Partagez | 
 

 Un cri au loin [Jason? :3]

Aller en bas 
AuteurMessage
Éliane Copernic
Éleveuse
avatar

Féminin Capricorne Singe
Messages : 27
Date de naissance : 28/12/1992
Date d'inscription : 31/05/2012
Âge réel : 25

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 6 700 $

MessageSujet: Un cri au loin [Jason? :3]   Ven 30 Nov - 3:35

Assise dans l'herbe sèche couvrant une pente douce, Éliane sélectionna une chanson sur son lecteur mp3, puis leva le nez pour admirer les environs. Un fin sourire étira ses lèvres. Tout autour d'elle, à intervalles irréguliers, se dressaient des arbres au feuillage flamboyant qui ponctuaient les prairies de touches colorées. Avec un soupir de bien-être, elle s'adossa au tronc du bouleau sous lequel elle avait cru bon de s'installer. Elle lorgna un instant son sac, posé non loin, puis s'en désintéressa. C'était une belle journée d'automne, ni trop froide, ni trop humide. Une simple veste suffisait à chasser le léger vent froid qui courait sur les plaines environnant l'académie. Autrement dit, c'était... le temps idéal pour ne pas faire ses devoirs.

Tu vas le regretter la veille de la remise, Éliane Copernic...

Un bruissement de plumes se fit entendre, précédant l'atterrissage de Jak sur le sac de l'éleveuse. De retour après son quart d'heure de réclusion quotidien – quart d'heure le plus souvent employé à bouder et/ou passer sa mauvaise humeur sur autrui et/ou chaparder un truc à bouffer et/ou explorer les alentours en solo et/ou toute autre activité pertinente – le Pijako planta ses griffes dans le tissus de son perchoir et entreprit de lisser son plumage. Éli retira son écouteur et tourna la tête en direction de l'oiseau.

    « Déjà revenu? T'as bien boudé? »
    « Gnagnagnah. »

Assise en tailleur, la jeune fille fixa l'oiseau, désignant le paysage alentours.

    « Allons, ne me dit pas que t'as de quoi te plaindre! Avoue qu'il fait beau et qu'on est bien. »

Jak ne répondit pas tout de suite, termina de lisser les longues plumes de sa queue, puis balaya les environs des yeux.

    « Je préfère l'été. Là il fait froid. Et le jaune des feuilles me fait mal aux yeux. »

Éliane roula des yeux et ouvrit la bouche pour répliquer, mais Jak renchérit :

    « Mais sinon, ouais, c'est pas mal. »

L'éleveuse lui jeta un regard faussement étonné, puis se leva et s'approcha prestement de l'oiseau pour poser deux doigts sur son front plumeux, juste devant la note de musique qui lui servait de huppe.

    « Jak... est-ce que tout va bien? » s'enquit-elle d'un ton qui se voulait inquiet, mais dans lequel transparaissait clairement des accents moqueurs. « Tu fais de la fièvre? Est-ce que tu te sens étourdi? As-tu assez mangé ce matin? »

Le Pijako leva les yeux au ciel avec un grommellement irrité, puis secoua la tête pour chasser les doigts de la jeune fille.

    « Tout va bien, à part le fait que mon éleveuse est une grosse nouille. Tu sais, il m'arrive d'avoir des trucs positifs à dire » répliqua-t-il d'un ton sec.

Éliane le fixa pendant un long moment, feignant l'ahurissement.

    « Qui êtes-vous, monsieur? Qu'avez-vous fait de Jak? »
    « Rah la ferme. »
    « Rendez-moi Jak! »

Le Pijako la chassa d'un coup d'aile. Éliane se rassit à ses côtés en riant. L'oiseau vexé s'empressa de changer de sujet.

    « Au fait, ça fait un moment qu'on a pas vu la carpette... »
    « TOOOOOOOOOON! »

En parlant du zigzaton... Jak venait à peine de terminer sa phrase que Biron jaillissait au triple galop d'un buisson. Dans son sillage voletait nonchalamment un Papillusion. Le petit raton se jeta dans les bras d'Éliane comme si tous les Dracafeus la terre étaient à ses trousses. L'éleveuse le serra doucement contre elle, caressant son pelage hirsute.

    « Allons, tout doux mon beau, ce n'est qu'un papillusion... »

Hors d'haleine, Biron jeta un coup d'oeil horrifié à l'insecte, qui cherchait quelque chose à butiner dans le paysage de plus en plus désolé à mesure que l'automne s'installait. Jak laissa échapper un ricanement qu'Éliane sanctionna aussitôt d'un regard sévère, avant de continuer à rassurer le jeune Zigzaton peureux. Biron avait cette incroyable capacité d'avoir peur de pratiquement tout... mais de posséder en même temps une féroce et presque maladive curiosité. Inutile de préciser qu'il parvenait sans problème à se mettre dans des situations impossibles...

Le silence retomba sur le petit groupe. Biron, sur les genoux de son éleveuse, se calmait peu à peu. Jak, de son côté, boudait, bien évidemment. Le fait est que, malgré toute la pitié que le cas de ce Zigzaton rejeté pouvait lui inspirer, le Pijako n'aimait pas se voir ravir l'attention de son éleveuse, qu'il avait eue pour lui tout seul depuis le début.

C'est pendant qu'il mijotait sans grande conviction un plan d'éradication de Zigzaton qu'un cri lui parvint. Lointain, porté par le vent, il était aussi ténu qu'un murmure, mais le Pijako le capta malgré tout. Il attira l'attention d'Éliane d'un mouvement de l'aile.

    « Hey, t'as entendu ça? »

La jeune fille lui jeta un regard du genre « ben voyons », désignant son oreille invalide en réponse à sa question. Jak leva les yeux au ciel et, frustré, s'envola. Éliane, qui s'attendait à ce que le Pijako lui explique ce qu'il avait entendu, poussa un « Hé! », mais l'oiseau était déjà parti en direction de l'origine du cri. Son éleveuse chassa Biron et se leva pour attraper son sac qu'elle jeta sur son épaule. Elle regarda son pokémon restant avec un soupir résigné.

    « On ferait mieux de le suivre avant qu'il se blesse. »

Le Zigzaton eu un petit rire, puis emboîta le pas à son éleveuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un cri au loin [Jason? :3]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Scalese, Laurent]Le baiser de Jason
» Clownface de Jason Pearson dans Body bags (statue finie)
» lettre ayant voyagé(loin)avant d'arriver à son destinataire
» "Loin de la terre brûlée"
» Marseille ou pas loin!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: Extérieur :: Prairies-
Sauter vers: