlables. Seul Ryuga et ses méthodes radicales parvenaient à la calmer pour un court laps de temps ; ceci dit, Levy savait pertinemment qu'au fond d'elle, Ganshã ressentait certaines choses, qu'elle ne parvenait pas à exprimer. Sa fierté sans égal prenait le dessus, faisant d'elle un Pokémon en soif de liberté d'action, pour attirer le regard des autres à son égard.
Comment Levy peut-elle savoir la présence de sentiments positifs à son égard, de la part du Tropius ?
Après le discours d'Alix, Ganshã avait fixé une caméra obstinément, comme pour regarder la jeune femme. Dans ses yeux luisants se réflétait une âme d'enfant, de jeune Pokémon. Car son attitude avait fait oublier à tout le monde que Ganshã, malgré sa rapide croissance et sa force démesurée, n'en restait pas moins un Pokémon sorti de l'oeuf depuis peu, à peine une saison. Perdue dans un monde où la violence règne, où la loi du plus fort s'est fait une place, la bête ne sait que faire, et montre son seul atout qu'elle parvient à maîtriser ; sa force. Ce n'est pas parce que Ganshã possède une attitude des plus rebelles que le Pokémon n'en possède pas moins une âme, des sentiments, de l'amour envers sa dresseuse. C'est pour cette raison que, pour une attaque -UNE attaque-, le Tropius décida, enfin, d'obéir au doigt et à l'oeil à Levy.

« - Ganshã ! Croissance puis Tornade ! Essaie de contrer l'attaque adverse ! »

Le Tropius sembla se concentrer, pendant quelques secondes. Une force déferlait en la créature, une force qui, lui semblait-il, lui octroyait tous les pouvoirs. Une sensation exaltante s'emparait de Ganshã, qui lança avec un mince espoir une tornade dévastatrice, qui fonça tout droit vers la Ball'Ombre. Malheureusement, la stratégie ne fonctionna pas entièrement ; bien que réduite, l'attaque continuait à menacer Ganshã, qui glissa de quelques mètres à l'explosion de ce cercle ténébreux. Cependant, cela n'avait pas servi à rien ; de peu, et grâce à sa tornade, le Tropius chromatique avait encore sa place au sein de l'arène, et si il faisait attention, sa chute n'arriverait que très tard.

« - Ryuga ! Téléport derrière ton adversaire puis Choc Mental ! »

Le Tarsal trouva l'idée ingénieuse. Eviter un Hydro-canon, puis retourner l'attaque de l'adversaire contre lui, en le frappant par derrière, c'était peut-être un peu lâche, mais il s'agit d'une stratégie comme d'une autre, après tout. De toute manière, le petit bonhomme ne doutait pas que Ganshã ne tiendrait pas longtemps, alors lâche ou pas, il devait réduire les capacités du Pingoleon ennemi au maximum, avant qu'il ne se décide à achever la géante végétale.
Alors que l'immense jet d'eau allait inonder l'endroit ou Ryuga se trouvait, une lueur blanche émana du corps de ce dernier, tandis qu'il se volatilisait, juste au moment ou le canon aquatique aurait dû le heurter -très violemment.
Tandis que le Pingoleon crachait son eau, Ryuga apparut derrière lui, laissant échapper un éclat de rire. Comme il l'avait fait pour sa partenaire de combat, il usa de son attaque Choc Mental, venant frapper à l'endroit le plus douloureux pour qui que ce soit, humain ou Pokémon ; dans la tête, là où tout se passe.
Satisfaite, Levy s'inquiéta alors au sujet de son Tropius ; l'écran montrait à présent l'intéressée, vacillant lourdement sur ses quatre pattes. Elle semblait mal en point, aucun doute là-dessus ; peut-être pourrait-elle, au même titre que le Feuforêve vaincu, lancer une dernière attaque avant de retourner dans son univers holographique. En tout cas, la créature aura fait un beau combat, qui restera inoubliable pour Levy. Après tout, c'était bien la première fois qu'un Pokémon de sa taille lui obéissait sans faire d'histoires.
Avec impatience, la jeune fille attendit la suite des événements, ses yeux mielleux fixés dans ceux, cristallins, du Professeur Nova.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]   Lun 6 Aoû - 17:55

-Ganshã ! Croissance puis Tornade ! Essaie de contrer l'attaque adverse !

Elle se releva, forte et fière, comme auparavant. Ses pouvoirs semblaient renaître en elle et elle allait se battre, encore et encore. Je compris rapidement le but de cette attaque ; détruire l’offensive de Sognatore et n’en laisser qu’un éphémère souvenir. Rapidement, les deux forces se confrontèrent et intensément se battirent. Tout se passa si vite. La tornade se dissipa, laissant place au fantôme d’une pourtant si violente sphère spectrale. Ainsi, seule une infime puissance de Ball’Ombre parvint à frapper sa cible, une redoutable Tropius nommée Gansha. Alors que l’ombre se fissura sur l’ennemi, je revis ces yeux, son regard si innocent, seulement pour un instant. Il me parut alors évident, qu’au plus profond d’elle, elle éprouvait de l’amour envers sa dresseuse. Mais, retenue par sa fierté, elle n’osait sans aucun doute l’avouer. Elle voulait paraître forte, mais elle cachait qui elle était sincèrement, sans se mentir. Ce puzzle n’était au fond pas aussi simple que je l’imaginais, il se révélait tellement plus complexe. Dans ce duo, tout se mêlait : amour et amertume, fierté et innocence ainsi que les regrets et les secrets. Chaque pièce formant le casse-tête, chaque sentiment était profond et caché par d’autres mises en scène. La violence de Gansha en était un parfait exemple, elle voulait certainement rendre fiers ceux qu’elle aimait, elle voulait paraître imbattable et pour ce, n’en faisait qu’à sa tête, cherchant la victoire de ses propres moyens tandis qu’au plus profond d’elle, elle voulait simplement être aimée. Tout du moins, ce n’était que mes hypothèses, mon explication. Cependant, le combat continuait et du côté de Protettivo et Ryuga, le théâtre poursuivait sa représentation, mais la fin de la pièce s’approchait à grand pas.

-Ryuga ! Téléport derrière ton adversaire puis Choc Mental !

Cela devenait dangereux, Protettivo était seul à présent, face à deux guerriers redoutables. Alors que l’Hydrocanon fonçait violemment en direction du Pokémon Psy, celui-ci disparu dans une éclatante lumière blanche, l’attaque Téléport. Ainsi, il pouvait réapparaître là où il le voulait, partout pour mieux frapper. Il choisit, sur les ordres de Levy, de réapparaître derrière mon Empereur. Je compris alors qu’il allait en profiter pour frapper avec puissance dans le dos de Protettivo, sans qu’il ne puisse réagir. Je ne pouvais rien faire et en un éclair, le Tarsal libéra une attaque Choc Mental violente. Elle frappa précisément et cruellement, la tête, siège du contrôle physique et mental.

-Protettivo !

Je criai. Protettivo s’était écroulé au sol, impuissant face à la cruauté de Ryuga. Dans un bruit lourd, son corps tomba et la panique s’empara de moi. Je ne pensais pas que cela puisse avoir une telle incidence, non. La peur grandissait dans mon cœur et je doutais. J’avais peur qu’il ne se relève pas, qu’il soit grièvement blessé. A chaque poussière de secondes, je doutais. Je commençais à trembler à chaque fois que je prononçai son nom puis, au bout d’une minute qui me parut une éternité, le silence tueur se rompit. Je l’entendis murmurer. Une aura bleue l’entoura. Il se releva, et l’aura s’intensifia. Il manquait parfois de retomber mais il s’accrochait à son ultime atout, sa capacité spéciale Torrent. Sans le savoir, Ryuga avait déclenché un mécanisme de survie en blessant d’une importe façon mon allié. Son regard déterminé brûlait d’envie de victoire et de passion. En plongeant dans ces yeux, je compris que je n’avais plus de craintes à avoir, tout du moins le temps que reste active sa capacité secrète. Il fallait faire vite et profiter de cette arme au plus vite. Je devais trouver une solution des plus efficaces, et ce, rapidement. Il nous fallait frapper fort et intensément. Hydrocanon se révélait bien trop imprécise et surtout, Ryuga avait d’ores et déjà un moyen de contrer cela et l’effet de surprise avait disparu. Je pensais alors également à Gansha, entrain de vaciller au niveau supérieur. Elle aussi représentait une menace, elle pouvait [/color]se révéler encore fort dangereuse. De ce fait, je devais l’abattre elle aussi rapidement, afin d’éviter tout risque. Je devais attaquer avec force et rapidité, sans que Ryuga ne puisse agir. Vitesse et puissance, voilà ce dont nous avions besoin. J’avais une idée, mais elle restait incertaine, mais je devais essayer.

-Protettivo, utilises rapidement Aquajet ! Essaie ensuite de monter jusqu’au deuxième niveau et si tu y parviens, frappa Gansha !


Il frappa le sol avec une patte. Son énergie s’amplifia. Des bulles d’eau l’entouraient. En une fraction de secondes, il se retourna, entourer d’eau à haute pression et fonça sur son ennemi psychique. Il était vif et rapide. La capacité torrent fonctionnait encore. Il agrippa le Tarsal avec une nageoire et le serra fort, comme pour l’empêcher de partir. Il fallait absolument qu’il souffre et qu’il ne parvienne pas à s’échapper. A une vitesse fulgurante, il continua de se diriger vers l’étage supérieur dans le but de frapper le géant végétal. Il fallait y arriver, il en était en question la victoire ! Il continuait d’avancer, sans savoir cependant si le Tarsal était encore emprisonné par ses griffes ; la vitesse était trop importante et il devait se concentrer sur son trajet aérien. Rapidement, il parvint à son but. Mon excitation était grande et je croisai le regard mielleux de Levy, tout aussi déterminée que moi. Elle était forte et courageuse, elle était remarquable. La dresseuse aux cheveux bleus faisait de son mieux pour ses compagnons, je le savais.

-Levy, peu importe le résultat, toi et ton équipe aurez été redoutables. A partir de maintenant, l’acte final entre en scène. Si Protettivo parvient à utiliser au maximum sa force, il parviendra à gagner, mais s’il échoue, il en sera autrement. A qui reviendra la dernière réplique ?

Je regardai alors l’écran, me détourant de ces yeux ambrés. Le Pingoléon s’approchait dangereusement de la cible, et à présent, sa dernière réplique arrivait ; il fallait que ce soit le coup final, le signal de la descente de rideaux sur le théâtre.

-Protettivo, Griffe Acier ! Fais de ton mieux !

Ses griffes s’illuminèrent. Il arrivait, encore quelque centimètres. Puis un bruit sourd retentit. A l’écran un nuage de poussière nous cachait la vue, nous empêchait de connaître l’issue du redoutable combat. J’adressai un regard à la jeune élève, puis lui sourit. Dans quelques instants, tout serait terminé. J’avais hâte de découvrir cela. Mais la victoire m’importait peu. J’étais fière d’eux, pas de leur résultat brut. Ils avaient fait de leur mieux. A l’écran, la poussière se dissipait. Mon cœur s’accélérait et mes yeux virent…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]   Jeu 9 Aoû - 18:25

Spoiler:
 

Ce moment, qui en réalité était long de quelques secondes, dura une éternité. Le nuage de poussière, qui cachait parfaitement le verdict d'un combat acharné, ne semblait pas vouloir s'évaporer, disparaître, pour laisser deux combattantes relâcher la pression de leur cœur, cette exaltation si intense, cette euphorie du dernier instant, du dernier acte, de la dernière scène. Et, pour une fois, Levy avait peur. Peur de perdre face à cette femme aux multiples talents. Un modèle pour bon nombre de personnes. Les yeux rivés sur le grand écran, elle attendait avec impatience, la crainte de voir ses deux Pokémons effondrés la prenant aux tripes. Elle souhaitait voir l'un de ses deux partenaires campé sur ses pattes, prêt à continuer ce qui allait à présent être un duel, si son souhait se réalisait. C'était le premier combat où l'adrénaline montait autant en elle. L'affrontement avait été si spectaculaire, si intense, et les efforts fournis si nombreux, que l'issue du combat, pourtant semblable à un simple loisir de routine, était extrêmement importante pour Levy, et sûrement pas que pour la jeune fille à la chevelure bleue.

Un cri retentit. Il était faible. Très faible. Et pourtant, ce grondement sourd semblait plein de détermination, de rage. Le bruit d'un martèlement furieux se fit entendre. Celui du crépitement des étincelles sur le corps d'un être. Puis, alors que la poussière se dissipait -enfin!-, Levy recouvra la vue sur le champ de bataille.
Acharnée, bien que mal en point, les ailes paralysées, Ganshã tentait un dernier assaut. Celui de la dernière chance. Elle fonçait avec fureur sur son adversaire, pour tenter de le percuter de plein fouet, avant de rejoindre son partenaire, K.O, sur le sol. Le Tropius prenait de la vitesse, aidée par la force du soleil, par sa capacité des plus secrètes, qui lui permettait de sentir une nouvelle énergie, une nouvelle source de vitesse déferler en elle, lorsque son corps était exposé aux lueurs de l'astre solaire.
Les pas hâtifs de Ganshã créaient des nuages de poussières derrière elle, qui restaient en suspens dans l'air, ne disparaissaient pas. Soudain, un bruit aux sons crépitants retentit. La paralysie l'affaiblissant, la créature eut toutes les peines du monde à poursuivre sa route. Puis, soudain, elle se cabra, poussant un cri puissant, laissant naître un nouveau nuage de poussière, qui ne laissait aucune chance d'entrevoir -au moins- le dénouement de ce splendide affrontement.
Un bruit sourd, puissant, retentit à son tour. Etait-ce le bruit de la victoire ? Ou bien celui de la défaite ? Etait-ce celui de la chute du Pingoleon ? Celui de la défaite du Tropius chromatique ? Peut-être était-ce même les deux créatures qui tombaient ensemble, sous le poids de la fatigue et des souffrances.
Levy était fière de ses Pokémons. Si fière. Pour une fois, elle ne réprimanderait pas Ganshã pour l'initiative qu'elle avait prise seule. Elle pouvait comprendre son Pokémon, si envieux du succès de l'adversaire, de ses évolutions, évolutions qu'elle ne connaîtra jamais, puisque son espèce n'en possède pas. Ganshã enviait tout à son adversaire. L'amour qu'il exprimait envers sa partenaire. L'obéissance dont il était capable de faire preuve. L'aura de puissance et de noblesse qu'il dégageait, sous ses couleurs bleutées, abyssales. Ce regard mystérieux, ces attaques puissantes, les blizzards qu'il faisait naître sans se fatiguer outre-mesure. Le Tropius pourrait-il un jour être aussi admiré par d'autres créatures ? Sans doute pas. Alors, pourquoi vouloir le battre ? Faut-il vraiment une seconde raison que l'envie de vouloir dépasser ce modèle éphémère ?
Ryuga. Ce Pokémon machiavélique, mais si tendre à la fois. Ganshã ne pouvait même pas imaginer l'état d'abattement dans lequel il serait lorsqu'il reprendrait conscience. Son premier combat venait de s'achever sur une défaite. Le premier affrontement n'est-il pas le plus important dans la vie d'un Pokémon ? N'est-ce pas là que chaque créature, quelle qu'elle soit, se prouve à elle-même qu'elle possède un potentiel, sans doute inexploité ? Un potentiel à faire évoluer ? C'était ainsi que Ganshã raisonnait, de son point de vue de jeune Tropius plein de fougue et de rage de vaincre. Elle ne doutait pas que Levy était fière du dévouement de Ryuga à ce combat. Elle n'en voulait pas au Tarsal pour l'attaque qu'il lui avait portée. Le Tropius en était conscient, cet assaut était justifié. Qui voudrait d'un Pokémon insolent, désobéissant ? A quoi bon l'entraîner ? Ne vaudrait-il pas mieux le mettre en quarantaine ? Le mettre à l'écart de tous les combats ?
Non. C'était inacceptable. La géante végétale voulait être vue comme un partenaire indispensable, une force à l'état brute et à la volonté inébranlable. Une partenaire fidèle et royale, en somme.

Le nuage se dissipa. Levy, le cœur au bord des lèvres, revit ses deux combattants. Ryuga était au sol, inconscient, sa frange de verdure recouvrant ses yeux rougeoyants. A ses côtés, Ganshã était dans le même état que lui, proie à une subite crise de paralysie qui la mettait définitivement hors de piste. Maintenant, la dresseuse n'osait pas voir le sort du Pingoleon. Etait-il toujours debout ? Se pourrait-il que la dernière attaque de Ganshã aie porté ses fruits ? Dans tous les cas, une phrase se répétait, encore et encore, dans l'esprit de la jeune fille. Et elle attendait les prochains mots de son adversaires, qui délivreraient le dénouement final. Défaite ou égalité ?
La fin est proche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]   Sam 11 Aoû - 21:26

Spoiler:
 

En une seule seconde, bien des choses peuvent vous ébranler, vous faire basculer. A l’écran, la poussière se dispersait dans les airs, laissant place peu à peu à une silhouette. Le temps passait si lentement à mes yeux, qui fixaient avec intensité cet écran. Mon cœur s’emballa, se mit à fracasser ma cage thoracique. L’adrénaline me possédait, me contrôlait. Je sentais mon sang bouillir au plus profond de mes veines. J’aimais cela, ce sentiment partagé, hybride de l’excitation et du doute. Ce tourbillon de sensations m’enivrait. Ce combat avait été épique, mais il allait prendre fin. Le rideau allait bientôt se rabattre sur cette bataille épique, durant laquelle force et intelligence avaient dansé avec brio et rapidité. Tout était si intense et fulgurant. Il était évident que ce combat n’avait pas été l’un des plus longs, ni l’un des plus extraordinaires livrés ici, dans cette arène, mais il allait rester gravés dans nos mémoires et j’étais fière d’avoir, à ma façon, participé à ce combat. Tout avait été impressionnant, pour nous six enfin sept, si l’on compte Shokei. Chaque clan avait tout donné, sueur et ardeur, motivation et énergie et c’était remarquable. Personne n’avait plus qu’un autre, non. Même si certains avaient agis seuls, ils avaient fait de leur mieux, ils avaient suivis leurs idées qui peut-être n’étaient pas les meilleures, mais elles venaient d’eux. Gansha avait donc ses propres raisons d’agir seule. Peut-être voulait-elle être regardée, être aimée. Peut-être voulait-elle prouvé ce qu’elle valait. Elle seule le savait et ses idées, confrontées à celles de Levy avait créé un conflit. Mais à présent, peut-être pouvaient-elles enfin résoudre cela, parler en tête à tête, afin d’apprendre à mieux se connaître. Je leur souhaitais cela. J’espérais fortement qu’un jour, peut-être demain, elle pourrait s’entendre. En pensant à cela, j’avais oublié l’espace d’un instant la vérité qui allait, à nos regards, se dévoilée. Mon souffle se bloqua. Mon cœur ralentit. Ainsi, ses idées l’avaient aidée à être forte et elle était encore debout, elle, Gansha. Ses grandes ailes paralysées se dressaient encore haut dans les airs et fièrement, sa tête était dressée, le regard déterminé. Cela me décrocha un sourire, qu’importe si elle ne faisait pas partie de mon équipe. Elle était belle ainsi, courageuse et brave, le vaillant. Son cri faible mais bel et bien vivant résonna au plus profond de moi. A présent, la première moitié du terrain était visible, mais Protettivo restait invisible. Au sol, Ryuga était allongé, inconscient. Il avait perdu, malgré d’épiques efforts. Il avait laissé triompher l’ennemi, mais il méritait tout du moins le respect. Il avait été diablement efficace, comme Levy et Gansha, au fond. La géante se mit à foncer, le cœur empli de volonté ultime, d’une envie rageuse de victoire. Elle se mit à courir puis subitement, dans un bruit lourd, elle tomba au sol, elle se noya dans le désespoir de la défaite. En la voyant, je compris qu’elle souffrait, elle voulait être indispensable, être fidèle et incroyable, être une reine. Mais elle n’avait pas pu monter sur le trône de la victoire. Ainsi, elle ne put briller à leurs regards si chers à son égard. Non, elle échoua. Puis, je le vis, Protettivo. Il était debout. Il vacillait mais il tenait encore sur ses pattes. Sa couronne transperçait encore le ciel, il était à cet instant le roi, Gansha n’était pas la reine. Un compte à rebours commença. Il fallait qu’il reste debout pendant dix secondes, dix interminables fractions d’heure, poussières du temps. 9, mon cœur suspendit son travail. 8, mes yeux se fermèrent. 7, mes poings se resserrèrent. 6, ma respiration se saccada. 5, je rouvris les yeux. 4, un son lourd se fit entendre. 3, je compris… 2, l’écran le montra au sol. 1, c’était à présent terminé. Sur les écrans, un titre apparu, écrit en majuscule, les mots MATCH NUL nous annonçait une fin imprévue de se théâtre incroyable.

-Levy, vous avez été incroyables, vous trois. Je vous félicite.

Je descendis de ma plateforme, arpentant ces escaliers scintillants et récents. Mon cœur était à présent léger, une fois l’adrénaline anéantie par la réalité reprenant sa place dans mon esprit. Les acteurs avaient tirés leur révérence et délicatement, je me rendais vers elle, afin de parler plus amplement avec elle. Je souhaitais vraiment la féliciter plus amplement, plus concrètement. J’avançai et mes pas m’emmenèrent jusqu’à elle. Ses cheveux bleus se mirent à danser dans un vent doux et j’engageai la conversation.

-Levy, sache que peu importe le résultat, vous avez été formidable. Parfois, vous manquez de confiance, notamment Gansha mais je suis certaine qu’au plus profond d’elle, elle veut te rendre fière d’elle mais elle n’ose peut-être pas exprimé ses sentiments les plus innocents. Je pris mon souffle tranquillement. Peut-être devrais-tu simplement lui parler ? En tout cas, vous n’avez pas à rougir de vos compétences ensemble, malgré quelques erreurs. Avec le temps, je suis persuadée que vous serez incroyables, tous ensemble.

Je passai ma main dans mes cheveux et dégaina la Pokéball de Protettivo, afin de l’y forcer à revenir dans ce monde holographique. Il fallait qu’il se repose. Il avait tout donné.

-Je pense que tu seras quelqu’un d’important plus tard, quelqu’un qui mérite le respect de ses aînés, de sa famille. Je vais te recommander auprès de la direction, comme quelqu’un de dévoué et, de motivée, de courageux. Tu le mérites. Nous nous reverrons bientôt, j’en suis certaine. Bonne chance pour la suite.

Je tournai les talons, me dirigeant vers d’autres occupations, comme mon cours arrivant prochainement, ainsi que les procédures administratives concernant ma future salle de cours. Le vent soufflait, les feuilles volaient et j’avançai allégrement vers mon futur, le cœur doux, l’esprit apaisé et serein. J’avais des projets importants en face de moi et je comptai bien les réaliser. Tel était mon futur, du moins comme je l’imaginais.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]   Lun 13 Aoû - 2:47

Le Pingoleon n'était pas tombé. Il tenait encore debout, vacillant, sa majestueuse silhouette embaumant l'air d'un parfum de victoire. Et pourtant. Un mince espoir habitait encore l'esprit de Levy. Dix secondes. Dix secondes avant de voir sa défaite affichée à l'écran. Décompte inexorable, impitoyable, durant lequel le temps, faisant fis des émotions de ses deux victimes, semblait, bien au contraire, jouer avec leurs nerfs en ralentissant son cours. Levy retint sa respiration. Elle ne voulait pas que les efforts de son Tropius soient vains, elle voulait voir Ryuga heureux de ses performances ; elle voulait montrer à Shôkei, son jeune accompagnateur, l'exaltation d'un combat gagné, même si il ne l'était qu'à moitié. Cet échange de répliques plus spectaculaires les unes que les autres avait été sans aucun doute l'un des plus éprouvants, pour la jeune fille, et elle tenait à en garder un bon souvenir.
Deux secondes, à peine, s'étaient écoulées. Pour les victimes du temps, c'est comme si deux heures venaient de passer, lentes et douloureuses. Etait-ce leurs esprits, concordant parfaitement, qui s'imaginaient ralentir le cours de leur vie, ou bien était-ce réellement ce bourreau de Temps, doté d'une volonté propre, qui mettait leurs neurones à vif, testant ainsi leur patience, leur volonté ?
Six secondes ; le temps s'arrête, définitivement, privant à jamais Levy et son adversaire de tout verdict ; c'est là l'impression que le compte à rebours donnait, avec ses chiffres apparaissant et disparaissant à un degré de lenteur exubérant.
Soudain, Levy écarquilla les yeux. Ce bruit... Tonitruant, résonnant à l'étage. Se pourrait-il que ce soit... La chute du roi ? Sans aucun doute. Le Temps reprit son cours ; la lourde silhouette de l'Empereur des oiseaux était étalée au sol ; il était hors de jeu.

MATCH NUL


Ce furent les mots, qui durant un long moment, sonnèrent dans la tête de la native de Johto. Elle n'avait pas gagné. Elle n'avait pas perdu. C'était le juste milieu, entre l'euphorie de la victoire et l'incompréhension de la défaite. En esquissant un sourire doux, l'adolescente repensa alors à ce combat incroyable, à ce quatuor de Pokémons uniques. Une expérience à renouveler, le plus rapidement possible.

« - Levy, vous avez été incroyables, vous trois. Je vous félicite. »

Mais, pas besoin de les féliciter. Levy était déjà très fière de ses Pokémons ; les combattants le sauraient dès leur rétablissement de ce combat mouvementé. La dresseuse à la chevelure bleue hocha la tête, sans dire un mot, en attendant que le Professeur finisse de parler. La gracieuse jeune femme descendit les escaliers, ma foi, forts banals de cette arène comme une autre, se dirigeant vers son élève, qui avait été, l'espace de quelques minutes, son égale. Ses cheveux roses flottaient derrière elle, ses traits, fins et doucereux, étaient étirés en un sourire à l'apparence sincère.

« - Levy, sache que peu importe le résultat, vous avez été formidables. Parfois, vous manquez de confiance, notamment Ganshã mais je suis certaine qu’au plus profond d’elle, elle veut te rendre fière d’elle mais elle n’ose peut-être pas exprimer ses sentiments les plus innocents. Peut-être devrais-tu simplement lui parler ? En tout cas, vous n’avez pas à rougir de vos compétences ensemble, malgré quelques erreurs. Avec le temps, je suis persuadée que vous serez incroyables, tous ensemble. »

Levy ne souhaitait pas que son équipe change. Si Ganshã venait à être obéissante, ce qui fait d'elle un Pokémon unique aux yeux de tous disparaîtrait instantanément. Elle avait son propre caractère, tout comme Ryuga, et les autres membres de l'équipe.
Faire des erreurs est humain. Les erreurs sont humaines. Même des années plus tard, bien qu'elle ne renouvellera pas ses précédentes sottises, Levy allait, encore et encore, découvrir de nouvelles choses, par le biais de nouvelles fautes. Même Alix, personne expérimentée, devait, encore aujourd'hui, commettre quelques bêtises sans réellement le souhaiter.
Ceci dit, Levy était tout de même flattée des compliments de son interlocutrice. La rumeur disait que cette dernière avait eu une brillante carrière en tant que coordinatrice ; cependant, ses talents de stratège et de dresseuse étaient louables, même plus.

« - Je pense que tu seras quelqu’un d’important plus tard, quelqu’un qui mérite le respect de ses aînés, de sa famille. Je vais te recommander auprès de la direction, comme quelqu’un de dévoué et, de motivée, de courageux. Tu le mérites. Nous nous reverrons bientôt, j’en suis certaine. Bonne chance pour la suite. »

Le Professeur Nova saisit sa pokéball, fit rentrer son combattant princier. Elle tourna les talons, s'éloigna, sa chevelure rose ondulant au gré du vent. C'est alors que Levy précisa un détail, auquel elle tenait beaucoup. Sa voix enfantine, dénuée de tout sérieux, à présent, retentit, rieuse, dans l'arène, vide de toute action.

« - Ce combat était splendide, mais je ne veux pas être recommandée à quiconque. Laissez-moi suivre ma voie de dresseuse tranquillement, et je me hisserais au sommet par mes propres moyens, sans avoir besoin de l'aide de qui que ce soit. J'espère vous revoir prochainement, Professeur Nova. »

La silhouette de la jeune femme disparut au loin. Avait-elle entendu ses mots ? Prendrait-elle le temps d'y réfléchir, de renoncer à cette « recommandation » ?
Dans tous les cas, Levy était seule, à présent. Il lui restait quelques minutes pour récupérer ses Pokémons.
Patiemment, la dresseuse gravit les quelques marches qui les séparaient, elle et ses fidèles amis. Shôkei ne disait rien, ses yeux scintillants de rêves et de combats glorieux. La silhouette massive de Ganshã gisait au sol, sa respiration ponctuée par les mouvements lents et réguliers de sa poitrine. Profondément endormie, la géante semblait déjà reprendre des forces, l'air serein.

« - Tu as tout donné. Je te félicite. »

Levy savait que son amie entendrait ces paroles, malgré son sommeil bien lourd. Elle s'en rappellerait.
A ses côtés, chétif face à l'immensité musculeuse du Tropius chromatique, Ryuga s'était endormi aussi, recroquevillé sur lui-même, dans une position fœtale. Levy ne savait pas de quoi pouvait bien rêver son Tarsal à l'instant ; quoi qu'il en soit, au vu des multiples éraflures causées par le blizzard et la pression de son adversaire, l'enfant machiavélique avait, lui aussi, le droit à des félicitations en règle.

« - Merci, Ryuga. Sans toi, cette victoire, remportée à moitié, n'aurait pas été possible. Je te félicite aussi. »

Sortant les deux poké-balls de ses compagnons, la jeune fille les fit rentrer en même temps. Elle était sincèrement fière d'eux, -je n'aurai de cesse de le répéter.
Cet étage était tout de même assez haut, et Levy tenait à profiter de la belle vue qui s'offrait à elle. En s'avançant jusqu'au bord du deuxième étage de l'arène, l'adolescente regarda l'astre solaire se coucher, lentement, mettant fin à un combat, une journée plus éprouvante que les autres. L'Académie, au loin, faisait office de palais illusoire, avec ses grandes fenêtres et son parc symétrique de tous côtés. Levy imaginait sans peine les rires des étudiants entre amis, les râles des mauvais élèves, les saluts des professeurs qui rentraient dans leurs appartements.
A son tour, la dresseuse comptait retrouver sa chambre, et lire un bon livre, pour ne pas oublier -pas tout de suite-, cette coulée d'adrénaline qui s'était déversée en elle, le temps d'un affrontement, d'une escapade au pays des extravagances et des grands spectacles.
Et c'est alors que, en faisant demi-tour, la native de Johto eut une révélation ; elle était à présent consciente du fait qu'elle n'avait pas accompli un exploit, mais deux.
Deux, avec le gain d'une amie loyale.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ressentir l'Adrénaline couler dans mes veines, voilà ce que je désire [PV : Levy][Pas de MDJ]
» [Espinosa, Michael] Le mensonge dans les veines
» [Morgane Caussarieu] Dans les veines
» Twilight, le film : nos petits détails favoris et autres clins d'oeil...
» Cache SSD : injectez de l'adrénaline dans votre unité centrale PC !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: Hors Rpg :: Rps Terminés-
Sauter vers: