Partagez | 
 

 I guess my guardian angel drinks feat. Mitsyu

Aller en bas 
AuteurMessage
Lylie Sørensen
Habitante
avatar

Féminin Taureau Tigre
Messages : 54
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 07/03/2014
Âge réel : 20

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 7 700 $

MessageSujet: I guess my guardian angel drinks feat. Mitsyu   Jeu 26 Fév - 16:26














 ❝ You think you're so tough ? ❞
Lylie Sørensen & Mitsyu Yamiko



Les arbres se succédaient elle avait l'impression de voler au dessus des brins d'herbe tant ses pieds avaient à peine le temps de toucher le sol. Elle courait aussi vite que possible prenant des impulsions entre les herbes en espérant ne pas trébucher. Où était il passé maintenant ? Ses yeux rouge se perdaient sur la ligne d'horizon des plaines sans trouver la silhouette qui avait disparu quelques secondes auparavant. Il s'était envolé, il avait disparu. Pas possible. Elle n'avait pourtant pas dévié, elle n'avait pourtant jamais cessé de le suivre des yeux. Le soleil de cet après-midi d'été tapait dur sur la tête de l'albinos et elle se sentait à moitié assommée par ses lourds rayons. Sa gorge était sèche et douloureuse lorsqu'elle cessa de courir, marchant encore lentement comme elle pouvait rattraper quelque chose. Sans conviction, sans espoir. Ses jambes lui faisaient un mal de chien, elles ne la porteraient plus bien loin si elle continuait à ce rythme. Les rayons d'or l'éblouissaient et Lylie ne tarda pas à se laisser tomber dans l'herbe fraîche, encore couchée par le passage du Pokémon ténèbres. Il pétait des câbles dès qu'il voyait les Rocket, ce n'était nouveau pour personne dans son équipe. Il n'était plus lui même, il ne se contrôlait plus, c'était effrayant. Même sa dresseuse, qui le connaissait depuis toujours, ne voyait plus que de la folie dans ses yeux. Les profondes marques de griffes dans son épaule droite en attestaient, et elle avait beaucoup de chance que la carotide n'aie pas été touchée, au vu de l'une des marques qui était juste sous sa clavicule. Pourtant les blessures cuisantes n'occupaient pas réellement son esprit en ce moment. Pas autant que l'idée de son starter qui se perdait, qui glissait lentement vers la folie. Qu'allait elle pouvoir faire ? Il avait disparu et maintenant ? Il ne revenait pas vers elle car il se considérait trop dangereux, ce n'était pas la première fois. Toru était nerveux, agité, et sur-protecteur au point de renoncer à la voir. Oui, des deux Lylie était bien celle qui ne savait pas renoncer. Elle était convaincue qu'il ferait plus de dégâts seul qu'avec elle. Il n'allait pas se calmer. Et s'il croisait d'autres Pokémon ? La dresseuse essayait de ne pas y penser, ça valait mieux. Elle ouvrit à peine un oeil en entendant des pas se rapprocher lentement.

" Oblivion.. me regarde pas comme ça, j'suis pas en sucre. "

Souffla-t-elle à son Absol qui secouait la tête d'un air dubitatif. Elle eut un rictus amusé en lisant le "YOU FOOL" imprimé dans le regard de son Pokémon. Il la traitait vraiment comme une petite fille, ça avait le don de la faire sourire. Le monstre passa sa tête sous le bras de l'albinos pour qu'elle s'appuie sur ses épaules et se redresse lentement, écartant des mèches de son visage dans l'espoir d'y voir plus clair. Son sac à dos était resté à terre cela dit, il tirait trop sur sa blessure pour qu'elle le porte plus que nécessaire. Son Pokémon passa la tête dans l'une des bretelles pour le déplacer tandis qu'elle titubait sur quelques pas. Le Zoroark avait probablement utilisé son pouvoir d'illusions, ce n'était pas possible autrement. Le perdre de vue n'était pas chose si aisée: une créature couleur nuit au milieu des herbes estivales, comme le nez au milieu de la figure. Il avait peur, aussi surprenant que ça puisse paraître. Peur de la faire saigner à nouveau, mais comment fallait-il lui expliquer que ça ne l'effrayait pas, elle, soit la première personne concernée ? L'ex-Rocket en avait vues de belles avec son starter, suffisamment pour ne pas être impressionnée par la première tâche d'hémoglobine. Pourtant il fallait lui admettre que cette fleur rouge salissant progressivement son débardeur blanc n'était pas non plus de la rigolade. Elle fit un tour sur elle-même, fouillant les alentours du regard; marchant au hasard. Pas un arbre pour s'appuyer ou se mettre à l'ombre. Elle sortirait bien son Mangriff de sa Pokéball pour qu'il la soutienne, mais il allait la réprimander lui aussi. De toutes manières elle ne pouvait décemment pas laisser son équipe la voir dans cet état.

" Toru ! Toru montre toi  c'est pas si grave, je vais bien ! J'aurai juste un bandage, reviens s'il te plaît, c'est pas ta faute ! "

S'écria la jeune femme, les mains en porte-voix, sachant très bien qu'elle se mentait à elle-même. Ca nécessiterait des points de suture et pas uniquement un bandage, comme le lui fit remarquer l'Absol d'un bref coup de tête à la jambe. Oui mais elle disait ça pour le rassurer, pour lui faire croire que ce n'était pas si grave. Seulement le Zoroark n'était pas de cet avis, et si plusieurs fois elle vit l'air alentour bouger comme lorsqu'une illusion est sur le point de se briser, il ne montra pas le bout de son museau. En désespoir de cause elle s'assit à nouveau dans l'herbe, désoeuvrée, cherchant sans son sac de quoi stopper le sang qui s'écoulait. Il y avait bien des bandes de gaze -parce qu'elle était au départ partie faire un reportage et on n'est jamais trop prudent-, mais pas de compresses. Il faudrait faire avec. La journaliste s'appliqua donc à ne pas trop grimacer en enroulant la gaze autour de son avant-bras gauche qu'elle avait utilisé pour se protéger. Elle en eut assez pour faire de même avec son épaule droite mais ne put que presser la gaze en dessous de sa clavicule, ne sachant pas trop comment s'y prendre. Le Pokémon ne savait plus ce qu'il faisait lorsqu'il l'avait maintenue au sol avec ses grandes griffes rouges, mais il l'avait terrifiée. Cependant l'albinos n'irait jamais admettre que c'était pour cette raison qu'elle restait légèrement tremblante. Elle mettrait ça sur le dos de la course et de la fatigue. Elle n'était pas si facile à terroriser, non plus..

" Tu l'as vu ? "

Interrogea-t-elle en entendant Oblivion s'agiter, tournant la tête dans la même direction de lui. La silhouette à contre-jour faisait approximativement la même taille que Toru, vue d'ici. L'air semblait un peu trembler autour d'elle et deux secondes la journaliste de dit qu'il s'agissait de l'une de ses illusions, qu'il se fichait d'elle.. mais ça valait la peine d'essayer. De nouveau sur pied, elle pressa le pas en direction de ce potentiel mirage. Il avait intérêt à revenir avant la nuit, c'était tout ce qu'elle pouvait espérer. Car s'imaginer cherchant un renard noir dans ces plaines à la nuit tombée ne faisait absolument pas rire la dresseuse. Au fut et à mesure qu'elle se rapprochait la silhouette changeait de forme, et l'Absol comme elle étaient à présent certains que ce n'était qu'un leurre du Zoroark qui hésitait encore à revenir. Il était certainement à nouveau lucide mais pas sûr de lui. Lorsque le duo fut à la hauteur de la silhouette, cette dernière devint bleue, puis verte, puis prit la forme de Lylie avec un masque de renard avant de disparaître. Ah il jouait les clowns ? Elle laissa un sourire se dessiner lentement sur son visage.

" Sérieusement, tu montes un nouveau numéro ? "

Interrogea-t-elle à voix basse. Mais une nouvelle silhouette était déjà apparue, à peine un mètre plus loin. Nouvelle farce, une fois assez près c'était Oblivion en violet portant une ombrelle fuchsia. Ca ne plut qu'à moitié au Pokémon ténèbres mais sa dresseuse ne put s'empêcher de rire. Il leva les yeux au ciel et lui emboîta la pas vers a nouvelle ombre qui les guidait à travers l'herbe verte de la plaine. Elle courait à toute allure dans l'espoir de le rattraper, mais sa main se posait toujours sur un être de brume. Au bout de trois autres leurres elle crut la mascarade terminée, car ce qu'elle prit pour un Zoroark ne disparut pas à son contact. Mais tirant son épaule vers elle pour le faire se retourner, l'ex-Rocket constata que non, ce n'était pas son Pokémon. Les yeux bleu glacier disparurent comme de la fumée dans le vent et la fourrure sombre s'effaça progressivement pour laisser place à un jeune homme qui lui était inconnu mais néanmoins réel. D'abord perdue elle cligna de ses yeux rouge d'un air éberlué, reprenant son souffle, cherchant à comprendre ce qui s'était passé. Ca ne pouvait pas être une transformation du Pokémon, il manquait le sourire moqueur et les yeux bleu. C'était donc bien une personne inconnue qu'il avait inclus dans sa farce. Il allait la prendre pour une cinglée, à tous les coups. Déjà qu'on pouvait difficilement la qualifier d'équilibrée.. c'était bien sa veine. Abordé au milieu des plaines par une albinos à moitié éclopée. Au moins il aurait une histoire drôle à raconter en rentrant chez lui. La journaliste rit doucement en retirant sa main de l'épaule de l'inconnu.

" Excuse moi... je t'ai pris pour mon Zoroark. Je- enfin.. tu l'aurais pas vu à tout.. à tout hasard ? "

Articula-t-elle entre trois respirations appuyées. La tête lui tournait à force de courir. Est-ce qu'il était vraiment revenu à lui ou était-ce un jeu du chat et de la souris imaginé par son esprit malade ? Lylie n'arrivait plus à suivre ce qui se passait, elle avait certainement besoin de se poser un moment. Elle essaya de sourire à l'inconnu mais son mal de tête persistait, il la lançait impitoyablement et son essai finit plus en rictus douloureux qu'autre chose. Elle aurait mieux fait de se ménager, ses bandages étaient déjà imbibés de rouge. Ce n'était pas courir aussi vite sous le soleil qui allait l'aider en quoi que ce soit, elle n'était pas en état pour des conneries pareilles, et c'est ce que lui apprirent ses genoux en la lâchant sans prévenir. Par réflexe elle se rattrapa à la première chose dans son champ de vision, soit cet inconnu à qui elle espérait ne pas faire trop peur. Ce serait fâcheux qu'il s'enfuie, l'albinos ne savait même plus où elle en était dans ces plaines. Elle avait perdu le fil en poursuivant les ombres laissées par Toru.

" Ouh-là.. dé-désolée, je tiens pas debout. "



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsyu Yamiko
Coordinateur
avatar

Masculin Sagittaire Tigre
Messages : 14
Date de naissance : 03/12/1998
Date d'inscription : 05/01/2015
Âge réel : 19

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 4 250 $

MessageSujet: Re: I guess my guardian angel drinks feat. Mitsyu   Ven 27 Fév - 8:18

Le ciel, le soleil, le ciel, le soleil et.. Le ciel. C'était tout ce que j'avais sous les yeux. Et honnêtement, c'était génial. Pas un seul nuage. C'était superbe. Les multiples nuances de bleu des cieux calmes d'Edenia. Il ne manquait plus qu'un petite brise dans mes cheveux, et ça aurait été mon meilleur moment depuis que je suis arrivé sur cette île. Floraville me manque terriblement. Les fleurs, les baies de mon père... J'en avais quelques une, et je m'étais préparé une gourde de jus de baie pas piqué des hannetons, a base de la baie favorite et la plus rare de la baierais, la baie Frista, de celle préférée de ma mère, la baie Ginema, qui est d'ailleurs extrêmement dure à trouver, et de ma favorite personnelle, la baie Jaboca. Mais, me direz-vous, c'est une potion d'apothicaire que tu viens de nous sortir là! Et en effet, c'est le cas, car oui, ceci est une boisson connue pour revigorer pokémons comme humains, en particulier en cas de maladie, et elle est superhydratante, car peu sucrée mais très acide. C'est aussi un très bon désinfectant, pour une raison qui m'est moi-même obscure.. L'acidité peut-être? Enfin... Les propriétaires de baierais sauraient sans doute mieux vous répondre que moi.

Diamant était en train de se relaxer dans les herbes hautes, à côté de moi. Je lui avait donné un poffin sucré, le dernier profil que j'avais, et ça tombe bien, puisque c'est ses préférés. Je me suis redressé, regardant autour de moi, nageant dans une sorte de béatitude qui m'était caractéristique lorsque j'étais entouré de belles choses. Mais comment se sentir autrement? Les herbes assez hautes, qui penchaient légèrement sous le vent, tandis qu'un soleil torride vous donnait des couleur, n'est-ce pas un spectacle naturel qui vous réjouirait? Moi, en tout cas, c'est le cas.

Prenant une grande inspiration, je me relevais. Je tirais la gourde de mon petit sac, et je buvais une gorgée. Dans le même temps, Diamant terminait son poffin, avant de me regarde avec des grands yeux

"Miaaaaa!
-Oh, tu en veux aussi? Viens la..."

Je lui prit le bas de visage pour lui lever le museau et lui verser un peu de jus de baie dans la bouche. Le petit Miaouss semblait ravi. Il remua les oreilles quand il eut fini de boire, me remerciant d'un "Miaaaa" tout joyeux, puis il me sauta sur la tête, comme à son habitude. Nous marchâmes un peu dans les hautes herbes de la prairie, croisant quelques pokémons sauvages qui se chamaillaient. Nous nous sommes même battu contre un d'eux, qui cherchait des noises à un autre pokémon. J'étais ravi de voir que mes mouvements étaient aussi coordonnés que ceux de mon chaton de pokémon. Je n'ai pas besoin de donner d'ordre, un seul regard à ma position et il sait les attaques qu'il doit lancer, grâce aux entraînements pour les épreuves de danse pour les concours pokémon.

Nous étions encore en train de marcher dans cette prairie, et cela devait faire une vingtaine de minute déjà. la chaleur du soleil allait en augmentant, et je commençait regretter de ne pas avoir pris de casquette... Mais ce n'était pas un problème. Malgré ce qu'on pourrait croire, je n'ai aucun problème de pigmentation, mes cheveux sont simplement... Blancs. Pour aucune raison en fait. J'en sais rien. [HRP: parce que les persos du japon] Toujours est-il que je fus ravi de sentir une brise passer à côté de moi. Une brise noire. Sauvage. Puissante. Féroce. J'ai cru que mon coeur aller exploser. Une beauté cruelle, forte, dangereuse. Celle d'un être que l'on ne peut approcher. Il m'a suffit d'une seconde pour adorer ce qui venait de me passer devant.
Faisant un bond de côté afin d'éviter une collision qui aurait été gargantuesque, je regardais passer à une allure surhumaine ce qui était en réalité un pokémon polymorfox

"Un... Zoroark...? Est-ce que c'était bien ça.. Quelle... Grâce... Quelle... Quelle... Diamant, mon chat, t'as vu ce que j'ai vu?!"

Le chaton qui était posé sur ma tête... N'y était plus, en fait. Non, il était au sol, quelques mètres derrière moi, tapis dans les hautes herbes, et il était en alerte. Cette créature était-elle assez dangereuse pour faire peur a mon vaillant Miaouss? Bien entendu, il ne miaula pas de réponse. Ses moustaches étaient légèrement tremblantes, il était en état d'anticipation. Quelque chose d'autre aller arriver. Quelque chose risquait de no...

Sursaut. J'avais encore la tête tournée lorsqu'une main se posa sur mon épaule. Je la tournait brusquement pour découvrir une jeune femme aux cheveux aussi clairs que les miens. Elle avait des yeux rougeâtre, tout comme sa...

*HOLY MOTHER OF ARCEUS!* pensai-je si fort que j'étais persuadé qu'elle entendrait.

Son épaule était rougie, par du sang. Un bandage lâche était appliqué sans grande efficacité sur la plaie qui devait être bien large pour rougir aussi vite la bande. Cette vue me paniqua, mais elle émit un petit rire, ce qui m'intrigua. Peut-être qu'elle n'allait pas très bien à cause de sa perte de sang? Possible. Puis elle parla

"Excuse moi... je t'ai pris pour mon Zoroark. Je- enfin.. tu l'aurais pas vu à tout.. à tout hasard ? "

Aaaah! Ceci expliquait cela. Ce serait donc le Zoroark qui lui aurait fait ça? Car, même si je l'avais bien vu, je n'aurai jamais cru qu'il soit un pokémon capturé. Elle avait une respiration difficile, semblait exténuée, et la douleur que lui infligeait son épaule, je suppose, transparaissait clairement sur son visage. Elle manqua de chuter mais s'agrippa à moi afin que cela n'arrive pas. La pauvre. J'avais mal pour elle.

" Ouh-là.. dé-désolée, je tiens pas debout. "

Et en effet, elle ne tenait plus debout. Avant qu'elle dise autre chose, j'entreprenais de l'allonger sur l'herbe fraîche, et je sortis ma gourde de jus de baie avant de lui tendre

"Tenez, buvez. Ca vous fera du bien. DIAMANT!, appelai-je, Va voir si tu peux me trouver des baies grena dans le coin. Si y'en a pas reviens."

Je me reconcentrais sur la demoiselle allongée sur le sol. La pauvre, elle semblait souffrir le martyre en cet instant. Je jetai un oeil à son bandage. Il était peu serré, et un peu lâche. Si j'avais des compresses, c'eut été parfait, et j'eu vite fait de le refaire, malheureusement ce n'était pas le cas. J'écartais les cheveux qu'elle avait sur le front et y posait ma main. Elle semblait fiévreuse.

"Tch. Soit. Si Diamant revient avec des baies, j'aurai de quoi au moins enduire le bandage. Les vertus médicinales de ces baies sont utilisées en cas de fort saignement, et je pense que ça pourrait vous aider."

Justement, en parlant du chaton, il revenait en courant à toute allure. Il tenait une baie grena dans sa gueule. Parfait, pensais-je.

"Ca risque d'être un peu froid et de piquer sévèrement. Préparez vous."

J'arrachais un bout de la peau de la baie avec une délicatesse particulière (et ce n'était pas chose aisée vu la fermeté de cette dernière) puis j'écrasai la chair pour en faire couler le jus sur le bandage. Le jus étrangement visqueux coulait lentement de ma main jusqu'à son épaule, goute par goutes, et ces gouttes s'infiltraient dans le bandage. La simple pression du bandage sur la plaie devrait suffire à ce que le jus fasse effet. Le bandage n'était pas assez serré pour que le jus fasse son travail. N'ayant pas jeté d'oeil direct sous les bandages, je ne savais pas vraiment à quoi ressemblait la plaie, mais j'entrepris tout de même de resserrer les bandages

"Ca va faire mal. Attention."

Je tirai sur la bande d'un côté afin que cela se resserre autour de la plaie. Je ne doute pas de la douleur qu'à du ressentir la demoiselle à ce moment là, d'autant qu'à part les vertus des baies, je ne connaissait rien DU TOUT en médecine. Si ça ce trouve, je venais de faire une énorme connerie, mais sur le moment, ça me semblait une bonne idée. C'était même la seule qui m'était venue. Je regardais aux alentours. La jeune demoiselle, allongée dans les hautes herbes, n'était pas visible à moins d'être proche. Vu son état, je n'allais pas la laisser seule. La ville n'était pas loin. Si elle s'évanouissait je n'aurai qu'à la porter.

"Pour vous répondre, oui, j'ai vu votre Zoroark mademoiselle. Il m'est passé devant tel une tornade, et j'ai bien cru que j'allais le percuter. Qu'est-ce qu'il s'est passé? Qu'à-t-il fait pour que vous vous retrouviez dans cet état?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lylie Sørensen
Habitante
avatar

Féminin Taureau Tigre
Messages : 54
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 07/03/2014
Âge réel : 20

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 7 700 $

MessageSujet: Re: I guess my guardian angel drinks feat. Mitsyu   Ven 27 Fév - 17:30














 ❝ Par le pouvoir de.. eh.. c'est quoi ? ❞
Lylie Sørensen & Mitsyu Yamiko



Elle cligna des yeux en cherchant à rendre la silhouette en face d'elle nette. Sa vision s'embrouillait à l'occasion. S'il avait eu un sursaut évident l'inconnu ne s'était pas enfui en courant. Pas tout à fait ce à quoi s'attendait Lylie, habituellement quand on se fait aborder par une inconnue aux yeux de fantôme à moitié répandue en hémoglobine, on n'est pas aussi calme. Ou alors sa panique était particulièrement bien contenue. Elle ne put s'empêcher de remarquer qu'il avait des cheveux aussi blancs que les siens, mais pour une raison obscure ses yeux étaient normaux. Une décoloration, peut être ? Ca n'avait pourtant pas l'air artificiel. Enfin elle divaguait alors que ce n'était pas exactement le sujet. Il semblait se poser tout un tas de questions sur la manière dont elle s'était débrouillée pour finir comme ça. A vrai dire l'albinos ne se posait plus beaucoup de questions. Ce qu'elle aurait pas fait pour qu'on lui file des agrafes ou de la morphine, sérieusement. Son épaule était suffisamment douloureuse pour qu'un début d'engourdissement se fasse ressentir, aussi bien physique que mental. Pourtant quelque chose s'imposait à sa conscience, quelque chose de primordial qui flottait au dessus du sommeil qui la guettait. Ne pas fermer les yeux. Ne pas se laisser glisser. Qui sait ce qui pourrait lui arriver si elle s'y risquait. Bien sûr Oblivion était là, et lorsque le ciel bascula elle remarqua bien l'ombre de l'Absol, mais s'il ne suffisait pas ? Ce jeune homme avait eu la délicatesse de l'allonger puisqu'elle n'arrivait pas à marcher, mais elle ne savait encore trop que penser. Les vrais menteurs ont toujours l'air honnête, l'ex-Rocket en savait quelque chose. Elle connaissait son boulot.. enfin son ancien boulot du moins. Et elle ne voulait plus y penser à vrai dire, c'était loin et ça le resterait. Tout cela fut balayé comme une brume persistante sous un coup de vent lorsque l'inconnu lui tendit une gourde.

" Tenez, buvez. Ca vous fera du bien. "

Lui dit-il avant d'appeler son Pokémon pour lui demander quelque chose qu'elle ne comprit pas tout à fait. Tiens, il la vouvoyait. Ses cheveux blancs lui donnaient l'air si vieille que ça ? Ou alors était il bien élevé, tout simplement.. la journaliste avait perdu l'habitude de vouvoyer les inconnus en dehors du boulot, à vrai dire. Elle ne faisait que très peu attention aux politesses lorsque ça ne lui semblait pas nécessaire. Voulant s'aider d'un coude pour se redresser un peu, Lylie ne tarda pas à constater que c'était une mauvaise idée, un pincement désagréable lui rappelant que ça lui serait interdit pour quelques semaines. Et que Toru s'en voudrait pour quelques mois.  L'espace de trente secondes elle avait oublié son objectif primaire. Mais il n'était toujours pas dans son champ de vision, pourtant les grondements inquiets dans la gorge d'Oblivion la laissaient supposer qu'il rôdait. Elle finit par se redresser sans utiliser ses mains, dans une position assise afin de boire sans en mettre partout, ce serait bête. Surprise du goût acide de cette eau qui en réalité était une sorte de jus de baies, elle écarta le goulot de sa bouche pour hausser un sourcil. Un médicament dans une gourde ? Etrange idée.

" Je pensais que c'était de l'eau.. "

Lorsqu'elle leva les yeux vers l'inconnu avec une question dans le regard, il écartait quelques mèches blanches de son front, l'air inquiet. Sans doute son front était il chaud, mais ce n'était pas très surprenant. La journaliste avait quand même couru sur le soleil pendant quelques minutes, de quoi augmenter sa température corporelle. Mais peut être les blessures n'y étaient elles pas pour rien. Son bref coup d'oeil au bandage qui se défaisait déjà ne lui avait visiblement pas beaucoup plu et elle aurait haussé les épaules si elle avait pu: on fait avec les moyens du bord. Encore une fois, personne n'a de morphine ?

" Tch. Soit. Si Diamant revient avec des baies, j'aurai de quoi au moins enduire le bandage. Les vertus médicinales de ces baies sont utilisées en cas de fort saignement, et je pense que ça pourrait vous aider. "

Fit-il, l'état du bandage le contrariant ostensiblement. Oh, elle n'était pas en sucre, s'il avait le nécessaire il pouvait bien faire des points de suture sans anesthésie. Ca ne serait pas la première fois, bien que cette possibilité ne lui fasse pas particulièrement envie. Il avait l'air de s'y connaître mieux qu'elle sur la façon de traiter une blessure, ce qui rassura un peu la jeune femme. Comme quoi sa poisse lui laissait ponctuellement du 'repos': elle ne l'avait pas effrayé et il avait même une solution sous la main. Bon, dans tout ça elle re-décorait son débardeur et l'herbe de la plaine d'un joli pourpre, mais il ne fallait pas non plus voir tout en noir. Reprenant une gorgée de ce que la gourde contenait, elle la reposa rapidement: un mouvement avait attiré son attention. C'était un Miaouss adorable qui revenait avec une baie entre les crocs. Certainement celui que le jeune homme appelait Diamant. A nouveau allongée dans l'herbe, elle étudiait le ciel du regard lorsqu'il arracha la peau de cette fameuse baie.

" Ca risque d'être un peu froid et de piquer sévèrement. Préparez vous. "
" Haha, si tu crois que ça m'impress- ah.. ah d'accord.."

Lylie aurait, comme toujours, défié la difficulté avec sa fierté mal placée et son sourire moqueur si les effets de la baie ne s'étaient pas faits ressentir au milieu de sa phrase. Effectivement, ça faisait une étrange sensation de froid qui l'étonna beaucoup  au vu de la température extérieure. Ces baies contenaient elles des cristaux de glace ? Le soleil tapait et elle avait eu l'impression de prendre feu quelques minutes auparavant, c'était aussi inattendu que bienvenu. Le picotement qui s'étendait encore superficiellement sur sa peau à vif l'obligea à se mordre l'intérieur de la lèvre pour ne pas s'en plaindre à voix haute. Pour ne pas "faire la fille", comme elle disait. Ca faisait mal mais c'était nécessaire. Elle sentait bien que ce jus de baie qu'il avait fait couler en en pressant la chair n'empirait pas son état, alors inutile de faire tout un cinéma. Ca serait ridicule. Les yeux levés sur le ciel renversé, elle reprenait son souffle sans le regarder. Si son Absol avait dans un premier lieu démontré de l'agressivité à l'égard de cet inconnu qui, visiblement, faisait mal à sa dresseuse; son esprit ne mit pas longtemps à réaliser qu'il ne cherchait pas à l'achever. Bien au contraire. Une chance que le Pokémon désastre soit d'une espèce qui décrypte si bien les intentions, ça aurait pu mal tourner avec son caractère un brin agressif. Quand elle repensait à la façon dont il avait rugit sur ces Rocket tout à l'heure, elle était heureuse d'avoir quitté ces criminels. Il en aurait fait des pièces détachées, sans hésitation. La colère qu'elle avait aperçue dans ses yeux écarlate à ce moment-là ne trompait pas.

" Ca va faire mal. Attention. "
" T'inquiète pas. "

Marmonna la journaliste entre ses dents serrées, comme pour le rassurer. Elle s'était rallongée pour lui faciliter le travail mais se raidit ostensiblement lorsqu'il tira sur son bandage jusque là relâché, les sourcils froncés. La pression en plus du jus de baie qui était désormais pleinement en contact avec les plaies lui arrachèrent une plainte étouffée. Elle s'y attendait, c'était comme de l'eau sur une brûlure: passablement insoutenable. Pourtant elle ne pouvait pas dire que ça soit une mauvaise idée. En occultant la douleur sourde elle sentait les blessures bien mieux protégées par cet espèce de gel visqueux que par le bandage qui ne demandait qu'à se détacher. Avec de la chance ça ne s'infecterait pas et elle pourrait continuer de bosser pendant que tout ça se remettait en place tout seul. Moyennant bien entendu quelques comprimés, ça va de soi. Par contre la jeune femme aimerait bien savoir comment ce gel allait partir..

" Pour vous répondre, oui, j'ai vu votre Zoroark mademoiselle. Il m'est passé devant tel une tornade, et j'ai bien cru que j'allais le percuter. Qu'est-ce qu'il s'est passé? Qu'à-t-il fait pour que vous vous retrouviez dans cet état? "

La voix de l'inconnu ramena Lylie à la réalité. Se redressant immédiatement en s'appuyant sur son bras valide - dans le sens où les coupures défensives sur son avant-bras étaient superficielles-, elle se débrouilla pour s'assoir en tailleur. Il l'avait vu passer comme une flèche. Il n'était donc pas loin, les illusions étaient son oeuvre. Une fois de plus il lui sembla voir l'air derrière le jeune homme bouger dangereusement. Et elle doutait que cela ne soit que l'effet de la chaleur. Il la surveillait, c'était évident. Oblivion s'était lentement rapproché et s'assit dos à dos avec elle, observant attentivement les environs. Comment elle en était arrivée là, hein ? Il avait donc deviné que ses blessures étaient l'oeuvre du Zoroark. En même temps c'était sans doute évident, d'un point de vue extérieur.. Poussant un soupir de fatigue, la blessée baissa les yeux sur l'herbe verte en passant une main dans ses cheveux, cherchant un moyen de calmer son mal de crâne. Elle avait les épaules trop fragiles pour supporter le poids de tout un monde qui s'écroulait, alors pourquoi s'acharnait elle sur ce fardeau ? Sans doute son optimisme maladif qui lui soufflait que rien n'était perdu, qu'il fallait simplement faire des efforts. Mais ramer seule ne la mènerait nulle part ailleurs qu'au naufrage, c'était stupide. S'appuyant contre le dos de son Absol, la jeune femme avait la gorge serrée. Elle chercha à détendre l'atmosphère en forçant un sourire qui ignorait la douleur.

" Tu peux me tutoyer, tu sais, j'ai moins de 50 ans. Tu peux même utiliser mon prénom, tant qu'on y est, c'est Lylie. "

Dit l'albinos sur un ton encore un peu tremblant, cherchant à reprendre pied. Ce n'était pas chose facile, cette situation la secouait inexplicablement. Même tout le QG des Rocket contre elle n'était pas aussi terrifiant que son starter qui ne savait plus qui il était. Fort heureusement, Oblivion avait laissé le sac à dos rouler à côté d'elle, et bientôt un paquet de cigarettes et un briquet émergeaient d'une poche extérieure. Aucun doute, ça la détendrait.

" Excuse moi, vraiment, je veux pas t'intoxiquer mais je l'ai méritée. "

Souffla la jeune femme en plaçant une cigarette entre ses lèvres avant de tirer dessus en l'allumant. Elle prit soin de souffler la fumée sur le côté pour préserver les poumons de son sauveur mais sa main tremblait encore un peu. Ses yeux parcoururent brièvement la plaine et elle pensait avoir récupéré lorsque la question lui revint à l'esprit. Qu'est-ce qui s'était passé ? Qu'est-ce qu'il lui avait fait ? Et ses grands yeux d'u vide à glacer le sang refirent leur apparition, dans un flash bref mais efficace. Ses crocs, ses griffes, sa conscience qui l'abandonnait. Il faisait mal à voir. Elle sentait des larmes monter dans ses yeux mais les effaça presque rageusement avant de tirer à nouveau sur sa cigarette. Son regard se fixa sur le jeune homme lorsqu'elle lui répondit.

" Toru n'est pas stable, pas depuis qu'il a évolué. Je ne sais pas trop ce qui a craqué chez lui, mais dès qu'on croise des Rocket ça se réveille. L'attaque de tout à l'heure l'a perturbé, j'ai dû jouer les grandes méchantes pour qu'il ne fasse pas de ces sbires une nouvelle sorte de viande hachée, on va dire. "

Résuma Lylie en désignant son épaule d'un petit signe de tête. Ce n'était rien, en comparaison avec ce que ça aurait pu être. Elle avait horreur de faire ça, mais pour le coup c'était nécessaire, bien qu'elle ne porte pas les attardés dans son coeur. C'était uniquement pour son Pokémon qu'elle faisait ça, pour ne pas qu'il perde pied, pour ne pas qu'il soit définitivement perdu. Il ne méritait pas la folie, il ne méritait pas non plus d'avoir les deux idiots de tout à l'heure sur la conscience.  

" Je l'ai défié pour qu'il s'en prenne à moi au lieu de provoquer une catastrophe, ça aurait été bête. Mon Absol l'a repoussé à temps pour le faire revenir à lui mais maintenant il s'en veut. Pourtant c'est pas si grave. "

Termina l'albinos avec un sourire, relâchant à nouveau de la fumée vers le ciel d'un bleu magnifique. Elle disait ça tranquillement, comme si elle ne prenait pas conscience du fait que si, c'était grave. Elle ne voulait pas dramatiser inutilement la situation qui était déjà assez hors du commun comme ça. D'ailleurs elle sentait presque Oblivion lever les yeux au ciel, comme pour dire "Les jeunes,de nos jours..", ce qui l'amusa assez pour la faire pouffer de rire discrètement. Elle tapota le flanc du Pokémon désastre avant de regarder à nouveau le jeune homme quand quelque chose lui revint à l'esprit.

" Avec ça j'ai oublié le plus important :merci à toi et à tes drôles de baies ! "

HRP:
 



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsyu Yamiko
Coordinateur
avatar

Masculin Sagittaire Tigre
Messages : 14
Date de naissance : 03/12/1998
Date d'inscription : 05/01/2015
Âge réel : 19

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 4 250 $

MessageSujet: Re: I guess my guardian angel drinks feat. Mitsyu   Sam 21 Mar - 23:17

Le moins qu'on puisse dire, c'est que cette demoiselle n'avait rien d'une fille fragile. Ou du moins ne le montrait-elle pas. Elle avait cette sorte d'aura, celle des gens forts, celle de ceux qui passent par beaucoup, et en impose. Pourtant, on ne croirait pas cela possible, aux vues de sa situation. La pauvre âme, blessée, adossée à son pokémon, semblait en plein questionnement interne. Peut-être avait-elle simplement mal à la tête? Vu sa température, cela ne serait pas étonnant, et je me maudissait de ne pas avoir pensé à un paquet de cachets. Je cherchais à coup d'oeil furtif mon Miaouss. Il avait le dos rond, il semblait être effrayé par quelque chose, quelqu'un peut-être, et il se mettait en position défensive.

Revenons à la demoiselle. Malgré la douleur que je devine incommensurable, que ce soit au niveau de sa tête avec sa température sous un soleil de plomb comme celui-là, où son épaule qui doit lui faire atrocement mal, elle est restée extrêmement calme. Trop calme, s'en était même étrange. N'importe qui aurait au moins gémit, ne serait-ce que par la force que j'ai mis à resserrer son bandage, mais elle ne dit pas un mot. Enfin, si. Elle avait trouvé la force ironique de me dire de ne pas m'inquiéter de lui faire mal lorsque je l'ai mise en garde. Ma foi! Si ce n'est pas une preuve de courage borné, qu'est-ce que c'est, je vous le demande!

Oui, vraiment, cette jeune femme semblait doué d'une sacrée force mentale. Je l'enviais quelque peu sur ce point. Mais sa voix me rappela à la réalité bien vite, me coupant dans mon petit monologue de pensées.

" Tu peux me tutoyer, tu sais, j'ai moins de 50 ans. Tu peux même utiliser mon prénom, tant qu'on y est, c'est Lylie. "

Elle souriait. C'était forcé, mais elle souriait. Et je dois dire que même forcé comme cela, son visage était des plus gracieux, et cela me fit un pincement au coeur d'entendre une voix tremblotante sortir de cette fine bouche.
    Ainsi, mon vouvoiement la gênait? Voilà qui est tout aussi peu commun que le reste chez elle. C'était amusant. Pour elle, doit-on être vieux pour gagner le droit à une formule de politesse? Ah, mais que d'idées inutiles dans une situation comme celle-là! Je suis face à une femme grièvement blessée, affaiblie, et je tergiverse sur la façon dont je devrai m'adresser à elle? Bon sang, suis-je donc idiot?

Je me grattais la tête, tandis que je m'insultais intérieurement, fronçant les sourcils et plissant ostensiblement les yeux, avant d'ouvrir ma bouche et d'en faire sortir quelques mots.

"Désolé, j'ai pour habitude de vouvoyer même mes camarades. Vo... Tu t'appelles donc Lylie? Moi c'est Mitsyu, Yamiko de mon prénom. Appelle moi comme bon te semblera."

Je regardais la demoiselle, tandis qu'elle semblait ramasser un petit paquet au sol. Elle en sortit une cigarette, qu'elle alluma et commença à fumer, tout en s'excusant de la gêne occasionnée, précisant qu'elle l'avait méritée. Et Dieu sait qu'elle l'avait mérité. Il parait que ça aide à se calmer, et après le grand huit de sensations qu'elle à du avoir, je pense que ça devrait en effet lui faire un peu de bien.

Elle avait eu la délicatesse de souffler sur le côté. J'avais pu remarquer tandis qu'elle prenait sa première bouffée de fumée que sa main était tremblante. Ce n'est peut-être qu'un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Quoi qu'il en soit, son regard s'envola dans la plaine, ses yeux rouges virevoltant jusqu'à se figer brusquement, froidement. Qu'avait-elle vu? intrigué je tournais la tête dans la direction de son regard, qui admirait manifestement le vide. J'ai cru voir ses rubis miroiter pendant un instant, ce qui me surpris. Ce qui me surpris moins, c'était le mouvement rageur pour effacer le plus petite parcelle de ses goûtes salées propre à l'espèce humaine, les larmes. Alors c'était ce genre de personne, hein? A cette vu, je n'ai pu m'empêcher un léger sourire de compassion. D'aucun penserait qu'il s'agit de moquerie. Un simple regard dans mes yeux suffirait à lui faire comprendre son erreur. Tandis qu'elle reprit une bouffée de fumée, elle figea son regard sur moi, tandis que je reprenais mon inimitable air stoïque. Sa bouche s'ouvrit. Elle lâcha sa fumée en m'expliquant des choses à propos d'un certain Toru, que je devinais être son Zoroark.

Rocket? Ma mâchoire se contracta machinalement à l'écoute de ce mot. J'avais entendu parler de ces enfoirés. La majorité prenaient les pokémons pour des bêtes de combats, et les autres pour des marchandises. Je leur voue une haine indescriptible. Son Zoroark deviendrait donc fou à la vue d'un des leurs? Et bien, je dirais que c'est naturel, c'est une réaction classique, mais manifestement, il est à un tout autre niveau que la simple colère. Je secouais ma tête en entendant cela. Je soupirai. je voulais dire quelque chose mais... Dire quelque chose de travers aurait été une mauvaise idée. Elle finit par désigner son épaule. J'acquiesçait d'un simple hochement de tête compréhensif.

" Je l'ai défié pour qu'il s'en prenne à moi au lieu de provoquer une catastrophe, ça aurait été bête. Mon Absol l'a repoussé à temps pour le faire revenir à lui mais maintenant il s'en veut. Pourtant c'est pas si grave. "

Elle est bien gentille. C'était très grave. Trop grave pour être pris si légèrement. La bonne chose, c'était que la baie Grena avait fait effet. La tâche rouge sur le bras de la jeune femme avait arrêté de grandir. Elle tapota le flan de son Absol, auquel je n'avais pas porté attention jusqu'à présent d'ailleurs. J'étais bien trop préoccupé par l'état de la jeune femme. En parlant de préoccupation.... Diamant? ou est-il? Je jetais un coup d'oeil inquiet derrière moi. Il n'avait jamais été aussi nerveux. Quelque chose ne tournait pas rond, et mon chaton de pokémon devait avoir trouvé ce qui n'allait pas. Je fus cependant vite rattrapé à mes pensées par la jeune femme qui me remerciait pour mes drôles de baies.

"Vou.... Enfin, je veux dire, tu sais, les baies, c'est de famille. On a d'ça dans le sang, comme dirait mon père. Mais bref. Comment vou... Enfin, comment te sens-tu? La douleur à l'épaule devrait être plus légère, au moins un peu, non? Je ne peux malheureusement rien faire pour vo.. Ta température, désolé. Et.."

Interruption. Sursaut. Frayeur. Je me retourne, après le cri déchirant de mon Miaouss. Il était au sol, couché dans la terre. Il se releva, et vint se cacher derrière moi. Il avait manifestement reçu un coup, et pas des moins violent. Il y avait littéralement six mètres entre l'endroit où je l'ai vu précédemment et l'endroit où il a atterri. La pauvre boule de poils, si rapide habituellement, avait maintenant du mal à marcher.

"Qu'est-ce que...?! Diamant, rentre dans ta pokéball!
-Miaaa......"

J'étais dans un tel état d'incompréhension que cela en devenait gênant. J'examinais la scène. Qu'est-ce qui avait pu faire ça?! La journée commençait pourtant si bien! Je tournais à présent le dos à la jeune femme, j'étais trop préoccupé par ce qui avait pu faire ça, juste dans mon dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lylie Sørensen
Habitante
avatar

Féminin Taureau Tigre
Messages : 54
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 07/03/2014
Âge réel : 20

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 7 700 $

MessageSujet: Re: I guess my guardian angel drinks feat. Mitsyu   Lun 23 Mar - 0:11














 ❝ What if the wolf wasn't the bad guy ? ❞
Lylie Sørensen & Mitsyu Yamiko



Dans le dos de son dresseur, le Miaouss furetait entre les herbes. L'albinos n'y jeta que de brefs regards, mais pas besoin de le surveiller sérieusement pour savoir qu'il avait senti le Zoroark. Il avait l'avantage de l'odorat, et si le monstre rôdait dans les parages comme le lui faisait comprendre Oblivion, il n'aurait aucun mal à le trouver. Elle ne pouvait que voir les mouvements de l'air, de l'herbe, et ses brèves apparitions hors des illusions. Autant dire qu'elle était mal partie. De son côté, l'inconnu semblait assez perturbé par la requête de Lylie et buta plusieurs fois sur le vouvoiement, sur une habitude qu'elle devinait fermement enracinée. Il parlait de ses camarades, la laissant supposer qu'il étudiait à Gakuen, comme la majorité des jeunes gens qu'elle avait croisés jusqu'ici. Impossible de dire que c'était une mauvaise école, mais l'albinos était loin de la regretter. Ses études de coordinatrice la poussaient vers des concours auxquels elle n'aspirait nullement. De plus, maintenant qu'elle y réfléchissait, faire danser Oblivion, serait assez comique. Rien que d'imaginer le regard noir que lui lancerait le Pokémon la faisait rire intérieurement. Le jeune homme lui avait donné son prénom et son nom : Yamiko Mitsyu. D'autant plus curieux, la journaliste ne se présentait jamais sous son nom de famille s'emblée, à moins que ça soit pour le boulot. Enfin, elle ne pouvait pas le blâmer, son comportement était d'une politesse irréprochable. S'il remarqua ses larmes pourtant rapidement effacées, il ne fit aucun commentaire dessus, et le sourire qu'elle s'apprêtait à mal prendre n'était que compassion. Il écouta attentivement son explication, le nom des Rocket le faisant froncer les sourcils comme elle s'y attendait. Ouais, ça expliquait beaucoup de choses. Plus elle y repensait, plus l'ex-ciminelle se demandait ce qui lui avait pris, exactement. Ca avait l'air facile, certainement..

Le Pokémon Chadégout semblait de plus en plus nerveux, de plus en plus agité, et elle vit que l'air tremblait un peu à nouveau, non loin de lui. Il avait trouvé le Zoroark, ou alors il n'était pas loin. Et il cherchait à s'en rapprocher, ce qui n'allait certainement pas lui plaire. Ce jeune Pokémon était beaucoup trop curieux, mais sur le coup elle pensa qu'il ne courait pas de danger. Toru lui semblait calmé, pas rassurant mais calmé, cette aura oppressante ne flottait plus dans l'air. Ou peut être ne la pressentait-elle plus, tout bêtement. Si le dresseur du petit Pokémon se retourna, il ne lui dit pas non plus de reculer. L'albinos abandonna donc l'idée de se lever pour aller précisément vers la zone trouble et éloigner les deux monstres l'un de l'autre. Elle se disait qu'à la limite, son Zoroark s'éloignerait à nouveau pour simplement les observer en paix. Il n'était pas violent, du moins pas intrinsèquement, pas sans raisons, il n'attaquerait pas un Pokémon comme ça s'il avait repris pied. Cependant Lylie restait relativement tendue: tant qu'elle n'avait pas vu ses yeux elle n'était pas sûre de son raisonnement. Ne voyant rien de grave, Yamiko s'était retourné vers elle, et la façon dont il buta sur le vouvoiement à chaque fois la fit sourire d'amusement.

" Vou.... Enfin, je veux dire, tu sais, les baies, c'est de famille. On a d'ça dans le sang, comme dirait mon père. Mais bref. Comment vou... Enfin, comment te sens-tu? La douleur à l'épaule devrait être plus légère, au moins un peu, non? "


Alors comme ça c'était une sorte de tradition, les baies. Original, dira-t-on, mais indéniablement utile. Peut être devrait elle faire un reportage sur ce sujet assez méconnu? S'il l'acceptait bien évidemment, elle était certaine de trouver des choses intéressantes à dire. Il semblait en savoir beaucoup sur ces produits de la nature qu'elle avait toujours regardés comme étranges mais sans plus, ce serait sans doute enrichissant. Oui, bien que ça ne soit en aucun cas le moment, la blessée pensait déjà à reprendre le travail. Elle tourna de nouveau la tête pour souffler la fumée de sa cigarette qui était presque à moitié consumée. Ses tremblements s'étaient un peu calmés et elle sourit en hochant la tête pour lui signifier que la douleur s'était atténuée, engourdie. Pas au point de ne plus la sentir, la blessure lui rappelait ponctuellement sa présence en la lançant sourdement, mais ce n'était pas aussi intolérable que tout à l'heure. Progressivement, le picotement des baies s'était réduit et sa peau protégée par le gel s'apaisait à son rythme. Cette méthode était étonnamment efficace, l'albinos devait admettre qu'il l'impressionnait. Il lui suffirait de ne plus trop utiliser cette épaule pour le moment, à son avis. Et peut être consulter un médecin pour quelques points de suture, oui, c'était une idée. La jeune femme allait verbaliser sa réponse, mais ne voulut pas interrompre l'élève de Gakuen visiblement préoccupé par sa fièvre.

"  Je ne peux malheureusement rien faire pour vo.. Ta température, désolé. Et.. "

Le Miaouss. Le Miaouss venait de prendre une attaque explonuit qui l'avait fait voir les étoiles avant de rencontrer brusquement la terre dans un cri de panique. Les derniers mots de Yamiko s'étaient envolés. Pendant quelques secondes elle n'avait rien écouté de ce qu'il disait, les yeux rivés sur un point quelques mètres au-delà de son épaule. Un vent de ténèbres secoua les herbes autour de cette silhouette noire responsable de l'attaque qui ne mit pas longtemps à disparaître de nouveau. Les yeux agrandis par le choc plus que par la peur, elle s'était raidie brusquement, la main crispée sur sa cigarette en fin de course dont les cendres tombèrent dans l'herbe. Elle l'avait vu, là, pendant un instant. Il portait encore des marques de son sang sur les pattes malgré sa course effrénée entre les herbes de la plaine, les tâches rouge ressortaient très bien sur son poil sombre. Un simple aperçu de sa silhouette lui avait suffi pour comprendre que non, ça n'allait toujours pas. Que l'air qui tremblait était mauvais signe, qu'il n'était pas exactement redescendu. Même à cette distance ses yeux la paniquaient. Il n'avait même pas retenu son coup, il l'avait attaqué violemment alors que le petit Pokémon était simplement curieux. Son dresseur semblait nager dans la plus profonde incompréhension, la scène s'étant déroulée dans son dos. Le cri de son Pokémon l'avait terrifié, elle l'avait bien remarqué. Pendant qu'il ramenait le Miaouss dans sa Pokéball en se demandant ce qui avait pu se passer, Oblivion courait en direction de l'endroit où avait disparu le renard, un grondement sourd au fond de la gorge.

" Qu'est-ce qui t'arrive..? "

Souffla-t-elle en sachant très bien que le Pokémon n'entendrait pas. Lylie tremblait à nouveau, ayant encore du mal à accepter ce qui venait d'arriver. Il.. avait été surpris, elle ne voyait pas d'autre explication. Elle ne voulait admettre d'autre explication. L'atmosphère était de nouveau angoissante, et au fond d'elle-même la jeune femme se disait qu'ils avaient de la chance qu'il fasse encore jour. Ils pouvaient encore le repérer entre les herbes vertes. Essuyant avec le dos de sa main quelques gouttes de sueur sur son front, elle plissait les yeux pour voir ce qui se passait à environs 5 mètres de là. Son Absol était en position défensive le poil hérissé, des ombres noires apparaissaient ponctuellement autour de lui.

" Mais c'est pas bientôt fini l? Toru, laisse le, tu vois bien que c'est Oblivion ! "

S'écria-t-elle avec force, certaine de se faire entendre. Les sourcils froncés, elle sentait bien que ses jambes restaient faibles mais ne voulait pas le laisser penser que ça l'empêcherait d'être lucide. La douleur n'était plus comme tout à l'heure, alors non elle n'avait plus l'esprit flou. Le renard apparut à nouveau, tournant la tête dans sa direction. On ne pouvait pas en dire autant de lui. Son regard avait quelque chose qui n'allait pas, bien qu'il ne montre plus les crocs. En reconnaissant Oblivion il s'en écarta pour marcher vers la journaliste, désorienté mais pas agressif. Pas encore ? Elle ne savait pas comment le prendre. Sa silhouette vacillait, comme si un changement de forme était proche ou simplement qu'il n'arrivait plus à maîtriser lesdits changements.

" C'est bien lui. Je suis désolée pour ton Pokémon Yamiko, j'espère qu'il va bien. "

Dit elle à voix basse en adressant au jeune homme un regard inquiet. Le Pokémon chat était désormais en sécurité, mais elle n'avait pas vraiment vu dans quel état il trouvait avant cela. Cela dit Explonuit n'avait pas pu lui faire de blessure ouverte, du moins elle ne le pensait pas, alors il ne serait pas nécessaire de courir à un centre Pokémon. Le Pokémon Désastre contournait soigneusement le starter de sa dresseur pour se placer à ses côtés. Plus précisément devant l'élève de Gakuen. Un visage inconnu n'allait pas le mettre à son aise, c'était certain, et dans cet état impossible de prévoir ses réactions. L'albinos sentait son rythme cardiaque s'accélérer, pour le coup elle espérait presque qu'il allait disparaître avant d'arriver devant eux. Mais il ne la lâchait pas du regard. Regard qu'elle ne se permit pas de détourner un seul instant. Son bleu oscillait, entre le vide et le regret. Au moins il revenait au lieu de les faire courir. Elle se pencha légèrement vers Yamiko, elle lui parla à voix basse.

" Là il va déjà mieux que tout à l'heure, je pense.. Enfin j'en sais rien, fais attention il -"

Mais ça aurait été trop sympathique de la laisser finir. Brusquement il était devant elle. Brusquement, le monde se réduisait à deux prunelles bleues. Elle retint un mouvement de recul, simplement tremblante. Qu'est-ce qu'il avait ? Son Absol grognait avec animosité, mais elle ne baissa pas les yeux vers lui. Seul existait Toru. Toru qui hésitait à avancer encore qui ne se faisait plus confiance. Elle lui tendit un main un peu tremblante qu'il renifla sans s'approcher plus, oreilles basses, probablement honteux. Il voyait maintenant de près le sang de ses blessures, et ce n'était pas particulièrement esthétique, il fallait l'admettre. Il fronça le nez en regardant le drôle de gel sur son épaule.

" J-je.. "

Bégayait elle, perdant ses moyens en se demandant s'il écoutait. Mais en un instant, ses oreilles se tournaient dans une autre direction, et il fixait l'élève de Gakuen avec une intensité qui ne disait rien de bon. Il coucha ses oreilles en arrière tandis qu'on grognement montait dans sa gorge. Quelque chose flasha à nouveau dans ses yeux bleu et elle crut voir la même étincelle de folie que tout à l'heure. Quelque chose de dangereux. Elle aurait aimé écarter Yamiko à qui ce regard devait faire froid dans le dos, mais le Zoroark bougeait trop vite pour elle. En un instant il l'avait projeté à terre et se tenait à quatre pattes entre les deux humains, montrant les crocs, comme s'il voulait la protéger. La protéger de quoi, elle n'en savait rien. Ses illusions se retournaient elles contre lui ? Le Pokémon Désastre avait reculé mais restait proche du jeune homme, assez contrarié de n'avoir pu lui éviter de finir étalé dans l'herbe.

" Wow, calme toi un peu. Il n'y a pas de danger ici, aucun, essaie de te détendre Toru ! "

Fit elle en essayant d'avoir de l'aplomb, mais son habituelle confiance en elle exagérée n'était pas au rendez-vous. L'albinos n'avait pas l'habitude de ces situations, et ça la perturbait encore trop pour pouvoir construire une réflexion rapide et efficace. Le Pokémon la regarda brièvement mais ne changea pas sa position ramassée, à son grand désarroi. A nouveau il la paniquait. A nouveau elle perdait ses repères. Elle espérait juste que l'élève de Gakuen ne ferait pas de mouvements trop brusques qui pourraient causer une réaction violente chez Toru. Pourvu qu'il ne panique pas.



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsyu Yamiko
Coordinateur
avatar

Masculin Sagittaire Tigre
Messages : 14
Date de naissance : 03/12/1998
Date d'inscription : 05/01/2015
Âge réel : 19

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 4 250 $

MessageSujet: Re: I guess my guardian angel drinks feat. Mitsyu   Jeu 2 Avr - 21:39

Clic. Clac. Les engrenages de mon cerveaux se remettaient en route. Au nom du saint Arceus, qu'est-ce qu'il venait de se putain de passer?! Je discutais calmement, et l'espace d'un instant, mon Miaouss s'envole sans ailes et me revient totalement défoncé! Sans déconner?! C'était quoi ça? J'arrivais pas à comprendre. J'avais beau chercher une explication rationnelle, y'avait que du vent! Du vent? Du vent! Un vent sombre, qui venait de ma gauche. Je tournai les yeux rapidement, et j'y vis cette créature dans toute sa féroce superbe. Un Zoroark. Mais à peine cette vision fut gravée dans mon esprit qu'il disparu à nouveau. Le Absol de la jeune femme semblait courir dans cette direction.

Je jetais un oeil vers la jeune femme. Elle était si tendue, si raide, que l'on aurait pu la prendre pour statue. Puis elle recommença à trembler. Elle aurait peur de son pokémon? Compréhensible. Elle avait soufflé quelque chose entre ses dents, mais c'était indistinct à mes oreilles. Tout était indistinct à ce moment précis. J'étais trop dérangé par les événements. Pourquoi son Zoroark aurait-il attaqué mon Miaouss? Elle m'a dit qu'il avait pété les plombs, il ne se serait pas calmé? Je jetais un oeil à la pokéball dans ma main. J'aurai pu jurer ressentir le souffle de mon pokémon dans sa balle. Saccadé, fatigué. Mais étrangement je ne pouvais pas en vouloir à l'autre créature au pelage sombre. Il a du se sentir menacé par Diamant lorsqu'il s'est approché. Et puisqu'il n'était pas stable, pour reprendre ce que disait Lylie... C'est une réaction compréhensible. Stupide mais compréhensible.

L'air avait changé. La belle journée qui s'offrait à nous, à mon chat et à moi, semblait définitivement foutue en l'air. Un vent d'une étrange lourdeur semblait tourbillonner autour de toutes les personnes de l'assemblée, moi compris. Mais je devais me calmer. J'étais encore sur les nerfs. Je me suis donc accroupi, l'espace d'un instant, et j'ai regardé les hautes herbes. Le Zoroark ne pouvait pas être bien loin, et même s'il se rendait invisible, je devais être capable de le voir bouger dans les hautes herbes... N'est-ce pas?

Et en effet, ce fut le cas. Je n'avais pas précisément d'idée précise de l'endroit où pouvait se trouver cette puissante, féroce, dangereuse et pourtant superbe bête. Tout ce que je pouvais apercevoir se résumait à des mouvements d'ombres sombres autour du Absol de Lylie. Ce Absol, d'ailleurs, parlons en. Il avait des mouvements vifs. Même s'il n'attaquait pas, il restait superbement agile. L'était-il plus que Diamant?

" Mais c'est pas bientôt fini l? Toru, laisse le, tu vois bien que c'est Oblivion ! "

La voix de la jeune femme me fit revenir à la réalité. Ah, oui. Le danger. Ouais c'est vrai que ça m'était sorti de la tête. Toru, le Zoroark, donc, attaquait son propre camarade. Ce n'est pas commun. Je tournais les yeux vers Lylie. Elle tremblait encore et toujours, et honnêtement, je ne savais pas comment elle faisait pour tenir encore debout. Car oui, elle s'est relevée. Elle suait à grosse goûte, probablement à cause du soleil qui tapait toujours aussi violemment. Par chance cela ne devrait pas durer, la fin d'après midi arrivait. Je recommençait à m'inquiéter quand tout à coup, du coin de l'oeil, j'aperçu à nouveau la majestueuse silhouette du Zoroark. Il s'approchait de nous, de Lylie et de moi. Le Absol revenait aussi. Le renard sombre avait un regard hagard, hébété, mais pas méchant pour le coup.

Lylie me confirma qu'il s'agissait bien de son Zoroark, tout en s'excusant pour Diamant. Je lui répondit d'un simple hochement de tête. Je n'avais pas la tête à répondre. J'étais concentré sur le pokémon. Mes mâchoires étaient si serrées qu'elles en étaient presque douloureuses. Mes yeux étaient rivés sur le renard. Mes sourcils froncés. Mes muscles contractés. J'étais littéralement tendu. Comment aurait-il pu en être autrement? Je remarquais que le Absol venait de se placer entre moi et la bête.

Puis, je remarquais un détail que tout bon coordinateur aurait remarqué. Cela ne dura que quelques secondes, même pas, quelques centièmes de seconde. Il venait de prendre appui sur sa jambe gauche. Soit il s’apprêtait à sauter, soir il allait foncer sur Lylie. Encore. Lylie avait commencé une phrase, mais elle fut interrompue. J'avais vu juste, il lui avait foncé dessus. Mais il avait pilé devant elle. Net. Comme s'il avait heurté un mur. Il instaurait la peur. Il faisait régner la crainte. Il insufflait la lâcheté dans mon coeur. Il était dangereux. Il me faisait peur. Et pourtant... Et pourtant... Il était si... Si... Impressionnant, imposant, intriguant, interloquant, apeurant, étonnant... Je connais des tas de mots, mais aucun ne saurait décrire cette sensation. C'était quelque chose d'ignoble, de repoussant, de dégoûtant, d'attirant, d'irrésistiblement violent. Tout à la fois.

Mon âme fut traversée par ses yeux bleus. Tels des saphirs, ils brillaient, mais tels des couteaux, ils étaient acérés. Il venait de poser les yeux sur le gel et avait brusquement tourné la tête vers moi. Ses yeux m'envoyaient une haine palpable, tandis qu'un grognement grave et profond parvenait jusqu'à mes oreilles. Il déplaça son centre de gravité vers le bas. Il allait me charger. Et même si mes yeux, mon cerveau, mes muscles enregistrèrent l'information, je n'étais pas assez vif pour éviter. J'eu à peine le temps de me bouger de quelques centimètres sur le côté, évitant de me prendre la charge de plein fouet.

Tout cela n'avait duré que deux secondes. Après un petit vol plané je me retrouvait au sol. Enfin, pas tout à fait. Effectuant une chute arrière de judo, je me retrouvai sur les genoux. Je regardais la créature. Elle était en position de défense et voulait visiblement protéger Lylie. Il croirait donc que je leur veux du mal. A côté de moi était revenu le Absol. Lui semblait m'apprécier. Je lui mis deux petites tapes sur le flanc, puis je lui fis d'un signe de tête comprendre que j'allais bien et qu'il ne fallait surtout pas qu'il agisse, et il semblait avoir compris.

" Wow, calme toi un peu. Il n'y a pas de danger ici, aucun, essaie de te détendre Toru ! "

Je regardais la dresseuse avec des yeux de glace. Le pokémon renard fit d'ailleurs de même ; puis je mis mon doigt sur ma bouche, histoire de lui faire comprendre qu'elle non plus, ne devait pas intervenir, ni même parler. Puis je rabattis mes yeux sur le pokémon. Mon regard oscillait entre ses yeux et ses crocs.

Je changeais de position pour m'asseoir en tailleur. Je fixais toujours le pokémon, mais uniquement dans les yeux à présent. Si j'avais eu une pokéflute, j'aurai pu le calmer. Si j'avais eu mes baies, j'aurai pu l'attirer et le rendre plus amical. Si j'avais eu Diamant en pleine forme, j'aurais pu l'hypnotiser. Mais je n'ai rien de tout cela.

Je suis resté là, assis, pendant... Combien de temps? Dix? Vingt minutes? Je n'ai fais que le fixer. C'était la fin de l'après midi, la chaleur déclinait. Le pokémon me fixait toujours. Je tendis une main vers lui, lentement, précautionneusement. Son regard était moins haineux. Peut-être viendrait-il de lui même voir ma main. Ce ne fut pas le cas. Il grogna. J'attrapais avec cette même main un brin d'herbe assez large. Il fallait que je trouve un moyen pour qu'il n'en aie plus après moi. L'idée la plus saugrenue m'est venue. Faire siffler une herbe. C'était quelque chose que j'aimais faire pour Shaymin, et il semblait l'apprécier. Peut-être, qui sait, que ce Zoroark sera envoûté par ma mélodie aussi. Siffler avec un brin d'herbe, c'est facile. En faire une jolie mélodie, c'est extrêmement difficile [HRP: mais c'est faisable]

Et puis j'ai réfléchi. Et puis je me suis gratté la tête avec l'air le plus penaud que j'ai jamais affiché. Comment j'avais pu croire que ça marcherait? C'était complètement stupide. Cette bestiole m'en voulait clairement. Cette superbe figure terrifiante ne me stressait plus, par contre. J'étais plus serein. Je me relevai. Il se crispa et contracta ses muscles, prêt à bondir et il montra les crocs. Qu'est-ce que j'avais sur moi? Pas grand chose. Rien qui pourrait m'aider. Une seule solution, le bluff. Je regardais le Absol, qui m'observait tandis que je me relevais.

"Ecoute mon coco. J'suis pas ton dresseur, mais j'aimerai que tu t'éloigne de moi. Ca risque de mal tourner pour ma pomme, alors j'aimerai pas que tu sois pris la dedans. Retourne vers ta dresseuse, va."

Dis-je, tout en lui caressant le haut du crâne. Qu'il m'écoute où pas, peu importe. Je veux juste voir quelque chose. Je fis un pas vers le Zoroark. Ce dernier réagit d'un grognement. Pas peur. Je n'ai pas peur. Je ne suis pas impressionné. Je regardais fixement le renard en faisant un autre pas. Il grogna à nouveau. Je n'ai pas peur. Je ne suis pas impressionné. J'écartai les bras. Il poussa un grognement plus long et plus grave encore. Je n'ai pas peur. Je ne suis pas impressionné. Je continue d'avancer, pas à pas. Cinq. Six. Huit. Quatorze. Dix-sept. Stop. Il s'était aplati sur ses jambes arrières, prêt à bondir. J'ai peur. Je suis impressionné. Mais je ne le montre pas. Je refais un pas. Il saute. Il me saute dessus, toutes griffes dehors. Je le savais. Je l'avais prévu. Il est rapide. Très rapide. Trop rapide. Mais moi aussi. Je ne suis peut-être pas aussi rapide, mais je suis aussi agile qu'un Persian. Je me feint et j'arrive à passer sous son bras tandis qu'il tentait de m’asséner un coup de griffe avec ce dernier. Je l'attrape. Je passe derrière lui. Il s'attaque à ma main. J'ai mal. J'ai très mal. Je l'agrippe pourtant fermement. Dans son dos, je me sers contre lui. Il continue d'attaquer ma main.

"Chuuut... Là... C'est fini..."

Ma main gauche est complètement défoncée. Mais je lui caresse le ventre avec. Avec la main droite, j'appuie légèrement sur son bras. Il résiste. Je n'appuie pas plus fort. je continue de le caresser tout en lui murmurant à l'oreille que ça allait. Que c'était fini. Ma main pisse le sang. C'est une douleur incommensurable. J'ai si mal que je ne sais pas comment je fais pour ne pas m'évanouir. Mais je le caresse. Doucement. Et il se calme. Doucement. Il ne tremble plus. Ses membres sont moins tendus. Il tourne la tête dans ma direction et se dégage. Il a compris. Je ne lui veut rien. Il saute et s'éloigne. Je souffre. Je crève de douleur. Je tombe à genoux et je sers la mâchoire. Je ne dois pas l'effrayer. Je ne dois pas hurler ma douleur. Je ne dois pas extérioriser. Je retire mon sweat et je l'enroule autour de ma main. Je sers. Je suis torse nu, à la merci de ce renard. Mais je lui faisais confiance à présent. A tort? Peut-être. Mais il ne me ferait rien maintenant.

"Hey, Oblivion, c'est ça? Dis voir... Si tu t'y connais en baie mon beau, ça te gênerai d'aller me chercher une baie grena? C'est celle que j'ai utilisé pour ta dresseuse... Ca serait cool pour arrêter le saignement, au moins, s'teuplait...."

Je souffrais. Mais je regardais la dresseuse avec un sourire un peu forcé, mais triomphalement triomphant. Je voyais trouble, à cause de la douleur. Mais j'ai quand même trouvé la force ironique de lever le pouce de ma main valide vers elle.

"on dirait que j'ai réussi, hein Lylie? Hahahaaaargh...."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lylie Sørensen
Habitante
avatar

Féminin Taureau Tigre
Messages : 54
Date de naissance : 18/05/1998
Date d'inscription : 07/03/2014
Âge réel : 20

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 7 700 $

MessageSujet: Re: I guess my guardian angel drinks feat. Mitsyu   Dim 5 Avr - 19:40














 ❝ A jouer les héros on va finir à l'hosto ❞
Lylie Sørensen & Mitsyu Yamiko



Elle aurait voulu avancer, faire quelque-chose, n'importe quoi, ne pas rester comme une statue à regarder. Une statue ou une idiote, ou une trouillarde, les mots tournaient dans sa tête en se cognant aux bords de son esprit de façon désagréable. Ils résonnaient et lui faisaient mal à la tête. La scène se déroulait sous ses eux sans qu'elle puisse y faire quoi que ce soit, clouée sur place par ses jambes tremblantes et l'interdiction muette de son monstre. Monstre qui n'avait jamais été cruel et ressemblait maintenant à une bête traquée par des fantômes hurlants qui ne sait plus où diriger ses forces. Pourtant tout à l'heure elle l'avait vue s'agiter, au fond de ces étendues de place, sa conscience. Le renard luttait, et il cherchait à la protéger par instinct. Sans comprendre qu'il était le seul danger ici, que c'était lui qui lui faisait peur. Elle voudrait l'écarter mais visiblement il vaudrait mieux qu'elle ne bouge pas de son emplacement. Yamiko lui faisait comprendre qu'il allait gérer la situation. Tout au moins essayer. Lylie n'avait pas entièrement confiance, elle sentait qu'une entreprise trop audacieuse pourrait être bien dangereuse pour le jeune homme, et qu'elle en serait en partie responsable. C'était elle l'adulte, ici. Cette décision se heurtait à son caractère qui avait tendance à tout vouloir prendre en main, pourtant il fallait admettre qu'elle ne pouvait pas faire grand-chose. Inutile de se leurrer. Serrant les dents, elle renonça à appeler de nouveau Toru sans pour autant reculer. Comme si ça pouvait changer quoi que ce soit. Elle voyait Oblivion le toiser sans pour autant réagir, visiblement conscient que lui non plus ne devrait pas bouger. Si ça ne tenait qu'à lui, elle savait qu'il aurait attaqué le Zoroark, et depuis bien longtemps.

L'atmosphère était insupportablement tendue, et elle ne put s'empêcher de rager mentalement contre l'élève de Gakuen lorsque lui vint l'idée de s'assoir. Parce qu'il pensait courir vite comme ça ? Ou pouvoir éviter un coup ? Explonuit était plus puissant lorsque la cible touchait le sol. D'un autre côté il n'avait aucune chance de s'en tirer correctement s'il se mettait à courir, et cette position nullement agressive ajoutée aux mouvements lents calmerait peut être son Pokémon. Elle n'en avait aucune idée, elle savait juste qu'avec elle c'était la voix, la conscience qu'il menaçait quelqu'un qui ne lui était pas hostile et ne pouvait se défendre. Les minutes s'écoulèrent dans un silence angoissant. Le ciel bleu se moquait d'eux, mais progressivement l'astre du jour les quittait. A nouveau elle s'essuya le front avec son bras valide. Il ferait bientôt moins chaud. Mais ils n'y verraient bientôt plus très clair, aussi. Ils allaient devoir rentrer de nuit, et l'albinos n'avait aucune idée de là où elle se trouvait, courir dans tous les sens l'avait épuisée et désorientée. Elle espérait qu'ils ne seraient pas obligés de passer la nuit ici. Il avait voulu jouer de la musique avec un brin d'herbe, visiblement, mais l'initiative était loin de plaire à Toru. La journaliste n'avait aucun mal à imaginer le regard sans appel qu'il lui lançait lorsqu'il se releva, visiblement penaud. Avait-il au moins conscience du risque encouru ? Elle avait pourtant cru être claire là-dessus.

" Ecoute mon coco. J'suis pas ton dresseur, mais j'aimerais que tu t'éloigne de moi. Ca risque de mal tourner pour ma pomme, alors j'aimerais pas que tu sois pris la dedans. Retourne vers ta dresseuse, va. "

Fit il à l'intention d'Oblivion. Lylie fronça les sourcils en entendant ça. Qu'est-ce qu'il prévoyait réellement de faire ? Est-ce que ça en valait la peine. S'il le fallait, elle lancerait son Absol contre son propre starter, ce.. ça jurait complètement avec ce qu'elle lui avait promis, mais elle ne voulait pas que Yamiko finisse handicapé. Elle ne voulait pas qu'il aie des emmerdes parce qu'il lui était venu en aide sans savoir ce après quoi elle courait. Sans savoir que l'ombre qu'elle poursuivait attaquait mieux qu'elle ne fuyait. Il s'était levé, il avançait. Le monstre l'observait avec attention, poussant des grondements dissuasifs. Ca allait mal se passer. Qu'est-ce qui lui prenait ? Reculer aurait été bien moins risqué. Et bien plus logique. La jeune femme voulut avancer, par pur réflexe, mais ses jambes n'étaient pas de set avis. Elle buta contre le Pokémon Désastre qui la regardait d'un air réprobateur, en la traitant probablement d'inconsciente dans sa tête. L'arrêt plus brusque que ce à quoi la journaliste s'attendait la fit perdre l'équilibre, elle était debout depuis trop longtemps déjà. Oblivion la rattrapa en passant rapidement la tête sous son bras valide pour amortir le choc, et elle se retrouva assise dans l'herbe. Il était dans son dos mais lui interdisait formellement de faire un mouvement de plus. Mais ce n'était pas comme si elle pouvait empirer les choses. Il bondissait maintenant vers l'élève de Gakuen. Pendant quelques instants elle crut qu'il allait le mordre, et que ça serait fini. Mais il avait réussi à passer derrière le renard pour.. le serrer contre lui ? Il aurait fallu l'éviter. Maintenant sa main essuyant de violents coups de griffes.

" Arrête, je t'en prie arrête, tu sais pas ce que tu fais ! Toru .. "

Sa voix s'étranglait dans sa gorge, et il ne l'écoutait pas. Ou alors il ne l'entendait pas. Yamiko s'obstinait à caresser doucement son ventre, comme pour montrer qu'il ne lui voulait rien de mal. Mais le Pokémon bloqué paniquait, n'être pas libre de ses mouvements ne pouvait que le rendre violent. Il cherchait à se défaire de son étreinte, ce mouvement inattendu avait enflammé cette agressivité latente qui depuis tout à l'heure n'attendait que le moment de bondir. D'écarter définitivement le problème. La jeune femme avait voulu se lever mais s'était ravisée. Elle.. ne devait pas bouger. Ca la dégoûtait. Elle ne pouvait que rester là, elle ne pouvait qu'attendre que ça soit fini. Des gouttes de sel avaient roulé sur ses joues sans qu'elle s'en rende compte. Son starter continuait de lui déchirer la main, pendant un temps infiniment long avant de réduire ses attaques. Avant de détendre ses muscles, presque miraculeusement. Sa dresseuse avait plaqué une main sur sa bouche pour ne rien dire. Pourvu qu'il puisse guérir après ça. Pourvu qu'il ne perde pas l'usage de sa main. Le sang dégoulinait sur l'herbe verte, rappelant la couleur du ballet désespéré qui se jouait entre le soleil et les nuages en ce ment-même. Un bref regard de compréhension. Non, en définitive il ne voulait de mal à personne, cet inconnu. Toru se dégagea, sauta sur le côté pendant que celui qu'il avait blessé tombait à genoux. En silence. Elle fronça les sourcils. Il avait un sang-froid impressionnant, mais elle voyait bien à quel point la douleur déformait son visage. Pas étonnant. N'importe qui aurait lâché le renard au bout de deux coups de griffes. Elle l'aurait lâché aussi, l'attaque l'aurait blessée à un tout autre niveau.

" Hey, Oblivion, c'est ça? Dis voir... Si tu t'y connais en baie mon beau, ça te gênerai d'aller me chercher une baie grena? C'est celle que j'ai utilisé pour ta dresseuse... Ca serait cool pour arrêter le saignement, au moins, s'teuplait... "

Fit-il à l'intention de l'Absol, ayant enroulé son sweat autour de sa main pour éviter d'irriguer toute la plaine. Oblivion la regarda, comme cherchant de l'approbation. Il voyait bien de quelle baie il était question, il avait vécu seul suffisamment longtemps pour en connaître n rayon. Elle ne savait pas ce que ce Pokémon avait traversé, mais il en connaissait un rayon en matière de survie. Bien entendu la jeune femme hocha la tête en lui soufflant de se dépêcher. Il hésitait à la laisser seule avec Toru, c'était surtout ça le problème. Mais elle était convaincue que le danger était écarté. Il avait sauté dans sa direction, il la fixait d'un air penaud. Il avait de quoi. Elle refusa le bras qu'il lui proposait pour marcher jusqu'au blessé qui lui adressait un sourire forcé mais victorieux, levant le pouce comme si ça avait été facile. Franchement, il aurait pu s'épargner ça. Il aurait pu moins lui faire peur, aussi.

" On dirait que j'ai réussi, hein Lylie? Hahahaaaargh.... "

Son interlocutrice rit à son tour avant de lever les yeux au ciel. C'était beau, l'optimisme. Et l'inconscience. Toru était effectivement lucide, désormais. Lucide et penaud, il restait un peu en retrait et les surveillait attentivement, comme attendant un signe pour s'approcher. Mais pour l'instant sa dresseuse s'inquiétait surtout pour Yamiko qui cherchait à ne pas se vider de son sang. Elle s'agenouilla à côté de lui après s'être brièvement essuyé les yeux, haussant les sourcils d'un air sceptique.

" Tu as aussi réussi à te faire charcuter, et pas joliment. Enfin bon, quel self-control, t'es soit impressionnant soit un grand malade ~ Laisse moi faire, t'endors pas, Oblivion se dépêche. "

Fit l'albinos, cherchant à voir son Absol. Il longeait rapidement la forêt, elle voyait sa silhouette blanche courir près des arbres. Probablement suivait-il la trace laissée par le Miaouss tout à l'heure pour retrouver plus facilement le plant de baies. Il y en avait certainement d'autres au même endroit. Pour sa part elle fit signe au Zoroark de bien vouloir rapprocher son sac et fit basculer Yamiko en arrière lentement pour que sa tête repose sur ses genoux. Ca serait plus pratique pour vérifier qu'il ne perdait pas connaissance. Le sweat se colorait lentement d'écarlate, et elle fouillait dans le sac en ignorant le tiraillement de son épaule pour voir s'il n'y avait pas une autre bande de gaze au fond. Ce serait sans doute mieux que de mettre le gel sans rien. Il lui en restait effectivement une, pas très longue car elle en avait déjà découpé des morceaux lors d'expéditions précédentes. Bon.. pour une main, ça devrait le faire. Oblivion revenait à ses côtés avec deux baies entre les crocs par précaution. Il grogna sur Toru mais ce dernier l'ignora, debout derrière Lylie il avait posé une main sur son épaule blessée avec le plus de délicatesse possible. Elle soupira en retournant une baie entre ses mains, cherchant à savoir où enlever la peau. En principe c'était le jus qui les intéressait, non ?

" Je vais bien, tout va bien, on en reparlera plus tard. Viens plutôt devant moi et prend ça, t'as les ongles parfaits pour la presser. "

Murmura la dresseuse en lui tendant la baie. Il se glissa en face d'elle, dos au soleil déclinant. Derrière lui se jouait un dernier combat de l'astre qui semblait chercher à animer ce ciel d'un bleu moqueur de ses rayons aux couleurs violentes. Comme s'il voulait qu'on se souvienne de sa magistrale sortie de scène avant que la nuit n'avale tout. Le Zoroark avait la baie dont elle avait arraché quelques morceaux de peau entre les griffes. Sa dresseuse déplia le sweat qui entourait la main de Yamiko, et lui adressa un bref sourire.

" Je t'aurais bien dit de tenir ma main, mais en vrai j'en ai besoin. "

Ayant posé le sweat de côté, elle épongea rapidement le sang autour de la blessure avec un mouchoir qu'elle se garda bien de presser sur la plaie pour ne pas lui faire mal plus que de raison. L'albinos n'osait pas imaginer l'état du fragile système qui, en principe, permettait de bouger la main et les doigts indépendamment. Il garderait d'affreuses cicatrices, mais qu'en était-il des séquelles ? Elle tenait la main du jeune homme un peu plus haut que le reste du corps et fit signe à son Pokémon qu'il pouvait y aller. La même glue étrange s'écoula de la baie pour recouvrir intégralement la blessure, provoquant certainement une douleur analogue à celle que Lylie avait ressentie auparavant. Peut être supérieure, car dans son épaule l'os n'avait pas été touché, mais la main était une structure bien plus fine. Rien que l'idée la faisait grimacer désagréablement. Elle essuya le jus en surplus qui ne ferait que coller partout et être gênant avant d'entamer le bandage. Et non elle n'y allait pas vraiment de main morte.

" C'est bientôt fini, t'inquiète. Désolée mais il faut que ça tienne. "

Dit elle en affichant un air un peu contrarié. Elle espérait ne pas faire de connerie, vraiment, ça l'ennuierait qu'il se retrouve en encore plus mauvaise posture. Finalement elle coinça le bout de sa bande de gaze sous un pli et reposa la main de Yamiko sur son ventre. La nuit était tombée, en définitive. Si une partie du ciel était encore claire, les étoiles apparaissaient au dessus d'eux. La journaliste ébouriffa amicalement les cheveux du jeune homme avec un léger sourire.

" Eh bien, on va avoir l'air fin à se ramener tous les deux avec le même bras dans un sale état, de nuit, dans un hôpital..  Ca mériterait presque une autre cigarette, mais faut qu'on rentre avant, à mon avis. "

Fit elle presque tranquillement. Si les Pokémon y voyaient plutôt bien de nuit, ce n'était pas leur cas, aussi libéra-t-elle son Héricendre pour qu'il puisse les éclairer avec son dos enflammé. Si avec le bruit il avait très bien compris qu'il y avait du grabuge, la scène l'étonna quelques secondes: il n'avait pas l'habitude, il n'avait encore jamais vu Lylie dans une situation pareille. Enfin ce n'était pas exactement un caractère fragile, d'ailleurs il ne mit pas longtemps à trouver Oblivion désagréable. Ces deux là n'avaient jamais pu se voir. La jeune femme remercia donc son Pokémon avant de l'enfermer de nouveau dans sa Pokéball pour éviter de nouvelles complications. Ce n'était vraiment pas le moment. Elle se redressa lentement et cette fois-ci laissa son starter lui prendre la main. D'ailleurs il avait déjà endossé son sac, comme s'il cherchait à se rattraper. Il la regardait toujours d'un air désolé. A croire qu'il n'avait pas compris qu'elle était incapable de lui en vouloir. Elle passa une main derrière sa tête pour appuyer son front contre celui du renard quelques secondes, lui soufflant qu'il n'était pas tout seul là-dedans, qu'elle ne l'abandonnerait pas. Et elle espérait sincèrement ne pas y être obligée un jour. Il lui semblait que ses yeux brillaient. D'un bleu de nouveau pur, ils rencontraient l'écarlate de sa dresseuse qui ne tarda pas à s'écarter lentement. Sūraja faisait flamboyer son dos comme pour les inciter à se dépêcher. L'élève de Gakuen avait besoin de soins rapidement, ils ne pouvaient pas rester là. Les flammes de l'Héricendre éclairaient son visage et elle lui lança un regard inquiet.

" Tu peux marcher ? Tiens toi à Toru, sinon, promis il mord plus."

Edit pour la suite à l'hosto :
Elle jeta un regard inquiet à Yamiko, encore dans l'herbe, avec son bandage rouge autour de la main. Il se leva lentement et se dirigea vers elle d'un pas in certain, essayant un sourire. Les flammes étaient dans son dos mais elle voyait bien qu'ils étaient sur le point de le perdre. Elle voulut lui tendre la main mais il parla avant.

" Bien sûr que je peux march.. er.. "

Fit-il en perdant connaissance. Il se serait ramassé dans l'herbe si Toru n'avait pas été particulièrement vif. En effet il n'eut aucun mal à rattraper le jeune homme par le milieu du dos. Jeune homme qui d'ailleurs n'avait plus de haut, ils feraient mieux de se dépêcher histoire qu'il ne prenne pas froid par la même occasion. Ramassant le sweat sanglant dans l'herbe, au cas où ce soit lavable, la journaliste poussa un profond soupir et jeta un bref regard aux étoiles qui s'imposaient de plus en plus. Ils allaient mettre un certain temps à rentrer vu la vitesse à laquelle elle se déplaçait, pourtant il fallait se dépêcher. Ce fut la décision d'un instant. Elle libéra son Mangriff pour monter sur son dos, ramena le Pokémon Feu dans sa pokéball et Toru se chargeait du blessé. Pour être exacte il le portait comme une princesse. HUM.

Ils se mirent en route rapidement, courant entre les herbes de la plaine. La ville n'était pas loin, il ne leur fallut qu'un quart d'heure pour retrouver la civilisation. A la lumière des lampadaires, leur groupe devait avoir l'air assez étrange. Les passants avaient tendance à fixer un regard interrogateur sur le visage de l'albinos, laquelle les ignorait superbement. Assurément on se demandait ce qui leur était arrivé. Mais ce n'étaient pas leurs affaires. Elle descendit rapidement du dos d'Akēla pour entrer la première dans l'hôpital, dans la zone des urgences. Après quelques secondes de flottement et d'incompréhension, Toru leur confia la princesse évanouie et Lylie se laissa tomber sur un siège de la salle d'attente. S'ils avaient sans doute perdu autant de sang, elle était toujours consciente. On ne tarda pas à lui dire de venir voir un médecin, et de se dépêcher; n'était elle pas folle de rester comme ça ?


© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I guess my guardian angel drinks feat. Mitsyu   

Revenir en haut Aller en bas
 
I guess my guardian angel drinks feat. Mitsyu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guardian Angel
» 91 - Massy - Association Scrap'art Angel
» Dark Angel, une série de James Cameron sans James Cameron ;D
» Ma toute première fanfic, victime : Dn Angel
» [W40K Dark angel et eldar]du neuf avec du vieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: Extérieur :: Prairies-
Sauter vers: