Partagez | 
 

 Moi je crois en toi... [Solo + Adoption]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaos Black
Dresseur/Eleveur

avatar

Masculin Taureau Singe
Messages : 360
Date de naissance : 10/05/1992
Date d'inscription : 05/12/2012
Âge réel : 25
Localisation : Belgique

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 10 400 $

MessageSujet: Moi je crois en toi... [Solo + Adoption]   Mar 22 Avr - 22:22



Plitch, ploutch... le son d'une eau, s'écoulant le long d'une stalactite, finissant sa course au sommet de celle-ci... Oui, une ironique apogée inversée. Du silence émergent ces bruits de détachements, ces bruits de retrouvailles élémentalistes, sur un sol rocheux et froid... Il fait sombre dans cette grotte sinueuse, labyrinthique, de surcroit... Quelques fissures parsèment ce lieu, permettant une croisade de filets aquatiques, à travers ces couloirs, jadis plus accueillants... Les apparents éboulements laissent dubitatif, quant aux récents bouleversements qui ont dus se produire ici. Ainsi la voilà, souillée, défigurée, dépouillée de tout intérêt, jusqu'à nouvel ordre. Sans doute excusable était-il de réfuter l'hypothèse d'une vie antérieure, s'y étant développée, vu l'ampleur des dégâts présents et du charme ambiant, perdu à jamais... Les issues de secours étaient peu nombreuses, et l'endroit maintenant bien dangereux... menaçant son effondrement à chaque instant. Cependant, et malgré le climat peu agréable, les murs n'étaient pas seuls témoins du spectacle affligeant, en ce début de matinée...  

" Haaa, il ne fait vraiment pas bon vivre par ici, il fait presque plus froid que dehors... Pourtant, je me dois de vérifier si plusieurs Pokémon ne sont pas encore coincés ici... Brr, je suppose que si je ne fais rien d'insensé, il y aura peu de chance de se retrouver bloqués durant cette courte vérification... Pas vrai Mastouffe ? "

" Touffe ! " ( Je pense aussi ! ) Répondit franchement le fidèle canin, à sa maîtresse, inclinant la tête lors de son affirmation, pendant qu'ils continuaient leur marche respective.

Le petit groupe était néanmoins sur ses gardes. A raison, puisqu'ils n'avaient prévenu personne de leur courte épopée matinale. Au vu de la situation géographique dans laquelle ils se trouvaient, relativement peu de personnes risquaient de les retrouver à temps, en cas d'accident... Mais il fallait venir aujourd'hui ! Chaque jour passant, l'apparence de cette mystérieuse antre se faisait plus distante de celle d'origine, son destin était plus qu'incertain... sans compter celui des possibles créatures encore prisonnières du piège, à l'allure rocailleuse. Quelle piètre responsable d'un centre d'adoption serait-elle, si celle-ci préférait choisir son petit confort, au détriment des étincelles de vies faiblissantes, mais encore persistantes... C'est alors, qu'avec cette fougue de courage, ou d'imprudence, ce noble objectif, la jeune femme s'était retrouvée embarquée dans cette aventure, qui visiblement ne lui seyait pas naturellement. Entre roches et flaques se succédaient les pas de la bipède et du canidé, poursuivant l'exploration, affrontant les quelques débordements de matière dure, tout comme les tons sourd et aigus que provoquait à la fois le vent, sur les parois asymétriques mais encore fières de leur robustesse. Subtilement, mais de façon répétée, l'humaine introduisait inlassablement la même question, dont aucune réponse ne venait égayer la donne... Oh, peut-être qu'au final, tout le monde avait été en mesure de quitter cette ancienne fourmilière. La possibilité était probante, mais la conclusion en attente... Là le noeud du problème, qui avait donc incité, nécessité, l'aventure. Malheureusement, après moult recherches, rien, pas un son, pas un bruit distinctif des habituels de la caverne... Les passages diminuaient de nombres, la cause aux sinistres reliefs chaotiques d'un plafond affaissé, encore et encore... Epuisée de l'odyssée, la demoiselle crut judicieux de s'octroyer une pause momentanée. S'appuyant pourtant légèrement sur la surface grossièrement verticale, qui longeait le semblant de pièce, dans laquelle les deux troubadours étaient parvenus, la concernée sembla provoquer une bourde qui risquerait fortement de lui coûter cher. Ce fut une pierre, de la taille d'un petit rocher, qui manqua de venir s'écraser sur elle.


" Mastouffe ! " ( attention ! ) S'écria le chien protecteur, avant de s'élancer vers le danger, l'éliminant donc d'une précise attaque éclate-roc.

" Aahh ! Tu, tu vas bien ?! Je, je suis désolée, je ne pensais vraiment pas que... Je ne l'ai pas vu venir, merci beaucoup, Mastouffe. " Balbutia la rescapée, honteuse d'elle mais toutefois charmée de l'héroïsme de son Pokémon.

" Mast, mastouffe. Oouuf ?... " ( Pas de quoi, c'est normal. Tiens ?... )

Systématiquement à son soudain questionnement, la récente figure protectrice tourna la tête vers un coin de la salle... Celle-ci, encore suffisamment éclairée par les quelques cristaux luminescents, semblant propre à cette cave naturelle, recélait donc une sorte de fissure, ou plutôt de faille, à moitié camouflée par le relief ambiant, mais trahie par la lumière dans laquelle elle baignait partiellement. Un passage, étroit et tortueux, juste suffisant pour accueillir en son sein les explorateurs, semblait les y inviter timidement et mystérieusement. Après plusieurs secondes de constatation et d'hésitation, la jeune femme, alertée donc de la situation, décida d'y entreprendre la poursuite de son chemin, de sa recherche. Inconsciente, certes, mais non dénuée d'une certaine réflexion était sa décision. Absolument, se retrouvant sans issues supplémentaires, ni elle, ni les Pokémon restants n'auraient pu poursuivre la route, que ce soit vers le fond ou l'entrée... Du moins, si preuve d'une voie supplémentaire et normalement inatteignable existait. Ce qui paraissait potentiel, selon des parallélisations apparentes, entre les droites rocheuses des côtés verticaux du passage. Probablement les conséquences collatérales d'attaques Séisme. Quoi qu'il en soit, les diverses et petites contorsions ne furent pas bien longues à subir, puisque déjà se révélait la justesse de cette intuition féminine. Sous les yeux des deux sauveteurs, une grande salle, de plus d'une vingtaine de mètres, s'étendait... à l'éclairage hélas plus faible que les autres zones, découvertes antérieurement. Malgré tout, à travers les différentes couches de voiles d'ombres, persistaient ces reflets bleutés, émanations des quelques cristaux dispersés, à la faible lueur diluée. L'un de ces discrets rayons transparaissait étrangement, par rapport aux autres, et apparentait épouser le dessus d'une forme, à l'allure ovale... ce qui laissait présager être, sans véritable doute...

" Un oeuf ?... "



Une baie Fraive... Un Minidraco... Une soucoupe volante... Un dé... L'imagination battait son plein, au sein d'un esprit libre... Un sombre jeune homme exploitait le don précité, en cette fin de matinée, fixant les nuages, le corps allongé dans l'intacte verdure encore inoccupée. Il songeait, car ces derniers temps l'atmosphère semblait virer... mais pas dans une direction à l'aspect très enviable... Une caresse fut octroyée au compagnon poilu du du mentionné, par ce dernier. L'adorable renardeau était à ses côtés, se laissant lui aussi distraire par le spectacle duveteux, offert par ces géantes et flottantes boules de coton... n'étant, bien évidement, composées en réalité que de simples particules d'eau sous leur état majoritairement liquide. La plénitude se chargeait de transformer ces évidences simples en instants magiques et sans fondement véritable, ni plus nécessaire. Certaines personnes vouent une grande partie de leur vie à l'apprentissage et à la compréhension, mais ils finissent par regretter les instants d'innocence et de mystères enfantins... Ce scénario est tout à fait compréhensible. Un bon dessinateur met des années à se former, à se perfectionner, pour au final envier l'époque de sa simplicité dans le domaine. Plus une maitrise devient assidue, plus elle perd de son charme, elle devient routine et absente d'une découverte qui en faisait son principal intérêt. En réalité, il n'existe de limites qu'à ceux dénués d'une imagination suffisamment fertile pour modeler n'importe quel espace en un terrain de jeux, en un lieu béni de récréation mentale, pourvu d'une infinité de solutions divertissantes et stimulantes... Cela pourrait sembler complexe, mais il ne s'agit en vérité que d'entretenir son âme d'enfant. Ceux qui ressentent avant de voir, peuvent observer d'un oeil mobile ce que les autres fixent intensément sans trouver. Le sens de la vie.

" Un oeuf ?... "

La trouble vision aérienne, aussi étrange que cela puisse sembler, fit émerger une bribe de souvenir, ainsi qu'une pensée relative, dans l'esprit de l'orphelin... La boule de poils dans les bras, celui-ci se releva, avant de poser cette dernière sur son épaule et d'entreprendre une marche hasardeuse. Il n'y a pas si longtemps, le garçon avait cru ouïr la présence d'un centre d'adoption sur l'ile... A vrai dire, Kaos n'avait jamais vraiment vu d'un très bon oeil ce genre d'initiative, tant cela semblait réduire les Pokémon à de simples animaux de compagnies, soumis et dociles... Mais il fallait bien avouer que certains n'étaient pas ou plus forcément apte à la vie naturelle, en tout cas moins compétant pour. C'était notamment le cas de ceux blessés ou abandonnés par leurs dresseurs, plusieurs n'ayant pratiquement jamais expérimenté le dur coût de la liberté. Un lieu aux perspectives loin d'être réjouissantes, donc. L'endroit était similaire à une sorte d'orphelinat, une loterie malsaine où certains s'en sortaient mieux que d'autres... La peur, la peine et la solitude, devaient régner en ces murs, avec pour seuls remparts ces compagnons d'infortunes, faisant offices de frères et soeurs de substitut... se protégeant et se réconfortant pitoyablement l'un l'autre, dans un monde qui semblait décidément se moquer de leur avenir, du bonheur personnel qu'ils avaient d'ores et déjà perdu... D'une certaine façon, cette interprétation pessimiste, partant néanmoins de faits bien réels, rappelait à l'incompris la situation dans laquelle il fut plongé, durant de nombreuses années... même si des séquelles persistaient encore aujourd'hui. La comparaison n'était pas tout à fait applicable, et pourtant les épreuves émotionnelles s'avéraient hautement similaires. Il lui fallait vérifier la condition mentale et physique des bestiaux en questions, c'était comme un devoir... mais quand bien même, il ne saurait les prendre tous à charge, seulement leur accorder son soutien momentané, aspirant tenter l'apport en ces êtres, au coeur meurtri de leurs expériences, d'un peu d'espérance et de foi en la vie.

" Allons constater ce que ce centre peut offrir de mieux, à ses résidents... Le veux-tu bien, Evoli ? " Préféra demander l'éleveur, à son ami, afin de s'assurer d'un consentement qu'il savait pourtant déjà existant.

" Voli voli ! " ( Allons-y donc ! ) Acquiesça la fourrure ambulante, toute aussi curieuse et diligente.

" Bien. Je crois me souvenir que les indications, me stipulant sa présence, spécifiaient son positionnement non loin de ce petit quartier, légèrement reculé de l'urbanisme ambiant, nous étant donc actuellement relatif... "

Oh oui, l'ombre humaine n'était pas spécialement la personne la plus enclin à vouloir discuter... Ceci dit, une fois que l'étudiant était lancé, ses formulations et monologues en décourageaient plus d'un, caractéristique ne représentant pas fatalement un tord, d'ailleurs. Ainsi, les pas de cette mystérieuse entité s'affinèrent, se réglèrent parallèlement au chemin choisi, avec pour certaine ambition d'en atteindre donc le paroxysme... Rien de particulier ne fut à observer, durant le trajet précité, en faisant main basse des quelques personnes, voguant ci et là, à travers les ruelles et chemins pavés... C'était une belle journée, que les diverses feuilles saluaient, de bien des manières... certaines prenant leur envol, caressées par la douce brise saisonnière. A l'instar des êtres vivants, chacune d'entre-elles s'épanouissait, en parcourant le sentier d'un destin leur étant propre. Intrinsèque, ce dernier réfléchissait néanmoins des issues similaires, les tissus végétaux retournant à la terre qui leur avait donné vie... Mais l'une de ces feuilles se bloqua, stoppée par la noirâtre chevelure d'un bien étrange jeune homme, aux ambitions distinctes de ses semblables... Celui-ci poursuivait toujours sa route, aux côtés d'une rivière, longeant à présent ses pas rythmés. Le discret cours d'eau, semblait accompagner et encourager la voie déterminée par le dresseur, au fur et à mesure qu'il s'échappait la cité, pour rejoindre la zone rurale, significative de son arrivée imminente. Les rapides finalement causées, ou du moins atteintes, le centre d'adoption révéla son identité extérieure... Correct, sans dégradation apparente, ni surplus, rien à déplorer. En phase d'approche, Black laissa un regard s'évader, vers la petite chute d'eau limitrophe, elle qui s'accordait visiblement avec le modeste lac, entourant presque ladite structure.

* Ha... A peu de choses près, cela pourrait faire penser à un piège, pour Pokémon aquatiques. Enfin, je présume que je me méfie de trop... * Ne put s'empêcher de songer l'énigme humaine, avant d'ouvrir la porte du bâtiment.

Une clochette retentit, sans doute pour prévenir la gérante, possiblement occupée, d'une apparition organique. Un instrument justifié, au vue de sa vraisemblable absence, momentanée ? Quoi qu'il en soit, la situation n'empêcha pas le garçon d'aller rendre une visite surprise, aux Pokémon situés non loin, dans un assez large enclos intérieur. A sa manifestation, plusieurs d'entre-eux le guettèrent, méfiants, d'autres reculèrent, l'étant tout autant, voir plus apeurés... Enfin, certains se bousculèrent ou s'impatientèrent sur place, pressés de pouvoir accueillir positivement la nouvelle tête. Rapidement, l'aura pure du chat noir parvint à apaiser, même légèrement, les aprioris des plus septiques. Ainsi, lui-même plus rassuré et détendu, ce premier osa s'accroupir, dans le but de se mettre au même niveau, de prouver sa bonne volonté et sa confiance envers les créatures présentes. Un jeune Nidoran mâle, visant pourtant précédemment, d'un mauvais oeil, la récente entité, réussit même à s'affranchir de ses doutes et préjugés... déposant ses pattes avant, sur le pantalon du concerné. Une action qui lui valut une douce et délicate caresse, qu'il n'allait sans doute pas oublier de sitôt. Peu de temps s'écoula, entre celle-ci et une multitude d'autres, octroyées à qui les voulait bien. Kaos esquissa un demi-sourire... il était toujours parvenu à s'acquérir les louanges, ou plutôt les adorations, de ces mystérieux animaux. A se demander si ce n'était pas elles, qui à contrario se dévouaient, pour penser les blessures de l'éleveur, au sombre passé.


" Aaah, mais, mais, attendez ! Vous, vous n'êtes pas censé entrer là sans ma permission, enfin... " S'exclama, étonnée, la responsable de cet orphelinat apparent.

" Eux, me l'ont offerte. " Répliqua, presque sèchement, l'adolescent, mettant fin aux générosités qu'il distribuait jusqu'ici.

Se redressant et se retournant vers l'inconnue et prétendue responsable du lieu, le mentionné fixa cette dernière, de ses yeux ambres et perçants... Il s'agissait bien là d'une femme, dans la trentaine d'années, brune, ayant apparemment une certaine propension à subir aisément de la gêne et des bégaiements y étant relatifs... sans doute maladroite et malchanceuse ? Le genre de personne adorable, mais facilement dupable, de par sa crédulité et sa spontanéité. Bref, la détection d'archétypes ne constituait pas le sujet actuel, bien que s'y rapportant potentiellement. Comme intimidée, ou désamorcée, la jeune femme baissa honteusement la tête, ne pouvant pas supporter la pression du regard adverse, à moins que ce ne fut dû qu'à la réalisation de sa propre incompétence, à pouvoir se situer à deux endroits au même instant. Quelle qu'en était la cause, la situation n'exigeait pas forcément une réponse. Et c'est en joignant ses fines mains, au niveau du bassin, que la timide dame décida de s'exprimer de nouveau, les lèvres tremblantes...


" Oui, je conçois, mais cela me donne la sensation d'être prise au dépourvu... et de mal faire mon travail... "

Oh non, voilà le genre de situation que Kaos détestait... parmi tant d'autres. Mais ce n'était pas lui qui allait tomber dans le piège de la consolation forcée... on affirme l'évidente ineffectivité de faute et on enchaine directement, pas besoin d'en faire toute une histoire. Ainsi, étant malgré tout intrigué, par ce qui semblait avoir tellement retenu la jeune femme, le ténébreux garçon décida d'en profiter pour rebondir sur ledit sujet, jugeant le moment propice et l'occasion utile... Un peu déroutée de ce mode opératoire, la timide responsable, ressentant sa faute encore présente, du moins émotionnellement, en plus que d'avoir l'impression d'entrevoir une possibilité de se soustraire de sa culpabilité, ne put que se soumettre à la requête précitée. N'allez pas croire que Kaos prenait un malin plaisir à manipuler des personnes innocentes, il en détestait d'ailleurs la pratique... Néanmoins, convenable semblait-il de penser, qu'une petite exception paraissait s'être farouchement glissée, dans le sillon de ses imperturbables habitudes... Mieux que de simplement lui communiquer la raison de son absence passée, la demoiselle préféra lui dévoiler directement la cause de son attention. Sans doute avait-elle dans l'idée que cette action lui servirait de preuve, en même temps que de récolter un avis supplémentaire, face au débordement qui lui seyait ? Ce dont Black fut en mesure de pouvoir constater, après le court tracé emprunté... Là, gisait presque un cadavre de Pokémon... enveloppé encore de son oeuf, lui même encerclé d'une coupole en verre... En dépit des soins que l'instrument était censé lui apporter, l'état de l'ovale organique n'avait pas l'air de s'améliorer. Celle qui, vraisemblablement, se trouvait être également infirmière, du moins dans l'urgence, plissa tristement les paupières... elle aussi, s'en rendait compte, le problème se situait au-delà de la blessure physique. A l'apparence plutôt imposante, du moins selon les habituelles références, la coquille laissait en outre présager que son contenu était bien avancé dans sa croissance. Détail qui n'échappa pas à l'éleveur.



" Je, je l'ai trouvé dans une grotte, non loin d'ici... Elle semblait bien entamée, elle aussi... Il a dû se passer un drame assez colossal, dans cette dernière. J'en ai partiellement eu vent, alors que je revenais de mes vacances... Aussitôt, je m'y suis précipitée, et en voilà les restes prochains, je suppose... J'ai vraiment peine à croire qu'il fut laissé ainsi, à l'abandon, un nid froid et humide pour seule couverture... Et maintenant, on dirait vraiment qu'il... "

" Se laisse mourir ? Oui, c'est très probablement le cas... et ce que je pense également. Il semble assez mûr, en quelque sorte, je suppose qu'il a ressenti toute la détresse alentour, la peine et la solitude qui ont résultées de cette catastrophe, et dont il a fini par expérimenter. Suite logique... " Répondit machinalement Kaos, à son interlocutrice, une expression faciale, autant frustrée que compatissante, trahissant toutefois le ton platonique de l'annonce.

Calme plat... Discernant cette incohérence d'intensité vocale, en la révélation de tels propos, la gérante ne put que se sentir étonnée, fixant alors le noirâtre personnage que représentait l'orphelin. Rassurée fut-elle de constater néanmoins l'indignation qui, nonobstant, parcourait clairement le visage du dresseur. Il avait les poings fermés, les serrant nettement, alors qu'il arborait une posture droite... Son charisme se retrouvait davantage amplifié, par la manifestation de ce regard, aux allures déterminées... Ayant passé ses vacances à Kalos, La jeune femme avait vaguement l'impression de reconnaître, à travers l'adolescent, une certaine personnalité étant originaire de cette même région... Frustrant, puisqu'elle n'arrivait cependant pas à remettre le doigt dessus.


" Confiez-le moi. ... ... C'est peut-être sa dernière chance. Il a besoin d'être rassuré, de sentir une présence bienfaitrice et familiale. La manifestation d'un lien fraternel qui lui assure la promesse de ne pas l'abandonner, de veiller à ce qu'il ne soit plus jamais seul et malgré tout bien entouré. Il semble à présent évident... que ce Pokémon ne trouvera pas l'aide salvatrice qu'il requière, cloitré dans ce réceptacle vitreux. Ainsi, j'exprime à nouveau ma demande... Laissez-moi la garde de cet oeuf. Ce n'est pas la première fois que je m'occupe d'un Pokémon en mauvais état, même si la difficulté n'est pas contestable, ma motivation à le sauver ne s'en retrouve qu'amplifiée. Je réussirai, je le dois, car les protéger tous, représente mon devoir et mon unique but... cela passant par la préservation de cette vie. "

Les bribes de souvenirs s'associaient lentement, tout comme les silhouettes se calquaient avec délicatesse, l'une encore bien floue... Fixant cet étrange jeune homme, une nouvelle fois, les yeux de la pure dame s'écarquillèrent progressivement. Mais alors sortit de l'ombre ce fidèle Mastouffe, rejoignant lentement sa maîtresse... Celui-ci continuait de jauger le chat solitaire, décidant finalement de s'exprimer, en une attention générale.

" Mastouffe. Mast mastouffe touffe. Ouf touffe, mast. " ( Sois sans crainte. Il me semble étonnement différent. Ce garçon réussira, j'en suis persuadé. ) Avança le canidé, désormais fixement positionné.

Depuis le début, l'animal s'était fait discret, analysant la situation, car d'entrée, Black lui paraissait bizarre... Ce premier comprenait maintenant pourquoi et ce n'était pas péjoratif. L'éleveur avait saisi les dires du quadrupède, malgré qu'il feignit de le démontrer... ils étaient flatteurs, mais inutiles à relever. Perché sur l'épaule de son ami, la boule de poils, en la personne d'Evoli, les acquiesça toutefois... voulant certainement contribuer à l'assurance de leurs convictions intuitives. Et puis, soudain, la brune de cheveux parut pétrifiée... l'affaire de quelques courtes secondes, je vous l'accorde, mais il n'empêche que l'intensité de cette réaction ne fut autrement pas altérée.


" C'est bon, je te fais confiance... " Dit-elle subitement, un sourire chaleureux naissant, pendant qu'elle plissait légèrement des yeux.

Ce à quoi Kaos n'eut, pour seule réponse, que la manifestation d'un haussement de sourcil. Peu importait, pour la jolie demoiselle, ne semblant directement plus percevoir le visage de l'orphelin. Un autre venait de s'y superposer mentalement, pour ainsi dire. Oui, celui d'un homme plus âgé, mais à la détermination équivalente et à la posture confondante... La responsable se souvenait de lui, comme une figure d'équité et de respect. Cette personne, dont l'amour des Pokémon, n'avait d'égal que son sens de la justice. Une entité bien mystérieuse, faisant preuve d'une extrême sélectivité sociable. Elle l'avait rencontré dans un petit café d'Illumis, où une amitié se lia brièvement entre eux... En observant l'ombre humaine, la maladroite comprenait qu'il était pareil, possédant la fougue des innovateurs, ainsi qu'une âme d'argent. Au-delà des paroles cryptées de son Pokémon, l'infirmière improvisée comprenait vaguement que ce dernier paraissait du même avis qu'elle. L'incubateur s'ouvrit... Le gros oeuf fut remis à l'intéressé. Cela faisait plaisir de constater l'existence de personnes aussi déterminées, prêtes à vouer leur vie pour une cause mondiale, visant l'équilibre en prônant la tolérance et l'empathie. Ce dont ne se rendait pas compte la trentenaire... était que ce genre de personnes enduraient énormément de choses. Mentalement, émotionnellement, parfois même physiquement... Il est facile de constater l'imperfection d'un monde, à partir du moment où ce dernier punit la lucidité et la sensibilité, d'un poignard dans le dos. Ces personnes devaient faire preuve d'une résistance exemplaire, pour supporter ce que trop de gens ne percevaient pas, ce qui leur paraissait clairement comme invisible, alors qu'ils en étaient vicieusement encerclés... Comme résultantes, une asociabilité grandissante, une propension à la méfiance, un malaise se complexifiant, la mise en place de boucliers... Mais au fond, leur grande sensibilité ne flétrissait pas, elle ne faisait que se tasser en une singularité reculée, tout comme le puissant et tenace volcan, attendant l'instant propice à l'engendrement d'une éruption.


" Merci à toi ! Prends-en grand soin, c'est une grosse responsabilité que tu t'imposes. Je, je te souhaite une indéniable réussite. Courage et reviens quand tu veux ! " S'exclama la gérante du centre d'adoption, lors du départ de l'adolescent.

Un simple signe de main, dos à son interlocutrice, et Kaos reprenait sa marche... réalisant plus intensément la taille de cette coquille ovale... Déjà, c'était plus gros qu'un oeuf normal, m'enfin tout de même, celui-ci faisait pratiquement la taille de son torse ! Sans compter son poids... Le transport, qui n'avait rien d'encourageant... était néanmoins encore gérable, une fois la bonne position trouvée. Et c'est en en cherchant une, que le noirâtre personnage remarqua un détail qui, pourtant bien en évidence, n'avait pas percuté plus tôt sa perception visuelle... L'académie. Le dos de l'institution faisait face à la maisonnée, à bien y regarder... ce qui laissait suggérer un lien, entre les deux constructions. Surtout qu'un semblant de chemin paraissait tenter de se frayer, les reliant péniblement et au gré des hautes herbes. Le ténébreux fut vexé de constater la plus que probante liaison... Cette appartenance laissait la porte ouverte à tous les abrutis, en mal de soldats, pour assouvir leur soif égoïste de gloire sans sens. Enfin, c'était des propos généralistes, mais hélas justifiés... puisqu'en effet, une académie n'est souvent pas la référence de personnes déjà compétentes et responsables. Si on combinait cette réalité avec celle d'une position limitrophe, en comprenant de surcroit la divulgation aisée, car le lieu faisant partie intégrante de l'établissement... et bien la propagande s'annonçait clairement de mauvaise augure. Seuls espoirs semblaient être qu'elle ne doit pas automatique et répétée, que le choix de la délégation apparaissait revenir à la responsable du centre, ainsi que d'avoir au moins pu sauver cet oeuf, son issue n'étant encore incertaine que sur un point sur deux... le pire ?  


* Ah, c'est vrai, j'y pense... je devrais être moins défaitiste... surtout que j'ai filé le magasine à Mégami, il y a peu. Je ne l'ai jamais prêté à qui que ce soit, je n'ai pas d'autres exemplaires... il justifie un point majeur, lié à mon ambition. Mais j'ai bon espoir que cela lui serve... la révélation n'a que peu de négatif, au final, parce que c'est rapidement facile et encourageant d'y remédier. Le plus dur en fait, c'est d'avoir l'impression d'être le seul à s'en soucier... * Pensa Black, en proie à un long déplacement hasardeux, entreprit récemment.

" Voli voli ! Evo, evoli li ? Oli, li evoli... " ( Il est vraiment grand ! Dis Kaos, tu t'en rappelles ? Moi, je m'en souviens très bien... )

Sortant la silhouette ombragée de ses pensées, le renardeau effectua une comparaison, en évoquant promptement une situation passée et similaire au sujet énoncé. Il ne fallut que peu de temps, au jeune homme, pour saisir pleinement la signification de l'allusion. C'est vrai... un tel évènement s'était déjà produit auparavant. Les deux frères s'échangèrent un regard complice, signe de leur compréhension mutuelle... Un vent chaud les enveloppait, alors qu'Evoli déposait la patte sur l'oeuf, lui rappelant sa naissance. Journée étincelante, aux nuances vivement colorées... cela faisait longtemps, trop longtemps, que l'étudiant ne s'était senti si apaisé. La sérénité d'une douce nostalgie renouvelée...

" Haa, tu nous entends, pas vrai ? Sois sans crainte, tu es maintenant entre de bonnes mains... Accroches-toi. Tu as déjà pu constater que le monde n'est pas toujours rose, nous sommes également passés par là... ce serait te mentir que de t'affirmer que ces instants n'ont aucune chance de se reproduire. Néanmoins, nous pourrons passer ces épreuves ensemble, désormais... On ne te laissera pas tomber, c'est une promesse ! Fait-moi confiance et laisse-moi te décrire un avant-gout de ce que la vie a de meilleur à t'offrir. Puisse les sentiments de mes paroles t'atteindre... n'abandonne pas et je ferai tout pour que ton existence soit des plus lumineuses. Nous combattons au nom de la préservation des beautés que j'ai à te vanter, et dont il te reviendra l'occasion de rencontrer ou non... selon ta finale décision. Tient bon... "



Une brève, mais néanmoins douce, caresse plus tard, les 3 entités continuèrent leur avancée... au but inconnu, guidé par les pulsions de leurs émotions. Cette quête les amenait dans divers endroits, notamment une forêt à la lumière estompée, chaleureuse, filtrant en partie les rayons solaires, de ses délicats branchages... Ils sourirent, sentant l'oeuf frémir, sous le ressenti de l'ensorcelante et paisible ambiance... Le temps passait.

" Kaos Black ?... Il n'est pas là ? Bon, ça va faire quelque jours maintenant... Jin Takeda, Yuki Masama, je vous serais gré d'en vérifier pour moi la cause, après les cours. Passez donc à sa chambre. Bien, reprenons... Stéphanie Pierts ? " Demanda un professeur, lors des présences qu'il exécutait.

" Voilà... nous y sommes. "

D'une robuste montagne s'offrait un splendide panorama... de là, observaient les jeunes bourlingueurs... s'enivrant d'un air particulièrement pur, celui d'une altitude saisissante. L'animal brun et blanc se collait au cou de son grand ami, fermant les yeux afin d'apprécier chaque instant de calme... tandis que l'adolescent gardait consciencieusement la coque minérale contre lui, sans pour autant l'étouffer, fixant l'horizon en plissant légèrement les paupières... Un regard mystérieux, indescriptible, émanait de cet étrange humain, alors qu'un faible sourire parcourait chaudement son visage, aux habitudes pourtant si froides. Une brise les étreignit placidement, fraiche sans l'être exagérément... Kaos murmura quelques mots, en sillonnant de la main ce qu'il espérait devenir, dans un futur proche, une vie épanouie, à laquelle se lier d'une amitié constructive. Une mélodie semblait émaner des arbres mouvants, sibilant leur flegme au fondu atmosphérique, leur quiétude...

" Vérifier la cause, et gna gna gna... comme si c'était important, pour une espèce d'émo/goth' ou j'sais pas quoi... " Se plaignit un garçon, marchant dans les couloirs et accompagné de son dévolu camarade.

" J'sais pas, mais c'est vrai que ça fait un peu plus d'une semaine, qu'il ne vient pas aux cours, il est quand même interne quoi... Ah, c'est cette chambre. "

Après la réplique de l'un d'eux, les élèves atteignirent enfin le repaire académique du chat noir. Un petit écriteau trônait fièrement sur la poignée, assignée à sa porte. interloqués, mais malgré tout las de devoir s'abaisser, ne fut-ce qu'un rien, ils soupirèrent... s'accomplissant toutefois, en levant vaguement le réceptacle des écritures, ce geste ménageant leurs durs efforts...


Si vous lisez ce message, c'est probablement que je ne viens plus aux cours, depuis un bon moment... Je vais bien, alors pas besoin de possibles inquiétudes, à ce propos. Je prends, en revanche, soin d'un oeuf de Pokémon, qui ne peut pas prétendre à un quelconque état positif... Ainsi voilà la réponse à mon absence. Je ne reviendrai pas avant que sa situation s'améliore suffisamment, voire qu'il éclose... j'en suis désolé, mais ça prendra le temps qu'il faudra. Libre à vous de me croire ou non, après, mais au moins vous êtes prévenus.

" Mais oui, vas-y ! Genre tu te dispenses des cours, comme ça, juste à cause d'un bête oeuf patraque... Non mais il se prend pour qui, c'type ?! " Ragea Jin, lâchant sa prise et commençant à partir.

" Euh, ben, peut-être pour un mec qui a presque déjà tous ses points, en moitié d'année ?... Enfin, c'pas pour vexer, mais v'la... " Répliqua Yuki, faiblement, s'assurant après coup de suivre son interlocuteur.

" Mouais, mais même, c'pas une raison. Allo quoi, mec ! Nous, on vient tous les jours. Lui pas, avec ses excuses bidons là, mais vas-y que j'te nie parc'que j'ai mes p'tites notes à la con. Moi, j'te jure que ca va pas se passer comme - "

L'orage venait de cesser... Durant de longues minutes, Kaos l'avait affronté, protégeant de son corps la fragile vie. De puissantes rafales avaient balayé son être... Couplées à une intense averse, ces premières se montraient donc redoutables et dissuasives. Ainsi, plusieurs fois il fut nécessaire de marcher à reculons, le dos courbé, sous la pression, mais aussi sous la préoccupation d'une protection double... Absolument. Le renard, aux multiples évolutions, se calait tout autant, contre le buste de son ami. Pas tant qu'il était incapable de faire front, mais bien qu'il veillait à la bonne santé de son probant petit-frère... lui effectuant donc un réchauffement corporel. Et à présent, les gouttes parcouraient ces cheveux de jais, ce long manteau noir, qui s'étaient puissamment agités... La lumière, émise du coucher de soleil, se reflétait à la fois sur la mer et sur le ciel, mais sans oublier la discrète présence liquide, demeurant presque immobile, sur le visage du bouclier humain. Les vagues de la plage provoquaient un son rythmique et apaisant...

" Tu vois... La nature est forte, ses colères sont dévastatrices, mais elles laissent souvent place à un tableau des plus somptueux... puisse cet arc-en-ciel subit en témoigner. Ce que je veux dire, c'est qu'en faisant preuve de courage, de vigueur, de persévérance, elle te le rendra, te donnera accès à la réalisation de tes progrès et parfois de tes projets. Mais ne t'inquiète pas, je serai là pour t'épargner une confrontation inadaptée... En outre, si tu le désires, je pourrai faire en sorte de te rendre plus à même de pouvoir y résister. Être fort est difficile, mais je pourrai t'accompagner et te gratifier en conséquence. Néanmoins, saches que je n'y mets aucune obligation, je prendrai soin de toi, physiquement et psychiquement, quel que soit ton choix... bien que je t'encouragerai dans un domaine, si je perçois en toi une envie et/ou un potentiel particulier dans celui-ci. Oh, je parle trop ! En plus, tu ne dois présentement pas comprendre grand chose... Mais je suppose que tu dois percevoir mes ressentis, mes émotions... alors sers-t'en, sers-toi de moi comme un éclaireur, comme un relais, pour mieux percevoir et affiner ta conception du monde... Vois, à travers moi, toute sa richesse et baigne-toi-y, façonne ton opinion et je serai prêt à l'assumer dans sa totalité... je peux te l'assurer. " Déballa Black, d'un de ses interminables monologues, ponctué de sa profonde et mélodieuse voix.

Le jeune renard était toujours dans les bras de l'éleveur, collé à l'oeuf, un sourire aux lèvres... dormait-il ? Au mieux, il en était en phase. Mais ce qui frappa décidément le dresseur, se justifiait dans la répartition de la masse, concernant l'ovale organique... Ils donnaient l'impression d'être l'un contre l'autre, un éventuel hasard ?... Le chant de l'eau se fit plus silencieux, taiseux devant la précoce amitié, ou peut-être devant la déesse nocturne, se dressant maintenant derrière eux... Celle-ci poursuivi sobrement son chemin, à travers la nuit, jusqu'à embellir temporairement certaines chambres, appartenant au 4ème étage de la Gakuen académie... Alors une luisance tamisée se refléta sur une surface, dont une partie siégeait en d'épais drapés... tandis qu'une sombre figure, d'emplacement proche, prenait répit sur un lit sans couverture... Seuls les ronflements tempérés du fennec, au charme évident, assaisonnèrent la modeste scène, d'un chant régulier, mais d'une harmonieuse placidité. Amen...



~ Fin du rp ~



note aux admins:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Moi je crois en toi... [Solo + Adoption]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avis sur Melita solo ?
» Je crois qu'il n'y a plus rien à ajouter...
» Tu le crois ça...
» J'en crois pas mes oreilles
» Adoptions de Sayaka [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: L'Académie :: Centre d'Adoption-
Sauter vers: