Partagez | 
 

 Un début, des interférences et… une fin ? [Parsath]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Goldy Hedge
L’œuf ou la poule ?
avatar

Masculin Balance Cheval
Messages : 74
Date de naissance : 01/10/1990
Date d'inscription : 25/08/2013
Âge réel : 27

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 16 430 $

MessageSujet: Un début, des interférences et… une fin ? [Parsath]   Ven 23 Jan - 16:18

De l’extérieur cela pouvait être tout à fait insolite, pour quelqu’un qui ne comprendrait pas le délire qui se passait dans ma tête.  Un concentré d’aventure non terminée et qui restait pourtant encore à faire, que j’imaginais sans trop de détail, laissant divaguer mon esprit et mon regard au delà de cette fenêtre ouverte au monde – enfin surtout au parc de l’académie. J’avais brisé le silence en ayant sorti une phrase tout à fait obscure, comme si je ressentais vraiment le besoin de la dire, sans vraiment me rendre compte que je la disais en vrai. Comme si la réalité et la fiction ne faisaient plus qu’un.

« L’humanité court à sa perte... »

A ce moment, quelqu’un passa à coté de moi, me dévisagea comme une bête étrange et s’éloigna de ma bulle d’inspiration. Quand je repris conscience, je me remis à lire, non sans déception envers moi-même car j’avais de nouveau été égaré dans cette lecture, ce que je venais de lire juste avant, je ne m’en rappelais déjà plus, car à cet instant ma concentration changea de cap, les lignes sur le papier n’avaient plus aucune importance par rapport aux histoires que j’imaginais. J’étais bon pour relire ce foutu chapitre !  Ce n’était pourtant pas un livre dénué d’intérêt.

En face de moi, posé sur la table, se trouvait un œuf dans sa cloche en verre. Un œuf rose tacheté que j’avais trouvé pendant la période de pâque, et qui n’avait montré aucun signe d’agitation jusque là. Sur ma tête été perché Darius, l’air somnolent. Lanelle était restait dans ma chambre et s’amusait avec ses jouets. Tournicoti se trouvait encore enfermé dans sa pokeball, soigneusement enfermée  également dans sa boite à musique, depuis la fois où je l’avais rencontré, j’avais encore du mal à laisser le Trousselin aller où il veut, et risquer qu’il mette la pagaille. Il devait encore rester enfermé jusqu’à ce que j’en apprenne plus. Bref, je n’avais pris que l’Amonita et cet œuf pour aujourd’hui.

Ce dernier ne semblait pas si inactif que ça finalement, car au moment de revenir au début du chapitre, une lueur faible s’échappa de la coquille, puis coïncidence ou non, un livre qui était mal rangé sorti de sa position et tomba au sol au même moment. J’allais alors le ramasser, pensant qu’il s’agissait juste d’un livre logiquement sur le point de tomber, rien d’extravagant en somme.

Ce fut un peu plus tard que les choses commencèrent à être étranges. J’avais finit de lire mon chapitre, quand soudain je ressenti une main se poser sur mon épaule et une voix murmurer à mon oreille :

« Je m’ennuie ici, pas toi ? »

Je me mis à sursauter, puis je regardais derrière-moi. Personne.

J’avais assez lu pour aujourd’hui je crois ! Sans plus tarder j’allais ranger ce livre. Peut-être que je devrais faire un tour dehors, ça me changerait les idées. Je m’approchais de la rangée de livre puis je posais celui que je venais de lire un peu plus tôt, le remettant à sa place.  En me retournant et en déambulant de nouveau dans l’allée, mon esprit eu un temps de latence, tandis que mes jambes bougeaient toujours, je venais de bousculer quelqu’un avec l’épaule.

« Oh pardon, excuse-moi »

Je n’avais même pas pris la peine de voir qui c’était, mais il était plus grand que moi c’est sûr. Je m’éloignai alors, mais une migraine me prit aussitôt, toujours plus intense alors que je rejoignais la table où se trouvais mon œuf. Je le vis d’ailleurs luire de nouveau. C’est alors que j’eu un étourdissement et mon corps bascula sur le côté, je voulu me rattraper en m’accrochant à l’étagère mais j’emportai avec moi quelques livres qui tombèrent au sol.  J’avais un genou à terre. Le mal de tête venait de disparaître en un instant. Avais-je attrapé une maladie pour que l’effet soit si brutal ? J’avais pourtant passé l’hiver sans aucun souci.

Ma perte de repère avait provoqué la chute d’une dizaine de livres. J’étais bon pour tous les ramasser et les classer de nouveau… bien sûr c’est pas Darius qui allait m’aider ! Ralala…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsath Valar
Poké-Athlète
avatar

Masculin Vierge Cochon
Messages : 18
Date de naissance : 24/08/1995
Date d'inscription : 23/07/2014
Âge réel : 22

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 3 950 $

MessageSujet: Re: Un début, des interférences et… une fin ? [Parsath]   Dim 1 Fév - 11:40

Aujourd’hui, Parsath avait décidé d’aller à la bibliothèque ! Il aimait beaucoup lire, même si généralement il prenait un livre au hasard, l’ouvrait en plein milieu, lisait deux ou trois pages et allait en chercher un autre. Parce que ce qu’il voulait lui, ce n’était pas exactement lire un livre pour son contenu ; il préférait simplement en regardant un tout petit peu et laisser ensuite son imagination faire le reste. Et tout le monde savait qu’il avait une imagination très fertile, le petit de dix-huit ans.
L’avantage de cette technique aussi, c’est qu’un livre qui était normalement tout à fait ennuyeux pouvait en devenir passionnant. Mais c’était rare qu’il trouve un livre ennuyeux quand même. Mais on ne sait jamais. Mais ce serait étonnant.

Enfin bref, heureusement les petits Pokémon étaient acceptés dans la bibliothèque tant qu’ils ne faisaient pas de bruit, et ça tombait bien puisque Natu était un petit Pokémon et était encore dans sa période silencieuse, depuis qu’il était arrivé ici. La bibliothécaire n’avait donc pas rechigné à voir le type Vol/Psy entrer avec cet étrange énergumène aux cheveux rouges, et habillé en costume noir à cravate avec des lunettes noires (lunettes qui, en ce moment, étaient rangées dans sa poche de poitrine). Est-ce qu’elle allait le regretter ?... Ca, on devrait le savoir dans peu de temps.

Le jeune homme aux cheveux rouges était donc en train de chercher son huitième livre de la journée quand il se fit soudainement bousculer par un garçon qui devait être moins âgé que lui. Il n’eut pas le temps de réagit ni même de bien détailler celui-ci puisqu’il s’empressa de s’excuser et s’éloigna aussitôt. Hmmm. Toi, tu ne le sais pas encore, mais tu es la victime de Parsath pour le reste de la journée !

Conscient que le destin était déjà scellé entre lui et cet étrange individu, Parsath remit le livre qu’il avait commencé à sortir d’une main, tout en tenant son Pokémon de la deuxième main, alors qu’il remettait ses cheveux en place de la troisième, puis commença son long périple à travers cette forêt d’innombrables mots, recelant chacun les secrets de ce monde depuis des millénaires avant leur aire, et ce jusqu’à…

Tiens donc ! Mais qu’est-ce que c’était que ça ? Il venait d’entendre un bruit de chute. Quelqu’un avait certainement fait tomber un bon paquet de livres en même temps. Apparemment, ça c’était passé juste derrière le rayon devant lequel il se trouvait, en somme, celui qu’il s’apprêtait à contourner. S’il faisait confiance à son sens de la déduction, il pouvait deviner que c’était sûrement le petit qu’il venait de rencontrer qui était à l’origine de ce vacarme. Quelle coïncidence ! Le destin voulait vraiment qu’ils fassent plus ample connaissance, il faut croire. Quoiqu’il en soit, cette personne devait être bien maladroite !
Là, une personne normale se serait rendue sur les lieux du désastre littéraire et aurait aidé la personne à ramasser tout ce qu’il a fait tomber. Mais avec Parsath, rien n’était moins sûr.
Toujours avec un petit sourire sur le visage, il alla donc voir ce qu’il s’était passé, et oh ! surprise. Il découvrit non pas seulement des livres à terre, mais bel et bien la personne, sur un genou. Comme de raison, le garçon en costume noir décida non pas de porter secours au malheureux, mais plutôt de s’approcher d’une table de laquelle ils étaient près tous les deux, de sortir ses fameux dés rouge et bleu, et de les lancer, sous les yeux de l’autre qui devait bien se demander ce qu’il foutait.
Et là, mes amis, le score que les dés laissèrent découvrir fût… 0 pour le rouge, et 7 pour le bleu 07 !. Le bougre, il n’est pas passé loin du critique !
Désolé mon ami, mais tu vas prendre un peu cher. Les dés ne mentent pas !

Parsath reprit rapidement ses dés après avoir découvert le score qui avait en quelque sorte illuminé son visage (ce n’était pas toujours qu’on arrivait à réaliser un score pareil), et se retourna vers le garçon à terre en le regardant dans les yeux. Puis, sans attendre, il porta ses deux mains à sa bouche, ouvrit deux grands yeux et s’écria :

-OH MON DIEU ! QUELQU’UN S’EST EVANOUI !

Il ne douta pas que son cri avait dû faire sursauter plus d’un élève studieux dans la bibliothèque, et déjà on commençait à entendre des murmures venir d’un peu partout et des bruits de pas se rapprochant. La bibliothécaire elle-même serait sans doute là dans quelques instants, tandis que lui restait dans cette position, comme s’il était littéralement choqué.

Si l’individu qui était tombé avait voulu être discret, visiblement c’était raté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goldy Hedge
L’œuf ou la poule ?
avatar

Masculin Balance Cheval
Messages : 74
Date de naissance : 01/10/1990
Date d'inscription : 25/08/2013
Âge réel : 27

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 16 430 $

MessageSujet: Re: Un début, des interférences et… une fin ? [Parsath]   Mer 4 Fév - 9:10

Pendant que je range tranquillement les livres tombés, j'entends un tintement sur la table voisine. Je regarde vite fait et j'aperçois un individu étrange aux cheveux rouge s'amuser avec des dés. Bon ok... il joue peut-être à un jeu de société. Tout seul ? C'est encore plus étrange. Bref je continue à ranger, sauf que mes oreilles sont soudainement attaquées par un cri sauvage qui fait passer la bibliothèque d'un état de pur silence à une foule de murmure. Je me retourne pour voir quel était ce bruyant personnage et quelle fut ma surprise ! Ou bien quelle ne fut-elle pas ? A vrai dire il s'agissait du type bizarre que j'avais vu lancer les dés plus tôt. Il a pas un grain par hasard ?

Sur sa main il tenait un Natu apparemment. Celui-ci semblait aussi inexpressif, voir plus que ceux que j'avais rencontré à Mauville jusqu'ici. Je ne sais pas, c'est bizarre, j'avais l'impression que cet emplumé avait quelque chose de spécial. J'entendis par la suite des bruis de pas venant d'un peu tous les sens. La plupart des élèves s'étaient attroupés autour de nous, ils me regardaient bizarrement, moi ainsi que l'autre timbré. Ce ne fut que l'instant d'après que j'entendis des claquements. Le bruit particulier des talons aiguilles sur le sol.

Là je la vis, cette dame d'un age avancé, ses lunettes rondes qui reposaient au bout de son nez. Son chignon regroupant ses cheveux grisonnant, ses lèvres pincées renforçant encore plus les rides qui la parcourait déjà, et son regard dominant. Oui oui, la pire des bibliothécaires de l'académie. Elle me regarda avec un air étrange, sans me venir en aide, oh non ce serait trop lui en demander. Elle tourna son regard vers le roux, d'un air agressif.

"Monsieur Valar... n'est-ce pas ? Permettez-moi de vous rappeler qu'il est formellement interdit de crier ici. Les autres n'ont sûrement pas envie d'être dérangé par votre voix si forte et si dérangeante. Ai-je besoin de vous donner la définition de silence ? Je ne pense pas. Vous auriez simplement eu à me prévenir en toute discrétion plutôt que d'aboyer de la sorte... hmm... m'enfin."

Puis elle se tourna vers moi, qui étais toujours accroupi. J'avais l'impression qu'elle me regardait comme si j'avais l'air d'un détritus.

"Hé bien Monsieur Hedge ? Vous ne m'avez pas l'air en si mauvaise posture que cela. Ne restez pas planté là à me regarder. Rangez-donc ces livres !"

Tandis que je la regardais, ma tête recommença à faire mal, ma vision se déforma l'espace d'un instant, puis le visage de la bibliothécaire changea de forme pour devenir une tête de Vaututrice toute fripée, toujours avec les lunettes et le chignon. Cette vision m'effraya et je me remis à ranger les livres.

La vieille dame alla de suite après retrouver son bureau, ordonnant aux autres d'en faire de même. Je me retrouvais de nouveau avec le fautif, dont je ne savais rien, juste qu'il était pas normal.

Ayant fini ma tâche, je retournais à ma place de nouveau au côté de mon œuf, tandis que je sentais Darius gigoter sur ma tête. Il semblait avoir été réveillé par ce cri soudain. J'observais l'autre garçon étrange, pourtant mon regard semblait happé par la présence du Natu. Je l'observais ainsi pendant longtemps, tellement longtemps que je le voyais à son tour se transformer. Il vira du vert au marron et prit l'apparence d'un Roucarnage, avec toujours la taille du Natu. Curieuse situation. Ma tête faisait toujours un peu mal, je ne me l'expliquais toujours pas. Je détournais le regard du pokémon vol un instant, puis me remis en face de la fenêtre.

Un Nirondelle vint se poser sur le rebord de la fenêtre cette fois-ci. Il ne semblait pas avoir peur de ma présence, même si je ne bougeais pas trop. Je le voyais picorer ce qui semblait être de minuscules miettes de pain ou d'autres choses. A mesure qu'il effectuait le mouvement de son corps du haut vers le bas pour picorer, la cadence devint étrangement aussi précise qu'un métronome. Chaque seconde son corps revenait vers le haut et entre les deux il se courbait.

TIC - TAC - TIC - TAC -TIC - TAC

Mon esprit s'éloigna de la réalité tandis que je regardais ce mouvement de balancier devant lequel je n'arrivais pas à me détacher. Je ne faisais même plus attention à ce qui se passait autour de moi, il n'y avait que ce Nirondelle animé comme un automate qui semblait être important. Je ne pu m'extirper de cette addiction soudaine que lorsque le mouvement s'interrompit. A cet instant mon champs de vision s'étendit de nouveau pour revenir à la normale. Il faisait nuit... déjà ?! Combien de temps étais-je resté scotché à cette fenêtre ? Je tournais de nouveau la tête vers l'ensemble de la salle. Elle était vide, sans étagère, sans livres, sans âme qui vive, poussiéreuse. Pourquoi ? Que s'est-il passé ?

J'eus à peine le temps d'y réfléchir que j'entendis quelqu'un dire "bonjour" en face de moi. Mon pouls s'accéléra encore plus. Mon œuf avait lui aussi disparu, je me rendit compte aussi trop tard que mon Amonita n'était plus sur moi. Au lieu de ça, un petit garçon d'à peine dix ans se tenait assis de l'autre côté de la table. Son apparence était somme toute classique, il n'avait rien d'exceptionnel. Là il se mit à me parler.

"Aide-moi !"

"Qui... qui es-tu ?"

"Aide-moi s'il te plait. Mes frères et mes sœurs, il faut les libérer."

"Où sont-ils ?"

"Il ne faut pas trainer, ils souffrent, je ressens leur douleur. Aide-moi !"

"Mais comment ?!"


Je n'eus pas de réponse, au lieu de cela, l'enfant se mit à crier de douleur. Il criait tellement fort que j'ai cru que mes tympans n'allait pas tenir le coup, ma tête faisait atrocement mal. Je ne pouvais que me tenir la tête dans les mains, me couvrant les oreilles par la même occasion, c'était tout bonnement inutile, le son était toujours aussi percutant. C'était vraiment trop pour moi, je me mit à crier pour le faire taire.

"ARRETE DE CRIER !!"


Juste après, plus rien, le calme était revenu. Je sortais mes mains et relevais de nouveau la tête. Tout était revenu à la normale, les étagères, les bureaux, les élèves. Mon œuf se mit à luire de façon plus fréquente. Rien d'anormal en soi. Il allait bientôt éclore.

Ce que je me demandais par contre, c'est d'où venait toutes ces illusions. Je soupçonnais déjà ce Natu, que j'avais trouvé bien trop étrange jusque là. M'avait-il lancé une onde-folie ? Il fallait que j'en ai le cœur net. Je revins alors prêt des rangées de livres, non loin de l'autre élève, faisant mine de m'intéresser à quelques ouvrages. De temps en temps je levais la tête et j'observais l'oiseau psy qui ne semblait pas bouger d'un iota. J'essayais d'être le plus discret possible afin de l'espionner, sauf que moi et la discrétion ça fait souvent deux. Ce qui est sûr, c'est que son maître semblait aussi... original, voire même plus que ce pokemon qu'il tenait sur sa paume.

Drôle de duo à coup sûr. Quant à moi je faisais un drôle de numéro...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsath Valar
Poké-Athlète
avatar

Masculin Vierge Cochon
Messages : 18
Date de naissance : 24/08/1995
Date d'inscription : 23/07/2014
Âge réel : 22

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 3 950 $

MessageSujet: Re: Un début, des interférences et… une fin ? [Parsath]   Mar 24 Fév - 13:09

Eh, mais c’est pas vrai d’abord, elle était pas dérangeante sa voix ! Forte là il devait avouer qu’il n’y était pas allé de main mort c’est vrai, mais bon, dérangeante quand même, c’était pas très très gentil ça hein.
Enfin bon, honnêtement Parsath s’attendait à pire venant de cette bibliothécaire. Heureusement que le garçon avait fait tomber les livres finalement, c’est lui qui s’était presque tout pris dans la tête du coup, haha ! Comme quoi il existe encore des gens prêts à se sacrifier pour leur prochain !

-Désolé madame, je pensais vraiment qu’il s’était évanoui !

Enfin du moins, c’est ce qu’il s’était forcé à croire. Mais la différence n’était que peu marquée dans l’esprit de Parsath.

Après avoir fait sa remontrance au pauvre garçon, la vilaine bibliothécaire retourna à son bureau. Après cela, Parsath resta donc à sa place et regarda le dénommé Hedge ranger ses livres, en souriant, sans faire aucun geste pour l’aider, ça ne lui était même pas venu à l’idée en vérité. Ouija, lui, regardait… tout simplement. On savait pas trop quoi, mais il regardait, à la même place lui aussi.
Lorsque le jeune garçon eut fini de ranger les livres qu’il avait fait tomber, le sportif aux cheveux rouges attendit quelques instants puis d’un coup se remit à lire les titres des livres de l’étagère la plus proche de l’endroit où il était, tout en fredonnant doucement un petit air de musique, difficile à reconnaître.
Plusieurs fois il prit certains livres, lut quelques mots et le reposa.

A partir de ce moment, Parsath ne prêta plus vraiment attention à l’autre garçon. En temps normal, vu le résultat que les dés avaient sorti, il aurait dû continuer à s’inquiéter pour l’autre et l’aurait sans doute transporté de force à l’infirmerie, mais l’intervention d’un PNJ extérieur à la scène était à prendre en compte, et en agissant de cette façon tout ce qu’il réussirait à faire, ce serait se faire sortir de la bibliothèque, donc il n’arriverait pas à son but comme ça. Il fallait la jouer plus subtile ! C’était aussi ça d’être un Maître du Jeu !

C’est alors que Parsath se demanda quelque chose. Qu’est-ce que les livres pensaient de ça, au fait ? Ca ne les dérangeait pas, qu’il regarde leurs titres, qu’il les ouvre à une page au hasard dont il lit certains mots rapidement, qu’il les referme et les range et qu’il ne les regarde plus jamais ? C’est un peu comme ça tu allais demander à quelqu’un une question personnelle qui ne viendrait pas à l’idée de quelqu’un de façon normale, et que tu disparaissais juste après ça, pouf, et que tu ne revoyais plus jamais cette personne, non ? Hé, il faudrait essayer. Ca tombe bien il avait justement un cobaye à disposition ! Au passage, ce cobaye n’était pas en train de l’observer, par hasard ? Ah, non, on dirait bien que c’était Ouija qui l’intéressait !
Eh oui, dommage pour Goldy, mais si lui était mauvais en discrétion, Parsath, lui, était plutôt bon en observation, donc forcément il te tarda pas à remarquer ce fait. Voyons que les coups d’œil de la part du chercheur se répétaient de plus en plus, le jeune Valar prit la décision d’agir. Il prit donc la parole d’une voix basse, en se penchant un peu pour arriver à la même hauteur que son interlocuteur et en mettant sa main libre sur l’épaule de celui-ci. On pouvait aussi voir que son visage avait prit un air compatissant et ses yeux briller un peu.

-Courage, camarade. Je sais que c’est dur, mais tu dois croire en tes capacités. Et sache que je serai toujours là pour te soutenir. Un évanouissement ça arrive de temps en temps !

Puis l’instant d’après, il reprit son classique air joyeux sur le visage tout en retirant sa main de l’épaule du garçon, et lui sourit.

-Ah et d’ailleurs, c’était cool tout à l’heure de ta part d’être présent, grâce à toi et à ta maladresse j’ai pu m’en sortir sans soucis avec la bibliothécaire ! Bref, merci d’être une victime.

Et il disait ça le plus honnêtement du monde, sans moquerie ni rien, ce qui devais d’ailleurs se voir assez facilement vu son air candide.
Puis enfin, il n’oublia pas la raison pour laquelle il avait adressé la parole à ce jeune garçon, à savoir le coup de la question personnelle inutile, et se lança, en arrêtant de sourire brusquement et en prenant un ton à la limite du dramatique pour une raison inconnue.

-Au fait… j’ai une question très importante…

Il jeta un coup d’œil sur les côtés pour vérifier que personne ne les écoutait, comme dans les films classes, puis chuchota à l’autre :

-…tu chausses du combien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goldy Hedge
L’œuf ou la poule ?
avatar

Masculin Balance Cheval
Messages : 74
Date de naissance : 01/10/1990
Date d'inscription : 25/08/2013
Âge réel : 27

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 16 430 $

MessageSujet: Re: Un début, des interférences et… une fin ? [Parsath]   Lun 16 Mar - 16:59

Le grand s'était approché de moi. Avait-il vu que je regardais dans sa direction ? Il se pencha et posa sa main sur mon épaule. Non mais d'où il se permet de me toucher au fait ? Bon pourquoi pas mais c'est très gênant et aussi un peu effrayant, en partie parce qu'il était plus grand et semblait bien plus âgé aussi. Tout ça pour me sortir qu'il me remerciait d'avoir joué la victime. Non mais c'est une blague là ? Il perd déjà une bonne partie de ma sympathie celui là.

Est-ce que je le blacklist directement où bien j'attends de voir comment ça évolue ? Ou alors il avait vraiment un grain ? N'empêche que je n'avais jamais vu un tel comportement auparavant, c'était tout à fait original. Il semblait d'ailleurs tout à fait compatissant, mais d'une certaine manière ses paroles étaient louches.

Rien que son comportement déjà, puis cette question qu'il me posa à la fin. Combien je chausse ? Non mais allo, même pas il se présente ou me demande comment je m'appelle, non ! Il veut savoir combien je chausse. J'hésitais entre l'ignorer et partir ou lui répondre, au risque de perdre mon sang-froid. Mais déjà ça m'avait bien irrité alors advienne que pourra, au moins j'allais être certain des intention de cet individu !

"Euh...   je chausse du 36 ou 38, je sais plus... et toi ?"

Misère, pourquoi j'ai dis "et toi ?" de façon systématique ?...
Oulala vive la discussion super intéressante. Bientôt on va passer à notre poids et notre taille ? Je frappais ma main contre ma joue, tel un mini facepalm. Il fallait à tout prix que je redresse le situation.

"Euh je veux dire, pourquoi tu me demandes ça ?"

Mon dieu dans quel pétrin je me suis mis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsath Valar
Poké-Athlète
avatar

Masculin Vierge Cochon
Messages : 18
Date de naissance : 24/08/1995
Date d'inscription : 23/07/2014
Âge réel : 22

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 3 950 $

MessageSujet: Re: Un début, des interférences et… une fin ? [Parsath]   Lun 1 Juin - 19:26

Hm, 36 ou 38 ? Mais pourquoi pas 37 ? C’est pourtant au milieu ! C’était vraiment très étrange cette manie qu’avaient les gens de donner deux approximations quand on leur demandait une précision !
Et il semblait intéressé par la question le petit en plus, vu qu’il venait de lui demander également quelle était sa propre pointure ! Sans aucun doute qu’il allait lui répondre, il lui devait bien ça après tout.

-Moi je fais du 42, mais mes pieds ne vont plus grandir, moi. Mais pourquoi 36 ou 38, en fait ? Pourquoi pas 37 ? T’es un peu bizarre toi, non ? Haha !

Attention Parsath, gueule pas sinon tu vas encore ramener la bibliothécaire.

-Bref merci, c’était juste pour savoir. A plus !

Et il s’en alla et disparu derrière un rayon.

FIN DU RP MERCI D’AVOIR L…
Ou pas.

En vérité Parsath s’était simplement arrêté quelques secondes après avoir disparu du champ de vision de son cobaye et était ensuite revenu sur ses pas, refaisant donc face à Goldy et lui adressant de nouveau la parole.

-Alors qu’est-ce que t’as pensé, là, tout de suite ? Non parce qu’en fait c’était pas vrai, il y avait une raison pour laquelle je t’ai demandé ça. C’est parce qu’en fait, tu vois, moi les livres, quand je vais à la bibliothèque, ben je les lis pas complètement, j’en prends un au hasard, j’ouvre une page au hasard, j’en lis un peu et je m’imagine moi-même le contenu qui reste, c’est beaucoup mieux. Plus d’imagination, plus marrant, enfin voilà quoi. Mais juste avant je me suis demandé ce que les livres en pensaient, et je me suis dis que c’est un peu comme si je posais à quelqu’un une question assez personnelle alors que je ne le connaissais pas du tout, et que je disparaissais juste après sans dire pourquoi j’ai posé cette question, tu piges ? Enfin au cas où t’aies pas compris, je résume. C’est simple : Le livre, il a du contenu, toi, tu as des caractéristiques, une histoire, toussa toussa. Moi je regarde juste un peu de ce contenu, mais au pif tu vois, je commence pas par le début ni par la fin, pour le livre je veux dire, mais du coup c’est pareil pour toi. Donc en fait le livre, c’est toi, tu comprends ? Enfin non t’es pas un livre parce que t’as pas de couverture ni de pages et t’es pas un objet, enfin je pense pas, mais je veux dire que dans l’esprit t’es comme le livre.
Dans mon esprit évidemment, pas dans le tien ou dans celui du livre. Mais ça tu l’avais compris je crois, t’as pas l’air bête. Euh bon si en ce moment tu l’as un peu l’air bête, j’avoue, mais c’est peut-être à cause de mes explications, des fois je m’embrouille et j’ai du mal à expliquer, pourtant normalement j’explique bien, il me semble ! C’était clair, là ? Tu as bien tout compris ? Tu veux que je te répète tout ça ?


=>Oui
Non

Mais abrégeons ce délire. Au-delà de ça, il ne serait en effet pas étonnant que le pauvre Goldy ne sache plus du tout où il en est. Avoir un illuminé aux cheveux rouges déblatérant des choses insensées sans s’arrêter et limite sans respirer pendant deux minutes, ça pouvait être assez déroutant.
Pendant ce temps, Ouija fixait le petit jeune et cligna très lentement des yeux une fois, sans bouger aucune autre partie de son corps. Difficile de savoir à quoi il pensait, lui aussi.

Quoiqu’il en soit, les deux êtres liés avaient pour le moment leur attention tournée vers le jeune chercheur, et c’est comme si le reste du monde n’existait pas pour eux à ce moment précis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un début, des interférences et… une fin ? [Parsath]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un début, des interférences et… une fin ? [Parsath]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: L'Académie :: Bibliothèque-
Sauter vers: