Partagez | 
 

 La lettre (Partie 1) [Solo ou libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lightning Aki
♤ As de Pique ♤
avatar

Féminin Verseau Tigre
Messages : 820
Date de naissance : 06/02/1998
Date d'inscription : 04/07/2014
Âge réel : 19

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 1 070 $
MessageSujet: La lettre (Partie 1) [Solo ou libre]   Sam 6 Sep - 23:53








Enfance et ADN



Je revenais de mon entrainement matinal et me rendis à la douche. J'avais hate de me débarrasser de la terre que j'avais sur moi. Je laissais mes vetements trainer sur le sol de la salle de bain et me glisse dans la douche, sous l'eau chaude que je laisse couler sur moi. Je regarde ma vieille blessure aux cotes : ce n'est plus qu'une cicatrice miséreuse. Tant mieux !
Je sors de la douche et attrape mes affaires dans l'armoire. Je commence à avoir du mal à mettre mes jean slim : ils passent mal à cause des muscles développés sur mes molets.. Faudra faire les boutiques. J'enfile donc un pantalon simple et un débardeur noirs tous deux. Je passe un coup de bombe a teinture noire sur mes pointes de cheveux et j'enfile mon manteau et ma casquette. Je remarque qu'Hikari ainsi que son bracelet de métamorphose ne sont plus là. Je n'aime pas qu'elle use de ce bracelet mais je ne vais pas l'enchainer. J'attache mes cheveux en queue de cheval et m'allonge sur mon lit pour relire mes cours d'histoire pokémonesque.

J'entends soudain un cri que je reconnais : Grobec, qui m'amène un colis de mon père. Enfin.. juste une lettre pour cette fois. Surprise, je remercie Grobec et prends la lettre. Je m'assois à mon lit en ouvrant l'enveloppe. Tris, perché a ma fenêtre, me regarde et Excalibur et Quatre viennent, me signifiant qu'il est l'heure de manger. Je soupire en souriant et récupère mes pokéballs et descend à table. Ne repérant ni Yuki ni Miru, je mange seule puis je sort faire galoper Ruby. Enfin du soleil et du chaud ! Sauf...

.. que je rentre et il est déjà 19h. Alors bon, l'équitation, ça creuse. Ruby a droit a une double ration et moi aussi ! Puis je remonte a ma chambre et m'allonge sur mon lit. Je retrouve cette lettre de mon père... Autant la lire. Je sort le papier noir d'encre et d'écriture puis je lis, ou plutot décrypte :

"Ma chère fille, Lightning,
Il est temps que tu connaisse ton identité réelle, que tu saches qui est, était plûtot ta mère, et ton père. Je ne suis que ton père adoptif. Ta véritable mère se nommait
Akane Atright et ton père Steven Atright. Sache un détail ma fille, il étaient tous deux des membres de la team Rocket. Ton père était un tyran sur Hoenn, rêvant du luxe, du rare et de la richesse. Il aimait ta mère, elle me l'a dit, mais il restait brutal. Puis tu es née. Tes parents ont finalement décidé de t'appeler Eponine Atright. Mais ton père voulait faire de toi un monstre de guerre, une tueuse en série, une meurtrière... Alors ta mère t'as prise et a fuit à travers Hoenn.. Puis elle m'a rencontré et ce fut le coup de foudre. Mais ton père avait décidé de punir cette déserteuse ainsi que toi, sa fille. Alors ta mère m'a confié a toi, et tu as été renommée Lighting Aki pour te cacher. Puis Akane est partie mais je sais qu'elle et ton père sont morts...
Je t'envoie cette lettre car c'est possible que les Rockets veulent me tuer. Lightning, je sais des choses sur eux depuis longtemps à cause de ta mère. Dans cette enveloppe, Ponine, se cache ton ADN a travers ces lignes, mais aussi de quoi te faire comprendre que tu t'en prends au tiens...

Ton père qui t'aime
Eric Aki"


Mon père... ma mère... c'étaient.. des Rocket ?! J'en suis une dans le sang ! Toute ma vie n'est qu'un mensonge ! Mon nom est un mensonge ! Je me lève et sort en pleurant, sans prendre le temps de remettre mon manteau. J'ai mes pokéballs vides à ma ceinture, et je cours. Je sors de l'académie en bousculant plusieurs élèves, les larmes de colère sur mes joues. Je cours jusqu'a Edenia (ouais j'ai du souffle) et ne m'arrete que dans une ruelles silencieuse. Je reprends mon souffle et mon calme, analysant ce que j'ai lu... quand un bruit survint derrière moi. Je n'ai pas mon pistolet il est à ma chambre et a ce moment, je me maudit.. Deux types en uniforme des Rockets s'avancent vers moi en se marrant ; je suis leur proie et surtout, je suis sans défense.

"Regarde c'qu'on a la Chris ! Un joli petit corps de jeune femme"

Ils rient tous les deux et je me place face à eux, sortant ma dague de ma botte et essuyant mes larmes. Mais ils sont rapides et le dénommé Chris me désarme rapidement. Je ne suis pas concentrée et me voici plaquée contre un des murs de la ruelle. Je tente de frapper mais le malfrat attrape mes deux poignets et les maintiens au dessus de moi, se plaquant presque contre moi pour m'immobiliser. Son pote rit et moi, je suis coincée.

"ca t'embête si on joue avec toi un instant la belle ?"

Je le fusille du regard et quand il effleure ma joue, je le mord fort, au point de sentir le gout de son sang. Il me force à lacher et me frappe. Un léger cri m'échappe et la tete me tourne sur le choc. Il me dit de rester calme et que tout ira bien pour moi. Mais je ne suis pas une proie ! Ca c'est non !
Je sens alors son souffle dans mon cou et je tente de me défaire mes mains, mais c'est impossible vu qu'il a bien plus de force. Je suis a la mercie de ces deux types.. oh pitié Tris.. Trouve moi !
Ces mecs me répugne tous les deux et des larmes coulent le long de mes joues tandis que "Chris" embrasse mon cou et le haut de ma poitrine. Cette fois, c'est la fin... Quand un bruit brise le silence de la ruelle !
Info:
 


© Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Lightning Aki le Sam 28 Fév - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gakupkmn.forumactif.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La lettre (Partie 1) [Solo ou libre]   Dim 7 Sep - 22:34








Décision du cœur.



Les ruelles d'Edenia... Un endroit malfamé, crasseux et véritable repère de la racaille. Les gens honnêtes ont depuis longtemps quitter ces lieux, délaissant les lieux où prolifèrent industrie du sexe, le marché de la drogue, le recèle de Pokémon et le crime organisé. Un lieu parfait pour un membre de la Team Rocket qui cherche endroit où se sentir comme à la maison... Enfin, très peu pour moi. Je n'ai après tout jamais eu de véritables endroits où je puis me sentir chez moi depuis bien longtemps, ma maison d'enfance étant devenu un véritable enfer. Ces rues ne sont pour moi qu'un vil repère qui cache les pires malfrats de l'île, est n'a absolument rien d'attrayant pour moi. Cependant, il y a des fois où je dois m'y rendre, "pour le travail"... Comme si le fait de devoir réaliser des missions 24 h sur 24 h n'étais déjà pas suffisamment fatiguant, je dois me taper la pègre de temps en temps et arpenter les sombre ruelle des sales quartiers.

Heureusement, je suis plutôt connu dans le secteur. Chaque membre de la Team Rocket et connu et craint, et cela nous épargne bien des soucies. Nous faisons la loi, nous contrôlons tous les trafics, et les petites frappes de quartier n'osent jamais nous emmerder... et c'est très bien comme ça. Cependant, c'est des fois pénible d'être mis dans le même sac. Je n'ai rien a voir avec la plupart des membres de la Team Rocket. Moi, je suis le fruit d'un entrainement et d'une formation qui fait de moi un membre parfait, pas juste un criminel de bas étage qui pense trouver dans la Team Rocket une bonne source de revenu et de loisir. Si je devais être le boss d'une Team, je ferais en sorte de ne recruter que l'élite.

Aujourd'hui, je suis dans ces rues, parmi les tessons de bouteilles éclatés un peu partout, les poubelles remplies à ras bord, les seringues cachées dans quelque recoin... Un endroit charmant, vraiment. Je porte à ma main gauche un sachet remplis de provision. S'il y avait bien un avantage avec ces lieux de trafic, c'était que le marché noir était bien remplit, et avec les avantages des membres de la TR, je pouvais faire mes courses sans trop claquer d'argent. C'est bien la seule raison qui me pousse parfois à venir ici de mon propre chef. Mes achats, des protéines principalement, sur le marché, elles sont chers, mais quand on sait où aller, on peut les trouver pour trois fois rien. Le quartier était étrangement calme, même si la journée peu d'activité avait lieu, il avait toujours des gens louche qui se baladaient dans les rues normalement, mais aujourd'hui tout était désert. Calme. Tant mieux, je n'aimais pas avoir à passer à côté de groupe de squatteur avec leur Baggiguane habituel. La journée s'annonçait être paisible...

Je m'arrête net. Dans le détour d'une ruelle je suis témoin d'un spectacle auquel je ne m'attendais pas. Une jeune fille se faisait agresser sexuellement par deux personnes aux costumes peu discrets. Des membres de la Team Rocket. Rien que je puisse faire, n'est-ce pas ? Je ne devrais pas m'en mêler... J'ai déjà causé la mort de deux autres membres, ce ne sont pas mes affaires. Mais alors que je décide de partir en les ignorants, quelque chose d'encore plus perturbant attire mon regard. La jeune fille... Je la reconnais c'est... Light. Lightning Aki en personne, victime d'agression sexuelle sous mes yeux. Je m'en retrouve pétrifié. Ce n'est même plus un acte anodin entre des personnes qui me sont inconnus, mais la victime est bien une personne que je connais, à qui j'ai eu à faire plusieurs fois auparavant !

Cependant, je me contente de regarder, ne sachant que faire. Pourquoi mon coeur bas aussi vite ? Pourquoi je sens un sentiment de rage m'envahir ? Je n'ai pas envie de m'en mêler, je veux partir, m'en aller et les laisser assouvir leurs pulsions sans aucun regret, mais alors que j'ordonne à mon corps de s'en aller, mon coeur hurle à celui-ci de se jeter au secours de Light. Elle est à terre, elle s'est fait frapper par le Rocket, il lui monte dessus, lui embrasse le cou... Ma poigne sert la poignée de mon sac de plus en plus fort, et des gouttes de transpiration commence à perler sur mon front. Suis-je capable d'assister à cette scène en silence ? Pourquoi devrais-je risquer ma vie pour elle ? Pourquoi est-ce que mes émotions sont dans un stade aussi chaotique en ce moment ?!


...

Je ne peux pas la laisser comme ça. Je ne vais pas la laisser souffrir. C'est hors de question, pas comme ça. Cette idiote c'est toujours embarquée dans des situations pas possible, elle a toujours eu des emmerdes et, bizarrement, nos routes se sont toujours croisées. Pourquoi je dois toujours être là dans ses pires moment ? Est-ce... que nos destins seraient liés ? Quoi qui l'en soit, je ne suis pas... Non ! Je ne suis pas le genre de personne à regarder une femme se faire violer sans régir. Je ne suis pas un homme bon, je suis un criminel cruel, sans émotions et sans visage. Mais... Mais mon corps et mon coeur m'ordonne de réagir. Je ne vais pas rester ici les bras croisés alors que... je suis peut-être son seul espoir.

Je ramasse une bouteille de verre vide qui traînait par là, puis la brise contre un mur, la tenant par le goulot. Faisant de ce récipient une arme tranchante et mortel je m'approche des deux Rockets qui s'étaient tourné vers moi.

- Lâche là.

Simple, froid et audible. Dans ma voix raisonne la colère, une colère que je ne peux plus dissimuler. Les Rockets ne sont finalement que des monstres sans le moindre honneur, la moindre ligne de conduite, sans la moindre fierté. Ils sont faibles. Ils sont tous faibles, et je suis supérieur à eux. Et... Les forts bouffent les faibles. Sur ce grand champ de bataille qu'est la vie, seul les fort doivent pouvoir vivre... Les... Les faibles doivent mourir. Ils ne méritent pas de vivre. Je sens une vague de chaleur parcourir mon corps, mes pensées deviennent de plus en plus confuse, mes sens se brouillent et le monde autour de moi disparaît. Il ne reste plus que moi, et deux cibles. De proie, que le corbeau va devoir abattre. L'un des Rocket relève Light par les cheveux, l'autre s'avance vers moi, l'air confiant.

- Hé gamin, tu m'expliques ce que tu fais ici ?... Attend voir... T'es un collègue non ? Qu'est-ce que tu nous veux ?! Casse-toi, on est en mission.

Ma respiration s'accélèrent, mon poux s'emballe. Tous mes sens sont maintenant en alertes, et mes instincts se sont réveillés. Je lâche mon sachet, qui tombe à terre en répandent son contenu au sol, tandis que les Rocket me dévisage. Soudain, c'est le calme, le vide. Comme si j'avais réussi à faire la paix avec mon corps, comme si tous mes sentiments avaient trouvé leur place, mes questions leur réponse, ma vie... son objectif. Je relève les yeux et fixe les deux Rockets. Je suis déterminé maintenant, plus rien ne va m'arrêter.

- Très bien.

Mon pied griffe littéralement le sol et mon corps s'élance avec l'agilité d'un Feunard, et la rage d'un Rhinocéros. Cependant mon visage est calme, concentrée, méthodique. Mes mouvements son précis, millimétré et mortel, approchant le premier Rocket, encore sous le choc de ma lancée totalement inattendu il positionne ses bras devant son visage, espérant paré le coup qu'il va recevoir. Seulement, cela ne le sauvera pas. Passant légèrement sur sa gauche, je donne en premier lieu un puissant coup d'épaule dans son aine. Celui-ci, prit de douleur atroce baisse sa garde. J'enchaîne rapidement mais surement par un coup de bouteille tranchante sur la carotide de son cou. Une giclée de sang tâche les murs alentours, tandis que le Rocket s'effondre, la main sur son cou sanglant.

- Bordel ! Enfoirée !

L'autre Rocket balance Light sur le côté et dégaine un pistolet. Il y a bien une distance de trois mètres entre lui et moi. Pas suffisamment pour lui laisser le temps de viser, mais suffisamment pour lui laisser le temps de tirer. Seulement, je ne dois pas hésiter, ni même échouer. Je suis le plus fort, est ce ne sont que des insectes. Les proie meurt. Chargeant mon second adversaire, je sens une vive douleur parcourir mon épaule, suivit d'un son semblable à celui d'une arme à feu. Cette enflure avait réussi à me toucher. Mais pas à la bonne épaule. Lui enfonçant profondément mon poing dans le ventre, je le désarme lui tordant le poignet jusqu'à ce que ses ligaments cède. Un par un. Hurlant de douleur, les joues couvertes de larmes, je vois mon adversaire tombé à genoux. Ma suppliant de l'épargner. Je le regarde avec mon fidèle et familier regard froid, sans vie et sans âme. Le regard du parfait tueur, sans regret ni remords.

- Les faibles meurent. Seul les forts vivent.

Je lève ma main tenant fermement la bouteille de vin devenu un instrument de mort. Je vais le tuer, et lui faire regretter sa piètre existence. Une mort plus ou moins lente sied les gens de son espèce et c'est avec plaisir que je vais lui offrir. Pour venger Light.


© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Lightning Aki
♤ As de Pique ♤
avatar

Féminin Verseau Tigre
Messages : 820
Date de naissance : 06/02/1998
Date d'inscription : 04/07/2014
Âge réel : 19

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 1 070 $
MessageSujet: Re: La lettre (Partie 1) [Solo ou libre]   Dim 7 Sep - 23:32








Désarmée



Je suis a la merci de ces types et plus particulièrement de celui contre moi. Je serre la lettre de mon père dans ma main quand je reconnais le bruit qui a distrait les Rockets : un verre qui casse. Je tourne la tête vers la source du bruit et a ma surprise, c'est Raven, une bouteille cassée a la main.

- Lâche là.

Je le regarde, surprise tandis que les deux Rockets lui font face, "Chris" me tenant par les cheveux. Heureusement, je réussis a me stabiliser sur mes pieds, même si la tête me tourne.

- Hé gamin, tu m'expliques ce que tu fais ici ?... Attend voir... T'es un collègue non ? Qu'est-ce que tu nous veux ?! Casse-toi, on est en mission.

Raven baisse les yeux un instant puis les relève et charge. Je n'ai pas le temps de bien voir mais je sais que j'ai bougé pour voir Raven trancher la gorge de son adversaire ; mon détenteur me donne un coup dans le ventre puis me balance au sol que je heurte en me tenant le ventre. Je roule légèrement sur le côté et je vois mon agresseur sortir une arme et tirer. Raven est légèrement touché mais attaque quand même : il désarme mon adversaire qui tombe a genoux. Raven sort sa phrase habituelle, celle que je connais par cœur. Il va tuer cet homme, mon agresseur mais je dois l'en empêcher... Quoi que. Je tente de me redresser sur le coude mais la douleur au ventre me tenaille. Raven abat son arme et tue le Rocket qui s'effondre. Je sens sur moi le regard froid de ce garçon qui, tout en m'énervant, m'attire comme un aimant. Je me redresse en toussant légèrement à cause du coup et je tente de me lever. J'en suis capable, je le sais. Je serre toujours la lettre dans ma main et je m'appuie dos au mur pour tenir debout et reprendre mon souffle. Raven est énervé, ou plutôt, il a besoin d'être calmé suite a autant d'adrénaline. Je le regarde et croise son regard tandis qu'un frisson longe mon dos. Je souffle un petit merci en serrant d'avantage la lettre dans ma main. Ce papier représente son poids et j'ai envie de tout lui dire... Alors, sans trop savoir pourquoi, je fond en larmes et vais me blottir contre lui. Un élan comme ça que je ne crois pas vraiment avoir contrôler. Entre deux sanglots, je lui demande s'il veut bien qu'on retourne ensemble a l'académie. Franchement, je me vois mal faire le retour seule...



© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gakupkmn.forumactif.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La lettre (Partie 1) [Solo ou libre]   Lun 8 Sep - 17:40








La chaleur d'un corps.



Malgré tous les supplices du Rocket, malgré tous ses sanglots et ses promesses de rédemption, mon coeur était intouchable, mes sentiments écarté et enfouie. J'étais devenu un prédateur implacable et sans pitié, et, la main tenant fermement la bouteille, j'exécutais d'un coup tranchant le Rocket. Son corps tomba à terre, un halo de sang se répandit autour de son cadavre tandis que je le regardais, sans émotions, sans aucune réaction où signe de remords. Il était faible, je ne vais pas le pleurer, je n'ai fait que rendre justice à ce monde. Mon regard navigue dans la rue, et fini par se poser sur une petite créature tremblante. Ah oui... Light était là, je l'avais presque oublié, et je la regardais comme si sa présence était inattendue. Ma colère et mes sens avaient tellement été en surchauffe que j'en avais presque oublié pourquoi moi-même j'étais là, et pourquoi j'avais promptement exécuté deux autres de mes collègues. Ma mémoire est flou, mes souvenirs sont incertains...

Soudain, une douce chaleur vient se coller contre mon corps, une petite personne, en larme, venait de se blottir contre moi. Une chaleur que j'avais depuis longtemps oublié, celle d'un corps humain. Je me rappelais maintenant les raisons de ma présence et de mes actes. J'étais là pour elle, pour la sauver de ses ravisseurs. Bien que je l'ai croisé par hasard, bien que j'ai hésité à la sauver... J'ai fini par tuer deux hommes. Elle était maintenant contre moi, si fragile, si petite. Elle n'avait jamais paru aussi faible à mes yeux, autant en désarroi. Je ne savais pas trop comment réagir, alors je fis ce qui me semblait le plus juste. Je la prit dans mes bras, et la serra fort contre ma poitrine. Nous sommes restés comme cela une bonne minute, sans dire un mot, juste l'un contre l'autre. Je sentais mon coeur battre la chamade. La chaleur humaine... est tellement agréable. Depuis combien de temps je n'ai pas sentis le corps d'un autre être humain ? Je pense que cela remonte à mon enfance... et à ma mère. Voir... avec Emilia...

Puis, après un long silence, je me détachais d'elle et la regarda encore quelques secondes. Ses yeux étaient humides, ses joues couverte de larmes. Je remarquais aussi qu'elle serrait dans sa main un petit papier. Surement quelque chose d'important, suffisamment important pour qu'elle s'aventure dans les quartiers malfamé d'Edenia. Mais je décidais de ne rien dire, de ne rien lui demander. Ce n'était pas mes affaires et... Je pense qu'elle avait ses raisons. Je ne l'avais jamais vu dans cet état, et c'était perturbant, je... ne savais plus vraiment que penser. Alors, détournant légèrement le regard, je lui chuchotais.

- Je te ramène à l'académie...

Je ne savais pas vraiment quoi dire de plus, alors je décidais de la raccompagner à l'académie saint et sauf. Et puis, malgré mon aisance, j'étais peut-être aussi, si ce n'est plus, fatigué qu'elle... Les émotions ressenties, mon combat et ma blessure en était surement les facteurs. Ramassant mon sachet que j'avais fait tomber un peu plus tôt, je mis une main derrière le dos de Light, et prit la direction de l'académie, laissant sur mon chemin... deux cadavres de plus.


© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Lightning Aki
♤ As de Pique ♤
avatar

Féminin Verseau Tigre
Messages : 820
Date de naissance : 06/02/1998
Date d'inscription : 04/07/2014
Âge réel : 19

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 1 070 $
MessageSujet: Re: La lettre (Partie 1) [Solo ou libre]   Lun 8 Sep - 18:27








Sentiments



Raven passe ses bras autour de moi et me serre contre lui. Je n'ai plus envie de bouger, je veux rester là, avec lui. Je ne sais combien de temps s'est écouler mais il m'écarte doucement de lui et d'instinct, je baisse la tête, fixant mes pieds. Il me regarde puis tourne un peu la tête :

- Je te ramène à l'académie...

Je hoche un peu la tête. Il ramasse un sac qu'il tenait, passe une main dans mon dos et nous rentrons à l'académie, sans un mot. Le trajet se fait en silence, sans un mot. Puis nous arrivons dans le hall désert. Saigai est avec Ruby et Excalibur devant l'académie. Tris se pose et fait descendre Quatre de son dos. Del arrive et me repère et mes pokémons se ruent vers nous. Saigai regarde Raven d'un air menaçant mais ne fait rien de plus. Devant le hall désert, je m'accroupis au niveau de mes pokémons et caresse Saigai et Tris puis je les serre contre moi. Avec eux, je n'aurais eu aucun problème. Je reste un instant à genoux avec mes amis, ma famille, ma vraie famille puis je me relève et leurs demande de monter. Saigai regarde Raven puis suit ses camarades. Je me tourne vers Raven, sans trop oser le regarder dans les yeux. Je croise mes bras, un peu comme si j'avais froid avec de lui dire de la voix la plus calme possible en essuyant les traces de larmes :

"Je... je voulais te remercier encore pour... de.. de m'avoir sauvé... et je..."

Je ne trouvais rien à lui dire et je lève les yeux vers lui. Je n'ai pas envie de le quitter, j'ai envie de rester avec lui, d'être faible pour qu'il puisse me proteger. Alors, encore une fois, je laisse mon esprit de coté sans trop le vouloir et c'est mon corps seul qui dirige. Je m'avance vers lui et, me mettant un peu sur la pointe des pieds, je l'embrasse. Pas longtemps, deux secondes, pas plus. Juste le temps qu'il réalise, mais pas assez pour qu'il me repousse. Pourquoi je l'ai fait ? J'en sais rien, mais je sais que ce garçon a beaucoup de valeur pour moi.
Je recule d'un pas en détournant un peu le regard. Je sais très bien que je rougis et qu'un tout petit sourire est visible sur ma bouche. Quelques secondes passent, le hall est désert. Je regarde son épaule blessée puis je lui dis d'une voix douce :

"Tu devrais venir avec moi pour que je soigne ta blessure.. c'est le moins que je puisse faire pour toi.. Et si tu ne la soigne pas, ça pourrait s’aggraver"


© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gakupkmn.forumactif.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La lettre (Partie 1) [Solo ou libre]   Jeu 11 Sep - 17:58








Ma décision.



La montée fut lourde est silencieuse. Nous avions quitté la ville sans nous dire un mot, avançant lentement, la tête baissée. Les événements nous avaient à tous les deux rendu muets, et elle était probablement toujours sous le choc, et je n'étais pas non plus indifférent à tout ce qui venait de se passer. Je ne le sais pourquoi, mais ces événements venaient de nous rapprocher, de détruire un des nombreux murs qui nous séparaient l'un de l'autre. J'avais changé, jamais auparavant je ne l'aurais aidé, jamais auparavant je n'aurais tué des hommes sous le coup de l'émotion. Mais je n'étais pas le seul à avoir changé... Elle avait aussi changé, elle avait fait beaucoup de bêtises et avait risqué sa vie à de nombreuse reprise, comme au repaire. Nous n'étions finalement, malgré notre âge, que des enfants qui ne savent encore rien d'eux-mêmes, car aujourd'hui encore nous avons appris une nouvelle chose sur notre propre personne.

Nous arrivons finalement dans le hall étrangement vide de l'académie. C'était presque ironique de voir cette grande pièce généralement pleine de vie et d'activité, déserte et triste à notre arrivée. Comme si l'école elle-même était en deuil, les nuages pleurant leur tristesse, le vent chantant à travers les arbres un sombre requiem. Une fois à l'intérieur, Ligth ordonne à ses pokémon de rejoindre le dortoir. Je me retrouve alors seul, devant elle, sans savoir ce que je devrais dire, sans savoir ce que je devrais faire. Je laisse place au silence, et la regarde indifféremment, comme à l'habitude. C'est donc Light qui fait le premier pas.

- Je... je voulais te remercier encore pour... de.. de m'avoir sauvé... et je...

Elle ne semblait finalement pas trouver ses mots non plus, et se contente de fixer ses yeux bleux dans les miens. Je ne sais pas quoi penser, ses yeux que j'ai vu des dizaines de fois, me semble aujourd'hui tout nouveau, montrant une expression que je n'avais encore jamais vu. Une expression inconnue, mais pas hostile. Alors, elle s'avance soudainement, et pose ses lèvres sur les miennes. Pas longtemps, juste quelques secondes.. Quant à moi, je suis paralysé, et je me laisse faire, ne trouvant ni la force, ni... l'envie de la repousser. Je ressens alors une chaleur à l'intérieur de mon corps, une chaleur et une douleur vive. je rougis fortement, mais je ne la quitte pas des yeux, comme si je cherchais une réponse à une question que moi-même je ne connaissais pas, mais que mon coeur ne cesse de se poser. C'était bien trop d'émotion pour un seul jour, et même moi était à bout, assaillit d'une grande fatigue. Où peut-être était-ce ma blessure qui m'affaiblissait ?

- Tu devrais venir avec moi pour que je soigne ta blessure.. c'est le moins que je puisse faire pour toi.. Et si tu ne la soigne pas, ça pourrait s'aggraver

Je regarde toujours intensément Light. Maintenant, elle s'inquiète pour moi ? Pour cette égratignure ? Mais qu'est-e que je suis pour elle ? Son sauveur ? Son héros ? Voir peut-être plus... Je ne suis pas ce genre de personne, elle se trompe sur mon compte. Je l'ai peut-être sauvé aujourd'hui, mais si demain on m'ordonne de la tuer, je serais capable de le faire. Je ferme alors les yeux, et cherche une réponse, une solution. Celle-ci m'apparaît soudainement claire. Nous appartenons à deux mondes différents, nous sommes différents et séparé par un gouffre infranchissable... Un gouffre où elle risque de perdre la vie à essayer de le franchir. Je rouvre les yeux, et la regarde directement et... froidement.

- Il faut qu'on arrête de se voir.

Code Geass R2 - Rolo's Theme instrumental by Hitomi Kuroishi on Grooveshark

C'est vrai, depuis que l'on sait rencontrer, nos destins n'ont pas arrêté de s'entremêler, et finalement; de nous détruire à petit feu. Elle a faillit mourir à plusieurs reprise, et à chaque fois, c'est à un événement lié à notre rencontre, à moi. Je ne veux pas la revoir, je ne veux pas changer. Et je ne veux qu'elle risque sa vie une nouvelle fois car elle pense pouvoir s'en sortir à chaque fois. Que ce serait-il passé si je n'étais pas dans le coin à ce moment-là ?... Peut-être que j'aurais dû la tuer dès le premier jour sur ce terrain vague... Maintenant, il est trop tard pour revenir en arrière, et je vais devoir faire avec...

- Je ne veux plus que tu te mêles des affaires de la Team Rocket, des affaires qui ne te regardent pas. Contente-toi de vivre en paix, loin de tous ces problèmes. Tu n'es pas fait pour ça et sache que... Je ne serai pas toujours là.

Je finis par me retourner, les mains dans les poches et à me diriger vers le dortoir, d'un pas lourd, mais résolut. Je fais comme ça cinq ou six pas avant de m'arrêter, mais sans me retourner. C'est un adieu.

- Oh... Et je vais bien, ma blessure n'est pas si grave. Merci.

Je reprends ma marche vers le couloir qui mène au dortoir sans jeter un regard en arrière. Tout ce qui est derrière moi est déjà du passé, et je ne compte pas revenir sur mes choix. Elle et moi, nous n'aurions jamais dû nous rencontrer.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Lightning Aki
♤ As de Pique ♤
avatar

Féminin Verseau Tigre
Messages : 820
Date de naissance : 06/02/1998
Date d'inscription : 04/07/2014
Âge réel : 19

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 1 070 $
MessageSujet: Re: La lettre (Partie 1) [Solo ou libre]   Sam 13 Sep - 0:02








Eponine Atright



Je le regarde fermer les yeux et les rouvrir et a ce moment, j'ai l'impression de me prendre un coup de couteau le long de la colonne vertébrale. Un frisson aussi froid que son regard me traverse.

- Il faut qu'on arrête de se voir.

Pardon ?! Vous voyez, un ordinateur qui plante, bah la j'ai eu pareil. Un bug. Je l'ai regardé sans comprendre. Je cherche une raison et une violente migraine s'empare de moi. Je serre la lettre dans ma main et l'écoute :

- Je ne veux plus que tu te mêles des affaires de la Team Rocket, des affaires qui ne te regardent pas. Contente-toi de vivre en paix, loin de tous ces problèmes. Tu n'es pas fait pour ça et sache que... Je ne serai pas toujours là.

Il commence a partir et je ne bouge pas. J'ai envie de lui donner cette fichue lettre, cette lettre qui avoue que la Team Rocket me cherche. Moi la fille d'Akane et de Sven, la fille de la fugitive. Le nom d'Eponine Atright ne doit pas être inconnu chez les Rockets...
Raven parle mais je ne l'entends pas, je refuse de l'entendre. Ma migraine s'amplifie et, une fois seule, je marche. Je fais les 100 pas puis je me sens observée. Je m'arrête et me tourne vers l'escalier.

"Touraptor.. Etour" (Viens Lightning, ça ne sert a rien de rester ici. Tu pourras toujours compter sur moi)

Je le regarde mon meilleur ami, Tris, mon frère. Je l'ai vu naître et j'en ai fait un guerrier. Je souris légèrement et l'espace d'un instant, je suis l'enfant recevant son starter. Je rejoint Tris qui se frotte contre moi puis nous montons a la chambre. Je rentre et sans rien d'autre, je vais m'allonger et je tente de dormir, tandis que des larmes coulent sur mes joues. Héka, ma jeune femelle, vient se blottir contre moi au même titre que Saigai. Une fois mon souffle ralenti, je réussit a m'endormir, mais je me retrouve dans les couloirs du repère des rockets.

Le lendemain, je me réveille simplement le lendemain, fatiguée, vidée. Je ne me lève pas, je reste dans mon lit a réfléchir. Puéril non ? Je me lève et vais a mon bureau. J'écris deux lettres, une a mon père, venimeuse, lui demandant tout ce qu'il sait sur mes parents. Une autre, a Raven, lui expliquant la situation. Je reste formelle.

"Raven,
Avec ce courrier, tu trouveras une lettre. Elle t'expliquera un détail capital sur moi. Je l'ai découvert il y a peu, hier pour être exacte. Je me suis retrouvée embarquée dans cette agression par hasard.. Et je te remercie de m'avoir sauvée encore. Ma véritable identité, tu dois la connaître mieux que moi : Eponine Atright. La fille d'une Rocket qui a déserté... Cependant, je reste ce que je suis : Lightning Aki. Je sais que la Team Rocket doit me chercher... Fais ce que tu veux de cette information
Lightning"


Je sors enfin de ma chambre, il est 16h. Je poste la lettre pour mon père et me rend dans le hall. J'aperçois une affiche pour un bal... Pourquoi pas. J'écris donc a Raven "Voudrais tu m'accompagner au bal de l'Academie ?" que je glisse avec ma lettre. Je vais me prendre une pomme que je fourre dans la poche de mon manteau puis, en remontant, je glisse la lettre de mon père et la mienne sous la porte de Raven. Demain, je reprendrais les cours, peu importe si cette académie causera ma mort...




© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gakupkmn.forumactif.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La lettre (Partie 1) [Solo ou libre]   Dim 14 Sep - 20:06








La lettre.



Quitter se foutu couloir a été l'une des choses les plus horribles de ma vie. Sans me retourner, je pouvais sentir le poids du regard sur mes épaules, alors que je disparaissais de sa vie. Je savais que je faisais le bon choix, et que je n'avais rien à regretter... Mais au fond, j'avais envie d'en savoir plus, de m'intéresser à elle, d'apprendre les raisons qui la poussent à affronter constamment la Team Rocket. Je voulais des réponses, mais je ne pouvais tout simplement poser les bonnes questions. J'étais perdu, alors je suivais la voie la plus simple, celle qui me semblait la plus simple. Je me sentais lâche, mais je ne voulais pas non plus continuer cette folie, et risquer de la voir mourir... Dans mes mains, où de celles-ci.

Elle décida de ne pas m'interrompre, de ne rien dire. Ce qui m'arrangeait, cela rendait les choses plus faciles. Je regagnais ma chambre, où m'attendait Kobi et Setsu. Hagane n'était pas là, surement partie voler à la montagne du coin, et Maigo... surement quelque part dans l'académie en train de faire des conneries. Je m'avance dans la chambre et balance mon sachet de vivre dans un coin de la pièce, avant de m'effondrer sur mon lit, les yeux tourner vers le plafond. Je regarde la peinture blanche, immaculé et monotone de ma chambre... de ma vie. Kobi, d'un air soucieux viens se coucher sur mon ventre. Setsu quant à lui me regarde, silencieux dans un coin de la chambre. Je pense que c'est la première fois que mes pokémons, à part Hagane, me vois aussi anxieux et... Triste. Eux qui n'avait vu en moi qu'un dresseur confiant et invincible, il voit maintenant un homme seul...

Je suis pathétique, tellement que je m'en mords les lèvres. Venir ici, dans cette école était clairement une épreuve imposée par mon père pour voir si j'étais capable de maîtriser mes sentiments, mes émotions. Où du moins, je pense que c'est pour cette raison. Je pensais être prêt, mais il faut croire que je ne suis pas le sbire parfait que mon père voudrait que je sois. En l'espace de quelques mois, j'ai déjà échoué, douté plusieurs fois... Je dois rapidement rectifier le tir, où je suis foutus. Je ferme alors les yeux, cherchant à trouver le sommeil, sans prendre le temps de me déshabiller où de me laver. Demain sera un nouveau départ, je me laisse encore une chance de ne pas faire d'erreur, et d'oublier Light.

...

Je me lève le lendemain, après que mon réveille est sonné de sa "douce" musique mélancolique... Je passe rapidement par la salle de bain, et prend une douche. Ma routine est toujours la même, et chaque matin, j'effectue les mêmes gestes, les mêmes actions, au millimètre près. Mais soudain, alors que je m'apprêtais à rejoindre la cafétéria, un petit morceau de papier au bas de ma porte capte mon attention. Je le regarde quelque instant, débattant avec moi-même si je devais l'ouvrir où non. Seulement, en retournant l'enveloppe, j'aperçois une phrase qui m'interpelle. "Voudrais tu m'accompagner au bal de l'Academie ?"... Une lettre de Light, elle veut que je l'accompagne au Bal ? Une migraine se déclenche dans mon crâne, tandis que les événements de la journée d'hier resurgissent petit à petit dans ma mémoire. Elle n'avait donc rien compris ? Pourquoi est-ce qu'elle s'attache tant à me voir et à me côtoyer ?... Je soupire un bon coup, peut-être que les réponses à mes questions se trouvent dans cette lettre ? Seulement, je me refuse de l'ouvrir, et la glisse dans ma poche. Je ne voulais plus être impliqué dans ses affaires, de peur qu'elle soit impliquée dans les miennes. Cependant, j'allais accepter son invitation et en profiter pour lui demander des explications... Et être sûr que mes propos d'hier ont été bien clair. J'espère juste ne pas succomber à la tentation d'en savoir plus et... de lire la lettre.

Je sors alors de ma chambre, et ferme ma porte à double tour. Puis, je reste comme cela, le regard dans le vide, face à ma porte. L'idée d'aller au Bal avec une fille venais de me traverser l'esprit. Je n'y avais pas pensé avant, mais c'est plutôt assez gênant... même pour quelqu'un comme moi. J'allais devoir trouver une tenue et réviser mes cours de danse... Je pousse un long soupire, et me mets enfin en route. Cependant, je ne peux m'empêcher de marmonner :

- Le Bal hein... ça pourrait être... amusant.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La lettre (Partie 1) [Solo ou libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La lettre (Partie 1) [Solo ou libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EA] Faire une partie en solo?
» Comment laisser une seule partie de couleur ???
» Censure.............1942
» kit main libre - Micro
» Belle du Seigneur, Partie 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: Extérieur :: Edenia :: Rues et Ruelles-
Sauter vers: