Partagez | 
 

 Drew Dies Irae [Privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 25

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Drew Dies Irae [Privé]   Sam 15 Juin - 13:17

Le monde entier pense qu’il n’y a rien au-delà de ce que l’homme ne peut lui-même percevoir. Lumière, odeur, température, son, goût, l’être humain et la plupart des créatures connues se sont adaptés pour pouvoir reconnaitre toutes ces facettes du monde extérieur. Mais depuis des millions d’années de cela, aucun autre sens n’a été découvert. Est-ce à cause de la sélection naturelle ? Ce nouveau sens n’étant pas essentiel à la survie, voir délétère, il aurait put tout simplement disparaître. Ou bien est-ce parce qu’il n’y en a effectivement pas ? Drew n’en croît rien. Si aucun autre sens n’a été découvert, c’est parce que l’humanité ne veut pas le découvrir. L’humanité ne veut pas changer. Mais alors que le professeur se trouve à l’entrée des Ruines Alpha, celui-ci ferma les yeux. La main droite dans la poche de sa veste noire, la main gauche contre le mur, posée sur les glyphes représentants des Zarbi, des créatures au potentiel encore inconnu, le quinquagénaire avachis par le poids des années et des regrets avança en aveugle, sous le seul guide du frottement de ses doigts contre la pierre. Car c’est en avançant ainsi qu’il comprend et qu’il entend… La mélodie des pierres.
 
 
Avançant à pas lents et réguliers, suivis par son élève, Kayline, l’homme aux cheveux décolorés atteignit finalement un piédestal. Sur celui-ci, différentes pierres taillées se trouvaient positionnés dans un ordre dépourvu de sens. Alors que le crissement des pierres résonnait dans cet espace vide, tandis que Drew tentait de résoudre ce puzzle, des souvenirs lui revenaient en mémoire. Des souvenirs proches et au combien importants, accompagnés par ce chant déformant leur sens premier mais leur offrant également une saveur au combien plus agréable.

Il y a à peine quelques jours de cela, le professeur avait put retrouver Alawn dans un de ses cours. Mais quelque chose avait changé. Le Sybrater du Temps avait certes accepté ses responsabilités, mais n’avait pas encore trouvé de but, d’idéal envers lequel se tourner. C’est lorsque Drew put le regarder dans les yeux qu’il comprit, que ce jeune homme avait enfin tracé sa voie. Le cours suivant de sa classe étant dédié à l’entente entre les Pokémon, le professeur n’hésita pas à les suivre. Appuyé contre le mur de la classe de son collègue, Arian, il entendit très distinctement la participation de l’élève qu’il gardait sous son aile. Et, quand la fin de l’heure sonna, un seul élève resta en classe… avec son nouveau maître. Le psychologue ne souhaita pas entendre l’objet de leur conversation, concernant uniquement leur vie privée et la nature de leur relation. Mais ce rapprochement et les informations dont il disposait déjà sur Arian n’aboutissaient qu’à une seule conclusion : le Sybrater du Temps avait rejoint la Team Plasma. Déçu mais compréhensif, Drew prépara ses plans en conséquence. Et lorsque le Nonary Game toucha à sa fin, il ajouta une petite note à l’un des devoirs corrigé qu’il rendit au voyageur de Rosalia :
 
Citation :
Révèle à Arian que nous avons trouver la Plaque Spectre.
 
Ainsi soit-il. Si Alawn avait réalisé ce choix, alors son professeur n’avait pas à s’y opposer. Et cela quelque soit ses remontrances envers la Team Plasma et notamment, envers son chef actuel. Le message fut bien passé. Drew eut maintes fois l’occasion d’observer le regard de son collègue dans la salle des profs. Maintes fois l’occasion de disparaître alors que celui-ci tapait à la porte de sa chambre, alors que les couloirs étaient vides. Maintes fois l’occasion de lui échapper lorsqu’il souhaitait lui parler. Ce petit jeu amusait l’homme d’âge mur plus que jamais, parvenant à chaque fois à voir et à sentir la frustration de ce jeune homme tout proche d’un item indispensable à ses plans. Ce n’est que lorsque Drew fut prêt qu’il envoya deux mails : un à Kayline, Sybrater des émotions et le second à Arian. A la première il lui demanda de se rendre à la sortie de l’académie, lui annonçant un long voyage de première importance jusqu’à Johto, au second il donna rendez-vous au cœur des Ruines Alpha pour récupérer ce dont il avait besoin pour son projet.

Après avoir revêtu sa tenue de combat et enfourcher sa moto aéroglisseur, le professeur attendit alors son élève, accompagné de sa fille, Mélodia, assise dans le side-car. Kayline ne rechigna pas à prendre la seule place libre derrière celui qui lui avait offert une nouvelle voie. Il laissa la dresseuse s’installée et, relevant sa visière de protection, lui tendit une Poké Ball contenant Corragioso, le Pokémon appartenant à la défunte Alix Nova. Il savait qu’elle était la plus digne d’être sa dresseuse et qu’il parviendrait à l’aider à se hisser sur la plus haute marche de la Ligue Pokémon. Un ultime but qu’elle finirait un jour par atteindre. Le trio commença alors son long voyage vers Johto et les Ruines Alpha. De nombreuses étapes furent atteintes durant lesquelles le groupe put se reposer et durant lesquelles Drew expliqua la situation à celle qui avait accepté de l’accompagner. Leur but était simple : faire comprendre au Ian qu’il n’était pas prêt pour convoiter le Ceus. Cette leçon allait être rentrée dans son crâne, de gré ou de force. La nuit était tombée, laissant la nouvelle lune éclairer le ciel lorsque l’équipe de Drew atteignit enfin les Ruines Alpha. Son souvenir le plus récent alors que se fit entendre le déclic du puzzle du piédestal, fut le son de l’arrêt du moteur de son aéroglisseur, lui signalant qu’il n’était plus temps de reculer.

Lorsque le puzzle, représentant en réalité un Kabuto fut résolu, une trappe s’ouvrit alors laissant les visiteurs entrer. Drew accrocha une corde au piédestal et descendit le premier dans la cavité, bientôt suivit par Kayline et sa fille. Le professeur espérait que cette corde pourrait également servir de porte de sortie, mais il n’en fut rien alors que la trappe se referma derrière eux. Une nouvelle fois, le chant des pierres était accessible pour qui savait l’écouter.
 
 
Drew ne dit pas un mot, bercé par cette musique qui parvenait à son âme tandis qu’autour de lui, défilaient des statues de Pokémon et des torches éclairant les lieux de leur faible lumière. Au détour d’une statue, des ombres, ayant la forme de lettres dansaient sous l’apogée des flammes. Une danse célébrant probablement le retour de la nouvelle lune. La renaissance éternelle d’un être divin en ce lieu. Leur marche fut longue et le jeu de lumière et de mouvements étrange et inspirant. Ce lieu ne respirait pas la peur, il semblait être un passage. Un passage vers une nouvelle forme d’expression, vers de nouvelles idées. Un lieu qui pourtant a été abandonné par les hommes. Un lieu qui représentait l’arrêt de leur évolution. Au son du vent des pierres se mélangeait ceux des créatures discrètes qui y résidaient. Imperturbable, le psychologue continua de progresser jusqu’à arriver dans une salle beaucoup plus grande que les autres, dotée au fond d’un immense cercle dont l’architecture faisait pensé à un lieu de prière ou… d’invocation. Drew s’assied sur la dernière marche menant à ce cercle, tournant le dos à ce dernier. Et tandis qu’il vérifiait sa tenue, checkant que tout ce dont il avait besoin était bien en plus, il finit par dire aux deux femmes l’accompagnant :
 
« Attendons… »  


Dernière édition par Drew Kaiten le Dim 16 Juin - 12:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 25

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: Drew Dies Irae [Privé]   Dim 16 Juin - 18:43

La musique s’était désormais tue, le moment de l’émotion personnel était passé. Ces moments que Drew chérissait tant car ils donnaient du corps à sa vie. Il tentait de les créer mais finissaient toujours par disparaitre, laissant les questions de Phébus et de Kayline s’exprimer à leur tour. Voyant que son élève s’impatientait en même temps qu’elle parlait, il sortit de sa poche deux sucettes : une au cola pour lui, une à la cerise qui lança à sa coéquipière. Déballant la sucrerie, il fit attention de ne pas jeter le papier par terre, accordant un minimum de respect à un site archéologique de cette envergure. Commençant à profiter de cette gourmandise, il leur répondit alors :
 
« On attend Arian. Je lui ai donné rendez-vous. »
 
Kayline, n’était pas la seule à avoir des questions. Ne souhaitant ni couper son dialogue avec l’un, ni avec l’autre, le professeur se contenta de faire des signes de la main à Phébus pour lui répondre tandis qu’il continuait à savourer sa sucette tout en écoutant son élève.
 
«  - Je suis obligée de rester ? On peut pas se voir... Il m'a collé et j'ai pas envie de l'écouter.
- J'ai besoin de toi pour l'observer et pour m'assurer que tout se passera bien. Tu es la Sybrater des émotions donc la plus qualifiée pour m'aider à le jauger.
- Euhm... Tu sais qu'il risque pas du tout d'être content de me voir ? Encore plus que je le ... Jauge... Je l'ai déjà fais, et c'est ce qui m'a valut une heure de colle.
- Nous ne sommes pas à Gakuen, Kayline. Ici tu n'es mon élève que si tu l'acceptes tout comme il n'est ton professeur que si tu le respectes.
- Mmh... Oui... M'enfin, méfiez vous, il est vraiment bizarre ce prof', je dirais pas qu'il se drogue, mais presque. Surtout quand ses yeux changent de couleurs...
- Arian n'est guère l'homme qu'il veut montrer à l’académie. C'est une des raisons de notre présence ici. Je veux qu'il puisse se dévoiler ici sans contraintes. Voir continuellement cet ersatz de professeur irresponsable me rend malade.
- Nous sommes deux alors... Il ne m'a jamais aidé à progresser, j'ai été une fois dans son cours d'entendement avec les Pokémons, j'étais ravis d'y aller, je me suis dis que je pourrais mieux m'entendre avec Némésis, et puis au final, c'était un cours de tourisme idiot...
- Son cours n'est qu'une façade. Il n'est là que pour attirer l'attention des élèves sur ses discours engagés.
- De la... propagande sur quoi ?
- Réfléchissez un peu Kayline : Professeur d'entendement et de communication entre humains et Pokémon. Ca ne vous dit rien ?
- ... Il est membre de la Team Plasma ?!
- Vous voyez, ce n'était pas si compliqué que ça.
- Un membre de la Team Plasma veut s'approprier un légendaire ? Mais... C'est paradoxal !
- S'approprier n'est probablement pas le terme le plus adéquat. Mais je n'ai pas de doute sur le fait qu'il cherche à créer un lien avec lui. »
 
Le dialogue allait bon train, mais une quatrième personne n’y participait pas, puisque celle-ci, fut privée il y a longtemps du don de la parole. S’approchant de son père, Mélodia se colla à son paternel, posant sa tête contre ses genoux, tandis que celui-ci se mit à lui caresser les cheveux tranquillement, comme elle en avait l’habitude.
 
« Au juste, pourquoi votre fille est si... Bizarre ? »
 
A ces mots, le regard du père de famille s’obscurcit. Kayline venait de poser une question sur un point sensible. Quelque chose, dont Drew n’avait pas reparlé depuis des années. Pourtant, ce n’était pas quelque chose qu’il avait besoin de cacher. Mais lorsque ces évènements lui revenaient en mémoire, c’était comme si la malédiction qui avait frappé sa fille en avait fait de même avec lui, le rendant incapable d’émettre le moindre mot à ce sujet. Ne rien lui expliquer serait tout aussi simple. Mais le catalyseur ne souhaitait pas tenir ses Sybraters à l’écart. S’il voulait qu’ils soient honnêtes envers lui, alors il devait en faire de même envers eux. Continuant de caresser les cheveux blancs de sa fille avec douceur, il sortit de sa poche intérieure son portable, qu’il manipula quelques peu pour y faire apparaitre un scan d’une coupure de presse. Une fois la nouvelle visible sur son portable, le psychologue le lança à son élève pour qu’elle comprenne les raisons de l’état actuel de sa fille.


Citation :
Accident de train sur la ligne Safrania – Doublonville
 
Mercredi soir, une explosion s’est produite dans l’un des wagons du train magnétique. Le réseau électrique ayant été endommagé, tous les systèmes de navigation ont étés perturbés, provoquant le déraillement du train et l’explosion de plusieurs autres wagons. La liste des victimes s’allonge de minutes en minutes et des dizaines de milliers de familles sont encore actuellement rassemblés autour de la zone d’action des secours, espérant pouvoir retrouver leur proche disparu. D’après les premiers résultats de l’enquête, l’explosion semble être due à une attaque Pokémon. En effet, deux cadavres d’adolescents et deux de Pokemon ont étés retrouvés dans l’une des salles reliant les wagons. Les enquêteurs pensent que ces étudiants ont souhaités se livrer à un combat Pokémon et qu’une attaque aurait accidentellement touché l’un des panneaux de contrôle, provoquant l’explosion à l’origine de cette catastrophe. Est publiée ci-dessous, la liste des personnes identifiées :

Décédés :
-           ???????????
-           ???????????
-           ???????????
-          Trisha Kaiten
-           ???????????
-           ???????????
-           ???????????
 
Blessés :
-           ???????????
-          Mélodia Kaiten
-           ???????????
 
L’ancien père de famille continua de prendre soin de sa fille, profitant d’un moment rare qu’il n’avait plus tellement l’occasion de rencontrer. Drew ne s’occupait déjà plus de son élève ni même de sa réaction face à la vérité, préférant s’occuper de celle qui restait encore dans sa vie. Et ce n’est que lorsqu’elle ferma le programme d’affichage de l’image qu’apparut le fond d’écran du propriétaire du téléphone. L’une des rares photos témoignant d’un passé, de jours heureux n’existant désormais plus.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 25

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: Drew Dies Irae [Privé]   Dim 23 Juin - 23:01

*Je perçois la présence d'Arian, en approche*


Oui. Enfin. L'irresponsable avait accepté de se montrer sous un visage autre que celui du professeur d'entente entre humains et Pokémon. Drew n'avait pas changé de place, ni même d'expression. La mélodie des pierres en revanche, avait radicalement changée de ton.


A l'écoute de ces sons, une lueur de tristesse prit le quinquagénaire pendant quelques instants. Ce déchaînement de passions qui allait avoir lieu entre Arian et lui, n'était pas ce qui rendait son fardeau plus lourd. Non, ce qui pesait sur son existence n'était autre que la raison de cette joute : la médiocrité d'un homme capable de changer des vies. Les bruits de pas d'Arian et de ses compères se mirent à résonner dans la salle, faisant s'ouvrir les yeux de Mélodia, pressentant que celui qui n'était pas prêt, venait enfin de les rejoindre. Les yeux de sa fille se remplirent à leur tour d'une tristesse infinie.


Leur regard se croisa. Et tandis que Drew posa sa main à l'arrière de la tête de sa fille, pour que leur fronts se touchent, les yeux fermés, témoignant d'une affection sincère, les pensées de Drew se dévoilèrent à Phébus, répondant à la question de son élève.

*Le doute est le plus grand ennemi de l'homme que je suis.
Mais avec ma fille à mes côtés.
Quelques soient mes actes, quelques soient les horreurs dont je peux me rendre coupable.
Je ne doute guère.
Car mon rêve est véritable.*

Mélodia se releva donc, restant debout à côté de son père, toujours assied sur les marches de l'autel. Finalement, les invités du psychologue se présentèrent chacun à leur hôte. Le Pashmilla commença par des salutations chaleureuses que le destinataire apprécia beaucoup. Il répondit avec autant de respect qu'il en avait reçu, courbant légèrement le haut du corps pour saluer cette créature. Le Dimoret quant à lui, se contenta de ricaner, levant simplement une patte presque en signe provocation mais surtout de trépidation pour les événements à venir. A cela, Drew répondit par un doigt d'honneur net et précis lui faisant comprendre sa façon de penser. Et pour terminer, un cristal vide glissa de la manche de l'homme aux tempes grisonnantes, avant d'être lancé en direction de l'invité d'honneur de cette réunion. La trajectoire droite et parfaite de l'item se ficha dans la cape de celui dont le sourire ne s'effaçait pas, emportant le morceau de tissus avec lui. Le visage d'Arian et ses attributs de Feunard furent enfin dévoilés aux yeux de tous.

« Il n'est plus temps de se cacher Arian. Je ne t'ai pas appelé pour voir le professeur irresponsable ou l'humain chef de la Team Plasma. Je veux rencontrer la créature qui se cache derrière ces masques. »

Sa capuche lui ayant été retirée, l'hybride Feunard redressa ses oreilles auparavant rabattues. Son sourire n'avait toujours pas disparu, il se mit à saluer Drew à son tour. Mais cette fois, aucune réponse ne fut formuler. Physiquement ou verbalement.

« - Et qu'est-ce qui te dit que la créature en question avait envie de se montrer ?
- Je ne lui laisse pas vraiment le choix Arian.
- Il y a des choses que l'Être Humain n'a pas besoin de savoir. Parfois, il vaut mieux rester dans l'ignorance.
- Vois les choses ainsi si cela t'arrange. Mais si l'on suit ton raisonnement. Alors dans ce monde, il est également des choses que personne ne devrait jamais toucher. »

A ces mots, le psychologue sortit d'une de ses poches l'item tant convoité par son interlocuteur : la Plaque Spectre. Créée par Arceus, Arian n'espérait qu'une chose : la lui rendre pour achever la création de son lien avec ces mythique créature.

« Ow? Je ne fais que tenir une promesse, que pensais-tu que je comptais faire, Kaiten ? »

Drew eut l'occasion de voir le sourire d'Arian s'élargir, dévoilant ses canines. L'homme aux cheveux poivre et sels pouvait constater toute l'étendue de la nature réelle de cette créature : animale, incontrôlée, aveugle à toute chose. Plus le côté Pokémon d'Arian se révélait, plus Drew avait l'impression qu'il n'était plus question de raisonner un homme, mais au contraire de piquer un animal enragé.

« - Je suis venu récupérer Carina ainsi que cette plaque.
- Je suis désolé Arian. Mais tu n'auras ni l'un ni l'autre tant que tu ne seras pas prêt à admettre tes conneries. Je m'oppose à ce que tu récupères la plaque Spectre. Et... Elle s'oppose à ce que tu récupères Carina. Pas tant que tu continueras à agir ainsi. »

Le Feunard humain se mit à rire. Un rire très déplaisant accompagné d'un froncement de sourcil alors que ces sons de gaieté hypocrites s'effaçaient dans cette salle immense. Et c'est tandis que cet appel à la violence s'évanouissait, qu'un premier Zarbi fit son apparition autour d'eux, remarqué uniquement par Mélodia. Il ne lui fallut pas longtemps pour être rejoint par un second camarade, et un troisième... Les Zarbi semblaient défiler, apparaissant autour d'eux au fil des réactions de l'adversaire de Drew. Ce n'est que lorsque sa fille se rapprocha de lui pour prendre sa main qu'il se leva et détourna quelques instants le regard, voyant donc que ces Pokémon s'apprêtaient à démarrer la cérémonie. Le moment fatidique allait bientôt arriver alors qu'Arian observait ses mains souillées et laissait la frustration et la colère envahir ses yeux.

« Quoi donc? Que mes mains ont été tachées de sang, hu ? Si j'ai fait cela c'était pour Alix ainsi que pour Levy et ceux qui sont venus au voyage. Certes, j'étais aveuglé par la colère et on ne m'a rien demandé... Je doute que qui que ce soit ait voulu que je tue quelqu'un mais... mais tu devrais comprendre, ce qu'est de perdre quelqu'un qui t'est cher, n'est-ce pas ? Ne tuerais tu pas pour protéger quelqu'un que tu aimes ? Carina est une partie d'Alix, je ferais ce qu'il faudra pour la récupérer... Même si je dois y laisser mes dents, ma peau ou mon orgueil, s'il le faut. Quant à cette relique.... Adresse toi à son propriétaire qui ne doit pas être de ton même avis. »

Le père de famille tenait toujours la main de sa fille tandis que le cercle de Zarbi se complétait et que le regard d'Arian fixait le sien froidement. Voyant l'état mental de celui qui se trouvait face à lui, il fallait trouver quelque chose qui puisse le choquer, lui remettre les idées en place. La chose en question fut toute trouver. Lentement mais surement, il sortit de sa poche le cristal contenant l'âme d'Alix Nova et laissa son image parvenir jusqu'à Arian. A cette vue, celui-ci sembla se calmer, les yeux plus écarquillés deux ronds de flans sortit de leur coque, un seul mot s'échappa de sa bouche.

« - ... Pourquoi ?
- Que devient ton offrande à une amie, lorsque tu apprends que celle-ci vit encore ? Que deviennent tes certitudes lorsque tu observes ton crime pour ce qu'il est : un désir humain. Si tu étais resté à ses côtés jusqu'à son dernier souffle. Tu aurais compris son vœu. Mais tu as négligé ce qui n'était plus pour toi qu'un morceau de chair sanguinolent.
- Qui te crois tu pour en juger ?... Ce n'est pas parce que je n'ai pas pleuré, parce que je n'ai rien fait d'autre dans le genre qu'elle n'était qu'un morceau de chair ! C'était mon amie et je la considère toujours comme tel. Je tenais à elle à un point que tu ne peux pas imaginer puisque tu n'en sais rien, Kaiten. Pour moi, elle faisait partie de ma famille, elle était une confidente et une alliée... Il n'y a pas de mots pour décrire ce que j'ai ressenti le peu de temps qu'elle a été parmi nous or, je ne suis pas parfait, je suis humain, en partie... Je suis maladroit dans le domaine des relations humaines, est-ce un délit ? »

Sa mâchoire se serrait, ses queues s'agitaient. Drew était parvenu à taper là où cela faisait mal.

« - Non, évidemment que non. Chacun réagit comme il le peut suite à la mort d'un proche. Certains pleurent. Certains se contiennent. Certains perdent la voix. D'autres deviennent professeurs. Mais aucun d'entre eux ne se sert de cela comme excuse pour justifier son incapacité à supporter sa propre vie.
- Encore heureux, mais on dirait qu'en plus tu me provoques. C'est ça ? Tu veux que je devienne sérieux ? D'accord, mais avant de juger la hauteur d'une montagne, compte les pierres, Drew. Dernière fois que je le dis. Je suis venu récupérer quelque chose. Si on ne me le donne pas je le récupérerai de force. »

Pendant tout ce temps, le psychologue était resté impassible. Le ton de sa voix n'avait pas changé, ses expressions étaient restées neutres. Mais désormais, Arian avait choisis sa voie. Dégainant une Hyper Ball, il laissa un Trioxhydre s'échapper de sa cage, tandis que son Dimoret s'avança également. Le dépit intérieur de Drew atteint son paroxysme en voyant que cette issue serait inévitable. Aussi inévitable que le déroulement du rituel de ces ruines. Le cercle de Zarbi formé autour des protagonistes se termina enfin, faisant apparaître une lumière étincelante dans le dos du psychologue. Celui-ci sentait derrière lui la présence divine du créateur. Mais il ne souhaitait pas le voir. Il ne voulait pas l'apercevoir, pas l'entendre. Il ne voulait pas contempler le divin car celui-ci ne représentait rien pour lui. Rien d'autre qu'une règle, que ses désirs personnels voulaient briser à jamais. Mais aujourd'hui, il devait être professeur. Aujourd'hui, il devait enseigner à quelqu'un que les désirs brisent les rêves des hommes tels que lui. Aujourd'hui, son désir de briser la nature même de Dieu ne prendra pas le pas sur sa mission, sur son rêve d'un futur guidé par les Sybraters.

« Bonsoir Arceus. »

Cette salutation, le dos toujours tourné envers son destinataire, n'avait été lancée que par pure courtoisie tandis que le père de famille donna la plaque Spectre à sa fille. Placée en retrait, en haut des marches du sanctuaire, elle se mit à chanter avec les Zarbi. Mais si les Zarbi le faisaient en l'honneur du créateur, Mélodia elle, détournait ce chant pour la gloire des sentiments déchaînés dans l'affrontement qui allait débuter incessamment sous peu.


*Je compte sur toi Kayline. Protège la. Arian ne doit en aucun cas la toucher.*

Descendant les marches, Drew resserra une dernière fois les sangles de son blouson noir, s'assurant que tous les détails de sa tenue de combat s'accordaient dans une architecture parfaite.

« Très bien Arian. Puisque tel est ton souhait, je vais te montrer que ton irresponsabilité doit désormais prendre fin. Et elle se terminera sous le regard de ton Dieu. »

Deux éclats de lumière virent le jour derrière Drew alors qu'il s'abaissait pour prendre une position de combat. Placé en avant, deux de ses Pokémon, Sagi et Seriha avaient pris place derrière lui, au début des escaliers menant à l'autel. Il était hors de question que ses Pokémon se retrouvent en première ligne. Ce combat n'était pas celui de ses Pokémon ou de ceux d'Arian. Ce combat était le sien. Celui d'un homme usé, déterminé à catalyser la transformation du monde tel qu'il l'a toujours rêvé.

Un monde où sa fille n'aurait rien à craindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Maître de votre destin !
avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 274
Date de naissance : 01/01/1911
Date d'inscription : 23/01/2010
Âge réel : 106
Localisation : Derrière toi, prêt à te manger

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent:

MessageSujet: Re: Drew Dies Irae [Privé]   Ven 2 Aoû - 20:35

L'attente semblait interminable au pokémon céleste. Il ne lui manquait qu'une seule plaque pour être à nouveau complet, mais celle-ci semblait être longue à retrouver. Depuis qu'il avait fait le marché avec cet étrange homme aux yeux écarlates, ce dernier avait remplit sa part jusqu'à présent. Arceus espérait ne pas se fourvoyer en faisant confiance à cet homme pour l'aider. Quoique faire confiance était un bien grand mot pour le dieu pokémon. Il demeurait sur ses gardes, le passé lui avait appris à se garder une porte de sortie. La preuve au réveil de son sommeil forcé, il lui manquait trois plaques qu'il avait prêter aux humains de l'île. De ce fait, le légendaire conservait une certaine distance, il ne laissait jamais le professeur être derrière lui. On n'était jamais à l'abri d'un coup de poignard dans le dos même lorsqu'on était un pokémon légendaire. Malgré le fait que le chef de la team plasma lui ait exposé ses plans, il n'arrivait pas à relâcher sa vigilance. Il y avait un autre point qui l'encourageait à conserver une certaine réserve, l'impatience du jeune homme à réaliser son but.

Arceus partageait l'idéal du professeur, mais ne cautionnait pas nécessairement les moyens pour y parvenir. Rétablir l'équilibre entre les humains et les pokémons était très noble, mais c'était un travail qui se faisait de longue haleine. Précipiter les choses comme le faisait le plasma ne servait à rien. On construisait une maison pierre par pierre, pas plusieurs pierres à la fois pour sauver du temps. Changer les mentalités représentait le même travail minutieux et long, qui se faisait parfois sur plusieurs générations. La deuxième raison de cette alliance était le fait que le pokémon voulait en quelque sorte tempérer l'impatience de ce jeune renard. Des années plus tôt, il avait eu la même hâte à vouloir changer la situation et il y avait perdu plus qu'il n'avait gagné. Cette expérience lui avait appris que la modération constituait un meilleur allié. Il n'en demeurait pas moins que son but premier était de récupérer sa précieuse plaque. Avant de s'impliquer plus avant, il escomptait la reprendre.

Le pokémon était tout à ses réflexions lorsqu'il entendit la voix d'Arian résonner dans sa tête. Il l'invitait à le rejoindre aux Ruines Alpha. Il affirmait que la dernière plaque du pokémon légendaire se trouvait à cet endroit. L'être céleste déplia son grand corps légèrement engourdi d'être resté trop longtemps dans la même position. Sans perdre une seconde, il parti en direction de johto. Le pokémon ressentait une certaine fébrilité à l'idée de récupérer enfin sa plaque. Après toute cette attente, il allait enfin être complet. Toutefois, Arceus savait qu'il ne pourrait vraiment se réjouir que lorsque la plaque aurait rejoint les autres. Pris d'un doute à cet effet, le légendaire entra en contact avec son compagnon.

« Dis-moi, jeune homme, qu'est-ce qui nous attends aux ruines alphas ?»

Le pokémon dut patienter quelques secondes le temps que son complice réponde. Ces secondes lui semblèrent interminables. Il ressentait une certaine anxiété à l'idée de retrouver sa dernière plaque, puisqu'à n'importe quel moment tout pouvait tomber à l'eau.

« Je l'ignore... La seule chose que je sais c'est qu'en ces lieux, on retrouvera un vieil fouinar qui n'avait pas à s'approcher de notre panier. »

La réponse du jeune homme laissa Arceus perplexe. Apparemment cette visite dans le site antique  n'allait pas être de tout repos. Cela ne contribuait pas du tout à rassurer le légendaire. Il espérait vraiment que cela n'allait pas trop retarder la réalisation de son objectif. Toutefois, l'être céleste n'était pas assez naïf pour croire que tout allait facile. S'il se fiait aux paroles du jeune homme, ce vieil homme allait être un gêneur dans sa quête. Le pokémon soupira devant ce nouvel obstacle qui semblait se profiler. Il n'aspirait pour le moment qu'à récupérer sa plaque, pas à être mêlé à une quelconque histoire entre ses deux hommes.

« J'imagine que c'est lui qui a ce qui m'appartient et qu'il n'a pas l'intention de me la redonner» commenta le pokémon désabusé.

« C'est exact. C'est lui qui l'a, c'est lui qui nous l'a dit, d'ailleurs, par le biais d'un de mes élèves.» rétorqua l'entre-deux, toujours frustré. Il se sentait provoqué par les gestes de son aîné.

Arceus réprima la frustration que lui occasionnait la réponse du jeune homme. La colère aveugle ne le mènerait nulle part sauf à sa propre perte. Il devait rester calme face à la situation, parce qu'il sentait qu'a ce rythme son compagnon ne le serait sûrement pas. D'ailleurs, la rage n'était un un bon guide lorsqu'il fallait réfléchir. Le légendaire se demandait  quelle était la source de cette apparente animosité, ce qu'il ne tarda pas à demander à l'un des protagoniste de ce conflit.

« Qu'est-ce qui a provoqué ce conflit entre vous ? Afin que je sache un peu à quoi m'attendre une fois là-bas» demanda le pokémon légendaire.

« Ce qui a causé ce conflit? Et bien... c'est compliqué, mais il y a bien des raisons. Tout d'abord, sa piètre façon de traiter les pokémons en général. Il a beau être psychologue, il ne sait pas faire.  Ensuite, il a harcelé un de mes élèves, il m'a giflé à la morgue, le jour que mon amie Alix Nova est décédée. Je m'étais occupé de son assassin, d'ailleurs, je ne vais pas te mentir et ce type fourre son nez où il ne doit pas. Il a fouiné dans mon yacht lors du dernier voyage scolaire et il est entré où il ne devait pas. Malheureusement, je ne l'ai su que trop tard... Quoi de plus... Globalement, disons, que c'est un grand ensemble de petites choses qui ont finit par éclater, notamment parce qu'il n'a pas cessé de me barrer la route. Je suis peut être un irresponsable, comme il dit, mais lui, il n'est pas mieux.» grogna le flocombien, tentant d'aligner correctement les mots, puisque son état ne lui permettait pas de réfléchir correctement.

L'être céleste cogita les informations que lui avait transmis le chef de la team plasma. Au vu de ce que lui racontait le flocombien, l'homme qui les attendait aux ruines alphas était antipathique. Il croyait ce qu'il lui disait, mais ce n'était pas pour autant qu'il se faisait une idée précise de l'individu. Avant de juger, il préférait se faire sa propre idée, mais les paroles du jeune homme ne lui donnait une bonne première impression. Malgré lui, Arceus se retrouvait parti à un conflit qui de prime abord ne le concernait pas. Il n'appréciait pas d'y être mêlé, même s'il appréciait le jeune flocombien et qu'il voulait l'aider, mais pas de cette façon.

« Merci d'avoir partager ces informations avec moi» rétorqua le pokémon légendaire après un temps de réflexion.

Il fit le reste du chemin vers les ruines en silence. Plus il se rapprochait, plus il se sentait oppressé par la situation. Entrainé contre son gré dans le conflit, il pressentait que cette rencontre entre les deux rivaux allait être explosive. Il espérait seulement que ça ne dégénère pas, mais il n'y croyait pas vraiment d'un côté. La route vers le lieu de rencontre lui sembla à la fois court et interminable. Bientôt, il commença a distinguer la forme des ruines. A mesure qu'il s'approchait, il discerna les silhouettes des individus présents. Il reconnu Arian et ses pokémons. Puis il remarqua un homme d'âge mur qui devait être le gêneur dont lui avait parler le plasma. En retrait, une jeune fille aux cheveux blancs accompagné d'une blonde étaient présents. Près de cette dernière, il y avait un kirlia. L'attention d'arceus fut retenu par celle qui possédait la chevelure blanche. L'être divin devina tout de suite qu'elle n'était pas ce qu'elle semblait être. Un cercle de zarbi s'était formé autour de la scène principale.

Dès qu'il posa une patte sur le sol, une lumière éclatante se forma. Le pokémon pouvait presque palper l'animosité que ressentaient les deux adversaires qui se faisaient face. Il ne savait pas la teneur des paroles qu'ils s'étaient échangés et il n'en avait cure, mais ça n'avait fait qu'accentuer le fossé qui les séparaient. Le quinquagénaire le salua, qui n'était en fait qu'une politesse. Arceus fut agacé par le peu de considération dont fit preuve le professeur aux tempes grisonnantes. Dès les salutations achevées, il tendit la plaque spectre à celle qui n'était en fait que l'illusion de sa fille. Le pokémon céleste n'appréciait pas qu'il se permette de conserver sa plaque, alors qu'il n'avait aucun droit dessus. Toutefois, il demeura de marbre. Il n'avait pas l'intention de s'en prendre aux deux jeunes femmes, d'ailleurs il ne voulait faire de mal à personne. Agir avec colère ne ferait que profiter le vieil homme de sa faiblesse. Il se dressa dignement derrière le receleur, écoutant le dernier échange entre les ennemis. C'est ce moment que l'être divin choisit d'intervenir.

- Rend-moi ma plaque, exigea le pokémon céleste d'une voix ferme. C'est tout ce que je veux. Je ne désire pas être mêlé à votre conflit qui ne me concerne pas autrement que parce que vous gardez ce qui m'appartient. Ce n'est pas à Arian que vous le devez, mais à moi!

Sur cette réplique, le pokémon céleste se tut. Son regard fut attiré par l'éclat de lumière que produisit le Kirlia qui se transformait en Gallame. Cette évolution sembla renforcer la détermination de la jeune blonde qui ne les quittait pas des yeux. Le pokémon se détourna d'elles, ramenant son attention sur les deux hommes. Ce ne serait pas lui qui entraînerait ces témoins dans ce conflit dans lequel lui-même prenait parti en tant que partie incidente. Il y avait déjà trop de gens impliqués dans ce conflit qui ne concernait que deux personnes.


Dernière édition par Maître du Jeu le Ven 15 Nov - 23:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 25

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: Drew Dies Irae [Privé]   Mar 20 Aoû - 16:38


Tout s'enchaînait dans une tornade que même Arceus le divin ne pouvait arrêter. Drew et les Pokémon d'Arian s'étaient lancés en première ligne. Mais quels étaient les chances d'un humain face à un Trioxhydre et à un Dimoret ? Quasi nulles. C'est pourquoi l'humain ne cherchait pas à les battre. Sachant pertinemment qu'il ne pourrait les surpasser ni en force ni en vitesse, tenter une offensive s'avèrerait vite être une stratégie des plus ridicule. Le regard du quinquagénaire se fixa sur son premier assaillant : le dragon des ténèbres. Celui-ci utilisait ses trois têtes et ses griffes pour enchainer des attaques que Drew parvenait à esquiver à cause de sa grande corpulence qui le rendait plus lent et plus aisément évitable. Face à une créature pareille, mieux valait ne pas se faire toucher ne serait-ce qu'une seule fois. Rapidement, un problème se posa : le père de famille n'était pas en mesure de tenir ses positions face à un monstre pareil et avec la seule option d'esquiver sans cesse ses coups. Se rapprochant peu à peu des deux Pokémon adverses, les créatures d'Arian allaient finir par percer la défense du psychologue et s'attaquer directement à leurs véritables adversaires. Préparant une attaque qui s'avérerait des plus dévastatrice, le Trioxhydre visa Seriha avant que Drew ne s'interpose dans sa ligne de tir.

L'attaque en question souleva un peu de poussière, ne laissant que peu de doutes quant à l'état de charpie dans lequel devait se trouver la relique humaine habillée de noir. Toutefois, contre toute attente, l'on retrouva la mâchoire d'une des trois têtes du dragon mordre dans le vide, bloquée à quelques centimètres des bras du professeur qui s'était défendu en les présentant en croisé. Ces amas d'émail meurtrier n'étaient pas parvenus à endommager sa chair ou sa tenue de combat. S'était-il retenu ? Stoppé à temps ? Probablement pas, cette attaque étant destiné à un Pokémon et non à un humain. La réponse à ce prodige se vit dans les yeux de la Mentali et pouvait se lire dans les pensées de son maître.


*L'avantage d'un Mentali, c'est qu'on peut en faire un Dual Screener.*

L'attaque Protection de la créature couverte de poils roses avait réduit la puissance de l'impact de façon spectaculaire, le faisant se bloquer face à l'écran protecteur et permettant à son bénéficiaire de résister à l'assaut furieux de la noble créature. Dans un cri dû à la fatigue de devoir tout de même encaisser ce genre de coups, Drew enchaîna avec une contre-attaque :

« Météores ! »

A cette distance, l'attaque Météores ne put échouer, frappant directement le Trioxhydre à chaque tête et l'aveuglant pendant quelques instants. Malheureusement, si à chaque jour suffit sa peine, celle de Drew n'allait pas s'arrêter ici. La Protection du professeur s'affaiblissait déjà tandis que son second adversaire s'était déjà multiplié. Face à un Dimoret, impossible de songer à esquiver, sa seule chance était donc de bloquer sa prochaine attaque. Le professeur se plaça en plein milieu de l'arène et tenta de faire le vide dans son esprit pendant quelques instants. Ne quittant pas le Pokémon aux mains tranchantes des yeux, il laissa son Lucario entrer en contact avec lui, tentant de le guider grâce à sa maîtrise de l'aura.

*Blocage 7h.*

Usant de ses réflexes et des avantages procurés par sa vision et l'instinct de son alié, le professeur contra l'attaque à ses 7h en plaçant son coude face à ses griffes. Toutefois, sa vitesse ne fut guère suffisante pour punir cet assaut échoué, le Dimoret s'étant déjà placé bien au delà de sa portée. Cette attaque, probablement porté par le Pokémon original au vu de la justesse des prévisions du Lucario, avait finis d'achever le bouclier protégeant le combattant humain. Le prochain contact serait probablement décisif pour le vieillard.

*Blocage 2h.*

Drew plaça son bras droit en direction de la créature qui le mettrait probablement à terre. Toutefois, si le corps tout entier du professeur tremblait sous la force qui lui avait été nécessaire pour stopper cette attaque, les griffes de l'attaquant, le clone, n'étaient pas parvenus à faire couler le sang .Sous la manche déchirée du psychologue se trouvait cette fois encore la protection de métal déjà connue des quelques élèves ayant observés Drew revêtant sa tenue de combat face à Alix à l'arène de l'académie. Sous le regard étonné du clone, le grand enfant que se révélait être Drew ne put pas s'empêcher de lancer cette réplique vieille comme le monde.

« On est tombé sur un os ? »

Profitant de la constitution plus faible du clone de la bête grise, le professeur agrippa celui-ci et le plaqua au sol.

« Forte-Paume ! »

A ces mots, le Lucario s'élança de sa place actuelle et frappa sans remords le clone qui disparut face à la puissance de cette attaque. Heureux de s'être débarrassé aussi facilement d'un adversaire pouvant poser problème, le visage de la créature des montagnes laissa pourtant ses yeux s'écarquiller soudainement lorsqu'il sentit venir le Dimoret d'origine ayant profité du clone pour faire une diversion.

*Blocage immédiat. 11h et 1h.*

Surpris par cette attaque, le Lucario et son maître se défendirent tous les deux. Chacun récolta d'un bras à stopper sous peine de se faire lacérer menu. Mais si leur mouvement avait bel et bien stopper net l'attaque, leur position fut des plus instable. Le Dimoret au sourire narquois forçait ses muscles, augmentant la pression qu'il exerçait. Sa force de frappe allait bientôt surpasser celle des deux défenseurs, surpris par cet assaut inattendu.

« Rend-moi ma plaque. C'est tout ce que je veux. Je ne désire pas être mêlé à votre conflit qui ne me concerne pas autrement que parce que tu gardes ce qui m'appartient. Ce n'est pas à Arian que tu la dois, mais à moi ! »

Concentré sur sa défense, la sueur coulait sur son front alors que son corps allait rompre sous la puissance du Pokémon dont l'œil affuté brillait sous la fureur du combat qu'il menait..

« Cssc'est... Pas le moment MERDE ! »

Trop tard. Le fragile équilibre qui maintenait les trois combattants au point de contact venait de se rompre, dégageant l'humain et son acolyte au loin une fois que le son des lames résonna lors de son contact meurtrier sur le métal protégeant le professeur. Se retrouvant contre un mur ayant stoppé son inertie et celle de son camarade bleu, Drew constata que son armure venait déjà d'être percée et sa peau quelque peu endommagée. Se redressant doucement, genoux au sol, il s'adressa à celui que les humains appelaient Dieu, toujours en s'interdisant de le regarder.

« Personne ici, pas même moi ne conteste que cette plaque est ta propriété. Ce que je demande à celui qui a vécu déjà des millions d'années : c'est seulement un peu de patience. Laisse moi apprendre à ton futur héraut qu'on ne peut changer le monde si l'on ne s'assume pas soi-même. »


Le catalyseur de destinées se releva et fit craquer ses quelques articulations endommagées pour s'assurer qu'elles étaient toutes encore en état de marche. Et tandis qu'il remettait son corps en état pour continuer ce combat, des milliers de mots s'enchainaient dans son esprit.

*Celui qui peut tout, ne voudra jamais rien faire. La création ultime restera toujours entravée par l'imagination. Quelle est la limite à ne pas franchir entre le divin et le juge ?*

Des mots qui ne pouvaient, qui ne devaient s'adresser qu'à Dieu. Mais pourtant... Il ne pouvait pas les prononcer. Pour la simple et bonne raison que poser ces questions à cette créature signifierai reconnaître sa suprématie sur le monde en tant que créateur et être divin. Un concept que Drew se refusait d'accepter, préférant renier ce Pokémon dont la présence à elle seule le faisait basculer dans les pires aspects de sa psyché. Pour éviter cela, il existait un moyen très simple... Frapper. Frapper fort. Aussi futile pourront être ses coups face à des Pokémons évolués d'un tel niveau, le langage de son corps renforcé par le métal resterai quelque chose de particulièrement compréhensible pour ses adversaires. Desserrant ses sangles au niveau des avants-bras et des mollets, des zones métalliques coulissèrent en dessous sa veste, couvrant ses poings et ses pieds. Après avoir resserré ses sangles une fois ce shift terminé, la défense fut quelque peu réduite au profit de l'attaque. A défaut de faire mal, Drew Kaiten, ex-psychologue et actuel latteur professionnel inter-espèce parviendrai à leur faire comprendre sa façon de penser avec quelques beignes bien placées. Le regard plus déterminé encore qu'il ne l'était autrefois, le professeur s'élança de nouveau dans l'arène formée par les Zarbi et passa à l'attaque, toujours soutenu par ses propres Pokémon.

Sa course rencontra le Dimoret qui l'avait blessé. Allant à sa rencontre, il entama une phase de glisse au sol, tentant de frapper ses jambes pour déstabiliser ses appuis. L'animal aux griffes blanches sembla presque vexé d'avoir été pris pour un idiot avec cette stratégie rabâchée depuis l'ancien temps. Stoppant net l'humain dans sa course en le tenant fermement contre le sol, ce n'est qu'en voyant son sourire tendant vers une expression de sadisme qu'il comprit son erreur. Une erreur qui fut fatale et laissa sa garde baissée suffisamment longtemps pour qu'une Aurasphère le touche de plein fouet. La relation de tenu à teneur s'inversa alors que le Dimoret eut l'équilibre perturbé par le choc d'une telle attaque. Plaquant temporairement son adversaire au sol, le martyriseur d'emmerdeurs lui enchaina quelques directs bien sentis qui firent résonner le son de ses poings de métal dans l'assistance alors que sa fille chantait toujours parmi les Zarbi pour que son père garde courage. Son premier obstacle étant désormais sonné pour quelques instants, le professeur continua d'avancer vers Arian, rencontrant cette fois le Trioxhydre. Trois têtes, c'était bien plus qu'il ne pouvait gérer à lui tout seul. En plein dans leur ligne de mire, le quinquagénaire n'arrêta pas son assaut qui fut soutenu par ses deux compagnons d'arme. Seriha intervint en premier avec une attaque Morsure au cou de la tête de gauche, bientôt suivit par Sagi qui annihila toute possibilité de blesser son maître par une Vitesse Extrême à la tête de droite. Ne restait désormais pour Drew que la tête du milieu, qui s'était laissée distraite par la souffrance de ses deux camarades, tentant de les aider à se débarrasser des Pokémon adverses. Prenant une position de combat lui permettant de charger toute sa puissance dans ses membres inférieurs, le professeur dégaina un coup de pied bien connu par toute l'académie dont le Dragon écopa en pleine face. Les deux obstacles à terre, plus rien ne pouvait empêcher le catalyseur de s'attaquer au véritable cœur du problème. L'adrénaline engendrée par la dangerosité de ses deux précédents adversaire venait de déchaîner sa frustration et sa fureur face à à l'entre-deux qui n'avait jamais daigner l'écouter ni comprendre les conséquences de ses actions et de son incompétence. D'une seule voix il hurla le nom de celui qui l'avait poussé à en venir à de telles extrémités.


« A-RIAAAAN ! »

Courant sans ménagement sur la colonne vertébrale du dragon bleu et noir il finit par passer de l'autre côté tout en faisant coulisser en arrière la protection de métal qui recouvrait son poing. Arian ne méritait pas la froideur du métal, mais devait bel et bien ressentir la chaleur de son poing et la puissance de sa conviction portée par les muscles de son bras. Son poing droit s'abattit sur son visage sans ménagement dans un son si intense et puissant que des mythes et légendes futures n'eurent pas de mal à l'assimiler à celui du soi-disant Big Bang qui aurait put créer l'univers à la place d'Arceus. Un son dont la conséquence ne fut pas ici la création d'un monde, mais bien la chute au sol du chef de la Team Plasma.


Mais ce n'était pas terminer. Ce poing en lui-même ne signifiait pas assez. Il n'était que la preuve que désormais il fallait en finir une bonne fois pour toute. D'homme à entre-deux. Enlevant sa veste et les vestiges de son armure, Drew lui intima probablement ce qui serait le dernier ordre qu'il adressera à celui qui n'a jamais réussi à assumer ses responsabilités d'idéaliste.

« Relève toi ! Relève toi et montre moi ce qui peut te faire prétendre à une telle vie ! »


Dernière édition par Drew Kaiten le Dim 29 Sep - 19:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drew Kaiten
Professeur
avatar

Masculin Lion Singe
Messages : 128
Date de naissance : 19/08/1992
Date d'inscription : 29/09/2012
Âge réel : 25

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 18 700 $

MessageSujet: Re: Drew Dies Irae [Privé]   Dim 6 Oct - 22:53


Qui pourrait un jour espérer comprendre ? Vous même, pensez vous que vous pourriez comprendre ? Que se passe t-il dans la tête d'un être ni tout à fait Pokémon, ni tout à fait humain ? Comment doit-il réagir à cette nouvelle ? Doit-il en renier un des deux ? Se cacher grâce à l'un d'eux ? Drew n'en savait rien. Il avait bataillé pendant des mois pour faire sortir ni celui qui se cache, ni celui qui s'affiche, non, celui qu'il voulait voir c'était celui qui s'assumait. Celui qui se présentait tel que la vie l'avait construit. Froid, amer, proche d'un destin qui donnerait enfin un sens à sa condition. Cette créature apparut lorsque son avatar humain fut mit à terre par le psychologue. Elle se présenta enfin, aux yeux de tous. N'ayant jamais eut l'occasion d'exprimer ce qu'elle avait penser du monde et de son entourage pendant tout ce temps, elle n'hésita pas à s'afficher. S'exposer à tous ceux qui seraient témoins de son avènement, de sa libération. Le professeur de Gakuen n'était plus parmi eux. Seul restait le véritable entre-deux, celui que le quinquagénaire avait tant cherché. Celui qu'il voulait aider, celui qu'il devait sauver. Drew pouvait combattre Arian autant de fois qu'il le voudrait, lui infliger autant de baffes et de coup de poings qu'il le souhaitait, mais cette créature face à lui, il ne pouvait pas la tabasser. Il avait eut tant de mal à la faire venir à lui. Mais aujourd'hui, enfin, ses efforts portèrent leurs fruits. On sentait sa colère refoulée, sortant de façon toute aussi vive que son set de queues argentées qui se déployaient pour étendre leur domination sur tout ce qui arriverait à leur portée. Fouettant l'air et le sol de leur éclatante beauté, elles étaient pour Drew une ode relaxante. Une douleur dont on savoure la sensation à chaque instant. La souffrance témoignant d'un accomplissement, d'une victoire éclatante. Ses mois de patience enfin récompensés, le psychologue laissa son cœur essoufflé se reposer. Il laissa son esprit et son âme atteindre et profiter de ce point si difficile à atteindre qu'était la satisfaction. Et c'était les yeux fermés et l'esprit rêveur, que Drew laissa son interlocuteur lui expliquer son point de vue.

« Et à toi ? Qu'est-ce qui peut te faire prétendre à une telle vie, Kaiten ? Regarde toi, regarde tes pokémons, regarde ta fille qui s'obstine à chanter pour un débris qui ne sait pas où il va et qui s'entête à creuser des obstacles dans le sentier d'autrui. Tu n'oses même pas lever le regard et croiser celui d'Arceus qui ne veut en rien se mêler de notre affaire à nous afin de ne pas perturber tes pseudo-repères scientifiques. Tu n'est qu'un humain et pourtant, tu devrais comprendre.... »

Parle, parle je te pris. Exprime toi créature. Tes mots trouveront leur destinataire. Mais ne crois pas qu'il s'agit encore d'une question d'atteindre l'autre. Non, il n'est plus ici question que de se voir tel que l'on est. Que nous puissions le voir par nous-même, ou par le reflet que nous offre les autres.

« Pourquoi essayes-tu donc qu'il DOIVE s'en immiscer ? Tu n'as qu'à me donner sa plaque, puisque ça ne risque pas d'influer en rien dans notre combat à nous. D'ailleurs, tu n'es pas dans la liste de personnes à qui je doive des explications, qu'elles soient physiques ou orales. De plus... Tu n'as pas le monde sur tes épaules et moi non plus, tous les deux désirons façonner la société, la purger, d'une certaine façon, protéger ce qui nous est cher d'être corrompus par ce monde impie... hu ? »

Ses yeux étaient toujours fermés alors qu'il sentait la main glaciale d'Arian parcourir ses poches pour récupérer la Poké Ball de Carina. Une action à laquelle il n'opposera aucune résistance. La présence vivante de l'entre-deux était si forte, qu'elle aurait put faire basculer n'importe quoi. L'acidité et l’amertume de ses mots étaient de nature à transpercer le cœur de ceux qui se sentiraient coupables de les entendre. Mais il fallait les écouter. Encore. Depuis leur avènement jusqu'au glas de leur fin. Il fallait les laisser répandre leur venin, extérioriser la douleur de cet être trop longtemps enfermé, trop longtemps... aveuglé.

« Pourquoi lutter contre un faux ennemi, Kaiten ? N'as-tu pas mieux à faire, comme jouer au Bingo avec les personnes de ton âge ? Ne le prends pas comme une affaire personnelle, pour l'instant tu n'es qu'un gêneur qui a malheureusement raison -parfois-. Mais pas cette fois, même si tu n'as pas tort, non plus. Chacun procède comme il le peut. Ton intromission, j'avais longtemps essayé de l’éviter, depuis le moment où tu as découvert un de mes sbires et que tu as ouvertement usé de menaces allant contre le règlement de l'académie. Quelles responsabilités veux-tu que je prenne avec quelqu'un qui n'est pas aussi responsable qu'il le dit ou pense ? »

C'était finit. La tempête était passée. Mais les larmes de l'âme ne cesseraient de couler que lorsque leur puissance aura cesser de s'émanciper aux yeux de tous. Et tandis que la glace et le feu au service du Sybrater des Emotions récupérait la plaque Spectre, Drew ouvrit de nouveau les yeux, avec sur lui, le sourire d'un bonheur qu'il n'avait pas su retrouver depuis le jour où il avait abandonné sa profession de psychiatre.

« Je t'ai enfin trouvé. »

Derrière lui, Mélodia réalisait les quelques pas qui lui permettraient de réduire la distance qui séparait la fille de son père. Kayline elle, s'était téléporter à ses côtés et Seriha et Sagi étaient également venus le rejoindre. Et tandis que la Sybrater des Emotions lui rendit l'artefact divin, le psychologue présenta sa main devant eux pour chacun y dépose la sienne, avant qu'il ne referme lui-même cet écrin de chair et de sang.

« Je ne pense pas qu'il y ait un âge pour ramener quelqu'un à la raison. N'importe qui peut le faire : un bébé, un enfant, un adulte, un ado, un quinquagénaire, un Pokémon. L'essentiel est de s'assurer qu'on est prêt à le faire. »


Gardant leur main dans les siennes, le professeur de philosophie posa un genou à terre. Le regard sincère, il s'adressa à eux non pas comme si c'était la dernière fois qu'il les voyait, mais plutôt que si c'était la dernière fois que eux pourraient le regarder ainsi.

« Ce que je vais faire, je ne me le cache pas. Je le fais pour moi. Tout comme lui je suis quelqu'un qui a de multiples facettes. Avec moi il y a ceux que j'accepte et que je vous montre, mais il y a aussi ceux qui me sont utiles, mais que je ne veux pas afficher. Je ne nierai jamais devant vous tous le fait que je puisse également être un monstre, être un fou. Car je sais que je le suis. Je connais ces multiples Drew. Je les contrôle. Je sais comment ils fonctionnent. Chacun d'entre eux. Et si je me refuse à regarder Arceus, c'est bien pour qu'aucun d'entre eux ne vienne à hurler sa douleur et se lance dans une quête vaine. Pourtant aujourd'hui, parce que je le veux et parce que cela nous est utile, je vais les utiliser. Arian s'est présenté à nous, je ne peux décemment pas laisser cette occasion qu'il nous offre. Rappelez vous tous, toi aussi Kayline, que qui que soit le vieillard que vous avez devant vous. Quel que soit le mépris que vous éprouvez envers lui. Celui qui vous a aider et a gagner votre confiance sera toujours là si vous l'appelez. Et n'hésitez jamais à arrêter celui que vous haïrez pour tout ce qu'il a fait même s'il devait le faire. On ne peut pas haïr le catalyseur. On ne peut que punir la façon dont il a été utilisé. »

Drew se releva, laissant chacun de ses compagnons rester en arrière. Aucun d'entre eux ne devait intervenir. Il était désormais temps de briser celui qui se trouvait face à lui. Il était temps de lui montrer en quoi il avait tort. Le psychologue, mains dans les poches s'approcha de lui pas à pas, une expression véritablement neutre sur le visage, dont seule l'ombre de ses traits pouvait le rendre menaçant.

« Pourquoi t'ai-je amené là Arian ? Pourquoi ? Quel était le besoin que je souhaitais satisfaire en t'amenant ici, dans les ruines Alpha, à la recherche de cet artefact. En avais-je besoin uniquement pour te foutre une trempe devant ton dieu Arceus ? Non. Même si mon égo s'est réjouit à chaque instant de cette droite sur ton visage, ce n'était là qu'une façon de mêler l'utile à l'agréable. T'ais-je amener ici pour rire de toi ? Non plus. Et pourtant crois moi, ta comparaison entre moi tentant de déprogrammer un gosse en lui faisant peur au mépris des règles de l'académie et toi qui ne contrôle pas ton organisation ni ne transmet correctement tes valeurs à ces jeunes tous en les gardant à l'abri du danger que représente tes recherches à l'île mystérieuses ou tes actions à Oliville, oui, ça me fait bien rire. »


Il s'approchait encore, toujours plus proche, l'aura de l'entre-deux toujours plus omniprésente voir même toxique à chaque pas qu'il faisait vers lui. Arrivant à sa hauteur, juste à côté de lui, sa main se lia à ses doigts désormais ornés de magnifiques griffes acérées. Et entre leurs deux mains, la Poké Ball de Carina reposait prisonnière entre deux feux. Les yeux dans les yeux, il plaça ses doigts entre les siens et les serra autant que possible pour défaire sa prise de la Ball détenant la créature d'Alix, laissant celle-ci choir jusqu'à atteindre le sol, libérant l'enfant rose à l'intérieur.


« Pourquoi ais-je amener Carina ici au risque que tu l'as récupère ? »

Drew conserva sa main dans la sienne, l'obligeant ainsi à focaliser son attention sur lui tandis qu'un éclair blanc témoignait de l'arrivée du bébé Pokémon.

« Tu as tout à fait raison Arian. Arceus n'a pas à s'immiscer dans notre querelle tout comme ce n'est pas à moi que tu doives des explications. C'est à eux. Tu as vu le problème. Tu le connaissais depuis longtemps. Mais tu ne t'es jamais remis en question. Ce n'était que la faute des autres. Ça ne pouvait qu'être la faute des autres. Après tout, tu n'as fais qu'hérité de la Team Plasma. Tu n'as fais que récupérer des débris basés sur une idéologie aveugle. Une idéologie, que tu n'as pas démentie. Car c'était plus simple ainsi. »

Le regard de Drew s'était fait plus dur. Comme celui d'un père tentant de faire comprendre à son fils l'immense connerie dont il s'était rendu coupable. Il fallait avant tout qu'il réalise. Qu'il réalise à travers le regard des autres. Notamment de celui dont il se sentait responsable mais également de celui dont il cherchait l'approbation.

« Tu.as.fuis. Tu t'es caché. Accepter la vérité aurait rendu les choses beaucoup trop compliquées. Alors tu as laisser faire. Tout semblait continuer à tourner. Même si ce n'était pas parfait. Ça fonctionnait. Et ça te suffisait. Alors tu n'as pas chercher à aller plus loin. »

Sa prise se desserra doucement, pour lui rendre sa liberté. Sa liberté de se mouvoir, mais avant tout d'observer et de penser par lui-même.

« Aujourd'hui, trois personnes sont là pour te montrer chacun un Arian différent. La première fut témoin de ton meurtre. Il te renvoi aujourd'hui le dégoût que tu lui as inspiré. La seconde te renvoi son jugement divin qui fait suite à ta conduite d'autrefois comme d'aujourd'hui. Et la dernière, la plus importante de toutes... Témoigne de ses doutes à ton égard. Car tu n'es plus celui qu'elle a connu, ni celui en qui sa maîtresse avait confiance. »

Drew lâcha désormais sa main. Il ne pouvait pas savoir quel serait l'étendue de l'impact de ses mots. Les mots font mal, ils sont aussi tranchants qu'une lame de rasoir. Mais nous réagissons chacun différemment face à la douleur. La douleur nous rend obstiné ou … elle nous fait réaliser. Qui sait ce qu'il en était pour Arian. Non. Pas pour Arian. Pour la créature qui s'était fait passé pour elle pendant tout ce temps et qui allait décider du futur de cet homme.

« Si je ne joue pas. C'est parce que cela serait beaucoup trop facile pour moi. »


Le silence et les regards jouent leur rôle pendant quelques instants, jusqu'à ce que...


« Bingo. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Maître de votre destin !
avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 274
Date de naissance : 01/01/1911
Date d'inscription : 23/01/2010
Âge réel : 106
Localisation : Derrière toi, prêt à te manger

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent:

MessageSujet: Re: Drew Dies Irae [Privé]   Sam 16 Nov - 0:12

Partie involontaire d'un conflit qui n'était pas le sien, Arceus se retrouva vite relégué au rôle d'observateur. En fait, il endossait ce rôle parce qu'il le voulait bien. Il y avait déjà trop de protagonistes. Le pokémon céleste réprima un éclat de rire lorsque le professeur aux cheveux grisonnants lui demanda encore un peu de patience. Cela faisait des années, voir des siècles qu'il patientait pour récupérer sa précieuse plaque. Alors qu'il était si près du but, on lui demandait encore de patienter. Le psychologue n'osait le regarder, le confronter en lui faisant cette requête. Le pokémon légendaire comprit qu'il niait la notion divine que supposait sa présence. Il soupira de dérision, cette nature était celle que contredisaient ces mêmes humains qui la lui avait attribué. Lui-même se voyait plutôt comme un pokémon, peut-être avec des capacités plus importantes, mais pas comme un dieu. Que voulait-il faire de plus avec cet artéfact que ce qu'il avait déjà fait ? Quelle était l'utilité de conserver cet objet encore ? Il n'aurait pas pus tout simplement lui remettre et régler leur conflit entre eux ? Quelque chose échappait à Arceus et il voulait comprendre. C'est pourquoi il se plaça en retrait, car il désirait savoir. C'est pourquoi il ne fit rien lorsque le momartik se fit enlever la plaque qu'il avait subtilisé. Il observait chaque mouvement des différents pions de cette partie d'échec géant.

Il assista à la transformation forcé de son nouvel allié en une créature mi-humaine, mi-pokémon. Le psychologue ne cacha pas sa joie de le voir enfin se dévoiler. Arceus ne comprenait pas cette obsession de percer le façade du chef de la team plasma. De prime abord, il n'avait aucun intérêt immédiat à réaliser cette transformation. Forcer les événements ne rapportait rien, il l'avait appris à ses dépends. L'être céleste ne voyait que de la torture de part et d'autre. Il regardait le petit groupe du professeur se rassembler autour de lui. La dresseuse blonde remis la plaque spectre au psychologue et supplia ce dernier de s'adonner a des activités de son âge. Ce à quoi l'ainé répondit par un long monologue que le pokémon légendaire écouta attentivement. Il brûlait de connaître les motivations de cet homme qui souhaitait tant donner une leçon à Arian. Il expliqua que comme son vis-à-vis, il possédait de multiples facettes. Pour Arceus, ce concept n'avait rien de nouveau, chacun laissait voir ce qu'il voulait bien voir. Il était question ici d'apparence, de ce que chacun laissait voir. Il expliqua même la raison pour laquelle il éviter de porter son regard sur l'alpha, c'est-à-dire qu'il voulait éviter que ces différentes facettes ne se manifestent.

S'ensuivit une longue explication des motifs pour lesquels cette confrontation avait lieu. En vérité, les réponses n'en étaient pas tout à fait, puisqu'elles suscitaient encore d'autres questions. Il concéda que le légendaire n'avait pas à être mêlé à leur querelle, pourtant c'est ce qu'il avait fait de l'avis d'Arceus. Chaque personne qui était présente ici représentait l'une des facettes d'Arian, s'il comprenait bien la philosophie du professeur aux tempes grisonnantes. Le regard de l'entre-deux se porta vers le ptivari qui tremblait à ses pieds. Elle semblait terrorisé par le sang qui s'écoulait de la main de l'être mi-humain, mi-pokémon. Celui qui était autrefois un ami se révélait sous un jour qui lui était complètement inconnu. Le pokémon céleste aurait bien voulu rassuré la petite boule rose, mais ce n'était pas à lui de le faire. La physionomie d'Arian changea complètement devant la terreur manifeste de Carina. Une immense tristesse irradiait de son être alors qu'il tendait sa main exempte de sang vers son amie. Arceus détourna le regard de cette scène dans laquelle il se faisait l'effet d'être un étranger. Cela aurait du être un moment intime entre eux, loin de tout regard indiscret.

Son regard se reporta sur la plaque toujours en possession du quinquagénaire. Cela lui rappela la sensation de vide qu'il ressentait chaque fois qu'il se séparait de l'une de ses précieuses plaques. Ce sentiment était tout à fait naturel compte tenu qu'il faisait don d'une partie de lui-même. La savoir si proche accentuait son impression qu'il lui manquait quelque chose. Arceus décida qu'il était temps de quitter le rôle passif qu'il s'était laissé imposé par les événements précédents. Il s'avança aux côtés du spiritromb qui parlait par la voie de la télépathie à l'autre professeur.

- Maintenant que vous avez réussis à pousser Arian dans ses retranchements, quel est le plan, s'enquit le pokémon légendaire. Quelle autre vérité vous reste-t-il à lui jeter à la figure pour prouver votre théorie ? La vérité c'est que personne ici ne connait véritablement l'autre et se permet de le juger sur cette base. C'est bien le propre des humains de s'enflammer alors qu'il ne connait qu'une partie de la vérité. Les apparences sont souvent trompeuses, ce qu'on croit vrai ne l'est pas toujours, ajouta le pokémon légendaire en coulant un regard vers la fille du scientifique. Avant de chercher à faire voir la vérité aux autres, M. Kaiten, vous devriez commencer par voir celle qui est dissimulée près de vous.

Arceus prit une pause après avoir fait cette allusion à la véritable de nature de la créature que le scientifique considérait comme sa fille. Il préférait laisser le professeur aux tempes grisonnantes réaliser la vérité par lui-même au lieu de la lui cracher à la figure.

- Maintenant, si vous en avez terminé, puis-je récupérer ma plaque, réclama le légendaire fatigué de devoir sans cesse reformuler sa requête. Je considère avoir été patient dans la mesure où j'attends de la récupérer depuis très longtemps. Je ne vois pas à quel avantage vous retireriez de conserver ma relique.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Drew Dies Irae [Privé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Drew Dies Irae [Privé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DIES IRAE MAI 2013
» DIESIRAE
» [NOUVELLE 40K] Dieux de Fer et de Sang
» Des goûts et des couleurs.
» Ce que vous avez appris en cours de musique au collège

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: Zone Pokémon :: Les Missions :: Johto-
Sauter vers: