Partagez | 
 

 Tant que j'y suis, autant adopter !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Tant que j'y suis, autant adopter !   Sam 7 Sep - 19:05

Chargé de divers paquets, Andrew se dirigeait d'un pas décidé vers le centre d'adoption. Avec l'arrivé de nouveaux petits, l'infirmière n'avait même plus le temps de venir chercher le lait et les croquettes nécessaire pour les nourrir. En bon garçon, Andrew lui avait promis de passer après le repas de midi pour lui apporter de quoi tenir quelques temps. Et voilà, c'était chose faite. Dès que le cuisinier était rentré dans la pièce destiné aux Pokémon, il s'était fait harceler par une dizaine de petits, manquant à plusieurs reprises de les écraser et de renverser toutes les provisions. Il aime bien les bébés Pokémon Andrew, mais d'assez loin quand même.
Après avoir mis les provisions dans un petit local, c'est-à-dire, dans un lieu sûr, la journée du cuisinier se terminait là. Tout était fini, on pouvait y aller, go Anyo ! ... Anyo ?

Le jeune homme scrutait le centre, pas d'Anyo en vue. Mais qu'est-ce que ces enfants lui avait fait ?! Il resta statique pendant quelques instants, regardant les multiples Pokémon qui lui tournait autour. Mais où était-il allait... Un cri de chat firent disparaître la petite troupe de Pokémon ; à ses pieds, Andrew se faisait coller par une jeune Miaouss femelle, recherchant des câlins et le faisant bien comprendre en frottant sa tête contre la jambe de l'employé. Son jean rouge ! Les poils ! Raaaah ! La bouille d'ange du chaton obligea Andrew a s'accroupir pour caresser la femelle. Mais dans quelle galère il s'était mis à la fin...

ANYO ! Là-bas, au fond ! Alors que la femelle tentait de poser sa patte sur la jambe de l'homme, il se releva, snobant la femelle qui, assez stupéfaite, suivit le cuisinier en boudant. Quant à lui, il venait de retrouver son starter, assit avec une jeune Germignon. Naaaan... Le regard amusé du Farfaduvet voulait tout dire. La Miaouss miaula une fois, puis deux, assise a côté des 2 autres Pokémons.
Il était à présent piégé, comment résister au regard envoûtant de la Miaouss qui, malgré son regard sadique, semblait sympathique ; à Anyo et sa petite trouvaille qui grattait son coton avec acharnement. Il souffla avant de s'accroupir de nouveau. La Miaouss en profita pour monter sur l'épaule du cuisinier, réclamant de nouveau des câlins avec toujours ce même sourire psychopathe.

« Oh, je pensais que vous étiez parti Andrew, je vois que vous avez flashé sur quelques uns de nos pensionnaires. La Germignon est née hier soir, elle n'a pas encore de nom et la Miaouss s'appelle Éléonore.  »

« Oh, merci beaucoup mademoiselle. » Il se retourna vers la Germignon, approchant sa main doucement. Elle accepta les caresses du jeune homme, tout en continuant de jouer avec un petit morceau de coton. « Eléonore et... Althéa, ça te va ? ... Oui, ça te va. » Il sortit deux petites balls, fit rentrer la Miaouss dans la RapideBall et la Germignon dans la CopainBall.

Ca y'est, Andrew avait craqué, deux nouveaux compagnons de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tant que j'y suis, autant adopter !   Dim 13 Oct - 20:50


Si t'es fier d'être un crétin tape dans tes mains !

J'en suis un et je m'en cache pas, je suis même très fier de taper dans mes mains en ce moment même, okay ? Certes, j'étais totalement bloqué en dehors de l'académie, Anyo m'attendait dans ma chambre, j'étais en pyjama et il faisait nuit noir, mais qu'importe ! J'attendais, comme le plus valeureux des cuisiniers.
Pour résumer un peu ce que je faisais là, mon bip-bip de travail avait sonné il y a quelques minutes de ça, m'annonçant qu'une livraison de nourriture allait arriver sous peu et que je devais me rendre impérativement en bas, prêt a décharger les œufs et les autres ingrédients indispensable pour le petit déjeuné de demain matin. Moi bien sûr, j'avais accourru pour me rendre au point de rendez-vous, derrière la grande cour. Après tout, j'étais encore nouveau dans cette académie, mes collègues me laissait l’immense joie de me charger des livraisons, de jour comme de nuit malheureusement. Très sérieusement, qui a déjà reçu une livraison à 23h ? Personne, c'était insensé !

Mais je vous vois déjà venir. « Ça fait déjà une heure que t'es dehors, tu vois bien que la livraison va pas se faire, remonte dans ta chambre. » Ouais, ouais, rigolez. Si je reste dehors c'est qu'il y a une raison. Ouais, je suis un crétin, ou un boulet, à vous de voir, mais j'ai oublié le badge magique dans ma chambre. Je me retrouve bloqué dehors, un soir d'été, essayant toutes les portes de l'académie pour voir si elles s'ouvrent. Une à une je perds patience. QUI payait un concierge pour faire un aussi bon boulot ? J'en voyais pas du tout l'intérêt moi ! D'abord il pensait pas aux élèves jeunes et fougueux, qui prenaient un malin plaisir à faire le mur pour aller en ville le soir. Et puis, aux personnes comme moi, qui oublient toujours quelque chose quand ils sont pressés !

La dernière porte, la plus grande. Elle, elle devait être toujours ouverte, on est bien d'accord ? ... Je poussais doucement la poignée.

« Noooooooon ! »

Quand je vous dit qu'on a un concierge qui pense à tout, c'est pas des paroles en l'air. Je me retrouvais piégé, impossible de passer par les fenêtres, j'avais laissé mes Pokémons dans ma chambre, mon portable aussi, j'étais qu'un paumé, assis sur les marches de l'académie. Je pouvais au moins me consoler, l'été on voit bien les étoiles ; la grande Ursaring et le Corboss ! Oh et là-bas, Morphée qui complote avec le marchand de sable...


Je me réveille en sursaut, sentant quelque chose contre mon ventre. Le soleil me brûle les yeux fraîchement ouvert et tandis que je tends ma main pour me faire de l'ombre et voir mon agresseur, je me relève difficilement, les os en vrac et le dos en compote. Je reçois de nouveau quelques coups de balais, mais cette fois-ci, accompagné de douce parole.

« Mais qu'est-ce que tu fous ici toi ? C'est pas l'heure ni l'endroit de dormir, bouge toi, tu bloques la porte, je peux pas l'ouvrir. »

Une grande dame se tient debout, sûrement la concierge vu l'heure matinale. Je me lève en vitesse, de peur de prendre un autre coups de balais.

« Excusez-moi mademoiselle je... vous avez l'heure ? »

Premier reflex matinal, est-ce que j'étais à la bourre ? Ô grand Arceus, faite que non !

« Déjà 7h, t'as dormi sur la paillasson ou quoi ? »

Je regardais l'endroit où je m'étais assoupi, même endormi hier soir. Effectivement, c'était bien un paillasson et de mon expérience personnelle, je peux vous dire qu'il n'est pas confortable. Attendez... 7h ? Mais j'suis en retard. Je laissais cette dame faire son ménage, entendant des "mais il est fou !" au loin.

Je voyais peu à peu le chauffeur, un camion à côté de lui et bien sûr, quelques collègues qui avaient déjà déchargé le plus gros. Super entrée Andrew, les cheveux ébouriffés, en pyjama. On me regarde déjà bizarrement, en me dévisageant. Personne n'a jamais vu quelqu'un en pyjama par un si beau matin d'été ?

« Alors Andrew, pas très matinal à ce que je vois. On t'a laissé une partie, exprès pour toi, si on est pas des gentils collègues. Faut apporter ces sacs au centre d'adoption, oh bien sûr, tu es déjà en retard sur la livraison, mais tu devrais être habitué. »

Un jour, je serais supérieur à mon supérieur, un jour. Je prends sans rechigner mon boulot, sous les rires des autres cuisiniers. Direction le... centre d'adoption ? Oh non ! Devant ma mine décomposé, ils rigolent tous de nouveau. Très gentille attention les gars. J'apprécie vraiment ce que vous faites pour moi.

Après tout, on ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs ; je transportais des sacs de croquettes Pokémons jusqu'au local adjacent au centre. 50 kg de nourriture à bout de bras, ça m'apprendra à dormir dehors et oublier mon passe. Les bébés dorment encore à cette heure-ci, tant mieux pour moi. J'empilais le dernier sac, sous le regard amusé d'une infirmière. Elle non plus n'avait jamais vu quelqu'un travailler en pyjama ?! C'était pourtant très commun. Finiiiii. J'avais remplit ma part du travail, je voulais partir maintenant ! Et noooon. Alors que la fameuse infirmière inspectait ce que je venais de déposer, je fus rappelé dans le local. J'avais fais quelque chose de travers ? C'était sans doute à cause de mon réveil brusque ça.

« Eh attendez un peu. Ces œufs ne sont pas à nous, je n'ai pas le droit de les garder ! »

Sans même pouvoir m'expliquer, je me retrouve à la porte du centre d'adoption, deux oeufs dans les bras. J'ai juste une chose à dire : wtf. Vu leur taille et leur coquille, ils étaient pas comestibles ces deux-là. Je crois bien que je vais aller me recoucher, et cette fois-ci dans un vrai lit.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tant que j'y suis, autant adopter !   Dim 17 Nov - 22:58


 Je me demande bien pourquoi j'étais revenu dans ce centre Pokémon, à croire que ça m'amusait vraiment de m'occuper de troupe entière de bébés Pokémons. Il faut dire qu'en voyant Althéa grandir de jours en jours, je m'y étais fortement attaché. Alors pour la troisième fois depuis que je suis arrivé ici en tant que cuisinier, j'ai poussé la porte du centre d'adoption. Comme d'habitude, c'était plein à craquer, y'en avait pour tous les goûts. Anyo partit directement à la recherche d'un nouveau compagnon de jeu. Althéa était collée à ma jambe et mes autres Pokémons étaient bien sagement dans ma chambre.

Je pris l'un des formulaire sans prendre le temps de le remplir, l'infirmière n'avait même pas remarqué m'a présence puisqu'elle s'occupait d'un jeune garçon, sûrement un gamin de l'académie qui venait chercher un compagnon. Pourtant, elle semblait désespérer, le dresseur refusait tous les Pokémons qui lui étaient proposés. Il cherchait quoi ? Un gros Pokémon qui allait tout massacrer ? Il espérait trouvait ça dans un endroit remplit de bébés ? Pas très malin l'gamin. Il partit furieusement, en claquant la porte, il venait de refuser un petit Pichu qui lui tendait amicalement les pattes. Althéa s'approcha de lui, essayant de le réconforter tant bien que mal. Elle le poussa en ma direction sans plus tarder.

Je devais traduire ça comment ? ''Prends-le dans tes bras'' ? Apparemment. Le Pokémon Electrique me tendait à son tour ses pattounes pour que je le prenne avec moi. Et mince. Je me baissais pour me laisser submerger de petites décharges électriques. J'en étais sûr ! Malgré tout, il était plutôt attachant, quand il créait des petites étincelles, on entendait un son bien particulier sortir de ses poils, plutôt amusant. Ça voulait dire que je l'adoptais ? On pouvait dire ça comme ça.

Quelques minutes après, un Anyo mutant arriva. Des oreilles bizarres lui sortaient du coton ; c'était une petite Korillon qu'il venait de rapporter, elle semblait déjà comme chez elle. En sortant du coton, elle laisse échapper quelques mélodies. Le Pichu lui fit un signe de la patte, ils se connaissaient en plus de ça, c'était parfait, non ? Je regardais les deux Pokémons, ils étaient nés ici donc aucun surnom ne leur avait été donné. C'est que moi, niveau surnom, j'en avais pas des masses non plus, donc je me permis de rester simple.

« Bon, toi ça sera Banjo et la clochette, je vais t'appeler Symphonie. »

Ça semblait leur convenir à tous les deux. Je remplissais rapidement le formulaire avant de le déposer sur le comptoir de la pauvre infirmière, elle était plus que débordé en ce moment.


Adoption de Pichu ♂ et Korillon ♀, deux balls en moins ! (SoinBall et ChronoBall)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tant que j'y suis, autant adopter !   Lun 23 Déc - 13:08


Comme on dit : quand y'en a plus, y'en a encore.
Je me suis rendu au centre Pokémon pour apporter quelques provisions pour noël. Après tout, les bébés Pokémons pouvaient eux-aussi fêter ça. Devinez avec quoi je suis reparti ? Oui encore des Pokémons. Je crois que je vais me faire avoir à chaque fois. Déjà ce matin, un de mes œufs à éclot. Donnant naissance à un beau Furaiglon marron, apparemment shiney. Je l'ai surnommé Akraam et là, il doit sûrement être en train de se reposer tranquillement dans ma chambre. Alors ça me faisait seulement un œuf, non ? Eh bah non, vous avez tout faux ! Pour noël, que faisait le centre d'adoption ? Une distribution d'oeuf ! J'ai un trop gros cœur pour laisser ces pauvres coquilles seules je crois... Alors j'en ai repris un autre, mais je vous assure que je voulais que cet œuf au départ !
Alors que j'étais sur le point de partir, j'ai entendu un bruit de Pokéball derrière moi, le genre de bruit qui nous dit très clairement « Tu as un nouveau copain ! » Et effectivement, c'était bien ma MasseBall par terre et qui plus est, pleine. Je suis un peu parti comme un voleur avec ce Pokémon dans ma ball et une fois arrivé dans un endroit sûr, j'ai regardé le Pokémon qui était dedans. Un Grenousse, mâle. Je l'ai surnommé Connor, parce qu'il a vraiment l'âme d'un ninja celui-là.



- Éclosion Oeuf Normal, Furaiglon shiney ♂ surnommé Akraam, adoption de l'oeuf évent spectre et du Grenousse évent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tant que j'y suis, autant adopter !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tant que j'y suis, autant adopter !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Appréciez-vous toujours autant Disney après y avoir travaillé?
» [Les Simpson] Pourquoi autant de haine envers Disney?
» [JEU] Qui suis-je ? (identité de personnages du Whedonverse à deviner)
» [Mainard, Dominique] Je voudrais tant que tu te souviennes
» Je suis très laid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: L'Académie :: Centre d'Adoption-
Sauter vers: