Partagez | 
 

 Des vampires, des vampires partout... [Pv Aiden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lior Van Helsing
Chasseur de vampires !
avatar

Masculin Lion Chat
Messages : 56
Date de naissance : 07/08/1999
Date d'inscription : 06/08/2014
Âge réel : 18

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 3 900 $
MessageSujet: Des vampires, des vampires partout... [Pv Aiden]   Lun 25 Aoû - 17:16




«Des vampires, des vampires partout...»













- Descends d'mon rafiot, p'tit galopin !

Sur ces mots doux vomis de la bouche d'un vieillard pourrissant au soleil, je fus éjecté de l'embarcation et à quai. Après tout, c'était compréhensible: il venait de perdre sa maison au poker contre moi. Cet abruti avait fini par mettre en jeu ses enfants, en dernier recours. J'ai fait ce que l'humain normal et lambda aurait fait, je l'ai encouragé, c'est pas tout les jours qu'on a l'opportunité de gagner deux gosses aux cartes- je lui ai sorti un carré d'as et il n'a pas eu d'autre choix que de me virer d'un grand coup de pied au cul en espérant que j'efface son ardoise. Il en a du culot. La prochaine fois que je le vois, il a intérêt à me filer mes esclaves.
Le crachotement énervant du bateau s'éloigne. Assis sur la jetée, je suis bien. Évidemment, je me prends les coups de pieds indignés des passants que je gêne, mais c'est pas grave, la vue du ciel morne et grisâtre en vaut largement la peine. Une nuée de Passerouges passe. Le vent salé me caresse le visage avec autant de douceur qu'une pierre ponce en colère. Enfin, je me dis que peut-être, je ne suis pas venu ici pour me faire maltraiter par les autochtones et l'environnement. Je me lève donc, les parties métalliques de mon équipement cliquetant au long de mes mouvements. C'est la seule chose que je n'apprécie pas au sujet de mon armure, elle fait trop de bruit. N'importe quel vampire m'entendrait venir à des kilomètres. J'aurais dû poser la question à ma mère, quand j'en avais l'occasion. J'imagine qu'elle m'aurait répondu par quelque propriété invraisemblable et obscure au propos de nos ennemis aux longs crocs- parfois, j'ai l'impression qu'elle invente la moitié de ce qu'elle me raconte.

- Sonis ? Trelle ?

Sony me mordille l'épaule et s'accroche à mon protège-coude, en me regardant d'un air exaspéré. Je suis un peu étonné: généralement, elle ne sort qu'au crépuscule, ou la nuit, n'aimant pas la lumière du jour. Le long voyage en bateau a du sérieusement la stresser. Souvent, je m'en veux de la garder dans une pokéball, malgré le fait que ce soit ma mère qui l'aie capturée. Je lui ai posé la question; elle s'est contentée de chuinter dans mon oreille en se collant à moi. Il doit y avoir des pokémons, comme ça, qui ont besoin de compagnie humaine. Je la gratouille entre les deux oreilles- je crois que c'en sont ?- avant de remarquer que dans son infinie bonté, le conducteur avait balancé mon sac à ma suite, sans avoir pris la peine de le fermer bien sûr. Par conséquent, je me retrouvais à ramasser mes affaires- en prime, le quart d'entre elles étaient tombées à l'eau. L'opération achevée, je me redressais, un sac trempé des vêtements à l'intérieur à la main, un capstick en équilibre précaire à la ceinture, une Sonistrelle joviale au bras et un sourire benêt aux lèvres, prêt à affronter l'adversité de mon nouveau bahut.
Je crapahute jusqu'à l'entrée de la bâtisse, ployant un peu sous le poids de mon double fardeau, et je pousse la porte. Il fait plutôt clair à l'intérieur, et c'est une bonne chose. L'air est chargé du brouhaha provenant des pièces d'à côté, et l'accueil est sans cesse traversé par des élèves de tout âge vaquant à leurs diverses occupations. Je me traîne jusqu'au bureau, où une dame à l'air bienveillant me souhaite la bienvenue. Je lui indique mon nom, mon date de naissance. En quelques clics, elle accède à mon dossier. Je récolte une chambre au deuxième étage. Elle me conseille également de requérir l'aide d'un autre pensionnaire afin de me familiariser avec les lieux. Je lui souris et la quitte, ma tête farcie de ces informations bien utiles qu'elle venait de me fournir. Mon sac se vide de son humidité dans un coin. Je le monterait plus tard, personne ne voudra piquer un sac noir informe de toute façon. Accessoirement, je n'ai pas plus envie que ça de voir ma chambre. Les chambres scolaires m'ont toujours mis mal à l'aise- j'ai besoin de repères ou je suis facilement dépaysé. Sony grimpe le long de mon bras et se perche sur mon épaule. Elle doit avoir envie de se dégourdir un peu les ailes. Je ressors donc, et sans demander son reste, elle déguerpit à tire-d'aile. Je la regarde un moment, jusqu'à ce qu'elle disparaisse. La lumière du jour avait déjà un peu diminué, et c'était le moment qu'elle préférait pour faire sa balade quotidienne. En temps normal, je serais parti, mais là, je suis inquiet qu'elle ne me retrouve pas. Alors je m'écroule dans l'herbe, à côté de la route, les yeux vers le ciel, cherchant en moi la motivation pour la poursuite de mes études.

©Esquisse

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lior Van Helsing
Chasseur de vampires !
avatar

Masculin Lion Chat
Messages : 56
Date de naissance : 07/08/1999
Date d'inscription : 06/08/2014
Âge réel : 18

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 3 900 $
MessageSujet: Re: Des vampires, des vampires partout... [Pv Aiden]   Sam 4 Oct - 14:46




«Des vampires, des vampires partout...»













Bon. J'avais passé les trois dernières années à ne strictement rien faire de ma pauvre vie sans intérêt. Me la couler douce me suffisait amplement. En revanche, ça ne suffisait à personne d'autre, ah ça non. Des remontrances, j'en avais essuyées beaucoup. Toutefois, cela n'avait pas suffit à faire naître en moi la lueur de l'ambition, à la déception de mon entourage immédiat. Pauvre d'eux, fréquenter une telle loque sans motivation, ce n'est pas excessivement flatteur. Une loque qui fume, boit, et traficote, en plus. Le pire, à la limite, c'est que je me rends bien compte que je suis un échec, un rebut de la société, qui n'aspire à rien, sauf de vivre aux dépends des autres. Et, par extension, que ça ne fait ni chaud ni froid. Chacun vit comme il veut, à ce qu'on dit. Hypocritement, en se faisant la réflexion que les plus démunis valent si peu, tout en se donnant une excuse pour les critiquer ensuite. Le monde est bien assez froid comme ça, plein de vampires, pourquoi en rajouter.
J'hume l'odeur fraîche de l'herbe rabougrie dans laquelle je suis étendu, bras en croix. Elle se marie bien avec la brise qui descend du ciel gris hivernal. Les yeux fermés, j'élabore sans soin le plan de mes prochaines actions. Prendre possession de mes quartiers, investiguer les alentours. Guetter le retour de mon pokémon, puis finalement, quand tout cela sera fini, tenter de trouver l'endroit le plus stratégique de Gakuen : la cafétéria. Manger, c'est de loin le plus important. N'importe quand, n'importe comment.
Satisfait de mes préparations, je bascule la tête lentement et regarde derrière moi. Les passants, tête en bas, me regardent d'un air interrogateur. Un petit sourire suffit à les faire déguerpir, traumatisés à vie. Malgré le temps, je n'ai pas froid. Mes atours sont prévus pour des conditions extrêmes, même si je doute qu'ils aient jamais été testés. Tous se pressent comme si ils étaient persuadés qu'il allait se mettre à pleuvoir, incessamment sous peu. Les nuages sont certes sombres, mais je ne pense pas que le ciel tombe de si tôt. Alors je dévisage les gens, dont certains, je le devine, sont de nouveaux arrivants comme moi. Qui sait ? Si je les observe avec des yeux assez effrayants, viendront-ils peut-être vers moi.
En voilà un justement. Ce sont ses pieds que je vois en premier. Court sur pattes, haut comme trois pommes. Emmitouflé dans un vaste manteau, et dans une épaisse écharpe qui protégeait son cou et le bas de sa tête du léger froid. Un peu surpris, je continuais à le regarder. Le brouillard humide m'empêchait de distinguer clairement ses traits, mais je fus étonné que Gakuen accepte des élèves si jeunes. Dix ans, à peu près, ce garçon ? Enfin, il s'arrête, et sur ce, je pris un coup au cœur. Pupilles rouge, rouge écarlate ! Cheveux blancs comme la neige, peau pâle, presque translucide ! L'information ne met pas longtemps à me traverser tout entier et d'une roulade rapide, je me redresse, mâchoire serrée. Un vampire, ici. Et ce n'est que mon premier jour, en plus ! J'hésite entre penser que c'est de la chance ou un terrible présage. Enfin, il est petit. Sûrement un enfant envoyé pour coloniser l'île. En faire une tête de pont pour coloniser le monde ! Je le détaille, les yeux plissés. A la main, une bouteille contenant un liquide rouge, pareil à ses yeux. Plus de doute possible. C'est un des leurs.
Je dégaine mon arbalète, et d'un geste mécanique, répété mille fois, j'y encoche un carreau. Sans réflexion aucune, le projectile part, vole, et se plante dans la bouteille, qui l'arrête. Je fais la moue ; un peu plus de force aurait été nécessaire pour lui percer la main et faire d'une pierre deux coups. Profitant de sa surprise, je m'exclame :

- Que venez vous faire ici, vermine ?!

©Esquisse

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Des vampires, des vampires partout... [Pv Aiden]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bubba Nosferatu: Curse of the She-Vampires
» Galerie de Gouniaf
» Générateurs de pseudo: vampires, elfiques, etc...
» Les films de Vampires d'hier à aujourd'hui
» [De la Cruz, Melissa] Les Vampires de Manhattan - Tome 1: Les vampires de Manhattan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: L'Académie :: Hall d'Entrée-
Sauter vers: