Partagez | 
 

 Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Ven 2 Nov - 2:18

Des humains… des centaines d’humains… et donc un danger omniprésent. Voilà ce que n’importe quel pokemon sauvage devrait retenir d’une visite en plein centre ville. Et évidemment, Kipix ne faisait pas exception à la règle : après avoir eu la plus grande peur de toute sa vie en se retrouvant par hasard au milieu de cette ville immense, la renarde savait à présent à quoi s’en tenir ! Malheureusement, le bon sens de l’enfant était loin d’égaler ses différents péchés mignons… et notamment sa gourmandise inextinguible.

A croire que la totalité des erreurs de l’enfant pouvaient se résumer en un seul et unique défaut ! En y réfléchissant, c’était peut-être le cas… après-tout, en dehors de ce point, Kipix n’avait vraiment rien à se reprocher ! Sans être pour autant une enfant irréprochable, elle n’était pas aussi casse-cou que nombre d’autres pokemons.

Bref, l’heure n’était pas aux éloges… car aujourd’hui, la bêtise de l’enfant était à son paroxysme. Puisant en elle un courage aussi inconscient que volatile, Kipix s’était mise en tête d’effectuer une sorte de mission secrète au milieu du territoire des humains pour ramener chez elle de quoi se nourrir pour plusieurs mois ! Une mission aussi stupide qu’impossible. Non seulement elle n’avait aucune idée d’où aller chercher cette mystérieuse nourriture, mais elle n’avait pas non plus réfléchit à un moyen de la transporter jusqu’au cœur de la forêt… en résumé, elle n’avait absolument rien préparé. Ah, si, elle avait préparé un petit discours triomphant qu’elle réciterait devant son ami Capumain une fois revenue chez elle ! Mais ce détail ne risquait pas de renforcer les chances de réussite de sa mission...

Cette idée folle lui était venue rapidement après son premier passage en ville. Une fois rentrée chez elle et installée bien à l’abri au fond de son terrier, la petite avait pu réfléchir posément à ce qu’elle avait retenu de cet enfer. Et après une longue réflexion enfantine, Kipix avait résumé la situation aussi simplement que possible : "Une ville, c’est un endroit bizarre sans herbe avec plein d’humain dangereux et au moins autant de manger".
Après-tout, elle était arrivée en ville au milieu d’un camion rempli de nourriture, elle était rentrée la tête la première dans un tube de métal rempli de nourriture à moitié dévorée mais encore mangeable, et surtout, le principal, elle avait ressenti des odeurs aussi variées qu’appétissantes au détour de chaque coin de rue. Après avoir pesé le pour et le contre aussi équitablement qu’une balance posée sur une table penchée, Kipix avait finalement conclu que le risque valait la peine d’être couru.

L’enfant parcourait les rues avec une discrétion illusoire qu’elle pensait pourtant efficace. Et comme preuve de son efficacité, Kipix se basait sur les réactions des différents humains qu’elle avait croisés jusqu’ici… et étant donné que visiblement, personne ne semblait lui accorder la moindre importance, elle en avait rapidement déduit que son camouflage fonctionnait à merveille ! Mais quel camouflage, me direz-vous ? Hé bien, pour essayer de passer inaperçu, Kipix avait décidé d’utiliser une technique de Capumain qui avait toujours fonctionné durant ses différentes parties de cache-cache dans la forêt. Armée d’une feuille bien touffue entre ses crocs, elle avançait en rampant pour être sûre de bien se fondre dans le paysage !

Au cas où vous vous le demanderiez, Kipix avait tout de même eu un doute quand à sa méthode en se rappelant qu’il n’y avait absolument pas d’arbres ni d’herbe là où elle se rendait. Mais qui ne tente rien n’a rien. Toujours est-il que question camouflage, la petite n’était vraiment pas au point… d’ailleurs, maintenant qu’elle y repensait, elle n’avait jamais gagné une seule partie de cache-cache ! Et si personne ne chercha à perturber l’enfant dans sa folie durant les vingt premières minutes de son périple, sa tranquillité ne dura pas beaucoup plus longtemps…

Alors qu’elle traversait une des nombreuses ruelles dont les murs empêchaient les rayons du soleil d’atteindre le sol, Kipix se vit barrer la route par une paire de chaussures immobiles. Gardant foi en son camouflage de mauvaise facture, elle décida de faire ce qu’il y avait de mieux à faire dans ce genre de situation – selon elle – : rester parfaitement immobile et faire le buisson jusqu’à ce que l’autre s’en aille.

Mais évidemment, l’humain ne s’était pas mis en travers de la route de Kipix sans raison. D’ailleurs, bien qu’elle fixait uniquement les jambes de l’humain, elle l’entendit discuter avec d’autres humains qui semblaient se rapprocher d’elle. Si seulement la petite avait pu comprendre ce dialecte étrange… sans doute aurait-elle compris qu’elle était bel et bien au cœur de la conversation, et qu’il était temps de courir à présent ! Et étant donné le look rebelle de ces humains, ils ne risquaient pas de se contenter d’une petite caresse ou deux !

Kipix resta immobile un bon moment, provoquant des rires de la part de ses agresseurs. Jusqu’au dernier moment, elle garda l’espoir de ne pas avoir été repérée… elle alla même jusqu’à fermer les yeux pour essayer de disparaitre aux yeux de tous ! Oui, il n’y a aucun lien entre les deux ! Mais laissez donc cette jeune Goupix découvrir les choses par elle-même ! D’ailleurs, elle le remarqua bien assez tôt.
Le premier humain s’était abaissé avec un sourire sadique pour attraper Kipix entre ses grosses paluches. Et à la seconde où ses doigts entrèrent en contact avec le pelage de la jeune renarde, celle-ci se laissa aller à la panique. Abandonnant finalement son camouflage au sol, elle mordit l’un des doigts de l’humain pour l’obliger à la lâcher avant de partir en courant dans la direction opposée.
Malheureusement, elle n’eut pas l’occasion d’aller bien loin. Un rayon rouge lui barra la route, et laissa rapidement place à un Léopardus au regard inquiétant. Et d’après le ton énervé avec lequel son maître lui donnait ses instructions, cette bestiole n’allait certainement pas arranger les affaires de l’enfant.

Toute tremblante, Kipix fit volte-face pour dévisager la petite troupe d’humains qui s’avançaient. Elle avait une mission… elle devait réussir ! C’était une question de… de… de repas ? Allez, disons-ça ! Bref, c’était important, quoi ! Poussée par l’envie de réussir ce qu’elle était venue faire ici, Kipix montra les crocs et se mit à cracher sa hargne en direction des humains, prête à les attaquer s’ils faisaient ne serait-ce qu’un pas de plus !

Derrière-elle, le Léopardus n’eut qu’à s’approcher pour ruiner cet étrange courage que l’enfant avait réussi à rassembler… en sentant l’autre pokemon poser lourdement une de ses pattes à quelques centimètres d’elle, Kipix sursauta, retomba sur l’arrière-train… et se mit à pleurer toutes les larmes de son corps. Ah ça… elle n’aura pas joué les fières bien longtemps ! Le combat ne s’était même pas engagé, et elle s’abandonnait déjà aux larmes !
Revenir en haut Aller en bas
Basile
Lieutenant des services secrets Pokémon
avatar

Masculin Balance Cheval
Messages : 211
Date de naissance : 01/10/1990
Date d'inscription : 22/02/2012
Âge réel : 26
Localisation : Carmin-sur-mer

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent:

MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Ven 2 Nov - 10:16


Basile venait enfin de s'introduire en ville. Que de monde ! Tellement d'humain ici et là qu'il en fut gêné, voyant peu de Pokémon hors de leur Pokéball, pour la sécurité sûrement. Il faisait nuit noire, l'heure des excès en tout genre, tous les bars et salons de jeu ouverts, les humains allaient et venaient, certains titubaient, avaient une voix bizarre. C'était l'effet de l'alcool sur les humains ? A vrai dire Basile n'avaient pas l'occasion d'en être témoin souvent. Lui quand il avait l'occasion d'en boire ça ne lui faisait rien de spécial, enfin juste que la tête lui tournait un peu à cause des vapeurs qui remontaient. De toute façon il ne buvait pas souvent d'alcool, juste quand un des officiers voulait fêter quelque chose, mais ça s'arrêtait là. Dans ce tumulte omniprésent il se sentait observé n'importe où où il se dirigeait, sa présence ne devait sûrement pas être discrète au vue des regard curieux qui se pointaient sur lui, surtout qu'il n'était pas habillé de façon ordinaire pour un Pokémon, et sa carrure imposante se faisait remarquer, sans parler du danger ambulant qu'il inspirait aux passants qui s'écartaient le plus possible car il faisait chaud tout d'un coup dans le coin.

D'ailleurs pourquoi s'était-il mis dans l'idée de se balader dans la ville ? Pas pour s'acheter des vêtements ça c'est sûr, ni même pour se divertir. En fait il s'était laissé attiré par l'odeur de la nourriture, son estomac avait été plus fort que sa raison cette fois-ci, et puis il commençait à en avoir sa claque des baies. Des baies par-ci, des baies par-là... il voulait goutter à tout autre chose. Mais comment ? Il n'avait aucun moyen de se procurer de la nourriture préparée par les humains, il lui fallait de l'argent et il n'était pas accompagné d'un humain... cruel dilemme. Voler lui ? Non ce n'était pas du tout son genre, il était honnête. Peut-être y aurait-il eu une âme charitable qui pouvait lui faire partager un peu de son repas ? L'espoir faisait vivre après tout. De toute façon vu comment les humains s'écartaient de lui comme la peste il n'allait pas pouvoir espérer grand chose. Cela en fut assez pour lui et il quitta la rue principale pour s'engouffrer dans une ruelle non loin de là.

On n'y voyait rien à plus de cinq mètre devant soi tellement il faisait sombre. Il avait cette chance de pouvoir s'éclairer tout seul sans souci, mais ce n'était pas suffisant pour avoir un champ visuel profond. Il bifurqua, prit par la droite, puis la gauche, puis aperçu une autre ruelle. En fait il ne savait pas où il se dirigeait. L'endroit était carrément désert mis à part quelque Cornèbres ici et là qui venaient le narguer du haut de leur fil électrique. Ils étaient toujours aussi agaçant ces bestiaux pensa-t-il. Leurs yeux étincelant à la recherche de n'importe quel objet brillant. Basile sentait pourquoi ils étaient perchés dans les parages. Ses plaques militaires avait sûrement du briller à un certain moment pour que cela attire l'attention de ces pickpockets à plume. Maudits piafs ! Qu'ils approchent s'ils l'osent ! Ils leur mettraient une bonne rouste !

Bref, Basile continua son parcours dans l'obscurité, sans aucun repère et sans personne pour l'aider, et ce n'était sûrement pas ces oiseaux de malheur qui l'aiderait, oh que non ! Cependant au détour d'une autre ruelle il entendit une voix et des gémissements. La voix semblait humaine et les gémissements provenant à priori d'un Pokémon. Il se dirigea alors vers la source des gémissements et vit enfin la lumière d'un Lampadaire. Des humains s'y trouvait ainsi qu'un Léopardus qui posait lourdement sa patte sur un tout petit Goupix, une femelle à priori, et c'était elle qui gémissait d'ailleurs ! Le grand Pokémon feu analysa brièvement la situation et s'approcha du groupe. Le Léopardus se mit à grogner férocement à son approche, renforçant son emprise sur le petit renard de feu, le Maganon s'arrêta alors net. Sa présence gênait visiblement mais il sentait que quelque chose de louche se produisait. Il parla en direction du Léopardus mais aussi indirectement aux humains derrière lui, même s'ils ne comprendraient rien de son langage:


"Je peux savoir ce que vous avez l'intention de faire avec cette jeune Goupix ? Relâchez-la et il ne vous arrivera rien" S'exclama-t-il tout en pointant son canon vers les humains.

Basile resta méfiant, il ne connaissait pas assez bien la situation pour agir de quelque façon que ce soit. Il attendit donc simplement la réaction de ceux qu'il venait de croiser.






Dernière édition par Basile le Lun 14 Jan - 0:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Sam 22 Déc - 3:37

La pauvre Kipix était complètement immobilisée par son assaillant. Terrorisée, elle n’essayait même plus de se débattre à travers les griffes aiguisées du Léopardus mais se contentait de hurler toute sa peur au détriment des oreilles du félin. Ce dernier, par ailleurs, commençait à s’impatienter. Il mourrait d’envie de faire taire cette créature ridicule et n’attendait qu’un signe de la part de son maître pour assouvir ses désirs macabres.

Malheureusement, ses projets furent interrompus par un Maganon affublé d’un étrange béret vert. Jouant les justiciers solitaires, le Pokémon menaça le groupe d’humain :


« Je peux savoir ce que vous avez l'intention de faire avec cette jeune Goupix ? Relâchez-la et il ne vous arrivera rien » S'exclama-t-il tout en pointant son canon vers les humains.

Amusés par ce Pokémon téméraire, les humains éclatèrent de rire. Voilà des mois qu’ils faisaient la loi dans cette ruelle, ils n’allaient certainement pas se laisser faire par un simple Pokémon ! Loin d’être impressionnés par leur adversaire, les humains se rapprochèrent en ricanant, armés de divers objets contondants. A priori, ils voyaient en ce Pokémon solitaire la cible idéale pour leurs méfaits du jour.

Inquiète en entendant le bruit métallique des armes humaines qui se rapprochait, Kipix tenta de remuer la tête pour observer la scène. Que comptaient-ils faire de ces choses ? L’enfant ne connaissant rien à l’univers des humains, elle ignorait tout de ces choses destinées à blesser. Pour elle, la pire invention ayant été créée dans cette ville prenait la forme d’une simple sphère rouge et blanche… mais elle allait rapidement comprendre qu’elle était loin de la vérité, l’imagination des humains n’avait pas de limite quand il s’agissait de blesser autrui. La peur se lisait dans ses petits yeux d’enfant, pour le plus grand plaisir du léopard sur son dos. Voyant que les humains ne s’occupaient plus de la jeune Goupix, le Léopardus vit là une occasion de se débarrasser de cette gamine un peu trop bruyante à son goût.


« La relâcher ? Mais volontiers… tient, attrape-là ! » Répondit l’animal avec un air de folie dans le regard, avant de projeter la minuscule boule de poils roux dans les airs, non loin de l’autre Pokémon feu.

Sitôt qu’il eut terminé son geste et sa phrase, le fauve se lança lui-aussi à l’assaut du pauvre Maganon, devançant le groupe d’humains décadents. Ses griffes s’entourèrent d’une ombre inquiétante, signe que le Pokémon utilisait l’une de ses capacités favorites pour tenter de blesser son adversaire.

Pendant son court vol-plané, Kipix eut l’occasion de regretter longuement d’être venue seule jusqu’ici. Si seulement elle n’avait pas été si gourmande… pourtant, elle avait bien remarqué le danger de la ville lors de sa première visite ! Des humains partout ! Des Pokémon privés de leur liberté, voués à devenir fou comme ce Léopardus, ou à être battus à mort jour après jour… voilà ce qu’elle comprenait de cet endroit maléfique.

Mais ce qui occupait le plus son esprit pour le moment… c’était cette douleur qu’elle ressentait dans le bas du dos. Aussi doux qu’un Grolem en colère, le Léopardus n’avait pas hésité à planter l’une de ses griffes dans le petit corps fragile de la renarde pour l’empêcher de fuir. Une blessure bénigne, laissant à peine s’échapper un mince filet de sang du corps de la jeune Goupix. Mais une véritable blessure, la toute première blessure sanglante qu’un autre Pokémon lui infligeait volontairement…

Elle avait peur. Peur que cette douleur ne cesse jamais. Peur que cette horrible créature ténébreuse ne lui remette la main dessus. Peur de cet instant où elle toucherait le sol. Peur de cette ville immense qui regorgeait de dangers pour un bébé Pokémon comme elle.
Et au milieu de cette vision terrifiante, une seule lumière semblait dissiper les ténèbres du danger. Une créature mystérieuse dont elle ignorait jusqu’au nom, mais dont la nature attirait son regard : un Pokémon feu qui illuminait sa vision brouillée par les larmes.

Hurlant plus fort qu’elle ne l’avait jamais fait, Kipix appela ce Pokémon à l’aide. Elle ne le connaissait pas… mais à coté de ces humains et du monstrueux Léopardus qui les accompagnait, n’importe qui pourrait se faire passer pour un être sympathique à ses yeux. Il devait la rattraper, et la sauver de ces créatures maléfiques !

Sauf que le Maganon risquait d’être légèrement surchargé à présent. Il y avait évidemment cette Goupix qu’il valait mieux rattraper pour lui éviter une mauvaise chute, mais également ce Léopardus qui chargeait, suivi d’un petit groupe d’humains aux intentions plus que douteuses… autant dire que, tout comme Kipix, le Maganon avait mal choisi sa route aujourd’hui.


Dernière édition par Kipix le Dim 23 Déc - 1:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Basile
Lieutenant des services secrets Pokémon
avatar

Masculin Balance Cheval
Messages : 211
Date de naissance : 01/10/1990
Date d'inscription : 22/02/2012
Âge réel : 26
Localisation : Carmin-sur-mer

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent:

MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Sam 22 Déc - 23:18


Des petites frappes du coin apparemment. Ils s'étaient avancés vers le pokemon militaire sans aucune crainte, tout en ricanant en choeur. Il l'encerclèrent et sortirent chacun une lame de leur poche, puis jouant avec pour montrer leur dextérité. Basile aurait bien voulu voir l'un d'eux se blesser en faisant le malin de la sorte, mais ils avaient de l'expérience dans le domaine visiblement. Ils faisaient partie de ces humains détestables qui se cachaient derrière leurs outils, leur armes, leur engin de destruction, toutes ces choses qui répugnaient le Maganon tant il avait souffert de ce genre de chose par le passé. A présent ce n'était plus pareil, il s'y connaissait davantage et était capable d'appréhender la situation. Mais il ne pouvait pas agir n'importe comment, il se trouvait tout de même dans une ville. Aucun accident ni destruction de mobilier ne devait être envisagé, il fallait la jouer malin et pas bourrin. Heureusement pour lui, la vie à l'armée l'avait rendu plus malin et il s'était mis à analyser davantage la situation avant d'agir.

*Vous avez de la chance les raclures, quelques années auparavant je vous aurais déjà mis au tapis, sans même me préoccuper de votre état de santé.*

Ils s'étaient avancés un peu plus, cette fois-ci ils se mirent en position offensive. Ils ne riaient plus à présent. Basile resta concentré, la tension était palpable, l'adrénaline commençait à monter. les flammes du Maganon s'intensifièrent. Il avait cette fois-ci engagé son état "danger", état dans lequel il ne retient plus sa chaleur corporelle et la laisse se répandre à travers sa peau. Il changea d'ailleurs un peu de teinte et passa à un rouge un peu plus vif, de la fumée s'échappait aussi. Le bitume sous ses pieds commençaient à ramollir et l'air ambiant autour de lui avoisinait à présent les 300°C, l'équivalant d'un four à la température maximale. Les crapules commencèrent à s'écarter, se protégeant le visage. Maintenant, même s'ils essayaient de l'attaquer, ils seraient brûlés au plus haut degrés, de toute façon la chaleur étaient devenues insoutenable pour eux.

La petite Goupix pleurait toujours sous l'emprise du Leopardus. Ce dernier réagit alors, suite à la première remarque qu'il avait faite en arrivant, balançant le petit pokemon feu dans les airs assez haut vers sa direction. Il allait lui lancer l'attaque Griffe ombre aussi vu ce qu'il préparait. Vite vite un choix !! Attraper le Goupix d'abord et se faire attaquer par la suite ? Oh et puis non pas question, un peu aux autres de se prendre des pignes!! On dira qu'il y a eu légitime défense!! C'était le moment ou jamais!

Griffe ombre lancée... Goupix dans les airs... Vermines étouffant de chaleur... et dans tout ça, un Maganon au starting bloc. Encore cinq mètres... quatre mètres... trois... deux... un...


*Point break!!*

KBAM !!

L'éclair d'un instant un bref coup partit, l'un des pokemons fut propulsé violemment contre un mur, un autre était resté sur place, puis un autre fut rattrapé de justesse.

Basile était vainqueur, il n'avait pas bougé d'un cil, son ennemi s'était écrasé contre un mur sous l'effet de son attaque Mach-Punch. Le point droit du Maganon était restait dans sa position, le bras en avant, de même que la position de son bras gauche était restait inchangé. Le bras en l'air, tenant le goupix qui l'avait échappé belle. Enfin le pokemon feu se remit sur ses positions, reposant par terre la petite renarde.

Les humains eux étaient toujours là, mais Basile les acheva d'une attaque Groz'yeux qui leur suffit à détaler. Il revint dans un état normal, puis soupira d'une lassitude profonde. Pour lui ce n'était qu'une petite affaire. Il tourna à présent son attention sur la petite Goupix, en larme. Il s'assit en face d'elle et l'examina brièvement.


"Ma foi, c'est ton jour de chance ma petite, enfin si on peut parler de chance. Fit-il en se grattant la tête. Tu n'es pas blessé au moins ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Lun 24 Déc - 4:19

Un affrontement des plus impressionnants se déroula sous les yeux de la petite renarde apeurée. Tout se passa si vite… le temps d’un simple vol plané, Kipix avait été incapable de suivre la totalité de l’action. Elle ne put que constater le résultat à l’instant où elle fut rattrapée de justesse par son mystérieux sauveur. La température avait agréablement augmentée, tandis que le gros matou s’était retrouvé propulsé contre un mur. Quand aux humains, ils détalaient à présent sans quémander leur reste. Bien que l’enfant soit toujours aussi tremblotante, la surprise semblait avoir pris le pas sur la peur. Les yeux embués de larmes, elle observait la scène sans vraiment comprendre ce qui venait de se dérouler dans cette sombre ruelle. Pour résumer, elle n’était sûre que d’une chose : ce Pokémon inconnu ne lui voulait aucun mal, contrairement aux humains.

Lorsque le Maganon s’assit face à elle, Kipix se laissa de nouveau aller aux larmes. Tel un enfant pleurant après une simple frayeur, elle bondit pour se réfugier dans les bras du Pokémon, cachant son visage contre le ventre chaleureux de son sauveur.


"Ma foi, c'est ton jour de chance ma petite, enfin si on peut parler de chance. Fit-il en se grattant la tête. Tu n'es pas blessée au moins ?"

Kipix releva la tête pour observer le visage de son sauveur. Il avait un physique… assez improbable. Mais il émanait de lui une certaine bienveillance qui rassurait l’enfant. De plus, le contact de son corps brûlant était aussi agréable pour la Goupix qu’un doux coussin l’aurait été pour tant d’autres. Petit à petit, ses sanglots se firent moins présents. Le calme était revenu dans la ruelle… la peur passée, elle pouvait enfin commencer à oublier cette mauvaise mésaventure.
Après une bonne minute sans pouvoir articuler la moindre phrase, Kipix réussit finalement à répondre au Maganon :


« J’ai… ils voulaient… ils étaient méchants ! Et… il m’a tapé ! Moi je voulais partir, mais il me tapait quand même ! », Articula-t-elle, d’une voix coupée de soubresauts.

Ses proches lui avaient pourtant déjà expliqué que les humains étaient des créatures terrifiantes… mais jamais elle n’aurait imaginé que leur contact serait si douloureux ! Bien trop préoccupée par cette expérience atroce, elle ne pensait déjà plus à sa blessure de laquelle s’échappait pourtant un très mince filet de sang. Goutte à goutte, le liquide descendait le long de son dos jusqu’à sa patte droite pour aller s’écraser au sol et former une petite tâche pourpre.
Après plusieurs autres plaintes sur le même registre, Kipix finit tout de même par poser une question censée à son sauveur :


« Mais pourquoi ? Pourquoi le Pokémon était avec les méchants humains ? Et pourquoi ils m’ont tapé ? », Questionna-t-elle, bien curieuse de comprendre la raison de cet acharnement sur sa personne.

Elle n’avait pourtant rien fait de mal… du moins, selon elle. De toute façon, elle ne connaissait pas ces gens ! En plus d’être un véritable cauchemar, cette histoire était un véritable mystère pour la jeune enfant insouciante qu’elle était.
Toujours collée contre le Maganon, Kipix se serrait le plus possible contre son corps, comme pour l’empêcher de repartir en la laissant au milieu de cet enfer. Dans cette position, elle se sentait en sécurité… et elle pouvait repenser à la raison de sa venue ici. Même en y réfléchissant, elle ne comprenait pas la raison de cette attaque. Après-tout… elle ne cherchait qu’une chose :


« Moi, je voulais juste trouver à manger ! Pas qu’un Pokémon il me saute dessus ! » Reprit-elle avant de fondre en larmes une nouvelle fois.

En guise de confirmation, son estomac gargouilla bruyamment. Et toute cette histoire n’avait certainement pas arrangé ce point…
Revenir en haut Aller en bas
Basile
Lieutenant des services secrets Pokémon
avatar

Masculin Balance Cheval
Messages : 211
Date de naissance : 01/10/1990
Date d'inscription : 22/02/2012
Âge réel : 26
Localisation : Carmin-sur-mer

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent:

MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Jeu 27 Déc - 17:41

Ses sanglots commençaient à diminuer, elle avait l'air vraiment terrifiée ! Elle se jeta dans ses bras et se mit à hoqueter suite à son chagrin. Depuis qu'il avait rencontré Charmander et qu'il avait fait face à son innocence, il avait déjà un peu plus d'expérience avec les plus jeunes. Cette Goupix semblait tout de même bien plus petite que le Salamèche. Il avait compris qu'il avait beaucoup de chose à apprendre de la jeunesse, cela lui redonnerait davantage d'espoir, d'allégresse. C'était tout de même la deuxième fois qu'il rencontrait un enfant, qui plus est non accompagné. Ce devait être dur de vivre de la sorte à cet âge. Basile n'avait pas eu ce problème, il avait sa mère qui s'occupait de lui, qui le câlinait, se souciait de lui, peut-être un peu trop même, puis il avait rencontré Cubitus qui était devenu son meilleur ami, encore aujourd'hui et pour longtemps après. Néanmoins la solitude, il l'avait vécu, et il en garde un très mauvais souvenir, une phase vraiment sombre pour lui. Peut-être était-ce pour cela qu'il ne pouvait s'empêcher d'aider ces individus amenés à vivre seul. Peut-être qu'après tout la petite renarde s'était juste égarée de son groupe et qu'elle avait atterri ici, au mauvais endroit, au mauvais moment. En tout cas la détresse se lisait clairement dans ses yeux. Elle se mit enfin à lui parler, hoquetant entre chaque passage de sa phrase.

« J’ai… ils voulaient… ils étaient méchants ! Et… il m’a tapé ! Moi je voulais partir, mais il me tapait quand même ! »

Quelque chose de sûr en tout cas, c'est qu'il avait bien fait d'agir de la sorte. La maltraitance devait être sanctionnée et il avait bien fait de lui rendre la monnaie de sa pièce. D'ailleurs des grognements se firent entendre au loin. Le léopardus reprenait ses esprits, mais il était encore à terre, grimaçant de douleur, le choc avait tout de même été violent mais le pokemon feu avait pris soin de ne pas y aller trop fort non plus, juste de quoi le rendre hors-service pendant un moment, le temps qu'il se rende compte du châtiment qu'il méritait, peut-être que d'ailleurs avec un peu de chance il deviendrait moins crapuleux que ses donneurs d'ordre. Mais il ne se faisait pas d'illusions car dans la plupart des cas, les pokemons suivaient la voie de leur maître, par peur de réprimande ou par absence d'autre modèle. Basile maudissait le sort de ces Pokémons.

Le Pokemon militaire s'aperçu un peu après qu'une tache rouge foncée s'était formée sur le sol. Il remonta à la source, ce qui confirma ses craintes. La petite n'y avait pas échappé finalement. Cela ressemblait à une mince perforation, sans doute une des griffes du Léopardus était passée par là alors qu'elle était plaquée au sol lourdement par une de ses pattes. On pouvait qualifier cela d'une blessure bénigne, du moins c'est le jugement qu'il en avait, ce n'était sans doute pas le même point de vue pour la Goupix, mais bon, ça passera et ce ne sera plus qu'un mauvais souvenir. En tout cas il y avait eu bien plus de peur que de mal. Il tenta alors de la rassurer du mieux qu'il pouvait, la caressant dans le sens du poil, essuyant également ses larmes tout en l'apaisant de sa voix plus que grave (ce qui était assez paradoxal pour lui encore une fois mais tant pis, il fallait faire avec).


- Là... ne t'en fais pas, c'est fini. Il ne t'arrivera rien avec moi.

Il tenta un sourire, mais juste une fois, après il abandonna l'idée car il se sentait mal à l'aise à se forcer de la sorte.
Puis elle fut bien plus calme, reniflant un peu par moment suite à son chagrin. Puis vint la question, la fameuse question, celle que Basile s'était aussi posée pendant des années, celle qui l'avait rendu fou jusqu'à en perdre raison. La réponse il ne l'avait jamais vraiment obtenu, même si avec l'expérience il s'était rendu compte de certaine choses, sur le comportement des humains, sur celui des Pokemons. Au final il y avait du bon et du mauvais en chacun, comme Basile. Les démons manipulateurs qui pouvaient modifier le destin d'une personne, la lumière qui s'éteint petit à petit, le cauchemar, puis la prise de conscience et l'éveil à la raison. Comment pouvait-il parler de ce mal perpétuel qui pouvait toucher n'importe qui ? Comment l'interpréter aux oreilles d'un enfant ? Ce n'était pas chose aisée et il devait faire au plus simple.


- Tu sais... les humains comme les pokemon ont un bon et un mauvais côté. Quand on se sent dans le manque de quelque chose on souhaite se l'approprier quel qu’en soit le prix, ce qui peut nous amener à faire des choses pas très belles, que l'on regrette ensuite. Ce Pokémon voulait faire plaisir à son maître et il a agit de la même manière que lui. Son maître est un vilain qui fait mal aux personnes pour servir ses besoins personnels. Il faut que tu sois davantage prudente, tout le monde n'est pas ce qu'il paraît être...

*... si tu m'avais connu beaucoup plus tôt tu me détesterais d'ailleurs.*


Elle s'était cramponnée à lui, elle ne risquait pas de lâcher prise. Il sentit son corps chaud, sa fourrure douce, ses queues remuant calmement en vague périodique. La sérénité semblait à présent installé. Il se demandait comment il pouvait à tel point être attirant ? Pas son physique en tout cas. D'ailleurs à l'armée on l'appelait soit "Magbisou" en rapport avec sa bouche qui ferait concurrence à un Lippoutou, ou encore "Bigbaz" pour son corps rondouillard. Peut-être était-ce son côté protecteur qui lui donnait ce genre de relation proche.

Bref, avec tout ceci il avait encore faim et il ne savait toujours pas comment s'y prendre.


« Moi, je voulais juste trouver à manger ! Pas qu’un Pokémon il me saute dessus ! »

S'en suivit de nouveau des pleurs et un gargouillement de ventre de la part de la renarde, tout à fait significatif. Au moins il n'était pas le seul à avoir un creux à l'estomac. Il balaya la ruelle du regard, il aperçut un objet par terre. Il se leva, portant la Goupix contre lui avec son bras gauche. Il fit quelque pas et se baissa pour ramasser l'objet. De forme rectangulaire, 10cm de longueur, en cuir, il pouvait s'ouvrir tel un livre. Il y avait une carte avec une photo dedans. On pouvait reconnaître l'un des malfrats, d'un côté il y avait également des billets. Il comprit par la suite que c'était le porte-feuille d'un des humains qui s'étaient enfui, l'ayant sûrement fait tombé lors de leur fuite.

- Hé bien tu sais quoi ? Je pense qu'on va se régaler aujourd'hui. Au fait je ne me suis pas présenté. Je m'appelle Basile, et toi ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Mar 8 Jan - 3:12

[Désolé du petit retard, je déménageais \o/]


L'étranger caressait la Goupix dans le sens du poil tout en essuyant les nombreuses larmes qui coulaient le long de ses joues. Ses diverses attentions semblaient efficaces, puisque les pleurs du renardeau se firent de moins en moins présents. Sa voix grave n'était pas des plus mélodieuses, et pourtant, Kipix se sentait rassurée en l'entendant.

« Là... ne t'en fais pas, c'est fini. Il ne t'arrivera rien avec moi. », disait-il. Des paroles auxquelles elle ne pouvait que croire après avoir été sauvée par ce puissant Pokémon.

Tandis que le temps passait et que le danger s'éloignait définitivement, Kipix fixa son sauveur de son regard le plus innocent. Il lui semblait l'avoir vu sourire, mais cela n'avait duré qu'un instant... peut-être sa question l'avait-elle déstabilisé ? Dans l'attente d'une réponse, la renarde se contenta d'ouvrir de grands yeux ronds, toujours embués de larmes. Et lorsque l'autre lui répondit finalement, elle ne put que rester béate devant tant de mystères :


« Tu sais... les humains comme les pokemon ont un bon et un mauvais côté. Quand on se sent dans le manque de quelque chose on souhaite se l'approprier quel qu’en soit le prix, ce qui peut nous amener à faire des choses pas très belles, que l'on regrette ensuite. Ce Pokémon voulait faire plaisir à son maître et il a agit de la même manière que lui. Son maître est un vilain qui fait mal aux personnes pour servir ses besoins personnels. Il faut que tu sois davantage prudente, tout le monde n'est pas ce qu'il paraît être... », expliqua le Pokémon. Cette vision des choses était un peu compliquée pour une enfant comme Kipix... légèrement perdue, elle préféra rester sur sa vision des choses : les humains sont dangereux. Mais plus que prévu ! Quand aux Pokémon... selon lui, chacun aurait un bon et un mauvais coté ?

Il avait beau dire, elle n'imaginait pas que cette boule de chaleur rassurante puisse avoir un mauvais coté. Et afin d'affirmer sa pensée, elle déposa une rapide léchouille sur le visage de son sauveur avant de lui offrir un sourire franc. N'importe qui d'autre se serait brûlé la langue... mais pour son espèce, la chaleur que dégageait un Pokémon feu n'était que bénéfique.

Bref, le temps passait, et les choses n'avançaient pas pour l'estomac de la jeune renarde qui commençait à se rebeller dans son petit ventre. D'autant que l'étranger venait de lui annoncer une superbe nouvelle !


« Hé bien tu sais quoi ? Je pense qu'on va se régaler aujourd'hui. Au fait je ne me suis pas présenté. Je m'appelle Basile, et toi ? », avait-il affirmé !

Le regard plein d'espoir, Kipix fixa celui qui venait de parler d'un air presque suppliant. « C'est vrai ? » demanda-t-elle rapidement avant de bondir subitement des bras de l'adulte. Ayant visiblement oublié sa tristesse de l'instant d'avant, la voilà qui courait à présent en cercle autour de son nouvel ami tout en répondant de sa voix énergique habituelle :


« Moi c'est... » Elle se figea et hésita un instant. Basile ? Ce n'était pas un nom de naissance ça ! Devait-elle encore donner son surnom ? Probablement... reprenant sa course en même temps que sa phrase, elle s'exclama : « Kipix ! Même que je vis tout le temps dans la forêt, mais je voulais venir ici pour manger tout plein de choses qui sentent super bon, comme j'ai vu l'autre jour quand je me suis perdue ! »

Prise dans sa fougue, la petite avait un peu trop sous-estimé ses blessures. Bien qu'elle n'ait pas eut le temps de souffrir bien longtemps, son corps n'était pas habitué à ce genre de traitements ! Et à présent, elle ressentait toutes sortes de courbatures dans ses membres, si bien qu'elle trébucha bêtement en s'emmêlant les pattes pour atterrir la tête la première sur le goudron de la ville.

Heureusement, sa chance était là pour rattraper sa bêtise, et le renardeau n'eut pas le malheur de se blesser à nouveau. Mais elle était légèrement déboussolée... si bien qu'elle retourna dans les bras de Basile sans plus attendre ! Lui au moins, il était chaud, doux, et tout gentil ! A croire qu'elle ne comptait plus le quitter avant d'être sortie de la ville.

Les larmes de l'enfant semblaient définitivement séchées. Même si les traces de leur passage étaient encore visibles le long de ses joues, ses yeux avaient tout retrouvé de leur pétillant habituel. A présent, son estomac était redevenu son unique préoccupation, comme ses propos le faisaient comprendre :


« Dis, dis, dis, on va manger quoi ? Et c'est quoi ça ? C'est à manger ? » Demanda-t-elle en fixant l'objet de cuir qu'il venait de ramasser. Affamée comme elle l'était, Kipix était prête à dévorer n'importe quoi, même cette chose étrange dont l'odeur était aussi peu attirante que l'apparence.

Heureusement pour Basile, Kipix était peut-être curieuse, mais elle n'était pas du genre à se servir sans demander, le porte-feuille était donc en sécurité, pour le moment. Il lui arrivait parfois de voler dans la forêt, par nécessité plus qu'autre chose. Mais après de nombreux mois passés à côtoyer son camarade Capumain, il n'aurait pu en être autrement. Plus que des brigands, les deux enfants étaient de véritables blagueurs lorsqu'ils jouaient ensemble.

Mais aujourd'hui, Capumain n'était pas là. Il n'y avait que cet énorme Pokémon feu dont la seule présence faisait son bonheur. Un énorme Pokémon capable de la nourrir ! Le rêve !
Revenir en haut Aller en bas
Basile
Lieutenant des services secrets Pokémon
avatar

Masculin Balance Cheval
Messages : 211
Date de naissance : 01/10/1990
Date d'inscription : 22/02/2012
Âge réel : 26
Localisation : Carmin-sur-mer

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent:

MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Lun 14 Jan - 2:12

La phrase avait été lâchée, l'expression du visage de la Goupix changea brusquement. A présent une lueur vint se poser sur les traits de la renarde, comme illuminée par l'annonce, les yeux pétillant, le sourire aux lèvres. Pas de doute en tout cas, c'est l'estomac de cette jeune enfant qui s'exprimait à présent, car oui bien souvent quand on est affamé on ne pense plus qu'à ça à tel point que lorsque l'on vous donne l'opportunité de vous rassasier, vous devenez tout à fait attentif à la suite du programme, et cela Basile le savait très bien, d'ailleurs il comptait bien lui aussi profiter de la situation, mais... les enfants d'abords ! Après tout on aurait dit qu'elle n'en croyait pas ses oreilles pourtant ce n'était qu'une question de nourriture. Était-elle aussi affamée que ça, au point d'avoir radicalement changé de comportement ?

En tout cas voilà que c'était la fanfare. Elle tournait autour de lui, elle faisait la fête, toute excitée après ce qu'il venait de dire. Elle lui donna le tournis à force de courir comme ça d'ailleurs ! Qu'était-il advenu de ses larmes, de sa peur, de ses cris ? Ils avaient disparus, elle les avait balayé en un instant, comme si à présent c'était devenu un souvenir comme un autre. Puis elle s'arrêta un moment, dans une brève réflexion, lui annonçant par la suite son nom: Kipix... un joli nom se dit-il. L'avait-elle choisi elle-même, ou bien quelqu'un le lui avait donné comme ce fut le cas pour lui lorsqu'il fut baptisé par sa mère ? En tout cas ce nom se rapprochait de l'espèce qu'elle représentait, toutefois il n'aurait sut trouver la signification de la partition "Ki-". Surement aucune signification se dit-il, et selon lui ce n'était sûrement pas le moment pour en parler, il y reviendrait lorsque la question lui trottera davantage dans la tête.

Elle lui dit également qu'elle habitait dans la forêt. C'était un endroit peu anodin pour un pokemon feu de vivre dans un tel endroit, Basile se contentait seulement d'y faire quelques passage, mais cela était plus contraignant qu'autre chose car il devait réduire le plus possible sa température corporelle, et cette moiteur omniprésente, ce frais, ces courant d'air... brrrr, rien que d'y penser cela lui donnait des frissons. Bref pour lui ce genre de nature n'était pas approprié à son état, il devait faire attention où il mettait les pieds, car par endroit les végétaux pouvait être très sec, mais en général il s'en sortait bien. Pour un Goupix par contre cela semblait plus simple, déjà par le fait que leur température corporelle était régulée par leur fourrure, l'air ambiant et tout ce qui touchait à ce genre d'individu n'avait donc rien à craindre. Mais Basile ne put s'empêcher de penser que c'était un lieu de vie improbable pour un pokemon feu, c'était ce genre de chose gravé en lui dont il avait encore du mal à se faire, des idées ancrées depuis l'enfance telle un credo.

Elle avait faim ? Lui aussi et apparemment ils étaient venus à cause de la même chose, l'odeur de la nourriture humaine, son arôme exquis vous faisant gargouiller l'estomac, de nouvelles senteurs exotiques que vous aimeriez tester en goûtant ces mets fameux aux odeurs épicées mais aussi parfois doux et irrésistiblement attirant qui ne vous fais plus penser à autre chose l'espace d'un instant, comme si vous vous sentiez en osmose avec l'ambiance olfactive présente à chaque endroit. De même que l'apparence visuelle était tout à fait délicieuse. Ces plats dorés et fumant, de toute les couleurs. Bref c'était une explosion de sensation et Basile ne pouvait s'empêcher de repenser aux stand de nourriture qu'il avait aperçu à chaque coin de rue, certains faisaient griller de la viande, d'autre des légumes, parfois les deux ensemble et même avec des fruits, donnant un mélange sucré-salé dosé à la perfection, l'un ne prenant pas le pas sur l'autre. Tout était bon selon lui du moment que ce n'était pas amer. Ah ! Le goût amer ! Quelle atrocité pour les papilles. Comment un tel goût pouvait exister ? Cela avait le don de lui retourner l'estomac tien, et d'ailleurs il se reprit car tout ceci avait détourné son attention.

Ainsi donc Kipix continuait à gesticuler comme une folle, jusqu'a ce qu'elle fasse un mauvais pas. Elle se mit à trébucher dans son élan. Basile aurait bien voulu rire mais il repensait à l'était de la petite qui n'était pas non plus en super forme. Sa perte d'équilibre était donc tout à fait prouvée, les forces lui manquaient sûrement, il fallait quelque chose de revigorant. Un bon repas, une bonne sieste et tout rentrerait dans l'ordre !

Enfin elle revint dans ses bras et lui demanda quel était l'objet qu'il avait ramassé, si ça se mangeait. Basile fut amusé, l'espace d'un instant il avait oublié qu'il avait à faire à une très jeune personne. C'est vrai après tout, pour lui cela semblait tellement évident, mais pas pour elle, alors il se reprit tout de suite et lui annonça sa réponse.


"Pour l'instant je sais à peu près où on peut se procurer de la nourriture dans le coin. Ces bouts de papiers ne se mangent pas, c'est cela qui va nous permettre d'obtenir tout un tas de nourriture. On appelle ça de l'argent. C'est... fit-il en s'arrêtant brusquement. Il n'était pas sûr que l'explication sur l'utilité de l'argent allait être acquise par la renarde, il abandonna l'idée. Oh ça n'a pas d'importance après tout."

Et ainsi Basile rangea le porte-feuille dans une de ses sacoches autour de sa ceinture, puis il se mit en marche portant Kipix dans ses bras et il se dirigea vers la rue principale. Il croisa de nouveau le groupe de Cornebre perché sur les toits et les fils électrique, toujours en train de guetter la moindre opportunité de lui voler ses plaques qui brillaient. Depuis la dernière fois il en été arrivé deux fois plus. Ils agissaient en groupe ? Il les ignora et accéléra le pas. Ce n'était vraiment pas le moment de se faire embêter par ses volatiles de malheur.

Ils y arrivèrent enfin, les nombreuses lumières de la rue principale les éblouirent de nouveau. Non loin de là il y avait des petits cabanon, à l'intérieur de chacun il y avait un cuisinier en action, chacun avait sa spécialité, il y en avait pour tous les goûts. Des légumes, des fruits, de la viande, du poisson, même des confiseries ! Il avait du mal à choisir. Ainsi eut-il l'idée de donner l'honneur aux demoiselles.


"Qu'est-ce qui te ferais plaisir Kipix ? Je te laisse choisir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Jeu 17 Jan - 5:29

Alors qu'elle fixait Basile avec la même insistance qu'un clochard en manque d'argent, Kipix eut le plaisir d'obtenir une réponse à sa question :

« Pour l'instant je sais à peu près où on peut se procurer de la nourriture dans le coin. Ces bouts de papiers ne se mangent pas, c'est cela qui va nous permettre d'obtenir tout un tas de nourriture. », Répondit le connaisseur. A ces mots, Kipix reporta son attention sur cette étrange liasse de papiers. Si ces choses permettaient de manger, elle devait absolument s'en procurer plus ! Mais l'explication ne s'arrêtait pas là... « On appelle ça de l'argent. C'est... » Ajouta-t-il, avant de s'interrompre brusquement, comme s'il en avait trop dit. Et tandis que la renarde penchait la tête sur le coté d'un air interrogateur, il acheva son explication en déclarant que finalement, ça n'avait aucune importance.

Mais si, mais si ! Ca en avait ! Observant rapidement tour à tour cet "argent" puis son nouveau détenteur, la renarde réfléchissait dans sa petite tête à la manière dont Basile comptait se servir de son étrange acquisition. Puisant au fond de son imagination débordante, le renardeau s'imagina tout d'abord que ces papiers avaient la capacité de se transformer subitement en un repas de son choix... puis, elle se dit que si c'était le cas, Basile les aurait déjà utilisés pour faire apparaître un buffet gigantesque. Elle s'imagina ensuite qu'ils permettaient peut-être d’appâter une proie facile ! Mais quel genre d'animal comestible serait friand de ce genre de choses ? Un oiseau ? Peut-être ces corbeaux moches tout plein que Basile avait fixé au détour d'une ruelle ? Bof, ils n'avaient pas l'air très dodus, sans doute était-elle encore dans l'erreur. A priori, il ne lui restait qu'une solution pour comprendre le mystérieux fonctionnement de cet "argent" : attendre que Basile l'utilise.

Quoi qu'il en soit, Kipix venait de découvrir quelque chose de simple à transporter, et qui, selon Basile, lui permettait d'obtenir à manger ! Et cette simple révélation suffisait à justifier les déboires passés. Malheureusement, elle ne risquait pas de repartir avec cet "argent" pour le montrer à Capumain... elle avait tellement faim, Basile allait certainement devoir tout utiliser !

Stop ! Fin des réflexions. Une odeur particulièrement alléchante venait d'atteindre le museau de Kipix, balayant le reste de ses pensées. Une odeur ? Non, des dizaines. Que dis-je ? Des centaines ! Basile semblait se diriger tout droit vers le paradis des odeurs ! Les yeux grands ouverts, le museau en panique et la langue pendante, Kipix ne savait plus où donner de la tête. A manger. Partout, partout, partout, partout ! Quel que soit l'endroit où se portait son regard, elle y découvrait un mélange de plats aussi diversifiés qu'appétissants. Et tandis qu'ils s'enfonçaient dans cette rue miraculeuse, le mélange d'odeurs était tel que même une boutique de chaussures au milieu de la rue réussissait à lui paraître appétissante.

Mais au cœur de ce paradis, une odeur en particulier vint dominer les autres. Une odeur si forte, et si appétissante, que la renarde ne pouvait l'ignorer. Humant l'air pour déterminer exactement la direction de ce met succulent qui n'attendait que sa venue pour être dévoré, Kipix tourna brutalement la tête vers le cabanon le plus proche. De la viande. Une viande qu'elle ne connaissait pas... du moins, pas encore!

C'est à ce moment précis que Basile fit sa première erreur. Car oui, quand on côtoie Kipix, il n'est pas rare de faire des erreurs et d'oublier un instant que l'on a affaire à une Pokémon sauvage, doublée d'une enfant.


« Qu'est-ce qui te ferais plaisir Kipix ? Je te laisse chois... », Demanda-t-il, sans se douter de la conséquence de ce qu'il était en train de dire.

« Ca ! », Répondit immédiatement Kipix, sans même laisser à l'autre le temps de terminer sa phrase.

Tout portait à croire qu'elle n'avait attendu qu'une autorisation pour agir depuis qu'elle avait senti cette odeur. Sans prévenir, l'enfant bondit des bras de son sauveur et s'invita dans le cabanon qu'elle avait repéré. A première vue, la douleur qui l'avait faite trébucher l'instant d'avant avait disparue aussi facilement que sa tristesse... en tout cas, elle ne sembla pas la gêner pour grimper jusque sous le nez du cuisinier et entamer une tranche de viande directement sur une plaque chauffante.

Amusant d'ailleurs, ces coussins chauffants ! Trouvant l'endroit confortable, Kipix installa son postérieur sur une seconde plaque allumée pour profiter de son repas. Avec toute cette histoire, elle avait complètement oublié les papiers de Basile... mais à présent, elle comprenait mieux leur utilité : ces papiers permettaient certainement de pénétrer dans cette rue ! Sans eux, une barrière magique empêchait probablement le passage !

Berk. Tout en réfléchissant à l'origine de cette étrange magie, Kipix remarqua que la viande n'était pas assez chaude. Car certes, les animaux sont habitués à manger cru... mais Kipix avait également ses petites préférences. Et l'une d'entre elles était de manger la viande chaude. Très chaude. Bien plus chaude que ce que ces plaques chauffantes permettaient ! Bref, il ne restait qu'une chose à faire !

Sans plus tarder, Kipix cracha une gerbe de flammèches sur son repas, cramant au passage la totalité de la cuisinière, ainsi que les quelques autres morceaux de viande qui y cuisaient.

Pauvre cuisinier... tandis que Kipix se faisait un petit festin à sa façon, croyant bien faire, l'humain à qui appartenait la boutique paniquait. A l'arrivée du renardeau, il avait simplement sursauté, renversant plusieurs gamelles derrière-lui dans un vacarme assourdissant. Mais à présent, l'enfant venait de ruiner une partie de son mobilier ! Se prenant la tête entre les bras, il appelait à l'aide, incapable de régler cette petite invasion par lui-même.

Heureusement pour lui, ses cris alertèrent les passants, ainsi que les cuisiniers des boutiques adjacentes. Les cris, la fumée, l'odeur de brûlé... certains s'armaient déjà d'extincteurs et de Pokémon aquatiques, prêts à venir en aide à leur camarade, sans même imaginer que l'origine de ce vacarme n'était qu'une très jeune renarde à trois queues. Et évidemment, cette dernière ne se doutait de rien... pour elle, tout ceci était parfaitement normal.
Revenir en haut Aller en bas
Basile
Lieutenant des services secrets Pokémon
avatar

Masculin Balance Cheval
Messages : 211
Date de naissance : 01/10/1990
Date d'inscription : 22/02/2012
Âge réel : 26
Localisation : Carmin-sur-mer

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent:

MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Mar 26 Fév - 16:05

"... Je te laisse choisir. "



Mais trop occupé à lorgner la nourriture il n'avait aucunement fait gaffe au départ de la petite. Il avait des moments comme ça où il pouvait être tête en l'air, surtout lorsque quelque chose lui faisait de l'oeil et surtout de la narine. C'était tellement irrésistible comme odeur, il aurait sûrement commencé par cette cabane là bas, avec ce morceau de viande qui tournait au dessus d'un tison. A plusieurs reprises, le cuistot versait le jus de viande sur ce morceaux de choix pour le rendre plus goûteux. Cela sentait un peu le miel. Il en avait déjà goûté une fois oui. C'était du Canarticho laqué au miel d'Apitrini. Un vrai délice ! Il avait oublié en un instant ses responsabilités et Kipix passait désormais au second plan. Il s'était même avancé un peu du stand pour profiter davantage du spectacle et de l'odeur.

Petit à petit il sentait quelque chose d'humide couler le long de sa bouche. Il ne s'en était même pas rendu compte, mais en fait il s'était mis à baver ! Bon sang la tentation était trop forte, il en aurait bien prit un bout. Il s'approchait toujours un peu plus, les billets qu'il avait "emprunté" n'était désormais plus très loin de ses griffes. Soudain un vacarme non loin de là se fit entendre. On pouvait entendre des bruits de ferraille, du chahut et des cris.

" A l'aide ! Ce Goupix va me dévaliser !"

" Ne le laissez pas s'enfuir attrapez-le !"

" Je le vois !"

" Éteignez-moi cet incendie !"

" Carabaffe en avant !"

" Bouge pas mon petit on va refroidir tes ardeurs ! Petit voleur !"

Basile sortit de sa transe, se retourna et vit un sacré boucan à l'un des cabanons. Il y avait des cuisiniers et quelque dresseurs qui s'étaient regroupés, l'endroit était en désordre et un feu s'était allumé. Ils semblaient tous chercher quelque chose dans le bazar qui s'était formé.

"Mais qu'est-ce que... tu as vu ça Kipix ? Je me demande ce qu'il s'est passé."

Pas de réponse.

"Hein Kipix ?"

Et là il se rendit compte qu'il ne tenait plus Kipix dans les bras, il fit les yeux rond, prit de panique en un dixième de seconde. Il venait de faire le lien en un instant, la cause de ce vacarme était devenu tout de suite logique pour lui.

"Nom d'un Caninos enragé !"

Et il accouru le plus vite possible vers le lieu du drame, il vit la tête de Kipix émerger innocemment de tout ce désordre, un morceau de viande entre les dents.

"Haha je te vois ! Carabaffe, Pistolet a o !"

"Kipix non !" cria le Maganon

SHPLAF !!!

Dans un élan, Basile avait sauté sur Kipix pour la protéger, se prenant par la même occasion l'attaque pistolet a o.

"Au feu !"

Tous les extincteurs furent pointés vers lui, et en quelque seconde il fut entièrement recouvert de mousse. Il se releva, tout mouillé, tout dégoulinant, entouré de mousse. Une veine venait de saillir sur son front, il garda son calme mais... c'était difficile vu tout ce qu'il venait de subir en un instant pour une histoire de gaminerie.

Il voulu partir, avec Kipix fermement tenu dans les bras, il ne comptait pas la lacher de si tôt. Le cuisinier désormais sinistré ne l'entendait pas de la même façon.


"Hé là pas si vite, je fais comment moi maintenant pour tout remettre en place ? Il est où votre maître ? Il faut me rembourser tout ceci."


Basile se retourna puis hésita un moment, il repensait au plat délicieux qu'il venait de voir tout à l'heure, son désir était parti en fumée. Il posa enfin la liasse de billet non loin du vendeur, à contre-coeur... adieu le Canarticho braisé au miel d'Apitrini... adieu toutes les merveilleuses victuailles. Tout espoir perdu à cause... des maladresses d'une chipie. Mais comment blâmer ce petit minois qui semblait tout à fait innocent en apparence ? Cela lui semblait impossible, mais pourtant il fallait bien éduquer un peu cette jeunesse. Il s'écarta du tumulte provoqué par la renarde. Lorsqu'il furent assez à l'écart, il souleva la Goupix face à lui, et lui parla d'un ton calme.

"Ce n'est pas bien Kipix, la nourriture se mérite ici, on ne peut pas se servir librement, tu aurais du me demander avant. Ici tu n'es plus dans la forêt, ce n'est pas un milieu sauvage, il y a certaines règles à respecter pour que chacun vive en harmonie. C'est pour cette raison que je te déconseille de t'éloigner de moi, je ne voudrais pas que se reproduise ce qu'il s'est passé tout à l'heure dans la ruelle, et toi non plus j'imagine. Je dis ça pour ton bien, tu comprends ?"

Il alla s'asseoir sur un trottoir, toujours trempe et couvert de mousse, il reposa la petite Goupix en lui indiquant bien de ne pas s'éloigner cette fois-ci, il s'essuya un peu pour enlever la mousse par la même occasion. Ensuite il s'était mis à soupirer profondément, il faisait à présent la moue, grattant le sol avec une de ses griffes, l'air patraque.

"Juste un morceau m'aurait plus, rien qu'un petit morceau..."

Son ventre se mit à gargouiller et il ne dit plus un mot après ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Mar 5 Mar - 11:21

Kipix ne semblait absolument pas dérangée par toute cette agitation extérieure. Les gens hurlaient, couraient dans tous les sens, et essayaient de sauver les biens du pauvre cuisinier… tandis qu’elle, elle continuait à déguster tranquillement ce morceau de viande savoureux qu’elle s’était appropriée.
Mais ce ridicule petit morceau de viande ne fut bientôt plus suffisant pour la jeune renarde affamée qu’elle était ! Une fois cette première part engloutie, elle chercha du regard un second steak à se mettre sous la dent. Elle le repéra à quelques centimètres de là, posé sur un autre de ces coussins chauffants. Mais à peine l’eut-elle attrapé du bout des dents qu’elle se sentit soulevée par le ventre.

Bien que surpris, le renardeau ne se débattit pas. Elle venait de remarquer toute l’agitation qui avait lieu autour d’elle, et elle n’y comprenait pas grand-chose… mais elle n’eut pas à y réfléchir longtemps, car un manteau de mousse désagréable l’ensevelit rapidement, lui cachant le reste de la scène. Tout en secouant la tête pour évacuer cette mousse qui venait d’on ne sait où, Kipix remarqua que celui qui la tenait entre ses bras n’était autre que Basile. Tient, il était l’heure de repartir ? Dommage, elle serait bien restée plus longtemps pour manger !

Après s’être fait hurler dessus par l’un de ces méchants humains, Basile déposa les bouts de papier sur un meuble avant de quitter les lieux. Lorsqu’ils furent suffisamment éloignés, il la souleva par les épaules pour la mettre à sa hauteur et la sermonner :


« Ce n'est pas bien Kipix, la nourriture se mérite ici, on ne peut pas se servir librement, tu aurais dû me demander avant. Ici tu n'es plus dans la forêt, ce n'est pas un milieu sauvage, il y a certaines règles à respecter pour que chacun vive en harmonie. C'est pour cette raison que je te déconseille de t'éloigner de moi, je ne voudrais pas que se reproduise ce qu'il s'est passé tout à l'heure dans la ruelle, et toi non plus j'imagine. Je dis ça pour ton bien, tu comprends ? »

La tête penchée, Kipix écouta Basile en ouvrant de gros yeux ronds, son second morceau de viande toujours solidement agrippé dans la gueule. Non, elle ne comprenait pas. Basile lui avait dit de choisir ce qu’elle souhaitait manger, alors elle avait choisi… où était le mal ?
Quant au fait que la nourriture se méritait… Elle avait tout de même bien mérité de se remplir la panse après avoir subi la folie des humains et de ce gros chat psychopathe ! Vraiment, ces règles humaines n’avaient aucune logique. Mais à priori, mieux valait ne pas contredire Basile pour le moment : il semblait fâché contre elle, même si elle en ignorait toujours la véritable raison. La petite resta donc silencieuse et se contenta de hocher la tête positivement à sa dernière question.

Finalement, Basile s’assit sur une partie légèrement surélevé de la rue et reposa la renarde à même le sol.
Puisqu’elle ne pouvait pas s’éloigner, Kipix décida de s’allonger de tout son long sur le dos, les quatre pattes en l’air. Elle mâchouillait le bord de son morceau de viande tout en observant Basile de ses grands yeux remplis d’innocence. Il était triste. Pourquoi ? Elle cherchait une réponse, intriguée par le changement de comportement de son protecteur… son regard passa du visage de son ami à ce doigt griffu qui grattait le sol. Il avait marmonné quelques paroles dont le sens lui avait échappé, parlant entre autre d’un morceau de quelque chose… mais rien qui expliquerait son étrange comportement ! Ce n’est qu’en entendant le ventre de son ami gargouiller que Kipix comprit finalement que Basile n’avait pas eu le temps de manger au milieu de ce tumulte. Après avoir rapidement ordonné ses pensées, Kipix s’offusqua de la façon la plus logique qu’il soit pour ce qu’elle avait compris de la situation :


« Tu as pas mangé ? Pourquoi ? Les humains ils ont dit que tu l’avais pas mérité ? », Demanda-t-elle tout naturellement.

A ces mots, la renarde se redressa d’un bond, prête à régler ce malentendu ! Il était hors de question qu’elle laisse son ami mourir de faim parce qu’un humain aurait sous-entendu qu’il ne méritait pas sa part du butin ! Sûre d’elle, Kipix s’avança jusqu’à la main de Basile qui grattait le sol et y déposa le morceau de viande qu’elle avait trimballé jusqu’ici. Bon, évidemment, ce n’était plus du grand luxe… la viande avait légèrement refroidis, en plus d’avoir été carbonisée en partie, et elle était recouverte de cette étrange mousse blanche sur l’une des faces. C’est qu’elle ne partait pas facilement, cette mousse ! Même son pelage en était rempli ! Sauf qu’elle n’y faisait pas vraiment attention pour le moment, bien trop préoccupée par le bien être de son ami :


« M’en fiche, moi je dis que tu as mérité plein plein plein de viande pasque tu m’as aidé ! Alors même si les humains ils veulent pas t’en donner, moi je t’en donne ! », Répliqua-t-elle, persuadée d’avoir tout compris.

A ces mots, elle fit un large sourire à l’intention de son ami. Si elle avait su elle aurait emporté plus de viande ! Comment avaient-ils pu laisser un Pokémon sans manger ? C’était vraiment monstrueux ! Décidément, les humains étaient tous aussi irrécupérables…
Revenir en haut Aller en bas
Basile
Lieutenant des services secrets Pokémon
avatar

Masculin Balance Cheval
Messages : 211
Date de naissance : 01/10/1990
Date d'inscription : 22/02/2012
Âge réel : 26
Localisation : Carmin-sur-mer

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent:

MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Lun 11 Mar - 18:43

C'était vraiment dommage, il y était presque. Il ne lui restait qu'un seul geste à faire et il aurait mérité un sacré bon repas. Seulement voila, le destin en avait décidé autrement, et ainsi pour le punir de sa gourmandise on lui avait détruit tout espoir en un instant. Il se demandait même si ce n'était pas ces affreux Cornèbres qui lui avaient porté malheur. En effet, on disait bien de cette espèce que si on en croisait de nuit, cela pourrait porter malheur, or lui les avait croisé deux fois et ils étaient un peu plus nombreux à chaque fois. Cela signifiait-il que l'ombre de la malchance planait sur lui ? Cette suite d'évènement malheureux voulaient-ils annoncer un drame encore plus effroyable ? Basile n'était pas du genre superstitieux mais parfois certains signes ne trompaient pas. En ce moment ces maudits piafs devaient bien rigoler d'ailleurs.

Quoiqu'il en soit il était un peu déprimé mais ce ne fut pas le cas de sa partenaire de fortune - quoique la fortune s'était vite volatilisée. En effet Kipix s'était allongée sur le dos, calme et toujours insouciante. Elle mâchonnait son morceau de viande qu'elle stabilisait avec ses deux pattes avant pour éviter qu'il ne tombe.

Suite au gargouillis provoqué par l'estomac du Maganon, la renarde ne put s'empêcher de réagir. Basile ne répondit pas, il se contenta de soupirer. Elle n'avait vraiment aucune idée de l'état de la situation, cela en devenait presque désespérant, mais bon... à cet âge là rien n'empêche d'ignorer certaines choses. D'ailleurs on ne comprend pas forcément tout surtout quand ça concerne un autre univers qu'est celui des humains. Le grand Pokemon feu avait d'ailleurs mis longtemps à comprendre certains aspect de cette vie qu'ils menaient, trouvant d'ailleurs que par moment leur façon d'agir était tout à fait idiote. Enfin c'était leur façon de vivre, aussi différente soit-elle pour chaque espèce vivant dans ce monde.

La petite Goupix s'était remise d'aplomb et s'approcha plus prêt de lui, lui laissant un présent qu'elle déposa par terre. C'était le morceau de viande qu'elle tenait dans sa gueule, il était un petit peu couvert de mousse et il avait été un peu mâché à un endroit. Le lieutenant tourna la tête vers elle, il était un peu surpris du geste de sa nouvelle connaissance. Enfin elle ajouta:


« M’en fiche, moi je dis que tu as mérité plein plein plein de viande pasque tu m’as aidé ! Alors même si les humains ils veulent pas t’en donner, moi je t’en donne ! »

Il tourna à nouveau la tête vers ce morceau de viande qui n'attendait qu'une chose: qu'on le mange ! Il hésita tout de même un peu avant de le ramasser, mais après avoir réfléchi il ne pouvait pas se permettre de décevoir Kipix, elle semblait tout de même assez remontée, pour une chose qu'elle ignorait certes, mais c'est l'intention qui comptait après tout. Il enleva le reste de mousse avec une de ses griffes et ramassa le morceau. Il le tendit dans sa grande bouche, le morceau rentra tout entier. C'était tiède, mais Basile y remédia vite fait en faisant chauffer ses parois buccales. En fait cela pouvait paraître assez amusant de le voir avec un morceau dans la bouche pendant un moment sans le mâcher. Cela lui donnait un air d'hamster à bec de canard.

Cela dura une trentaine de secondes. Lorsque la viande fut à point il commençait enfin à mâcher. C'était vraiment bon, peut-être moins délicieux que le plat qu'il guettait, mais c'était toujours ça de pris. Enfin il avala. Son expression avait changé, il était un peu plus content à présent.

"Merci Kipix d'avoir partagé avec moi."

Il se releva puis tourna la tête à droite et à gauche, cherchant une occupation. Il vit non loin de là le groupe de Cornèbre perché sur un toit, ils observaient Basile et Kipix du coin de l'oeil. Mais pourquoi ? Ils ont rien d'autre à faire ? Cette fois-ci il en avait assez de se faire miroiter par cette bande de voleur. Il ramassa un caillou par terre, un caillou peu ordinaire, il était violet et plutôt lisse. Pour Basile ce n'était rien d'autre qu'un caillou tout ce qu'il y a de plus normal. Il le fit voler au dessus de ses griffes tel un joueur de Base-ball, prêt à lancer. Il fixait intensément le groupe de corbeau qui d'ailleurs commençait à se poser des questions.

"Kipix, j'ai une question pour toi. Que ferais-tu dans le cas où quelqu'un d'agaçant t'observerait en permanence ?"

Il avait dit ça sans quitter des yeux sa cible.

Un petit sourire en coin se dessina sur son visage.


*Je me demande si le cornèbre laqué c'est bon à manger aussi*


Dernière édition par Basile le Sam 16 Mar - 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Sam 16 Mar - 4:38

[HS : Ceux qui subiront la lecture de cette première partie auront le droit de fouetter Arian.]

Aujourd’hui, je suis allée chercher à manger en ville avec mon grand copain Basile ! Mais en revenant, mon copain bah il avait rien eu à manger ! Alors moi, comme je suis toute gentille et que je l’aime bien mon copain, bah je lui ai donné ce que j’avais réussi à attraper dans la cachette des méchants humains ! Comme ça, Basile il a pu manger tout plein ! Par contre, je crois que j’ai oublié un truc au passage… Ah, oui ! C’est vrai… j’avais faim moi ! Je mange quoi maintenant ?! VDM

Kipix avait beau être une toute jeune Goupix, c’était une véritable goinfre : une seule tranche de viande n’était certainement pas suffisant pour elle comme repas ! C’est donc avec un léger pincement au cœur qu’elle regarda Basile engloutir son précieux trésor… Mais pour rien au monde elle ne l’aurait arrêté en essayant de lui reprendre cette nourriture. Il lui avait semblé si triste et si affamé l’instant d’avant que même son estomac capricieux s’était tu quelques minutes pour laisser sa conscience agir.

Et puis… elle n’aurait manqué la tête de Canarticho aux grosses abajoues que Basile venait de faire pour rien au monde ! Prise d’un fou rire, elle le regarda faire et essaya gaiement de l’imiter, laissant s’échapper quelques flammèches de sa gueule gonflée. En fait elle ne comprenait pas du tout comment il faisait. Ni comment il arrivait à garder le morceau entier dans sa gueule sans l’avaler ni le mâcher. Mais c’était singulier, et donc très amusant pour le renardeau qu’elle était.


« Merci Kipix d'avoir partagé avec moi. », remercia Basile après ce modeste repas tandis que la petite renarde se sentait rougir sous son pelage roux.

En fait, elle n’avait qu’une envie : retourner chercher à manger. Mais son instinct lui murmurait qu’il n’était pas encore temps de revenir sur cette histoire… puisqu’apparemment, il s’était passé quelque chose de mauvais là-bas. Elle était donc condamnée à mourir de faim jusqu’au prochain repas ?! Catastrophe ! Prête à accepter le moindre petit miracle que le destin voudrait lui donner, Kipix tourna sur elle-même, cherchant dans les environs un repas à se mettre sous la dent… ou tout plein d’argent, comme tout à l’heure, puisqu’apparemment ça donnait à manger.

Basile aussi semblait chercher quelque chose à manger. Enfin, à manger, personne ne pouvait en être sûr. Mais il tournait la tête de gauche à droite de la même façon qu’elle… sauf que contrairement à la renarde qui gardait bien les pieds à terre, il semblait également s’intéresser à ce qui se trouvait sur les toits de ces immenses murs de pierres. A quoi bon ? Même si elle repérait à manger là-haut, elle ne risquait pas d’apprendre à voler dans la minute pour aller le chercher ! C’était comme les arbres dans la forêt. On ne regarde jamais les arbres. On cherche seulement à manger en bas, pasque dans les arbres, y’a toujours tout plein à manger, mais on peut jamais y aller ! Sauf Capumain. Mais lui il triche, il peut grimper sur les arbres…

Bien que perdue dans ses pensées qui commençaient à drôlement s’éloigner du sujet de base, Kipix entendit l’étrange question de Basile :


« Kipix, j'ai une question pour toi. Que ferais-tu dans le cas où quelqu'un d'agaçant t'observerait en permanence ? »

Kipix fit les yeux ronds. Pourquoi quelqu’un voudrait-il l’observer en permanence ? Ca ne lui était jamais arrivé. A part Capumain qui l’observait quand elle jouait avec lui ! Mais euh… était-ce bien de cette observation que Basile parlait ? Sans doute pas. Hésitante, la petite renarde pencha la tête pour trouver une réponse à cette question… puis elle remarqua que Basile ne la regardait plus. Il semblait se focaliser sur un groupe de Pokémon volants aux allures peu sympathiques. C’était eux qui l’observaient ? Bizarre. Bah, de toute façon, il n’y avait qu’une seule façon de réagir face à quelque chose qui vous ennui…

« Moi, si quelqu’un il m’observait tout le temps tout le temps, bah moi je l’observerais tout le temps tout le temps aussi, comme ça ! », Répondit l’enfant avant de se mettre à fixer Basile d’un air vide.

C’était… déconcertant. Kipix s’était figée. Ses yeux avaient beau être dirigés sur le visage de son ami, elle ne donnait pas l’impression de le regarder, comme si elle ne pensait plus à rien… comme elle l’avait expliqué, elle se contentait de l’observer, tout en affichant un sourire innocent qui lui donnait presque un air inquiétant.
Quoi qu’il en soit, la petite n’avait aucune idée du plan de Basile tandis qu’il brandissait ce caillou dans sa main, prêt à l’envoyer en direction de ses poursuivants. En fait, elle ne pensait déjà plus à ces Cornèbres, bien trop occupée à faire l’observatrice. Tout portait à croire qu’elle allait rester comme ça un bon moment, ou au moins jusqu’à ce que Basile ne reprenne la parole !



[HS : je te conseille de laisser la couleur mais d’enlever le gras pour tes pensées, j’les avais encore confondues avec des paroles malgré les petites étoiles autour xD]
Revenir en haut Aller en bas
Basile
Lieutenant des services secrets Pokémon
avatar

Masculin Balance Cheval
Messages : 211
Date de naissance : 01/10/1990
Date d'inscription : 22/02/2012
Âge réel : 26
Localisation : Carmin-sur-mer

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent:

MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Dim 31 Mar - 18:28

Il venait d'écouter la réponse de Kipix. Il prit alors un air étonné. Et puis pourquoi pas après tout, c'est ce qu'il allait faire. Il fixait intensément l'un des cornèbres, ce dernier fit de même, sauf qu'il ne comprit pas au début et inclina la tête sur le côté, interloqué. Il ne se passa rien d'extra-ordinaire pendant qu'ils se dévisageaient l'un l'autre. Basile jouait toujours avec l'étrange caillou qu'il venait de ramasser. Il n'avait pas besoin d'y prêter attention car il maîtrisait la trajectoire de vol de son objet, cela lui permettait donc d'avoir le regard en direction de l'oiseau noir. Il se perdit petit à petit dans ses pensées...

Les réverbères se transformèrent en gros projecteurs de lumière comme on en voit dans les stades, les maisons se transformèrent en tribune, la rue venait de s'élargir en un grand terrain, se couvrant de pelouse, les cris des spectateurs commençaient alors à se faire entendre. Les cornèbres quand à eux se transformèrent en joueurs de Baseball, celui qu'il fixait intensément, c'était le batteur, et lui-même il était devenu le lanceur. Ce n'est plus un caillou qu'il tenait dans la main, mais une balle de Baseball qu'il continuait encore à faire virevolter, toujours dans une extrême concentration. Le décor était planté, il était sous le feu des projecteurs à présent et tout le monde n'attendait plus que lui.




La voix du commentateur se fit entendre dans les hauts parleur, faisant écho dans tout le stade de sa voix passionnée et percutante.

"C'est incroyable ! L'équipe des Elekteks est à présent en danger face au célèbre lanceur de l'équipe des Magmars. Qui l'aurait cru alors que les Elekteks ont été irréprochable jusqu'ici dans ce tournoi ? Ils vont encore une fois de plus devoir trouver une parade à ce lanceur de génie tout droit venu de Cramois'ile, avec son lancé explosif et sa précision sans faille. Basile va-t-il une fois de plus remettre en question l'attaque adverse ? Ce n'est pas sans savoir que le batteur en question est aussi un as dans la matière, il a de nombreuse fois permis à son équipe de l'emporter au dernier moment. Le score est serré chers spectateur, et il ne reste plus qu'un seul attaquant aux Elekteks et c'est lui ! Les deux joueurs se fixent intensément, la tension est à son comble ici sur le terrain !"

Les cris du public s'intensifièrent et on pouvaient entendre les encouragements qui changeaient d'un camp à l'autre.

"ELEKTEK ! ELEKTEK ! TOUJOURS PLUS VITE ELEKTEK !"

Tandis que de l'autre côté:

"MAGMAR ! MAGMAR ! EN AVANT POUR LA VICTOIRE !"

Basile se décida alors à agir, soulevé par les encouragement du public qui faisait monter l'adrénaline en lui. De toute ses forces il envoya la balle en direction du batteur qui eu du mal à réagir directement. D'ailleurs la balle n'alla pas viser l'emplacement de la batte, mais plutôt le joueur lui-même qui se la prit en pleine poire. Le commentateur ne put s'empêcher de réagir.

"Halala !... Quel malheur pour les Magmar qui vont devoir être pénalisé pour ça. C'est la première fois que le lanceur rate son coup ! Mais... attendez ! Le batteur de l'équipe des Elektek rayonne, on dirait qu'il.... évolue ? Oui ! Il est en train d'évoluer ! Chers amis c'est tout à fait extra-ordinaire ! C'est la première fois que nous pouvons assister à l'évolution d'un humain ! Nous n'avons plus rien à envier aux Pokemon à présent ! Quelle surprise nous réserve donc cette évolution ? Un super joueur de baseball peut-être ? Restons attentif chers public, l'évolution prend fin. Il s'agit... il s'agit... il s'agit d'un Corboss ! C'est vraiment phénoménal ! Pour la première fois, un humain vient de se transformer en Pokémon et qui plus est en Corboss. Mais... que se passe-t-il ? le Corbumain fonce tout droit vers le lanceur des Magmars ! Comment va devoir réagir Basile dans une telle situation ?"

Basile essaya de trouver un endroit ou fuir. A côté de lui il vit un Goupix... un Goupix ? Il tourna de nouveau la tête, il n'était plus dans un stade mais dans la rue, du moins la réalité ! Un Corboss fonçait à présent sur lui suivit de plusieurs cornèbres et ils avaient l'air très en colère, surtout le Corboss qui avait maintenant une grosse bosse sur le crane. Mais d'où sortait-il ? Il n'y avait que des Cornèbres avant pourtant ! Peut-être que le caillou bizarre, c'était... une pierre nuit ? C'était une explication à ne pas écarter, mais pour l'heure pas le temps de réfléchir, il fallait décamper. Il prit Goupix sur lui et courut le plus vite possible dans la rue. La nuée de corbeau venait de surprendre tous les habitants et ils eurent pour réflexe de s'accroupir en se protégeant la tête.

Basile regarda brièvement en arrière. Ils étaient trop proche et trop nombreux, il décida alors de les écarter en leur balançant un lance-flamme en l'air. Certains s'écartèrent, il n'en rester plus que la moitié, toujours avec un Corboss furax à leur tête. Cette fois-ci il envoya du brouillard et bifurqua dans une ruelle pour enfin se cacher dans l'ombre. Il essayait de reprendre son souffle. Apparemment la nuée de pokemon était partie ailleurs, ils étaient en sécurité pour le moment. Il posa Kipix sur une poubelle qui était fermée. C'était au tour du Maganon de culpabiliser à présent.


"Je crois que j'ai fais une boulette..." dit-il en faisant le guet derrière un mur.

"Désolé Kipix, je crois qu'on va devoir laisser de côté nos estomacs pour le moment."

Puis zyeutant d'un côté il vit un panneau qui indiquait la présence d'un cimetière.

"Oh... ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Lun 15 Avr - 22:27

Alors que Kipix fixait inlassablement Basile, celui-ci prit une pose bien étrange tout en fixant un point au loin, au-dessus des montagnes créées par les humains. Il semblait tenir dans sa main un caillou brillant… et à priori, il envisageait de le lancer de toutes ses forces sur les créatures qui se tenaient au sommet des montagnes cubiques. Quoi qu’il en soit, il semblait complètement perdu dans ses pensées !

Curieuse, Kipix détacha finalement son regard du Maganon pour identifier ces créatures qui le préoccupaient tant. Lever la tête n’était pas une habitude pour la petite renarde, jamais elle n’aurait remarqué ces vautours de mauvais augure sans l’aide de son ami. D’ailleurs, elle ne voyait pas ce que Basile pouvait leur trouver d’intéressant ! Ce n’était qu’un groupe de poulets emplumés qui profitaient de leurs ailes pour éviter de finir rôtis, et ils ne risquaient pas de s’approcher pour leur permettre de les cuisiner…


« C’est eux qui te regardent tout plein ? Faut les regarder aussi alors ! », S’exclama Kipix, sans remarquer que Basile ne l’écoutait plus.

Persuadée de l’efficacité de son plan, elle reprit sa curieuse position : la tête penchée et le regard fixe. Toutefois, elle ne regardait plus le Maganon à présent, mais ces oiseaux au plumage sombre. A ses côtés et poussé par sa propre imagination, Basile se lança dans une petite partie de tir au pigeon – ou plutôt, au Cornèbre –. Lançant de toutes ses forces ce caillou qu’il tenait dans ses mains, il atteignit l’un des Cornèbre de plein fouet !

"Chouette ! L’oiseau va tomber d’en haut et on pourra le manger !", se disait Kipix, dont l’estomac dirigeait actuellement la moindre pensée : ce qui la rendait plus qu’enthousiaste à l’idée de goûter à ce Pokémon. Sauf qu’au lieu de chuter assommé, l’oiseau se mit à briller, aveuglant notre jeune Goupix pour quelques instants. Lorsqu’elle rouvrit les yeux, un des Cornèbres avait effectivement disparu, mais il avait été remplacé par un énorme piaf affublé d’un chapeau de plumes sombres ! Et si la pierre de Basile n’avait pas eu l’effet escompté, elle avait en contrepartie énervé sa cible, puisque le géant et sa bande se lançaient à présent à l’assaut des deux Pokémon feu dans un croassement déplaisant.

Kipix n’eut pas le temps de comprendre ce qui leur arrivait que déjà Basile l’attrapait dans ses bras pour s’enfuir à toutes jambes. Bien à l’abri sur son ami, la Goupix continuait à observer ces oiseaux qui se rapprochaient dangereusement par-dessus l’épaule de Basile. Elle les fixait… à nouveau. De la même façon qu’elle l’avait fait avec le Maganon. De la même façon qu’elle l’avait fait avec ces mêmes vautours l’instant d’avant. Pourquoi s’arrêter, après-tout ? Même s’ils volaient à présent, ils continuaient à les fixer ! Alors elle continuerait à les fixer en retour, jusqu’à ce qu’ils ne cèdent !

Et même s’ils étaient aussi nombreux que tenaces… personne n’était capable de battre Kipix dans un duel de regard ! Pourquoi ? Elle-même n’en savait rien. Elle avait un don, voilà tout ! Ceux qui s’y étaient essayé avaient tous fini de la même façon : dans les vapes ! Et plus jamais ils n’avaient osé la défier à nouveau dans cette discipline, gardant visiblement un très mauvais souvenir de leur précédent échec.

Un sommeil plus ou moins court, et plus ou moins léger… ça dépendait des fois. Jusqu’ici personne n’avait pu expliquer à Kipix ce dont elle était capable, puisque personne n’avait assisté à la scène – mis à part ses victimes –. Mais il semblerait que ce don soit de ceux qui se transmettent de père en fils au long des générations…

Alors que Kipix se concentrait sur le regard de ses poursuivants, ses propres yeux se mirent à briller d’une intense lueur rouge. Son doux regard innocent s’était transformé en un regard démoniaque, aussi rouge que le sang qui coulait en elle, et aussi brillant que la lueur des flammes qu’elle était capable de créer. Ce regard, en plus d’avoir un véritable effet hypnotisant, ressemblait étrangement au regard inquiétant qu’un Feunard pouvait cacher derrière son pelage resplendissant. Il n’y avait plus aucun doute à présent… même si son père n’avait jamais été auprès d’elle, il avait laissé une part de lui en elle.

Malheureusement, Kipix avait beau se concentrer au maximum pour envoyer ces piafs dans les limbes du sommeil… pas un ne stoppa sa course. C’était des vrais durs à cuire, ceux-là ! Mais elle n’abandonnerait pas ! A priori, ils étaient partis pour continuer ainsi jusqu’à ce que…

Basile mit un terme à cet affrontement de regards en balançant un puissant lance-flamme en direction des oiseaux. Les flammes firent sursauter la petite Goupix, qui perdit sa concentration, et donc son regard hypnotisant. Des flammes ? Amusée par cette nouvelle stratégie, elle décida de suivre l’exemple de son puissant protecteur. Elle ouvrit donc grand sa gueule, poussa un petit cri qui se voulait agressif – mais qui n’aurait pas effrayé un Togepi –, et cracha à son tour de petites gerbes de flammes. Sauf que côté efficacité, Kipix était loin de la puissance de feu du Maganon ! Ses ridicules petites flammèches, en plus d’être peu nombreuses, s’estompaient avant même d’atteindre la troupe qui les poursuivait.

Faisant une moue boudeuse, Kipix délaissa les flammes pour se laisser aller à son attaque de prédilection. Puisque les méthodes originales n’avaient par fonctionnées, autant recourir aux valeurs sures ! Plaçant ses pattes en avant, sur l’épaule de son ami, Kipix créa plusieurs ondes folies qu’elle balança au hasard au milieu de leurs poursuivants. Certains Cornèbres furent touchés, et commencèrent à perdre leur sens de l’orientation, percutant de plein fouet d’autres membres de leur volée. Même si elle ne comprenait toujours pas exactement le but du jeu, Kipix s’amusait comme une petite folle, tandis que Basile courait pour leur sauver la vie. Il pouvait d’ailleurs l’entendre rire aux éclats à chaque fois que ses attaques atteignaient leur cible et qu’un des nombreux oiseaux se laissait aller à la folie.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin, y compris les courses poursuites. A la grande surprise de Kipix, Basile bifurqua dans une ruelle au dernier moment après avoir balancé un épais brouillard aux vautours. Après s’être assuré que leurs poursuivants avaient perdu leur trace, Basile déposa Kipix sur une poubelle fermée.


« Je crois que j'ai fais une boulette... », Dit-il. « Désolé Kipix, je crois qu'on va devoir laisser de côté nos estomacs pour le moment. »

Mais Kipix n’était pas du même avis que le Maganon concernant sa "boulette" ! Au contraire, le renardeau était tout excité. Sautant sur place, elle était devenue aussi discrète qu’un Tyranocif au milieu d’un champ :

« Mais nan, c’était super, super, super, super ! On refait ? Hein, dis, dis, dis », Criait-elle, aussi joyeuse que si son estomac avait été rempli.

Puis, sautant de la poubelle pour courir dans tous les sens dans la ruelle, elle reprit les moments forts de cette véritable attraction qu’avait été la course poursuite pour la jeune Goupix :


« Surtout quand t’as fait les grosses flammes ! Pfrouuuu ! », Elle cracha de nouvelles gerbes de flammèches pour accompagner ses bruitages avant de reprendre : « Et ensuite, pfiouuu, on voyait plus rien ! », Continua-t-elle en se cachant les yeux de ses petites pattounes, couchée sur le sol.

Elle souleva lentement une de ses pattes pour regarder son ami avec un large sourire. Il semblait intrigué par un étrange panneau. Etant incapable de lire, Kipix ne pouvait qu’imaginer ce que pouvait représenter cette stèle dessinée à la main, et qui semblait renseigner le lieu indiqué par la flèche du panneau.


« Dis, dis, dis, tu connais là-bas ? », Demanda la petite Goupix, curieuse.

Après-tout, Basile semblait beaucoup mieux s’y connaitre en villes humaines qu’elle, sans doute était-il déjà venu dans le coin !

Revenir en haut Aller en bas
Basile
Lieutenant des services secrets Pokémon
avatar

Masculin Balance Cheval
Messages : 211
Date de naissance : 01/10/1990
Date d'inscription : 22/02/2012
Âge réel : 26
Localisation : Carmin-sur-mer

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent:

MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   Lun 29 Avr - 16:18

Après cette course-poursuite, il se rendit compte que l'expression "chaud devant" n'aurait pas pu trouver meilleure place que tout à l'heure. Heureusement d'ailleurs qu'il n'avait rencontré personne sur son chemin sinon il aurait entraîné des accidents. Mais à présent ils étaient bel et bien en sécurité et il n'entendait plus aucun battement d'aile ni aucun croassement. La menace était partie.

Ainsi une pancarte avait attiré son attention de par son intitulé. Le mot "cimetière" y était inscrit. Ce mot était très évocateur pour le Maganon. Pour lui bien sûr cela représentait la mort, le repos de l'âme, mais aussi une mémoire à perpétuer, la mémoire de toutes les personnes morte pour avoir souffert et avoir combattu pour une cause juste. Quand il avait le temps à Carmin-sur-mer il y faisait un tour, mais principalement au cimetière militaire, et avec des camarades ils faisaient silence et leur rendaient hommage. Ce genre d'endroit fut également pour lui l'occasion de quelques rencontres.

En tout cas s'il était ici dans cette ville, il allait en profiter pour y faire un tour, il n'aurait surement pas un autres occasion d'y aller plus tard. Cependant il allait oublier un paramètre. Devait-il amener Kipix avec lui ? Il était certain qu'un endroit aussi étrange ne serait pas le top pour un jeune Pokémon, du moins pour n'importe qui d'ailleurs. On lui avait appris qu'il ne fallait pas profaner les tombes, que c'était un signe d' irrespect envers les morts. On lui avait aussi apprit tout un tas de rituels possible et inimaginable mais il s'était contenté de garder le minimum pour lui. Il ne savait pas ce qu'était "prier". Il ne l'a jamais d'ailleurs su, ce concept lui échappait complètement. On lui avait bien donné quelques rudiments théologiques, mais il s'en tenait à l'existence d'Arceus, Palkia et Dialga, et cela lui suffisait amplement (quoique sa croyance envers eux était limite nulle). Pourtant il avait croisé des humains ainsi que des Pokémons s'adonner à la prière. Les yeux fermés, les mains jointes, parfois agenouillés, voila ce qui était perceptible chez ces gens là.

Donc pour en revenir à Kipix... s'il la laissait là toute seule, elle ferait des bêtises, si elle venait avec lui, elle ferait AUSSI des bêtises... Argh non, il fallait raisonner autrement ! Bon repartons de zéro. S'il la laissait là, les Cornèbres la retrouveraient et s'en prendrait à elle, tandis qu'en venant avec lui, elle serait en sécurité. Voila qui est déjà mieux comme raisonnement ! Alors ça y est c'était décidé, ils iraient ensemble dans cet endroit triste au possible.

"C'est un cimetière, et... hmm je t'expliquerais ce que c'est lorsqu'on sera sur place car je t'y amène."

Oui il valait mieux, car elle ne risquait pas de comprendre avec seulement des mots. Il prit alors Kipix sur lui, puis regardant de nouveau à droite et à gauche pour vérifier que la voie était libre, ils se mirent en route. Tout ce qu'il espérait en arrivant là-bas, c'était qu'une tête connue n'y repose pas. Mais il n'était jamais venu à cet endroit auparavant, donc il y avait un risque pratiquement nul pour que ce soit le cas. Du moins c'est ce qu'il croyait...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qu'importe le danger, tant qu'il y a à manger ! [PV Basile]
» [INFO] danger d'electrocution
» [Mainard, Dominique] Je voudrais tant que tu te souviennes
» Journalistes en danger.
» [INFO] Danger d'Androïd

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: Extérieur :: Edenia :: Rues et Ruelles-
Sauter vers: