Partagez | 
 

 another life begins △ LIOR.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: another life begins △ LIOR.   Ven 19 Sep - 18:01



this is my world now +  lior

J'avais franchement l'impression que Morzan se moquait de moi. Le petit lézard me dévisageait avec une lueur amusée dans les yeux et un sourire grandissant illuminait ses traits. Ses minuscules canines bondissaient un peu et des petits grondements lui échappaient de temps à autre. Yep, plus de doutes maintenant, il riait bien de ma tronche. Tout ça parce qu'un effronté m'avait pratiquement jetée par dessus bord avec mes peluches et mes bagages. Je me retrouvais ainsi sur le sentier de l'académie toujours vêtue de mon pantalon pyjama. Heureusement, je n'avais pas pris le temps de retirer mon t-shirt blanc de la veille, sans quoi j'aurais sans doute l'air encore plus tarée que j'en avais l'air actuellement. Fouillant dans l'immense sacoche qui contenait une partie de mes vêtements, j'attrapai une veste noire dans laquelle je m'enveloppai. Après tout, les matinées étaient relativement froides au printemps !

J'étais armée de tout ce dont j'avais besoin pour me rendre à l'académie ; mon premier Pokémon marchait à mes cotés, la brute qui m'avait poussée hors du ferry n'avait oublié aucune de mes affaires et j'étais parée contre le froid… Alors pourquoi ces frissons et cette sensation bizarre dans le creux de mon ventre ? C'était un drôle de ressenti, comme si une nuée de papillons s'était nichée dans mon estomac. Bah, c'était sans importance ! Aujourd'hui marquait le début de ma nouvelle vie en tant que dresseuse ! Sans plus me poser de questions, je poursuivis mon chemin, contemplant la nature qui s'éveillait, avide de découvrir Gakuen et ses environs. En un mot, c'était magnifique. La nature ne manquait pas ici. Les Pokémons sauvages ne devaient pas manquer non plus. Ce serait parfait pour une éventuelle balade ou quelques combats.

Nous marchâmes longuement avant d'apercevoir l'académie. J'étais fatiguée, mes affaires n'étaient pas si légères que ça et je gardais un œil sur mon starter, qui avait le don de fureter à gauche et à droite. Morzan ne devait pas avoir envie de s'éloigner ce matin, puisqu'il resta à mon coté tout au long de notre périple. Soudainement, elle apparut. Gakuen. Plus majestueuse encore que la nature qui l'entourait. Je me penchai pour soulever mon Salamèche. « Regarde, Morzan ! m'exclamai-je. C'est dans cet endroit magnifique qu'on va apprendre tout ce qu'on veut savoir ! » Tout sourire, je déposai mon Pokémon par terre et pressai le pas. Peu à peu, des silhouettes se dessinèrent sur ma route. Des étudiants de tous âges accompagnés de leurs Pokémons. Certains élèves m'observèrent curieusement, d'autres m'ignorèrent royalement. Dans tous les cas, personne ne sembla remarquer que le pantalon noir marqué d'un Pyroli était en fait mon vieux bas de pyjama. J'étais soufflée. Je n'avais croisé qu'une poignée de gamins et d'ados, mais j'étais déjà sur le derrière : les élèves ici semblaient tous expérimentés.

Je pénétrai à l'intérieur, laissant passer mon Salamèche avant moi. Une fois encore, la beauté des environs m'impressionna. C'était paisible et de bon goût. Suivant les écriteaux, je me rendis au secrétariat. La dame me fit cadeau d'un horaire, d'une carte de l'académie et d'une petite clef marquée des numéros 3 et 378. De retour dans le hall, je fourrai la clef dans la poche de ma veste et tentai de déchiffrer la carte. C'était tellement grand ! Plus je contemplais le plan et plus les salles et les nombres se multipliaient. « J'abandonne… » murmurai-je après quelques tentatives. Découragée, je levai les yeux. Morzan s'était installé sur un banc à quelques pas d'ici. Je le rejoignis et me laissai tomber à ses cotés. « Dis, tu ne saurais pas comment déchiffrer une carte, par hasard ? » le questionnai-je.

« Salamèche ? » Mon pauvre Pokémon adopta un regard confus et inclina légèrement la tête. Laisse tomber, petit. Je trouverai bien une solution, songeai-je en vissant une fois de plus mes yeux sur la carte, la main posée sur la tête du Salamèche.






HRP:
 


Dernière édition par Tsukimi Kurochi le Dim 19 Oct - 14:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lior Van Helsing
Chasseur de vampires !
avatar

Masculin Lion Chat
Messages : 56
Date de naissance : 07/08/1999
Date d'inscription : 06/08/2014
Âge réel : 18

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 3 900 $
MessageSujet: Re: another life begins △ LIOR.   Ven 19 Sep - 22:41




Another life begins













Et un joli jour de main, au fleurs naissantes, à l'herbe verdoyante et aux arbres qui murmurent des chants d'oiseaux à votre fenêtre tôt le matin lorsque vous essayez d'arracher quelques moments au temps tout-puissant pour continuer votre tragique romance avec votre oreiller. Quand celui vous chasse de ce paradis juste à la bonne température qu'est le creux de votre couette juste parce que vous avez collé vos pieds dessus. A y réfléchir, pas mal d'humains vous chasseraient aussi si vous leur colliez vos pieds dessus.
J'imagine que c'est pas la peine de préciser qu'aujourd'hui non plus j'avais nullement l'intention d'aller en cours. Depuis mon arrivée ici, je n'en ai assisté qu'à un, et il était tellement mortel que j'ai fait la solennelle promesse de ne plus remettre les pieds dans une salle de classe avant d'avoir mûri et enfin réalisé à quel point l'éducation était importante. Le pire, je crois, c'est que j'en suis parfaitement conscient et que je m'en tape parfaitement aussi. La tartine dans la bouche et la Sonistrelle sur mon épaule, sans oublier l'arbalète fermement sanglée sur le dos, j'ai passé le plus clair de la journée à procrastiner comme un porc en faisant mine d'entraîner mes pokémons à l'extérieur de l'académie. C'est fou comme il y avait du monde, et visiblement une nouvelle fournée de nouveaux. Je les regardait, adossé contre un mur, faisant mine de vieil élève chevronné qu'il ne faut pas embêter. Ils recrutent de tout, vraiment, de tout les âges et de toutes les sortes. Je secouais la tête, faisant s'envoler Sony.
Quelque chose à faire... Traquer les vampires est certainement la seule occupation valable qu'il me reste. Va pour traquer les vampires. Dans la cour, comme d'habitude, j'attire les regards avec ma tenue inhabituelle. J'aurais imaginé qu'ils se seraient familiarisés, avec le temps, avec mes coutumes bizarres, mais enfin, ce sont tout autant de choses qui ne m'atteignent plus.
Il me faut à présent trouver une planque. Un lieu sûr, ombragé, sec, où je pourrais voir sans être vu. Je regarde autour de moi. Comme il avait plu la veille, un lieu sec, ce serait difficile à trouver. Vaincu, je me retranche dans le hall de l'établissement, abandonné par Sony qui préfère manifestement rester se dégourdir les ailes au-dehors. C'est alors que je le vis. Ce banc, sur le côté, où les pommés viennent généralement s'asseoir. Il y a assez d'espace pour que je me faufile en dessous, et je pourrais zieuter entre les planches. Tel le Chenipan célère, je m'aplatis au sol et rampe avec difficulté derrière le banc. Toute l'assistance me regarde, interdite, mais au moins je suis en sécurité.
Ca fait deux heures que je suis derrière ce banc et aucun vampire n'est apparu pour terroriser la population. Je soupire, ennuyé. J'ai une crampe au genou, à force de demeurer carapaté sous la banquette. Soudain, une jeune fille s'approche, et s'assied juste à l'endroit où je me cache, masquant ma vision d'ensemble sur le hall. Certes, elle sent bon et agréable à regarder de derrière, vous voyez ce que je veux dire, mais je préfère rester vigilant, on ne sait jamais.

-Dis, tu ne saurais pas comment déchiffrer une carte, par hasard ?
- Salamèche ?

Je tente d'avoir l'air le moins absolument stalker possible en m'adressant à elle, tapotant au préalable son épaule.

- Excusez moi, ma chère demoiselle, je consent que vous soyez nouvelle à l'acaémie mais malencontreusement, vous obstruez ma vision... Pourriez vous vous décaler un brin ?




Dernière édition par Lior Van Helsing le Sam 4 Oct - 14:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: another life begins △ LIOR.   Dim 21 Sep - 18:58

HRP :
 



this is my world now +  lior

Cette fois, je m'étais embarquée dans une vraie galère. Perdue dans mes tentatives de comprendre cette fichue carte, je fus traversée de l'envie de la jeter violemment par terre et d'ordonner à Morzan d'y mettre le feu. Je me contentai de la replier au mieux de mes capacités – les grandes cartes ont toujours le don de se replacer n'importe comment et de se froisser dans le processus – et de soupirer longuement. Une solution, une solution, une solution… Ouais mais laquelle ? Demander à quelqu'un de m'expliquer toute la carte ? Hors de question, je pouvais me débrouiller toute seule. Si j'étais toujours chez moi, j'aurais sans doute cherché un bouquin quelconque qui m'expliquerait comment déchiffrer tout ce bordel. Mais comment trouverais-je un livre ici ? Y avait-t-il une bibliothèque, déjà ? Et s'il y en avait une, comment la repérerais-je sur la carte ? Rah ! Découragée, je déposai les coudes sur mes genoux et enfonçai mon menton dans le creux de mes mains.

Hey oh, c'était quoi cette attitude ?! Découragée ? Depuis quand me décourageais-je au premier obstacle ? Hors de question de m'enfoncer et de me laisser intimider par la grandeur et la splendeur de l'académie. J'y trouverais mon chemin en m'aventurant absolument partout, s'il le fallait ! Ma nouvelle vie venait tout juste de commencer, et je ne la commencerais certes pas dans la peur !

« Wooaaaah ! » m'écriai-je pourtant une poignée de secondes plus tard, tandis que quelque chose me touchait soudainement l'épaule. Cœur battant, je me raccrochai au banc au dernier instant pour ne pas tomber par terre. Mon Salamèche bondit et pivota sur lui-même, se retrouvant debout sur le banc, face à ce quelque chose qui m'avait touchée. « Mèche, mèche ! Sala ! Salamèche, mèche, lamèche ! » Dans tous les cas, il ne devait pas apprécier ce qu'il voyait.

Je me retournai pour découvrir ladite chose. Il s'agissait d'un jeune homme, qui s'était visiblement planqué derrière moi. Avant même que je puisse dire ou faire quoique ce soit, il s'excusa et me demanda de me décaler légèrement car je lui bloquais la vue. « Oh heu… désolée, vraiment. Je ne savais pas que… Du calme, Morzan ! » intimai-je à mon petit lézard qui s'époumonait toujours à l'adresse de notre interlocuteur. Morzan se tut, visiblement irrité. « Désolée, m'excusai-je à mon tour. Il n'a pas l'habitude d'être surpris comme ça, tu lui as flanqué la trouille. » J'acquiesçai ensuite à la requête de l'étranger et me laissai glisser vers la droite afin de lui céder la vue. Mon Salamèche sauta au bas du banc et vint s'installer à mes pieds, remuant sa flamme et jetant des regards furtifs de part et d'autre. Une fois de plus, je posai ma main sur la tête de mon Pokémon, pour le rassurer. Ce mec l'avait vraiment chamboulé, dis donc !

D'ailleurs, que pouvait-il bien faire là, caché derrière ce banc ? Je m'étais trompée tout à l'heure – si je lui cachais la vue, cela signifiait qu'il était là bien avant que j'arrive. Curieuse, je me penchai légèrement pour atteindre la hauteur de son champ de vision et observai le hall d'entrée. Je n'y voyais rien qui sortait de l'ordinaire, mais je n'en restai pas moins émerveillée, perdue dans ma contemplation. Au détour d'un couloir apparaissaient des adultes et des étudiants qui traversaient le hall d'entrée dans une pluie d'allures. D'un pas pressé, d'un pas lent, d'un pas sautillant. Certains s'arrêtaient pour discuter les uns envers les autres. Ils s'échangeaient des mots, des regards, des baisers, des petits objets ou des Pokémons. Ils menaient tous leurs vies, lancés dans leurs aventures rien qu'à eux. Était-ce cela que le garçon observait? L'évolution des choses, le courant de la vie commune ?

« Qu'est-ce que tu regardes comme ça ? m'enquis-je, cédant à ma légendaire curiosité. Tu essaies de jouer un tour à quelqu'un ? Tu traques un Pokémon, peut-être ? Ou tu observes la vie des gens ? Oh ! Dis, est-ce que je suis en train de tout gâcher en te posant des questions ? Je te déconcentre ? » Que de questions pour ce pauvre inconnu ! Je tentai de m'imaginer ce qu'il pouvait penser et ressentir présentement. L'adolescente un peu dingue qui débarquait à l'académie en pyjama, s'échouait découragée sur un banc et vous posait tout un tas de questions sans s'arrêter pour reprendre son souffle, ce n'était pas chose commune… À bien y penser, un mec caché derrière un banc à observer quoique ce soit non plus…






Dernière édition par Tsukimi Kurochi le Dim 19 Oct - 14:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lior Van Helsing
Chasseur de vampires !
avatar

Masculin Lion Chat
Messages : 56
Date de naissance : 07/08/1999
Date d'inscription : 06/08/2014
Âge réel : 18

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 3 900 $
MessageSujet: Re: another life begins △ LIOR.   Lun 22 Sep - 21:44




Another life begins













- Wooaaaah !

La jeune fille malotrue se leva brusquement, visiblement apeurée par mon intervention soudaine. Maladroite, elle faillit tomber sur le plancher froid, mais se rattrapa in extremis au banc, par chance. Son Salamèche quant à lui bondit sur ses deux pattes, me localisant et me faisant face, en bon chien de garde. Il criait sans cesse, sans doute pour avertir sa maîtresse de ma présence gênante. Comme elle, il semblait étonné. Il était évident qu'en s'asseyaient, ils m'avaient absolument ignoré. Ce qui sert à prouver mes capacités extraordinaires de camouflage en milieu urbain. Un nouveau domaine de fierté, je suppose, de toute façon j'en manque rarement. Elle se retourna, sans doute pour apprendre quelle était la chose étrange qui l'avait dérangée. Me découvrir ne lui fit ni chaud ni froid. Elle se répandit en excuses.

« Oh heu… désolée, vraiment. Je ne savais pas que… Du calme, Morzan ! »

Son Salamèche, qui me criait toujours sans raison apparente dessus, se calma immédiatement, et la fixa, frustré d'être tut de cette façon expéditive. Son expression énervée était plutôt cocasse.

- Désolée, s'excusa-t-elle à son tour. Il n'a pas l'habitude d'être surpris comme ça, tu lui as flanqué la trouille.

J'ai vu ça, en effet. Le pauvre pokémon, se faire prendre au dépourvu par un inconnu en embuscade. A sa place, mon coeur aurait déjà lâché trente-cinq fois. Je le regarde, un petit sourire empathique aux lèvres. Sa maîtresse, une jeune fille d'agréable portance, répond gracieusement à ma demande, et une fois la première frayeur passée, se rassied, un peu plus à droite de sa position initiale. Satisfait de ma situation présente, je me remet à épier avidement les faits et gestes de la populace grouillant dans le hall comme des Aspicots luisants de mucus. Certes, aucun vampire à l'horizon, cependant remarquer les comportements de tout à chacun peut apporter un soupçon d'amusement à une vie mortelle. Du coin de l'oeil, je constate que la nouvelle, qui est d'ailleurs vêtue d'un pantalon que je ne trouve pas du meilleur goût, se baisse pour parvenir à peu près au niveau de mon regard. C'est un peu indiscret. Mais je consent que mon attitude peut en déconcerter certains. J'ai tendance à penser les faibles, mais que diable, il faut élargir son état d'esprit. C'est une curieuse. On dit que c'est un vilain défaut. Moi, je me demande bien quel âge elle a. La curiosité est un joli défaut. Son pokémon partenaire s'est carapaté à ses pieds, m'imitant en quelque sorte, regardant dans tout les sens, frénétiquement. Il est seulement normal qu'après une telle surprise, il veuille s'en éviter d'autres. Puis, sans prévenir, la jeune fille prend la parole, s'adressant de toute évidence à ma personne.

- Qu'est-ce que tu regardes comme ça ? Tu essaies de jouer un tour à quelqu'un ? Tu traques un Pokémon, peut-être ? Ou tu observes la vie des gens ? Oh ! Dis, est-ce que je suis en train de tout gâcher en te posant des questions ? Je te déconcentre ?

Je souris. Elle me retranchait dans ma sempiternelle tendresse à l'égard des jeunes enfants et des nouveaux arrivants. Son discours rapide me fait penser à un petit de sept ans pressant sa mère de tas de questions sur sa vie. C'est assez marrant. Je me sens, quelque part, l'âme du grand frère que je n'ai pas pu être. J'irais lui tapoter gentiment le dessus du crâne, si je le pouvais. Calmement, d'un ton paisible, je lui répond.

- Quel goujat je fais ! Je ne me suis pas présenté... Lior Van Helsing, l'unique chasseur de vampires de Gakuen. J'observe en ce moment la foule, à l'affût du moindre présage annoncant l'arrivée d'un vil suceur de sang. C'est mon rôle, douce damoiselle. Après une courte pause, j'ajoute : me feriez vous l'honneur de m'apprendre votre nom ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: another life begins △ LIOR.   Mar 23 Sep - 23:28



this is my world now +  lior

J'étais soufflée par ses paroles. J'avais plusieurs raisons d'être étonnées par les dires de ce Lior Van Helsing. Premièrement, les gens à qui je m'adressais normalement ne se donnaient pas la peine de me vouvoyer du tout. Ces politesses étaient chose nouvelle pour moi. D'ordinaire, on me demandait d'y aller plus doucement avec mes questions, de laisser aux autres le temps de souffler ou de me taire pour cause d'indiscrétion ou de surexcitation. Pour le coup, je me demandai si c'était d'usage de se vouvoyer ici ou si c'était dans la nature de mon vis-à-vis d'être aussi courtois envers autrui… Ensuite il y avait sa présentation en tant que chasseur de vampires.

Chasseur de vampires ! Des vampires ! Naturellement, je connaissais ce mythe, comme tout le monde. Les vampires, ces créatures horribles qui s'abreuvaient au sang des humains - et parfois même de leurs Pokémons ! Des monstres ignobles, blafards, subtils, sadiques et sanguinaires. Fort heureusement, ma mère m'avait assurée que ces monstres n'existaient pas réellement, qu'il s'agissait en fait d'une légende inventée par nos ancêtres au temps ou on dormait toujours sous les étoiles.

Mais si les vampires n'existaient pas, pourquoi les chasser ? D'ailleurs, si ces monstres n'apparaissaient qu'à la tombée de la nuit, pourquoi s'attendait-il à en voir débarquer un en pleine matinée ? Les vampires étaient donc capables de se balader en plein jour ? Aouch… voilà qui n'était pas bien rassurant ! J'allais devoir redoubler de prudence, pour autant que les vampires existent réellement. Dans tous les cas, le jeune homme semblait croire dur comme fer à leur existence. Personnellement, je ne savais trop qu'en penser. J'étais naïve et rêveuse, mais les vampires étaient plus mythiques encore que les Pokémons légendaires. J'allais devoir m'accorder du temps pour démêler un peu tout ça.

Mais pas maintenant. D'abord, je devais répondre aux questions de Lior, qui avait eu la gentillesse de répondre aux miennes. Avant de me lancer, je me penchai afin de ramasser mon Salamèche, que j'installai sur mes genoux. Le petit lézard se laissa faire, allant jusqu'à se mouver pour dénicher un peu de confort. « Je suis Tsukimi, répondis-je, souriante et flattée de sa gentillesse. Et mon petit lézard grognon, c'est Morzan. » Mon Pokémon prononça paisiblement son nom, sa façon à lui de dire bonjour. Du moins, c'est ainsi que je le percevais. « Je suis dresseuse… apprentie dresseuse, en fait ! Et je viens tout juste de débarquer, comme tu peux voir ! » Je fis un geste en direction de mes bagages, abandonnés à mes pieds. Des tonnes et des tonnes de vêtements et d'accessoires que j'allais devoir trimballer avec moi dans la quête de ma chambre. Party. « Bon, je débarque en pyjama, mais ce n'est pas important ! » Pourquoi le précisais-je, alors ? Sans doute pour excuser mon manque de style. Lior ne s'en souciait probablement pas, mais ma tenue était une insulte à ma passion pour l'esthétique.

Puis cela avait le mérite de me faire penser à autre chose qu'à l'éventualité de devoir me lever et entreprendre mes recherches. J'étais confortable et à l'aise, présentement. J'avais quelqu'un avec qui discuter un peu, mon Salamèche tranquille sur mes genoux… « Depuis combien de temps es-tu caché derrière ce banc ? m'enquis-je soudainement, toute curiosité renouvelée. Ça ne doit pas être au top du confort, je me trompe ? » Bon d'accord, je pouvais passée des heures couchée sur le plancher de ma chambre à écrire dans mon journal, mais ce n'était pas du tout la même chose ! Je n'étais pas recroquevillée sur moi-même derrière un meuble… Le pauvre serait tout ankylosé en se redressant. Les reproches que lui auraient fait ma mère me traversèrent l'esprit, et un sourire mi amusé mi nostalgique passa sur mes lèvres.





Dernière édition par Tsukimi Kurochi le Dim 19 Oct - 14:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lior Van Helsing
Chasseur de vampires !
avatar

Masculin Lion Chat
Messages : 56
Date de naissance : 07/08/1999
Date d'inscription : 06/08/2014
Âge réel : 18

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 3 900 $
MessageSujet: Re: another life begins △ LIOR.   Mer 24 Sep - 20:20




Another life begins













- Je suis Tsukimi, répondit elle, souriante. Et mon petit lézard grognon, c'est Morzan.
Le Salamèche ponctua la tirade de son nom.

- Je suis dresseuse… apprentie dresseuse, en fait ! Et je viens tout juste de débarquer, comme tu peux voir !

Tsukimi fit un vague geste de la main en direction de son gros sac, à ses pieds, bancal, et des affaires en vrac à l'intérieur. Je suivis son regard, muet, laissant le temps à la vivace jeune fille d'achever son discours. J'en avais rencontré nombre, de gens comme ça. Noyant les autres dans un flot de paroles ininterrompues, qu'on ne pouvait stopper que part une apostrophe répétée. C'était sympathique néanmoins, mieux qu'un introverti muet et ennuyeux. Je lui souriai, sans interruption, dodelinant de la tête.

- Bon, je débarque en pyjama, mais ce n'est pas important !
Ah, j'avais vu juste, son machin informe, c'était pas un pantalon à juste titre. Une pause conséquente s'ensuivit.

- Depuis combien de temps es-tu caché derrière ce banc ? Ça ne doit pas être au top du confort, je me trompe ?

Je m'autorise un léger rire. Il était vrai que je ne sentais plus mes jambes, et que quand je me lèverais, elles seront dévorées par de désagréables picotements. Je me raisonnai, c'était le prix à payer pour pouvoir assurer la sécurité de toute une communauté d'élèves. Mon regard ne se décrochait pas de la foule. Puis, finalement, je me dis qu'à l'air libre, je serais tout aussi bien pour observer. En plein jour, les risques d'attaques diminuaient de 65%, je pouvais me l'accorder.

- Vous avez vu juste, je me sens fort à l'étroit... Permettez, dis-je
me glissant sous le banc, dans le sens inverse, afin d'émerger de ma prison, sous les yeux encore une fois amusés des passants. Je me relève, empli de courbatures de toutes sortes, malheureusement. Comme une loque exsangue, je retombe sur ce même banc, à côté de Tsukimi et de son pokémon. Soulagé, je soupire, et me tourne vers elle, penché sur l'avant.

- Apprentie dresseuse, vous dites... Voilà qui n'est pas inhabituel. Cependant, une question me taraude : vous me dites quelque chose. Pourrais-je connaître également votre nom de famille ? Si cela ne vous dérange pas.

Tsumiki, ça ne devait pas être si commun... Et ce nom me trottait dans la tête. Je l'avait déjà entendu, j'en suis absolument sûr. Mais où, là était la question. Attendant qu'elle daigne me répondre, je me détournai et me replongeai dans ma profonde contemplation des gens présents.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: another life begins △ LIOR.   Sam 27 Sep - 15:45



this is my world now +  lior

Je ne pus empêcher un petit rire de traverser mes lèvres quand Lior quitta son abri. J'échangeai un regard avec mon Salamèche, tout confus de voir quelqu'un agir de la sorte. Mon rire s'accentua. Je cessai de me marrer quand Lior se laissa tomber près de nous. Le pauvre avait l'air en mauvais état. « Ça va aller ? questionnai-je. Oh attends, je sais ce qu'il te faut ! » J'abandonnai le banc quelques secondes pour m'accroupir auprès de mes bagages, posant Morzan aux cotés de Lior sur le banc. J'attrapai la courroie de mon sac, l'attirai vers moi, le dézippai. Quelques écharpes, des gants, des cahiers, un livre, une poignée de crayons, des petites peluches… Rah, mais c'était vraiment le fouillis là-dedans ! Et dire que Lior m'attendait ! « Mais où est-ce que… ah ah ! » Je venais tout juste d'attraper ce que je cherchais. Victorieuse, j'extirpai mon butai de mon sac, le refermai et retournai m'asseoir.

« Tiens ! » souris-je à Lior en lui présentant un sachet de Steelix à la gelée. J'emportais toujours quelques friandises avec moi. On ne savait jamais quand on en aurait besoin, et j'en avais désormais la preuve ! Oh ! Les chasseurs de vampires mangeaient-ils des friandises ? Étaient-ils soumis à une diète particulière ? Et si les Pokémons en gelée étaient proscrits de leur régime ? Bah, cela en ferait plus pour moi ! Je déchirai joyeusement l'emballage de mon propre sachet et enfournai un premier bonbon. J'en tendis un second à mon Salamèche, curieuse de voir sa réaction. Il se pencha pour le renifler et se redressa sans même y toucher. Morzan et les bonbons : négatif, notai-je.

Au même moment, Lior me questionna sur mon nom de famille. Je croquai dans ma friandise, tout en me demandant comment d'où le traqueur pouvait bien me connaître. Vrai, ma mère connaissait des tas de gens, et j'avais pris l'habitude de la suivre après que… Non. Inutile de me raconter d'histoires. Lior me connaissait sans doute à cause de ce qui était arrivé à mon père. « C'est pile ou face, dis-je sans entrain. Si tu viens de la région de Johto, tu m'as peut-être aperçue dans les jupes de ma mère… ou tu as entendu mon nom huit ans plus tôt, quand mon père a disparu. Je suis Tsukimi Kurochi. » Les échos de sa disparition s'étaient-ils étendus sur les autres continents ? Je baissai les yeux sur mon sachet de bonbons. Soudainement, je n'avais plus envie d'en manger. Je repliai le paquet pour les garder au frais et le laissai tomber sur mes genoux.

Pourquoi me sentir si mal ? J'étais venue ici pour apprendre. Pour apprendre sur le dressage et pour tenter d'en apprendre un peu sur le sort de mon père. Allais-je me sentir de travers chaque fois qu'on ramènerait le sujet sur le tapis ? Si c'était le cas, je pouvais cesser de croire en mon but tout de suite et m'épargner la souffrance !

Non… Non, je ne pouvais pas faire ça. Mon père était trop important. L'espoir de le retrouver en vie quelque part était trop important. Il s'était passé huit ans sans que mon père laisse des traces… mais il n'avait pas non plus laissé de corps. Quelqu'un le retenait prisonnier, c'était sûr. Jamais il ne nous aurait abandonné pour vivre une nouvelle vie ailleurs sans jamais nous donner de nouvelles. Ce n'était pas mon père. Émergeant de mes pensées, je me détournai pour regarder le jeune homme à mes cotés. « Dis… est-ce que les vampires enlèvent des gens ? » Cela n'avait rien d'une possibilité rationnelle, mais c'était une possibilité quand même, et j'avais besoin de parler de tout ça. Peu importe que ce soit au premier venu. De toute manière, je ne lui avais rien confié de si personnel que ça. Beaucoup savaient que mon père avait disparu. Sa tête était restée à la télévision pendant six semaines. Au moins.





Dernière édition par Tsukimi Kurochi le Dim 19 Oct - 14:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lior Van Helsing
Chasseur de vampires !
avatar

Masculin Lion Chat
Messages : 56
Date de naissance : 07/08/1999
Date d'inscription : 06/08/2014
Âge réel : 18

Feuille de Personnage
Vos Pokémons Vos Pokémons:
Vos Objets Vos Objets:
Argent Argent: 3 900 $
MessageSujet: Re: another life begins △ LIOR.   Sam 4 Oct - 15:28




Another life begins













En voilà une journée peu banale, s'extirper de sous un banc sous l'oeil hilare d'une jeune fille et de son pokémon, avec pour seule justification la chasse aux vampires. Justification, qui, je l'avais compris, n'était absolument pas valable aux yeux de certains. Remise de son amusement, Tsumiki me regarda, et s'écria qu'elle savait que quoi j'avais besoin. Intrigué, je la regardai se lever et plonger dans les méandres de son sac pour y dénicher la chose en question, tout en marmonnant des trucs inintelligibles. De longues secondes s'écoulèrent avant qu'elle ne refasse surface, tenant deux sachets de bonbons, fébrile. Elle m'en offrit un, se rasseyant, puis ouvrant le sien avec la force d'un affamé. Pendant qu'elle dévorait, je regardai l'emballage. Des Steelix à la gelée ? Oh, ça faisait longtemps ! Ces sucreries viennent de Johto à l'origine, même si depuis, la distribution s'est élargie. Avec enthousiasme, j'ouvre le sachet et commence à les croquer.
Pendant que je savourais ces bouts de nostalgie, Tsumiki en sélectionna un des siens et le tendit à son Salamèche. Lequel Salamèche, après un court instant, le refusa catégoriquement. La plupart des pokémons que je connaissais étaient friands de sucre, ce Morzan est donc une rare exception.
La dresseuse paraît étonnée de ma question. Non pas indignée par ma curiosité, elle détourne son regard avant de répondre.

« C'est pile ou face, dit elle sans entrain. Si tu viens de la région de Johto, tu m'as peut-être aperçue dans les jupes de ma mère… ou tu as entendu mon nom huit ans plus tôt, quand mon père a disparu. Je suis Tsukimi Kurochi. »

Kurochi... Tsumiki Kurochi... Mais c'est bien sûr ! Cette fille, je l'avais déjà vue. Ou plutôt, entendu son nom, mes souvenirs sont troubles. A l'école primaire de Bourg-Geon, une fillette plus jeune que moi, que sa mère emmenait, lui tenant avec application la main. Son nom ne ressemblait pas vraiment aux autres, c'est pour cela que je m'en souviens. Nous n'étions pas dans la même classe, mais les sonorités de ce nom attiraient mon regard vers la personne en question. Petite, menue, cheveux bruns. Occasionnellement, des couettes. Je ne crois pas qu'elle m'aie jamais adressé la parole, après tout, personne ne le faisait. Sans doute avait-elle eu vent à l'époque de la désastreuse réputation des Van Helsing. Ou justement, l'en avait-on préservée. Je l'avais regardée longtemps. Puis j'avais cessé, quand quelques filles me l'avaient fait remarquer, me rendant honteux devant toute l'assemblée. Quel âge avait-je ? Six ou sept ans. Ce n'était pas exactement mon âge d'or. J'était un petit vraiment stupide. Même si je le suis toujours. C'est pas très surprenant.
Amusé, je me tourne vers elle pour lui faire part de mes souvenirs d'enfance, mais elle s'est renfrognée. Le regard baissé, triste. Elle ne mange plus. Inquiet, je la regarde, les paroles mourant sur mes lèvres. Aurais-je fait quelque chose de mal ? Ou est-ce l'évocation de la disparition de son père... ? Cette histoire là. Il y a huit ans... J'avais huit ans. Ma mère m'avait vaguement expliqué qu'un homme du village s'était volatilisé. Par la même occasion, Tsumiki aussi. J'en informai ma mère, qui m'expliqua tout aussi vaguement que cet homme étant son père, elle était très triste. J'avais eu de la peine pour cette petite fille, mais ça n'alla pas plus loin. Elle réapparut plus tard dans l'année, mais nous ne nous parlions pas plus, aussi ce détail fut-il enterré. Après tout, je ne pouvais pas me reconnaître dans sa souffrance, n'ayant jamais eu de père. Toutefois, la tristesse apparente sur ses traits me touchait.

 « Dis… est-ce que les vampires enlèvent des gens ?»

Pas de doute, elle songeait à son père. Incertain de comment réagir, je pose une main gantée sur son épaule, détournant les yeux, cherchant mes mots, afin d'éviter de lui causer la moindre douleur supplémentaire.

-Non, mademoiselle, pas que je sache... Je... Si ça peut vous réconforter, je puis plus ou moins vous comprendre... Je n'ai pas eu la chance d'avoir un père, aussi le manque ne m'est pas étranger.

Un silence lourd s'installe. Essayant de rattraper in extremis la bonne humeur qui pliait bagage, j'ajoutai :

- Êtes vous sûre de ne jamais avoir entendu mon nom, Tsumiki ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: another life begins △ LIOR.   Lun 6 Oct - 22:29



this is my world now +  lior

La main de Lior atterrit sur mon épaule. Un geste rassurant, encourageant ? Décidément, cette rencontre ne souffrait pas de surprises. Personne n'avait jamais tenté de me rassurer comme ça auparavant. Oh certes, il y avait ma mère, mais ce n'était pas du tout la même chose.

Lior confirma mes pensées. Mon père et les vampires, cela n'avait rien d'une possibilité rationnelle. En fait, ce n'était pas une possibilité point barre. Les vampires, existants ou pas, ne kidnappaient pas les gens. Je hochai vaguement la tête, incapable de déterminer du sentiment qui m'habitait. Satisfaction ? Déception ? C'était un drôle de mélange, difficile à décrire. D'un coté, j'étais heureuse que mon père ne se fusse pas frotté à la colère d'un vampire. De l'autre, j'étais penaude de n'avoir aucune piste sur laquelle me lancer. Cela viendrait sans doute plus tard. Je m'octroyai une grande inspiration et inspirai tranquillement.

Le traqueur de vampires me confia qu'il n'avait jamais eu l'opportunité de connaître son père. Je déposai mes doigts sur sa main afin de démontrer ma compassion, mais ne pipai mot. Que pouvais-je bien ajouter à cela ? Pour une fois, j'étais à court de mots. Je déroulai mon sachet de bonbons de ma main libre et recommençai d'en engloutir. Du coin de l’œil, je vis Morzan se laisser glisser par terre et s'éloigner d'un pas lent.

Ce fut Lior qui brisa le silence, en me demandant si j'étais certaine de n'avoir jamais entendu son nom auparavant. Je poussai un petit oh suivi d'un petit mmm et me concentrai. Mes doigts déchiquetèrent lentement mes Steelix en gelée et portèrent ensuite les morceaux à ma bouche. Je mastiquais lentement, réfléchissant au nom de mon interlocuteur. Van Helsing… Lior Van Helsing… Le corps d'un Steelix collant me toucha la joue. Je rectifiai la trajectoire de ma friandise, me creusant toujours la tête, et enfin… « Oooh ! Mais oui ! Oui, oui, je me souviens bien d'avoir entendu ton nom quelque part ! tonnai-je, toute fière d'avoir retrouvé ce souvenir poussiéreux. Mes parents, précisai-je en baissant d'un ton. Ils ont déjà touché le sujet pendant que je triais mes rubans avec ma mère. » Je ne me souvenais pas de la raison qui avait poussé mes vieux à parler d'eux - j'étais trop prise par mon activité pour y prêter une grande attention - mais cela ne changeait rien. Ils en avaient parlé. Maintenant que j'y songeais, c'était tout de même curieux. Les Van Helsing devaient être reconnus dans la région. Oh, qui sait ? Mes parents les avaient sans doute croisés, ou quelque chose comme ça. « Désolée de ne pas avoir allumé plus tôt. La plupart de mes souvenirs d'enfance s'éclipsent derrière les plus marquants. Mais hé, j'ai retrouvé quand même ! »

Affichant un sourire en coin satisfait, je baissai les yeux vers mon sachet de friandises. Ce dernier était vide. Bien qu'il n'y ait qu'un vague lien entre les deux faits, songer aux confiseries me rappela que ma main reposait toujours sur celle de Lior, la maintenant en place sur mon épaule. Ho. Oups. Je ramenai mes doigts sur mon emballage vide dans un geste naturel, sans gêne, sans embarras. Ce n'était qu'un oubli, pas de quoi se tracasser.

Maintenant que Lior m'avait poussée à creuser dans ma mémoire, un tas de souvenirs remontaient à la surface. Liés à mon enfance, à mes rubans colorés, à mes parents, aux sachets de bonbons que j'avais engloutis petite. Nostalgique, je désignai mon sachet du pouce. « C'est fou hein ? Aujourd'hui, je peux en manger deux ou trois en une journée, et quand j'étais petite, j'avais du mal à en terminer un. Je le roulais et je l'emmenais à l'école pour partager avec mes amies. Leurs mères étaient furieuses ! pouffai-je. Il m'arrivait aussi d'en donner aux autres gamins, ceux que je ne connaissais pas tellement. Juste comme ça, sans raison. Par gentillesse, j'imagine. »

Je ne m'étais jamais questionnée avant d'approcher les gens. Je le faisais par curiosité, parce que j'en ressentais l'envie. Cela m'allait. C'était plutôt aux autres que ça n'allait pas. Enfin. Je parlais beaucoup trop, comme toujours lorsque j'étais lancée, contente de laisser le silence et la tension derrière nous.

Or j'allais devoir songer à me lever, attraper mes bagages et partir en quête de ma chambre. Je cherchai Morzan des yeux. Il allait et venait dans le hall, aisément repérable. De temps à autre, il se hissait sur la pointe des pieds, regardait aux alentours, se laissait retomber. Mon petit lézard devait brûler de découvrir son nouveau territoire, notre repère rien qu'à nous. Du moins, j'étais curieuse, et j'avais hâte de m'installer enfin. Je ne pouvais passer ma scolarité dans le hall, après tout ! Dormir sur un banc, non merci !

« Je vais devoir te laisser, dis-je avec une pointe de regret. Je dois repérer ma chambre, accrocher quelques décorations, répandre mes vêtements un peu partout, m'installer… » Je hélai mon starter et sautai sur mes pieds. Morzan m'ayant rejoint, je calai mon sac sur mon épaule et tendis une main vers Lior. « On se recroisera, j'imagine ! J'ai quelques Leviator en sucre à écouler ! Allez Morzan, on dit au revoir ! » Le regard de mon Salamèche fit la navette entre Lior et moi. Il plissa les yeux, à la fois incertain et suspicieux, et garda le silence. Rien à voir avec la petite chose qui s'était presque élancée dans les bras de ma mère le matin du départ. « Lézard grognon, le retour ! Ne te mine pas trop avec lui, le voyage l'a probablement épuisé. »

Je bouclai mes salutations par un sourire et tournai les talons en songeant à notre conversation. Assez spéciale comme première rencontre, je ne risquais pas de l'oublier ! Un nombre fou de questions me taraudait toujours. Je n'avais même pas eue la chance d'apercevoir l'un de ses Pokémons ! Je fis volte-face, vivement, frappée par un détail. «Hé ! Pour la prochaine fois, tu peux me tutoyer, hm ! Je ne suis pas encore maître Pokémon ! » Amusée, j'attendis qu'il m'eût répondu avant de reprendre ma route, non sans lui avoir adressé un petit geste de la main.





HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: another life begins △ LIOR.   

Revenir en haut Aller en bas
 
another life begins △ LIOR.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Life on Mars / Ashes to Ashes
» Resident Evil : After Life (3D)
» Unordinary Life
» Life
» Review : Ricky Steamboat - The life story of the Dragon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Pokémon :: L'Académie :: Hall d'Entrée-
Sauter vers: