Partagez | 
 

 Dear myself... [Pv Andew Skyward] Part I- Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Dear myself... [Pv Andew Skyward] Part I- Terminé   Dim 2 Juin - 21:37


Ce matin j'ai encore du fuir ma réalité, mon entourage et je me suis absentée en cours... J'ai l'impression d'être un monstre en cage  auquel on prend un malin plaisir à faire souffrir. Je connais mes limites et je n'ai jamais voulu les surpasser.. notamment quand il s'agit de mes limites psychologiques. Celles-ci on totalement été bafouées, j'ai été poussée à bout et aujourd'hui je n'ai ni la force ni le courage pour me relever et continuer d'avancer comme il se doit...

J'ai passé la journée dans la réserve pokémon, comme à mon habitude, cependant, M. Rosenwald voulait que j'aille après les cours à la salle des professeurs afin de lui montrer mon œuf. Il pouvait éventuellement me dire ce quel pokémon il s'agissait avant qu'il ne daigne d'éclore.

Encore une fois, puisque je ne pouvais toujours pas marcher seule et que je ne voulais pas prendre des béquilles, Namy et Vaal durent m'accompagner. Namy pour m'aider à marcher et Vaal pour me transporter jusqu'à l'académie or, une fois à l’intérieur, il serait dans sa luxeball.

Quand je suis arrivée, M.Rosenwald n'avait pu m'accorder que quelques minutes, puisqu'il avait eu une urgence.  Il m'avait dit qu'il s'agissait d'un œuf d'un pokémon psychique d'Unys et qu'ils étaient très rares, autant qu'un zorua, mais il ne m'avait pas dit le nom de son espèce.

C'étaient environ 20h30 donc, les gens avaient déjà fini de dîner, pour la plupart. Le self était l'endroit le plus calme où je pouvais me tapir jusqu'à ce que je sois sure de ne pas me croiser avec les filles que M.Yoshi avait viré, celles qui me bizutaient... Soupirant, je suis entrée dans la cafétéria et je me suis installée dans un coin tranquille où il n'y a jamais personne parce qu'ils disaient que cette table portait malheur. Quelle niaiserie... J'ai posé doucement ma bandoulière avec mon œuf, quand j'ai entendu un craquement.

Pour un instant j'ai cru que je l'avais cassé mais en fait, non... il était en train d'éclore. Ce ne fut que peu de temps après m'être assise près du mur, qu'un petit munna est sorti de ma sacoche. On m'avait toujours raconté des histoires au sujet de ce pokémon, comme quoi il mangeait des rêves et qu'il était souvent utilisé pour prévenir les cauchemars. Le hasard a voulu me prêter main forte, au moins, j'allais peut être pouvoir dormir tranquille, ne serait-ce qu'une fois... Quoi que... je ne pouvais pas toujours la laisser manger mes cauchemars, elle risquait de tomber malade, à force... Esquissant un mince sourire, j'ai prit doucement ce bébé contre moi. C'était une femelle, du moins, je crois alors, j'avais déjà un nom en tête, pour elle :


_ Bienvenue au monde, Nyx. Soufflais-je avant d'appuyer ma tête contre le mur, la caressant doucement.

J'étais fatiguée et, voir un munna, me rappela pas mal de souvenirs.  Dans les album photo de ma mère, ma grand mère était toujours accompagnée d'un munna ou d'un mushana. C'étaient ses pokémons préférés. Un souvenir me rappela un autre, et ainsi de suite, pour finir par me faire revisionner et penser à tout ce qui m'était arrivée depuis que j'étais partie de la maison... ou, tout simplement, depuis que j'étais née. Je n'étais pas du genre à pleurer mais, je ne pus m'en empêcher.

Silencieusement, jusqu'à ce la dernière personne quitte le self, je mis mes mains sur mon visage. Mes bandages absorbaient heureusement une bonne partie des larmes. Elles coulaient et ne voulaient plus s’arrêter. Je devais être en train de pleurer toutes les larmes que mon âme a voulu déverser durant ces dix dernières années. J'avais des dons hors du commun, oui et alors ? Ma vie était pitoyable... j'étais pitoyable ! Je portais la poisse, je perdais toujours tout ce qui m'était cher et je n'étais même pas capable de me protéger moi-même alors... comment pourrais-je protéger ceux qui m'étaient chers ? Kizu m'a quitté sans doutes à cause de ça... Kayline et Kira... viendra-t-il le jour où ils ne voudront plus de moi ? Jun ne veut plus de moi... il est parti et n'est plus revenu... suis-je une mauvaise ranger ? Une mauvaise amie... une mauvaise personne, tout court ?

Namy dut s'occuper de Nyx puisque je ne pouvais pas le faire. Je tremblais, je pleurais comme une enfant, à chaudes larmes et je n'arrivais plus à parler. J'ai croisé les bras sur la table et j'y ai appuyé ma tête, cachant mon visage. Cette vieille naméouïe devait m'en vouloir aussi... j'avais tué -involontairement- sa dresseuse et amie... pourquoi était-elle avec moi, alors ? Simplement parce que je lui ressemblais ? Je n'étais pas elle... Je ne suis pas Dhelia...


Je crois que j'ai perdu le peu de confiance qui me restait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dear myself... [Pv Andew Skyward] Part I- Terminé   Lun 3 Juin - 21:36

« Je vais fumer une clope, je te laisse finir de nettoyer, à demain Andrew. »
« A demain. » Lança vaguement le cuisinier à son collègue. Il était perdu dans ses pensées, les mains plongées dans l'eau chaude. Anyo, installé dans un coin de la cuisine, était en train de manger les restes, comme à son habitude. Le petit train-train quotidien qui se répétait jour après jour. Il se faisait déjà tard, les élèves avaient quittés le réfectoire depuis un petit moment et il restait seulement Andrew dans les cuisines. Les secondes s’écoulaient les unes après les autres, goutte après goutte la vaisselle brillait de nouveau, comme si elles n’avaient jamais comporté les plats servit ce soir à l’académie. Le lave-vaisselle se vidait peu à peu et au contraire les placards se remplissaient. Le cuisinier se sentait serein dans ces grandes cuisines, elles faisaient maintenant parties de son chez-lui, son lieu principal de vie.

Tout était calme, l’homme aux cheveux bleutés s’était assis sur le plan de travail, enlevant son bandeau. Accompagné de son Pokémon, ils mangeaient les dernières parts de gâteau au chocolat, non distribuées ce soir-là. Malgré tout, Andrew était préoccupé par quelque chose. Des questions qui l’empêchaient de manger en appréciant le goût des aliments. Une sensation qui le ramollissait et qui l’enfermait dans une bulle, le poussant à rester silencieux. Le cuisinier secoua la tête. Non, il ne devait pas penser à ça maintenant, il avait encore du travail à faire pour que tout soit propre pour demain matin. Il n’avait pas le temps d’éloigner son esprit de la réalité. Il devait reprendre le travail, finir les tâches ménagères pour en laisser le moins possible demain matin et également se bouger un peu, pour éviter de trop réfléchir. Le jeune homme s’apprêtait à laver le sol du réfectoire. C’est fou c’que les jeunes pouvaient salir en l’espace de quelques heures seulement. Un seau à la main, il s’approchait de la grande salle, encore éclairée malgré l’absence totale de personne dedans.

Du moins, c’est ce qu’Andrew pensait. Alors qu’il allait commencer à faire l’une des tâches les plus longues et fastidieuses de son travail, son Pokémon l’interpella. Il lui montrait un endroit bien particulier, au fond du réfectoire. De là où il se trouvait, le jeune cuisinier ne voyait seulement qu’un Munna, flottant dans les airs, Andrew n’avait pas de bons yeux, surtout le soir lorsque la fatigue prenait le dessus sur son esprit. Il saisit son bandeau pour le raccrocher autour de ses yeux, laissant sa serpillière en plein milieu du self. Il avançait rapidement vers le Pokémon, il aperçut tout d’abord de mieux en mieux le Pokémon rose, puis un autre plus précisément un Nanméouïe et pour finir une jeune fille, écroulée par terre.

Effectivement, ça changeait des morceaux de nourriture qu’il devait ramasser chaque jour, on peut dire que ça l’avait même surpris de trouver quelqu’un ici, lui qui avait l’habitude de se faire abandonner par tous ses collègues de travail une fois les académiciens sortit du self. Tout en prenant spontanément la parole, Andrew s’approcha doucement vers la blonde, pour ne pas faire peur à ses Pokémons et à elle.

« Mademoiselle ! Que t'arrives-t-il ? Ne reste pas sur le plancher, ce n'est pas très propre et tu vas attraper froid ici, tu... peux te relever ? » Demanda Andrew, d'une voix inquiète. Il se demandait si elle était blessée, si elle s’était fait mal ou si simplement, c’était une tout autre histoire. C'était la première fois qu'il se trouvait dans une telle situation, il n'avait encore jamais vu quelqu'un dans cet état. Anyo était tout aussi intrigué, il restait derrière son dresseur, attendant les ordres.

« Va chercher de quoi réchauffer cette jeune fille, comme du thé par exemple, vite. » Le Farfaduvet s'exécuta le plus rapidement possible, tout en se dirigeant vers les cuisines.

Andrew reposa son regard sur la jeune blonde tout en s’accroupissant près d’elle, lui tendant une main amicale. « Tiens, appuie toi sur moi, je vais t'aider à t'asseoir sur le banc. » Lui conseilla l'homme à la chevelure bleutée. Il espérait que la jeune fille n'allait pas opposer de résistance, le sol devrait grouiller de bactéries et si elle était malade, ce n'était pas l'endroit le plus fréquentable. N'osant pas continuer de poser des questions, le cuisinier attendait de voir le visage de son interlocutrice et sa réaction. Il ne savait pas ce qu'elle faisait là, mais dans l'état où elle était, peut-être pensait-elle ne pas se faire déranger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dear myself... [Pv Andew Skyward] Part I- Terminé   Jeu 13 Juin - 17:55


Jusqu'à maintenant, je n'avais jamais autant pleuré. Quand j'étais enfant, je ne pleurais pas souvent pour ne pas déranger mon père. Je me suis toujours soignée seule et, bien que je vénérais autrefois mon prédécesseur, maintenant, ce n'est plus le cas. J'ai juste le respect qui nécessaire que je dois lui porter à cause de son rang puisque, malgré tout, c'est mon supérieur, au sein des rangers d'Unys...  En plus, je comprenais qu'il ait voulu être heureux, qu'il ait surmonté son deuil pour maman, mais... je me sens quand même trahie, parce qu'il ne m'avait jamais rien dit, il me l'avait toujours caché et, un jour... il n'y avait plus de traces de ma mère et moi dans la maison où je suis née... où j'ai grandi. Seule ma chambre était quasi intacte, puisqu'on y était entré plusieurs fois afin de déposer quelques unes des affaires à défunte mère : des habits et des photos.

Personnellement, je n'avais pratiquement pas reconnu ma maison... si mon instinct ne m'avait pas guidé jusqu'à ma chambre je m'y serais sûrement perdue. Cela m'avait profondément blessée... je n'ai rien à pardonner, rien à reprocher, mais je ne veux non plus rien avoir avec ce semblant de famille auquel mon père veut à tout prix me rapprocher.  Oui.. un jour, j'irais à Forêt Blanche... juste pour récupérer tout ce qui est à moi et je le déposerais dans la réserve en attendant trouver un autre endroit où vivre. Malheureusement, je ne pouvais pas habiter et dépendre éternellement de Nagumo et de sa gentillesse... même s'il était mon tuteur légal, je n'étais plus mineure et je devais lui apporter plus de soucis de ceux qu'il n'avait besoin...  

Un ranger ne doit jamais échapper à ses obligations. Ce ne sont pas des contraintes mais des devoirs, donc je pouvais en renoncer ou en changer... J'allais décidément soit couper les ponts avec cela, soit faire en sortes qu'on me laisse tranquille d'une fois pour toutes... Je voulais à la fois replonger dans mes origines et les refouler... La forêt, le vent, les pokémons sauvages, ma ville natale... Forêt Blanche était une partie de moi, mais... pourquoi avais-je aussi mal en songeant au fait de la quitter complètement alors que c'était al source de mes problèmes ?

À force de pleurer, je hoquetais. J'avais du mal à respirer, je suffoquais et je me perdais dans les méandres de ma mémoire et de mon imagination, tentant aussi bien que mal de m'évader de cette cruelle réalité qui m'attendait derrière les murs de mon esprit. Alors que je pensais sombrer davantage, une voix me sortit de mes pensées :


_ Mademoiselle ! Que t'arrives-t-il ? Ne reste pas sur le plancher, ce n'est pas très propre et tu vas attraper froid ici, tu... peux te relever ? me demanda cet individu dont la voix m'était inconnue. Il semblait pourtant inquiet à mon égard... J'avais sûrement gâché sa journée ou je devais le déranger, qui sait ?  Je ne sais que causer du soucis à autrui...

Malgré le fait que j'eusse les mains sur mon visage, et donc, sur mes yeux, je sentais savais qu'il n'était pas seul, qu'il était accompagné, parce que je le ressentais et celui-ci me portait un certain intérêt, sûrement de la curiosité ou quelque chose du genre. C'était un pokémon, sûrement, qui se tenait à peine plus loin, caché derrière lui. Mes intuitions furent confirmées lorsque le jeune homme s'adressa à son pokémon :


_ Va chercher de quoi réchauffer cette jeune fille, comme du thé par exemple, vite. Lui dit-il. Le pokémon non identifié -pour l'instant-, ne tarda point à se rendre là où son dresseur lui avait demandé d'aller tandis que lui, il s'accroupissait devant moi :Tiens, appuie toi sur moi, je vais t'aider à t'asseoir sur le banc.

Lorsque j'ai découvert mon visage pour le regarder, lui, ce jeune homme aux cheveux bleutés et au regard tout aussi clair, il me tendait une main, me proposant son aide pour m'asseoir sur un banc, plutôt que parterre. Je sentais toujours que des larmes coulaient, alors que cette intervention avec complètement stoppé mon hoquet et mes sanglots. J'ai essuyé mes larmes pour ensuite regarder ma main un court instant, hésitant à toucher cet homme ou pas, même s'il me le proposait. Finalement, j'ai posé ma main sur la sienne ; à ce moment même j'ai senti une brève connexion, je devais être en train de lui montrer un souvenir, celui qui me trottait par la tête... J'ai donc entendu la voix de mon père, qui m'appelait :

«_  Rentre à la maison, il se fait tard. Tu n'as pas besoin d'attendre dehors. me dit-il sèchement en me prenant par la main. La sienne m'avait toujours semblé grande et forte. Autrefois, il était la seule source de chaleur humaine que j'avais.

_ Mais... Mais... Oui, popa. Et maman ? C'est quand qu'elle rentre à la maison ? Lui demandais-je. À l'époque, j'attendais tous les jours ma mère, devant la porte de la maison... Je devais avoir quatre ou cinq ans et je ne savais pas encore que j'étais orpheline. Je croyais qu'elle était en voyage. J'ai hâte de voir à quoi elle ressemble ! Elle doit être la plus belle des mamans.

Mon père me regarda froidement puis soupira, m'amenant à la maison sans me répondre, pour l'instant. Ce ne fut qu'une fois à l’intérieur de la maison qu'il le fit. Il ne sut même pas me le dire en face, puisqu'il tapota ma tête puis il me tourna le dos, allant à la cuisine :

_Aredhel, ta mère ne viendra pas. Me répondit-il, d'une voix un peu plus douce que d'habitude. La froideur qu'elle recelait avant s'était transformée en tristesse. »

À ce moment même, je ne sus quoi lui dire. Petite comme je l'étais, je n'avais pas encore été confrontée à la mort, je ne savais même pas que tout casserait d'être un jour, moi y compris. Et, pourtant... j'avais compris qu'elle ne pourrait pas venir parce qu'elle n'était plus de ce monde. Ce fut à cette époque aussi que je sus que j'étais douée d'empathie.

Réalisant enfin que j'avais encore usé de mes dons involontairement, je lâchais la main du jeune homme afin de couper la connexion avec lui, tout en m'appuyant sur le banc avant de m'y asseoir, difficilement. L'une de mes blessures s'était rouverte, puisque le bandage de ma jambe était trempé de sang. Heureusement, je n'avais pas trop taché le plancher. Baissant le regard et le détournant légèrement.


_ Je suis désolée. Je nettoierais cela, dès que j'aurais changé mes bandages, ne t'en fais pas. Lui dis-je sans vraiment répondre à ses questions non plus. Je pensais que le simple fait de me voir dans cet état devait répondre à ces dernières.

Namy, contourna la table pour venir me voir de nouveau, avec sa petite sacoche à la main. Dedans, elle avait toujours de quoi me soigner, de quoi s'occuper des personnes et des pokémons blessés qu'elle rencontrait. Elle était inquiète, je le savais. Elle retira soigneusement les bandages sales et les mit dans une petite poche en plastique avant de nettoyer les plaies. Si je n'avais pas été aussi blanche de peau, on aurait pu voir les cicatrices, une fois les blessures guéries. Au moins, les quelques égratignure que j'avais au visage n'avaient pas laissé de traces.


_ Merci beaucoup, Namy. Soufflais-je alors qu'elle commençait déjà à appliquer le nouveau bandage. Si tu veux, je peux partir, je voulais juste être tranquille un moment mais... on dirait que j'ai perdu la notion du temps. Terminais-je en m'adressant à cet inconnu. Sincèrement, je pensais déranger, même si cela n'avait pas vraiment l'air d'être le cas. J’espère juste qu'il n'allait pas mal le prendre...  

HRP:
 


Dernière édition par Aredhel Erwing le Dim 28 Juil - 16:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dear myself... [Pv Andew Skyward] Part I- Terminé   Dim 16 Juin - 18:04

La blondinette avait pris la main du cuisinier, mais le résultat obtenu n’avait pas été totalement contrôlé.
Du noir, il ne voyait seulement que du noir. Ce lieu sombre lui donnait mal à la tête, des picotements dans tous les corps, comme s’il ne pouvait bouger. D’un seul coup, la lumière s’alluma, laissant place à une scène qui se déroula devant ses yeux. Une jeune fille se trouvait devant une maisonnette, un monsieur à côté d’elle. Une voix résonna, celle de l’homme qui parlait tout près de lui. La jeune fille lui répondit, d’une voix cette fois-ci, plus enfantine. Elle semblait enthousiaste, comme quand on promet quelque chose à un enfant. Le décor changea et la voix de l’homme retentit de nouveau.  De nouveau, le silence se fit entendre et Andrew se retrouvait dans le self de l’académie. La jeune fille avait enlevé sa main de la sienne, ce qui, apparemment était à l’origine de cette mystérieuse vision.

Andrew l’avait laissé monter sur le banc toute seule, un peu secoué par ce qu’il venait de voir. Il se releva et regarda un peu autour de lui. Aucun doute possible, ça venait bien d’elle.
La jeune femme venait de s’excuser quant aux quelques taches de sang qu’elle avait laissé par terre, elle voulait même les nettoyer elle-même ! Il regardait dans les cuisines, cherchant son Pokémon du regard. Il avait apparemment trouvé ce qu’il cherchait et allait revenir très vite. Une Nanméouïe l’avait rejoint, changeant ses bandages. Andrew avait détourné le regard, d’un parce que ce n’était pas respectueux, et de deux parce que le sang comme ça, ça pouvait le dégoûter. Le Pokémon semblait bien s’occuper de la jeune fille, ils n’avaient pas besoin du cuisinier qui gênait plus qu’autre chose dans ce cas-là. Quelques secondes après, le Pokémon avait fini de réparer le bobo ! Enfin, pas très exactement, mais le bandage faisait son effet dans tous les cas.

Elle proposait de partir, de laisser Andrew faire son travail correctement pour qu’il puisse rentrer au plus vite dans sa chambre et qu’il dorme pour recommencer inlassablement son petit train-train quotidien. Le cuisinier s’assit sur le banc, un peu écarté de la jeune fille pour lui laisser de l’air libre. Il souriait légèrement, pour détendre l’atmosphère.

« Ne t’en fais pas, tu ne déranges pas, il n’y a plus personne dans les cuisines et puis, dans l’état où tu es, ça ne serait pas prudent de ma part de te laisser seule dans les couloirs. » Seule, ou accompagnée de ses Pokémons ne changeait rien car ça restait dangereux dans son état.

Anyo était revenu, un petit plateau dans les pattes. Il sauta sur le banc de l’autre côté de la table pour être à la même hauteur que la table. Sans plus tarder, il servit deux tasses de thé, l’une pour la demoiselle et l’autre pour son dresseur. Sur le plateau se trouvait également un peu de sucre et du lait, précieusement apporté par le Farfaduvet. Il rejoignit ensuite son dresseur, regardant la jeune fille qu’il avait seulement aperçu tout à l’heure. Il montra ensuite les tasses avec ses petits bras, tout en souriant. Et pour accompagner les gestes de son Pokémon, le cuisinier invita également la jeune femme à se servir.

« Si tu as besoin de quelque chose d’autres, tu n’as qu’à me le dire. Je ne t’oblige pas à rester bien sûr ! Si tu veux que je te raccompagne dans ta chambre, je laverais le sol après, ça peut attendre. » Le travail peut toujours attendre de toute façon. L’homme aux cheveux bleus pris l’une des tasses et en même temps demanda ce qui s’était passé, quelques minutes auparavant.
« Et ce qui s’est passé tout à l’heure, quand tu m’as touché la main, c’était quoi ? Toi aussi tu as des supers pouvoirs ? » Ironisa le jeune homme, montrant son bandeau fièrement, chose qui lui donnait un air héroïque, mais pas tant que ça. Il lança cinq sucres dans la tasse pour ensuite les regarder se mélanger avec le liquide ; le tout dégageait une fumée sucrée. Il ne voulait pas blesser la jeune femme avec sa dernière remarque, alors il détourna un peu le regard tout en restant pensif. Cette petite fille qu’il avait vu, c’était bien elle, Aredhel ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dear myself... [Pv Andew Skyward] Part I- Terminé   Lun 29 Juil - 0:50


Ce jeune homme attendit patiemment à ce que Namy ait fini de me soigner. Il en détourna même le regard, comme si la vue du sang le dérangeait, quoi qu'il pouvait tout aussi bien le faire par pure politesse, puisque j'avais levé un peu ma jupe. Il m'avait l'air un peu perturbé, ou du moins inquiet. Il s'assit sur le même banc que moi et ne tarda point à me répondre, d'ailleurs, souriant un peu, afin d’alléger l’atmosphère :

_ Ne t’en fais pas, tu ne déranges pas, il n’y a plus personne dans les cuisines et puis, dans l’état où tu es, ça ne serait pas prudent de ma part de te laisser seule dans les couloirs. me dit-il. Et oui... effectivement, il semblait s’inquiéter à mon égard, à moins que ce soit uniquement de la courtoisie... Je ne saurais pas vous dire, dans l'étant où je suis.

Son farfaduvet revint rapidement avec un petit plateau entre les pattes. Il venait de la cuisine avec deux tasses de thé, du lait et du sucre qu'il posa rapidement sur la table après avoir bondit sur le banc, puisqu'il était petit pour déposer quoi que ce soit, autrement. Il s'installa ensuite près de son dresseur, désignant les tasses d'un geste de patte, souriant. L'éphèbe à la chevelure bleutée accompagna son pokémon, m'invitant par la même occasion à me servir.Voire des pokémons et des personnes aussi  chaleureuses me rassurait. Je me sentais en sécurité ici et Vaal' me transmettait aussi toute la confiance qu'il pouvait, depuis sa luxeball.


_ Si tu as besoin de quelque chose d’autres, tu n’as qu’à me le dire. Je ne t’oblige pas à rester bien sûr ! Si tu veux que je te raccompagne dans ta chambre, je laverais le sol après, ça peut attendre. continua-t-il avant de prendre l'une des tasses. Et ce qui s’est passé tout à l’heure, quand tu m’as touché la main, c’était quoi ? Toi aussi tu as des supers pouvoirs ? me demanda-t-il en achevant son discours.

Il avait beau ironiser la situation, tout en montrant son bandeau, cela restait plus ou moins une réalité. Je ne possédais pas des « super pouvoirs », je n'étais pas non plus une héroïne, ni même une sainte ou quoi que ce soit d'autre... Peut-être une voyante, puisque j'étais la descendance directe d'une « miko », d'une prêtresse qui se dédiait à ce genre de choses autrefois ? J'en sais rien... Je ne connais pas grande chose sur ma famille, maintenant que j'y pense...

Le bleuté ajouta une bonne quantité de sucre à son thé avant de le mélanger. Il était sûrement l'une de ces personnes qui aiment les douceurs, les sucreries, etc. Un peu comme l'un des professeurs qui vient souvent à la réserve, l'un des meilleurs amis de Nagumo.  Cependant, lui, il ne semblait pas vraiment à l'aise, il était pensif et il en détourna même le regard tandis que le mien vint se poser sur le liquide ambré que contenait ma tasse. Je la saisis alors, l'approchant de mes lèvres sans même prendre la peine d'y mettre du sucre, puisque je n'aimais pas vraiment ça.


_ Et bien... Disons que c'est assez complexe.Lui dis-je, en baissant le regard. Je ne savais pas vraiment ce que je devais lui dire, par quoi commencer. Après tout, ce n'était pas quelque chose qu'on pouvait lâcher directement, à n'importe qui, sans peser ses mots... Je... Inutile de faire me présenter, je pense, mais... même si tu as du voir ce souvenir, je tiens quand même à le faire. Je m'appelle bel et bien Aredhel, Aredhel Erwing et je viens de Forêt Blanche. commençais-je en me présentant, confirmant la véracité des images visionnées. J'ai regardé Nyx et Namy qui observaient le farfaduvet, elles lui souriaient aussi. Elles étaient curieuses, visiblement puisqu'il était rare de croiser des pokémons de notre région.Les femmes de ma famille semblent être douées de certains dons qui s’éveillent ou qui se manifestent au fil du temps. Depuis que j'étais une enfant, je vois certaines choses que les autres ne voient pas, je possède ce qu'on appelle Empathie, mais à l'état pur puisque je peux ressentir les émotions des êtres m'entourant....continuais-je en faisant une petite pause. Aborder mon don de voyance était toujours difficile... très, même, mais, puisqu'il en avait été témoin -ou plutôt, victime-, cela risquait de me faciliter la tache.Et, dernièrement... je possède ce qu'on appelle la « Perception de Chronos ». Mon empathie est passive mais, ce « pouvoir », je devrais être capable de le maîtriser, alors que ce n'est pas du tout le cas. Celui-ci me permet de voir le passé et/ou l'avenir de quelqu'un ou de quelque chose, ou bien, de montrer ce que je vois. C'est ce qu'on appelle la « Vision Partagée », qui en plus, est la même capacité que Latios et Latias ont, si tu veux un repère avec lequel il te sera facile à comprendre. lui expliquais-je  avant de soupirer. Je me sentais toujours un peu mal, quand je devais dire ce genre de choses puisque souvent, on ne croit pas alors, j'en ai honte. Je n'aime pas devoir démontrer quoi que ce soit pour démentir l'avis des autres...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dear myself... [Pv Andew Skyward] Part I- Terminé   Mer 31 Juil - 14:17

Andrew était en quelque sorte un vrai cannibale.
La jeune fille, ou plutôt Aredhel comme elle l’avait confirmé, racontait ce qui venait de se passer ainsi que diverses choses qui seront détailles un peu plus bas. Pour le cannibale, c’est simplement Andrew qui écoutait les paroles de la jeune fille tout en rongeant un petit bout de peau, à droite de son index. Simple formalité pour ce morceau de chair qui s’était finement coupé puis effiloché à force de mettre ses mains sous l’eau chaude. Et quand Andrew est très captivé, il ne peut pas laisser son attention sur une seule chose. Oui, il a un cerveau chiant Andrew, c’est comme ça.

Et pour en revenir sur Aredhel, elle venait de prendre sa tasse de thé et sans mettre plus de sucre que ça, elle avait commencé à boire le liquide. Andrew détourna vivement son regard vers sa tasse, remplit de sucre, puis celle d’Aredhel qui contenait seulement le liquide. La seule perception de ce liquide amer et sans goût particulier venait de dégoûter Andrew pour de bon. Il rajouta de nouveau un sucre dans son mélange et reposa ensuite son regard vers la jeune femme, tout en touillant de nouveau sa mixture.

La blonde commença par un message de mise en garde, attention c’était complexe ! Alors si c’était complexe, Andrew devait deux fois plus se concentrer pour écouter la jeune fille. Machinalement, il attrapa le bout de son t-shirt pour jouer avec sa main libre. Là il était paré pour tout écouter, et sans interruption. Pour commencer elle se présenta –réellement- si on peut dire ça ainsi. Aredhel Erwing donc, venue de la Forêt Blanche. Elle venait d’Unys elle aussi ? Une compatriote en plus sur cette île de Sinnoh ! Et l’espèce de vision qu’Andrew avait vu quelques minutes auparavant c’était donc la forêt blanche ? Il faut dire que ce moment avait été étrange et qu’il s’était plutôt concentré sur l’enfante, et non sur le décor. C’était une bonne nouvelle comparé à ce qui allait suivre, quoi que…
Aredhel captiva bien vite l’attention du cuisinier, en parlant très clairement de choses qui le dépassait totalement mais qui le rendait très attentif. Elle expliqua qu’elle pouvait ressentir les émotions des personnes aux alentours. Dont les Pokémons, non ? Alors ça, ça pouvait être très pratique. Et sa famille était… pareil qu’elle ? Eh bien, les repas de famille doivent être palpitants chez elle ! « Et alors toi, tu as découvert quoi comme nouveau pouvoir ? » « Eh bien je sais voler maintenant ! » « Vraiment, super ! »-Mais… non en fait, ce genre de pouvoir est impossible, restons-en aux pouvoirs ‘‘psychiques’’.  La jeune fille venait de s’arrêter un peu, créant ainsi une attente insoutenable dans le cerveau d’Andrew. Il savait bien que ce n’était pas tout, ça ne pouvait pas s’arrêter là… Enfin !
Elle reprit de nouveau la parole pour le plus grand bonheur de l’homme aux cheveux bleutés. Tout comme les Pokémons, elle n’arrivait pas à maîtriser ce deuxième pouvoir, encore plus farfelu que le précédent mais aussi encore plus spectaculaire. Elle pouvait lire dans chaque être humain comme dans un livre ? Voir le passé, le futur. En fait, elle était comme la cadette d’une série Américaine bien connue, qui passait l’après-midi sur la 6 ! Elle compléta en parlant de Latios et Latias, deux Pokémons légendaires qui lui ressemblait au niveau de ce mystérieux pouvoir.

Eh bah ça alors ! Andrew n’était pas tombé sur n’importe quelle mademoiselle, une fille avec autant de ‘‘pouvoirs’’ ça courait pas tous les coins de rues. Et comme un bon petit garçon, il avait tout écouté. Les seules réactions qui lui venaient en tête étaient de partir en courant et de faire « wouah » comme un débile. Et bien finalement, il prit l’option numéro trois. Il s’adossa à la table tout en souriant –comme un débile, ça, ça change pas- et après quelques secondes d’inattention, il se tourna vers la jeune femme.

« Alors… ça fait de toi une personne légendaire tous ces pouvoirs ? Comme Latias. C’est marrant. » Se contenta-t-il de dire pour le moment, buvant une gorge bien sucrée de thé. Il reprit ensuite, prenant le temps de se présenter lui aussi, comme l’avait fait la jeune fille. « Je m’appelle Andrew Skyward, nouveau cuisinier de l’académie. Je viens de Papeloa. » Il reçut un petit coup de coude du Farfaduvet, maintenant assit à côté de lui. Technique d’approche des femmes voyez-vous. Il compléta alors. « Et lui c’est Anyo, mon compagnon. » Le Farfaduvet se contenta de bouger un petit peu son coton pour compléter les dires de son dresseur. Mais Andrew lui, il s’en fichait de son Pokémon pour le moment. Il avait en face de lui une Latias humaine ! Enfin, une demi-Latias qui n’en était pas vraiment une... Mais bref, on s’embrouille là. « Alors tout à l’heure, c’était un souvenir à toi ? … Je n’ai jamais connu mon père sous ses meilleurs jours non plus, et je me souviens à peine de son visage, maintenant qu’il est mort. » Autant y aller cache, comme elle l’avait fait. On peut dire que son souvenir ressemblait un peu à celui d’Andrew. Lui aussi il se demandait tout le temps quand il allait revenir papa. Abrutis d’enfance. Son sourire était peu à peu partit au fil et à mesure qu’il y repensait. Mais aujourd’hui, il n’était pas tout seul, dans sa chambre, à repenser au passé. Non, en ce moment même il fallait penser positif ! Il ne voulait pas non plus rendre la jeune fille coupable de cette remonté de souvenirs négatifs.

Alors qu’Andrew venait d’enclencher son mode « sourire », il se retourna de nouveau vers la jeune femme, et pour ironiser un peu et réchauffer l’ambiance, il tenta une petite percée avec une blague, bien propre à lui. « Tu as bien de la chance d’avoir tout ça et avec toute cette chance, tu devrais jouer au loto, tu deviendrais riche en un rien de temps ! » Ah, ah, ah. Et Andrew devrait devenir comique, il serait directement accepté dans la section « blague nulle ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dear myself... [Pv Andew Skyward] Part I- Terminé   Jeu 8 Aoû - 18:09


Je n'avais pas vraiment fait attention à l'attitude de mon interlocuteur. Il semblait vraiment intéressé par ce que je disais, du moins, j'en avais le sentiment (ironique, n'est-ce pas?). Une fois que j'ai finit mon récit, il s'est adossé contre la table, souriant. Il semblait être ailleurs. Arceus sait ce à quoi il pensait. Quelques secondes plus tard, il se tourna enfin vers moi.

_ Alors… ça fait de toi une personne légendaire tous ces pouvoirs ? Comme Latias. C’est marrant. me dit-il avant de boire une gorgée de son thé. Je m’appelle Andrew Skyward, nouveau cuisinier de l’académie. Je viens de Papeloa. se présenta-t-il. Alors, lui aussi, il venait de ma région ? Il était rare de rencontrer des gens de là bas, je dois l'avouer. Depuis que je suis ici, il n'y en a eu que quelques uns. Je pourrais même les compter avec mes doigts, tout simplement.  Et lui c’est Anyo, mon compagnon. continua-t-il suite à un petit coup de coude provenant de son starter. Ce dernier remua doucement la masse cotonneuse qui le recouvrait. Peut-être était-ce un salut ou juste une confirmation des dires de son dresseur. Alors tout à l’heure, c’était un souvenir à toi ? … Je n’ai jamais connu mon père sous ses meilleurs jours non plus, et je me souviens à peine de son visage, maintenant qu’il est mort. ajouta-t-il, en précisant le fait qu'il n'avait pas connu l'un de ses parents, lui aussi. Il était orphelin, comme moi.  

Le sourire de ce jeune homme s’évanouit lentement, au fur et à mesure que sa tristesse remontait. Il devait être en train d'y repenser... J'ai vraiment un don pour rendre les autres malheureux, je me sentais un peu coupable au fond. Je n'avais pas besoin de refiler ma dépression aux autres, je pourrais parfaitement rester enfermée dans la réserve, et ça serait beaucoup, mieux, je pense... Ledit Andrew instaura un nouveau sourire sur son visage, cachant ses sentiments et, dans une tentative pour détendre un peu l'ambiance, il reprit la parole :


_  Tu as bien de la chance d’avoir tout ça et avec toute cette chance, tu devrais jouer au loto, tu deviendrais riche en un rien de temps ! fit-il donc, en achevant son discours.

_ De la chance... murmurais-je, en repensant à toutes les contraintes et malheurs qu'apportaient ses dons, commençant par les incessants cauchemars. Je baissais de nouveau mon regard, fixant ma tasse Je n'ai pas particulièrement de la chance. Au contraire... Même avec tous les togepi et jirachi du monde, je pense que je serais toujours la première personne que le malheur frapperait... lui dis-je en gloussant. Autant ironiser un peu la chose, aussi. J'étais contente d'avoir un munna or, il semblerait qu'ils se nourrissent de rêves et qu'ils aident beaucoup leurs dresseurs. Mais... d'un autre côté, puisque je ne faisais que des cauchemars, j'avais peur de la blesser... Cette petite ne méritait pas ça... personne ne  le méritait... Tu n'imagines pas les sacrifices que je dois faire afin de pouvoir vivre avec ses dons... Je n'ai que peu d'amis à cause de cela, je ne porte pas malheur aux autres, mais si on m'approche trop, on finit par en être blessé, puisque j'ai la poisse. Sans compter que, depuis toute petite, je fais des cauchemars. Je n'ai jamais rêvé et les rêves dans lesquels j'entre par inadvertance, je finis par les corrompre et les faire tourner au cauchemar... Je déteste qu'on me traite de menteuse ou pire, de mythomane, alors je ne peux pas vivre vraiment en société car je vois et entends des choses que les autres ne voient pas, je ressens les sentiments d'autrui et tout cela me déroute, me perturbe et souvent, je peux même partager les miens... Je ne suis bonne qu'à plomber l'ambiance, dans ces cas.... Continuais-je en fermant un instant mes yeux. Je sentais que je tremblais et me mains serrèrent fortement la tasse afin qu'elle ne glisse pas entre mes doigts. Et... si ça se trouve, je mourrais bientôt... soufflais-je, exprimant l'une de mes pensées à « voix haute ».

C'était vrai... après tout, j'ai déjà vingt-et-un ans... Ma mère était décédée avec deux ans de plus, je crois... idem pour ma grand-mère, peut être même pour sa mère aussi... et la mère de sa mère, puisque ces dons nous étaient dans la famille depuis des temps immémoriaux. D'ailleurs... d'où vient ma famille ? Pourquoi avons-nous ces « pouvoirs » ? J'avais tellement de questions et personne à qui les poser... Darkrai disait savoir et pouvoir me répondre, mais j'avais peur d'en être trop proche. Qu'allais-je devenir ?

Lorsque j'ouvris mes yeux à nouveau, une ombre se reflétait dans mon thé... une ombre que je ne connais que trop bien et qui me fit sursauter. Renversant une le liquide ambré sur mes vêtements et manquant de casser la tasse (heureusement que Namy avait eu le réflexe de la rattraper)... Lorsque j'ai tourné la tête, cette ombre n'était plus là.


_ Excusez-moi, je suis un peu ailleurs. Voici Namy et Nyx. Le propriétaire de cette luxeball s'appelle Vaaldrick, c'est mon premier pokémon. Il est trop grand pour être à l’intérieur de l'académie. expliquai-je en essuyant doucement la table à l'aide d'un mouchoir avant d'en faire de mêmes avec mes habits.Je pense qu'on va rentrer... Merci beaucoup, pour le thé et pour la compagnie, Andrew, Anyo. leur dis-je en esquissant un tendre sourire. Je dis un essai, afin de me redresser mais... disons que mes jambes ne semblaient pas être de mon même avis, alors je me suis rassit, mal à l'aise. Je pense que je vais attendre un petit peu...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dear myself... [Pv Andew Skyward] Part I- Terminé   Ven 30 Aoû - 0:41

Et allez, une boulette –de riz- de plus pour Andrew. Le cuisinier ne savait plus vraiment quoi sortir face aux déclarations de la jeune demoiselle, une chose est sûre, il devait se la fermer pour l’instant, ce n’était pas le bon moment pour sortir l’une de ses blagues bonne à plomber l’ambiance.
Et quand on parlait de plombage d’ambiance, Aredhel semblait avoir beaucoup d’expérience dans ce domaine, allez, on va se dire qu’elle ne faisait pas vraiment exprès, hein ? A la voir se décrire, on sentait tout de suite qu’elle n’était pas à l’aise avec la société, se rabaissant à chaque coin de phrase. Les petits « extra » dont elle était dotée n’avait rien de bien amusant, ou de bien chanceux d’après elle et en voyant les multiples contreparties qu’il y avait avec ces dons, Andrew commençait à douter sur le mot « chance » qu’il avait utilisé un peu plus haut. Mais après tout, si Arceus l’avait décidé ainsi, c’était sûrement pour une bonne raison, on peut toujours trouver quelque chose de positif dans le plus noir des cauchemars.
Pour finir son petit monologue, Aredhel rajouta une dernière phrase, après s’être descendu jusqu’au enfer, elle semblait y creuser sa tombe pour l’éternité, rajoutant qu’elle allait vraisemblablement mourir bientôt.
Eh bien, ça avait eu le pouvoir de jeter un froid dans toute l’académie, on se serait presque cru en hiver avec tout ce blizzard. Maintenant que faire dans ces moments-là. Andrew avait l’habitude de régler les problèmes des consommateurs qui se plaignaient de ne pas avoir eu assez de frites, mais ce sentiment était tout nouveau pour lui. Une sorte de pitié, si l’on peut dire ça ainsi.
Allez, dit quelque chose Andrew, un truc pour lui remonter le moral, n’importe quoi !

« … »

... Ouais, c’était pas génial ça, mais ça résumait tout. Surtout pas de blague, juste quelque chose de réconfortant. Une autre tasse de thé ? Nan, ça n’allait pas vraiment marcher. Il aurait bien voulu poser une de ses mains sur son épaule, mais le cuisinier avait peur de déclencher une nouvelle vision, contre son gré et celui de la jeune femme. Elle restait inerte depuis sa précédente phrase d’ailleurs, quelque chose n’allait pas ? Lorsqu’il s’approcha un peu pour mieux observer la demoiselle, elle sursauta, réaction en chaine, Andrew eut la même réaction, avec moins de conséquence.
Et allez, la boulette de plus, elle venait de renverser toute sa tasse de thé, c’était pas sa soirée apparemment. Après quelques gouttes de sangs, ce n’était pas un peu de thé qui allait faire fuir Andrew. L’employé l’aida à éponger la table, le tout en murmurant quelques « C’est pas grave » d’un air neutre. Elle venait de reprendre la parole, changeant radicalement de sujet pour lui présenter à son tour quelques-uns de ses Pokémons. Un Pokémon trop grand pour être dans l’académie ? Andrew n’osait même pas s’imaginer la bête qui se trouvait enfermé dans cette petite ball.
Après avoir réparé –à peu près- sa petite bêtise, Aredhel essaya de se lever, accompagnant ses gestes a ses dires, elle voulait rentrer chez elle maintenant. Ça se comprenait, la nuit venait de tomber maintenant et elle était peut-être fatiguée après tout, enfin Andrew le pensait. Même si il ne savait plus trop quoi penser maintenant… bref, c’était dur à expliquer. Malheureusement pour elle, l’étudiante était condamnée à ne pas tenir sur ses jambes, try again comme on dit dans le métier. Et oui, décidément ce soir ne jouait pas du tout en sa faveur, comme elle avait pu le décrire un peu avant. Le cuisinier l’avait regardé faire sans bouger, évitant ainsi de recréer un contact physique, qui sait sur quoi il allait tomber en déclenchant une autre vision.

« Je te crois, commença-t-il tout en restant calme, apparemment beaucoup de personnes fuyaient en apprenant tout ça. Et bien au contraire, je ne trouve pas que j’ai eu de la malchance en te rencontrant ce soir. »  Déclara-t-il tout en souriant. Au contraire, un peu de compagnie ne lui faisait pas de mal et de plus, il esquivait les tâches ménagères, c’était un bon point.

Andrew en profita pour se lever, trollant la jeune fille qui ne pouvait pas rester debout sur ses jambes plus de 3 secondes, mais son intention n’avait rien de bien méchant, au contraire. Il fit un petit geste de tête à Anyo qui, à la même allure qu’Andrew, se leva pour débarrasser la table. Ça allait bien quelques minutes cet écart de travail, mais le cuisinier devait aussi finir sa journée pour s’endormir dans son lit au plus vite. Tandis que son Pokémon nettoyait les dernières gouttes de thé qui étaient tombées sur la table, Andrew comptait bien ne pas laisser Aredhel ici, après tout si elle voulait rentrer chez elle ça se comprenait, et ce n’était pas ses petites jambes qui allaient lui dicter le contraire. Le jeune homme posa ses mains sur ses hanches, tournant sous cou dans tous les sens comme pour s’échauffer, et c’est avec un sourire radieux et une petite touche d’humour qu’il proposa son aide.

« Bon, j’vais sûrement pas pouvoir te porter dans mes bras, tel un vaillant chevalier, mais je peux quand même t’aider à marcher jusqu'à ta chambre. » C’était toujours un geste assez gentleman, et comme Andrew n’en était pas vraiment un, et bien il allait faire ça à moitié. Oubliez tout de suite la musique épique en fond, les explosions sous un soleil ardent, non, non, ça allait se faire au clair de lune avec le hululement des Hoothoots en fond. C’était déjà pas mal, et un peu plus calme. Mais encore fallait-il convaincre la demoiselle, elle ne voulait peut-être pas dévoiler une autre de ses mystérieuses visions au cuisinier, alors autant tourner ça à la rigolade.
« Et si mademoiselle Latias se manifeste, je commande un souvenir joyeux ! » plaisanta-t-il tout en tendant sa main, voir carrément son bras à son invitée pour qu'elle puisse s'y agripper. Bien qu’il avait sorti ça tout en rigolant, le jeune cuisinier ne voulait pas vraiment retenter l’expérience une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dear myself... [Pv Andew Skyward] Part I- Terminé   Sam 31 Aoû - 16:18


Au début, Andrew ne semblait pas savoir que dire ni que faire Le jeune homme et son pokémon torchèrent le thé que j'avais renversé sur la table. Cependant, mes dernières phrases avaient jeté un froid dans la conversation, non... ils avaient plombé l'ambiance, carrément. Il m'avait regardé essayer de me redresser puis me rasseoir et, visiblement il ne semblait pas non plus très partant pour m'aider, du moins, s'il devait y avoir un quelconque contacte physique. Il devait avoir peur de déclencher une autre vision... Précisément, ce que j'avais en tête à ce moment, je n'aurais pas aimé qu'il le voit, qu'il me voit dans une aussi pitoyable situation. Au final... tout le monde me quitte, tout le monde se lasse de moi, peut être qu'il allait échapper à la règle, lui, mais vu comment ça commençait... Pourquoi lui faisais-je confiance, alors ?

_ Je te crois. commença-t-il, calmement.

Il semblait être différent des autres... je le ressentais, mais, et si mes sens me trompaient une fois de plus ? Kizu m'avait abandonnée... Cet homme qui m'avait sauvé du viol et de la mort certaine aussi, il était parti, sans me dire ne serait-ce que son nom. Kira, lui... il m'aimait, mais je ne lui correspondait pas et encore, j'avais peur de le perdre, aussi. Et Noctis... ? Ce Noctis avait l'air tellement proche de moi et tellement distant à la fois, alors qu'on ne se connaissait qu'à peine... À croire que je suis vraiment maudite en amour et en amitié, puisque je porte malheur, même à mes rares amis, humains ou pokémon... J’espère juste de Kayline va bien, ça fait longtemps que je ne l'ai pas vue...


_  Et bien au contraire, je ne trouve pas que j’ai eu de la malchance en te rencontrant ce soir. déclara-t-il en me souriant. J'eus un pincement au cœur en le voyant sourire de la sorte. Il était sincère...

Le jeune cuisinier se leva alors et fit un petit geste de tête qui invitait son compagnon à faire de mêmes. Le farfaduvet débarrassa la table puis essuya les dernières gouttes de ma boisson. Andrew posa ses mains sur ses hanches, souriant davantage.


_ Bon, j’vais sûrement pas pouvoir te porter dans mes bras, tel un vaillant chevalier, mais je peux quand même t’aider à marcher jusqu'à ta chambre. continua-t-il avec une petite touche d'humour. Ah.. Maintenant, il restait à lui dire que je ne pouvais pas retourner à ma chambre... Et si mademoiselle Latias se manifeste, je commande un souvenir joyeux ! termina-t-il, en plaisantant.

Il riait et même si ce n'était pas très drôle, je ris aussi, histoire de le rassurer de ne pas mettre plus de tension dans l’atmosphère... Il me tendit la main, me laissant la possibilité de me tenir à lui en m'accrochant à son bras. Après un longs instant d'hésitation, je saisis son bras, doucement puis me redressais, aussi lentement que possible. Par chance, aucune vision ne se déclencha, j'en fus soulagée. Nyx pouvait heureusement léviter et Namy restait près de moi, au cas où j'allais avoir besoin d'un petit plus.


_ Et bien... Je te remercie, Andrew. Si je pouvais contrôler la Perception de Chronos, je ne t'aurais pas montré un aussi pathétique moment de ma vie. lui dis-je en m'avançant un peu, d'un pas peu assuré. En ce qui concerne ma chambre... je ne peux pas y retourner. Cela fait plusieurs jours, voire des semaines que je vis chez mon tuteur parce que je n'étais pas en sécurité, ici... On a forcé la porte de ma chambre, on a cassé le miroir de la salle de bain et, récemment on est encore entrés, puisqu'il y a des insultes et des menaces écrites sur les murs et la vitre... M.Yoshi et Mlle. Aikawa sont déjà intervenus mais c'était un peu tard, il faut dire, on m'avait déjà poussée dans un ravin. C'est grâce à mes pokémons, à mon tuteur, à « M.Philgard » et M.Rosenwald que je suis là. À croire que mes efforts sont vains... que je ne peux décidément rien faire seule... Quand je dis que ma vie a littéralement croulé en quelques années, c'est vrai. Depuis peu avant que je sois partie de Forêt Blanche, tout a commencé à empirer... ça aurait pu être pire... je pense... Au moins, ici à Edenia, je me sens en chez moi, malgré tous mes problèmes. lui expliquais-je durant le trajet.

Une fois sortis du bâtiment principale, je me suis arrêtée, en plein milieu de la cours et j'ai laissé sortir mon drattak de sa luxeball. J'ai lâché doucement le bras de mon accompagnant, je me suis mise sur la pointe des pieds afin de déposer un baiser sur sa joue -histoire de le remercier- puis je me suis lentement approchée de mon cher ami. Tandis que Namy grimpait sur lui, moi, je le caressais doucement, afin de le rassurer.


_ Ici, c'est bon. Je te remercie, Andrew, pour m'avoir écoutée et pour m'avoir aidée. Ce n'est peut être pas beaucoup, pour certains, mais pour moi, c'est très important. La prochaine fois qu'on se reverra, ça sera dans d'autres circonstances, je n'aurais plus l'air d'une malade suicidaire et déprimante. lui dis-je en gloussant. Je me trouvais vraiment stupide, vraiment pitoyable... Je ne pouvais qu'en rire et me moquer ouvertement de ma propre souffrance. Vaal' me donna un petit coup de tête puis se coucha afin de me permettre de monter plus facilement sur lui. J'ai grimpé puis je me suis installée contre son cou. Accessoirement, voici Vaaldrick, mon premier pokémon et mon confident. Quand je suis arrivée, il était tout ce que j'avais. Continue de prendre aussi bien soin d'Anyo et chéris le, Andrew. terminais-je en esquissant un petit sourire.

Namy fit un petit signe de main au cuisinier et à son pokémon, souriante. J'avais changé un peu de sujet, mais, au moins, je tentais de me montrer aussi bien que possible. Vaal' rugit puis décolla, comme s'il menaçait les possibles agresseurs qui restaient dans l'ombre. Il se méfiait, maintenant, autant voire plus que moi. Ensuite, on se dirigea en direction de la forêt, il était temps de rentrer à la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dear myself... [Pv Andew Skyward] Part I- Terminé   Sam 7 Sep - 17:44

Finalement, après un petit temps d'hésitation, Aredhel décida de profiter de l'aide du cuisinier. Les craintes de ce dernier fut vite envolées, aucun autre souvenir ne s'était décidé à refaire surface et tant mieux. Maintenant Andrew devait remplir son rôle d'accompagnateur, en ne marchant pas trop-trop vite ni trop-trop lentement. Ça doit être gavant de faire accompagnateur tous les jours quand même, on doit toujours prendre le rythme de la personne âgée qu'on accompagne, ou bien de la jeune fille en détresse bien sûr. Mais il y avait une chose assez... embêtante dans tout ça, c'était bien, tout était beau, Andrew ramenait Aredhel dans sa chambre mais problème, d'après ce qu'elle disait, sa chambre était en mauvais état, ravagé par des... what, par d'autres élèves ? Mais c'était carrément du vandalisme, des voyous, des fripouilles, des Baggiguanes en couche-culotte !
Et encore, ce n'était pas tout, les racailles en étaient même venus a lui faire du mal physiquement. Le jeune homme écoutait passablement, se demandant bien ce qu'elle avait fait pour mériter tant d'insulte et de tracas. Elle avait également parlé de deux autres personnes qui elles, n'avaient rien de bien méchant. Deux professeurs d'après les souvenirs d'Andrew, il connaissait quand même quelques "collègues" auxquels il apportait thé et café dans la salle des professeurs, le matin pour leur donner du courage face aux turbulents élèves et le soir, pour les relaxer après une bonne journée de travail. Malgré tout, leur tête restait imperceptible.

Le duo arriva dans la cours de l'établissement, puisqu'il était impossible à Aredhel de dormir dans sa chambre respective, heureusement qu'elle dormait chez quelqu'un et pas dehors, avec son état on aurait pu croire que son fameux tuteur la faisait dormir dehors, sur un paillasson. Ils vivaient sûrement en ville, du moins c'était ce que le cuisinier croyait et... il était loin de se douter de l'endroit exacte où elle s'était établie.
La ranger laissa sortir son starter, ce fameux Vaaldrick qui ne pouvait pas rester dans l'académie. Un gros Drattak venait d'apparaître, ce qui fit déglutir Andrew, il aimait cuisiner, mais pas être mangé et cette grosse bê-bête ne lui inspirait pas vraiment confiance. Il laissa la jeune femme se décrocher de son bras, comme un Roucool qui part de son nid. Mais la demoiselle n'avait pas encore prit son envol, elle prit le temps d'embrasser rapidement Andrew sur la joue, en gage de reconnaissance. Anyo -qui se faisait discret jusque là- fronça ses sourcils cotonneux. Son dresseur se contenta de sourire bêtement, -ça changeait des bisous de mamie-.

La ranger le remercia de nouveau, ajoutant une petite touche d'humour à la fin de sa phrase. Une facette autre que la fille "malade suicidaire et déprimante", le cuisinier ne demandait à voir que ça. Son starter reprit l'attention, pressé de partir apparemment. Aredhel prit quand même le temps de faire de rapidement présentation. L'homme aurait bien serré la patte du Pokémon mais... non, non, on allait éviter.

« C'est... plus gros que je le pensais... Je veux dire, je m'attendais pas à un Drattak !  » Évitons de vexer le gros dragon. « A bientôt alors et merci à toi. »

Ils étaient maintenant prêts au décollage, Andrew recula de quelques pas de peur de se prendre un coup d'aile en pleine face. Il salua d'un coup de main la Nanméouie et se crispa quand le dragon se mit à rugir. Tout en restant la main levée, il regarda le magnifique décollage d'un Drattak, sous un ciel étoilé.

Une fois partie, le Farfaduvet sauta sur l'épaule de son dresseur, regardant le gros dragon s'envoler au loin, avec sa dresseuse sur son dos. Il donna quelques coups de coton à son dresseur, le sortant de ses pensées et lui faisant baisser la main. Andrew se retourna et interrogea son Pokémon du regard. Le Farfaduvet se glissa entre les bras d'Andrew.
« Farfaaaaaaa', faaaa ! » Exigea le Pokémon, se frottant contre la joue de son dresseur qui ria sur le coup, tout en reprenant le chemin du self, son travail n'était pas terminé là-bas. Tout en marchant, l'employé questionna son Pokémon.
« Dis donc Anyo, tu n'serais pas jaloux par le plus grand des hasards ? » Plaisanta son dresseur, tout en grattouillant la tête du Pokémon à travers son coton. Son starter prit un regarde dépité et d'un mauvais air, répliqua.
« Farfa' ? Faaaaaa ! » S'exclama le pokémon, tout en bougeant sa patte.
« Je me demande si je ne t'échangerais pas contre un Drattak, ça rugit beaucoup plus fort que toi. » Andrew levait la tête, semblant réfléchir et le Pokémon, à moitié vexé se mit a rugir de la manière la plus comique qui soit. Une fois arrivé au self, Andrew nettoya la grande salle sans oublier les tâches de sang-ketchup qui traînait par ci, par là. Quelques minutes plus tard, tout était propre et parfaitement ranger pour demain matin. Il éteignit les dernières lumières.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dear myself... [Pv Andew Skyward] Part I- Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dear myself... [Pv Andew Skyward] Part I- Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kolwezi, la part de la légion
» Papiers pour faire-part.
» kit ou template pour faire part mariage
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
» Offre terminée.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: L'Académie :: Cafétéria-
Sauter vers: