Partagez | 
 

 Beauté | Chapitre I (Séduction)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Beauté | Chapitre I (Séduction)    Sam 3 Mai - 17:32














 ❝ Séduction  ❞
Soledad Del Aguilla



L’eau bleue semblait dormir, ondulant doucement telle la poitrine d’un homme bercé par Morphée. Son rythme était serein, régulier et quelque peu influencé par celui de ce vent léger au goût marin, aux parfums salés et rempli d’exotisme. Le désert bleu s’étendait à perte de vue, jusqu’à cet horizon si vague, trop éloigné pour le comprendre. Il arrivait parfois que quelques-unes de ses bribes remplies d’aventures nous parviennent, effleurent notre cœur sans pour autant nous raconter toutes ces histoires, sans pour autant nous donner l’envie de tout quitter afin de vivre mille périples. L’océan, père des expéditions, foyer des âmes noyées et enfin réflexion du danger s’abandonnait aujourd’hui aux joies de la paix ; la tempête était loin, la pluie semblait trop fatiguée pour oser se montrer. Dans ce ciel calme, pas un nuage ne se dressait en obstacle vis-à-vis du roi enflammé,  le laissant briller à sa guise, maître de la chaleur et du jour. Le miroir berçant, remuant reflétait allégrement sa clarté aveuglante, la dispersant çà et là dans l’espace, la conduisant jusqu’aux regards envoutés des spectateurs.
Ils étaient assis là, dans ce sable ivoire, l’esprit comme dissipé. Ils regardaient le vide, le bleu et le blanc s’étendant à perte de vue, comme infinis et se contentaient simplement de profiter. Il faisait incroyablement beau pour un jour de printemps, l’air chaud l’étant sans doute trop pour cette saison réputée douce et fraîche. Mais l’heure n’était pas aux réflexions mais bel et bien à la paresse, au plaisir du repos. Les derniers jours avaient été longs, il était fort temps de se relaxer ; Arès ne cessant de se montrer si pénible et agressif. Parfois, Mars tentait de le calmer et de lui faire comprendre ses torts, mais en vain, hélas. Samos continuait de s’entraîner dur afin de devenir toujours plus redoutable, afin de devenir un soldat invincible. Il progressait vite, à n’en point douter. Néanmoins, à l’inverse, sa capacité à exprimer ses émotions, ses points d’attache n’avait guère évolué, non. Sans doute faudrait-il du temps. Cerberus, quant à lui, vagabondait où bon lui semblait, suivant son instinct et sa soif de liberté nocturne, comme depuis sa rencontre avec Soledad. Enfin, l’œuf paraissait trop à l’aise dans son univers couvé pour décider de quitter sa fragile coquille, il était encore trop tôt. Que de caractères différents, n’est-il pas? Et pourtant, aussi fou que cela puisse paraître, en ce jour, ils cohabitaient tous en harmonie. Même Léviathan enragé se montrait serein, errant parmi les eaux salées qui s’offraient à lui, ce monde où il était né et avait régné il y a encore peu. Soledad, elle, les regardait heureuse ; elle avait en quelque sorte réussi à fonder une famille certes éclectique et parfois chaotique, mais une famille quand même. Elle les aimait, tenait autant à eux qu’à sa propre vie et à ses valeurs de justice, aussi ancrées dans sa chair soient-elles. Qu’il était bon de pouvoir profiter de ces rares moments si paisibles. Elle se coucha dans le sable et ferma ses grands yeux bleus, plongeant dans cette mer de noirceur connue de tous. Sérénité. Elle s’endormit, laissant sa peau dorer face au doux rayonnement de l’astre solaire.
Pendant ce temps, Arès continuait de naviguer dans ce monde bleuté, ne s’arrêtant pas. Il plongeait dans les profondeurs maritimes puis remontait quelques temps plus tard, désireux de voir le ciel trop paisible à son goût. Il se sentait anormalement calme, comme étreint dans quelque chose de doux, de mielleux. Une sorte de présence? Il ressentait un sentiment de perturbation depuis sa venue, forcée, au sein de l’équipe de Soledad. Il était évidemment perdu, elle avait eu raison lorsqu’elle avait émis cette hypothèse mais, trop fier, il n’avait pas voulu l’avouer à celle-ci, celle qui l’avait privé de sa liberté. Pourtant, elle n’était pas fondamentalement quelqu’un de mauvais et il reconnaissant volontiers, en son absence, qu’il s’agissait d’une personne bien intentionnée. Mais bien évidemment, machiste, il n’osait l’avouer à cette dernière. Sa relation avec les autres membres, quant à elle, se montrait bien plus tranchée et chaotique. Il ne supportait tout simplement d’avoir été mis à mal par plus faible que lui, tout bonnement. Tout cela me mettait hors de lui et le poussait à se battre contre Mars, le seul adversaire digne de ce nom dans cette équipe… Penser à tout cela le mettait encore plus en rogne. Il préféra donc plonger une bonne fois pour toutes dans les profondeurs aqueuses, voulant n’en ressortir que beaucoup plus tard. Il fallait qu’il se change les idées. Il se laissa guider par cette sensation perturbante, une aura. Il ferme les yeux et continua d’avancer dans les abysses, s’éloignant peu à peu de la côte. Libre, l’espace de quelques heures, tel était le contrat conclu avec Soledad. Il  n’avait qu’à continuer encore et encore sa progression ténébreuse. Impatient de découvrir qui se cachait derrière cette présence, voilà ce qu’il était.
L’archéologue, quant à elle, dormait toujours, le cœur léger au côté de son équipe. Elle ne se souciait pas du Léviator, se rappelant le marché conclut avec lui. Il savait qu’il devait revenir, sans quoi, il ne pourrait plus bénéficier des entraînements et des quelques avantages que la jeune femme lui offrait. Il en avait besoin.
Le voilà à remuer son corps serpentin à travers les roches et les algues, son cœur de pierre battant. Il était donc réellement capable de ressentir des sentiments ? Il était proche, il le ressentait toujours de plus en plus fort. Cette… attirance? Il accéléra. Il devint étrangement enragé, comme si le temps pressait. Il franchit un dernier obstacle à travers ces champs marins obscurcis par les ténèbres, puis la vit, là, devant lui. Elle semblait paisible, sans la moindre crainte malgré la présence du monstre sou marin. Sa rage se dissipa, il se contenta de la regarder durant de longues minutes. Elle dégageait quelque chose de puissant et de tendre à la fois. Il s’immobilisa, à quelques mètres de lui. Elle s’approcha lentement, confiante. Elle avait réussi à calmer la personnification de l’apocalypse par un simple regard. Cela paraissait impossible, inexplicable. Comme de l’amour? Ils commencèrent à parler en silence, communiquant par le simple biais des étincelles présentes dans leurs yeux. Impressionnant. Les deux Pokémon Eau décidèrent alors de partir, de remonter vers la terre ferme à la demande d’Arès. Il voulait à tout prix qu’elle le rejoigne au sein de cette tribu dépourvue de saveur à son goût. Il en avait besoin ; il avait besoin d’elle. Elle était son Aphrodite, sa belle. Alors ils se mirent en route, paisiblement. Elle accepta, désireuse de connaître autre chose, laisse de cette obscurité maladive. Elle voulait voir la lumière et rencontrer d’autres créatures. Elle déplaçait son corps jaunâtre, surmonté de nageoires bleu pâle à travers l’eau, suivant son nouveau partenaire. Ils franchirent la démarcation entre terre et monde sous-marin, puis respirent l’air supérieur, libres! Ils se rapprochèrent de la plage, provoquant le réveil de Soledad. Cette dernière accepta la présence de cette Barpau, baptisée sobrement Aphrodite, partenaire d’Arès.



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Revenir en haut Aller en bas
 
Beauté | Chapitre I (Séduction)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» La mode, la beauté à travers les âges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: Extérieur :: Plage-
Sauter vers: