Partagez | 
 

 [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Mar 30 Oct - 19:38


Cela faisait près d'une semaine que le rosalien n'était pas sorti de sa chambre autrement que pour aller chercher de la nourriture pour ses pokémons. Cela faisait aussi, une semaine depuis ce malencontreux incident dans le cours du vieil homme qui avait "cassé" le médaillon de Nyanko, le rendant complément "inutile". Le félin, passait ses heures assit sur le lit, silencieux et immobile, mangeant aussi peu que son dresseur qui, ne mangeait que quelques baies de temps à autres pour donner l'exemple au miaouss aveugle.

Effectivement, Alawn avait séché ses cours de toute la semaine, ne suivant donc pas la moitié des consignes que le vieil homme lui avait donné à l'infirmerie. Quand il sortait pour aller  chercher de quoi manger, il était le regard des gens et était retourné à son mutisme de l'époque, semblant même sourd pour certains étant donné qu'il les ignorait. Il avait certes accepté d'aller en mission avec Kaiten-sensei, mais il refusait de reparler, comme quand il était toujours à Rosalia, avec son frère et sa belle-sœur.

Aujourd'hui était l'anniversaire de ses deux ans dans cette époque entièrement nouvelle et inconnue pour lui. Pensif, ce matin, Alawn saisit son koto pour jouer quelques notes, quelque chose qui puisse lui remonter un peu le morale parce que même ses pokémons n'avaient entendu plus sa voix depuis qu'il revint de l'infirmerie avec Nynko, le jour de ce fameux cours avec Drew Kaiten. Oui, on peut dire qu'il avait été traumatisé, en quelques sortes, sans compter qu'on ne lui avait jamais parlé de cette façon. Durant la semaine, il était sorti une seule fois, pour aller adopter Kayaël et Tomomi au centre d'adoptions, mais il avait eu besoin d'Arian pour retourner à l'académie, heureusement que le flocombien était de passage, parce que le rosalien ne savait même pas ce qu'était un pokématos. Cependant et malgré tout, il avait dû laisser Nyanko dans la chambre pendant ses brèves sorties, pour au moins, accomplir cette consigne afin que le vieillard ne rallonge pas le temps de « punition ».  

Ce n'était pas vraiment un jour propice pour partir en mission, mais c'était la bonne date. L'été commençait à céder lentement sa place à l'automne, le feuillage des arbres se teignait de rouge, ocre, orange ou jaune un peu plus chaque jour. Le roi doré avait encore le pouvoir et la force pour nous éclairer jusqu'en débuts de soirée, nous réchauffant et nous apportant un peu de joie quotidienne, même si celle-ci n'atteignait pas tout le monde. Triste, l'evoli vint voir son nouveau dresseur, posant ses petites pattes veloutées sur le rebord de l'instrument traditionnel. Les vibrations que le pokémon produit sur les cordes du koto en s'y appuyant, sorti Alawn de ses pensées. Kayaël le regarda dans les yeux, interloqué, avant de tourner la tête des deux côtés, désignant ses camarades d'équipe : ils s'inquiétaient tous pour lui et celui qui plus, Nyanko, vu qu'il se sentait tellement inutile en ne pouvant rien faire, que ça le démoralisait.

Le félin aveugle n'était pas principalement frustré d'avoir perdu sa concentration pour lui-même, mais pour le rosalien, à qui il devait protéger, ayant fait le sermon au légendaire doré, l'oiseau arc-en-ciel, le jour de l'incendie. Rompant enfin le silence, le félin se guida par son odeur jusqu'à son protégé, sautant du lit et venant contre lui, ronronnant un peu pour le rassurer afin de lui faire comprendre qu'il allait bien, que ce n'était rien, ce qui était arrivé et qu'ils allaient surpasser ces petits obstacles qui venaient entraver leur chemin. Les autres pokémons s’approchèrent et s’installèrent autour du brun, faisant bonne mine. Alors que Nina et Tomomi se frottaient contre le garçon d'antan, le tiplouf lui faisait signe pour qu'il se reprenne, pour qu'il ait courage. La leopardus s'assit à côté de Kayaël et de Kyo, fixant la fenêtre pour dire à Alawn de sortir. La petite wattouat était toujours blessée, mais elle fut aussi de la partie et, entre elle et le ningale, ils poussèrent la bandoulière jusqu'à l'adolescent voulant lui dire de se préparer pour le voyage.

Niniel leur sourit tendrement, avant de les caresser tous et de leur donner à manger, rompant son silence à son tour or ses pokémons, n'étaient pas fautifs. Il serait muet pour autrui, mais pas pour ses amis :


_ Merci à tous, je vais faire de mon mieux... Maintenant, mangez, un long trajet nous attend et on doit se préparer. Fit-il avant de ranger son koto, le laissant dans un coin de sa chambre.

Ensuite, le rosalien avala un casse-croûte, parce qu'il devait manger, même s'il n'avait plus d’appétit. Il ouvrit son armoire et rangea deux kimonos dans sa bandoulière, au cas où ainsi qu'une deuxième paire de geta et de tabi, un hakama de rechange et un haori un peu plus épais, au cas où il ferait froid à Lavanville. En fouillant dans ses affaires, il vit un ensemble qu'il avait depuis longtemps, que sa belle-sœur lui avait fait peu avant qu'il « disparaisse » et qui avait été parfaitement conservé, depuis, par son descendant. C'était certes des habits d'inspiration occidentale, mais, c'était déjà ça, un début pour son adaptation. Il enfila donc ce pantalon noir, des tabis et des bottes marrons dans lesquelles il fourra son pantalon, une chemise blanche par dessous un gilet rouge bordeaux et noir aux coutures et bords dorés, un obi blanc ainsi que des mitaines marrons claires.

L'originaire de Johto prit sa bourse et l'attacha à sa ceinture avant de prendre ses pokéballs et d'y faire entrer Merry qui pouvait pas marcher ainsi que Kayaël, Nina et Prince parce qu'ils commençaient à s'endormir avec le ventre plein. Il prit Nyanko dans ses bras alors que la leopardus marchait fièrement à ses côtés, près de l'autre miaouss alors que le ningale grimpa sur le dos du rosalien et s'y accrocha. Le massko, silencieux, suivit le petit groupe hors de la chambre. Alawn verrouilla par première fois sa porte avant de ranger les clés dans sa bandoulière et s'engagea dans les couloirs, rangeant rapidement ses pokéballs aussi et attachant ses cheveux en queue de cheval haute.

Déterminé, il marchait d'un pas discret mais léger, laissant ses pokémons le guider hors de l'académie par les escaliers de service afin de qu'on ne les repère pas aussi vite. Il sortit à la cour de derrière, évitant les endroits qu'il pensait importants tels que la salle de professeurs, la salle du vieux à la mentali, les bureaux d'administration et même, la cafétéria. Une fois dehors, une manœuvre très fragile devait avoir lieux : passer par dessous les fenêtres des classes où il était supposé avoir eu cours toute la semaine. Tout allait bien, jusqu'à ce qu'un chaglam sauvage se mette à miauler comme un damné, suivant Tomomi, qui l'ignorait royalement.

Apparemment, la féline le connaissait et le mâle l'avait suivie jusqu'ici, depuis qu'elle était avec son ancien dresseur et, à cause de ce maudit félin en chaleur, ils durent se dépêcher un peu pour s’éloigner des salles de cours au plus vite. Même si courir ne réussissait pas du tout le rosalien, comme bien l'avait son professeur, il accéléra le pas. Exaspérée, la petite princesse de l'équipe, se tourna vers le chaglam et lui sauta dessus, pour le griffer, feulant.

L'autre félin semblait tout de même être un peu plus fort, ayant une longueur d'avance à cause de sa taille, même si ceci ne dura pas longtemps. Tomomi fut enveloppée d'une éclatante lumière blanche avant d'évoluer à persian, ce qui découragea un peu le mâle qui s’arrêta dans son élan. Droite et fière, Tomomi fixa le chaglam avant de s'en éloigner, retournant avec le petit chercheur, même si, après quelques secondes de réflexion, le pokémon sauvage les suivit. Il ne comptait pas lâcher prise aussi vite. Un peu snob, la persian ignorait le mâle qui marchait auprès d'elle alors que le rosalien fut vite intéressé par celui-ci, s’arrêtant un instant, non loin des buissons de l'allée principale. Alors, il s'adressa au félin :


_ Tu nous suis ? Tu veux rester avec nous ou tu préfères nous attendre ? Parce qu'on part en voyage, même on reviendra vite, ça t’intéresse ? Lui demanda Caïn, murmurant pour que les personnes se trouvant dans l'allée ne l'entendent pas. Nyanko se blottit davantage contre le rosalien, quand il entendit cette question tandis que le chaglam regardait le brun et celle qu'il considérait comme SA femelle, avant de miauler, hochant la tête : il était partant en tout cas.

Histoire d'éviter un problème, Alawn sortit une pokéball, car il ne les utilisait pratiquement pas et si pokémon le voulait, il pouvait donc le capturer, selon ce qu'on lui avait expliqué. Il approcha la boule bicolore du mâle avant que celui-ci y entre, attiré par une lumière rouge. Ce ne fut qu'une fois que le brun fit signe à ses camarades de sortir et qu'ils commencèrent à traverser rapidement l'allée, qu'il refit sortir le chaglam. Ils n'étaient plus qu'à quelques mètres du portail d'entrée, pensant pouvoir aller faire un tour pour s'éclaircir les idée avant de devoir voir la tête de son professeur, Niniel perdit rapidement le sourire, ayant un très mauvais pressentiment. Serrant plus son miaouss contre lui, il fonça vers la sortie, les yeux clos. Comme ça, s'il y avait quelque chose à voir, il pouvait faire mine de rien, du moins, c'était ce qu'il croyait.


Dernière édition par Alawn Die Nennvial le Mar 25 Juin - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 24

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Mar 30 Oct - 19:59

14h, l’heure de s’en aller. Prenant son sac prêt depuis un bon quart d’heure déjà, le professeur se dirigea vers le portail d’entrée avec ses affaires. Il avait depuis quelques jours prévenu celui qui allait l’accompagner qu’ils partiraient vers 15h sans lui donner de lieu de rendez-vous. La raison ? Il savait très bien qu’ils se mettraient à partir plus tôt. La tentative de fuite d’Alawn était tellement évidente aux yeux du psychiatre que celui-ci était tout simplement en train de l’attendre à l’entrée de l’académie, planqué derrière le portail. Adossé à ce dernier, il attendit que la longue chevelure du jeune homme passe la porte pour mettre fin à cette tentative d’école buissonnière des plus pitoyables.

« Tu espères aller jusqu’où comme ça ? »

Le professeur ne le toucha même pas pour le stopper. Le ton de sa phrase ainsi que sa stature étaient suffisamment clairs pour lui faire comprendre qu’il n’y avait pas lieu de discuter avec lui. Drew avait d’excellentes raisons de lui demander de l’accompagner, mais il était normal que son « patient » n’en comprenne pas encore les raisons. Tout en marchant vers la gare qui allait les amener à Johto, le professeur lui fit par de sa déception face au comportement du jeune homme. Le corps enseignant lui avait expliqué qu’il ne s’était rendu à aucun cours de toute la semaine et qu’il se contentait de végéter dans sa chambre. L’adulte préféra ne pas l’accabler d’une punition supplémentaire. Néanmoins, il lui fit comprendre avec quelques mots bien placés que la durée de séquestration de Nyanko dépendrait grandement du comportement de son maître durant cette mission. A lui de profiter de cette occasion pour le libérer rapidement. Après quelques instants, le voyage put commencer. Un voyage long et sans grands évènements, n’offrant qu’une somnolence partielle à tous ces passagers harassés par les effets sur le corps des transports de longue distance. Drew n’ouvrit quasiment pas la bouche de tout le trajet, se contentant de proposer une sucette à Alawn ou à n’importe lequel de ses Pokémon qui en voudrait afin d’adoucir un peu la lourdeur de ces moments de vide. La sucrerie dans la bouche, le regard de Drew se reflétait sur la fenêtre, entrainant une énième tentative d’introspection infructueuse.

18h. L’heure d’arrivée du Train Magnétique en provenance de Doublonville pour Safrania. Le voyage de Drew et de son élève Alawn, avait été long et fastidieux. Pour cette fois d’ailleurs, le père de famille avait préféré laisser sa fille à la maison. La ramener ici avec lui n’aurait fait que la meurtrir un peu plus en ramenant à la surface des souvenirs douloureux. Toujours est-il qu’après des heures de trajet depuis Gakuen, le professeur avait épuisé une grande partie de sa patience sur les différents sièges qui rencontrèrent son royal postérieur. Préférant donc prendre un peu de repos avant de se mettre en route pour Lavanville, il guida le jeune androgyne qui l’accompagnait jusqu’à sa maison. Le bruit de la clé de la serrure lui donna accès à des odeurs familières qui rassurèrent l’homme marqué par les années. Tranquillement, il l’invita à entrer, ralluma le gaz, l’eau et l’électricité puis déposa ses affaires dans le hall. Il s’arrêta quelques instants lorsque son regard croisa une ancienne photo sur laquelle il souriait, accompagné des deux femmes qui ont marqués sa vie ainsi que Seriha. La poussière s’était accumulée sur le cadre et la vitre, rendant les visages méconnaissables. Poussière, c’était le mot qui convenait. Cela ne faisait que quelques mois qu’il était parti mais une fiche couche de ces particules minuscule s’était déjà accumulée sur les meubles et le sol. Bah, peu importe, il n’y resterait pas longtemps. Drew fit un rapide tour de la maison, lui permettant de constater que rien n’avait été volé, le commissariat de Police a donc du prendre au sérieux sa requête de faire une ronde quotidienne près de la maison afin de dissuader d’éventuels profiteurs. Une fois la petite inspection terminée, le propriétaire redescendit les escaliers et s’adressa à son hôte.


« Je dois sortir pendant quelques minutes. Je dois nous trouver de la nourriture et de quoi garantir le succès de cette « mission ». Fais comme chez toi en attendant. J’ai rallumé l’eau, le gaz et l’électricité donc tu peux te mettre à l’aise et t’occuper, voir prendre un bain si ça peut vous faire du bien à toi et à ton chat. Attendez-moi simplement ici et ne faites rien de stupide. »

L’homme aux cheveux poivre et sel claqua la porte et ferma le verrou afin d’éviter toute intrusion extérieure inattendue qui pourrait mettre son élève en danger. Après tout, il était actuellement sous son entière responsabilité. Alors que Drew marchait vers le bâtiment de la Sylphe Sarl, il repensait aux circonstances de son retour. Le proviseur avait reçu une requête d’aide provenant des autorités de Lavanville. Ceux-ci étaient impuissants face à la menace du fantôme d’une petite fille qui terrorisait les gens aux alentours, empêchant les employés de la Tour Radio d’assurer leur fonction. Etant donné l’origine du psychiatre, il espérait donc que celui-ci pourrait profiter de l’avantage de la connaissance du terrain. Le professeur avait accepté à condition d’emporter avec lui la personne de son choix. Cette personne fut donc Alawn qui démontra son besoin de murir lors de son premier cours avec Drew. Finalement, l’homme au costume sombre laissa les portes automatiques de la Sylphe Sarl s’ouvrir devant lui. Une fois à l’accueil, il demanda à voir le DRH. La demande était étrange, mais elle fut acceptée quand ce dernier entendit la voix de celui qui espérait le rencontrer au travers de l’intercom. En effet, le psychologue et lui avaient faits leurs études dans la même université. Les circonstances de leur rencontre étant donné leurs cursus complètement différents resteront sous silence pour cette fois, tout comme leur discussion d’ailleurs…

Après quelques minutes, la discussion se termina vers un aller simple pour la zone de stockage des produits. L’homme aux lunettes rondes et à la corpulence du même acabit déposa entre les mains de son ami un Scope Sylphe, élément indispensable à la réussite de leur mission qui leur permettrait de briser l’illusion du Pokémon Spectre à l’origine de cette terreur vécue par les habitants de Lavanville. Drew serra son ami dans ses bras quelques instants en lui rappelant que ce service serait à charge de revanche et qu’il espérait bien un jour le retrouver ne serait-ce que pour partager un diner le temps d’une soirée. Une fois l’item en poche, l’ancien étudiant sortit du bâtiment, se dirigeant cette fois vers le magasin pour réaliser quelques courses. On ne s’en va pas combattre et enquêter le ventre vide. Les courses terminées, son regard se perdit de nouveau, vers la lune cette fois. Combien de fois avait-il observé cet astre ainsi que les étoiles avec sa fille, trouvant en elles un moyen de répondre à des questions sur la vie, la matière, les raisons de l’existence par le simple fait d’une lumière céleste qui avait voyagé jusqu’à eux pour atteindre le cristallin d’un simple organe de perception de photons. L’émerveillement face à un effet scientifique connu et démontré, un sujet qu’il avait toujours adoré traité et qui avait d’ailleurs été la base de sa thèse pour obtenir son diplôme. Une fois cette pensée disparue, il retourna chez lui afin de nourrir à ses frais le jeune homme qui l’attendait ainsi que la tripotée de chatons casse-bonbons qui l’accompagnaient. La question était simple, qui allait être le plus casse bonbon des deux ? Le groupe de miauleurs, ou les Spectres ? Difficile à dire. La réponse vous sera révélée lorsque Drew ouvrira la porte de sa demeure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Mar 6 Nov - 0:12

« Tu espères aller jusqu’où comme ça ? »

La tentative de retarder la mission avec son professeur avait été plus que foireuse or, s'anticipant au rosalien, l'originaire de Kanto l'attendait déjà devant le portail de l’académie, adossé contre celui-ci. Il n'eut même pas besoin de le toucher ou l'approcher pour que le brun se raidisse et se plante sur place, droit comme un piquet. Par méfiance, le rosalien fit signe à ses pokémons pour les entrer dans leurs pokéballs, tous sauf le ningale, le caninos, la leopardus et le miaouss aveugle qui n'avaient pas de pokéball. Cependant, pendant que ce soit pendant le trajet à pied jusqu'à la gare comme celui en train, le professeur ne tenta rien envers ses camarades. Allez savoir pourquoi, en tout cas, il semblait déçu, pendant qu'ils marchaient.

Alawn suivit le vieil homme machinalement, muet. Il regardait tout sauf le professeur. Il ne se sentait pas à l'aise avec lui. Bien qu'épuisé physiquement à cause de son manque de sommeil, le jeune chercheur ne put ni sut trouver le repos pendant le trajet en train. Il était assit en face du psychologue, avec Nyanko entre ses bras, Shelter sur la tête, Nora couché à côté de lui, sur son siège et Felicia, à ses pieds, sans déranger le vieil homme ni le reste des voyageurs.

Les deux humains garderent le silence, pratiquement tout le voyage : Alawn renfermé dans son mutisme et le professeur qui ne dit quasiment rien, juste pour proposer une sucette à Alawn qui tourna la tête à ce moment, pour la refuser silencieusement. Ce fut Felicia qui se redressa et qui la prit dans sa bouche, s'en foutant de qui lui offrait cette sucrerie, or les problèmes entre les deux humains ne lui concernaient pas pour l'instant. Le félin aveugle resta calme, immobile, comme s'il aurait été une peluche pokémon, pendant que ses compagnons de voyage étaient chacun à leur occupations. Il tentait aussi bien que mal de se concentrer pour « voir » un peu, ce qui l'entourait, mais rien ne se passait et il avait peur de forcer, avec le médaillon cassé et que cela blesse ses amis.

Ce ne fut que vers dix-huit heures que le groupe fit une pause. Alawn n'avait pas été tres attentif au voyage, il se contentait de regarder le paysage et les maisons. Lui qui n'avait vu que peu de monde, pouvait parfaitement constater que rien n'était plus comme avant, comme à Rosalia à son époque, tout avait changé, même si ça, il le savait déjà. Il avait encore l'espoir de trouver ce Celebi un jour afin qu'il puisse au moins passer un message à sa famille, s'il ne pouvait pas le ramener chez lui.

Quelque peu distrait, il suivit son professeur jusqu'à sa demeure or ce dernier semblait être quelque peu fatigué. Il faut dire que les seules constructions « modernes » où il était entré c'étaient Gakuen, la maison de son descendant, qui avait rénové la petite maison en bois et papier de riz datant de son époque ainsi que le Centre d'Adoptions et le Centre Pokémon. Il n'était jamais allé en ville, enfin, si, pour faire les courses avec son descendant et il n'avait été qu'au marché, pas à la supérette, il ne savait même pas ce qu'était-ce.

Peu après que Drew ait déposé ses affaires dans le hall de sa maison, pendant qu'il s'occupait d'allumer les compteurs et le gaz, Niniel balayait les lieux du regard. Ni trop curieux ni trop sérieux, il ne pouvait pas s’empêcher de tout détailler, sans pour autant aller tout toucher. Trop intimidé pour bouger ou tourner le regard vers l'endroit où se trouvait son aîné, Alawn resta planté sur place, avec ses pokémons contre lui.

Shelter aimait son perchoir, Felicia et Nora restaient à ses pieds et Nyanko, entre ses bras, comme d'habitude. Nora se roulait par terre, aux pieds du rosalien, emportant une partie de la fine couche de poussière qui recouvrait le sol, ensuite, éternuant, il s’ébroua, renvoyant toute la poussière dans l'air, prenant une petite mine coupable dès que la leopardus l'incita à être calme et sage. Le psychiatre fit un tour rapide par sa demeure avant de revenir au hall, où se trouvaient ses affaires son invité, à qui il s'adressa par la suite :

_ Je dois sortir pendant quelques minutes. Je dois nous trouver de la nourriture et de quoi garantir le succès de cette « mission ». Fais comme chez toi en attendant. J’ai rallumé l’eau, le gaz et l’électricité donc tu peux te mettre à l’aise et t’occuper, voir prendre un bain si ça peut vous faire du bien à toi et à ton chat. Attendez-moi simplement ici et ne faites rien de stupide. Leur dit le professeur avant de claquer la porte derrière lui et la verrouiller sans laisser que la brun en place un mot.

Nerveux, il attendit que le pépé s’éloigne avant regarder ses pokémons : avait-il le droit de libérer les autres ? Et si son professeur s’énervait en les voyant chez lui, comme dans sa salle de cours ? Alawn prefera ne pas prendre de risques. Il resta un bon moment planté sur place, hésitant fortement à bouger mais, il avait une petite urgence : il devait aller aux toilettes pour vider sa vessie or il commençait à en avoir envie. Mal à l'aise, il alla à la recherche de la salle de bain, mais ce fut vain. Lui qui se perdait dans la maison de son descendant, qui ne pouvait même pas sortir au jardin à risque de ne pas retrouver la porte d'entrée, s'était perdu dans demeure. Il finit dans une des pièces de la chambre où se trouvaient quelques étagères avec des livres.

Le jeune chercheur approcha l'une des étagères et parcourut lentement et du bout des doigts, les reliures des livres, lisant quand il le pouvait, les titres des œuvres. Il se sentait bien dans cette pièce parce qu'il y avait beaucoup de livres, et il était habitué à ça : c'était un vrai rat de bibliothèque. Après un moment d’émerveillement face à la collection d’ouvrages du professeur, il se rappela qu'il devait aller aux toilettes. Désespéré parce qu'à chaque fois, il tombait toujours dans une pièce qu'il avait déjà vue sans trouver ces satanés chiottes, il libéra tous ses pokémons, sauf la wattouat parce qu'elle était toujours blessée. Au moment où il allait demander à ses compagnons de l'aider, il se souvint des mots du professeur, quand il insinua qu'il était trop dépendant de ses compagnons. Il baissa un instant le regard, c'était vrai après tout, mais il n'y pouvait rien. Il ne leur dit rien et alla s'asseoir sur les marches des escaliers, libérant sa dernière compagne pour la soigner, profitant pour changer les bandages à Nyanko aussi.

Bien qu'il avait envie de se soulager, après ce moment de comptabilité et de réflexion, il s'en oublia, laissant cela de côté : il allait attendre pour demander où se trouvaient les toilettes ou il sortirait dehors, comme au bon vieux temps. Plus il réfléchissait, plus il se sentait mal. Son esprit était un peu embrouillé et c'était comme une grande toile de migalos dont chaque fil était un souvenir ou une pensée : si tu tirais d'un des fils, d'autres attachés à celui-ci venaient aussi. Parmi ces pensées-là se trouvaient les mots que le vieil homme avait écrit sur un papier avant de le passer sous la porte des wc de l'infirmerie, quand le brun s'y était enfermé. Il ne comprenait pas tout et s'il ne se sentait pas aussi nerveux et intimidé par son professeur, il lui demanderais directement ce qu'il voulait dire. « Sybrater du Temps », qu'était-ce ? Pourquoi l'originaire de Kanto le cherchait depuis longtemps ? Qu'est-ce que tout cela voulait dire ? Pourquoi est-ce qu'il voulait à tout prix qu'il change, qu'il devienne un peu plus indépendant ?

Confus, le rosalien se recroquevilla sur lui-même peu avant que son coéquipier revienne à la maison. Il entendit la porte s'ouvrir et les pas du vieil homme mais il ne fit que lever un peu la tête, le regardant avant ses grands yeux ambrés avant de reposer son front contre ses genoux, tout aussi silencieux que ses pokémons. Il devait faire quelque chose... mais comment s'adresser à son professeur sans avoir besoin de bégayer, bafouiller ou rester en blanc devant lui ? Alawn tilta alors, il sortit son calepin et un crayon sur lequel il écrit avant tout, détournant le regard, un peu gêné :

« Kaiten-sensei, elles sont où les toilettes ? Après, cela... Pourriez-vous m'éclaircir quelque chose?»
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 24

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Ven 9 Nov - 20:19

Bien, c’était donc l’heure de rentrer. Alors que le psychiatre marchait dans la rue pour opérer un retour dans sa maison, son regard se posa sur la lumière qui passait à travers la fenêtre de sa bibliothèque. Alawn semblait donc être intéressé par cette masse de connaissances. Grand bien lui en fasse, si lire pouvait l’aider à se reprendre. Une fois arrivé, le professeur rentra donc avec les courses pour observer son élève replié sur lui-même et assis dans les escaliers avec ses Pokémon. Voyant l’homme de retour, il ne put aligner deux mots et eut l’idée d’écrire ses paroles. Drew récupéra le papier pour le lire puis finalement, posa sa main sur l’épaule du jeune homme.

« L’humanité a su évoluer jusqu’à développer un instrument de communication complexe mais qui a fait ses preuves. S’il est parfois compliqué de l’utiliser, si parfois les mots ne sortent pas, et même si ce système n’est pas parfait, nous ne sommes pas encore prêts à communiquer par monades, par idées. N’ai jamais peur d’utiliser ce système Alawn. Les toilettes sont derrière la porte juste en face de la bibliothèque que tu as visitée. Quand tu auras finis, rejoint moi dans la cuisine pour me poser ta question de vive voix. »

Le professeur laissa ainsi son élève se soulager tandis qu’il déballa les courses dans la cuisine. Afin d’aider son élève à l’apparence androgyne, ses courses étaient composés de différents ingrédients utilisés dans la cuisine traditionnelle rosalienne. Un souci se posa alors. Si Drew connaissait plutôt bien cette culture, il n’avait en aucune façon l’habitude de cuisiner de tels plats. Cette action était avant tout en faveur du voyageur temporel. Il voulait le rassurer un peu. Pour reprendre confiance en soi, rien de tel que de réaliser quelque chose que l’on sait faire ou bien manier quelque chose que l’on connait. Le psychologue espérait que son invité serait sensible à cette démarche. Mais c’était difficile de pouvoir s’en assurer. Alors que le veuf commençait à sortir les instruments de cuisine, notamment un couteau de taille impressionnante, il entendit un bruit témoignant que quelque chose était en train de toucher aux sacs de nourriture. Il se retourna immédiatement pour observer un Delcatty en train de mordre dans un sac de nourriture pour Pokémon. En effet, ne sachant pas quelle nourriture le jeune homme donnait à ses chats, il avait tapé large pour s’assurer que tout le monde ait de quoi mangé, d’où le surplus de sacs et le vide de son porte-feuille. Le professeur tint le couteau à l’envers comme le ferait n’importe quel professionnel du combat ayant adopté ce style de technique.

« Je ne te conseille pas de continuer. Les gourmands font les meilleurs repas. Plus de viande. »

La Delcatty cessa alors toute activité illicite, comprenant que même s’il n’était pas sérieux dans sa menace, il serait en revanche tout à fait capable de trouver une punition adaptée. Afin de le dérider un peu, elle se frotta à ses jambes de manière affectueuse.

« Et tentative de corruption de fonctionnaire avec ça. Tu t’enfonces. »

Drew caressa quelques secondes ce Pokémon qui avait au moins eut le mérite de le faire sourire pendant cette soirée, néanmoins, la décision fut sans appel.

« Tu mangeras en dernier. »

Ainsi donc, le paternel sans sa fille termina de répartir les ingrédients et les ustensiles de cuisine sur le plan de travail, attendant le retour d’Alawn pour commencer à préparer de quoi les sustenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Dim 11 Nov - 18:39

Le vieil homme originaire de Kanto saisit le calepin du rosalien pour lire ce qu'il lui avait écrit avant de poser une des ses mains sur l'épaule du brunet originaire de Johto. Alawn était toujours aussi effrayé, quand son professeur l'approchait de trop. Il lui avait fait une forte impression lors du premier cours alors, le jeune chercheur n'y pouvait rien. Faut avouer aussi que peu de gens l'ont approché de près et, ce n'est pas que c'est une bête de foire de laquelle on peut ou pas faire connaissance mais, comme il a toujours été très réservé, peu de gens ont eu le luxe d'être auprès de lui autrement qu'en le croisant ou l'invitant à manger sur la même table. Cependant, Niniel sentait que cet homme ne lui voulait pas du mal, malgré tout, alors, il tenta de ne pas montrer qu'il l'intimidait toujours autant. Il écouta attentivement ce que son professeur avait à lui dire :

_ L’humanité a su évoluer jusqu’à développer un instrument de communication complexe mais qui a fait ses preuves. S’il est parfois compliqué de l’utiliser, si parfois les mots ne sortent pas, et même si ce système n’est pas parfait, nous ne sommes pas encore prêts à communiquer par monades, par idées. N’ai jamais peur d’utiliser ce système Alawn. Les toilettes sont derrière la porte juste en face de la bibliothèque que tu as visitée. Quand tu auras finis, rejoint moi dans la cuisine pour me poser ta question de vive voix. Lui répondit le psychiatre avant d'aller à la cuisine, sans doutes pendant que son invité allait faire ce qu'il devait faire aux toilettes.

Alawn monta donc, emportant Nyanko vu qu'il ne pouvait pas le laisser avec les autres, au cas où il se paumait et ne revenait que longtemps après. C'est une maison, oui, mais quand on a un plus que piètre sens de l'orientation, même une chambre avec des obstacles sert à vous paumer... Les autres pokémons du rosalien restèrent sur les marches, tous sauf Nina.. Ah, quelle curieuse, cette delcatty... Elle avait suivi le vieillard à la cuisine et pendant qu'il commençait à sortir les trucs, elle était aller fouiller dans les sacs, pour voir ce qu'elle y trouverait d’appétissant : résultat, elle finit par se frotter contre le psychologue pour l'adoucir lorsqu'il s'était tourné vers elle avec un couteau. Même si c'était pour « rire », ça le paraissait moins quand on te parlait aussi sérieusement. Et, pour pas changer, comme quand Nina n'était qu'une skitty, Kyo entra dans la cuisine, prenant la féline par la queue et la traînant avec lui, regardant brièvement le vieil homme. Sérieux et nonchalant, le massko sortit de la cuisine avec la delcatty gourmande et impatiente.

Peu de temps après, quand Alawn vida enfin sa vessie, il se lava rapidement les mains avant de descendre au rez de chaussée pour rejoindre ses pokémons et son coéquipier. Alors qu'il déboulait par les escaliers, il vit son massko sortir de ce qui semblait être la cuisine, traînant la féline qui se laissait faire. Serrant toujours son félin entre ses bras, il entra dans la cuisine, frappant doucement à l'encadrement de la porte, pour dire qu'il était là et qu'il entrait tout de même. Il n'aimait pas entrer dans un endroit comme dans un moulin, surtout s'il y avait quelqu'un ou il n'était pas chez lui.

Niniel regarda son professeur, toujours aussi mal à l'aise. Il lui avait pourtant dit de lui poser sa question de vive voix à son retour, mais, c'était plus facile à dire qu'à faire, avec un blocage nerveux de la voix, ce n'était pas toujours fun. L'équipe du rosalien resta à l’écart, le surveillant silencieusement pendant qu'il tentait de parler avec le psychiatre. Alawn essayait de se calmer, respirant profondément avant d'essayer d'ouvrir la bouche pour dire quelque chose de relativement compréhensible :


_ Euh... je euh... enfin.... Vous souvenez-vous de ce que... ce que vous m'aviez dit par écrit dans l'hospice ? Je n'avais pas tout compris... Que vouliez vous dire par « Sybrater du temps » ? et pourquoi cherchez vous ces sybrater en question ? Demanda-il, restant près de la porte, assez loin du professeur comme pour pouvoir encore parler sans trop faire de pauses pour respirer ou se reprendre. Il baissa un peu le regard parce que son professeur l'intimidait, son regard perçant l'intimidait, plus concrètement.

Ce fut en baissant le regard que le rosalien eut l'occasion de détailler la cuisine, regardant tout ce que le professeur avait acheté pour faire le dîner. Il y avait de quoi préparer certains des plats traditionnels qu'il avait l'habitude de manger. Mais pourquoi est-ce que le vieil homme avait acheté tout cela ? Il aurait pu parfaitement acheter autre chose, sûrement quelque chose moins coûteuse ou plus nutritive, mais non, il avait prit de quoi élaborer un repas typique de la cuisine rosalienne. Le jeune chercheur fut touché par ce geste et leva le regard vers son aîné avant d'ajouter :


_ Avez-vous besoin d'aide pour préparer le dîner ? Lui proposa-t-il, timidement, sans hésiter. Ensuite, il s'approcha un peu, lentement. Voyant que les choses ne semblaient pas aller trop mal, les autres pokémons s’approchèrent de l'entrée de la cuisine, se couchant tranquilles près de la porte, où ils ne dérangeante pas, pendant que les deux humains s'occupaient de préparer le repas. Ils devaient se reposer, eux-aussi, cette mission ne risquait pas d'être aussi facile de ce qu'elle en avait l'air...
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 24

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Lun 12 Nov - 21:21

Les ustensiles de cuisine étaient prêt, le Massko d’Alawn avait eut la gentillesse de s’occuper du Delcatty, il ne restait plus qu’à attendre le retour du jeune élève auprès de son professeur. Retour qui aurait lieu une fois que ce dernier aura finis ses ablutions dans le lieu d’aisance. Ainsi donc, Alawn se dirigea vers la cuisine pour rejoindre Drew. Chose assez étonnante, son respect des bonnes manières allait jusqu’à le forcer à frapper à la porte de la cuisine pourtant grande ouverte, le psychologue l’observa alors d’une expression neutre, attendant ce qu’il avait demandé. A sa grande joie, Alawn réussis à balbutier timidement sa question, tandis que ses Pokémon étaient restés à l’écart. C’était bon signe. Si l’équipe du Rosalien était elle-même consciente qu’Alawn devait s’en sortir seul, c’était déjà un bon pas en avant. Seul Nyanko semblait encore déroger à cette règle, restant silencieux et presque sans vie entre ses bras. Le quinquagénaire laissa son cadet parler sans l’interrompre puis commença.

« Alors ? Etait-ce si compliqué que de parler ? Une fois qu’on sait comment se contrôler, refreiner ses angoisses, parler ne revient qu’à maitriser sa mâchoire et sa langue, chose que tu sais faire parfois mieux qu’un autre d’ailleurs. »

Il le vit baisser le regard. C’était pitoyable. Drew ne souhaitait pas avoir cette relation de dominant à dominé avec son élève. Sa seule supériorité face à lui venait de son expérience, de ses connaissances. Il méritait un certain respect, mais non pas une peur aussi viscérale. Avec un peu de chance, l’androgyne finirait par le comprendre bientôt. Aussi, lorsque ce dernier lui proposa son aide pour la préparation du diner, le professeur esquissa un léger sourire de satisfaction et lui tendit un couteau de cuisine.

« J’ai beau savoir cuisiner, je n’ai aucune idée de ce qu’on peut faire avec tout ça ni comment le préparer. Montre-moi tes talents. »

Drew se laissa alors guider par les instructions du jeune homme, ne sachant pas tellement à quoi allait mener cette symphonie de nutriments colorés qu’ils étaient en train de préparer tous les deux. Le professeur se contentait d’écouter et d’apprendre pour tenter de comprendre l’utilité de chaque étape nécessaire à la confection du diner de ce soir. Alors que la fin de la recette approchait à grand pas, il s’exclama :

« Y’a-t-il deux bipèdes parmi les feignasses à l’entrée de la salle qui pourraient nous mettre la table ? Nyanko et ton Massko feront l’affaire. »


Si c’était une demande pour l’un, cela était en revanche un ordre pour l’autre. En effet, que le Massko participe ou non, cela lui importait peu. Ce qu’il voulait en revanche, c’est que Nyanko se bouge le cul. Il semble n’avoir toujours pas réalisé que ses pouvoirs Psy n’avaient été qu’un pansement sur une plaie toujours ouverte : son handicap. La vérité c’est qu’il n’avait toujours pas su accepter son handicap, son silence actuel en était la preuve. Bien que Drew n’avait pas souhaité le priver de ses dons en le stoppant il y a quelques jours de cela, il considérait que la leçon serait profitable, à partir du moment où il trouverait comme le soigner, ce qu’il fera dès que possible d’ailleurs. Mais voila, aussi triste était sa situation, elle ne justifiait pas sa réaction. Et quoiqu’il arrive, il était hors de question que Drew emmène avec lui quelqu’un incapable de passer au-delà de son handicap, le danger serait trop grand. Le psychiatre posa de nouveau sa main sur l’épaule de Drew, lui faisant signe ainsi de laisser le Miaouss se débrouiller seul. Il pouvait être aider par le Massko ou par un autre Pokémon si cela lui chantait. L’essentiel était qu’il sache agir de lui-même et ne soit pas rebuter par la difficulté de la chose. L’essentiel était qu’Alawn, ne soit plus là non plus pour faire les choses à sa place, qu’il le fasse de lui-même, pour se rendre compte qu’être aveugle ne signifie pas être incompétent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Jeu 22 Nov - 19:45

« Alors ? Était-ce si compliqué que de parler ? Une fois qu’on sait comment se contrôler, refréner ses angoisses, parler ne revient qu’à maîtriser sa mâchoire et sa langue, chose que tu sais faire parfois mieux qu’un autre d’ailleurs. »
Le vieil homme originaire de Kanto laissa son élève parler, sans l'interrompre pour ensuite répondre par parties, à ses questions. Tout d'abord, il répondit en expliquant qu'il n'était pas aussi difficile de parler une fois qu'on savait ou pouvait contrôler et/ou refréner nos craintes. Il sembla même le complimenter pour comment il parlait, parfois. Cependant, lorsqu'il vit que le rosalien baissa le regard, celui ci ajouta, esquissa un léger sourire, satisfait, tout en tendant un couteau de cuisine au brunet :

_ J’ai beau savoir cuisiner, je n’ai aucune idée de ce qu’on peut faire avec tout ça ni comment le préparer. Montre-moi tes talents. Lui dit-il, acceptant sa proposition vis-à-vis de l'aide qu'il lui offrait pour le dîner.

Le psychiatre se laissa guider par le savoir faire et les instructions du rosalien qui, contrairement aux examens et aux exercices, c'était loin d'être la première fois qu'il faisait un repas, qu'il cuisinait. Alors qu'il ne prenait plus vraiment le temps de cuisiner pour lui-même, il passait des heures dans la cuisine pour ses pokémons, notamment pour les friandises ou la nourriture pour les « sorties » hors de l’académie.

Nyanko resta debout, contre les jambes du chercheur qui semblait un peu plus confiant, car les arts le détendaient. Oui, oui, les arts or, selon lui, la cuisine était un art et une science à la fois, approximative car pas tout le monde avait les mêmes goûts et il ne fallait pas des quantités précises, ni des ingrédients fixes. On pouvait toujours les arranger comme on voulait tant que le résultat final était satisfaisant.

Quelques minutes plus tard, alors que le riz était presque à point, tout comme le ragoût, le professeur s'exclama soudainement, faisant sursauter Alawn, qui ne s'y attendait pas du tout. Par chance, il n'avait plus de couteau à la main mais une cuillère en bois avec laquelle il remuait doucement le ragoût, afin de voir si les pommes de terre, la viande et les champignons étaient bien faits :


_ Y’a-t-il deux bipèdes parmi les feignasses à l’entrée de la salle qui pourraient nous mettre la table ? Nyanko et ton Massko feront l’affaire. Fit-il, sans aucune gène. Nyanko leva la tête un instant, vu qu'il savait parfaitement où se trouvait le vieillard, le « dévisageant ». S'il n'avait pas été aveugle et qu'il n'avait pas eu des bandages devant les yeux, on aurait pu voir le regard de tueur qu'il lui lançait.

Le félin se demandait comment il avait encore le culot de lui exiger des choses alors que, premièrement, il n'était ni son ami ni son maître et moins encore quelqu'un de la famille et, deuxièmement, à LUI, et pas à un autre, surtout, après ce qu'il lui avait fait. Il ne fit que s’éloigner un peu l'ignorant. Le miaouss aveugle n'attendait que Alawn le lui demande, sinon, il ne comptait rien foutre. Le Massko fit un peu la même chose, il traîna des pieds jusqu'à s'approcher de Caïn, le regardant, sérieux, mais interloqué, lui demandant du regard s'il devait vraiment le faire. Alanw ferma les paupières et hocha la tête, esquissant un léger sourire avant de regarder son miaouss et de lui adresser quelques mots:


_ Nyanko, tu peux le faire pour moi, s'il te plaît ? Tu n'as qu'à poser les couverts, Kyo posera les verres et les serviettes, d'accord ? Dit-il, s'adressant indirectement aux deux bipèdes. Ensuite, il regarda son professeur du coin de l’œil, posant le couvercle sur la casserole et éteignant le feu, ça il savait le faire, Aaron lui avait appris.

Ensuite, étant donné qu'ils avaient le feu vert, pour mettre la table, le massko se mit à fouiller ici et à la recherche des choses pour mettre la table, passant au félin certains trucs, qu'il posa sur la table bien, se guidant avec ses autres sens, juste pour montrer au psychologue qu'il n'était pas une loque, mais qu'il ne voulait (ni comptait) tout simplement suivre ni ses ordres ni ses dires ou conseils. Plus têtu que lui tu meurs... Quant au rosalien, il mit aussi le couvercle au riz puis saisit doucement sa casserole, s'approchant de l'évier afin de vider doucement l'eau en trop avant de le laisser reposer près du ragoût.


_ C'est bon, maintenant, il faudrait laisser reposer un peu le tout, pour que le riz ne soit pas dur à l’intérieur ni trop gluant. En attendant, si vous me permettez, je vais préparer le repas de mes pokémons. Je peux utiliser votre poste de travail ? Demanda-t-il, poliment. Ils n'avaient qu'à attendre quelques minutes avant de passer à table.

Alawn sortit hors de la cuisine pour aller chercher son sac qu'il traîna jusqu'à la cuisine. Il sortit des assiettes et de coupelles en terra-cota qu'il posa dans un coin de la cuisine, où ça ne gêne pas, sur le poste de travail. Il sortit une grande bouteille de lait meuh-meuh avec laquelle il remplit les assiettes pour les pokémons plus jeunes (son caninos et son evoli) puis il sortit deux boites : une qui était pleine de baies et l'autre, plus petite, où il avait des racines et des plantes médicinales sèches ou bien, traitées de façon à ce qu'on puisse les ingérer. Il prit des baies coupant en petits cubes les baies sucrées puis les autres, laissant pour la fin les épicées afin de ne pas « contaminer » le repas des pokémons qui n'aimaient pas ces fruits-là.

Ensuite, il mit des baies sucrées et sèches dans les deux gamelles avec du lait puis les autres dans le reste des plats avant de sortir un sac en tissu avec des sortes de croquettes artisanales pour les pokémon. Après avoir remplis les dernières gamelles, il prit celle de la wattouat chromatique, dans laquelle il rappa un peu d'une racine qu'on utilisait autrefois comme calmant en petites doses, parce qu'il était fort, puis, pour finir, il tritura entre ses doigts deux feuilles d'une autre plante, utilisée pour accélérer la cicatrisation. Cette dernière, il alla la poser devant le petit pokémon électrique qui bêla doucement pour le remercier.

Avec l'aide de Kyo, le rosalien donna à chaque pokémon son repas, et, voyant que le miaouss ne semblait pas très partant pour manger à table, il soupira et posa sa gamelle avec celle des autres félins. Le seul à ne pas toucher sa gamelle sur le coup, ce fut le ningale, qui renifla l'assiette et qui regarda son dresseur avant de s'approcher de lui et de lui grimper dessus : quelque chose n'allait pas chez lui... mais quoi ?


_ Qu'est-ce qu'il y a, Shelter ? Tu es malade, ce sont pourtant tes baies préférées... tu es un peu blafard... remarqua le jeune chercheur, caressant la tête de son pokémon, regardant s'il n'avait pas de la fièvre. Le pokémon secoua doucement la tête de droite à gauche pour dire qu'il n'était pas malade, qu'il se sentait juste bizarre. Tu es sur de que ç... ?

Le brun n'eut pas le temps de finir de phrase que son pokémon commença à dégager une forte lumière blanche. Surpris, le rosalien tendit ses bras devant lui, gardant son pokémon entre ses mains, sans le lâcher. Sa peau se déchira légèrement, comme l'aurait fait un cocon avant de s'ouvrir et laisser sortir un nouveau pokémon, qui grandit : il venait d’évoluer à ninjask. Cependant, lorsque la mue du ningale tomba parterre, celle-ci commença à bouger légèrement jusqu'à refermer un peu l'ouverture sur son dos. Celle-ci changea de forme aussi puis se mit à léviter : c'était un munja.

Ne sachant plus quoi faire, le rosalien regarda les deux pokémons à tour de rôle, palissant. Qui était-qui ou quoi ? Par chance, le ninjask était collant, donc, il reconnu son pokémon, soupirant d'aise. Maintenant, il avait un nouveau compagnon, cet étrange pokémon spectre :


_ Euh... Shelter ? Demanda-t-il, peu convaincu, à l'insecte spectral qui le regarda, silencieux. Non... je vais t'appeler Myst', cela te plait?

Le regard de ce pokémon donna des frissons au pauvre chercheur dont la situation lui échappait complètement des mains, son cœur manqua même un battement. Il laissa que son ninjask lui grimpe dessus, restant agrippé à son dos, la tête sur son épaule, malgré sa taille, puis tendit une main vers le pokémon inconnu qui ne recula pas, bien au contraire, celui-ci s'approcha. Ce n'était pas le ningale, certes, mais il gardait des traits de sa conscience, tout de même et des souvenirs qu'il partageait avec l'autre insecte. Voyant que le pokémon réagissait bien, il se détendit : la peur était passée, laissant seulement un pouls un peu accélère chez le jeune homme. Maintenant, il allait devoir s'habituer à trouver ce pokémon devant lui à son réveil ! Qui aurait cru que Munja et Ninjask venaient littéralement du même pokémon...


Dernière édition par Alawn Die Nennvial le Mer 28 Nov - 3:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 24

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Ven 23 Nov - 10:53

« Calme toi Alawn »

Le professeur avait laissé son élève utiliser le plan de travail pour préparer la nourriture de ses Pokémons, sans utiliser aucun des ingrédients achetés par lui-même par précaution. Le pauvre portefeuille du psychiatre en pleurait de tristesse d’avoir vu ses derniers billets partirent d’entre ses cloisons de tissus pour rien. Comprenant qu’il valait mieux ne pas gâcher, il laissa sortir Seriha de sa Poké Ball et posa ses autres « récipients à Pokémon » à côté d’elle.

« Je te laisse faire la distribution, tu sais qui a besoin de quoi de toute façon. »


Sa Mentali fit un signe de tête avant de faire léviter les sacs de nourriture et les Poké Ball hors de la pièce afin de ne pas déranger ceux qui étaient déjà en train de manger. Drew reposa son regard sur son élève pour reprendre ses conseils.

« Prend le temps de respirer. Ta faible constitution te fait légèrement trembler lorsque ton cœur bat plus vite. On peut presque en déduire ton rythme cardiaque. Ce Munja est un nouveau paramètre dans ta vie. Et alors ? Un nouveau paramètre ne signifie pas une mauvaise chose. Ça signifie simplement que ton quotidien sera quelque peu affecté par sa présence. Tu devras le nourrir, lui apprendre ta vision du monde, l’aider à coexister avec les autres. Mais ça, tu le fais déjà avec tous ceux qui t’accompagnent actuellement. Il n’est pas nécessaire que tu commences déjà à t’inquiéter. Apprend à le connaitre et si tu rencontres un problème avec lui, c’est à ce moment qu’être soucieux pourra être bénéfique. »

Voyant que la nourriture avait reposé, Drew fit signe à son élève de s’asseoir pour commencer à profiter de leur travail commun. Il déposa les plats sur la table et s’apprêta à servir le tout.

« Bien, est-ce que Messieurs Myst et Shelter veulent profiter un peu de notre repas pour fêter leur évolution ? »

Le professeur servit donc les convives en fonction de la réponse donnée puis se réinstalla, il commença alors à répondre à la question précédente d’Alawn.

« Est-ce que tu te souviens de ce que je t’ai noté sur le Dearth du Temps ? Celui-ci peut être activé par quelqu’un qui parvient à comprendre sa vision du monde et à la maitriser. Lorsque quelqu’un active son Dearth, on peut dire qu’il s’agit d’un Sybrater. D’après mes recherches, à ton époque voir plus loin encore, l’activation des Dearth était courante, et le titre de Sybrater ne pouvait pas être accordé à quelqu’un qui avait seulement atteint ce stade. Le Sybrater représentait à cette époque la personne parmi les partisans d’un Dearth qui disposait de la meilleure maitrise, au point d’en devenir presque un surhumain. Mais la partie sur les surhumains n’est que légende, rassure toi. De nos jours, l’activation d’un Dearth est un évènement tellement rare que je pense que l’on peut considérer que quiconque parvient encore à réaliser cet exploit est un Sybrater. »

L’élève du jeune cuisinier gouta alors la pitance qu’ils avaient préparés tous les deux, et il faut avouer, que du point de vue de la saveur c’était plutôt réussis !

« Pas mal du tout. Je tâcherai de garder tes techniques en mémoire. Mais tu vois, la cuisine c’est également un peu comme le Dearth du Temps si tu veux une image. Le passé représente tes ingrédients, le présent la manière dont tu les accommodes, et le futur le plat que tu obtiens. Tu disposes dès le départ d’une situation passée et tu te trouves devant un problème présent. Que faire avec les éléments en ta possession ? Et avec ceci, tu essayes d’obtenir un résultat bénéfique pour tous : ce plat que nous avons préparé. Le Sybrater du Temps est capable de comprendre les données passées, tes ingrédients et leurs caractéristiques, de connaitre les différents futurs possibles, rater le plat, le réussir, rajouter une sauce et donc, d’en déduire les actions à réaliser dans le présent pour atteindre le futur qu’il souhaite. »

Le professeur se contenta donc d’entamer son assiette, observant les réactions d’Alawn sur le sujet qui était donc abordé : la possibilité d’Alawn de devenir un Sybrater.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Mer 28 Nov - 4:37


Suite à cet étrange évènement que le rosalien et le vieux professeur venaient de « vivre », le psychiatre fit donna quelques ordres à son pokémon afin que celui-ci s'occupe du reste de ses camarades. Quant à Alawn, il commençait à s'habituer à la présence du munja. Lui qui était empathe, il se sentait étrangement en auprès de lui, il sentait une certaine malice, semblable à celle de son ninjask, cependant, il sentait aussi une énorme indifférence, un vide. Son nouveau pokémon était vide, c'était pourquoi la nonchalance occupait une bonne partie de son esprit. Ensuite, sentant le regard de son professeur et coéquipier pour cette mission, Alawn le regarda du coin de l’œil avant que celui-ci ne ré-entame un discours :

_ Prend le temps de respirer. Ta faible constitution te fait légèrement trembler lorsque ton cœur bat plus vite. On peut presque en déduire ton rythme cardiaque. Ce Munja est un nouveau paramètre dans ta vie. Et alors ? Un nouveau paramètre ne signifie pas une mauvaise chose. Ça signifie simplement que ton quotidien sera quelque peu affecté par sa présence. Tu devras le nourrir, lui apprendre ta vision du monde, l’aider à coexister avec les autres. Mais ça, tu le fais déjà avec tous ceux qui t’accompagnent actuellement. Il n’est pas nécessaire que tu commences déjà à t’inquiéter. Apprend à le connaître et si tu rencontres un problème avec lui, c’est à ce moment qu'être soucieux pourra être bénéfique. Commença-t-il avant de faire signe au rosalien pour qu'il s’asseoir. Le bouillon avait reposé et ils allaient passer à table. Ils avaient fait quelque chose ensemble, par première fois depuis leur... rencontre ? Qui aurait imaginé qu'un gamin traumatisé se serait rapproché un peu de son bourreau ? Bon.. c'est un peu fort comme mot, mais cela se rapproche un peu de la vision qu'Alawn avait de Drew au début. Elle va avoir du mal à être effacée, en plus...  Bien, est-ce que Messieurs Myst et Shelter veulent profiter un peu de notre repas pour fêter leur évolution ?

Les deux pokémons refusèrent à leur façon la proposition du vieil homme. Le ninjask bondit du dos de son dresseur au sol pour aller rejoindre sa gamelle, ayant finalement faim. Quand au munja, il le fixa un instant, lévitant près de son dresseur, silencieux. On ne le savait pas encore, mais, ce nouveau pokémon était muet, littéralement. Un spectre à part entière... La politesse n'avait jamais été le bol du ningale alors, forcement ni son évolution ni son ombre l'avaient apprise.

_  Est-ce que tu te souviens de ce que je t’ai noté sur le Dearth du Temps ? Celui-ci peut être activé par quelqu'un qui parvient à comprendre sa vision du monde et à la maîtriser. Lorsque quelqu'un active son Dearth, on peut dire qu’il s’agit d’un Sybrater. D’après mes recherches, à ton époque voir plus loin encore, l’activation des Dearth était courante, et le titre de Sybrater ne pouvait pas être accordé à quelqu'un qui avait seulement atteint ce stade. Le Sybrater représentait à cette époque la personne parmi les partisans d’un Dearth qui disposait de la meilleure maîtrise, au point d’en devenir presque un surhumain. Mais la partie sur les surhumains n’est que légende, rassure toi. De nos jours, l’activation d’un Dearth est un évènement tellement rare que je pense que l’on peut considérer que quiconque parvient encore à réaliser cet exploit est un Sybrater. continua le professeur avant de goûter leur repas, semblant apprécier le goût d'autrefois. Après tout, la cuisine, le chercheur il s'en connaissait bien. Il aidait souvent Chisaku (sa belle sœur) dans la cuisine. C'était bien la seule femme, après sa défunte mère, en qui il n'avait pas peur. Caïn continua donc à écouter son aîné, en silence, pendant qu'il mangeait tranquillement : Pas mal du tout. Je tâcherai de garder tes techniques en mémoire. Mais tu vois, la cuisine c’est également un peu comme le Dearth du Temps si tu veux une image. Le passé représente tes ingrédients, le présent la manière dont tu les accommodes, et le futur le plat que tu obtiens. Tu disposes dès le départ d’une situation passée et tu te trouves devant un problème présent. Que faire avec les éléments en ta possession ? Et avec ceci, tu essayes d’obtenir un résultat bénéfique pour tous : ce plat que nous avons préparé. Le Sybrater du Temps est capable de comprendre les données passées, tes ingrédients et leurs caractéristiques, de connaître les différents futurs possibles, rater le plat, le réussir, rajouter une sauce et donc, d’en déduire les actions à réaliser dans le présent pour atteindre le futur qu'il souhaite. termina-t-il, observant son élève tout en mangeant.

Alawn n'avait jamais pu comprendre ce système étrange dont son professeur lui avait fait part. Maintenant qu'il le comprend un peu mieux, même en le comparant à la cuisine, cela ne lui intéressait point et il ne manqua pas de le faire savoir. Étant un peu plus en confiance, il donna son avis, parlant assez, pour une fois, en présence de quelqu'un qui ne l'enchantait pas vraiment :


_ Franchement, je n'ai jamais entendu parler de « Dearth » ou de « Sybrater », jamais, jusqu'à ce que vous l'aviez mentionné dans l'infirmerie, sur papier. Je me rappelle de chaque mot et chaque virgule sur inscrites sur cette feuille blanche. Je suis très calme, seulement, vous ne pouvez peut être pas comprendre. La présence de Myst était quelque peu dérangeante or en l'ayant aussi près, moi qui ressens les sentiments des autres, humains ou pokémons je me suis senti vide et perdu au moment où il est apparu : c'étaient ses sentiments à lui. Commença-t-il tournant le regard vers le pokémon spectre qui vint se poser sur ses genoux, restant immobile. Alawn posa l'une de ses mains sur la tête de son nouveau compagnon avant de continuer : Ce n'est point la première fois que je traite avec des pokémons spectres, seulement... j'en ai des mauvais souvenirs. Mon aîné avait un spectrum qui était très farceur. Lors de son évolution à Ectoplasma, il a empiré et me réveiller le matin avec ce pokémon penché sur moi, n'était pas des plus agréables sensations...Soit. Myst est étrange, mais il n'est pas mauvais, je le sais, parce que je le sens, donc, comme vous l'avez si bien dit, cela risque de m'être bénéfique, avant tout. Expliqua-t-il esquissant un petit sourire, regardant son nouveau pokémon. De loin, Nyanko restait aux aguets, mangeant calmement, mais attentif à la moindre parole ou vibration dans l'air. Il n'aimait décidément pas le vieillard et, s'il avait pu lui crever les yeux le jour de leur rencontre, il n'aurait pas hésité à le faire, vous pouvez en être sur. Quant à ce que vous semblez avoir en tête, cette « possibilité » d'envisager une quelconque activation de Dearth ou je ne sais quoi, je vous le dirais sincèrement, pour moi, ce n'est ni un art ni une science. Si cela pouvait me mener jusqu'à Celebi ou si cela pouvait me donner des réponses à toutes les questions que je me pose, comme mes livres, je n'aurais hésité à entreprendre cette voie. Nonobstant, ce charmant professeur aux yeux pers m'encourage à suivre la voie que je jugerais la plus adéquate. Je compte retrouver Celebi, coûte que coûte et retourner au passé ou lui donner simplement une note pour qu'il la donne à mon frère et ma belle-sœur afin qu'ils ne se fassent plus du soucis. Ajouta-t-il, regardant son assiette, perdant lentement le sourire et gardant une moue qui est très rare chez lui, une expression jonglant entre le sérieux, le pensif et la froideur. Il n'avait plus du tout l'air innocent, sur le coup, comme s'il retrouvait d'un coup ses dix-huit ans, gestuellement : Ils sont indubitablement morts, de nos jours, mais pour moi, pour ma chronologie, il reste encore un espoir. Ces regrets que mon aîné transcrit dans son journal et les larmes de ma belle-sœur qui ont courut l'ancre par endroits, m'ont bien fait réfléchir... Sinon, laissant ceci de côté, bon appétit... acheva-t-il, fermant ses yeux un instant. Aussi sérieux que silencieux, il posa sa fourchette. Il ne craignait en rien la réaction du psychiatre, il n'avait fait que lui dire poliment que son « baratin » ne lui intéressait pas. Cela pouvait très bien être quelque chose d'important pour d'autres, mais, pour lui, ce n'était ni crucial ni indispensable donc, entièrement dispensable. Il ne risquait pas de changer d'avis -pour l'instant-, malgré tout, il était aussi têtu que ses pokémons !


Dernière édition par Alawn Die Nennvial le Mar 25 Juin - 20:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 24

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Sam 1 Déc - 19:04

« J’ai du mal à comprendre. Si tu n’en as que faire, alors pourquoi m’énonces-tu toutes tes variables et le résultat que tu espères ? »

La phrase avait été placée sans provocation. Elle n’avait pour but que de faire réfléchir Alawn sur ses réactions instinctives. Après tout, ne venait-il pas de poser le raisonnement d’un Sybrater du Temps, déjà décrit auparavant par Drew ? Alawn venait de lui expliquer la présence d’un nouveau point présent et la relié à un point passé déjà connu, tout en lui donnant le résultat qu’il venait d’atteindre. Si en général, le psychologue aurait interprété cela comme des pleurnicheries de petit émotif, ici, l’organisation des idées et la réflexion donnée étaient clairement disposées. Pourtant, Drew laissa la parenthèse des Dearth se clore ainsi. Son but n’était pas de souler son élève avec ces questions. Il ne voulait pas s’y intéresser ? C’était son choix, toujours est-il qu’il était loin d’avoir démonté la théorie de son aîné. Par la suite, il aurait aimé discuter quelque peu du sujet de Célébi, mais l’androgyne préférait également chasser ces pensées sombres de son esprit. Très bien. Bien qu’un peu déçu, le quinquagénaire ne se laissa pas abattre. Profitant du plat qu’il avait préparé avec son convive, sa réflexion se porta désormais sur Nyanko. Ce Miaouss était un véritable danger pour cette mission. La vérité ? Le professeur aurait aimé lui foutre un magistral coup de pied au cul au point de faire ressortir sa queue par la bouche le jour où il avait osé utiliser ses capacités Psy durant son cours. Mais parant au plus pressé, il avait dû frapper avec ce qu’il avait, provoquant ainsi le désarroi actuel de sa victime. Bien qu’il regrette non pas son geste, mais ses conséquences, il ne pouvait en revanche pas accepter que l’estropié de service participe à cette mission tant que sa rancœur gardait un tel niveau. Le professeur termina donc son assiette et discuta quelque peu des évènements qui allaient bientôt se produire.

« D’ici quelques heures, nous nous rendrons à Lavanville. On nous a demandé d’aider à résoudre le mystère des apparitions d’une petite fille qui erre dans la Tour Radio en disant qu’elle souhaite ‘jouer au ballon’. Le fait est que ses apparitions spectrales et incongrues ont donc fait fuir les employés de la Tour qui ne sont pas parvenus à se débarrasser d’elle. Je suppose qu’un Pokémon Spectre vivant autrefois dans la Tour Pokémon n’a pas accepté la perte de son habitat et a donc décidé de se le réapproprier. Étant donné que personne n’a encore réussit à démasquer qui il était, j’ai été cherché ceci tout à l’heure. »

Le professeur l’appareil de sa poche, sentant encore l’odeur de neuf de l’objet qui lui avait été offert.

« C’est un Scope Sylphe. Il permet de briser les illusions provoquées par les Pokémon Spectre. De ce fait, s’il l’on ne parvient pas à le convaincre d’arrêter de faire peur aux gens, nous pourrons le stopper par la force si cela devient nécessaire. Je vais te laisser terminer de manger, Sagi débarrassera la table. En attendant, j’aimerai que tu te familiarises avec son fonctionnement, voila le mode d’emploi. »

Drew fit glisser le morceau de papier jusqu’à son élève pour qu’il puisse commencer à s’instruire sur la méthode d’utilisation de cet appareil qui pourrait se révéler décisif dans leur périple. Le psychiatre se leva de table, brisant toutes les règles de politesse Rosaliennes et s’adressa au Miaouss.

« Nyanko, quand tu auras finis de manger, rejoint moi dans le bureau au premier étage et sans ton maître je te prie. Si tu veux participer à la mission pour protéger Alawn, je dois m’assurer que tu ne foutras pas cette opération en l’air. »

Accompagné de sa Mentali, le psychologue monta les escaliers pour se retrouver dans son bureau. Il s’agissait probablement de la pièce la plus grande de toute la maison. Elle recelait énormément de secrets et l’air qui flottait à l’intérieur était lourd de regrets et de rires qui se turent… Il s’assied sur sa chaise et laissa son amie sauter sur son bureau. Yeux dans les yeux, il finit par lui demander.

« Seriha, mon Dearth du Temps, dis moi. Est-ce que ce que je m’apprête à faire a la moindre chance de marcher ? »

Les yeux profonds de sa créature le pénétrèrent pendant quelques instants, un temps nécessaire pour qu’elle puisse comprendre la situation et en analyser les différentes conséquences. Après quelques instants, sa tête se pencha en avant, comme déçue du résultat.

Deep Sea of Tears

« Possible, mais peu probable n’est-ce pas ? »

Elle ne souhaitait pas répondre, son maître venait déjà de donner la réponse, inutile de dramatiser plus que nécessaire... Drew lui releva la tête pour la rassurer.

« Hé, tranquillise toi. Le monde ne va pas disparaitre pour autant. La question c’est de savoir, est-ce que tu es prête à faire un tel sacrifice pour moi ? Je comprendrai que tu ne veuilles pas. Tu risques de souffrir énormément. Mais je ne vois que ça qui puisse marcher. Je ne t’en voudrais pas si tu refuses. Mais s’il refuse de m’écouter et que tu ne souhaites pas en arriver là, je ne sais vraiment pas quoi faire de plus. J'aimerai pouvoir faire ça a ta place mais c'est impossible, ça ne marcherait pas. »


Seriha s’approcha de lui, collant son corps contre le sien. Le professeur, émut par cette réponse, la prit dans ses bras avec affection, des larmes d’une tristesse infinie coulant sur ses joues alors qu’un éclair se mit à éclater dehors, accompagné de ses propres larmes.

« Je suis désolé Seriha, je suis tellement désolé. Mais je n’abandonnerai pas. Je ferai tout ce que je peux pour abréger cette souffrance au plus vite. Pardonne-moi. Je t'en supplie, pardonne moi... »

Le psychologue ne réussit pas à maitriser ses émotions, laissant son sentiment de haine envers lui-même le submerger. Ce dont il était certains, c’est que s’il venait à utiliser cette solution, il ne trouverait pas le repos avant de l’avoir mener à terme. La fatalité n'est rien d'autre qu'une épreuve plus dure encore que toutes les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Mer 5 Déc - 17:31

Malgré tout ce qu'il avait dit peu avant, son passé l'avait assaillit, l'emportant assez loin de la réalité et le plongeant dans ses pensées. Il n'écouta pas ce que son professeur lui dit avant de lui énoncer qu'ils allaient bientôt se rendre à Lavanville pour continuer leur mission :

_ D’ici quelques heures, nous nous rendrons à Lavanville. On nous a demandé d’aider à résoudre le mystère des apparitions d’une petite fille qui erre dans la Tour Radio en disant qu’elle souhaite ‘jouer au ballon’. Le fait est que ses apparitions spectrales et incongrues ont donc fait fuir les employés de la Tour qui ne sont pas parvenus à se débarrasser d’elle. Je suppose qu’un Pokémon Spectre vivant autrefois dans la Tour Pokémon n’a pas accepté la perte de son habitat et a donc décidé de se le réapproprier. Étant donné que personne n’a encore réussit à démasquer qui il était, j’ai été cherché ceci tout à l’heure. Expliqua le vieil homme en sortant un étrange objet qui attira l'attention de son élève. Certes, il n'était pas trop branché sur la technologie, mais cette « magie » attisait sa curiosité au plus haut point. Il regarda attentivement son professeur, gardant sa moue sérieuse : C’est un Scope Sylphe. Il permet de briser les illusions provoquées par les Pokémon Spectre. De ce fait, s’il l’on ne parvient pas à le convaincre d’arrêter de faire peur aux gens, nous pourrons le stopper par la force si cela devient nécessaire. Je vais te laisser terminer de manger, Sagi débarrassera la table. En attendant, j’aimerai que tu te familiarises avec son fonctionnement, voila le mode d’emploi. Ajouta-t-il avant de faire glisser le document jusqu'à Alawn afin qu'il puisse le lire -et ou l'apprendre-. Ensuite, il se leva de la table et s'adressa directement au miaouss aveugle, ce qui fit un peu tiquer son dresseur. Non pas par énervement, mais, il s'en méfiait. C'était plus fort que lui or, voyant qu'ils ne s'entendaient franchement pas du tout, alors, valait mieux prévenir que guérir. Nyanko, quand tu auras finis de manger, rejoint moi dans le bureau au premier étage et sans ton maître je te prie. Si tu veux participer à la mission pour protéger Alawn, je dois m’assurer que tu ne foutras pas cette opération en l’air. Termina-t-il avant de partir à l'étage, accompagné de sa mentali.

Alawn se tourna un instant, regardant ses pokémons, qui étaient aussi interloqués que lui. Nyanko étouffa un grommellement étant donné qu'il sentait le regard de son protégé sur lui. Ce n'était pas qu'il était hypocrite, mais, qu'il avait un visage pour ceux qu'il appréciait, un pour ceux dont il était complètement indifférent et un pour ses ennemis ou les personnes qu'il n’appréciait pas.

Le jeune chercheur finit de manger tranquillisent tout en laissant que le riolu surnommé « Sagi » débarrasse la table. Ensuite, il rinça rapidement les gamelles de ses pokémons, or ils avaient aussi fini de manger puis les rangea avant de passer un chiffon humide sur le plan de travail et la table, une fois débarrassés. Quant à ses camarades d'équipe, ils s'étaient installés dans le hall, là où ils ne dérangeraient pas. Les plus jeunes et la wattouat préféraient dormir un peu avant de faire quoi que ce soit d'autre tandis que les autres préféraient digérer leur repas en glandant un peu, couchés par terre.

Pendant que Alawn restait assit sur les marches du hall, lisant le mode d'emploi du Scope Sylphe, son utilisation lui faisait largement penser à ce qu'on faisait à son époque avec les hoothoot. Beaucoup de gens en avaient et une vieille femme qui venait souvent acheter des herbes contre les rhumatismes à la boutique de sa mère en avait un, toujours perché de son épaule. Alors, qu'on pouvait être aidés par un pokémon avec son attaque Claire-voyance, pourquoi est-ce qu'on avait inventé une machine pour le supplanter ? En tout cas, pendant qu'il se concentrait sur ce petit document plié en trois, son miaouss alla rejoindre le psychiatre à son bureau, se guidant par son odorat. Il le méprisait, certes, mais c'était la parfaite occasion pour lui en mettre pleine la gueule, sans que Alawn soit présent. Ah... comme il avait envie de se faire les ongles sur toutes les portes et les meubles qu'il trouvait !

Nyanko attendit un instant, avant d'entrer dans la pièce or il entendait le vieillard parler avec son pokémon. Cependant, ce ne fut pas par politesse qu'il n'entra pas directement, mais parce qu'il voulait entendre ce qu'ils disaient. Manque de change pour lui, il était arrivé vers la fin, alors que le professeur demandait à la mentali de le pardonner. Pourquoi le pardonner ? Qu'avait-il fait pour qu'il implore le pardon de son pokémon ? Finalement, cela lui importait peu, mais ça lui révélait une facette du vieil homme qu'il n'avait pas eue, celle d'un homme qui avait un cœur, malgré tout.

Certes, cela n'allait pas attendrir le félin aveugle, mais il allait être plus... clément ? Il entra alors, s'asseyant non loin du psychologue, silencieux et aussi droit que froid. Il était sérieux de nature, mais aussi rancunier ! Il attendit quelques secondes avant de réclamer -par le biais de signes- de quoi écrire. Il n'allait pas se taire, cette fois.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 24

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Dim 9 Déc - 10:11

Nyanko entra finalement dans le bureau. Drew, assied sur sa chaise, lui tournant le dos, déposa son Pokémon sur son bureau avant de se retourner pour lui faire face. Seriha, resta calmement assise sur le meuble en bois, laissant, tout comme son maitre, la lumière des éclairs masquer les émotions que portaient leurs visages. Le bruit de la pluie couvrait leurs sanglots réprimés, et l’ombre ne permettait pas de voir les larmes qui parvenaient encore à se frayer un chemin hors de leurs yeux. Mais ils étaient d’accord. Animés par une même volonté d’en finir avec cette rivalité idiote qui risquerait tôt ou tard de causer la mort de quelqu’un, ils avaient tous les deux fait le même choix, espérant que Nyanko ne les pousserait pas à aller jusque là. Le Miaouss réclama de quoi écrire, une requête que Drew accepta sans rechigner. Il récupéra dans l’assemblage et l’enchevêtrement de xylème et de phloème vernis et vieillis par le temps, de quoi permettre à son hôte de transmettre ses pensées. Il déposa le papier et la plume à ses côtés puis repris sa place à quelques pas de lui.

« Nyanko, l’état de notre relation va mettre en péril la vie d’Alawn. Non content de nous détester mutuellement, nous lui causons du tort en lui apportant des tracas supplémentaires mais en plus en le poussant à réaliser des choix toujours basés sur sa propre protection et non sur son épanouissement. Je ne sais pas comment tu vois la chose en tant que plus proche ami, mais moi, en tant qu’enseignant, dont le but est de faire en sorte d’aider ces jeunes garçons et ces jeunes filles à s’émanciper et à trouver un sens à leur vie, cela m’est inacceptable de voir Alawn se replier sur lui-même sans chercher à changer sa situation, se basant sur un rêve, une volonté qu’il n’est pas prêt à rendre réel. »

C’était vrai. Du moins, pour Drew ça l’était. Après tout, Alawn voulait retrouver Celebi pour retourner dans son époque ? Mais comment pouvait-il ne serait-ce qu’espérer retourner à son époque ? Le voyage dans le temps ne fonctionne pas comme ça. La disparition d’Alawn dans le passé a provoquer des changements irrémédiables qu’il serait illusoire de vouloir réparer. Sa volonté d’adresser un message à ses proches en revanche était louable, et plus terre à terre. Mais de toute façon, quelque soit ses options, elles impliquaient toutes de retrouver Celebi. Et Alawn n’était pas prêt pour ça. Si sa volonté était faite, sa réflexion était loin d’être aboutie. Qu’allait-il faire ? Fouiller le monde entier ? A-t-il seulement songé au moyen de se rendre aux endroits dans lesquels Celebi a été observé telles que le Bois aux Chènes ou les Ruines Samaragd ? Non, et la raison était simple, il n’était pas prêt pour un tel voyage, pas prêt de quitter Gakuen.

« Aujourd’hui, on nous a confié une mission qui implique des dangers certains. Je ne peux pas me permettre ni à Alawn, ni à toi de courir des risques inutiles. Je sais très bien que malgré ta cécité, tu es parfaitement capable de te défendre voir de faire de même avec Alawn. Je ne doute pas que ton attaque Morsure doit en avoir effrayé plus d’un d’ailleurs. Mais le problème n’est pas d’être conscient de tes compétences mais de savoir si tu sauras les utiliser à bon escient. Je ne te demande pas d’obéir à mes ordres durant cette mission, ce serait peine perdue et je n’ai d’ailleurs pas envie qu’on ait ce genre de rapport, c’est idiot et puéril. Ce que j’ai besoin de savoir, c’est si je peux avoir confiance en toi quand le danger sera présent. Pendant cette opération, ton comportement envers chaque membre de cette équipe devra être identique et devra de plus faire preuve d’un esprit d’équipe. Est-ce que tu es prêt à prendre cet engagement ? Que dois-je faire pour que tu acceptes de le prendre ? »

Le visage toujours dans l'ombre, Drew, les bras croisés, attendait des réponses claires et franches, se passant de toute hypocrisie ou tergiversation. Il y avait un problème entre eux, il était désormais temps de trouver le moyen de le régler.

*Fais le bon choix Nyanko. Ou montre moi comment t'aider à le faire.*

[HJ – Un peu beaucoup très court, je tâcherai de faire mieux pour plus tard, mais je suis vraiment overbooké.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Sam 22 Déc - 0:51


Le félin aveugle n'attendit point et saisit ce que le vieil homme lui avait donné. Il prit bien la plume avec sa patte gauche, tout en écoutant ce que le psychologue avait à lui dire. Quand ce dernier lui expliquait que leur relation actuelle mettait en danger le petit protégé du miaouss, Nyanko était d'accord. Cependant, au moment où il commença à lui dire d'une certaine façon que ce qu'il faisait n'était pas vraiment correcte parce que cela attentait contre le développement d'Alawn et qu'il ne pouvait pas continuer à baser ses décisions sur un rêve il se mit à écrire rapidement, restant aussi stoïque que d'habitude.

Certes, le professeur avait eu bon, pour une partie, mais Nyanko n'était pas du tout d'accord avec l'autre, l'originaire de Kanto semblait vraiment penser ce qu'il disait. Nyanko avait parfaitement compris de quel « rêve » parlait-il, du fait de vouloir retrouver Celebi alors que cela semblait aussi farfelu que compliqué, voire pratiquement impossible. Le félin était en train d’écrire un pavé, pensant au rosalien, qui devait pas se sentir très à l'aise en ce moment, étant dans un lieux inconnu avec un tel orage, quand le psychologue continua son discours :


_ Aujourd’hui, on nous a confié une mission qui implique des dangers certains. Je ne peux pas me permettre ni à Alawn, ni à toi de courir des risques inutiles. Je sais très bien que malgré ta cécité, tu es parfaitement capable de te défendre voir de faire de même avec Alawn. Je ne doute pas que ton attaque Morsure doit en avoir effrayé plus d’un d’ailleurs. Mais le problème n’est pas d’être conscient de tes compétences mais de savoir si tu sauras les utiliser à bon escient. Je ne te demande pas d’obéir à mes ordres durant cette mission, ce serait peine perdue et je n’ai d’ailleurs pas envie qu’on ait ce genre de rapport, c’est idiot et puéril. Ce que j’ai besoin de savoir, c’est si je peux avoir confiance en toi quand le danger sera présent. Pendant cette opération, ton comportement envers chaque membre de cette équipe devra être identique et devra de plus faire preuve d’un esprit d’équipe. Est-ce que tu es prêt à prendre cet engagement ? Que dois-je faire pour que tu acceptes de le prendre ? Fit le vieil homme, restant des bras croisés, dans la pénombre, achevant ainsi son discours.

Nyanko continua à écrire, même s'il le faisait de travers, il posait son autre patte sur le papier, de temps à autres afin de tâter l'endroit où il devait écrire, il reconnaissait le toucher de l'encre, quelle qu'elle soit et la sensation humide qu'il ressentait sous la patte quand il touchait les mots écrits sur le papier, le guidaient. Il lâcha l’ustensile calligraphique avant de saisit sa feuille et de la tendre à son aîné. Bien qu'il y avait des bavures à certains endroits de la feuille et des gribouillages qui servaient à corriger quelque chose qu'il avait écrit, remplaçant ce qu'il avait griffonné en réécrivant sur la tache, il restait parfaitement lisible :

«  D'une part, j'ai beau être d'accord avec vous sur le point que notre relation est lassante et qu'elle peut mettre en danger mon protégé, cependant, je n’adhère pas pour le reste. Rechercher Celebi, si c'est ce que vous aviez en tête, n'est pas un rêve inutile. On le retrouvera tôt ou tard et sachez qu'on a déjà quelques indices. Malgré les apparences, Alawn est quelqu'un de persévérant, qui ne laisse pas tomber aussi facilement. Je doute qu'on retourne à notre époque, il veut juste envoyer un message à son frère aîné et sa belle-sœur, afin de les rassurer. Ils le croyaient mort et l'avaient cherché pendant très longtemps. Alawn se sent coupable d'avoir voulu chercher Celebi le jour qu'il on a été transportés à ce temps. Ce n'est pas pour une fin égoïste qu'il veut retrouver ce génie des bois. On a quelqu'un qui pourrait nous aider à trouver ce pokémon ou du moins, trouver des traces récentes de ses apparitions.

D'une autre part, en ce qui concerne cette mission, je connais parfaitement ma place, la votre et celle de mes coéquipiers. Nul besoin de me le rappeler. A différence de ce que vous pensez, obligations et avis personnels ne se rencontrent que peu lors des missions. Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire. Je veux juste vous prévenir de quelque chose : ne touchez brisez pas Alawn. S'il a instauré sa bulle, ce n'est pas pour rien. Vous qui êtes supposément psychologue ou psychiatre, ou je ne sais quoi, vous devriez comprendre... Enfin. Soit. Vous n'avez rien à faire pour que j'accepte l'engagement. Je ne le fais pas pour vous, mais pour ce garçon que j'ai pratiquement élevé, à moi seul. Ne vous faites pas des fausses idées. »


Pendant le temps que Nyanko exposait son point de vue, restant tout de même assez hautin, mais poli, ravalant sa fierté -en grosse partie-, parce qu'il détestait se justifier quand il jugeait que ce n'était pas nécessaire, le rosalien finissait de lire le mode d'emploi du Scope Sylphe à moitié affalé sur les marches des escaliers. La moitié de son équipe dormait déjà et la chaleur de ses pokémons contre lui, lui donnaient envie de dormir. Niniel s'assoupit, le document et l'appareil à la main. Le voyage l'avait fatigué et pour lui, il était très tard, étant donné qu'il avait l'habitude de se coucher dès que le soleil disparaissait derrière l'horizon. Le ventre plein et la fatigue l'avaient emporté.


Spoiler:
 


Dernière édition par Alawn Die Nennvial le Ven 11 Jan - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 24

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Sam 29 Déc - 19:05

Le professeur laissa le chat écrire tandis que la pluie continuait à tomber inexorablement. Une fois que celui-ci eut terminé, il récupéra la feuille pour la lire. C'était d'ailleurs plutôt pas mal, Drew ne risquait pas d'accepter ça comme dissertation mais pour un Pokémon, il fallait bien avouer que c'était admirable d'être parvenu à apprendre à écrire. Bref, le quinquagénaire se mit à lire ce que son invité avait à lui dire. Au vu de la première lecture, il y avait une incompréhension au sujet du rêve d'Alawn, en revanche, en ce qui concerne sa bulle, c'était plutôt bien cerné. Le professeur alluma la lumière, voyant que la lune et la lueur qu'elle offrait ne parvenait plus jusqu'à eux à travers la fenêtre. S'installant sur sa chaise, Seriha toujours sur le bureau, il enchaîna.

"Non tu ne comprends pas bien. Je ne trouve pas que son rêve est inutile, bien au contraire, si la moitié de mes élèves avaient un rêve comme le sien je n'en serai que plus heureux. Ce que je veux dire, c'est qu'actuellement, il n'a pas les épaules pour le réaliser. Pire encore, même s'il semble avoir nuancer sa vision des choses en décidant simplement d'envoyer un mot à ses proches, je vois bien qu'il a encore l'espoir de retourner à son époque. Toutefois, cet espoir là, ce n'est pas à moi de déterminer s'il faut ou non le tuer dans l'oeuf. C'est à lui de voir. En tout cas, pour moi il parait évident que Celebi ne le ramènera pas là bas. Trop de choses ont changées depuis sa disparition. Mais s'il peut au moins veiller à ce que sa famille cesse de s'inquiéter, ce sera effectivement ça de gagner. Et j'espère que vous y arriverez tous les deux."

Drew caressa sa créature. La larme qui avait coulée sur son visage séchait lentement mais surement, heureux qu'il était de voir Nyanko devenir raisonnable. Il n'aura donc pas à réaliser son sacrifice. Quant au sujet de la bulle d'Alawn, le temps risquait de redevenir à l'orage.

"Tu as raison en ce qui concerne sa bulle. Ce n'est pas à moi de la briser, c'est à lui. Néanmoins, le laisser dedans et l'encourager à y rester est une attitude irresponsable. Si nous voulons toi et moi qu'Alawn progresse, alors il faut cesser de le couver ainsi et commencer à le traiter comme n'importe élève de Gakuen. Ne compte pas sur moi en tout cas pour le laisser se morfondre ainsi sans rien faire. Je comprends tout à fait qu'il en ai encore besoin. Ce que je n'accepte pas en revanche et c'est ce qui s'est passé la dernière fois, c'est que tu le protèges ainsi. Tu dois être un réconfort, un repère pour lui, pas un rempart. Tu n'as à devenir un rempart qu'en cas de danger réel immédiat, ce que tu sais très bien faire. Ma question est donc la suivante : es tu prêt à laisser ton protégé grandir ?"

Le psychiatre retourna auprès de son hôte et lui tendis la main de manière suffisamment clair pour qu'il en ressente la présence malgré sa cécité.

"Inutile de m'écrire ta réponse."

Drew laissa alors le Pokémon l'informer de ses intentions. Quel qu'ai put être la réponse, il restait satisfait, cette entrevue aurait put se terminer de manière bien plus douloureuse. Une fois cette entrevue terminée, le professeur laissa le Miaouss ressortir en précisant quel serait le programme de la soirée.

"Pour l'instant, repos pour tout le monde, le temps de digérer et de se reposer du voyage. Dans deux heures, nous partirons pour Lavanville à la Tour Radio. Profitez-en."

[HJ : Vraiment pas inspiré et en plus j'écris ce post alors que je garde ma nièce et mon neveu, c'est pour te donner une idée xD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Lun 14 Jan - 14:24

Le vieil homme qui discutait avec le félin aveugle alluma la lumière de son bureau or la lune n'était pas une source assez forte pour éclairer la pièce. Les nuages s'obstinaient toujours à l'embrasser, l'étouffant, étouffant sa tiède lueur argentée, l’empêchant ainsi de purger les lieux des vilaines ombres. Il n'y avait pas de doute sur le fait qu'il y eut un grand quiproquo entre le miaouss et le psychologue. S’installant sur sa chaise, le professeur entama à nouveau son discours, répondant au paroles du félin :

_ Non tu ne comprends pas bien. Je ne trouve pas que son rêve est inutile, bien au contraire, si la moitié de mes élèves avaient un rêve comme le sien je n'en serai que plus heureux. Ce que je veux dire, c'est qu'actuellement, il n'a pas les épaules pour le réaliser. Pire encore, même s'il semble avoir nuancer sa vision des choses en décidant simplement d'envoyer un mot à ses proches, je vois bien qu'il a encore l'espoir de retourner à son époque. Toutefois, cet espoir là, ce n'est pas à moi de déterminer s'il faut ou non le tuer dans l’œuf. C'est à lui de voir. En tout cas, pour moi il parait évident que Celebi ne le ramènera pas là bas. Trop de choses ont changées depuis sa disparition. Mais s'il peut au moins veiller à ce que sa famille cesse de s'inquiéter, ce sera effectivement ça de gagner. Et j'espère que vous y arriverez tous les deux. Expliqua Drew, tout en caressant sa mentali, qui se trouvait toujours sur son bureau. Tu as raison en ce qui concerne sa bulle. Ce n'est pas à moi de la briser, c'est à lui. Néanmoins, le laisser dedans et l'encourager à y rester est une attitude irresponsable. Si nous voulons toi et moi qu'Alawn progresse, alors il faut cesser de le couver ainsi et commencer à le traiter comme n'importe élève de Gakuen. Ne compte pas sur moi en tout cas pour le laisser se morfondre ainsi sans rien faire. Je comprends tout à fait qu'il en ai encore besoin. Ce que je n'accepte pas en revanche et c'est ce qui s'est passé la dernière fois, c'est que tu le protèges ainsi. Tu dois être un réconfort, un repère pour lui, pas un rempart. Tu n'as à devenir un rempart qu'en cas de danger réel immédiat, ce que tu sais très bien faire. Ma question est donc la suivante : es tu prêt à laisser ton protégé grandir ? ajouta-t-il, posant une question au félin qu'il n'avait pas vraiment apprécié d'entendre.

Le pire, c'est que le psychiatre avait raison et le miaouss le savait, mais il refusait de se laisser faire à cette idée, comme si laisser grandir son protégé allait les éloigner l'un de l'autre. Nyanko avait non seulement une loyauté sans failles mais aussi un fort instinct paternel envers le rosalien. Soudainement, le miaouss sentit que son amphitryon s'approchait, avant de lui tendre une main.


_Inutile de m'écrire ta réponse. Ajouta-t-il, laissant sa main près du félin.

Nyanko-san leva légèrement sa tête avant de poser l'une de ses pattes antérieures, un peu à contrecœur sur la paume de la main du professeur, en guise de réponse : ils allaient devoir faire une sorte d'armistice, hélas, pour le félin. Puis, une fois que cet petit tête-à-tête termina, le vieil homme libéra Nyanko en lui disant :


_ Pour l'instant, repos pour tout le monde, le temps de digérer et de se reposer du voyage. Dans deux heures, nous partirons pour Lavanville à la Tour Radio. Profitez-en. Termina le vieillard, annonçant que la mission commencerait d'ici quelques heures.

Le miaouss handicapé sortit du bureau et retourna près de son protégé qui, quant à lui, s'était finalement endormi, comme ses compagnons, hormis le Munja, qui n'avait pas besoin de dormir. En ce qui le concernait, Myst lévitait près de la tête du rosalien, muet, il regardait l'artefact que le brun gardait contre lui. Nyanko se cala sur l'une des marches, non loin du pokémon spectre, surveillant le jeune éphèbe. Il veilla sur lui, attendant que le temps passe.

Dehors, il avait arrêté de pleuvoir -pour l'instant-, mais l'orage menaçait toujours. La paire d'heures écoulées, Nyanko bondit sur le chercheur pour le réveiller. En sursaut, il ouvrit les yeux, grands comme ceux des hoot-hoots, le cœur battant rapidement et la respiration saccadée. Perdu, il balaya rapidement les lieux du regard, se calmant peu à peu et finissant par émerger complètement : oui, il n'était plus chez lui, ni dans sa chambre... il était avec ses pokémons, en plein milieux d'une mission et il était toujours chez son professeur. Il ne prit même pas la peine de réveiller ses compagnons et fit entrer dans leurs pokéballs tous ceux qui en avaient une, quant aux autres, ils les caressa doucement, les laissant se reposer.

Caïn se redressa doucement, rangeant dans une poche le mode d’emploi du Scope Sylph avant de s'approcher de la porte avec son miaouss et son nunja, réveillant par la suite les autres pokémons qui n'avaient pas de pokéball. Commençant par le ninjask, qui était toujours accroché sur son dos et le bébé caninos, qui couina, tirant la leopardus de ses doux rêves pleins de friandises. Felicia s’étira doucement, se faisant léchouiller par le caninos, qu'elle considérait comme son propre enfant. Prêts, le chercheur et son équipe attendaient près de la porte d'entrée à ce que le professeur donne le signal, afin d'entamer la mission. La journée allait être longue... très longue.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 24

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Ven 8 Fév - 21:16

23h. Le temps offert par Drew pour le repos des troupes était arrivé à son terme. Ce temps, il l’avait passé à regarder l’album photo de son mariage, sa petite Mélodia n’étant encore qu’une très jeune enfant. Nostalgie, amour perdu, si le psychologue ne faisait pas dans la tristesse sans but et les espoirs illusoires, il gardait toutefois une certaine douleur à les revoir tout comme une certaine joie, une satisfaction d’être parvenu à rendre sa femme heureuse pendant le peu de temps qu’ils ont put partager ensemble. A ses côtés, sa Mentali qui avait partagé avec lui ces moments de bonheur, il la caressait délicatement, la rassurant, lui montrant que tout danger était écarté. Le professeur releva la tête, voyant que l’orage s’était calmé, mais que le vent lui, soufflait plus que jamais. Il était temps d’y aller. Fatigué par ses doutes et ses propres lamentations aussi faibles étaient elles, il préféra bouger son corps fatigué pour le ranimer de sa vigueur et de sa détermination. Lentement, il se releva et commença à se changer. Enlevant sa cravate, ses boutons de manchettes, ses chaussures, ainsi que tout ce qui n’avait aucune utilité en termes d’aide à la survie, il finit par revêtir un T-shirt noir peu large, un pantalon plus souple que celui de son costume et des chaussures adaptées à la course à pied. Puis, après avoir remis une veste chic un peu plus décontractée, il reprit la tenue qu’il avait utilisée lors du combat contre sa collègue. Son tailleur faisait décidément des miracles. Alors que la zone droite du manteau avait été abimée par les flammes du Goupix adverse, il n’en subsistait désormais plus aucune trace. A se demander si l’artisan n’avait pas refait un modèle identique au lieu de combler les trous créés par ces projectiles d’énergie ardents. Une fois prêt, le professeur descendit les escaliers et retrouva finalement son élève et ses compagnons. Sans lui parler plus que nécessaire, il se contenta de vérifier que tout le monde était prêt et qu’Alawn avait bien le Scope Sylphe avec lui.

« Allons-y. »

Le psychologue laissa tout le monde sortir et referma la porte de sa demeure derrière eux. La question que pouvait se poser tout ce petit monde était donc de savoir comment se rendre à Lavanville, même si les deux cités n’étaient guère loin, la route n’était également guère sûre, y aller à pied était donc proscrit. Quelques pas suffirent alors pour se rendre devant le garage de Drew. A l’intérieur se trouvait un moyen de locomotion que sa femme n’avait jamais put apprécier. De ce fait, il ne sortait cet appareil que très rarement, rendant rare et extrêmement précieux les moments où il s’en servait pour se balader avec sa fille. Relevant le drap qui protégeait la machine de la poussière, les yeux des participants à la mission purent admirer la magnifique moto de type aéroglisseur accompagnée de son side-car. Un léger sourire s’esquissa sur le visage de l’homme aux cheveux grisonnants qui était heureux de pouvoir retrouver sa fidèle alliée depuis l’époque durant laquelle il était encore un jeune adulte. L’ancien motard ouvrit son armoire dans laquelle se tenaient ses casques et ses lunettes pour conduire. Il lança un casque à son élève et l’invita à s’asseoir dans le side-car avec ses compagnons sans PokéBall. Le side-car était en général réservé à sa Seriha et Mélodia, mais il fallait bien faire une exception pour cette fois. Seriha s’installa donc juste devant son maitre sur le réservoir. Une fois tout le monde installé, le professeur posa sa visière bleue foncée devant ses yeux et démarra le moteur, activant l’aéroglisseur qui se mit à flotter à quelques centimètres du sol. Avancant de quelques mètres, le propriétaire des lieux vérifia que tout fonctionnait correctement avant de refermer son garage et d’enfourcher sa bécane dont le son qui accompagnait les accélérations parvenait encore aujourd’hui à satisfaire ses quelques besoins d’adrénaline.

Quittant Safrania, Drew ne fut pas étonné de rencontrer quelques motards sur la route, des emmerdeurs qui prenaient un malin plaisir à squatter la zone et à y semer une terreur limitée comme s’ils régnaient sur ce domaine. Enfourchant des motos traditionnelles, leur effectif se réduit assez vite lorsque les plus âgés reconnurent le son tout particulier de l’homme qui leur avait foutu une magistrale raclée il y a une quinzaine d’années de cela. Quant aux autres, s’ils n’avaient pas eut l’occasion de le rencontrer autrefois, il est toutefois un conseil qui se transmet entre ces générations de branleurs : « Prenez garde à Mentali. ». La légende du Pokémon Psy stationné paisiblement dans le side-car était encore contée dans leur bande comme une histoire d’horreur à des gosses de collège qui recherchent le frisson. Ne voyant qu’un enfant dans le side-car, ils crurent tous que la victime désignée se plierait à leur volonté. Mais ce que lorsqu’ils se rapprochèrent suffisamment que les yeux perçants de sa créature les pénétrèrent au plus profond de leur âme, volant ce qu’il pouvait rester de leur confiance en eux et de leur insolence. Drew ne fit aucun commentaire sur ces odieux personnages dont Seriha s’était débarrassé aussi rapidement qu’elle le fit autrefois, sa seule satisfaction résidait dans le fait de savoir que leurs mâchoires allaient pouvoir reposer dans l’herbe avec la gamelle magistrale qu’ils venaient de se prendre. Le voyage se fit donc sans encombre et Drew stationna son véhicule devant la tour Radio. A l’extérieur, un mot rappelant que la Tour était fermée au public avec le numéro du directeur. Après un bref appel, celui-ci les rejoint et leur ouvrit les portes en leur rappelant les circonstances du problème : une apparition fantomatique probablement liée à un Pokémon Spectre représentant une petite fille qui veut jouer au ballon. Il fallait donc se débarrasser de ce Pokémon ou de la source de ces illusions, cela sera fait dans peu de temps. Le quinquagénaire posa le casque prêté à son élève et ses lunettes dans les emplacements prévus à ces effets de sa bécane et installa son antivol tout en rappelant à Alawn les règles de cette mission.


« Tu es responsable du Scope Sylphe et de son utilisation. Une fois rentré, il n’y aura pas de retour en arrière. Assure toi d’être suffisamment prêt et choisis déjà quels Pokémon vont t’accompagner préférentiellement et voit lesquels te seront utiles. Je vais être bien clair : tu n’as certes pas assez de Poké Ball pour ranger toutes tes créatures, mais une créature non rangée est une créature en danger. Si certains de tes compagnons ne doivent en aucun cas se battre et qu’ils n’ont pas de Poké Ball attitrée, va les déposer au Centre Pokémon, tu les récupéreras après. Tu es responsable de tes petits amis comme je suis responsable des miens et responsable de toi. C’est bien clair ? Termine donc de te préparer et on se rejoint ici dans 10 minutes. »

Le temps. Une notion abstraite qui depuis a reçu une définition scientifique précise basée sur l’excitation d’un atome de césium. Ce temps, il fallait savoir le mettre à profit, mais aussi l’offrir aux autres. Par-dessus tout, Drew espérait que ces quelques 10 minutes permettraient à son jeune élève de s’affranchir de beaucoup de choses qui risquaient de le freiner considérablement durant cette mission. Ce qu’il voulait voir aujourd’hui, en cette nuit, ce n’était pas un nouvel Alawn, c’était un Alawn libéré de ses doutes.

[HJ - Aussi overbooké que toi, mais je tenais à faire un bon post, je merdouille un peu trop mes autres topics en ce moment.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Ven 22 Fév - 2:34

L'orage s'était enfin calmé et l'heure était arrivée. Le psychologue était descendu au rez de chaussée pour rejoindre son coéquipier. Alawn était prêt depuis quelques minutes et l'attendait près de la porte d'entrée lorsqu'il vint vérifier s'il avait le Scope Sylphe pour ensuit laisser sortir l'équipe du rosalien et verrouiller la porte chez lui. Silencieux, Alawn suivit le vieil homme, gardant son miaouss contre lui. Le petit caninos s'était endormi à l’intérieur de la bandoulière du jeune chercheur et il ne restait que Felicia, Myst et Shelter hors de leur ball. Ces quelques pas le menèrent devant un garage où le professeur retira un drap qui couvrait l'engin qui leur servirait comme moyen de transport jusqu'à leur prochaine destination : Lavanville. Il s'agissait d'une sorte de moto-aéroglisseur avec un side-car à laquelle l'enseignant semblait y tenir pas mal or un léger sourire étira ses lèvres au moment où son regard se posa sur la machine.

Alawn qui, n'avait toujours pas l'habitude des moyens actuels de transport, autant visuellement que physiquement parlant, admirait la moto en silence et discrètement. Il se posait tout un tas de questions, dont comment elle marchait, avec quoi et comment elle avait été fabriquée, etc. Alors que le chercheur continuait à scruter la moto, admiratif, le professeur ouvrit un placard duquel il sortit des protections basiques (casque et lunettes pour conduire) puis lança un casque à Alawn, l'invitant à s'installer dans le side-car. Niniel regarda un instant le casque, après l'avoir réceptionné puis s'assit là où son coéquipier lui avait dit. Il garda sur lui la leopardus le miaouss et sa bandoulière avec le bébé caninos tandis que Myst et Shelter allaient suivre la marche par les airs. La fennec violacée s'installa sur le réservoir de l'engin, juste devant son maître puis il démarra la machine, après avoir baissé la visière de son casque.

La moto-aéroglisseur avança quelques mètres puis s’éloigna rapidement de la demeure lorsque son propriétaire eut vérifié que tout marchait comme il fallait. Bien que le voyageur temporel avait déjà monté dans une voiture et en train, mais jamais en moto (et moins encore dans une moto-aéroglisseur). Il n'avait pas eu le temps de s'habituer un peu aux transports actuels, il aurait dit que c'était de la sorcellerie, comme la première fois qu'il avait vu une pokéball.

Le petit groupe quitta rapidement Safrania, ville de laquelle l'enseignant était originaire. À la sortie, précisément, il y avait un rassemblement de motards qui semblaient être aussi amicales et sympathiques qu'un Scarabrute qu'on avait frappé avec une batte de baseball en plein visage. Puis... soudainement, alors que les motards s'approchaient avec on ne sait quels idées en tête, ils s'en rétractèrent.

Caïn n'avait pas comprit ce qui venait de se passer. Il regarda les énergumènes motorisés puis son professeur, interloqué. Cette bande de délinquants s'était stoppée à la simple vue du professeur et de son pokémon ? Ou juste de son pokémon ? Quant à cela, Alawn ne chercha pas à comprendre étant donné que les motards perdirent l’équilibre et finirent par se ratatiner par terre. Il était temps pour eux de pioncer un peur sur l'herbe fraîche ! Nyanko observait -aussi silencieusement que d'habitude-, la mentali, ayant parfaitement compris ce qui venait de se passer.

Le reste du trajet se déroula sans problèmes. Le vieil homme gara sa belle compagne motorisée devant la tour qu'autrefois était un cimetière. Sur la porte close de ladite tour, il y avait une petite affiche avec un mot (rappelant que l'endroit était fermé au public) suite auquel était noté le numéro de téléphone du directeur. Drew passa un rapide coup de fil au directeur qui ne tarda point à les rejoindre sur place pour leur ouvrir la porte, rappelant quel était le problème et donc, la mission à accomplir : une étrange apparition spectrale d'origine pokémon se présente sous forme d'une fillette qui veut jouer au ballon.

Pendant que Alawn retirait son casque, il entendit les dires du directeur de la Radio. Ils avaient beau devoir se débarrasser dudit pokémon, Alawn trouvait toujours que « débarrasser » était un grand mot, qui, par dessus le marché, sonnait mal, étant même violent. Peut être que ce pokémon spectre se sentait seul et qu'il voulait tout simplement jouer, pour de vrai ? Trouver quelqu'un qui le comprenne ou qui lui accorde un peu d'attention. Le psychologue retira ses lunettes et le casque qu'il lui avait prêté dans une sorte d'emplacement sur dans la moto, faisant quelques manipulations auxquelles le rosalien ne prêta point attention.


_ Tu es responsable du Scope Sylphe et de son utilisation. Une fois rentré, il n’y aura pas de retour en arrière. Assure toi d’être suffisamment prêt et choisis déjà quels Pokémon vont t’accompagner préférentiellement et voit lesquels te seront utiles. Je vais être bien clair : tu n’as certes pas assez de Poké Ball pour ranger toutes tes créatures, mais une créature non rangée est une créature en danger. Si certains de tes compagnons ne doivent en aucun cas se battre et qu’ils n’ont pas de Poké Ball attitrée, va les déposer au Centre Pokémon, tu les récupéreras après. Tu es responsable de tes petits amis comme je suis responsable des miens et responsable de toi. C’est bien clair ?Termine donc de te préparer et on se rejoint ici dans 10 minutes. expliqua l'enseignant à Alawn, le sortant de ses pensées.

_ Oui, sensei. Fit le chercheur d'un ton déterminé, et surtout, très spontané.

Ce fut la seule réponse du brun vis à vis des paroles de son aîné, suite auxquelles, le rosalien s'inclina légèrement avant de se rendre au Centre Pokémon. Ils étaient passés devant lorsqu'ils étaient arrivés en ville et, n'étant pas très loin, l'adolescent ne risquait pas de se perdre (malgré son piètre sens de l'orientation). Ses pokémons et lui coururent jusqu'au Centre pokémon, une fois là bas, Alawn confia ses pokéballs à l’infirmière Joëlle, laissant tous ses compagnons hormis Felicia, Myst et Nyanko. S'il y avait un spectre là dedans, ils étaient sa meilleure défense en cas de problèmes. Puis, bien qu'il était chargé du Scope Sylph et qu'ils devaient se débarrasser du pokémon qui hantait les lieux, il allait sans doutes essayer de trouver la façon de ne pas le blesser et de le faire partir pacifiquement.

Moins de dix minutes plus tard, Alawn retourna au point de rendez-vous, uniquement accompagné des trois pokémons mentionnés ci-dessus. Il avait même du laisser le bébé caninos, qui couinait pour pas qu'il le laisse là bas. Il avait beau être avec ses autres camarades, sa « maman » (Felicia) et son « papa » (Alawn), n'étaient pas avec lui.

Dès qu'il aperçut son aîné, Alawn traversa le seuil de la porte et rentra dans la tour, suivi du spectre et de la féline. Attentif et aussi silencieux que possible, il gardait Nyanko contre lui, tenant avec une main l'engin qui allait dissiper les illusions du pauvre pokémon délaissé. Il n'avait plus qu'une chose en tête :

Pourvu que tout se passe bien.

mot hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 24

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Dim 24 Fév - 10:24

« Oui sensei. » Cette phrase fut épreinte d’une spontanéité qui fit sourire le professeur alors que son élève se dirigeait vers le Centre Pokémon. Alawn commençait enfin à le considérer comme son professeur. La peur panique était partie même si la crainte irrationnelle serait probablement encore là pour quelques temps. Mais finalement, ce jeune garçon accepta enfin le statut de cet homme qui l’avait obligé à faire ce voyage, comprenant que celui-ci pourrait finalement lui apprendre des choses qui se révèleront utiles quand le moment sera venu. Et ce moment arrivera très bientôt. Tandis que son disciple était au centre Pokémon, Drew prit le temps de peaufiner sa stratégie avec ses Pokémon. Sur son équipe de quatre, trois lui seront particulièrement utiles pour faire face. Seriha donc, déjà sortie, serait chargée de leur faire de la lumière en utilisant Flash. Toutefois, elle aura catégoriquement besoin d’une protection, étant très sensible au type Spectre. C’est là qu’agit Sopia, le Minidraco qui garde toujours en lui, un potentiel que le psychiatre a hâte de découvrir. Depuis son combat contre Alix, Drew se chargea de son entrainement afin de le renforcer, les premiers résultats furent plus que satisfaisant. Et pour finir, probablement la clé de voute du groupe, Sagi, dont la capacité à sentir les émotions sera décisive pour détecter la présence de cette entité spectrale dans le bâtiment.

La stratégie et le rôle de chacun fut brièvement expliqué. On rajoutera également qu’il fut demander à Sopia de retenir un tant soit peu la puissance de ses attaques Dragon, histoire d’éviter de rendre au directeur des locaux à moitié détruits. Finalement, après ces quelques instants de discussion, Alawn revint du Centre Pokémon, lui aussi accompagné par trois Pokémon uniquement, à savoir un Miaouss, un Leopardus et un Munja. Une fois à ses côtés, Alawn entra dans la tour sans hésiter, ce qui fit plaisir à son tuteur. Une fois les portes passées, il n’y avait plus de retour arrière. Le professeur passa rapidement derrière le bureau de la standardiste derrière lequel il trouva un panneau électrique contenant les disjoncteurs. Le directeur lui avait en effet, fait un rapide topo sur les connaissances de base à avoir sur la tour, il lui a également informé que des lampes torches avaient étés placés à leur disposition dans le second tiroir à droite. Rebranchant le courant dans toute la tour, la lumière reprit de nouveau ses droits. Accompagné de cet élément salvateur furent entendus le bruit de redémarrage des ordinateurs ainsi que le crépitement caractéristique de la remise en fonction des hauts parleurs et autres micros disséminés un peu partout à travers la station de radio. Le professeur rejoint alors son élève et lui donna l’une des deux lampes torches au cas où la lumière s’éteindrait mystérieusement. Un scénario à prévoir assez vite. L’exploration allait pouvoir commencer. Seriha était positionnée à ses côtés, de même que Sopia. Sagi en revanche, avait encore gagné le droit de se positionner sur l’épaule de son maître pour pouvoir le prévenir le plus vite possible d’une quelconque anomalie. Mais avant de commencer à explorer sérieusement, le professeur rappela une règle essentielle.


« Je ne veux voir aucune attaque sans mon ordre explicite. Si nous sommes menacés, capacités de défense et d’esquive uniquement. Pas de contre-attaque sans mon ordre. C’est clair ? »

Bien que Drew s’adressait à tout le monde, il n’attendait en réalité de réponse que de ses propres acolytes, souhaitant laisser à Alawn la liberté d’affirmer ses propres choix et ses propres stratégies durant cette mission. Ensemble, le petit groupe inspecta le rez-de-chaussée sans trouver quoique ce soit d’utile. Ils continuèrent donc leur progression au premier étage. Arrivé à mi-chemin dans l’allée de bureaux, la lumière s’éteignit sous le bruit d’un disjoncteur qui saute. Classique. Mais seule les lumières murales cessèrent, le reste de la tour semblant être restée active. La lumière des ordinateurs leur offrant donc quelques lueurs leur permettant de se repérer dans l’espace. Alors que le quinquagénaire essayait d’allumer sa lampe torche, un crépitement se fit entendre par les haut-parleurs.

« Vieux monsieur et petit garçon veulent jouer au ballon avec moi ? »

Entendant ces paroles, le « vieux monsieur » fit signe à son équipier de ne pas répondre et de continuer à avancer en silence. Leur présence était certes connue mais leur intention et leurs manières restaient mystérieuses. Il fallait les garder secrète le plus longtemps possible. Le crépitement ne s’estompa guère, accompagné cette fois d’une petite comptine. A partir de cet instant, le Riolu de Drew restait comme habité par une forte concentration. Guidant son maitre en tirant son col dans la direction voulue, il les conduisit jusqu’au second étage où se trouvait le micro qui était utilisé pour interagir avec eux. Une fois sur place, dans le studio, le professeur demanda à Seriha de réaliser une brève attaque Flash pour s’assurer que l’étage semblait sûr. A priori, il n’y avait rien à signaler. Le paternel aux cheveux d’argent tapota son doigt sur le micro pour s’assurer que les bruits entendus tout à l’heure provenaient bien de cet appareil. Mais alors que la vérification était faite, la comptine ne cessait pas pour autant. Sagi lui-même ne comprenait pas, étant donné qu’il ne ressentait rien autour du micro. Ce Pokémon Spectre avait fait de ce lieu son repère depuis suffisamment longtemps pour parvenir à réaliser de tels coups fourrés. Qu’à cela ne tienne, s’il veut jouer ainsi, c’est ainsi qu’ils joueront. Sortant du studio et se dirigeant vers le troisième étage, un objet toucha soudainement le pied du professeur qui laissa vibrer très brièvement une onde de stress en lui qu’il maitrisa sans mal. Contre sa chaussure se trouvait un ballon rouge qui disparut soudainement dans une volute de gaz. Le professeur dirigea sa lampe vers le point d’origine du ballon, retrouvant celui-ci dans les bras d’une petite fille vêtue d’une robe rose à motifs floraux et d’un large chapeau couvrant ses yeux d’une épaisse ombre que les lampes ne pouvaient transpercer.

« Vieux monsieur et petit garçon veulent jouer au ballon avec moi ? »

Drew fit signe à Alawn de le suivre et de se rapprocher de la petite fille sans lui faire peur. Arrivé à distance raisonnable, le professeur se mit à sa hauteur, pliant ses genoux comme le ferait n’importe quel adulte souhaitant parler face à face avec un enfant.

« Vieux monsieur est d’accord pour jouer. Mais seulement si petite fille est sage. Vieux Monsieur voudrait connaitre le nom de petite fille pour qu’ils deviennent amis. Si petite fille répond aux questions de vieux monsieur et de petit garçon, alors ils joueront tous ensembles jusqu’au lever du roi Soleil ! C’est d’accord ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Lun 25 Mar - 15:31

Le fameux pokémon spectre ne tarda point à se « montrer », or, suite aux propos du psychologue qui défendaient le petit groupe d'attaquer sans qu'il en ait donné la permission, un ballon rouge roula pour disparaître au contact du pied de Drew. Une petite voix enfantine se fit entendre comme quelques minutes auparavant :

« Vieux monsieur et petit garçon veulent jouer au ballon avec moi ? »
Ces mots furent suivis d'une apparition : celle d'une petite fille en robe rose dont les yeux étaient couverts grâce à l'ombre de son chapeau. C'était le pokémon qui demandait aux arrivants s'ils voulaient jouer. Comment est-ce que le petit groupe s'était retrouvé face à ça ? Faisons un retour en arrière de... quelques minutes.

***Flashback***
Peu après avoir commencé à explorer les étages, la voix d'une fillette se fit entendre par les haut parleurs de la Tour. Celle ci demandait aux « intrus » s'ils voulaient jouer avec elle. Les lumières clignotaient, s'éteignant pour se rallumer et vice versa. Le professeur fit signe à Alawn pour qu'il ne réponde pas aux avances du fantôme, avançant toujours . Le silence sur le petit groupe, cependant, le spectre sembla chantonner quelque chose. Le jeune chercheur n'y prêta vraiment attention or, pour lui, ce pokémon devait se sentir plus seul qu'autre chose.

A l’époque, lorsqu'il vivait toujours à Rosalia avec son frère et sa belle-sœur, cette tour était un cimetière. Plus tard, il fut transformé en Tour de Radio, déplaçant la plupart du cimetière ailleurs. Ce pauvre pokémon s'était sans doutes retrouvé sans maison, sa famille et amis l'avaient quitté pour aller auprès des nouveaux sépulcres ou bien, ils étaient morts depuis longtemps, qui sait ? Le rosalien gardait à la main le Scope Sylphe, prêt à l'utiliser si la situation le requérait.

Une fois arrivés à destination, c'est à dire, l'un des studios principaux de la tour, la mentali de l'enseignant lança une petite attaque Flash pour éclairer les lieux. Le quinquagénaire tapota l'un des micros du doigt pour voir s'ils marchaient ou on ne sait quoi. Étant empathe, comme certains pokémons, le brunet sentait une présence sans vraiment savoir d'où ça provenait. C'était comme si celle-ci les entourait constamment. Cette petite chanson perturbante ne cessait pas. C'était pire qu'un enregistrement, comme si celui ou celle qui la fredonnait ne s'en laissait une seule seconde. Juste à ce moment, Alawn ne ressentit plus rien... comme si le petit espace qui entourait le micro était libre de cette présence qu'ils tentaient de coincer.

***Fin du flashback***
Le vieil homme fit -une fois de plus- signe à son élève afin que ce dernier se rapproche de la fillette aussi, sans lui faire peur. Une fois qu'ils furent non loin d'elle, une distance que l'enseignant jugea raisonnable sans doutes, le psycologue s'agenouilla pour se mettre à hauteur de la fillette avant de s'adresser à elle:


_ Vieux monsieur est d’accord pour jouer. Mais seulement si petite fille est sage. Vieux Monsieur voudrait connaître le nom de petite fille pour qu’ils deviennent amis. Si petite fille répond aux questions de vieux monsieur et de petit garçon, alors ils joueront tous ensembles jusqu’au lever du roi Soleil ! C’est d’accord ? Lui dit-il, répondant à la demande du spectre.

La fillette prit un air surpris, regardant le professeur pour ensuite poser son regard sur le rosalien qui restait quiet, près de son aîné. Il rangea le Scope Sylphe, jugeant que cette pauvre créature n'était pas dangereuse et qu'à part lui ôter sa forme humaine et son ballon gazeux, l'appareil ne servirait à rien. La gniouf regarda à nouveau le vieillard :


_ Vraiment ? Jusqu'au lever du soleil? Vieux monsieur va vraiment jouer avec moi mais... Et Petit garçon, il va jouer aussi ? Demanda-t-elle en faisant la moue.

_ Je suis d'accord, moi aussi et mes compagnons aussi. Répondit le chercheur, se penchant un peu pour être à sa hauteur aussi, vu que lui-même, il n'était pas très grand. Il lui adressa un doux sourire, afin de la rassurer.

Nyanko et Myst observaient silencieusement l'apparition, sans ciller. Le félin aveugle resta immobile, tel un manekineko, assit au pied de son protégé, tandis que l'insecte lévitait près de la tête du brun. Quant à Felicia, elle miaula rauquement pour confirmer les dires de son dresseur.


_ Ai déjà demandé aux autres messieurs mais personne ne voulait jouer avec moi... C'est pas amusant de jouer tout seul... Vous êtes les seuls qui ont accepté, merci... ajouta la petite fille, baissant la tête.

Au fond, elle ne voulait qu'un peu d'attention. Convaincue et contente d'avoir eu enfin ce qu'elle voulait, la fillette disparu, se matérialisant en un Branette, une femelle chromatique qui s'approcha un peu plus, confiante. Le munja fut le premier à la rejoindre, lui tournant autour indiscrètement pour ensuite s’éloigner : les deux spectres jouaient au miaouss et le ratata. Alawn profita que les deux pokémons jouaient pour sortir l'engin et le tendre à son professeur, l'interpellant :


Sensei.

HRp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 24

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Lun 1 Avr - 14:17

Sensei. Encore une fois. Peu de gens l’appelaient ainsi. Pourtant cette dénomination du professeur devrait se démocratiser au sein de la société, celle-ci étant à l’heure actuelle celle qui témoigne le plus du respect de l’élève envers son tuteur et de la relation qui peut les unir. Drew était fier qu’Alawn l’estime digne de cette dénomination, le poussant de ce fait à continuer ses efforts pour l’aider à mieux gérer sa vie, jusqu’à finalement peut-être, devenir le Sybrater du Temps. Le psychologue se retourna donc pour voir son élève androgyne lui tendre le Scope Sylphe. Pour toute réponse, celui-ci posa sa main creusée par les années sur la sienne et en referma les doigts sur l’objet en question.

« Ce n’est pas encore finis Alawn. Nous avons établit un contact et nous allons respecter notre promesse pour apaiser sa tristesse. Mais la rendre amicale avec nous et lui demander de partir sont deux choses différentes. Beaucoup de choses peuvent encore se passer et elle pourrait devenir hostile. C’est là que tu dois comprendre que prudence ne signifie pas inquiétude jeune Sybrater. Toi, moi, nos pokémon et elle allons passer un moment agréable, tentant chacun de retrouver un peu de notre enfance en jouant simplement. Pendant ce moment, nous ne devons pas craindre ce qui va suivre, nous ne devons pas redouter un comportement hostile, mais simplement savourer ce moment pour ce qu’il est. Mais, afin de maîtriser toutes les conséquences de nos choix, nous ne sommes pas naïfs, et nous gardons avec nous une précaution : ce Scope Sylphe. Cela fait partie de l’enseignement que je veux te transmettre Alawn : un Sybrater du Temps pense aux actions passées, présentes et en déduit un futur probable. Mais il ne doit pas craindre ce futur. Il doit laisser le présent agir et se préparer sans le redouter à un futur funeste. C’est de cette manière qu’il pourra toujours faire face et trouver la meilleure solution. Cesse de t’inquiéter et vient jouer avec nous maintenant. »

Le professeur laissa donc l’appareil dans les mains de son élève. Et tandis qu’il laissa ses Pokémon se balader dans la pièce librement, les laissant de ce fait jouer avec le ballon Spectre du Branette, celui-ci écartait les bureaux de l’étage, les collant au mur, afin que tout le monde puisse avoir suffisamment d’espace pour jouer et profiter de ce moment ensemble. Les heures passaient lentement, mais elles étaient bien remplies : de sourires, de rires, de yeux épanouis malgré la faible lumière dont ils disposaient mais aussi, de chants. Après avoir un peu jouer au ballon avec tout le monde, il s’installa au milieu de la salle et sortit un petit instrument de sa poche. Un instrument dont il avait toujours su jouer depuis son plus jeune âge, mais qu’il ne gardait pour ainsi dire jamais sur lui tellement son état d’esprit était différent des sons qu’il pouvait produire en général. Mais qu’il avait récupéré par instinct dans son bureau avant de partir. Une fois mis à la bouche, le son trahit l’identité de l’instrument qui se révéla être un harmonica. Alors que cet instrument traduisait généralement un état de blues général, Drew avait appris à lui donner quelques airs plus gais. Il fut d’ailleurs quelque peu surpris en voyant que ses Pokémon qui n’avaient encore jamais entendu cette musique à part Seriha se plaçaient instinctivement à côté de lui, tentant de chanter à leur manière et en harmonie sur cette mélodie. Bien qu’étonné, le musicien continua donc pour ne pas décevoir son auditoire jusqu’à ce que tout le monde semble se rassembler auprès de lui pour profiter de cette musique.



« Je… Me souvient de cette musique. »
Disait-elle en reprenant son apparence de petite fille.

Drew ne cessa pas. Cette phrase l’avait interloqué, mais réagir en stoppant la musique risquerait de briser son état actuel. Cette Branette commençait à se dévoiler et il ne fallait pas qu’elle s’arrête, le psychologue ayant peur de la braquer si il venait à lui poser trop de questions. Toutefois, un mystère restait en suspens… Comment pouvait-elle connaitre cette musique alors qu’il s’agissait d’une de ses rares et propres compositions ? Le professeur n’osait pas s’arrêter pour lui poser des questions, préférant laisser son élève s’en charger. La musique continuait tandis que Drew fit un léger signe à son Riolu. Celui-ci, sortant de sa transe musicale ne mit pas longtemps pour comprendre ce qu’il cherchait. Restant hors du champ de lumière du Flash de Seriha, il profita de l’obscurité pour sortir les écouteurs du MP3 de Drew de son sac et son Pokédex de sa poche. Branchant les deux pour éviter que celui-ci ne fasse un bruit inconvenu, il plaça l’oreillette dans l’organe auditif de son maître et ouvrit l’appareil tout en veillant à ce que la lumière de l’écran ne se voit pas. Tandis que le concert continuait, Drew entendit donc la description suivante :

« Branette : Une poupée mue par la tristesse qui la ronge depuis qu’on l’a délaissée. Elle recherche son propriétaire. »

Une poupée disait-il ? Mais la poupée de qui ? Un second bref signe remercia Sagi pour son action et le pria de ranger son matériel afin que cette prise d’information reste discrète. Encore une fois, le mystère restait entier, mais Alawn parvenait à entretenir la conversation avec cette créature pour comprendre ses origines. Ce n’est que lorsque le bleu de l’aube arriva que la vérité éclata finalement, troublant le musicien au point de réaliser une fausse note qui déstabilisa l’auditoire quelques instants. La musique reprit normalement peu après. Cette poupée avait vécue cette horrible affaire d’il y a 20 ans. Drew disposait de son propre cabinet à Safrania et avait été convoqué par la police. Arrivé au commissariat, l’on lui avait annoncé que des cadavres de centaines de Pokémon avaient étés retrouvés, dérivant dans la rivière, mutilés pour la plupart. Il semblait que des malfaiteurs s’aventuraient dans les zones sauvages avoisinant les villes, capturant des Pokémon pour récupérer des morceaux de leur physiologie pouvant se vendre à prix d’or au marché noir. En cette période d’été, une famille qui campait près de la rivière avait découvert les corps, mais une seule personne avait put voir le visage d’un des braconniers : une petite fille nommée Amélie. Celle-ci, choquée par ce qu’elle avait vu en était restée muette, ne renvoyant l’image que d’une enfant serrant sa poupée comme si elle était sa seule amie. Drew fut appelé pour l’aider à surmonter ce traumatisme afin qu’elle puisse témoigner au tribunal. Pendant l’une des séances, la petite fille avait profité d’un bref moment d’absence du psychologue pour fouiller dans son bureau où elle trouva l’harmonica en question. Pour toute réponse, l’adulte tenta donc de créer un contact avec elle par le biais de la musique. Malheureusement, l’affaire se termina de manière tragique. La petite Amélie retrouva la parole et témoigna au tribunal, mais seul un braconnier fut condamné, celui-ci étant le seul dont l’existence avait été prouvé. Ce n’est que lorsque que la petite fille fut tuée par son complice que celui-ci fut traqué, mais jamais retrouvé. Afin de rendre honneur au courage de cette enfant qui avait sacrifiée sa propre vie pour celle des Pokémon, une sépulture lui fut érigée dans la tour Pokémon, au côté de toutes les victimes qu’elle avait put voir, entrainés par le courant de la rivière…

Cette sombre histoire avait fait un premier choc à Drew à l’époque, mais bien que la douleur s’était atténuée avec le temps, la sensation de dégoût revenait en écoutant les souvenirs épars de la poupée qui en revanche, semblait ne pas se rappeler de son visage ni de sa voix, seulement de sa musique. Le psychologue entama le dernier couplet de sa chanson, songeant que la poupée de la petite fille avait dû être enterrée avec elle, mais que pour une raison qui lui était inconnue, celle-ci s’était réincarnée en Branette et était restée ici, bien que toutes les sépultures aient étés transférées ailleurs… C’est sur de petites larmes versées par la poupée animée que le quinquagénaire termina sa chanson. Il se leva alors et retourna à ses côtés. Posant sa main sur son épaule, il lui dit :


« Je suis désolée ma petite, mais le soleil se lève, il n’est plus temps de jouer. Maintenant il faut que je t’explique. Ta présence fait peur aux gens, tu ne peux pas rester là toute seule. Il faut que tu nous accompagnes. »

« Non ! Je veux rester ici ! Maman est là ! Quelque part ! Je veux jouer avec elle ! »

« Non ma petite. Amélie n’est plus ici, elle a été transférée comme tous les autres dans un autre endroit. »

« Amélie ? Vieux Monsieur connait Maman ? Mais… Mais… Vieux Monsieur… »

La poupée sembla faire un effort de mémoire supplémentaire. Malheureusement, cet effort, s’il ne fut pas sélectif, ne fut pas à l’avantage de Drew.




« Oui… Vieux Monsieur était là… Quand on jugeait les méchants avec le monsieur au marteau. Vieux Monsieur avait fait pleurer Maman dans la salle avec les méchants. Et Vieux Monsieur m’a fait pleurer aussi aujourd’hui… Je ne partirai pas, je retrouverai Maman ! »

Non… La réaction de la Branette ne prenait pas le bon sens. Si Amélie avait pleurée au tribunal, c’était par peur. Par peur du braconnier assied sur le banc des accusés. Drew était resté avec elle pour la soutenir, mais la poupée n’eut retenu que les pleurs de sa mère alors qu’elle se trouvait près de lui.

« Vieux Monsieur a fait mal à Maman et à moi ! Vieux Monsieur fait partie des méchants ! »

La fillette se mit soudainement à léviter tandis que les stores se fermèrent tous, ne laissant qu’un mince filet de lumière passer, offrant au Pokémon une ombre menaçante. Cette ombre se divisa en plusieurs zones noire qui chacune trouva une cible et frappa sans hésitation, n’épargnant ni Drew ni Alawn. Atteint par l’attaque, le professeur tomba au sol et se releva, tenant son épaule touchée éprise d’une vive douleur.

*Une attaque Ombre Portée ? Sa puissance est trop grande. Quelque chose cloche. Je crois qu’elle la trouver.*

Le psychologue sentant que sa vie était en danger, et par extension celle de tous les autres au vu de cette attaque Ombre Portée groupée, n’hésita pas à lancer cet ordre.


« Contre-attaque ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Jeu 4 Avr - 22:18

« Contre-attaque ! »
Ces mots...
Tout s'était passé tellement vite. La poupée les avait attaqués avec des Ombres portés, refusant de partir de l'endroit où elle pensait que sa maîtresse reposait. Cependant, ses pouvoirs étaient étrangement plus forts. La puissance de ce pokémon n'était pas normale, et Alawn s'en rendait compte. Elle était hors d'elle et il fallait agir. Comment en étaient-ils arrivés là ? Faisons un retour en arrière...

***Flashback***
Alors que les compagnons des deux humains jouaient avec la branette, Alawn crut ne plus avoir besoin de cet engin appelé « Scope Sylphe », qu'il tendait au psychologue. Cependant, ce dernier ferma doucement les doigts de son cadets sur l'objet, posant une de ses mains sur celles du brun :


_ Ce n’est pas encore finis Alawn. Nous avons établit un contact et nous allons respecter notre promesse pour apaiser sa tristesse. Mais la rendre amicale avec nous et lui demander de partir sont deux choses différentes. Beaucoup de choses peuvent encore se passer et elle pourrait devenir hostile. C’est là que tu dois comprendre que prudence ne signifie pas inquiétude jeune Sybrater. Toi, moi, nos pokémon et elle allons passer un moment agréable, tentant chacun de retrouver un peu de notre enfance en jouant simplement. Pendant ce moment, nous ne devons pas craindre ce qui va suivre, nous ne devons pas redouter un comportement hostile, mais simplement savourer ce moment pour ce qu’il est. Mais, afin de maîtriser toutes les conséquences de nos choix, nous ne sommes pas naïfs, et nous gardons avec nous une précaution : ce Scope Sylphe. Cela fait partie de l’enseignement que je veux te transmettre Alawn : un Sybrater du Temps pense aux actions passées, présentes et en déduit un futur probable. Mais il ne doit pas craindre ce futur. Il doit laisser le présent agir et se préparer sans le redouter à un futur funeste. C’est de cette manière qu’il pourra toujours faire face et trouver la meilleure solution. Cesse de t’inquiéter et vient jouer avec nous maintenant.  Lui expliqua le vieil homme.

Le petit groupe avaient même réorganisé la salle afin d'avoir plus de place pour jouer. Les bureaux et le mobilier avait été déplacé contre les murs, entre autres. Drew se plaça au centre de la salle et sortit un harmonica pour en jouer. La mentali du professeur se mit près de lui, l'accompagnant à sa façon. Il n'y avait pas que les pokémons du professeur qui n'avaient jamais entendu cette mélodie, mais l'équipe du brun -lui inclus-, non plus. Quant à la branette chromatique, elle sembla reconnaître le morceau.

_ Je… Me souvient de cette musique.  commenta-t-elle en se ré-transformant en une petite fille.

Alawn lui, il n'avait tout simplement jamais entendu ni vu un harmonica. Cependant, la situation le ramenait à son passé, lui rappelant un moment concret de sa vie. Quelques jours après l'incendie de la Tour de Cuivre, lorsque son aîné l'amena vivre avec lui et sa belle-sœur, ils avaient essayé de lui remonter le moral de les façons possibles et imaginables. Nyanko était avec lui, quiet et silencieux. Déjà aveugle à l'époque et doué de pouvoirs psychiques, il s'était promis de protéger cet enfant maladroit qu'il avait sauvé des flammes.

Le grand frère d'Alawn eut alors la bonne idée de lui apporter un koto afin de lui apprendre à perfectionner son art. Ce jour là, bien que le rosalien ne sut sourire ni même lui adresser quelques mots, il lui fut reconnaissant. Il voyait son frère sourire et bouger les lèvres, lui parlant sans l'entendre, pour autant.

En quelques sortes, Niniel comprenait toute à fait la situation de cette poupée maudite. Sa solitude, sa tristesse, sa peur... C'étaient des sentiments qu'ils avaient en commun, après tout. Lorsqu'il sortit de ses pensées, ramené sur terre d'un coup de patte de la part de son starter, il aperçut des larmes sur le visage du pokémon sauvage et la musique avait cessé. Le temps était passé tellement vite... La nuit n'était plus qu'un concept dont on ne faisait qu'allusion. La Reine argentée était tombée dans un profond sommeil, laissant lentement sa place au Roi doré qui commençait à baigner les lieux avec ses premiers rayons, tièdes et agréables...

_ Je suis désolée ma petite, mais le soleil se lève, il n’est plus temps de jouer. Maintenant il faut que je t’explique. Ta présence fait peur aux gens, tu ne peux pas rester là toute seule. Il faut que tu nous accompagnes.

_ Non ! Je veux rester ici ! Maman est là ! Quelque part ! Je veux jouer avec elle !

_ Non ma petite. Amélie n’est plus ici, elle a été transférée comme tous les autres dans un autre endroit.

_ Amélie ? Vieux Monsieur connait Maman ? Mais… Mais… Vieux Monsieur…

Ce fut à cet instant même que tout commença à mal tourner... Le pokémon semblait chercher désespérément dans ses souvenirs, pensif. La poupée reconnut même le professeur... Ce qui se passait, échappait complètement à Alawn : il ne pouvait qu'être spectateur, pour l'instant, et écouter tout, restant aux aguets...

_ Oui… Vieux Monsieur était là… Quand on jugeait les méchants avec le monsieur au marteau. Vieux Monsieur avait fait pleurer Maman dans la salle avec les méchants. Et Vieux Monsieur m’a fait pleurer aussi aujourd’hui… Je ne partirai pas, je retrouverai Maman ! Vieux Monsieur a fait mal à Maman et à moi ! Vieux Monsieur fait partie des méchants !

Tous les stores se fermèrent et le cauchemar put commencer.
***Fin du Flashback***
Sa précédente attaque n'avait épargné ni le professeur ni son élève. Drew et Alawn se retrouvèrent à terre. Lorsque le psychologue se redressa, il se tint l'épaule, là où l'attaque du branette l'avait touché. Le brun avait gardé son miaouss contre lui afin qu'il ne soit pas blessé. Cependant, lui, qui avait glissé sur le carrelage de la tour, s'était cogné la tête contre l'un des nombreux bureaux.

Se tenant la tête, le rosalien tentant de se redresser aussi, grimaçant un peu. Il devait faire quelque chose mais quoi ? Ce pokémon s'auto-détruisait, elle était hors contrôle... il fallait la calmer. Soulager sa peine, sa douleur et ses regrets était le meilleur moyen, mais... cela revenait aussi à la tuer, en quelques sortes, étant donné que ces sentiments l'animaient... Comment la rendre heureuse, elle et sa « maman », cette Amélie qu'elle avait mentionné tantôt ? Que s'était-il passé à l'époque ? Comment sortir de ce gros pétrin, en un seul morceau ?

Lorsque le spectre décida d’enchaîner une nouvelle attaque, Nyanko intervint, utilisant une puissante attaque protection pour créer un mur psychique qui réfrène les attaques du spectre déchaîné, du moins, le temps que son protégé daigne de faire quelque chose. S'appuyant contre le bureau, il se crispa un peu, à l'idée de tuer un pokémon ou de mettre quelqu'un en danger, mais pour l'instant, la seule chose qu'il pouvait faire c'était...:


_ Oyé ! Branette, nous, au moins. On ne veut pas te faire partir d'ici sans raisons. Ta « maman » n'est vraiment plus ici. Son corps a dû être déplacé ailleurs, avec les autres. Commença Alawn, haussant la voix afin d'essayer d'attirer l'attention du pokémon. Je sais parfaitement ce que tu ressens... Peur.. Tristesse.. et un vide aliénant que tu n'arrives pas à combler sans cette personne qui t'es chère. Dans mon cas, c'est ma famille qui me manque. Continua-t-il, tentant de convaincre le pokémon sauvage ou, du moins, de le faire agir en bien. Toi, qui as du te réveiller au milieu de nulle part, sous cette forme et qui cherches sans jamais rien trouver... Cette Amélie, n'aimerais tu pas la rejoindre ? Tu penses qu'elle serait heureuse de te savoir aussi triste, aussi seule... ? Je sais que tu m'entends... Alors, réponds-moi ! Ajouta-t-il, fronçant légèrement les sourcils. Si tu acceptes de nous accorder un peu de ta confiance, je te promets qu'on retrouvera le sépulcre de cette personne à laquelle tu tiens autant. Sinon... si tu refuses, non seulement tu ne la rejoindras pas, mais tu la rendras triste aussi. C'est ce que tu veux ? Là où elle demeure, elle devrait se reposer et non pas pleurer en voyant sa meilleure amie dans cet état... Je t'en prie. Cesse de nous attaquer en vain... termina-t-il. Il craignait une mauvaise réaction de la part de la branette, et, malgré ses jambes qui tremblaient légèrement, il ne manquait pas de détermination.

Nonobstant, le jeune chercheur avait parfaitement compris les propos de son aîné et avait décidé d'agir. Il n'était pas seul, en plus. Ses pokémons faisaient ce qu'ils pouvaient pour le protéger: Nyanko forçait un peu, tentant de maintenir la barrière autant que possible. L'insecte spectral resta près du brunet, tout comme la féline au pelage violacé, qui était prête à lancer n'importe quelle attaque sur le champ, si la branette ne réagissait pas.


Dernière édition par Alawn Die Nennvial le Dim 7 Avr - 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 24

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Dim 7 Avr - 12:50

Tentative de maîtrise de la situation. Alawn commençait à prendre les choses en mains. Tentative n°1 : raisonner la personne. Si les mots du jeune homme semblaient bien trouvés, ils n’avaient en revanche que peu d’impact. Tentant de faire un parallèle avec sa propre histoire afin de partager une émotion commune, l’androgyne utilisait les bonnes vieilles méthodes basiques et généralement efficace pour créer un lien l’agresseur et l’agressé. Mais peut-on stopper 20 ans de tristesse et de solitude alors que l’on pense se trouver devant l’homme à l’origine de tout ça ? Non. Bien sur que non. Pas comme ça. Pour cette poupée, il fallait un coupable. Justice et châtiment revenaient à la même chose pour elle. Peu importe qui serait touché tant que l’Homme « mauvais » par nature et venu la chasser souffrira autant qu’elle. Le problème était que bien que Drew était l’objet de sa haine, la poupée, ivre de rage, n’escomptait épargner personne. Et surtout pas celui qu’elle estimait comme étant un menteur.

« Petit garçon ment ! Maman est ici je le sais ! Menteur ! MENTEUR ! »
Un clou se mit à apparaitre près du cou de la petite fille. A sa vue, la pupille du quinquagénaire se rétracta presque instantanément. Cette image. Cette vision, eut l’effet d’un électrochoc sur le professeur qui dut passer en mode automatique. Pas le temps de réfléchir. Pas le temps de penser à autre chose qu’au moment de ses membres. Pas le temps de prévenir. Un juron innommable sorti de sa bouche alors que son corps prit la posture d’un sprinteur tandis que le clou s’enfonçait dans le corps de la petite fille. 5 mètres. 3 mètres. 2 mètres. 1 mètre. Saut ! Drew s’interposa entre son élève et la Branette, lançant un cristal tandis que l’attaque Malédiction le désigna comme cible finale. Le cristal, percuta le clou et l’empêcha de s’enfoncer jusqu’au bout, le brisant d’une seule traite. Heureusement. Car si survivre à une attaque Malédiction était déjà complexe, y survivre lorsque l’adversaire dispose d’une telle puissance tenait plus du miracle. Touché par la capacité à la puissance amoindrie par son geste, le psychiatre avait donc réussi à protéger son élève, l’obligeant en revanche en endurer une douleur impossible. Son premier cri de douleur fut le plus effrayant, raisonnant dans tous les bureaux comme celui d’un aliéné en proie à la folie. Continuellement pris de spasmes qui n’étaient en réalité que des réactions de son corps à des douleurs diverses et lancinantes frappant aléatoirement, il parvient tout de même à hurler deux ordres en même temps que ses cris de douleur alors que la poupée d’Amélie s’apprêtait à relancer l’assaut.

Parvenant à décrypter le sens des mots derrière les râles, Seriha et Sopia se placèrent entre leur maître et leur adversaire. La première créa un Mur Lumière qui les protégea de l’attaque Vibrobscur qui suivit la malédiction tandis que le second, lança une attaque Siphon, piégeant l’esprit revanchard dans une colonne d’eau. Le dernier Pokémon de Drew en revanche, s’était mu de son propre chef. Comprenant que la fin de son dresseur était proche, il se rua vers les fenêtres, détruisant une à une les vitres et les stores, laissant de nouveau passer la lumière du matin. La lumière toucha Drew, laissant s’échapper des volutes de ténèbres de son corps. Mais cela n’était guère suffisant. Cela ne lui offrait qu’un peu plus de temps. La douleur ayant baissé d’un cran, le professeur put enfin contracter ses muscles selon sa volonté. Prenant une position plus stable, genoux et coudes au sol, on entendait son bras droit taper le sol, comme s’il tentait de créer une autre douleur, maitrisable, qui allait prendre le pas sur les autres. Parvenant enfin à articuler correctement, le visage pourtant toujours crispé de douleur.


« Alawn, décide-toi ! Passé. Causes. Présent. Problème. Possibilités. Conséquences. Choix. Responsabilités. MAITRISE-LES ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Dim 7 Avr - 19:15

« Petit garçon ment ! Maman est ici je le sais ! Menteur ! MENTEUR ! »
La branette n'avait pas cru un seul mot du chercheur allant jusqu'à le traiter plusieurs fois de menteur. Soudainement, un grand clou apparut près du coup de la fillette. La suite déboussola Alawn qui n'avait à peine eu le temps de saisir ce qui venait de se passer lorsqu'il vit son aîné devant lui et quelque chose de brillant être lancé vers le spectre haineux.

Un cri de douleur puis des spasmes... Cette vision d'horreur le dépassait. L'empathie ne manqua point de lui transmettre les souffrances de son professeur, réussit à aviver la peur du rosalien qui ne savait plus vraiment ce qu'il devait faire. Le vieil homme avait dit quelque chose qui sembla incompréhensible et qui, pourtant, fut capté par les pokémons concernés. Il s'agissait d'un ordre lancé à la mentali et au minidraco qui utilisèrent les attaques Mur Lumière et Siphon, respectivement. L'attaque psychique avait été lancée en guise de protection tandis que l'aquatique était destinée à piéger l'esprit vengeur à l’intérieur du tourbillon.

Instinctivement, le riolu alla ouvrir détruire les vitres et les stores afin de laisser passer la lumière du jour dans la salle, comme s'il voulait refréner les effets de la malédiction lancée par la branette. Dès qu'il put, le psychologue changea de position et, après avoir frappé plusieurs fois le sol avec l'un de ses bras, le visage crispé, il articula :


_ Alawn, décide-toi ! Passé. Causes. Présent. Problème. Possibilités. Conséquences. Choix. Responsabilités. MAITRISE-LES !

Alawn mit ses mains sur sa tête. Il aurait voulu s'arracher les cheveux (fatigue et peur, ne sont pas un bon mélange), sur le coup, cependant, lorsque ses mains touchèrent son crane, un certain objet le cogna, lui rappelant qu'il l'avait et qu'il pouvait s'en servir. Ensuite, plusieurs idées traversèrent son esprit. C'était aussi confus que logique, pour lui et, jugeant qu'il n'y avait pas de temps à perdre, espérant que son plan marche, il attira l'attention de ses compagnons ainsi que ceux du psychologue, or il avait besoin de leur aide :

_ Écoutez-moi, le temps presse, j'ai besoin de vous tous. Les interpella-t-il avant de leur expliquer rapidement son plan, qu'il mit en œuvre dès que le Siphon se dissipa. Il utilisa le Scope Sylphe pour rendre à la branette shiney sa forme d'origine puis... : Nyanko-san, Jackpot !

Le miaouss lança son attaque directement, laissant que la mentali fasse léviter les pièces dorées pour reflète la lumière du soleil sur le pokémon spectre, l'affaiblissant, l'aveuglant un bref instant, le temps que le munja se déplace jusqu'à elle, se plaçant juste devant pour qu'elle soit obligée de plonger son regard dans le sien. Niniel s'était souvenu d'une capacité des Munja -qu'on n'avait pas encore prouvé mais qui était souvent mentionnée- avec laquelle ils aspiraient l'âme des êtres qui le regardaient dans les yeux. Certains pensaient que c'était quelque chose de contrôlable, d'autres différaient, disant que c'était une capacité passive.

Ensuite, les pièces tombèrent sur le carrelage et l’âme du pokémon fut aspirée par l'insecte spectral, laissant tomber deux objets. L'un était une poupée et l'autre une étrange plaque noire que Felicia récupéra, pensant que ça pouvait se casser, si elle heurtait le sol. La vieille femelle ne savait même pas ce qu'était-ce, mais elle savait que c'était quelque chose fragile.

Alawn resta un instant sans souffle : il avait l'impression d'avoir tué quelqu'un. Il se sentait mal et soulagé à la fois, parce qu'il avait réussi à se débarrasser de la branette avec l'aide de ses coéquipiers. Nyanko alla récupérer la poupée en chiffon pendant que le brun tentait de remettre un peu ses idées en place et revient juste après, posant la poupée à côté du psychologue. Il s'accroupit près de son aîné, regardant le sol, la peur qui tachait quelques minutes auparavant son visage s'était transformé en sérieux.


_ Ce fois, c'est vraiment fini, je pense... enfin, j’espère... murmura-t-il.

La leopardus revint -suivie par l'insecte spectral-, apportant à son dresseur sa trouvaille. Il rangea le Scope Sylphe dans sa sacoche puis saisit le mystérieux objet, le scrutant, intrigué. Il posa une main sur la tête de la féline, pour la caresser avant de remercier les pokémons de lui avoir prêté leur aide.
Revenir en haut Aller en bas
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 24

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Dim 21 Avr - 20:39

En quelques secondes, tout se termina. La douleur, la peur, l’adrénaline, tout ce qui restait c’était le calme et une seule interrogation : était-ce la meilleure solution ? Libéré de la malédiction du Branette, le professeur se coucha sur le dos, restant au sol quelques instants, le temps que la douleur se dissipe et qu’il reprenne un contrôle total sur son corps.


« Est-ce que tu te regardes en ce moment ? Est-ce que tu peux voir ce que tu es devenu ? Quand je t’observe, je ne vois déjà plus la même personne qu’il y a quelques minutes encore. Ton visage, emprunt d’un sérieux qui t’étais encore inconnu, emprunt d’une grandeur d’âme que tu ne connaissais pas. Tu te demandes si tu as fais le bon choix ? Telle est la question éternelle du Sybrater du Temps. Mais il n’y a pas de bon choix. Il n’y a que des sacrifices et un résultat. Qu’as-tu ressenti lorsque tu as eus cette idée ? Qui d’autre d’après toi aurait put avoir cette idée ? Tu avais tellement de Pokémon différents à utiliser, tellement de paramètres. Mais tu as instinctivement su les associer pour obtenir les conséquences que tu jugeais les plus préférables. »

Drew se redressa doucement et posa sa main sur l’épaule de son élève.

« « Alawn, que tu puisses avoir des regrets d’avoir du employer la manière forte, si tel est le cas, est tout à ton honneur. Mais regarde le résultat que tu as obtenu en faisant ce choix : je suis vivant, aucun de nos Pokémon n’est blessé et le Branette est encore en vie, prisonnier à l’intérieur de ton Munja. Je ne crois pas me tromper en disant que si j’avais pris quelqu’un d’autre pour m’accompagner, il y aurait eut des blessés, et ce Branette ne serait aujourd’hui plus de ce monde. »

Se relevant, et aidant Alawn à faire de même s’il était prêt à le faire dès à présent, Drew tentait de faire ce qu’il avait souvent, énormément de mal à faire : transmettre ses idées par les mots.

« Voila ce que je recherchais Alawn. Une personne capable de voir au-delà de ce que le reste du monde vivant peut observer. Une personne capable de réaliser des choses que l’existence même semble vouloir rendre impossible. Une personne qui cherche une solution et l’exécute, là où la réalité n’en laissait aucune. Je cherchais un Sybrater. »

Le professeur récupéra la tablette des mains du jeune homme sans agressivité aucune. L’objet à la main, il lui posa alors une dernière question. Une question qui allait lui permettre de savoir comment le combat de sa vie allait se dérouler.

« Être un Sybrater t’engagera inévitablement sur des responsabilités, des choix complexes qui pourront te faire souffrir, te faire douter, tout comme ils pourront t’apporter une grande joie. Et c’est pourquoi j’aimerai maintenant que tu me dises : es-tu prêt pour cet engagement ? Acceptes-tu d’être Sybrater du Temps ? Je sais que cette question est compliquée et je ne peux pas faire grand-chose pour te rassurer ou t’aider à la prendre. La seule chose que je peux te dire c’est que si tu acceptes, ne crois pas alors que tu me seras redevable en quoique ce soit. Peu importe la voie que tu choisiras, la façon donc tu voudras vivre ta vie, même si cela t’amène à me trahir, je serai toujours là pour t’aider à comprendre le concept que tu auras accepté d’incarner. Ce qui compte et qui comptera à jamais à mes yeux, c’est que ta vie en tant que Sybrater ait un sens. Un sens et une présence qui pourront inspirer ceux qui t’entourent, jusqu’à finalement permettre au monde de changer, de changer en quelque chose pour lequel nous n’auront plus jamais honte… »

Drew s’écarta quelques instants, il devait laisser au jeune homme le temps d’assimiler sa situation, ce qu’il venait de vivre et avant tout, lui laisser le temps de décider de ce qu’il allait devenir. Un silence lent et pesant envahis la pièce. Un silence accompagné par l’unique vibration, la sensation offerte par un rayon de soleil alors qu’il traverse la pièce dans laquelle vous êtes jusqu’à atteindre votre peau. Une fois que son élève semblait avoir reprit ses esprits, il lui demanda alors :

« Veux-tu créer ce monde ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   Dim 28 Avr - 15:48

« Est-ce que tu te regardes en ce moment ? Est-ce que tu peux voir ce que tu es devenu ? Quand je t’observe, je ne vois déjà plus la même personne qu’il y a quelques minutes encore. Ton visage, emprunt d’un sérieux qui t’étais encore inconnu, emprunt d’une grandeur d’âme que tu ne connaissais pas. Tu te demandes si tu as fais le bon choix ? Telle est la question éternelle du Sybrater du Temps. Mais il n’y a pas de bon choix. Il n’y a que des sacrifices et un résultat. Qu’as-tu ressenti lorsque tu as eus cette idée ? Qui d’autre d’après toi aurait put avoir cette idée ? Tu avais tellement de Pokémon différents à utiliser, tellement de paramètres. Mais tu as instinctivement su les associer pour obtenir les conséquences que tu jugeais les plus préférables. »

Le professeur se coucha sur le dos, histoire de laisser passer la douleur. Une fois qu'il eut prononcé ces mots, il se redressa doucement, avant de poser une main sur l'épaule du rosalien qui commençait à avoir mal au crâne. Il avait besoin de ses neuf heures de sommeil s'il voulait pouvoir tenir la journée entière. Il aurait bien voulu avoir son malaxeur à portée de main ou une bonne infusion de fleurs d'Oran.

L'engin était un cadeau de son descendant Ranmaru Die Nennvial, sa seule famille, à présent. Il le lui avait offert peu après son arrivée à notre époque puisqu'il était sujet aux migraines. Cela le détendait et le soulageait énormément. Parfois, il s'en dormait même en se malaxant doucement le crane avec ! C'était quelque chose d'important pour lui. Alors que n'importe qui aurait pensé que c'était d'une babiole sans valeur, pour lui, c'était comme THE doudou pour un enfant.

_ Alawn, que tu puisses avoir des regrets d’avoir du employer la manière forte, si tel est le cas, est tout à ton honneur. Mais regarde le résultat que tu as obtenu en faisant ce choix : je suis vivant, aucun de nos Pokémon n’est blessé et le Branette est encore en vie, prisonnier à l’intérieur de ton Munja. Je ne crois pas me tromper en disant que si j’avais pris quelqu’un d’autre pour m’accompagner, il y aurait eut des blessés, et ce Branette ne serait aujourd’hui plus de ce monde. continua le quinquagénaire, se relevant puis aidant son élève à le faire, aussi. Voila ce que je recherchais Alawn. Une personne capable de voir au-delà de ce que le reste du monde vivant peut observer. Une personne capable de réaliser des choses que l’existence même semble vouloir rendre impossible. Une personne qui cherche une solution et l’exécute, là où la réalité n’en laissait aucune. Je cherchais un Sybrater.  ajouta-t-il, récupérant la mystérieuse tablette. Ensuite, il poursuivit son discours : Être un Sybrater t’engagera inévitablement sur des responsabilités, des choix complexes qui pourront te faire souffrir, te faire douter, tout comme ils pourront t’apporter une grande joie. Et c’est pourquoi j’aimerai maintenant que tu me dises : es-tu prêt pour cet engagement ? Acceptes-tu d’être Sybrater du Temps ? Je sais que cette question est compliquée et je ne peux pas faire grand-chose pour te rassurer ou t’aider à la prendre. La seule chose que je peux te dire c’est que si tu acceptes, ne crois pas alors que tu me seras redevable en quoique ce soit. Peu importe la voie que tu choisiras, la façon donc tu voudras vivre ta vie, même si cela t’amène à me trahir, je serai toujours là pour t’aider à comprendre le concept que tu auras accepté d’incarner. Ce qui compte et qui comptera à jamais à mes yeux, c’est que ta vie en tant que Sybrater ait un sens. Un sens et une présence qui pourront inspirer ceux qui t’entourent, jusqu’à finalement permettre au monde de changer, de changer en quelque chose pour lequel nous n’auront plus jamais honte…

L'originaire de Kanto s'éloigna un peu du chercheur, histoire de lui laisser un peu de temps pour assimiler toutes les informations qu'il venait de lui donner. Alawn fronça légèrement les sourcils, massant discrètement ses tempes. Il clignait souvent les yeux à cause de la fatigue donc son cerveau tarda un peu à tout organiser et enregistrer. S'il voulait devenir Sybrater du Temps ? À quoi cela pourrait lui servir ? Pourquoi deviendrait-il un Sybrater ? Est-ce vraiment une bonne chose ? Pourquoi est-ce qu'il viendrait à trahir le psychologue ? Quelle vie mènerait-il et en quoi celle-ci pouvait changer, comparée à celle qu'il vit, maintenant ? Toutes ces questions ne faisaient qu'accroître cette affreuse migraine qui s'était confortablement installée dans sa boite crânienne.

_ Veux-tu créer ce monde ? termina le psychologue, une fois que Caïn put enfin barrer quelques unes des interrogations qui le turlupinaient.

_ Un monde qui se changerait en quelque chose pour lequel on n'aurait plus à avoir honte... murmura-t-il, se parlant à lui-même.

Quel genre de monde aimerait-il créer et pourquoi ? Alawn posa son regard ambré sur son miaouss aveugle, le reprenant dans ses bras, réfléchissant encore un peu. Il laissa sa phrase en suspens quelques secondes avant de regarder à nouveau son aîné.

_ Oui, je le veux. Toute fois... Être Sybrater du Temps... me semble une bonne voie. Bien que je l'aie refusée il y a quelques heures. Si je deviens un Sybrater, comme vous dites, aurais-je davantage de responsabilités ? Enfin, cela me semble logique, puisque c'est un engagement -du mois, je pense-. Nonobstant... est-ce qu'il y aura des contraintes dans ce choix ? Par contraintes, je ne désigne point les obligations mais les choses auxquelles je serais forcement exposé et que je devrais absolument affronter. Des choses que je ne pourrais guère éviter... répondit-il, confirmant qu'il voulait être Sybrater mais qu'il avait besoin de plus d'informations. Sa curiosité le poussait à se poser maintes questions qui ne faisaient que le confondre davantage. Ma question -ou mes questions, plutôt- sont un peu... farfelue. Veuillez m'excuser si ce n'est pas très explicite mais... Je n'arrive pas vraiment à m'exprimer. La migraine et la fatigue ne me permettent pas de réfléchir correctement. D'ailleurs... Est-ce qu'on pourrait continuer d'en parler une fois dehors ? Je n'aime pas vraiment les tours, vous savez... Ajouta-t-il avant de balayer la salle du regard.

Il n'aimait pas être dans un endroit ayant plusieurs étages. C'était la raison pour laquelle son descendant lui avait demandé une chambre au premier étage du dortoir de Gakuen. Les tours lui rappelaient le sale quart d'heure qu'il avait passé lors de l'incendie de la Tour de Cuivre ainsi que la perte de ses parents. Son grand-père qui était un bonze de la Tour Chetiflor y était quelqu'un de très strict alors les droits comme celui-ci ne faisaient de l'angoisser. De plus, ils devaient rendre visite à cette Amélie, histoire de libérer le branette près d'elle, de sa sépulture.


Mot HRp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Mission: Terminé]Souviens-toi de l'été dernier... [Pv: Drew Kaiten]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Majandra et Danny Strong : Souviens-toi... L'été dernier, Scream... (parodie)
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
» COMICS PLACE : la petite émission
» Offre terminée.
» Avis de marché - Paris - Musée Rodin - Mission de restaurateur conseil - conservation préventive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: Hors Rpg :: Rps Terminés-
Sauter vers: