Partagez | 
 

 Une adoption... Catastrophique[Pv. Arian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naoki Hira
Chercheur taciturne
avatar

Féminin Vierge Dragon
Messages : 113
Date de naissance : 05/09/1988
Date d'inscription : 09/05/2011
Âge réel : 28

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 8 630 $

MessageSujet: Une adoption... Catastrophique[Pv. Arian]   Dim 28 Oct - 3:51

Je n’avais pas très bien dormi cette nuit-là. Je me sentais agité par de nombreuses réflexions. Je me questionnais vraiment sur le but ma présence à l’académie. La rage qui m’animait à mon arrivée s’était estompée sans que je m’en rende compte. Plus j’en apprenais sur ma demi-sœur, plus je me questionnais sur les raisons qui m’avaient poussé à chercher vengeance en m’en prenant à elle. Elle n’était plus en contact avec notre bâtard de père, elle avait coupé les ponts lorsqu’elle avait fugué. Elle devait avoir environ mon âge à cette époque. Je ne pouvais que concéder qu’il fallait beaucoup de courage pour quitter un milieu richissime pour plonger dans celui du commun des mortels. Il n’y avait pas seulement ça qui me créait un blocage, l’apparition de Rika dans ma vie venait brouiller les cartes pour moi. Que penserait-elle si elle connaissait vraiment les motivations qui m’avaient mené à Gakuen ? Surtout que je voulais faire du mal à une femme qu’elle considérait presque comme une amie. Je ne me pardonnerais pas de lui créer la moindre peine. Je n’arrivais pas à croire que je me sentais autant concerné par ses états d’âme, mais c’était un fait que je devais accepter. Perturbé par ces idées noires, j’ai décidé de me replonger dans un loisir que j’avais négligé depuis mon arrivée dans cette école, le jogging.

Je m’étais levé à l’aube pour aller m’entraîner. Aklas ne m’avait pas suivi, il n’aimait pas trop les déplacements sans direction précise. Zane se fit un plaisir de venir avec moi, appréciant grandement ce changement dans sa routine. Je laissai Kiseki avec l’absol, elle allait être mieux dans la chambre que d’être balloté dans tous les sens dans mes bras. J’emmenai Naito, Harö, Claw et Hoeru avec moi. Le premier avait grandement besoin de dépenser son surplus d’énergie. D’ailleurs, je commençais à penser à quelle forme j’allais faire évoluer mon Evoli shiney. Après tout, il serait peut-être temps que j’y songe, ça faisait un moment que je l’avais adopté. Il ne semblait pas malheureux, mais il allait falloir que je fasse un choix. Le Riolu suivait derrière, donnant le maximum de lui-même. Claw courait derrière, ça lui faisait du bien de se dégourdir les jambes, mais il avait bien hâte de prendre une pause. Il préférait de loin faire quelques mauvais coups. Présentement, il ne pouvait en faire à cause de la présence du Malosse derrière lui. Hoeru grognait chaque fois que le farfuret avait un geste suspect.

- Naoki c’est une excellente idée de nous emmener courir, s’extasia Zane qui tentait de rester à me côté aussi bien que ses petites pattes le lui permettait. Ça change de la routine et ça va te mettre en forme. Pas que je crois que tu ne l’es pas, mais c’est bon pour ton cœur.

N’eusse été que je courais lorsqu’il lâcha cette phrase sur les bienfaits de la course sur le cœur, j’aurais sûrement éclaté de rires. S’il savait qu’avant de venir à l’académie, j’allais faire du jogging tous les jours. Je courus ainsi pendant une heure. À mon retour, je me sentais incroyablement détendu malgré la courte nuit que j’avais passée. Ça faisait un moment que je n’avais pas ressenti le bien-être que procurait le sport. Revigoré, je me préparai pour la journée qui m’attendait. Après qu’ils se soient nourris, je décidai de faire entrer mes quatre pokémons dans leurs pokéballs lorsque la voix de Zane retentit, pour faire changement…

- Nao’ tu pourrais laisser Claw sortit, il m’a manqué, me supplia-t-il. S’il te plait, tu me ferais extra giga méga plaisir !

J’arquai un sourcil en regardant mon farfuret. Celui-ci affichait une moue bien trop innocente pour être honnête. Je connaissais parfaitement le tempérament taquin du pokémon ténèbres et glace. Je tournai mon regard vers mon malosse, qui gardait constamment un œil sur Claw. Un sourire narquois étira mes lèvres.

- D’accord, mais il sera avec Hoeru, acceptai-je.

Le malosse se redressa fièrement prêt à obéir à chacun de mes ordres. Je lui fis signe de se détendre, mais il ne changea pas sa posture rigide pour autant. Je le laissai faire pour l’instant et fit entrer l’evoli shiney et le riolu dans leur pokéball respective. Le farfuret se tenait le plus loin possible du canidé n’aimant pas être l’objet de son regard scrutateur. Je réveillai tranquillement Kiseki et la nourris à la bouteille. En quelques jours, elle avait bien repris ses forces. Elle était si petite que j’avais peur de la briser au moindre geste, de ce fait je prenais beaucoup de précautions lorsque j’interagissais avec elle. Je regardai l’heure et j’avais encore du temps avant mon cours en après-midi. Ce ne serait pas une mauvaise idée de faire un détour vers le centre d’adoption pour rendre visite à l’infirmière. Elle serait sûrement contente de prendre des nouvelles de la petite miraculée. Aklas s’étira paresseusement lorsque je tapotai son épaule pour lui signifier que nous partions.

- Pourquoi tu pars si tôt, ton cours est après le dîner ? On va de nouveau courir, s’enquit Zane avec enthousiasme.

Claw ne partageait pas son enthousiasme à cette idée. Un autre entraînement de ce genre la même journée et il allait s’effondrer avant même de partir. Le farfuret manifesta sa réticence en laissant échapper un grognement.

- Non je ne retourne pas courir, je vais au centre d’adoption, répondis-je.

Le pokémon glace ne put retenir un soupir de soulagement. Je souris en entendant le soupir du farfuret. Sans attendre plus longtemps, je pris la direction du centre d’adoption. Je sentais Aklas tendu à mes côtés. Je savais à quel point c’était pénible pour lui de se rendre dans cet endroit et ça me désolait de lui imposer cette épreuve. Son ouïe hypersensible grâce à son handicap visuel hypertrophiait chaque son. Le centre étant surchargé, il régnait une cacophonie qui était littéralement insoutenable pour le pokémon. Heureusement pour lui, je ne restais jamais vraiment longtemps dans cet endroit. Claw n’avait pas été adopté à cet endroit, mais il se souvenait y être allé. Il s’était retrouvé dans le mur, victime de sa propre stratégie. Il espérait avoir de nouveau l’occasion de mettre ses talents de farceur à l’épreuve, sans tomber de son propre piège. Il allait devoir trouver un moyen d’échapper à la surveillance constante du Malosse. Ce dernier prenait son rôle très au sérieux. Il ne voulait vraiment pas décevoir le chercheur. Il se réjouissait aussi de retourner au centre d’adoption, c’était une bonne occasion de retrouver ses nombreux amis. Il se demandait si certains avaient été adoptés après qu’ils soient partis. Il espérait que oui et qu’ils étaient heureux avec leurs nouveaux dresseurs. Zane trottinait près de moi, content de se rendre pour énième fois au centre.

- Alors Nao’ tu as une idée des pokémons que tu vas adopter, demanda le Zorua. Tu pourrais prendre un pokémon de la même région que moi, je me sens un peu seul de mon espèce avec seulement Iatsu. En plus, elle est toujours avec Arashi, l'autre Evoli, j’aimerais bien que tu prennes un pokémon plus sociable cette fois.

Je jetai un regard en coin à mon pokémon bavard.

- Je n’en ai aucune idée Zane, je ne me fais aucune attente quand je me rends là, rétorquai-je. Je choisis selon l’impulsion du moment.

Lorsque nous arrivâmes au centre d’adoption, Zane s’engouffra dans l’entrée, suivi de Claw et Hoeru.

- Bonjour Madame l’infirmière, on vient adopter des pokémons, s’écria Zane.

J’entrai à leur suite, levant les yeux au ciel en entendant le cri du Zorua. Je m’approchai de la jeune femme qui m’accueillit avec un sourire rayonnant. Kiseki s’agita dans mes bras en reconnaissant l’infirmière qui avait pris soin d’elle lorsqu’elle était au plus mal. Je la tendis vers l’infirmière qui la prit dans ses bras s’extasiant devant la bonne mine qu’affichait l’Hypotrempe. Je me tournai vers Aklas qui redoutait d’entrer dans la pièce attenante. J’eus soudain une idée pour éviter cette torture à mon pokémon. Maintenant que je connaissais un peu mieux l’infirmière, je me sentais moins réticent à ce qu’il reste avec elle.

- Aklas peut rester avec vous pendant que je vais de l’autre côté, demandai-je. Il n’aime pas vraiment cet endroit, c’est trop bruyant pour lui. Ça le déstabilise.

- Il n’y a pas de problème, Naoki, acquiesça-t-elle. D’ailleurs, j’avais quelque chose à te demander, c’est à propos d’un pokémon à adopter. Son état m’inquiète légèrement. C’est une Embrylex, ça fait un moment qu’elle est ici. Le fait de ne pas se trouver de maître l’affecte beaucoup. Du coup, elle a cessé de manger malgré mes exhortations. Depuis, sa peau s’est ramollie puisqu’un Embrylex doit manger beaucoup pour faire durcir sa peau et qu’il puisse évoluer. Je ne sais pas quel pokémon tu venais chercher, mais si elle t’intéresse ça pourrait te faire un pokémon intéressant. Juste à voir comment tu t’occupes de Kiseki, je sais que tu en prendras bien soin.

- Nao’ on doit faire quelque chose pour l’aider cette pauvre Embrylex. Avec nous, elle n’aura pas le choix d’être. Tu peux compter sur moi pour l’amuser ! Je vais l’emmener avec moi à la plage, dans les bois, dans le parc.

Je dois avouer qu’Embrylex serait un choix intéressant et la situation de ce pokémon me touchait. Je remerciai l’infirmière avant d’entrer dans la salle où se trouvaient tous les pokémons, suivis par mes trois fidèles compagnons. Je cherchai du regard l’embrylex dont me parlait la jeune femme. Je ne tardai pas à la trouver, dans un coin isolé. Elle semblait anéantie. Je m’approchai d’elle, mais elle n’eut aucune réaction à ma présence. Je m’assis près d’elle, attirant son regard vide. Cela me fendait le cœur de la voir ainsi, en vie, mais sans âme. Je fis quelque chose que ça faisait un moment que je n’avais pas fait. Je joins mes mains l’une contre l’autre et prononçai l’incantation pour me connecter au cœur de l’Embrylex.

Aussitôt, je me sentis transporter dans l’âme du pokémon. L’esprit du pokémon était sombre et lourd de tristesse. Je la voyais recroquevillée sur elle-même. Je tentai d’établir une connexion, seulement c’était sans compter la réticence du pokémon. Elle ne comprenait d’où venait cet être qui voulait se rapprocher d’elle. Sa tristesse me percuta, je voyais ces personnes qui étaient passées devant elle sans la voir. Elle regardait avec espoir ces gens qui venaient, seulement chaque fois était plus douloureuse que la précédente puisqu’il en choisissait un autre plus mignon ou plus fort. L’espoir devenait plus faible, la confiance qui s’amenuisait. Je la voyais se refermer sur elle-même. Je sentais mon cœur se serrer en me disant que j’étais peut-être l’un de ceux qui l’avaient ignoré lorsque je venais ici. Personne n’était mieux placé que moi pour savoir ce que les pokémons pouvaient ressentir dans ses moments là. Pourtant, je n’y avais pas vraiment fait attention. J’aurais pu faire un geste pour lui signifier que je voyais sa présence.

- Wouah, il connecte son cœur à elle. Peut-être qu’il va réussir à la sortir de sa dépression ! Nao’ c’est vraiment le meilleur, je vous dis. Il ne l’a pas encore fait avec vous, n’est-ce pas, ajouta-t-il ce à quoi les deux pokémons répondirent par la négative. C’est vraiment génial, on a accès à ses pensées et lui à accès aux nôtres. On les perçoit en image, c’est comme regarder un film. C’est vraiment une expérience extraordinaire.

Je n’entendais aucunement les paroles de Zane, je me trouvais dans le monde de la petite Embrylex. Claw regardait le Zorua, interloqué. Il ne savait pas trop quoi penser de l’éventualité de voir ses sentiments et ses pensées transmises à l’humain. D’un certain côté, cela lui permettrait d’avoir un lien plus fort avec celui-ci, mais le Farfuret conservait une certaine réticence. Enfin, il pourrait bien s’en préoccuper en temps et lieu. Le Malosse, quant à lui, était fasciné par le phénomène. Il voulait vivre cette expérience pour savoir ce que ça faisait de connecter son cœur à un être humain. Il désirait savoir comment un humain pouvait percevoir le monde qui l’entourait. Le regard aiguiser de Claw remarqua la baisse de vigilance de son coéquipier canin. C’était l’occasion idéale pour échapper à sa surveillance constante. Discrètement, il s’éclipsa. Zane fronça les sourcils, il ne comprenait pas pourquoi le farfuret s’éloignait d’eux. Curieux, il le suivit discrètement.

Ce n’était vraiment pas facile de calmer les réticences de l’embrylex. Elles étaient tellement ancrées en elle, qu’elles bloquaient toutes possibilités de former un lien. Cependant, je ne me laissai pas abattre, je n’étais pas reconnu pour abandonner facilement. Je redoublai d’effort pour l’amadouer, la convaincre que je voulais bien d’elle. Je me concentrai tellement fort, que tout mon corps tremblait. Je faisais mon possible pour lui transmettre mon empathie, ma volonté de faire connaissance. Je voulais lui montrer que ce n’était pas vrai qu’elle n’était rien à nos yeux. Peu à peu, je réussis à percer ses défenses mentales, nous laissant tous les deux à bout de souffle. J’avais devant moi, un petit être chétif que je devais aider à reconstruire petit à petit. Elle me donna finalement accès à son cœur, exposant sa fragilité. Je tendis la main vers elle et elle y mit sa petite patte nous permettant ainsi d’être en parfaite symbiose. Elle plongea son regard rouge plein d’espoir et de doutes. Je lui souris de façon rassurante et coupai en douceur la connexion.

Le farfuret venait de remarquer la présence d’un solochi. Claw sourit en pensant à la blague qu’il pourrait faire au pokémon aveugle. Celui-ci se déplaçait en fonçant partout et en mordant à tout va. Ce pourrait bien être marrant de se promener sur le dos de ce pokémon et de créer l’anarchie dans le centre. Il se précipita vers le dragon non voyant et sauta sur son dos. Le Farfuret n’avait pas remarqué qu’il était suivi par Zane. Le Solochi tourna sur lui-même. Il percuta Zane qui fut projeté un peu plus loin. Le pauvre Zorua ne comprenait pas du tout ce qui lui arrivait. Confondant la masse qu’il venait de percuter avec la cause de ses ennuis, il fonça à nouveau vers le renard. Celui-ci se relevait à peine du choc qu’il venait de recevoir, qu’il voyait une masse noir et violet se jeter sur lui. Il n’eut pas le temps qu’il sentit une vive douleur sur l’une de ses pattes. Le Solochi venait de le morde. Claw écarquilla des yeux constatant cela, ce n’était pas du tout le but de sa manœuvre. Il tenta de retrouver le contrôle en agrippant le cou du dragon. Celui-ci relâcha son étreinte. Zane prit cette chance pour se sauver, mais il réalisa bien qu’il était poursuivi par le Solochi. Claw tenta tant bien que mal de conserver son équilibre sur le pokémon, mais il avait quelques difficultés.

- AAAAAAAAAAAAHHHH MAMAN IL VEUT ME MANGER !!!! C’EST UN CANNIBALE, JE NE VEUX PAS FINIR DANS SON ESTOMAC.

Je sortis de ma transe et pris doucement l’Embrylex dans mes bras. Je pris de la nourriture dans le bol intouché qui se trouvait près d’elle. Je la lui tendis et elle l’avala sans protester. J’allais lui donner une autre bouchée lorsque j’entendis le hurlement de Zane. Je me tournai pour voir une scène qui aurait été hilarante dans un film. Le Zorua était poursuivi par un Solochi chevauché par mon farfuret. Hoeru se tourna et fut consterné par ce qu’il voyait. Il avait lamentablement échoué dans sa tâche. Il se sentait tétanisé de honte. Zane se dirigeait vers la porte menant à l’accueil. Il sentait constamment le courant d’air provoqué par le claquement des dents de son poursuivant sur son derrière.

- AH NON TU M’AURAS PAS ESPÈCE DE CANNIBALE ! VA VOIR AILLEURS SI J’Y SUIS, hurla le Zorua en débouchant dans l’autre pièce par la porte battante.

Je m’empressai d’aller vers l’autre pièce. J’étais tellement préoccupé que je ne remarquai pas la présence d’un visiteur. L'infirmière sursauta en entendant le Zorua entrer en trombe en hurlant. Kiseki qui se trouvait dans les bras de l'infirmière, sursauta et regarda la scène, bouche-bée. L'Absol ne comprenait pas vraiment ce qui se passait, mais il savait assurément que le sombrenard y était mêlé. Zane courrait partout dans la pièce sans se soucier de quoi que ce soit. Le Solochi se tortillait, faisant perdre l’équilibre à Claw qui fut projeté au sol. Encore une fois, il se retrouvait victime de sa propre blague. Le dragon fonça sur le Zorua et réussit à refermer ses dents sur lui, mordant le derrière du pauvre pokémon.

- AYOYE ! MAIS T’ES MALADE OU QUOI !? JE NE SUIS PAS COMESTIBLE GROS BALOURD, LÂCHE MOI, brailla Zane.

Le Farfuret voulant réparer son erreur se jeta sur le Solochi pour tenter de le faire lâcher prise. Cela eut l’effet contraire pour le plus grand malheur du petit renard. Le Malosse regardait la scène avec consternation. Il devait faire quelque chose pour régler la situation. Sans réfléchir plus longtemps il se jeta dans la mêlée, rejoignant Claw pour faire lâcher prise le Solochi.

- AH NON JE VAIS MOURIR ! ADIEU MONDE CRUEL !

Je me décidai d’intervenir, ça n’avait tout simplement plus de sens.

- Hoeru, Claw arrêtez ça, vous ne faites qu’empirer la situation, leur ordonnai-je.

Ceux-ci m’écoutèrent, penauds. Comme je le pensais, le Solochi relâcha peu à peu la pression de sa mâchoire. Toutefois, il continua de pousser Zane à l’aide de sa tête.

-Ah non lâche-moi espèce de malade, tu m’as pas assez torturé comme ça, s’écria Zane.

Je m’empressai d’aller prendre le pauvre pokémon . Je m’assis au sol formant un rempart entre le Zorua, qui se trouva sur mes genoux et le Solochi, qui me poussait. Je posai ma main sur sa nuque pour le calmer, sans crainte. Le pire qui pouvait m’arriver c’était qu’il me morde. L’Embrylex regarda Zane, surprise et curieuse. En même temps, je vérifiai l’état du postérieur abimé de Zane. J’espérais seulement que ce n’était pas trop grave…

Spoiler:
 

_______________________________________________


Dernière édition par Naoki Hira le Lun 12 Nov - 4:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une adoption... Catastrophique[Pv. Arian]   Lun 29 Oct - 22:26

À son retour d'Oliville, le jeune flocombien revint quelque peu... chargé or, en plus des souvenirs et des petits détails pour les personnes qu'il connaissait et à qui il devait des compromis, il avait une bonne dizaine d’œufs pokémons, tous orphelins. Avec l'aide de sa jeune confidente -et amie- Levy McGarden et celle d'Alix Nova, sa nouvelle amitié, pour ainsi dire, il avait apporté les œufs jusqu'à Sinnoh. Le lendemain du séjour dans la région de laquelle était originaire la dresseuse à chevelure bleutée, le jeune homme demanda à son ami de longue date un petit service: Il voulait que le scientifique lui prête une plaque incubatrice ainsi que deux capsules pour les œufs restants. Hélas, les plaques d'incubateur portable n'avaient de capacité que pour huit œufs, s'il tenait vraiment à pouvoir les transporter jusqu'au centre pokémon sans aucun danger pour les futurs petits pokémons.

De cette façon, Arian chargea l'une des voitures se trouvant dans le parking de la demeure annexe à la réserve pokémon avant de l'emprunter aussi pour se rendre rapidement au centre(bien qu'il détestait conduire ou même prendre ce genre de transports...). Uniquement accompagné de Sion et Yuki dans l'automobile, Shyvaan et Fawn suivaient al voiture par les airs tandis que le reste de l'équipe se reposait toujours chez Nagumo, dans la réserve. La momartik restait silencieuse, tenant les deux capsules incubatrices contre elle durant le trajet alors que le dimoret rigolait en faisant des signes au trioxhydre depuis la bagnole.

Il était relativement tôt, quand le professeur gara la petite fourgonnette blanche non loin de l'entrée du centre d'adoptions. Il descendit, ouvrit les portières à ses pokémons puis alla prendre la plaque de l'incubateur, la déchargeant doucement avant de lui mettre les roues. Sion lui passa les deux autres œufs tandis que Yuki poussait la plaque incubatrice jusqu'à l’intérieur. Le trioxhydre atterrit peut après alors que le roucool traversa la porte d'un coup pour aller se poser sur l'une des épaules du jeune entre-deux.

L’infirmière Joëlle accueillit le petit groupe avec son habituel sourire, tenant dans ses bras, délicatement une petite hypotrempe. Un absol patientait non loin, aussi et le hall d'accueil était toujours aussi calme, bien qu'on pouvait entendre, de loin, et avec une très bonne ouïe, les pokémons parler entre-eux, crier et jouer ou bien, pleurer pour certains qui voulaient pas être là.


_ Ah ! Bonjour, Arian. On t'attendait ! On avait reçu ton message mais on ne savait pas quand t....

La jeune femme n'eut même pas le temps de finir sa phrase qu'une voix retentit avec des pas rapides et lourds pour ensuite se « matérialiser » en un zorua poursuivi par un solochi chevauché par un farfuret. Le solochi tentait de déséquilibrer le pokémon ténèbres jusqu'à le faire tomber au sol, claquant des dents et courant après le renard noir et rouge qui braillait toujours, fonçant vers Arian:


_ AH NON TU M’AURAS PAS ESPÈCE DE CANNIBALE ! VA VOIR AILLEURS SI J’Y SUIS! Gueula le renard sans arrêter de courir, pensant que s'il accélérait le pas et qu'il ne s’arrêtait pas, il allait se sauver.

Cependant, plus il courait le zorua, plus courait le solochi pour le chopper. L’infirmière et la momartik sursautèrent en entendant le renard gueuler, le roucool écarquilla les yeux, interloqué et la petite hypotrempe regarda la scène, bouche bée. Amusé, le dimoret ne manqua pas de se moquer du renard et de son confrère et, l'absol ne semblait pas du tout suivre l'histoire, il ne comprenait pas ce qui se passait. Arian posa alors son regard sur le pokémon désastre, intrigué.

Comme il ne regardait pas la scène, il se demanda ce qu'il regardait avait de se dire s'il regardait vraiment quelque chose... Il réalisa alors qu'il devait être soit aveugle, soit avoir une très mauvaise vue, ce qui le toucha un peu. Il se demandait si c'était de naissance ou à cause d'un fait qu'il aurait vécu. Malgré tout, cela lui rappela le jour où il rencontra Evangeline, même s'il n'y avait pas vraiment de rapport direct.


_ Dii...dimoret  dimo moo dimoret! Dimoret reeet dii ! *Et ben, ça promet, j'aurais du ce coup quand Shyvaan était comme lui !* commenta Yuki en se marrant comme un con, se moquant à la fois du farfuret et du zorua.

Le flocombien fut rapidement sorti de ses pensées parce que le sombrenard manqua de le faire tomber en passant près de lui. Ce fut le solochi qui cogna ses bras et fit tomber les œufs, renversant aussi la plaque incubatrice. Prise de peur pour les œufs, Sion lança une attaque Psychique pour les rattraper tous avant qu'ils ne roulent loin, se cassent et ceux que le professeur tenait frappent le sol, les faisant léviter assez haut, pour éviter qu'on puisse y toucher. Ce ne fut que quelques secondes après, un rien, qu'une tête blonde traversa la porte ballante, suivant les fauteurs de trouble. Il arriva au "bon" moment, il faut dire parce qu'il pointa son nez le même instant que le renard se fit croquer les fesses par le dragon emo.


_ AYOYE ! MAIS T’ES MALADE OU QUOI !? JE NE SUIS PAS COMESTIBLE GROS BALOURD, LÂCHE MOI. cria le renard inconnu, se plaignant. Arian passa une main sur son visage, se demandant s'il avait bien fait de venir aujourd'hui au centre, blasé tandis que ses pokémons continuèrent à regarder la scène, où le farfuret sauta sur le solochi pour essayer qu'il lâche prise bien que le dragon ne faisait que serrer encore plus la mâchoire sur le postérieur du zorua. Un malosse se joignit à l'affaire, fonçant dans le tas pour aider ses compagnons et Yuki se marrait comme un sadique, amusé. AH NON JE VAIS MOURIR ! ADIEU MONDE CRUEL !

_ Dimoret dimo... ?ret dimoret !! *On a bien fait de venir aujourd’hui, hé Arian ? C'est trop hilarant ! * commenta le pokémon ténèbres, plié en deux, frappant l'un de ses genoux avec sa main.

Hoeru, Claw arrêtez ça, vous ne faites qu’empirer la situation. Intervint le blond qui semblait être le dresseur des fauteurs de troubles.

Suite à cette intervention, le dragon noir et bleu lâcha peu à peu le renard, tandis que les deux pokémons visés cessèrent leurs activités. Le dragon, insatisfait, poussait quand même le zorua avec la tête. Qu'était-il vraiment arrivé pour que le solochi se déchaîne sur lui ? Arian s'en foutait, il voulait juste du silence. Son trioxhydre passa la porte automatique, en voyant que le groupe tardait trop, observant la scène et surtout le fou-rire qu'avait son meilleur ami.


_ Ah non lâche-moi espèce de malade, tu m’as pas assez torturé comme ça. S'exclama le renard , que le jeune homme garda avec lui, sur ses genoux.

Le blond s'était précipité pour récupérer son pokémon avant de s’asseoir par terre en utilisant ses jambes comme une barrière pour le dragon obstiné qui le poussait toujours. Il était plus têtu que Shyvaan, celui-là ! L'adolescent tenta de calmer le pokémon d'Unys, restant calme et sans lui montrer une once de peur tout en auscultant rapidement son pokémon. Aurait-ce vraiment pu être pire ?


_ *OY ! Gamin, y s'est passé quoi, exactement pour que ce bourrin se mette dans cet état ?* Demanda le trioxhydre à l'éleveur, pouffant. Ce qu'il pouvait entendre lui semblaient être des grognements et des cris dignes d'un dinosaure pour les humains, en général.

Le dimoret tentait d’arrêter de rire, mais sans forces, il se laissa tomber par terre, continuant à se tortiller et à frapper le carrelage du poing, moqueur. Il articulait même pas en essayant d'expliquer la situation à son compagnon, qui ne compris absolument rien.


_ Que veux tu que je te dise, quand je suis entré ils ont foncé sur moi, ils ont faillit casser les œufs et en plus, ils ont continué un bon moment leur jeu du chat et de la souris. Et sincèrement, je crois que c'est ton confrère qui a gagné, Shyvaan. Répondit Arian en langage humain, étant trop occupé à se masser les tempes pour réfléchir à lui parler de telle façon à ce qu'on ne les comprenne.

Soupirant et roulant des yeux en voyant que le dimoret n'était plus avec lui, mentalement parlant, il s'approcha d'avantage du comptoir, demandant à Sion de poser les œufs sur la plaque et lui rendre les autres deux, qu'il posa sur le comptoir sur les regard surpris et perplexe de l’infirmière, qui venait d'assister à cette étrange scène, aussi drôle que blasante.


_ Mlle Jöelle, veuillez m'excuser pour cette soudaine visite. Je pensais que Nagumo avait ajouté l'horaire de mon passage par le centre avec vos nouveaux petits « choupis ». dit le flocombien à l’infirmière, souriant légèrement, par politesse, donc, faisant mine de rien par rapport à ce qui venait de se passer.

_ Ah, euh... Ce n'est pas bien grave, nous savions au moins que tu allais passer. Sais-tu à quelles espèces appartiennent les orphelins ? Demanda l’infirmière, qui n'avait toujours pas lâché la petite hypotrempe. En tout cas, ils ont l'air en bonne santé, leur coquille est légèrement nacrée, brillante. C'est un bon signe~ !

Elle garda soigneusement la petite femelle contre elle avec un seul bras avant d'attraper un petit dossier et un stylo qu'elle posa devant le chef de la Team Plasma, retrouvant rapidement son sourire chaleureux. Arian saisit le stylo avant d'ouvrir le dossier, habitué à ce genre de paperasses, il le feuilleta rapidement, lisant en même temps avant de remplir les formulaires et de répondre à la jeune femme aux cheveux roses :

_ Sincèrement, je n'en ai aucune idée. Cependant, je vous ai marqué les types de ces futurs pokémons. C'est la seule chose dont je peux vous informer, pour l'instant. Je vous ai tout noté ce que je savais. Mon ami n'a pas eu le temps de les ausculter, je les laisse donc entre vos mains, mademoiselle. Termina-t-il tout en posant son stylo. Il n'avait qu'une envie maintenant : s'en aller avant que les ennuies commence à nouveau et lui fassent siffler les oreilles.
Petit mot HRp:
 


Dernière édition par Arian Cadell Philgard le Sam 16 Fév - 19:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Naoki Hira
Chercheur taciturne
avatar

Féminin Vierge Dragon
Messages : 113
Date de naissance : 05/09/1988
Date d'inscription : 09/05/2011
Âge réel : 28

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 8 630 $

MessageSujet: Re: Une adoption... Catastrophique[Pv. Arian]   Lun 12 Nov - 4:38

Pendant quelques instants, j'avais complètement oublié où je me trouvais. J'avais oublié la présence du professeur de l'infirmière. Je me sentais très inquiet pour Zane, mais heureusement la blessure semblait plus grave qu'elle ne l'était réellement. La morsure était assez profonde, mais il ne semblait pas y avoir de séquelles permanentes. À vrai dire, je n'y connaissais pas grand-chose en soin. Je supposais que ce n'était pas trop grave, mais je ne savais pas si mes conclusions étaient réelles ou bien je voyais ce que je souhaitais. Je serrai les dents en réalisant que je n’avais rien pour soigner le zorua. De plus, mon manque flagrant de connaissance en la matière ne m’aidait en aucun cas.

Le Solochi ouvrit la bouche à mesure que je caressai sa nuque. La langue pendante, il tapota de la patte. Maintenant qu’il était calmé, il ne se rappelait plus pourquoi il s’était mis dans cet état. Il se sentait en confiance avec cet humain qui lui semblait calme. Il manifesta sa joie et son affection en léchant goulument le visage du blond.
Je tournai mon regard vers le pokémon surpris. Je sentais une coulée de bave à l’endroit où le Solochi avait passé sa langue. Je ne comprenais pas d’où lui venait cet élan d’affection. Zane s’agita dans mes bras, détournant mon attention du dragon.

- Naoki, tout à l’heure il y avait un homme avec des œufs, commença le pokémon bavard. J’espère qu’ils ne sont pas cassés par ma faute, je ne savais plus où aller. Je devrais peut-être m’excuser. Je n’ai pas fait attention.

- Zane pour l’instant ne t’occupe pas de ça, on va d’abord te soigner, puis tu pourras t’en préoccuper après, dis-je doucement.

- Ça fait mal.

Après cela, le Zorua ferma les yeux. Je n’osais pas imagine la douleur qu’il devait ressentir. Je me sentis mal pour mon pokémon et impuissant face à la situation. En entendant les plaintes du sombrenard, le solochi posa sa tête sur ma cuisse, penaud. Son incapacité à voir avait créé cette situation, il s’en était pris à tout ce qui bougeait, en l’occurrence le zorua. À l’état sauvage, foncer partout était sa méthode pour découvrir son environnement, mais ici il n’avait pas besoin d’en faire autant. En sentant quelque chose frôler ses pattes. Il ouvrit les yeux et eut un frisson de terreur en reconnaissant son tortionnaire.

- Ah non tu ne vas pas encore essayer de me manger, trouve-toi une autre victime.

En réponse, le dragon d’unys lécha la patte de sa victime.

- Je crois qu’il regrette son impulsivité, maintenant, tentai-je de le réconforter.

- Je ne sais pas pourquoi il s’en est pris à moi, je n’avais rien fait. C’est Claw qui lui a sauté dessus, pas moi. Je ne faisais que le suivre.

Je tournai un regard noir vers mon farfuret. Comme je ne pouvais lui faire confiance dès que j’avais le dos tourné, c’était la dernière fois que je l’emmenais au centre d’adoption. Demain, j’allais le faire courir jusqu’à ce qu’il me supplie d’arrêter. J’avais été trop indulgent ces derniers temps avec lui, ça allait changer dès à présent. Son comportement aurait pu avoir un résultat encore plus grave. Claw se ratatina sous mon regard perçant, il savait qu’il n’allait pas s’en tirer sans conséquence, cette fois. Quant à Hoeru, il n’était pas question que je le fasse payer pour ma négligence. Il avait fait plus que sa part. J’aurais du savoir que le farfuret allait s’éclipser dès que possible pour faire un sale tour. Je retournai mon attention vers le zorua.

- Je crois qu’il l’a compris maintenant, reste calme.

Me souvenant de l’endroit où j’étais, je me tournai vers l’infirmière du centre et le visiteur. Il était accompagné de plusieurs pokémons, soit un trihoxydre, un dimoret, un momartik et un roucoul. Le dimoret semblait s’amuser follement de la mésaventure du pauvre Zorua. Des œufs avaient été posés sur le comptoir. Je repris l’embrylex dans mon bras, alors que de l’autre je prenais Zane. Après m’être relevé péniblement, mon équilibre devenu précaire à cause des deux pokémons, je me dirigeai vers l’infirmière. Mes pokémons me suivirent, la tête basse, l’air d’être des accusés condamnés au bucher. Le solochi me suivit, ne voulant pas me lâcher d’une semelle. Je venais à peine de le rencontrer et il m’avait déjà adopté. En m’entendant approcher, Aklas se précipita vers moi, nerveux. Puisque j’avais les mains pleines, je ne pouvais lui tapoter la tête pour le rassurer comme j’avais l’habitude de le faire.

- Ne t’inquiète pas, Aklas, ça s’est calmé maintenant, rassurai-je l’absol.

J’allais sûrement avoir l’occasion de lui expliquer plus tard, car je partageais tout avec mon premier pokémon. De toute façon, ce n’était pas vraiment le moment de discuter. L’absol se positionna auprès de moi. Kiseki s’agita dans les bras de Joëlle à mon approche. Je soupirai en me demandant comment j’allais la prendre alors que j’avais déjà deux pokémons dans mes bras. Elle sauta des bras de l’infirmière pour venir se percher sur mon épaule et se frotter affectueusement contre ma joue. Je m’adressai à l’infirmière, jetant un coup d’œil à l’invité. Son visage me disait quelque chose, c’était peut-être l’un des profs. Je ne devais pas l’avoir eu dans mes cours puisque je ne me souvenais aucunement qui il était.

- Excusez-moi, est-ce vous n’auriez pas quelque chose pour soulager Zane, le temps que je me rende à l’infirmerie, demandai-je d’un ton neutre. J’ai oublié mes trucs dans ma chambre, je ne pensais pas que mon farfuret allait prendre un solochi pour sa monture. D’ailleurs, je suis vraiment désolé du dérangement qu’ils ont causé. S’il y a quelque chose de briser, je viendrai le réparer.

J’avais l’impression que ces mots m’écorchaient les lèvres. Je n’aimais pas devoir m’excuser ainsi, mais je devais le faire et il n’était pas question que je me défile à cause de mon orgueil mal placé.

- Ne t’en fais pas Naoki, j’ai un onguent juste ici, ça va anesthésier un peu les blessures, me dit-elle en prenant un pot qui se trouvait sous le comptoir.

Je pris le pot qu’elle me tendait de peine et de misère. Alors que j’allais l’échapper, l’embrylex la prit dans ses petites pattes. Maintenant, ma principale préoccupation était de savoir comment j’allais pouvoir mettre l’onguent sur les blessures du sombrenard.

- Merci beaucoup, dis-je à l'infirmière.

En m’entendant parler, Zane ouvrit les yeux et plongea son regard dans celui de l’homme aux cheveux blancs.

- Monsieur, je suis vraiment désolé pour les œufs, ils n’ont rien de cassé j’espère, s’excusa-t-il d’une petite voix.

Spoiler:
 

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une adoption... Catastrophique[Pv. Arian]   Lun 26 Nov - 20:11

Le flocombien continuait à masser ses tempes, entre blasé et exaspéré. La scène qui venait de se dérouler avait complètement épuisé sa patience. Pourquoi, quelque chose avec aussi peu d'importance l'avait laissé presque à bout ? Parce qu'il était rentré il y a peu de temps d'un voyage scolaire-mission, parce qu'il avait eu les boules en voyant les œufs voler et manquant pratiquement de se transformer en omelettes, parce que plusieurs pokémons gueulaient et riaient à la fois, le bruit et les diverses actions se passant lui donnaient mal au crane.

Il avait choisi de ne plus suivre et avait pratiquement déconnecté de la réalité, se parlant à lui-même, le pensant, silencieux, soupirant. Il avait tout à fait l'air de quelqu'un d'aigri sur le coup, il n'y avait aucun doute. Heureusement pour lui, l’infirmière le « connaissait » et savait qu'il ne l'était pas. Par contre... quant à l'autre humain, le blondinet et ses pokémons, donc, ne le connaissaient nullement pas... Pourvu qu'il n'ait pas causé une mauvaise impression.

Arian n'écoutait plus ce qu'on pouvait dire dans le petit hall qui servait d'accueil au centre d'adoptions. Cependant, il entendait les excuses du chercheur, les plaintes du zorua, le nouveau fou rire moqueur de son dimoret, les petites phrases pleines d’inquiétude que sa momartik murmurait, ainsi que les mots rassurants de l’infirmière Joëlle. Ce ne fut qu'au moment où le zorua dénommé Zane lui parla, qu'il sortit de ses pensées :

_ Monsieur, je suis vraiment désolé pour les œufs, ils n’ont rien de cassé j’espère. s'excusa le sombrenard d'une petite voix.

En entendant ce ton de voix, l'entre-deux baissa lentement la main qui massait ses tempes, posant son regard changeant sur le pokémon de sa région. Ses prunelles prirent une teinte rouge sanguine, écarlate. Ceci était tout à fait involontaire, c'était à cause de ses changements d'humeur. Est-ce qu'il pourrait avoir quelqu'un plus lunatique que lui ? Il avait beau être exaspéré, quelques secondes avant, maintenant, il était plus calme et curieux vis à vis de l'état du zorua. Certes, sur le coup, ce qui s'était passé l'avait blasé, mais, la santé d'un pokémon était en jeu et un éleveur digne de son nom de pouvait pas l'ignorer.

Étant revenu à la réalité, il constata que l'absol était retourné auprès du blond et que Yuki s'était éloigné pour aller tapoter l’épaule de son confrère, le farfuret. Le pokémon glace et ténèbres expliqua à son cadet qu'un solochi était la meilleur « ami » qui soit puisque, une fois que tu t'entends plus ou moins avec lui, tu as droit à une bonne monture, à des promenades et à faire des bonnes grosses farces avec lui. Ensuite, Yuki désigna le trioxhydre, ricanant :


_ Diiii ! Dimoret ? Dimoret, dimoret ret, dimoret.... ! Dimoret ! Ret hehehehehhe ! *Tu le vois, lui ? Ben c'est mon meilleur ami et je l'ai bien fait chier au début, je te l'assure. Par contre, j’espère que tu as le cul dur, il risque de te mordre, ton nouveau pote, si tu n'apprends pas à traiter avec lui.* Commenta le dimoret, se marrant comme con, il avait cependant le sourire aux coin des lèvres, malicieux. Allez savoir à quoi il pensait, à cet instant même ! Quelle blague de mauvais goût préparait-il ?

_ Yuki, arrête de l'encourager à faire des mauvaises blagues. Je t'ai entendu. Intervint le flocombien, gardant son sérieux. Ensuite, il s'approcha un peu du blond avant de poser une main sur la tête du Zorua, esquissant un petit sourire se voulant être rassurant. Quant au dimoret, il sifflota, détournant le regard. Zane, je présume ? Ne t'en fais pas, « tout est bien si cela fini bien ». J’espère seulement que tu n'as pas trop mal. Sache qu'au moins, les morsures de solochi ne restent pas longtemps, cela guérit vite, même quand elles sont profondes, à cause de la forme de leur dentition. Expliqua-t-il auscultant le pokémon, discrètement avant de regarder le blond dans les yeux. Maintenant qu'il était près de lui, qu'il l'observait sans gènes, il l'avait sûrement déjà vu quelque part dans l'académie, il était était sur, mais qui c'était ? Il ne le savait pas, parce qu'il ne s'était pas intéressé à lui. J'ai l'impression de vous avoir déjà vu, jeune homme. Êtes vous un élève de l'académie se trouvant non loin ? Demanda-t-il, sans cesser de le regarder dans les yeux.

C'était sûrement une habitude, parce qu'ainsi, il savait si les gens mentaient ou s'ils n'avaient pas la conscience tranquille. Sans doutes aussi, par politesse, on regarde toujours les gens dans les yeux. La momartik tira doucement sur la manche de son dresseur avant de s'adresser à lui :


_ Moo momartiku? Tiku, momartik ...* A-chan, n'oublie pas de demander à l’infirmière si elle a besoin de quelque chose...* lui rappela Sion, lui faisant tourner le regard pour le poser sur elle.

Avec tout ça, Arian avait faillit oublier de demander quelques renseignement à infirmerie Joëlle au sujet des médicaments et des provisions sanitaires pour le centre d'adoptions. Il se pencha alors, sans faire tomber le roucool qui était agrippé sur son épaule, puis déposa un baiser sur le front de la momartik pour la remercier :


_ Merci beaucoup, Sion. Fit-il avant de retourner au comptoir afin de parler à l’infirmière. Mademoiselle, j'avais faillit l'oublier mais, avez vous besoin de quelque chose ? Il vous manquent des médicaments, des bandages ou des ustensiles ?

_ Ah, maintenant que tu le dis... On aurait besoin de plus d'incubateurs, un ou deux « collectifs ». Il y a de plus en plus d’œufs et de bébés pokémons alors on déborde un peu de travail... lui répondit-elle, riant un peu, nerveusement. Elle passa les œufs que le professeur avait apporté à l’hôtesse et à sa leveinard pour qu'elles les amènent dans la salle de repos.

_ Bien, je le dirais à Nagumo et il vous passera la commande. Vous les aurez d'ici la fin de la semaine, au plus. Ajouta-t-il, tournant la tête pour regarder le blond à qui il n'avait pas laissé le temps de répondre. Il s'accouda sur le comptoir, caressant le bec de son pokémon oiseau, avant de terminer son discours : Veuillez excuser mon manque de politesse. Je m'appelle Arian, Arian Cadell Philgard. J'enseigne l'art de la communication et l'entendement entre humains et pokémons, dans l'académie ci-proche. Vous êtes ? Je ne vous ai laissé le temps de me le dire, tantôt.
Revenir en haut Aller en bas
Naoki Hira
Chercheur taciturne
avatar

Féminin Vierge Dragon
Messages : 113
Date de naissance : 05/09/1988
Date d'inscription : 09/05/2011
Âge réel : 28

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 8 630 $

MessageSujet: Re: Une adoption... Catastrophique[Pv. Arian]   Ven 21 Déc - 3:42

Dès que Zane s’adressa à lui, l’expression du professeur sembla changer. Je remarquai que ses yeux changèrent de couleur, devenant rouge écarlate. J’en restai quelques instants interloqué, c’était la première que je voyais un phénomène de ce type chez un humain. Le Dimoret de l’éleveur s’approcha de son confrère non évolué. Il tapota son épaule en lui disant quelque chose qu’eux seul pouvait comprendre. Si j’avais utilisé mon don, j’aurais pus déduire en grande partie le message qu’il voulait transmettre. Par contre, je préférais m’abstenir en présence de d’autres humains. Habituellement, j’aurais pus compter sur Zane pour traduire ce qu’ils se disaient, mais il était très silencieux. Ça m’inquiétait beaucoup, j’en arrivais à m’ennuyer de son blablatage inutile.

Claw écoutait ce que Yuki lui disait, intrigué. Ainsi, les solochis pouvaient des très bons amis, puisque dès qu’on pouvait bien s’entendre avec lui, il faisait une bonne monture et permettait de faire de bonnes blagues. Le Farfuret haussa un sourcil, se demandant si l’ainé était vraiment sérieux ou s’il se moquait de lui. Le Dimoret désigna le trioxhydre, qu’il présenta comme son meilleur ami. Il raconta qu’au début il l’avait fait chier dans les règles de l’art, tout en l’avertissant qu’il devait avoir le cul dur puisqu’il risquait de se faire mordre. Claw ne put s’empêcher de porter l’une de ses mains à son postérieur, espérant éviter de subir le même sort que Zane. Le Farfuret considéra l'autre avec circonspection, son sourire ne lui disait rien qui vaille.

L'éleveur intervint aussitôt, lui ordonnant d'arrêter d'encourage le farfuret de faire des mauvaises blagues. Je restai pantois lorsqu'il qu'il l'avait entendu. Je savais que l'on pouvait déduire ce que le pokémons disaient avec l'habitude, lorsque nos liens se resserraient. Par contre, je sentais que c'était différent chez lui. Il s'approcha ensuite de moi, souriant au zorua estropié. Il l'ausculta tout en rassurant Zane puisque tout était bien qui finissait bien. Il lui souhaita qu'il n'avait pas trop mal. Je baissai le regard vers mon pokémon qui avait rouvert les yeux pour fixer le professeur. Ce dernier l'assura que les morsures de solochi bien que profondes guérissaient vites. Je sentis Zane se détendre dans mes bras, je partageais son soulagement. L'homme aux cheveux blanc expliqua que cela était du à la forme de leur dentition. Une fois l'examen terminé, il leva le regard vers moi me scrutant sans gène. Il affirma que mon visage lui était familier, ça m'étonnait qu'il se rappel avoir vu mon visage. Après tout, les professeurs avaient bien plus de monde à mémoriser que nous les élèves vis-à-vis de nos professeurs. Il me demanda si j'étais un élève de l'académie.

-Oui, je suis un élève de l'académie, répondis-je simplement.

Je n'étais pas le genre de personne qui s’épanchait facilement, ce que me reprochait constamment Aklas. Zane rejoignait son avis, me reprochant de ne pas rallonger la discussion quand j'en avais l'occasion. Je devinais que s'il avait été en état, il se serrait sûrement déjà chargé d'animer la conversation. Puis, la momartik de l'éleveur sembla lui rappeler quelque chose d'important puisque celui-ci détourna aussitôt son attention de ma personne. Il remercia son pokémon d'un baiser sur le front. Il semblait drôlement proche de ceux-ci pour leur témoigner autant d'affection. Ça me surprenait, puisque je n'avais jamais été porter à leur montrer mon attachement de cette façon. J'écoutais à peine ce que le jeune homme et l'infirmière se disaient. Les actes du professeur firent naître un doute en moi. Cela m'agaçait prodigieusement, puisque lorsque je songeais à aux sentiments, je n'y étais pas à mon aise. Je n'arrivais pas à savoir comment je devais me conduire. Je portai mon regard sur Zane, me demandant s'il savait à quel point j'étais attaché à lui. Je secouai la tête pour chasser ses doutes inutiles. J'avais ma façon de faire les choses et ce n'était pas pour autant que j'en aimais moins mes compagnons. Enfin j'espérais qu'ils le savaient, sinon j'allais leur faire comprendre à ma façon. J'aurais presque pus rire de moi à douter ainsi sur quelque chose d'aussi évident. Une nouvelle fois, je me rendais compte à quel point ma venue à cette académie m'avait transformé.

Je profitai de cet instant pour déposer l'embrylex femelle sur le comptoir. Celle-ci tenait toujours l'onguent, elle me la tendit aussitôt comprenant ce que je voulais faire. Je la remerciai, puis lit rapidement les instructions. Je pris un peu d'onglet sur mes doigts et l'appliquai délicatement sur sa blessure. À ma plus grande surprise, le zorua n'émit aucune plainte. Malgré la douleur apparente que suscitait le contact entre la crème et les blessures, il supporta stoïquement cette épreuve. Je terminai d'appliquer l'onguent, puis serrai mon pokémon contre moi.

-Bravo Zane, tu as bien fait ça, l'encourageai-je.

-Merci Naoki, d'ailleurs ça va déjà mieux, rétorqua le sombrenard. Au début c'était douloureux, mais à force ça devenait gelé et je ne sentais plus rien. Et puis le monsieur l'a dit, ça va vite guérir, alors je n'avais plus peur.

Du coin de l'oeil, je remarquai un mouvement de la part de l'homme aux cheveux immaculés. Je retournai mon attention sur lui, plongeant mon regard directement dans le sien. Il s'excusa de son manque de politesse, puis se présenta. Il s'appelait Arian Cadell Philgard, c'était un nom peu courant, il enseignait l'art de la communication et l'entendement avec les pokémons. C'était étrange comme matière, mais ça me semblait intéressant. Je n'avais pas encore suivi son cours, mais j'en avais entendu parler. La rumeur voulait que ce professeur aux méthodes excentriques ordonnait aux élèves de sortir leur pokémon dans son cours. C'était logique avec la matière qu'il enseignait. La prochaine fois que le cours s'offrirait, je me promis de le prendre puisque ça m'intriguait beaucoup. Maintenant que je le regardais de plus près, il y avait quelque chose chez ce professeur que je n'arrivais pas à saisir. Je ne pouvais mettre le doigt dessus, mais cela m'amenait à me méfier. Si j'en parlais à Aklas, il répliquerait sûrement que j'étais suspicieux vis-à-vis de tout le monde. Peut-être avait-il raison, mais je n'arrivais pas à baisser ma garde, pour l'instant. Pour moi, la confiance se méritait, ce n'était pas quelque chose que je faisais à la légère. Je demeurai impassible tout au long du monologue du professeur, jusqu'à ce qu'il me demande qui j'étais.

-Je m'appelle Naoki Hira, je suis à l'académie pour devenir chercheur, lui répondis-je Je suis curieux, l'entendement entre les humains et les pokémons ça consiste en quoi, brièvement ? C'est la première fois que j'entend cette expression.

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une adoption... Catastrophique[Pv. Arian]   Dim 17 Fév - 2:16

Le jeune homme aux cheveux blonds, avait répondu peu avant s'être occupé de son pokémon, lui appliquant un peu du baume que l'embrylex du comptoir lui tendait, qu'il était effectivement élève de l'académie où travaillait l'entre-deux. Arian l'avait don déjà croisé, sans doutes, dans l'un des nombreux couleurs, l'une des rares fois qu'il a pu faire cours ou bien, s'y promener. Suite aux dernières paroles du flocombien, l'adolescent lui adressa à nouveau la parole afin de se présenter rapidement, à son tour :

_ Je m'appelle Naoki Hira, je suis à l'académie pour devenir chercheur. Répondit-il donc.

Arian sentit qu'il y avait quelque chose d'étrange chez le jeune homme, cependant, malgré cette « légère » méfiance que le blond lui portait, il lui semblait très intéressant. Quelque chose attisait la curiosité de l'entre-deux aux iris sanguins. Mais qu'était-ce ? Le chercheur ajouta peu après quelques mots, sortant à nouveau Arian de ses pensées analytiques et hypothétiques à son égard.


_  Je suis curieux, l'entendement entre les humains et les pokémons ça consiste en quoi, brièvement ? C'est la première fois que j’entends cette expression. Termina ledit Naoki Hira.

Prenant une moue un peu pensive, le flocombien passa doucement une main sur son propre menton. Comment devait-il lui expliquer sans trop entrer en détails ni dans des explications étranges et philosophiques pouvant être confuses et ennuyeuses? Quelques secondes de réflexion lui suffirent à déterminer son discours, qu'il décida d'entamer directement :


_ Et bien, pour être sincère, c'est quelque peu de difficile d'expliquer. Cependant, globalement parlant, il s'agit d'un ensemble de connaissances et de techniques liées à diverses matières, divers domaines qui croisent l'ancien, le contemporain et le futuriste, dans le cas où, on envisage et traite des informations et des sujets passés, présents et futurs. Expliqua-t-il restant sérieux malgré le léger sourire en coin qui étirait ses lèvres. De quel genre de sujets je parle ? Par exemple, l'histoire commune entre les humains et les pokémons ou bien, la matière qui a donné son nom à mon cours « l'art de la communication et de l'entendement entre humains et pokémons ». continua-t-il, gloussant légèrement.

Le chef de la Team plasma s’éloigna un peu du chercheur. À ce moment même, Yuki s'approcha assez rapidement pour sauter sur le dos du trioxhydre qui décida de sortir du centre. Le dimoret ricana en faisant un petit signe de patte au farfuret du blond pour attirer son attention et lui montrer à quel point leurs espèces pouvaient être proches de ces dragons bichromates et voraces. Hors de l'enceinte du centre, le pokémon ténébreux chevauchait le dragon à trois têtes, se marrant. Ils parlaient déjà de leur prochain coup, du moins, ils le planifiaient, discutant l'affaire : où, comment, quand et les possibles conséquences.


_ Enfin, pour résumer, ma réponse serait qu'il s'agit d'un cours adressé autant aux humains qu'aux pokémons. Je peux vous faire autant un cours de cuisine pour améliorer vos poffins ou pokéblocs, comme un cours sur la psychanalyse basé sur un sujet pouvant être exploité archéologiquement ou historiquement. En gros, j'enseigne un peu de tout, tant que cela concerne la communication et l'entendement. Enseigner est un grand mot. Je dirais plutôt inculquer, qui veut apprendre apprend et qui non, sincèrement, il n'y aura pas de surprises à la fin de l'année. Ajouta-t-il, grattouillant le roucool qui était sur son épaule au niveau de la gorge, puis sous le bec.

L'entre-deux ne sut retenir un léger ricanement. Lui, au fond, il s'en foutait si on ne suivait pas son cours. Le simple bouche à oreille pouvait attirer des nouveaux membres, si les élèves qui l'écoutaient arrivaient à en convaincre d'autres, à les « convertir ». Manipulateur, calculateur, sadique... tout ce que vous voulez, il prévoyait la plupart des mouvements en avance, pesant les pour et les contre. Et, bien que parfois, il avait droit à quelques imprévus, quelques surprises, il pouvait toujours essayer de trouver un dernier recours. Il était rusé comme un feunard malgré son « jeune » âge, or, après tout, autant son éducation comme son entraînement ou ses expériences personnelles l'ont aidé à devenir Ce et Qui il est, maintenant.

Le petit roucool sembla avoir quelque chose à dire, et avait attendu jusqu'à ce que son éleveur ait finit de parler, pour ne pas l'interrompre. Il tourna un peu la tête, sans arrêter les gestes affectifs du professeur sur son plumage avant de s'adresser à lui :


_ Roou... Rou roucoouh rourou ! Rooouuuh ouh ouh cooouh rouuuh ? Roouuuh... ?*Euh... Arian, Yuki m'a dit que ton ami avait un fossile ! Tu penses qu'il va encore tardé beaucoup, à le réanimer ? Parce que ça date, non... ?* intervint le petit oiseau pokémon, penchant légèrement la tête sur un côté avant de baisser le regard. Il était curieux de savoir à quoi ressemblerait l'un de leurs « futurs » compagnons d'équipe.

Arian ne put s’empêcher de glousser. C'était la première fois, depuis que son équipe comptait avec ce roucool, qu'il lui parlait. Il ne s'était jamais adressé directement à lui, il était plutôt silencieux, voire timide. Il passa une main (celle avec laquelle il le grattouillait) sur sa tête avant de lui répondre, cette fois, en langage humain :

_ Il l'a toujours et j'ignore combien de temps il tardera à le réanimer. Je ne suis pas voyant, tu sais, Fawn ? Nagumo ne sait même pas encore, si c'est un mâle ou une femelle. Il nous le dira dans quelques jours ou des semaines, qui sait ? Termina-t-il, riant un peu. Pour un instant, il avait un peu « oublié », qu'il n'était pas seul avec ses pokémons et qu'il y avait un élève de l'académie.

Le petit roucool fit un petit geste de tête pour lui dire qu'il avait compris, même s'il semblait un peu déçu, du fait qu'il n'allait pas encore apprendre un peu plus sur son -ou sa- future ami/e type eau et acier. Quant à l’infirmière et l’hôtesse, elles savaient déjà comment était Arian, pour ce genre de choses, étant donné qu'il parlait tout le temps avec les pokémons, même quand il était « seul ». Elles ne prêtaient même plus attention, le voyant normal, du moins, comparé à d'habitude, lorsqu'il parlait dans cet étrange langage que peu comprenaient ou connaissaient.

Mot HRp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Naoki Hira
Chercheur taciturne
avatar

Féminin Vierge Dragon
Messages : 113
Date de naissance : 05/09/1988
Date d'inscription : 09/05/2011
Âge réel : 28

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 8 630 $

MessageSujet: Re: Une adoption... Catastrophique[Pv. Arian]   Mer 26 Juin - 21:00

Ma question sembla forcer le professeur à réfléchir à la réponse qu'il allait me donner. Apparemment le sujet était plus complexe que ce que j'avais escompté. Cela ne dura quelques secondes, puisque l'homme aux cheveux blanc se lança dans une longue explication. Il confirma la réflexion que je m'étais faite puisqu'il commença en affirmant qu'il était difficile d'expliquer ce que c'était. Il résuma cette matière comme étant un ensemble de connaissances et de techniques cumulant diverses matières. Tout cela se référait au passé, présent et futur. Il me donna quelques exemples de matière qu'il pouvait aborder dans ces cours, notamment l'histoire qui liait les humains et les pokémons ou la communication. Apparemment, l'enseignement de ce professeur était assez vaste pour englober diverses sujets qui parfois n'avaient en apparence rien en commun. Tout en gloussant, l'éleveur s'éloigna de moi.

Claw répondit au signe que lui faisait son ainé qui se trouvait maintenant sur le dos du trioxhydre. Cela confirma que l'amitié entre lui-même et le dragon vorace était possible. Le farfuret fixait son attention sur le Solochi, alors que les deux amis semblaient s'amuser ensemble. Le pokémon aveugle n'avait pas bougé d'un poil. Alors qu'il voulait s'approcher de son nouvel ami, car il était évident qu'il allait les suivre lorsqu'ils allaient sortir, Hoeru émit un grognement d'avertissement. La farfuret se figea, tourna son regard vers le maltose. Il jugea plus prudent de demeurer en place pour l'instant. Ils auraient tout le temps nécessaire pour faire plus ample connaissance plus tard. C'était mieux pour lui de faire profil bas, surtout qu'en cet instant le chercheur discutait avec l'autre humain.

Le professeur continua sur sa lancée en spécifiant que son cours s'adressait autant aux humains qu'aux pokémons. Je sentis que Zane s'agitait dans mes bras à cette explication. Les cours pouvaient prendre la forme de cours de cuisine, comme de cours de psychanalyse. Tout ce qui pouvait touché de près de loin la communication avec les pokémons. Toutefois, malgré ce résumé tout de même détaillé, quelque chose continuait de m'échapper. Je sentais que le professeur omettait certaines informations. Comme s'il avait un but caché derrière cette façade d'enseignant. Cela m'encourageait à rester sur mes gardes, mais me poussait à en savoir plus à ce sujet.

- Des cours de cuisine, ça serait génial, s'extasia le Zorua qui retrouvait peu à peu de sa verve. Naoki, il faut qu'on s'inscrive à ce cours. C'est génial un cours qui s'adresse aux pokémons. J'aimerais ça apprendre à faire de la popote.

Je partageais son point de vue, mais pas pour les mêmes raisons. Je voulais surtout comprendre les motivations secrètes de ce professeur, je n'aimais rester dans l'ignorance. J'allais sûrement devoir assister à ces cours pour me faire une meilleure idée, mais ce n'était pas une corvée pour moi. J'aimais apprendre, alors ce ne serait pas du temps perdu.

- Ne t'en fais pas, je vais bien devoir suivre ses cours un moment donné, rassurai-je mon pokémon bavard.

Pendant ce temps, le jeune professeur semblait s'occuper de son roucoul. Je profitai de ce moment, pour regarder autour de moi. Je réalisai que d'autre élèves entraient pour aller adopter des pokémons et que je leur bloquais le passage. Il serait peut-être temps pour moi de partir. C'était bien dommage, j'aurais bien aimé faire plus ample connaissance avec le professeur. Comme je n'arrivais pas à mettre le doigts sur l'information qui me manquait et ça me démangeait d'en savoir plus. J'allais devoir prendre mon mal en patience et je savais me montrer patient. Ma mère me disait toujours que chaque chose venait en son temps. J'avais réalisé avec le temps qu'elle avait parfaitement raison. Je repris l'embrylex dans mes bras, puis je remarquai la présence du solochi. Je devinai par sa posture qu'il désirait me suivre.

- D'accord, tu peux venir avec nous, mais il n'est pas à manger, lui indiquai-je en montrant le zorua.

Le pokémon aveugle s'agita, heureux que je veuille bien de lui. Zane réagit au quart de tour lorsque j'acceptai la présence de son tortionnaire.

- QUOI !? Non il n'est pas question qu'il vienne avec nous, j'ai pas envie de me faire encore dévorer le popotin par ce cannibal.

Je levai les yeux au ciel devant la réaction exagérer du Zorua. Il s'était bien calmé depuis et ce n'était pas comme si j'allais le laisser faire à nouveau.

- Zane, il va venir avec nous que tu le veuilles ou non, rétorquai-je doucement mais fermement. Par contre, je peux te promettre que je vais l'avoir à l'oeil pour que ton popotin reste indemne.

Le sombrenard jaugea ma détermination. Il sembla décider que ça ne servait à rien de me contredire puisqu'il n'ajouta rien. Il se contenta de marmonner des paroles que je ne compris pas. Kiseki se pencha de mon épaule pour lui tapoter la tête grâce à trompe. L'embrylex se contenta de fixer le pokémon sans rien faire, elle n'avait pas encore pris assez ses aises avec sa nouvelle famille pour faire quoique ce soit. Je détournai mon attention vers le professeur.

- Je dois partir, ça été un plaisir de vous rencontrer, le saluai-je. Bien que courte, cette rencontre à été assez instructive. Nous allons sûrement nous recroiser dans un de vos cours, enfin je l'espère.

Je le saluai, lui et l'infirmière Joëlle, d'un signe de tête avant de me diriger vers la sortie, suivit de mes autres pokémons. Je fus surpris de constater à quel point ils étaient calmes. Quoique le Solochi se déplaçait à coup de plaquage dans tout ce qu'il y avait autour de lui. Je grimaçai à chaque fois qu'il percutait quelque chose. Je comprenais mieux pourquoi il était couvert de cicatrice. Je me décidai de le guider jusqu'à la sortie du pavillon pour éviter qu'il ne se blesse inutilement.

_______________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une adoption... Catastrophique[Pv. Arian]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une adoption... Catastrophique[Pv. Arian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une adoption... Catastrophique[Pv. Arian]
» A propos d'adoption et de la Corée
» Idées faire-part adoption
» Nouvelle ville d'adoption :)
» Retrouvailles au centre d'adoption ! [PV : Benjamin Lewis][Fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: L'Académie :: Centre d'Adoption-
Sauter vers: